Tous les articles par celhuillier

Une classe en résidence à la bibliothèque

En janvier 2022, la Bibliothèque a accueilli une classe de CM2 en résidence. L’occasion pour une vingtaine d’élèves d’investir le bâtiment et de découvrir le patrimoine écrit tout en travaillant sur une thématique riche et transversale : le voyage.

Contexte

La Bibliothèque Stanislas accueille en moyenne une quinzaine de classes par an, de l’école primaire au lycée, lors de parcours d’1h30 maximum. L’objectif de ces accueils est de donner aux élèves un accès au patrimoine écrit, à l’histoire du livre mais aussi à l’histoire de leur ville et de leur région.

En septembre 2021, le rectorat et la Délégation Académique à l’Action Culturelle nous soufflent l’idée d’accueillir une classe d’école primaire en résidence sur une période plus longue, comme le font déjà d’autres structures culturelles.

Défi relevé, nous proposons à une classe de CM2 du quartier de Beauregard à Nancy, quartier prioritaire éloigné de la bibliothèque, de venir passer une semaine complète dans nos murs.

Déroulement

La classe est installée dans la salle de consultation patrimoniale.

Le programme de la semaine est conçu en étroite collaboration avec l’enseignante, Mme Delphine Muller-Derhé, plusieurs semaines en amont de la résidence. Nous choisissons de placer cet accueil sous la thématique du voyage. Ce thème, exploité par les élèves dans le cadre d’un projet plus large, permet de montrer des documents patrimoniaux variés et représentatifs de nos collections. Il s’agit également d’un thème suffisamment transversal pour construire des ponts entre différentes disciplines.

Il est convenu dès la préparation du projet qu’il s ‘articulerait en trois temps : la classe aura des temps d’enseignement « classiques », des moments d’accueil consacrés à la découverte de la bibliothèque et de ses collections, ainsi que des ateliers avec des intervenants extérieurs.

Nous faisons donc appel à deux intervenants pendant la semaine pour enrichir le propos :

  • Katia Mourer, artiste plasticienne, propose de travailler avec les élèves à la réalisation d’une carte imaginaire,
  • Bruno Ricci, comédien, donne aux élèves l’opportunité d’apprendre à oraliser un texte.

Concernant la découverte du patrimoine écrit, la thématique du voyage est abordée à travers 3 aspects : l’histoire de la cartographie, le récit de voyage et les livres d’artiste.

La carte imaginaire réalisée par tous les élèves et Katia Mourer pendant la semaine, représente un lieu imaginaire qu’ils ont nommé “l’Archipel de Beauregard”.

La première journée est dédiée à la découverte du lieu. La semaine commençant un lundi, jour de fermeture de la bibliothèque, l’accueil se fait de manière ludique et relativement libre : une visite par petits groupes, une présentation de plusieurs documents représentatifs de nos collections pour finir par un mini jeu de piste dans les différents espaces du bâtiment du XVIIIe siècle. L’objectif est de permettre aux élèves de découvrir et comprendre les lieux dans lesquels ils vont passer une semaine, de se repérer dans les espaces et d’en prendre possession. Pari réussi, les élèves ont très vite été à l’aise pour circuler et se repérer dans ce grand bâtiment ancien.

Les trois autres jours de la semaine sont partagés entre ateliers d’expression artistique, enseignements traditionnels et découverte des collections de la bibliothèque. Cela permet de travailler en groupes de 5 à 10 élèves maximum, favorisant les échanges et la participation de tous.

Les différents ateliers se répondent souvent : les enseignements fondamentaux sont préparés en lien avec la thématique du voyage, les découvertes de livres anciens viennent enrichir le vocabulaire plastique proposé par l’artiste pour la création de la carte.

Atelier d’arts plastiques

Un espace dédié en salle patrimoniale

Une classe en résidence, une semaine complète, est un accueil qui peut s’avérer lourd à prendre en charge. Si nos espaces de travail sont conçus pour des publics étudiants, lycéens ou enseignants, ils le sont moins pour des classes de primaire. Il faut donc s’adapter et anticiper les aspects logistiques : transports quotidiens, cantine, récréations.

