Tous les articles par laurence dupeyron

Accueillir les archives d’un écrivain (très) vivant : Pierre Pelot  

Pierre Pelot, écrivain vosgien fortement attaché à son village natal, Saint-Maurice-sur-Moselle, né en 1945, a à son actif presque 200 publications : romans de genre varié, pièces de théâtre et nouvelles. À cela s’ajoutent des nouvelles radiophoniques, des scénarios de films, ou encore des nouvelles pour la presse. L’homme ne s’arrête jamais, et ce depuis ses 18 ans.

Non contents d’avoir acquis les archives et le tapuscrit de son œuvre  majeure, C’est ainsi que les hommes vivent (1re édition chez Denoël, en 2003), nous avons eu l’honneur de gagner la confiance de M. Grosdemange, dit Pelot. L’écrivain à l’œuvre phénoménale a en effet fait don en 2022 de l’intégralité de ses archives.

Une œuvre gigantesque

Sur la piste du Dakota est le premier livre édité de Pierre Pelot, en 1966. Cette année-là, il en publie neuf.  Le tout dernier, en août 2023 est un recueil de nouvelles : Madame Grise s’est levée au milieu de la nuit. En considérant tous les genres, c’est un parcours sans équivalent que celui de cet écrivain prolixe, puisque son œuvre représente plus de deux cents publications. 

Conscientes qu’une carrière ne suffirait pas à découvrir, lire et comprendre les processus d’écriture de cet écrivain touche à tout aux multiples talents, nous avons eu le plaisir de le rencontrer et d’échanger avec lui à plusieurs reprises.

La première rencontre a lieu durant le Livre sur la Place, en septembre 2021, alors que Pierre Pelot dédicace son dernier roman Les Jardins d’Eden, un roman noir, glacial et sombre, se déroulant dans les Vosges. 

Quelques semaines plus tard, nous sommes chaleureusement accueillies chez lui, à Saint-Maurice-sur-Moselle, dans une maison unique, dans les bois, un cadre authentique pour un récit de vie passionnant. Pierre Pelot se montre favorable à notre proposition : céder à titre onéreux l’ensemble des épreuves et documents préparatoires à son roman majeur, C’est ainsi que les hommes vivent.

S’ensuivent plusieurs semaines de démarches administratives pour concrétiser ce projet, et, en particulier, acquérir, l’adhésion du FRRAB1 afin d’obtenir son soutien financier.

Portrait de l’écrivain Pierre Pelot dans le jardin de sa propriété à Saint Maurice Sur Moselle dans le département des Vosges. 9 décembre 2013 ( crédits photo Mathieu Cugnot )

L’acquisition d’un roman majeur

Aboutissement de dix années de recherches, ce roman colossal est celui auquel Pierre Pelot tient le plus. Il est donc apparu fondamental d’effectuer l’acquisition des notes, plans, fiches des personnages et de ses épreuves d’éditeur, soit 42 dossiers au total. Il s’agit d’une fresque historique monumentale sur deux époques, au cœur des Vosges, le chef-d’œuvre de Pierre Pelot. Il a été dit que ce roman constituait « un des très grands textes français parus depuis la guerre »2.

Jean-Christophe Rufin, membre de l’Académie française, écrit dans la préface de cette 3e édition :

« son livre est une manière de faire éclater dans le présent la force tirée de l’Histoire ».

Pierre Pelot a reçu en 2003 pour ce roman le Prix de la Feuille d’Or de la Ville de Nancy et de France Bleu Sud Lorraine, ainsi que le Prix Erckmann-Chatrian.

Cet opus raconte le destin d’un enfant né d’une sorcière en 1599. Quatre siècles plus tard, Lazare Grosdemange — au patronyme évocateur —, journaliste, décide de retourner sur les traces de sa famille. Ce sont donc deux histoires parallèles, dans une vallée des Vosges. Une vallée qui a vu pendant la Guerre de Trente Ans de terribles massacres, mais aussi des êtres engagés pour protéger leurs prochains. Pierre Pelot déclare en 2023 être toujours attaché aux trois principaux protagonistes, Apolline, Dolat et Lazare. Dans l’ensemble de son parcours, son rapport aux personnages issus de son imagination est très fort, et touchant.

