Nouvelles acquisitions patrimoniales entrées dans les collections en 2022.

Entre estampes et plans, dessins de caricature, poésie, théâtre, roman, histoire de l’édition et acte nobiliaire, Nancy se trouve au cœur de presque toutes les acquisitions patrimoniales de cette année 2022 ! Petit panorama des nouvelles acquisitions en huit points où des documents de natures fort différentes, produits entre le milieu du xvie siècle et aujourd’hui, viennent s’inscrire dans le patrimoine local, la chronologie seule dictant l’ordre des notices.

Étonnant titre de noblesse donné par Nicolas de Lorraine pour un valet de chambre (ms. 1954)

Ces lettres d’anoblissement1 accordées à Michel Barbereau par Nicolas de Lorraine (1524-1577), sont données à Nancy, le 7 février 1553. L’acte est écrit en français avec une écriture en italique. Il débute par une grande initiale armoriée enluminée aux armes dudit Nicolas. Au delà de la joliesse du décor ce qui a de quoi nous étonner réside précisément dans la signature. Précisons : Nicolas est le fils d’Antoine le Bon, duc de Lorraine et de Bar, et de Renée de Bourbon-Montpensier, d’abord évêque de Metz de 1543 à 1548 et de Verdun de 1544 à 1547, puis comte de Vaudémont de 1548 à 1577, seigneur de Mercœur de 1563 à 1569, puis duc de Mercœur de 1569 à 1577. Au moment où il donne ces lettres d’anoblissement, il est régent des duchés de Lorraine et de Bar pendant la minorité de son neveu Charles, le futur duc Charles III (1543-1608). Il sera régent de 1552 à 1559. Au revers de l’acte, figure la mention «Par Monseigneur le conte de Vaudemont en l’absence de Madame la duchesse douairiere…», c’est-à-dire Chrétienne de Danemark (duchesse de Lorraine, 1521-1590). Les deux noms « Charles » et « Chrestienne » apparaissent dans l’acte rehaussés en lettres d’or sur fond bleu. Ajoutons, pour l’histoire, que nous sommes en février, dans peu de temps, au mois d’avril 1553, Nicolas deviendra le père de Louise de Lorraine-Vaudémont (1553-1601), future épouse du roi de France Henri III.

Évoquons le nouvel anobli. Qui est-il ? Pour une raison inconnue, le nom «Barbereau» a été systématiquement caviardé et effacé au moyen de trous pratiqués dans le parchemin. Néanmoins les armoiries attestent de l’identité de Michel Barbereau, dit Augueville. Ce dernier fut chantre en la chapelle et valet en la chambre des ducs Antoine et François. D’après Dom Pelletier2, il fut anobli le 7 février 1555. Le présent acte permet d’antidater cet anoblissement de deux années ! Pour les férus d’héraldique, les armoiries de Michel Barbereau se blasonnent ainsi :

« D’or, a troys lyons armez et lampassez de sable, au chef d’azur, orné de troys roses d’or, Timbre d’un lyon naissant , armé & lampassé de sable, couronné d’un chappeau de roses d’or, tenant en ses pattes un bouquet de roses de mesme, yssant d’un tortis d’or, d’azur, & de sable, le tout porté d’un armet mort d’argent, couvert d’un lambrequin aux metail & couleurs de l’escu ».

Lettres d’anoblissement données à Michel Barbereau par Nicolas de Lorraine. Nancy, 7 février 1553. Parchemin enluminé (746 x 580 mm)

 

La première édition complète de Zadig : Nancy au secours de Voltaire (Rés. 11 912)

VOLTAIRE (1694-1778). Zadig ou la destinée. Histoire Orientale. Paris, Laurent-François I Prault ; Nancy, Antoine Leseure, 1748. Petit in-12, 195 pp. L’ouvrage est couvert d’une reliure signée CANAPE, parfaitement établie, maroquin rouge, dos à nerfs, double filet doré sur les coupes, large roulette intérieure en «dent de rat» et fleurettes dorées, tranches dorées.

