Que fait Stanislas à la Monnaie de Paris ?

La voix libre du citoyen – en polonais Głos wolny wolność ubespieczaiący – est l’une des œuvres politiques et philosophiques de Stanislas 1er conservées à la Bibliothèque-médiathèque de Nancy1. Cet ouvrage, attribué sous réserve au roi Stanislas, aurait été composé en 1738 et imprimé à Nancy en 1749, ou en Pologne, à Torun ou Dantzig2.

Stanislas à la Monnaie de Pris
Stanislas à la Monnaie de Paris

Dans le tome premier de la Description de la Lorraine et du Barrois, Nicolas Luton Durival nous renseigne. Il rapporte que Stanislas « écrivit en langue polonoise un des meilleurs ouvrages qui ayent jamais été fait sur ce pays [la Pologne], où il a une grande autorité. Il fut imprimé à Nancy, chez Antoine en 1749, mais sous la date 1733 & avec le titre Glos Wolny. Il fut traduit en françois, revû par l’auteur, retouché par M. de Solignac, & enfin par M. Tercier qui le fit imprimer à Paris, en 1749, sous le titre La Voix libre du citoyen, in-12, 2 parties. M. Tercier, ancien premier commis des affaires étrangeres, étoit à Dantzig pendant que Stanislas y étoit assiégé par les Russes. Il fut anobli par lettres-patentes de Stanislas ».

Le traducteur précisera dans l’édition française que l’ouvrage « contient des préceptes de politique, nécessaires surtout à tous les Etats républicains. C’est aussi un des motifs qui m’a porté à le traduire. Heureux si j’ai réussi à rendre toute la force avec cette naïveté élégante qui en fait le caractère distinctif ».

L’ouvrage qu’on vient de présenter est visible, depuis le 18 avril et jusqu’au 5 juillet 2015, à la Monnaie de Paris. A priori, rien d’étonnant, mais il faut ajouter que La voix libre du citoyen est montrée dans le cadre de l’exposition « Marcel Broodthaers Musée d’Art Moderne-Département des Aigles ». Mais encore ? Quel rapport entre l’artiste plasticien et notre livre ancien ? On est tenté de répondre « rien et tout à la fois ! » Un rappel historique s’impose.

En 1968, le contexte européen est marqué par la réflexion sur les changements de la société, de l’art et de ses institutions. Marcel Broodthaers, artiste polymorphe, poète, photographe, réalisateur de films, nourrit alors une réflexion avancée sur les rapports entre l’œuvre d’art, le musée et le public. Il crée dans sa maison de Bruxelles Le Musée d’Art Moderne – Département des Aigles et s’en proclame Directeur. Entre 1968 et 1972, plusieurs sections naîtront dans différentes villes d’Europe. Le succès est au rendez-vous, la consécration même ! Autant dire, pour Broodthaers, que l’heure est venue de mettre un terme à l’aventure : en 1972, à la Documenta V, le Musée d’Art Ancien. Galerie du xxe siècle clos la série.

Page de titre
Page de titre de l’ouvrage de Stanislas

Revenons à La Voix livre du citoyen. La page de titre est agrémentée d’une vignette gravée sur cuivre figurant un aigle enserrant un phylactère à la devise de Stanislas. C’est à ce titre, et à ce titre seulement que l’ouvrage est montré dans l’exposition hommage au Musée d’Art Moderne – Département des Aigles3. Le livre figure en bonne place sur un imposant lutrin, lui-même en forme d’aigle, prêt du Musée Lorrain de Nancy . Derrière le lutrin, une vitrine semi-circulaire offre à l’œil une collection parfaitement hétéroclite d’objets figurant des aigles. Qu’on ne s’y trompe pas, il ne s’agit pas de traiter du thème de l’aigle dans l’art et dans la culture populaire. Si la symbolique du pouvoir, associée à la représentation de l’aigle, n’est pas absente des préoccupations de Broodthaers, il ne faut pas voir en chaque objet une illustration de cette symbolique mais plutôt, à travers l’accumulation d’objets porteurs de ce symbole, une incitation à la réflexion sur la muséographie. Chaque objet considéré isolément n’est pas un objet d’art ; la réunion d’objets disparates, à la manière d’un cabinet de curiosité, est une mise en scène ou une installation qui confère toute sa valeur à l’ensemble. La valeur de l’art, c’est justement tout le questionnement de Marcel Broodthaers.

  1. Cet in-4° porte la cote Rés. 4091 []
  2. Bibliografia Estreichera, T. XXI, p. 218 []
  3. Les pièces présentées dans le cadre de l’exposition sont celles initialement sélectionnées pour l’exposition de M. Broodthaers en 1972. Il s’agit ici d’une quasi reconstitution adaptée aux lieux []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *