Les premières bibliothécaires (vers 1937-1945)

Les lectrices sont entrées dans la bibliothèque avant les femmes bibliothécaires. Dès 1882, le prêt au dehors est ouvert aux directeurs des écoles municipales (préélémentaires et élémentaires), et cela inclut les directrices des écoles de filles. En temps de guerre, en 1915, une petite annotation montre que les élèves de l’École normale d’institutrices bénéficient de ce même droit, à propos des élèves meusiennes réfugiées à Nancy.

Il faut cependant attendre la fin des années 1930 pour que la première titulaire d’un diplôme de bibliothécaire apparaisse dans les effectifs. Quelques années plus tôt, en réponse à une demande d’une Mlle Tétry, licenciée ès sciences et souhaitant s’inscrire en doctorat, d’être employée comme d’autres étudiants au classement des livres, le conservateur Jean Colin (1898-1980) répondait : « nous n’employons pas de dames, et par ailleurs notre personnel auxiliaire est au complet »1.

Des bibliothécaires au féminin

On doit très probablement l’entrée des femmes, qui devient flagrante pendant la deuxième guerre mondiale, au sein du personnel, à Fernand Thirion, successeur de Colin à partir de 19372.

En 1940, l’adjointe au conservateur se nomme Armelle Lemoine (1908-2002). Fille du général Félix Lemoine (1872-1934), elle a étudié à l’École des Chartes et a obtenu son diplôme technique de bibliothécaire en 1935. Elle soutient par ailleurs un diplôme d’études supérieures sur le grenier à sel de La Charité-sur-Loire au xviiie siècle3. Sa nomination à Nancy est postérieure à 1937, date à laquelle elle habite encore Paris avec sa sœur. Dans le courant de l’année 1942, elle est nommée à la bibliothèque de la faculté de droit de Paris.

Geneviève Koest (1913-1998) remplace Armelle Lemoine. Fille de pasteur originaire de Nancy, il s’agit vraisemblablement de son premier poste, qu’elle quitte à la fin de la guerre, dans le cadre d’un échange avec René Cuénot, pour la faculté de droit de Nancy – prise de poste qui n’est pas tout à fait concomitante car les deux sont mentionnés comme bibliothécaires de l’Université en 19464. Elle y dirige par la suite la bibliothèque de médecine, et en 1971 prend la direction de la BIU d’Aix-Marseille5.

Une sous-bibliothécaire fait partie des effectifs en 1940, Jeanne Nieuwjaer. À cette date, elle est mentionnée également comme membre du bureau de la Fédération des représentants du personnel titulaire des services municipaux6.

Simone Chardin la rejoint en 1942, portant à deux le nombre de femmes dans l’effectif des 5 sous-bibliothécaires. Cependant, celle-ci fait l’objet quelques années plus tard d’un rapport très salé du directeur, qui demande sa révocation pour incompétence, désinvolture, mœurs légères et enfin irrespect envers sa hiérarchie, ayant insulté son supérieur devant les lecteurs. En 1945 deux aides-bibliothécaires auxiliaires sont recrutées, Marthe Maugard et Odile Prévot.

Evocation d’une bibliothécaire de la fin des années 1930 par une bibliothécaire des années 2020.

Le personnel auxiliaire

Le personnel féminin de la bibliothèque se compose aussi d’une apparitrice, Marguerite Gradoux, d’une dame du vestiaire, Marie-Louise Willaume, et d’une concierge, Marie-Louise Bégard dont l’époux est appariteur (d’autres couples appariteur-concierge ayant été relevés dans les effectifs auparavant).

Enfin Thirion compte dans les effectifs les débarrasseuses ou femmes de ménage, au nombre de 3 simultanément. En 1942, il présente la candidature de deux d’entre elles, Madeleine Dusson, divorcée et mère de 2 enfants (arrivée en 1938), et Marie-Louise Ferry, veuve avec une fille (arrivée en 1935), à l’obtention d’une prime sur les heures supplémentaires de travail.

À partir des années 1950, l’effectif devient peu à peu paritaire. En 2023, la part des femmes dans le réseau des Bibliothèques de Nancy atteint 80 %.

Note : L’absence d’archives photographiques du personnel datant de cette période, sauf un portrait du (très) conservateur Jean Colin, a rendu cet article impossible à illustrer, sauf à recourir à des artifices. La rédaction d’Épitomé remercie donc les bibliothécaires des années 2020, Laurence, Corinne, Julie et Jeanne-Lise, qui se sont prêtées au jeu de l’évocation de leurs consoeurs pionnières, lors de la Folle soirée de Stan « années 30 » du 10 novembre 2023.



Citer ce billet
Claire Haquet (2023, 28 mars). Les premières bibliothécaires (vers 1937-1945). Épitomé. Consulté le 14 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oh3r

  1. Archives historiques de la bibliothèque, correspondance, 25.06.1930. []
  2. Archives historiques de la bibliothèque, série I, notamment I8. []
  3. Publié dans le Bulletin de la Société nivernaise des lettres, sciences et arts, 1934, p. 123-148, 429-456, 573-615. []
  4. « Inauguration de l’exposition du livre lorrain », L’Est républicain, 13 mai 1946, p. 2. []
  5. Nelly Kuntzmann, « Des étudiantes et des femmes-bibliothécaires à l’Université d’Aix-Marseille ; quelques repères (1864-1971)», La Lettre des BU, no 8, 2013, p. 2-3. []
  6. L’Est républicain, 11 janvier 1940, p. 3. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.