 

https://twitter.com/bmnpatrimoine/status/1484098523398344704

Pour l’occasion, nous réservons la salle patrimoniale aux élèves afin qu’ils puissent s’y installer comme s’il s’agissait de leur propre salle de classe : les écoliers y laissent chaque soir une partie de leurs affaires, des paper-boards pallient l’absence de tableau blanc. Les collègues de la section jeunesse de la médiathèque ont préparé une sélection d’ouvrages, albums, documentaires et bandes dessinées, sur la thématique du voyage ; sélection installée dans un coin de la salle à la manière des BCD de classe. La ludothèque est également partie prenante, en sélectionnant plusieurs jeux sur la thématique. La salle patrimoniale est donc divisée en plusieurs petits espaces : espace de travail, espace de jeux et de détente, espace d’arts plastiques.

La salle de l’Académie, aimablement prêtée par l’Académie de Stanislas, permet d’ajouter un espace supplémentaire d’activités précieux pour travailler en petits groupes. Du fait de son acoustique, eIle sert particulièrement à l’atelier d’oralisation mené par Bruno Ricci.

Atelier d’oralisation dans la salle de l’Académie de Stanislas

Les récréations ont lieu dans la cour de la bibliothèque ; les élèves mangent chaque midi au restaurant universitaire situé à quelques centaines de mètres.

Un film témoignage

Afin de garder une trace pour les élèves mais aussi pour l’institution, nous capturons sons et images des ateliers à différents moments de la semaine. Le dernier jour, nous prenons le temps d’une restitution de l’atelier d’oralisation. Ce moment privilégié rend compte aux élèves du chemin parcouru durant toute la semaine.

Captation vidéo de la résidence

Conclusion

Les premiers retours des élèves et de l’enseignante ont été très positifs. Ils ont tout particulièrement apprécié l’immersion d’une semaine dans un lieu très différent de la classe. Les élèves ont globalement bien participé et sont apparus très rapidement à l’aise à la bibliothèque.

Les différents temps pédagogiques (découverte du patrimoine, ateliers et enseignements classiques) étaient bien articulés. Les contenus se répondaient bien, et avaient une bonne cohérence sur la semaine.

En accueillant une classe sur un temps long, nos pratiques internes ont été questionnées. Le bâtiment s’est prêté à un accueil de cette envergure. Les publics ont cohabité sans se gêner vraiment. Si le temps de préparation et d’investissement a été conséquent pour nous, celui-ci pourra être réinvesti dans une déclinaison de la résidence en parcours inscrit dans la programmation scolaire.

Le bilan réalisé avec les élèves, en présence du maire de Nancy et du recteur d’académie, a montré que cette expérience s’était révélée à la fois enrichissante et marquante dans leur cursus scolaire, en entremêlant la vie de la classe et celle de l’institution culturelle.

La classe quittant la salle de lecture.

Vertiges d’écriture en Lorraine, une résidence d’auteure associée à la Bibliothèque Stanislas

Une première expérience réussie de résidence en 2019 nous a ouvert la voie à d’autres projets d’accueil d’auteurs. En 2020, la Bibliothèque Stanislas accueille Sophie Loubière, romancière, journaliste, productrice de radio et nancéienne d’origine.

Le point de départ

La Bibliothèque Stanislas occupe une place particulière en tant qu’établissement historique du réseau des Bibliothèques de Nancy. Elle conserve un fonds patrimonial important, constitué d’ouvrages anciens et précieux et de documents reçus au titre du dépôt légal des imprimeurs. Elle constitue aussi un fonds plus spécifique entièrement tourné vers la Lorraine.

La bibliothèque enrichit ce fonds régulièrement depuis plus de deux siècles, mais ce n’est que depuis quelques années qu’elle a développé une politique d’acquisition et de valorisation volontariste tournée vers la création contemporaine des auteurs lorrains, tous
domaines confondus (littérature, bande-dessinée, littérature jeunesse, gravures).

Sophie Loubière est née en Lorraine. Bien qu’elle vive à Paris depuis 1995, elle a gardé un attachement à sa région d’origine que l’on retrouve au détour de ses romans. La Lorraine est parfois le point de départ du récit. Elle glisse des clins d’œil culinaires ou culturels à sa région d’enfance… C’est  parce qu’elle fait vivre la Lorraine que ses livres sont conservés à la bibliothèque.

