Les archives de l’internet : un patrimoine à préserver

Depuis le 23 janvier 2015, la Bibliothèque Stanislas, pôle associé de la Bibliothèque nationale de France pour le dépôt légal imprimeur, donne accès au patrimoine de l’internet français collecté et conservé par la BnF.

L’Internet, un patrimoine en péril

Saviez-vous que la durée de vie moyenne d’une page web est inférieure à 4 ans ? Et que de nombreuses institutions, médias ou associations ont cessé de produire des publications sur papier pour les remplacer par des  équivalents web, souvent enrichis de médias audiovisuels et d’infographies qui ne peuvent pas trouver d’expression matérielle ? Au-delà des productions personnelles (blogs, pages persos, commentaires…),  Internet est devenu un média à part entière.

Le site Internet Archive permet de remonter à l'archéologie du web, en un temps où Google n'existait pas encore.
Avant le dépôt légal de l’internet, le site Internet Archive permet de remonter à l’archéologie du web en 1998, en un temps où Google n’existait pas encore tout à fait.

C’est en 2006 que la loi a donné mission à la Bibliothèque nationale de France de collecter et de conserver les « services  de communication au public par la voie électronique » produits sur le domaine français1. Cette collecte à très larges mailles a conduit en 2014 à l’archivage de 1,8 milliard de fichiers. Le web français est défini par le décret du 11 décembre 2011 comme l’ensemble des sites en .fr2, des sites dont le nom de domaine a été réservé par une personne physique ou morale hébergée en France, et des sites proposant des contenus dont on peut prouver qu’ils ont été produits sur le territoire national.

Des collectes ciblées sont menées en parallèle pour répondre à des projets documentaires particuliers, ou des collectes d’urgence comme celle déclenchée dès le 8 janvier 2015 à la suite de l’attentat contre le journal Charlie Hebdo. Ces collectes ciblées sont menées en partenariat avec des laboratoires de recherche et les bibliothèques du territoire qui jouent un rôle de signalement de ressources régionales échappant souvent aux robots chargés de collecte.

À la recherche d’un internet lorrain

Ainsi, en 2010 puis en 2012, la bibliothèque de Nancy a participé aux collectes de sites internet dans le cadre des élections régionales et législatives. Pendant plusieurs semaines, les bibliothécaires ont surfé sur le web lorrain pour repérer et signaler les blogs, comptes Facebook, interventions et diaporamas des partis politiques et des candidats de tous les horizons et de tous les départements de la région Lorraine. Dès le lendemain du 2e tour de l’élection, plusieurs de ces sites ont fermé, et leurs publications auraient été perdues sans cet archivage3.

En 2015, un nouveau besoin apparaît au sein du Fonds lorrain : collecter des sites web qui constituent la « mémoire en ligne » de la région, au même titre que la documentation imprimée qui arrive par le biais du dépôt légal. Comment garder trace autrement de l’histoire du Crédit municipal de Nancy, publiée sous forme d’un livre PDF à télécharger,  ou du site événementiel de Renaissance Nancy 20134 ?

Le site web de la ville de Nancy en 2006
Le site web de la ville de Nancy en 2006

Consulter et utiliser les archives de l’Internet

Afin de respecter les droits d’auteur et droits voisins qui peuvent être attachés aux archives des sites web, la consultation de ces pages est strictement encadrée par la loi5. C’est pourquoi la connexion s’effectue à la Bibliothèque Stanislas de Nancy sur certains postes de la salle de consultation patrimoniale et sur dépôt d’une carte de lecteur ou d’une pièce d’identité.

Les utilisateurs du service se connectent directement aux serveurs de la BnF et effectuent leurs recherches tout comme s’ils se trouvaient dans ses salles. Ils peuvent effectuer des copies d’écran, copier-coller des passages de texte ou des images, mais la copie complète d’un site sur un appareil externe n’est pas autorisée.

Pour en savoir plus :

  • Historique de l’archivage du web à la BnF
  • Fabienne Greffet (chercheure à l’ISAM-IAE de l’université de Lorraine), avec Frédérick Bastien, « Les campagnes électorales sur internet, une comparaison entre France et Québec », dans Hermès no 54 (en ligne).

 

 

  1. Inscrite à l’article R-132 du Code du Patrimoine . []
  2. .nc, .re… []
  3. Voir le panorama dressé en 2010 : aujourd’hui, de nombreux sites ont disparu ou ne sont plus alimentés. []
  4. L’intégralité du site a été captée avant sa réduction à quelques pages de « retour sur l’événement ». []
  5. Loi du 1er août 2006 et  arrêté du 16 septembre 2014. []

Une réflexion sur « Les archives de l’internet : un patrimoine à préserver »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.