Les estampes animalières de Michel Jamar

Depuis 2013, la Bibliothèque Stanislas conserve dans ses murs une grande partie de l’œuvre de Michel Jamar (1911-1997). Artiste aux multiples facettes – tout à la fois graveur, peintre, dessinateur – c’est dans l’art de la gravure qu’il s’est particulièrement illustré. Son œuvre gravé est traversé par différents genres et thèmes : portraits, paysages, nus féminins ou animaux, qui est le sujet qui nous intéresse ici. Chats, chiens, oiseaux ou rhinocéros, domestiques ou sauvages, sont mis en scène dans des décors qui leur sont familiers, dans le style expressif propre à Michel Jamar.

Le corpus d’estampes animalières  

Composé de 37 estampes pour 96 épreuves, ce corpus est unifié par son thème bien entendu, mais également par la technique employée.

Des gravures sur bois

Toutes les estampes animalières du fonds Jamar sont en effet des xylogravures, autrement dit des gravures sur bois, avec impression sur papier. De grand format, elles ont été réalisées selon la technique de la gravure sur bois de fil, qui permet de travailler des plaques de large surface car coupées dans le sens de la fibre du bois. Le bois est un matériau très utilisé en gravure, notamment pour l’expressivité donné au trait : le support, dur, est difficile à travailler et nécessite donc « une lutte sans merci contre la matière de base1  » de la part du graveur. Lignes vives, angles marqués : la xylogravure donne lieu à des formes relativement simples et directes, porteuses d’expressivité formelle. C’est le cas des estampes animalières de Michel Jamar, bien que plusieurs d’entre elles montrent aussi un grand niveau de détail et de minutie.
Il faut également noter que les matrices sont pour certaines intégrées au fonds Jamar : en ce qui concerne les estampes animalières, vingt-sept matrices en bois font partie du fonds, vingt-trois d’entre elles  ont servi à imprimer des estampes conservées dans cette collection. Ainsi, environ les deux tiers des estampes animalières conservées à la Bibliothèque Stanislas peuvent être étudiées en regard de leur matrice.

Outils de gravure de Michel Jamar et matrice de bois

Des estampes en noir et blanc mais aussi en couleur

La plupart des estampes animalières de Michel Jamar ont été réalisées à l’encre noire, mais certaines sont également colorées. Les estampes en noir et blanc sont les plus nombreuses, et les estampes en couleur sont pour certaines épreuves aussi présentes en noir et blanc. La couleur peut être présente dès l’impression de l’épreuve, comme c’est le cas pour le Taureau et le Rhinocéros qui donnent à voir un fond coloré sur certaines, ou bien par ajout a posteriori. Lorsque la couleur est ajoutée à la main, il peut s’agir de crayon ou encore de pastel sec. La manipulation de ces estampes doit alors se faire de manière précautionneuse, afin d’éviter d’altérer la colorisation du fait de la volubilité des pigments, qui sont souvent pulvérulents. Cette altération  est par exemple visible sur Coq et lézard, où des traces de pigments colorés se sont déposées dans les marges blanches, dépassant le cadre de l’image.

Coq et Lézard (M-JA-ES-00086 ) – Gravure sur bois de fil, impression sur papier, 322 x 498 mm – Fonds Jamar, Bibliothèque Stanislas, Nancy

De la difficulté de dater les œuvres

Les œuvres sont non-datées pour la quasi-totalité d’entre elles, l’artiste n’ayant que rarement indiqué leur date de création. Il semblerait qu’elles aient été réalisées sur une même période qui s’étend, selon son fils Xavier Jamar, des années 1970 jusqu’au début des années 1990. C’est sans doute l’une des raisons pour laquelle ces estampes présentent des similitudes, que ce soit au niveau du style ou de la composition. L’ordre chronologique de leur réalisation ne peut ainsi qu’être hypothétique ; toutefois, on peut supposer cet ordre à partir du style graphique des œuvres, qui présente certaines évolutions et variations.

Ainsi, ce qui seraient les premières estampes – Félin (La Civette)Antilope et Panthère à la Lanterne – laissent visibles les nervures du bois de la matrice, qui ne sont plus aussi apparentes sur les suivantes.