Espace dédié à la sélection, à l’accueil de la bibliothèque durant toute la résidence.

En 2019, Sophie sollicite la bibliothèque. Elle souhaite développer un projet d’écriture plus introspectif, autour de sa jeunesse et de ses souvenirs à Nancy et en Lorraine. Elle choisit d’être accompagnée dans son projet par le photographe Yves Quemener. Elle souhaite également approcher des éditeurs lorrains pour la publication de deux ouvrages pour la jeunesse.

Séduits par ce projet qui trouve sa place dans les actions de médiation que nous souhaitons mener pour valoriser notre fonds local, nous décidons  de monter un projet de résidence subventionné par la DRAC et la Région Grand Est.

Six mois de résidence et un programme ambitieux

Le format de la résidence s’est rapidement imposé sur un temps long de 6 mois, temps nécessaire au développement du projet d’écriture, mais aussi à un programme très dense d’actions culturelles. Ce dernier a été pensé en lien étroit avec Sophie Loubière pour correspondre à ses souhaits  de rencontres et de partages avec le public.

Le programme s’est finalement articulé autour de plusieurs types d’action :

  • des rencontres avec le public,

Ces rencontres ont pour objectif de faire connaître le travail de l’auteure et ses sujets de prédilection, et de construire un lien entre la romancière et ses lecteurs. Elles sont organisées au sein de la Bibliothèque Stanislas, mais aussi dans les deux bibliothèques de proximité, Mairie-Médiathèque Saint-Pierre et Médiathèque Haut-du-Lièvre, en direction d’un public varié,  allant du milieu scolaire aux adultes.

  • un atelier d’écriture,

Mené au sein de la bibliothèque à destination des adultes, il a réuni une vingtaine de participants. Huit séances leur permettent de travailler sur deux nouvelles, la première s’inspirant d’un souvenir d’enfance, la seconde partant d’un fait divers, technique narrative fréquemment utilisée par Sophie Loubière.  L’atelier a abouti à l’édition d’un petit recueil.

Atelier d’écriture, première séance en novembre, à la bibliothèque. ©Photo Ville de Nancy droits protégés

  • des invitations d’auteurs et artistes,

L’écrivain Serge Joncour, le compositeur Jérôme Lemonnier, ou le photographie Raymond Depardon ont été envisagés pour des rencontres-interviews avec Sophie afin d’éclairer son parcours et ses influences, mais aussi de mener les publics vers d’autres horizons.

  • un évènement : la Nuit de la Lecture

Le théâtre de la Roële, dont a fait partie Sophie dans sa jeunesse, propose une lecture théâtralisée de ses nouvelles, pendant une soirée.

L’auteure, résidant en région parisienne, ne pouvait être présente 6 mois en continu. Nous avons donc choisi une présence en intermittence, d’au moins une semaine par mois.

Et la crise sanitaire est passée par là…

Participant à l’atelier d’écriture ©Photo Ville de Nancy droits protégés

La crise sanitaire a sérieusement mis à mal le programme de la résidence. La fermeture des lieux culturels, l’impossibilité de réunir du public nous ont contraints à renoncer à plusieurs rencontres, à en déplacer d’autres, ou à modifier la forme de certaines actions.

Table ronde La Nouvelle, un genre à remettre en lumière ! , organisée lors du festival 12 000 signes, réunissait Benoît Fourchard, Sophie Loubière et Nicolas Mathieu.

La vidéo à distance a été, comme pour beaucoup d’institutions culturelles, un moyen de remplacer la rencontre physique sur place. Ainsi les ateliers d’écriture, prévus initialement sur 6 séances, ont été en grande partie menés en visio-conférence, et prolongés par 2 séances supplémentaires. La rencontre autour de la nouvelle, programmée avec le Festival 12 000 signes, a eu lieu en direct sur les réseaux sociaux et a ensuite fait l’objet d’un replay sur notre chaîne Youtube.
La durée de la résidence s’est allongée de 3 mois, pour profiter, entre deux confinements des possibilités d’un certain retour à la normale.

Rencontre Du fait divers à la fiction à la Mairie-Médiathèque Saint-Pierre

La crise a également impacté le projet d’écriture de Sophie Loubière ; il était difficile pour elle de se projeter dans une ville masquée, fermée, sans possibilité de déambulations. Elle a finalement réorienté son projet dans une direction différente.