L’année 1748 peut être regardée comme celle de l’édition originale du Zadig de Voltaire. Si la fameuse satire avait paru un an plus tôt sous le titre Memnon. Histoire orientale elle présentait de notables différences. Par exemple, trois chapitres sont venus s’ajouter à la nouvelle édition : Le Souper, Le Rendez-vous et Le Pêcheur.

Mais pourquoi cette édition, qui n’est pas vraiment collaborative mais plutôt bicéphale, à la fois parisienne et nancéienne ? C’est pour éviter toute spoliation et contrefaçon que Voltaire a procédé de la sorte. En effet, alors qu’il est installé à Lunéville, il a déjà fait imprimer les 12 premiers cahiers chez l’imprimeur Prault à Paris (avril 1748). Il décide alors de confier la suite de l’impression à un imprimeur nancéien, Leseure. Ce second volet de l’impression utilise le même papier et les mêmes caractères typographiques que la 5e édition du Panégyrique de Louis XV, dont Nicolas Durival (1713-1795) attribue également l’impression à Leseure de Nancy. À son retour à Paris (fin août 1748), Voltaire fait réunir l’ensemble des cahiers qui, une fois brochés, seront distribués dans la capitale (10 septembre 1748), à la veille d’un nouveau séjour en Lorraine.

Zadig / Voltaire. Page de titre de l’édition Paris : Prault ; Nancy : Leseure, 1748. (in-12)

La Deuxième République à Nancy au prisme d’un humour scatologique

Édouard MENNESSIER (1811-1888). Suite de l’histoire de la vie cachée, puante, militaire, administrative, comique du docteur Boc, vidangeur de 1e classe, 1er zozo du theatre de Nanci, surnumeraire en retraite, fanatique garde national. 79 dessins au crayon légendés, sur papier, probablement réalisés à Nancy, en 1848.

Édouard Mennessier était le beau-frère de Marie Mennessier-Nodier (1811-1893), fille de Charles Nodier. Ce rapprochement n’est pas innocent : nous savons par ailleurs que cette dernière avait collaboré en 1842 à la publication de la Vie privée et publique des animaux illustrée par Grandville, le caricaturiste nancéien. Les talents et les productions sont sans rapport, mais la veine satirique anime nos deux artistes. Il faut rappeler qu’en 1848, les journées de février ont donné naissance à la Deuxième République. Dès le 2 mars, Nancy proclame la République et édite une médaille pour l’occasion. Au mois de juin, des insurrections ouvrières voient le jour et sont sévèrement réprimées par les gardes nationaux, à Paris comme en province. Notre « fanatique garde national » s’est donné pour tache de purger nombre de ses concitoyens et pourvoie à la vidange des lieux d’aisance.

Caricaturiste actif à Metz et Nancy, Édouard Mennessier livre ici sa série la plus scatologique avec le personnage de Monsieur Hoc, quelquefois accompagné de Madame Hoc. (« Hoc » ou « Boc », le nom varie dans la suite).

Édouard Mennessier. Monsieur Boc en homme de vidange s’en va faire ses provisions de comestibles nécessaires à sa subsistance et à celle de sa famille. Dessin, mine de plomb, daté 25 7bre 1848. (205 x 185 mm)

Dans la veine caricaturale, joint à l’ensemble ci-dessus, un collage du dessinateur GAVARNI (1804-1866) réalisé à partir d’une lithographie rehaussée en couleurs. Intitulé Charles Lallemend. Dit Boctes et par abréviation Boc, le dessin a été gravé par Adrien LAVIEILLE (1818-1862). Gavarni, caricaturiste actif à Paris a donné cette gravure pour illustrer la célèbre publication collective, avec Balzac en tête, Les Français peints par eux-mêmes qui paraît en 1853. Sur un mode mi-comique mi scientifique, elle se base sur la présentation de types sociaux représentatifs et inaugure le genre de la « littérature panoramique », en parallèle des physiologies.

