Revues et albums décoratifs pour les arts industriels : la collection Art nouveau de la bibliothèque.

Si la bibliothèque de Nancy conserve des fonds liés à l’histoire de Nancy et de la Lorraine, elle conserve également l’histoire de ses arts. Sa riche collection d’ouvrages d’art, et en particulier celle se rapportant au mouvement de l’École de Nancy, témoigne d’un passé artistique florissant. Si certaines reliures de la collection sont connues car déjà présentées au public, l’ensemble de la collection Art nouveau de la bibliothèque reste à découvrir. L’occasion de se pencher sur les nombreux albums décoratifs et revues de décoration de cette période.

Retrouvez sur Flickr une sélection de planches des albums cités et de beaucoup d’autres.

L’origine de la collection.

Les modes d’entrée dans les collections de la bibliothèque sont très variés ; dons, legs, ou achats. Concernant les albums décoratifs et les revues de décoration, beaucoup proviennent de la collection de René Wiener (1855-1939). Artiste actif au sein de l’École de Nancy, amateur d’art éclairé et collectionneur, il lègue sa collection au Musée lorrain en 1939. Une partie des ouvrages et revues sera ensuite donnée par le Musée Lorrain à la bibliothèque entre 1956 et 1959, afin qu’ils soient conservés et puissent être consultés. Quelques albums et revues proviennent d’autres donateurs et parfois même d’achats de la bibliothèque.

L'Animal. Eugène Grasset
L’Animal. Maurice Pillard-Verneuil.

Les arts décoratifs.

Pour comprendre l’intérêt de ces ouvrages dans la collection, il faut revenir sur les caractéristiques du mouvement de l’École de Nancy. Le xixe siècle voit l’émergence des progrès industriels et le développement de la mécanisation. Durant ce siècle, les arts décoratifs prennent une importance considérable au point de ne plus être considérés comme un « art mineur » (par opposition aux « arts majeurs » que sont la peinture, la sculpture, etc.). Cependant, l’industrialisation entraine une sorte de standardisation ; dilemme difficile pour la considération d’objets reproduits parfois en série, avec les nouvelles techniques industrielles. Ces objets sont-ils des objets d’art ? Une sorte de crise qui aboutit à un affrontement entre artisanat d’art et production industrielle.

Émile Gallé (1846-1904), artiste nancéien, souhaite trouver un juste milieu, une collaboration entre homme et machine, soutenant que l’activité industrielle peut valoriser l’artisanat d’art. Fondateur et grand représentant du mouvement de l’École de Nancy, il insuffle une dynamique artistique nouvelle à Nancy. Au sein des productions de l’École de Nancy on trouvera souvent des productions industrielles courantes et des productions artistiques. L’association de l’art et de l’industrie a trouvé, avec l’Art nouveau, son point d’aboutissement.

Der Modern Still, Gallé
Der Modern Still, Émile Gallé

L’Art nouveau.

L’invention de la photographie en 1826 bouleverse le monde des arts visuels. Les artistes se cherchent et l’art commence à changer de visage. Durant le xixe siècle, de nombreux mouvements artistiques vont se succéder. Dans les années 1840-1850, en Angleterre, on voit apparaître un nouveau mouvement nommé le préraphaélisme. Un mouvement exclusivement britannique qui s’affranchit de la peinture conventionnelle de l’époque pour revenir à des sources picturales plus anciennes, comme les primitifs italiens ou l’art médiéval. Le mouvement évolue :  la nature, la poésie, la femme et la littérature sont des thèmes d’inspiration. Le succès du mouvement se développe et dépasse le cadre pictural pour atteindre l’architecture et les arts décoratifs. Il devient une des principales sources d’inspiration de l’art de l’illustration.

L'Évangile de l'enfance selon Saint Pierre. Illustration de Carlos Schwabe.
L’Évangile de l’enfance selon Saint Pierre. Illustration de Carlos Schwabe.

Le mouvement Arts & Crafts, littéralement « Arts et artisanats », est un mouvement artistique réformateur né en Angleterre dans les années 1860 et qui se développa durant les années 1880 à 1910, à la fin de l’époque victorienne. Il peut être considéré comme l’initiateur du modern style, équivalent anglo-saxon de l’Art nouveau français et belge. Grâce à William Morris (1834-1896), chef de file du mouvement Arts and Crafts, le préraphaélisme s’incarne de façon prépondérante dans les arts décoratifs, jusqu’à résonner dans l’exaltation des lignes féminines et végétales de l’Art nouveau.

L’École de Nancy.