Mais une crise moteur d’innovation

L’impossibilité à rencontrer notre public sur place nous a obligé à tester de nouveaux supports de médiation comme le format vidéo et le direct sur les réseaux sociaux pour un bilan finalement plutôt positif.

La semaine de sensibilisation autour de la dyslexie est un bon exemple de la résilience due à l’épidémie. En effet, nous avions envisagé, lors de l’établissement du programme, une rencontre en présentiel sur une seule journée constituée de plusieurs ateliers et d’un interview-témoignage de Sophie Loubière. Nous aurions accueilli une quarantaine de participants maximum. Ne pouvant organiser l’évènement sur place, nous nous sommes tournés vers des webinaires que nous avons proposés chaque jour pendant une semaine. Nous avons enregistré plusieurs centaines d’inscriptions, venues de toute la France et même de l’étranger, ce qui aurait été impossible en format traditionnel. Les vidéos sont aujourd’hui encore visibles sur notre page Youtube et continuent à toucher un public.

Webinaire “Dyslexie et bibliothèque, collections et services adaptés”, animé par Stéphanie Renaud et Emilie Brasseur, chargées des publics handicapés à la Médiathèque Manufacture.

Les retours du public, très positifs et nombreux, ont été comme une révélation pour Sophie Loubière qui a témoigné de son histoire de dyslexique. Elle a donc décidé d’écrire un livre de témoignage sur cet aspect de sa vie de romancière.

D’abord conçu comme un outil de communication, le blog Vertiges d’écriture en Lorraine  a fait plus que partager un programme culturel : il a également permis de garder le lien entre les publics et l’auteure, tout au long de la résidence confinée. Sophie Loubière et les bibliothécaires ont ainsi proposé des recommandations, des extraits de textes, des lectures. L’ensemble des nouvelles écrites par les participants à l’atelier d’écriture a été publié sur ce blog.

Le blog Vertiges d’écriture en Lorraine.

Ce blog restera accessible quelques années, pour témoigner de l’histoire de cette résidence.

La situation sanitaire nous a contraint à réviser sans cesse la programmation. Pour autant, les actions que nous avons pu mener ont trouvé leur public. La dynamique territoriale  qui s’est développée autour de l’accueil d’une romancière originaire de Lorraine a été réelle, en témoignent la couverture presse et radio et l’augmentation des prêts de titres de l’auteure à la bibliothèque.

Accueillir des auteurs en résidence dont les écrits sont conservés dans le fonds local donne de la visibilité à nos missions et nous engage à long terme dans une relation de coopération avec eux, ce qui nous permet d’enrichir notre fonds avec les ouvrages qui ne sont plus commercialisés ou même leurs archives.

Le procès du parricide de Leyr, ou comment parler de la presse ancienne

L’ouverture de Limédia kiosque a permis de re-questionner la médiation et la valorisation d’un fonds de presse ancienne.
Pour l’inauguration officielle du site, en mars 2019, nous avons proposé au public de revivre un fait divers qui a défrayé la chronique à la fin du XIXe siècle : le parricide de Leyr.

 

Le meurtre de Leyr, par son atrocité et ses multiples rebondissements, a alimenté les conversations et occupé les esprits lorrains de la fin du XIXe siècle. Il a constitué un véritable feuilleton dans la presse quotidienne locale et a marqué durablement l’histoire du village de Leyr. C’est pour ces raisons que le choix des bibliothécaires s’est porté sur ce fait divers pour une “reconstitution” spectacle originale.

Véritable travail de collaboration, la reconstitution du procès a non seulement mobilisé l’équipe de bibliothécaires mais aussi plusieurs types d’acteurs : étudiants en droit, comédiens, et spectateurs !

Les étudiants en droit, membres de l’association AJEP, jouent le rôle de la Cour : Achille premier assesseur, Hugo, président de la Cour et Yacer 2e assesseur.