Pierre Pelot et ses manuscrits,  été 2022
Le retrait de l’acquisition a lieu chez Pierre Pelot, nouvelle occasion de passer un moment convivial, au cours duquel l’écrivain annonce son intention de verser l’intégralité de ses archives à la bibliothèque !
 
Suite à cela, une première étape de valorisation du fonds Pelot se produit à l’occasion de la 44e édition du Livre sur la Place en septembre 2022 : l’auteur vient parler de son dernier roman, Se souvenir encore des orages, dans les murs de la Bibliothèque, devant un public nombreux attentif. L’interview, à la fois dense et drôle, est menée par la regrettée Élise Fischer.

Une quantité considérable pour un don généreux

Enfin, le retrait de l’ensemble de ses archives chez lui, à Saint-Maurice-sur-Moselle a lieu en octobre 2022.

Les dossiers préparés par Pierre Pelot

Des liasses d’archives pour le futur Fonds Pierre Pelot

Pierre Pelot a consacré deux semaines complètes à regrouper et préparer tout ce qu’il destinait au don. Le jour J, deux membres de l’équipe se sont rendus dans la vallée de Saint-Maurice pour conditionner en boîtes ce qui avait été scrupuleusement préparé en dossier ou sous enveloppe. Le titre de chaque liasse est en premier lieu reporté sur un formulaire. Une attestation de prise en charge de documents en dépôt provisoire est laissée au donateur à notre départ, avant la signature de la convention de don par le maire de Nancy d’une part, et le donateur d’autre part, qui intervient au bout de quelques mois d’inventaire et de parcours administratif.

Pierre Pelot le jour du déménagement de ses archives

Les boîtes sont peu à peu chargées dans l’utilitaire de service qui rejoint la bibliothèque Stanislas de Nancy en fin de journée. Pierre ne cache pas son émotion au moment de notre départ. Il avoue ressentir un grand vide, être à la fois content de cette décision mais aussi ému et un peu inquiet.

Le transfert des archives 

Les archives entreposées temporairement à la bibliothèque Stanislas
Les archives entreposées le soir-même dans les magasins de la bibliothèque Stanislas

Dès l’arrivée à Nancy, l’ensemble est transféré pour être transposé en sécurité avant l’étape de la vérification , du décompte du nombre de dossiers, et de l’inventaire qui aboutira à la rédaction de la fameuse convention de don. 

Un premier inventaire sommaire

Cette opération est de nouveau menée  en binôme pour faciliter les manipulations et éviter les erreurs. Deux ensembles sont constitués :

  • 204 chemises ou liasses comportant les types de documents suivants :
    • manuscrits et tapuscrits de romans, nouvelles, adaptations théâtrales, souvent annotés
    • épreuves d’éditeur et épreuves corrigées
    • scénarios de films
    • notes et documents préparatoires à des émissions de radio
    • documentation ayant servi à l’écriture des publications
    • les fascicules de l’Humanité dans lesquels est parue une nouvelle de Pelot sous forme de feuilleton en 2000
    • des notes diverses difficiles à rattacher une œuvre en particulier
  • 60 ouvrages imprimés venant compléter les acquisitions de romans de Pelot faites par la bibliothèque
Roman adapté pour un projet de scénario de  film

Et après ?

En septembre 2023, et durant 6 semaines, nous avons coorganisé une exposition de peintures et de dessins de Pierre Pelot, mettant en regard quelques manuscrits (en fac-similé), à la Galerie Z,  de la MJC Bazin3 de Nancy. Les arts graphiques constituent la seconde passion de notre donateur et une exposition à Nancy semblait logique.