Contrairement à d’autres villes, l’Art nouveau à Nancy ne doit pas sa naissance à des architectes mais à des industriels. Émile Gallé, Louis Majorelle (1859-1926), les frères Daum ou encore Eugène Vallin (1856-1922) sont déjà actifs dans le domaine des arts décoratifs avant l’avènement de l’Art nouveau sur la ville. Présents, pour certains, sur la scène parisienne, voire internationale, ils développent des réseaux et se forgent une certaine notoriété. Dès 1894, sous l’impulsion de l’architecte Charles André (1841-1921), un comité d’art décoratif lorrain voit le jour et une exposition d’art décoratif a lieu à la salle Poirel de Nancy. L’importance des productions nancéiennes se confirme et s’affirme sur la scène internationale. En 1901 se crée, sous l’appellation officielle d’ « École de Nancy », l’Alliance provinciale des industries d’art. Le président en est Gallé, les vice-présidents sont Majorelle, Daum et Vallin, trente-six membres forment le comité directeur. L’École de Nancy se veut, selon son fondateur, une structure professionnelle regroupant les industries artistiques de l’Est de la France. Rassemblés autour d’un projet professionnel mais aussi autour d’une unité esthétique, les artistes de l’École de Nancy vont promouvoir une unité de l’art.

La diffusion du « Moderne Stil ».

L’Art nouveau s’est diffusé très rapidement dans le monde grâce aux revues illustrées et aux expositions. Les progrès de l’imprimerie et le développement des procédés de reproduction photomécaniques ont entraîné la création de très nombreuses revues d’art. Plus ou moins luxueuses, toutes témoignent de ce nouveau style artistique qui touche l’ensemble des domaines de création. La typographie, la mise en page, l’illustration, le cartonnage ou le papier changent parfois radicalement jusqu’à faire de la revue un véritable objet d’art.

Bradley His Book
Bradley his Book

A l’intérieur, les auteurs font découvrir au lecteur les nouveautés artistiques, les artistes, mais aussi proposent des modèles et des techniques de composition ornementale. En 1893 paraît à Londres The Studio qui affiche la devise « Use and Beauty » : elle contribue puissamment à faire connaître les Arts and Crafts.

The Studio
The Studio

D’autres revues suivirent, comme Dekorative Kunst et sa version française L’Art décoratif, Art et décoration, L’art décoratif pour tous, Innen Dekoration, Deutsche Kunst und Dekoration, Jugend en Allemagne, Ver Sacrum à Vienne, Volné Směry à Prague, L’Arte decorativa moderna à Turin ou Pèl & Ploma à Barcelone.

Ver sacrum (Printemps sacré) est une revue mensuelle autrichienne fondée par Gustav Klimt (1862-1918) et Max Kurzweil (1867-1916) en janvier 1898 et publiée jusqu’en 1903. Elle est le reflet de l’Art nouveau autrichien au temps de la Sécession à travers les artistes comme Gustave Klimt, Koloman Moser (1868-1918), Jospeh Hoffmann (1870-1956).

Ver Sacrum, illustration de Gustave Klimt
Ver Sacrum, illustration de Gustave Klimt

Pèl & Ploma est une revue artistique et littéraire publiée à Barcelone de 1899 à 1903. Elle est la plus importante revue d’art qui témoigne de la modernité catalane.

Pel & Ploma
Pel & Ploma

The Studio est une revue d’art publiée à Londres de 1893 à 1964. Elle fut durablement associée au mouvement Art nouveau et plus particulièrement au mouvement Arts and Crafts dont elle reprend l’idéologie.

The Poster est une revue mensuelle publiée à Londres de 1899 à 1900. Elle est particulièrement dédiée à l’art de l’affiche et de l’illustration qui connaît un essor très important à cette période.

The Poster
The Poster

Art et décoration est une revue mensuelle française publiée à partir de 1897 et qui est toujours éditée aujourd’hui. Elle constitue, avec la revue L’art décoratif, une des principales sources de diffusion des modèles artistiques à la mode.

Dekorative Kunst est une revue allemande publiée de 1897 à 1929 qui a largement contribué à diffuser le Jugendstil.

Alfons Mucha (1860-1939) est un artiste tchèque actif à Paris à la fin du xixe siècle. Son rôle est majeur dans le domaine de l’illustration et de l’affiche. Il sera l’auteur de très nombreuses illustrations dans les revues françaises et étrangères. Plusieurs pages de couvertures de la revue française Cocorico lui sont attribuées. Une revue artistique dans laquelle de grands artistes feront également démonstration de leurs talents comme Théophile Steinlen (1859-1923), Frantisek Kupka (1871-1957), Jacques Villon (1875-1963), Georges de Feure (1868-1943) ou Georges Auriol (1863-1938).

Cocorico
Cocorico, illustration de Mucha

 

Les albums de modèles décoratifs.