La “reconstitution” de la cour d’assises par les étudiants en droit de l’université de Lorraine

C’est une association d’étudiants en droit de Nancy, l’AJEP, Association Juridique Economique et Politique, dont la vocation est d’organiser chaque année des concours de plaidoirie, qui a travaillé à la reconstitution de la cour d’assises.  L’objectif n’était pas de faire une reconstitution historique et exacte du procès, tel qu’il a eu lieu en 1898, mais d’évoquer l’ambiance des procès de l’époque en respectant, autant que possible, le fonctionnement judiciaire de la fin du XIXe siècle. Ainsi nous retrouvons pour ce procès : une cour constituée d’un président et deux assesseurs, un jury de 6 personnes (spectateurs tirés au sort), un procureur et deux avocats.
Quelques libertés ont été prises par rapport au fonctionnement judiciaire de l’époque des faits : le jury, constitué de 6 personnes (et non pas 12), avait la charge d’établir la culpabilité de l’accusé mais aussi de définir la peine, alors que cette tâche incombait alors à la cour.

Le groupe d’étudiants s’est appuyé sur un travail documentaire d’archives de presse et de témoignages réalisé par les bibliothécaires pour construire le déroulé du procès : protagonistes, témoins invités à la barre, rebondissements et réception du procès.

Chaque étudiant avait un rôle : président du jury et assesseurs, avocats de la défense, procureur. Nous le verrons plus loin, les rôles des témoins et accusés étaient tenus par des acteurs d’une compagnie de théâtre amateur. L’équipe d’étudiants avait donc écrit une bonne partie de son intervention tout en laissant une place non négligeable à l’improvisation.

Maxime, étudiant en droit et président de l’AJEP, incarne le procureur avec beaucoup de conviction.

Voici un extrait du réquisitoire du procureur :

“Monsieur le Président, messieurs les assesseurs, mesdames messieurs les jurés, nous avons essayé tout au long de ce procès de découvrir la vérité quant aux faits qui se sont produits entre la nuit du 20 février, soir du meurtre et celle du 23 février, soir où le fils Ancion se débarrasse du corps en le découpant en 6 parties puis en le jetant dans l’étang de Quercigny.

Mais comme vous avez pu le remarquer, les incohérences des témoignages , les oublis du fils Ancion, l’absence regrettable de Madame Ancion sont autant d’obstacles qui nous éloignent de la vérité vraie. Aussi il incombe au ministère public de démêler le vrai du faux, de combler les trous de cette histoire sordide et ainsi se rapprocher de cette vérité vraie. Cependant, ne rêvez pas, si nous pourrons nous en approcher, jamais nous ne l’atteindrons, emportée en partie dans la tombe de la mère Ancion et pour l’autre dans le silence du fils.

La défense essaiera de vous faire douter, elle dressera du fils Ancion un portrait bienveillant, celui d’un jeune homme au passé difficile, celui d’un jeune homme sympathique, gentil et inoffensif et pourtant tant effrayé par son père…”

Noémie et Valentin, étudiants en droit, eux aussi membres de l’association AJEP, interprètent les avocats de la défense. Les dessins de Catherine Créhange sont projetés simultanément.

Voici un extrait de la plaidoirie de la défense :

“Notre client se tient devant vous pour avoir tué son père, l’avoir découpé en morceaux, et jeté dans un étang. Il se tient devant vous pour avoir donné la mort à son père, alors que son père était sur le point d’attenter à sa vie. Il se tient devant vous, seul, pour des faits d’assassinat, alors que sa mère a contribué de manière certaine à la mort de la victime. Il se tient devant vous, pour avoir prémédité cet assassinat, alors qu’aucun élément concret ne prouve qu’il ait planifié de tuer son père.

Nous allons reprendre la chronologie pour vous démontrer que notre client n’a pas pu préméditer cet acte, et qu’il a en réalité plutôt réalisé sous l’emprise de sa mère…”

Et comment imaginer un procès sans croquis d’audience ? Nous avons invité l’illustratrice et dessinatrice de presse Catherine  Créhange  à réaliser les dessins judiciaires, projetés en direct pendant le spectacle.

Catherine Créhange en dessinatrice judiciaire pour l’occasion.