Charles Lallemend. Dit Boctes et par abréviation Boc. Lithographie et collage signé Gavarni, datée 12 aout 1839. (210 x 272 mm)

Ensemble de six dessins représentant l’Université de Nancy (M-FG-DE-00230 à 235)

Ces six dessins faisaient partie d’un lot comprenant des estampes diverses et des cartes géographiques. Ces dessins représentent le bâtiment de la bibliothèque Stanislas au moment où elle a accueilli l’Université de Nancy donc entre 1855 et 1862. On retrouve les plans des différents étages du bâtiment mais aussi une coupe et la présentation de la façade, côté de la rue Stanislas.

Université de Nancy. Elevation sur la rue Stanislas. Dessin, encre et lavis d’encre, entre 1855 et 1862

Les consolations du poète (ms. 1955)

Hippolyte FARCY. Souvenir de mon meilleur ami. Nancy, vers 1872. Album de poèmes, illustré de 35 dessins, dont 22 exécutés à l’encre noire, 7 à l’aquarelle, 7 au lavis ou à la mine de plomb et 1 à la sanguine. In-4 oblong, 67 ff. Reliure demi-chagrin rouge, dos à nerfs orné de fleurons dorés.

Les poèmes, empreints d’une grande désolation, sont dans le genre moral et traitent des grands sentiments, amour, amitié, douleur, honneur, génie… Seul l’amour de Dieu semble soutenir le poète torturé et le raccrocher à la vie. Cependant, l’amour des femmes – d’une femme ?- celui des arts, ainsi qu’un fort sentiment patriotique l’animent et le consolent. Qui est le « meilleur ami » du titre ? On ne sait.

Une pièce est dédiée « A Sa Majesté l’Impératrice Eugénie à son passage à Nancy [en] 1866 », l’autre « A M. le baron Guerrier de Dumast qui m’avait envoyé son ouvrage Les Fleurs de l’Inde », une autre incite au soulèvement des Lorrains après la guerre de 1870, une douzaine de pièces sont liées au titre « Mendelsson à Nilda », poème onirique empreint de désespoir.

Les poèmes sont entrecoupés de courts textes anecdotiques ou drôlatiques. Étrangement, les dessins sont sans rapport avec les textes et figurent des portraits d’hommes, de femmes en costumes traditionnels, des paysages, des animaux, des académies.

De l’auteur, Hippolyte Farcy nous ne savons que peu de choses. Il est cité pour les souscriptions à un franc recueillies au Lycée impérial de Nancy à l’occasion de la restauration de la Galerie des Cerfs du Musée lorrain3. Il devait être alors y être élève ; Plus tard, à l’occasion de son admission à la Société d’archéologie et du Comité du musée lorrain, en qualité de membre titulaire, le 10 mai 1872, où il fut présenté par « MM. de Dumast, Henri Lepage et Laprevote »4.

Hippolyte Farcy. Profil féminin, dessin académique à l’encre avec insectes naturalistes à l’aquarelle en marge. (345 x 250 mm)

Un vaudeville tout à la gloire de Nancy (ms. 1956 T. 1-2)

Émile ROUSSEL (texte) ; Georges GUGENHEIM (texte et gestion des annonces) ; Paul Thomas (musique)  Nancy ! Tout le monde descend ! 1880

Deux volumes in-4. Le premier renferme le texte imprimé de la revue, 26 pp., avec une version autographiée fort différente de l’imprimé, 148 pp. ; Le tout est accompagné d’une documentation très complète comporant partitions, tract publicitaire et spécimen illustré de Nancy-Théâtre ainsi que 26 coupures de presse permettant d’apprécier la réception sans oublier le procès qui s’engagea entre Gugenheim, Thomas et Gravière le directeur du théâtre ; 14 lettres manuscrites signées adressées à Émile Roussel relatives aux costumes, aux décors, à la musique, aux acteurs…

Le second volume renferme principalement 11 photographies des comédiens en costume par Joseph Aloise Ferdinand Barcó (1848-1915), Nancy et une grande affiche originale (1150 x 800 mm).