Les albums de modèles décoratifs ne sont pas nouveaux au xixe siècle. Dès le xvie siècle, de nombreux artistes diffusent des modèles pour l’orfèvrerie, l’ébénisterie, la ferronnerie. Ces albums de modèles seront également très en vogue au xviiie siècle.
Au xixe siècle, ils se multiplient car les arts décoratifs prennent de plus en plus d’importance. Des recueils de modèles sont édités pour les artistes et les industriels, diffusant à la fois les styles anciens, exotiques ou nouveaux.
Ces albums décoratifs étaient très présents dans les bibliothèques des artistes de l’École de Nancy.

L'Animal. Maurice Pillard-Verneuil
L’Animal. Maurice Pillard-Verneuil

Maurice Pillard-Verneuil (1869-1942) est un décorateur et critique d’art français. En 1898, il publie L’animal dans la décoration. Cet ouvrage propose une déclinaison de modèles où animal et végétal s’entremêlent judicieusement. Des motifs très stylisés parfois et des couleurs vives qui font de ces planches de véritables œuvres d’art.

Eugène Grasset (1845-1917) est un artiste décorateur aux multiples talents. Il est une figure majeure de l’Art nouveau. Entre 1896 et 1897, il publie son premier ouvrage La plante et ses applications ornementales. Composé de 72 planches en couleurs illustrant 24 sortes de fleurs, l’ouvrage propose des modèles pour l’application ornementale. Trois planches sont consacrées à chaque fleur ; la première consiste en une étude d’après nature et les deux suivantes sont des applications ornementales, précisément des modèles pour le papier peint, la broderie, le vitrail, le décor d’assiettes, les lampes, les vases, les meubles, etc. Des formes dont Grasset explique qu’elles doivent « s’adapter étroitement à la matière dans laquelle elles sont fabriquées ». Cette « interprétation ornementale » de l’objet caractérise complètement les œuvres du mouvement Art nouveau.

La Plante. Eugène Grasset
La Plante. Eugène Grasset

Georges Auriol (1863-1938) a travaillé dans de nombreux domaines des arts décoratifs mais il est aussi un artiste majeur dans le domaine de la typographie et du graphisme. En 1901, il collabore avec Alfons Mucha et Maurice Pillard-Verneuil pour l’ouvrage Combinaisons ornementales se multipliant à l’infini à l’aide du miroir. Ce recueil, très intéressant, propose des motifs stylisés répétables à l’infini, pour des bordures, des bandeaux, des encadrements.

Combinaisons ornementales par M.P. Verneuil, G. Auriol, Mucha
Combinaisons ornementales par M.P. Verneuil, G. Auriol, Mucha

Les Fleurs et leurs applications décoratives est un recueil de 30 planches publié à Paris vers 1902. Illustré par Emile-Alain Séguy ( 1877-1951), il se compose un peu de la même manière que l’ouvrage de Grasset, La plante et ses applications ornementales. Une première planche représente, à la manière d’une planche botanique, la fleur telle que nous la connaissons. Puis deux autres planches proposent des modèles stylisés, déclinés à partir de ce motif floral. Cet ouvrage est particulièrement beau et soigné ; la typographie, la qualité de l’impression et la colorisation au pochoir font de cet ensemble un magnifique témoignage de l’Art nouveau.

Les fleurs et leurs applications décoratives par E. Seguy
Les fleurs et leurs applications décoratives par Émile Alain  Seguy

Plus étonnant, La femme dans la décoration moderne reprend un des thèmes favoris de cette période. Illustré vers 1900 par Julius Klinger (1876-1942), artiste autrichien, cet ouvrage propose des modèles pour les industries d’art inspirés de la figure féminine.

La femme dans l'art décoratif moderne. Julius Klinger
La femme dans l’art décoratif moderne. Julius Klinger

L’ouvrage de l’artiste autrichien Max Benirschke (1880-1961), Buchschmuck und flächenmuster, publié à Vienne vers 1902, est un très bel exemple de recueil de motifs Art nouveau. Celui-ci propose un ensemble de motifs pour la décoration à plat et la décoration de livres. Des modèles très stylisés et graphiques représentatifs du « Jugendstil ».

Buchschmuch und Flächenmuster von Max Benirschke
Buchschmuch und Flächenmuster von Max Benirschke

Ces quelques exemples conservés à la bibliothèque de Nancy témoignent de la richesse de la collection. L’ensemble des revues et albums vient compléter la collection des reliures, affiches, manuscrits, estampes ou dessins Art nouveau.

Dans le cadre des 50 ans du Musée de l’École de Nancy, une présentation de ce fonds aura lieu à la bibliothèque de Nancy le samedi 13 septembre 2014 à 10h30 pour les albums et revues et le samedi 11 octobre pour les reliures Art Nouveau.

Retrouvez sur Flickr une sélection de planches des albums cités et de beaucoup d’autres.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.