L’approche de la compagnie de théâtre d’improvisation

Comme il était impossible de reconstituer le procès de manière exacte avec les documents que nous avions à disposition, nous avons choisi un parti pris décalé, en travaillant avec la compagnie de théâtre d’improvisation nancéienne Crache-Texte. Quatre comédiens se sont donc répartis les rôles des différents protagonistes du procès : l’accusé, Charles Ancion, qui est interprété, dans toute sa réserve, par Axel Goefper. L’ensemble des témoins, trois hommes et une femme, sont interprétés par un seul comédien, François Barthelemy, introduisant un caractère comique à la situation.

Les témoins, interprétés par François Barthelemy, de la Compagnie Crache-Texte : des personnages hauts en couleurs défilent à la barre, sous le regard de Tom, étudiant en droit et membre de l’AJEP, qui joue le rôle du greffier.

Enfin, la compagnie a proposé, pour rendre la reconstitution plus théâtrale, d’incarner aussi le père assassiné et la mère suicidée (interprétés par Yann Berriet et Magalie Beck). Ces derniers ont utilisé judicieusement la disposition de la salle de lecture et se sont installés sur une galerie surplombant l’espace où se trouvait la cour et le jury. Participant de manière extérieure au procès de leur fils, ils étaient ignorés des autres protagonistes, tels deux fantômes dont seul le public pouvait suivre les remarques.

Magalie Beck et Yann Berriet  interprètent les fantômes du père assassiné et de la mère suicidée.

La compagnie de théâtre a travaillé en amont de la représentation avec le déroulé fourni par les étudiants en droit, ainsi que les documents disponibles sur l’affaire du parricide. Tous ces éléments ont servi de cadre à leur improvisation.

La participation du public

Le dernier participant à ce procès, et non le moindre, était le public. D’emblée nous avons décidé qu’il serait intéressant d’impliquer les spectateurs dans cette reconstitution. Nous leur avons dévolu 5 rôles différents, par tirage au sort, à l’entrée de la salle.

Les jurés

Au nombre de 6, ils ont passé l’ensemble de la soirée derrière la cour, sur “l’espace scénique”. Comme pour un procès réel, leur rôle était de décider du sort de l’accusé, jugeant à partir des témoignages, plaidoirie et réquisitoire. L’issue du procès aurait pu être complètement différente de celle du procès d’origine !

Le jury, composé de 6 personnes, tirés au sort dans le public.

Les gendarmes

Au nombre de 6 également, coiffés d’un képi, ils assuraient “la sécurité” de l’accusé et des témoins appelés à la barre.

Charles Ancion est interprété par Axel Goefper de la compagnie théâtrale Crache-Texte, et les deux gendarmes qui l’accompagnent ont été tirés au sort dans le public.

Les journalistes

Une dizaine de spectateurs-journalistes étaient présents au-devant de la scène, pour rendre compte du déroulement du procès, coachés par une véritable journaliste de l’Est Républicain, Lysiane Ganousse.

Dans la salle, le public participe à cette reconstitution : gendarmes, journalistes, bourgeois ou paysans, chacun son rôle.

Les villageois et les bourgeois

Les autres spectateurs, la majorité, étaient installés indifféremment dans la salle et répartis en deux catégories : villageois et bourgeois.
Les spectateurs étaient invités à s’exprimer, en fonction de leur rôle, sur le procès se déroulant sous leurs yeux. Nous avons utilisé pour cela le stratagème des chauffeurs de salle, et confiés à deux bibliothécaires des grands panneaux sur lesquels étaient inscrits des interjections : Haaaaaaa, Diantre, Quelle horreur ! , chuuut, à mort ! Bravo !

Les bibliothécaires présents et déguisés dans la salle avaient pour mission d’animer la salle.

À l’issue du réquisitoire et de la plaidoirie, le jury se retire pour délibérer. Le public a également la possibilité de donner son avis sur le dénouement du procès en direct via une application de sondage.

Les bibliothécaires ont fait vivre cette soirée en jouant leur rôle jusqu’au bout.

Bilan

Cette expérience partenariale, inédite et pleine d’humour en dépit d’un sujet difficile, a permis aux participants (acteurs et spectateurs) de mieux comprendre le déroulement d’un procès mais aussi l’influence de la presse sur l’opinion publique. Chacun a pu faire des parallèles avec des affaires récentes où le scandale médiatique le dispute à l’horreur des faits. Une forme d’éducation aux médias et à l’information en utilisant le patrimoine local.