Félin (La Civette) (M-JA-ES-00044, 00045, 00046, 00047) – Gravure sur bois de fil, impression sur papier, 495 x 650 mm – Fonds Jamar, Bibliothèque Stanislas, Nancy

Ces marques ont peut-être été laissées à dessein par l’artiste, que ce soit pour rappeler la technique employée ou pour servir l’image elle-même. En effet, le mouvement des lignes du veinage du bois s’insère bien dans le pelage des animaux, ce qui donne une impression de mouvement dans leur fourrure, et va même jusqu’à y créer des motifs. Dans le même temps, elles annoncent les principales caractéristiques de la grande majorité des estampes animalières de Michel Jamar, notamment au niveau de la composition de l’image.

Antilope (M-JA-ES-00032, 00033, 00081) – Gravure sur bois de fil, impression sur papier, 490 x 640 mm – Fonds Jamar, Bibliothèque Stanislas, Nancy
Panthère à la lanterne (M-JA-ES-00075, 00074-R) – Gravure sur bois de fil, impression sur papier, 499 x 648 mm – Fonds Jamar, Bibliothèque Stanislas, Nancy

La composition des estampes animalières 

Au centre, seul, dans une pose souvent statique et hiératique, avec un regard parfois fixé sur le spectateur : l’animal n’a pas une place décorative ou secondaire mais s’impose bien comme le sujet principal de ces estampes. L’individualisation de la figure et sa mise en valeur en font ce qu’on pourrait qualifier de véritables portraits animaliers.

Entre naturalisme…

Michel Jamar représente l’animal de manière assez réaliste, dans le sens où il est figuré dans son environnement naturel, sans anthropomorphisation, et qu’il a des attitudes propres à une bête. Le sens de l’observation aiguë de l’artiste et ses croquis réalisés sur le vif lors de visites au zoo ne sont sans doute pas étrangers à cet aspect naturaliste.
Cependant, si l’animal ne présente aucun trait ou caractère anthropomorphique, il n’en est pas pour autant dépourvu d’une certaine sensibilité, voire dans certains cas d’une « humanité ». Cela est visible dans l’expression, les attitudes qui sont données à certains animaux, tout particulièrement les animaux domestiques, représentés dans le corpus d’œuvres par les chiens et les chats. Par exemple, le Chien regardant une lanterne a quelque chose de touchant, la lueur de son regard répondant à celle de la flamme de la lanterne alors qu’il observe un papillon de nuit ; ou encore le Chien aux pots de fleurs, le regard ouvert fixé sur le spectateur, qui semble esquisser un sourire.

Chien regardant une lanterne (M-JA-ES-00039-R, 00040) – Gravure sur bois de fil, impression sur papier, 323 x 500 mm – Fonds Jamar, Bibliothèque Stanislas, Nancy
Petit chien aux pots de fleurs (M-JA-ES-00034) – Gravure sur bois de fil, impression sur papier, 504 x 640 mm – Fonds Jamar, Bibliothèque Stanislas, Nancy

… et expressivité formelle

Cet aspect naturaliste cohabite dans le même temps avec une recherche d’expressivité formelle. Les estampes animalières de Michel Jamar font en effet état d’une stylisation voire d’une géométrisation des formes. Cela est particulièrement manifeste sur les œuvres Rhinocéros et Taureau, qui datent vraisemblablement de la même période étant données leurs similitudes. Sur ces deux estampes, les lignes de construction du corps des animaux sont laissées visibles, ce qui leur donne cet aspect géométrisé. Mais là encore, le souci d’un certain réalisme est malgré tout présent : les proportions anatomiques sont respectées, et un certain nombre
de détails sont visibles, comme les plis de la peau du taureau.

Taureau (M-JA-ES-00001, 00002, 00003, 00004, 00005)- Gravure sur bois de fil, impression sur papier, 452 x 643 mm – Fonds Jamar, Bibliothèque Stanislas, Nancy
Rhinocéros (M-JA-ES-00006, 00007, 00008, 00009, 00010, 00011, 00012, 00061) – Gravure sur bois de fil, impression sur papier, 450x 640 mm – Fonds Jamar, Bibliothèque Stanislas, Nancy

Si cet aspect géométrique est particulièrement visible sur ces deux estampes, il est également présent dans toutes les estampes animalières de Michel Jamar : par exemple, les pierres au premier plan de La Civette sont de simples rectangles laissés blancs. L’artiste évolue ainsi sans cesse entre stylisation et naturalisme des formes.