L’acteur Sylvani en costume de Neptune. Photographie J. Barco, Nancy, 1880. (112 x 170 mm)

 

L’institution de l’Office du tourisme n’a pas encore vu le jour en 1880, ni à Nancy ni ailleurs, mais ce vaudeville imaginé par Émile Roussel et Georges Gugenheim semble tout droit sorti d’une association des commerçants et des édiles nancéiens pour la promotion de la cité. On ne s’en étonnera pas dans le contexte de l’après-guerre de 1870 où l’image d’une ville frontière comme Nancy est à réinventer. Il faut réaffirmer la force et l’attractivité de la ville.

Les qualités littéraires de la pièce ne sont pas à souligner, les enjeux sont ailleurs, mêlant politique, intérêt commercial et touristique dans un esprit ludique qui ne s’embarrasse pas de subtilité. La pièce en cinq actes et sept tableaux est un « vaudeville-revue » ainsi que les journaux de l’époque la désignent. Hommes illustres, rues, industries, commerces et faits divers de Nancy y sont abondamment cités et loués avec emphase ! « On dirait le Bottin mis en musique »5. Presque tous les artistes de la troupe d’opérette et de comédie jouent dans la revue. Elle sera donnée pour la première fois le 14 février 1880 et reprise plusieurs fois par le Casino, un café-concert qui innove avec ce type de spectacle. La partition compte près de quarante airs avec un chœur de femmes et et un autre de trente à quarante enfants ! D’après la presse locale bien représentée dans les 26 coupures conservées, la réception semble mitigée : quand elle n’est pas laudative, elle émet surtout des réserves sur les longueurs. À propos de presse, signalons en particulier les Couplets des Journaux pour lesquels « Les auteurs ont eu une inspiration heureuse et appréciée en caractérisant avec un tact parfait chacun des organes de presse locale »6.

“Nancy tout le monde descend ! est la première revue vraiment locale qui se jouera sur le théâtre de notre ville ; c’est une tentative de décentralisation des plus méritoires qui est d’un bon augure pour l’avenir de nos jeunes écrivains et compositeurs nancéiens et qui, à ce point de vue, mérite la sympathie et l’encouragement de tous ceux qui ont quelque souci de la réputation de notre vieille Lorraine.”7

Si l’arrivée des eaux de la Moselle et les fêtes d’août sont les évènements de l’année 1880, on n’oubliera pas de tirer la leçon de la fête patriotique de 1879, année qui vit s’ériger la statue d’Adolphe Thiers sur la place désormais éponyme8. Sept tableaux évoquent la ville : la gare avec « L’arrivée du train » ; un intérieur bourgeois « Chez Rigolin » ; « La fontaine de Neptune » heureusement incarnée par le comédien Sylvani, très apprécié ; « A travers la ville » présente la rue Saint-Dizier avec le marché, le Point Central et la criée ; « La Foire de Mai – Les eaux de la Moselle » ; « Le Dîner chez Baudot » ; Enfin, le clou du spectacle, à propos duquel la presse locale est très divisée, célèbre Adolphe Thiers « Le libérateur du territoire ».

L’actrice Melle Saint Laurent en allégorie de la Pépinière avec un kiosque sur la tête. Photographie J. Barco, Nancy, 1880

L’œil humaniste du graveur Paul-Émile Colin sur le chef d’œuvre réaliste de Zola, Germinal (Rés. 4874 T. 1-2)

Quand ce n’est pas précisément notre bonne ville, c’est notre région, la Lorraine, qui s’illustre à travers l’un de ses artistes, Paul-Émile Colin, toujours très suivi par notre veille, aussi bien pour ses gravures que pour ses cuirs incisés dans le domaine de la reliure.