De la discrétion au foisonnement : la place du décor

Si certaines estampes, telles que Taureau ou Rhinocéros, présentent un décor réduit à une simple ligne d’horizon, ce dernier est souvent développé de manière importante voire foisonnante. L’animal est en général inscrit dans son environnement naturel : nature et végétation lorsqu’il s’agit d’un animal sauvage (AntilopeFélin à longs poils attrapant un oiseau), intérieurs ou figuration d’habitations dans le paysage lorsqu’il s’agit d’un animal domestique (Chat à la Lanterne et aux GravuresLe Grand Chien). En ce qui concerne le décor végétal et naturel, on peut remarquer que Michel Jamar représente souvent les mêmes espèces de plantes, quels que soient les animaux représentés. Or, ceux-ci vivent dans des zones géographiques qui peuvent être très différentes, laissant penser que la représentation de la végétation a un rôle plus ornemental que documentaire.

Félin à longs poils attrapant un oiseau (M-JA-ES-00064, 00065, 00066) – Gravure sur bois de fil, impression sur papier, 332 x 500 mm – Fonds Jamar, Bibliothèque Stanislas, Nancy
Chat à la lanterne et aux gravures (M-JA-ES-00021, 00022) – Gravure sur bois de fil, impression sur papier, 500 x 655 mm – Fonds Jamar, Bibliothèque Stanislas, Nancy
Détail, Le Grand Chien (M-JA-ES-00062, 00063) – Gravure sur bois de fil, impression sur papier, 328 x 502 mm – Fonds Jamar, Bibliothèque Stanislas, Nancy

Le décor occupe un rôle important dans ce corpus d’estampes : sur certaines d’entre elles (Le Tamanoir, Félin et fleurs, L’ours, Oryctérope), qui paraissent toutes dater de la même époque, l’animal semble se fondre dans le décor composé d’une végétation fournie et très détaillée, figurée au premier comme au second plan de l’image. Le motif végétal, et plus particulièrement ici floral, est mis en valeur par son omniprésence, à tel point que l’on peut dire qu’il s’agit du deuxième sujet principal des œuvres.

Le Tamanoir (M-JA-ES-00031, 00077) – Gravure sur bois de fil, impression sur papier, 500 x 661 mm – Fonds Jamar, Bibliothèque Stanislas, Nancy
Félin et Fleurs (M-JA-ES-00023, 00024, 00076) – Gravure sur bois de fil, impression sur papier, 540 x 660 mm – Fonds Jamar, Bibliothèque Stanislas, Nancy
L’ours (M-JA-ES-00028, 00029, 00030, 00049, 00079) – Gravure sur bois de fil, impression sur papier, 502 x 656 mm – Fonds Jamar, Bibliothèque Stanislas, Nancy
Oryctérope (M-JA-ES-00041-R, 00042, 00043) – Gravure sur bois de fil, impression sur papier, 450 x 557 mm – Fonds Jamar, Bibliothèque Stanislas, Nancy

Conclusion 

Les gravures animalières sont parmi celles qui ont été cataloguées assez tôt après les donations successives de son œuvre à la Bibliothèque Stanislas. Bien que ce thème iconographique ne soit pas prédominant au sein de l’ensemble de l’œuvre gravé de Michel Jamar en comparaison avec d’autres – notamment les paysages et les ex-libris, très nombreux –  il en constitue tout de même une part représentative, permettant de se familiariser avec l’art de ce graveur. Le travail sur cette collection se poursuit encore actuellement, avec notamment le catalogage et l’estampillage des milliers d’estampes, matrices, dessins, peintures et documentation qui constituent aujourd’hui le fonds Jamar.



Citer ce billet
lhedjiedj (2023, 5 décembre). Les estampes animalières de Michel Jamar. Épitomé. Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oh3u

  1. Per Amann, Le Bois Gravé, Berghaus International., Allemagne, 1986, p. 107. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.