Émile ZOLA (1840-1902) ; Paul-Émile COLIN (1867-1949) illustrateur. Germinal. Paris : Pour les cent bibliophiles,1912. Première édition illustrée par Paul-Émile Colin. Tirage limité à 120 ex. sur papier filigrané, celui-ci n°102 imprimé pour Henri Vever.

On trouvera le détail précis de cette édition en exemplaire très enrichi dans notre catalogue en ligne.

Paul-Émile Colin est un artiste lorrain qui a illustré de nombreux ouvrages par ses gravures sur bois. Particulièrement actif dans le monde de la bibliophilie, il a réalisé des ouvrages ornés de cuirs incisés et complétés par des dessins préparatoires et des suites de gravures. La bibliothèque Stanislas conserve déjà nombre de ses œuvres dont un recueil contenant 96 dessins originaux pour le Germinal de Zola (Ms. 1866)

Le tome I est truffé d’une peinture originale, le tome II de deux dessins préparatoires à des illustrations non retenues, de l’invitation et du menu pour l’Assemblée générale annuelle de l’association des cent bibliophiles. Une suite complète tirée à part est reliée après le texte.

Paul-Émile Colin. [Mineurs dans une galerie]. Peinture originale en noir avec rehauts blancs sur papier brun pour le T. I de Germinal. (113 x 80 mm)
Les reliures plein maroquin brun sont signées Canape : elles intègrent des cuirs incisés, peints et dorés et des matrices en bois incrustées dans les plats inférieurs. Elles s’ouvrent sur des gardes peintes, d’inspiration symboliste.

  • Tome 1 : plat supérieur au cuir incisé incrusté représentant un couple se soutenant dans les grandes plaines du Nord ; Plat inférieur avec le bois original « Le déjeuner des Maheu » qui illustre la p.19.
  • Tome 2 : plat supérieur au cuir incisé incrusté figurant un mineur portant le corps inerte d’un de ses jeunes compagnons dans la mine ; plat inférieur avec le bois original « Le baiser de la Mouquette » qui illustre la p. 315 du premier tome

Hommage à Jacques Callot, tout en élégance ! (P-FG-ES-07346)

Nathalie GRALL. Callographie, gravure au burin sur papier.

Dans cette gravure tirée à 30 exemplaires seulement, l’artiste Nathalie Grall (née en 1961) rend hommage au célèbre graveur lorrain Jacques Callot (1592-1635). Elle reprend la composition et les personnages de la gravure intitulée « Les deux pantalons » datée de 1616-1617, dans la version où les deux coquins se tournent le dos, tout en s’affranchissant du geste obscène esquissé par l’un d’eux.



Citer ce billet
mfrancois (2023, 1 avril). Nouvelles acquisitions patrimoniales entrées dans les collections en 2022. Épitomé. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oh3s

  1. Cité par Jacquot, Albert dans « Anoblissement d’artistes lorrains », Réunion des Sociétés des Beaux-Arts des Départements 9 (1885), pp. 119-120 et dans Jacquot, Albert La Musique en Lorraine : étude rétrospective d’après les archives locales. Troisième édition. Paris, 1886, p. 45. []
  2. Nobiliaire ou Armorial général de la Lorraine et du Barrois, Nancy, 1758, tome I, p. 28. []
  3. Journal de la Société d’archéologie et du Comité du musée lorrain, 8e année, 3e numéro, mars 1859, p. 73. []
  4. Journal de la Société d’archéologie et du Comité du musée lorrain, 21e année, 6e numéro, Nancy, juin 1872, p. 114. []
  5. Le Progrès de l’Est, mardi 17 février 1880. []
  6. Le Courrier, mardi 17 février 1880. []
  7. Le Courrier, samedi 14 février 1880. []
  8. Place Simone-Veil depuis juillet 2018. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.