Exposition Pierre Pelot, PEINDRE

À la toute fin de l’année 2023,  Baru, auteur de bandes dessinées,  a fait don à la bibliothèque Stanislas de l’intégralité des crayonnés qu’il a réalisés pour l’adaptation du roman de Pierre Pelot Pauvres Zhéros, ainsi que de l’adaptation du scénario4. Grâce au geste généreux de cette autre personnalité exceptionnelle, nous avons là un prolongement très cohérent pour l’enrichissement de nos collections.

Matériel de travail exceptionnel pour de futurs chercheurs, le fonds Pierre Pelot va faire l’objet de propositions de recherches aux universitaires dans les mois à venir. Au préalable, il convient d’en établir le plan de classement, en fonction de la chronologie de l’œuvre de Pierre Pelot et des nombreux genres abordés.

  1. Fonds Régional de Restauration et d’Acquisition pour les Bibliothèques []
  2. Selon François Angelier, dans la chronique Les Émois de France culture, le 03 janvier 2017, à l’occasion de la 3e édition du roman, aux éditions des Presses de la cité []
  3. Dylan Pelot y fut professeur de monstres []
  4. Voir l’article Une collection de bandes dessinées contemporaines dans le fonds lorrain []

Lefred Thouron, l’actualité sur le vif : les dessinateurs de presse et de bande dessinée contemporains (3/3)

Plusieurs dessins originaux et estampes sont venus rejoindre la collection de la Bibliothèque Stanislas. Dans la lignée des acquisitions réalisées auprès d’André Faber, Romain Dutreix, Jochen Gerner puis Frédéric Boilet, nous avons poursuivi notre démarche avec les  dessins de presse du nancéien Lefred Thouron.

Lefred Thouron, dessinateur de presse

Résumer le parcours de Lefred Thouron s’avère difficile et à coup sûr réducteur. Il commence très jeune avec ses pairs dans des fanzines et journaux satiriques nancéiens créés et conçus par eux : Marengo, Santiag, ou encore Le Lorgnon. Puis il frappe aux portes des rédactions parisiennes et collabore avec plusieurs journaux satiriques comme Hara-Kiri (1984), La grosse Bertha, Charlie Hebdo, mais aussi avec la presse d’information quotidienne et hebdomadaire, L’événement du jeudi, 7 à Paris, Libération, pour ne citer que ces titres. Il fait ensuite son entrée à Fluide Glacial, Le Canard Enchaîné et L’Équipe Magazine. La plupart de ses dessins sont aussi publiés dans une vingtaine d’albums aux titres les plus divers, tels que : Bernadette priez pour nous (2004), Coloscopie de la France au xxie siècle (2009), ou encore, Le football n’est plus ce qu’il est (2015). Lefred Thouron intervient également occasionnellement en tant que scénariste : avec Yan Lindingre pour Les carottes sont crues (2004), Diego Aranega  pour  Casiers judiciaires (2008).  Pour  Devenir riche sans effort ! Avec la méthode du célèbre Professeur Kervern (2016) de Gustave Kervern, il est exclusivement illustrateur.

Lefred Thouron par Gérard Viry-Babel

Le dessin de presse et sa postérité

La première étape a consisté à rencontrer Lefred Thouron. Ce dernier s’est d’abord montré réservé quant à notre démarche de conservation. En effet, le dessin de presse, selon lui, perd vite de son sens s’il est sorti de son contexte et des évènements socio-économiques de son élaboration. En tant que bibliothécaire dans un établissement de conservation, notre point de vue est différent pour plusieurs raisons. En premier lieu, cette acquisition serait étayée par un entretien avec le dessinateur. Cette démarche se justifiait pour comprendre son travail. Comment, en effet, un dessinateur de presse publié dans plusieurs journaux pendant de longues années, parvient continuellement à trouver l’inspiration ? Comment sélectionner l’actualité, avec quels outils pour faire réagir, ou rire selon le contexte ?

Acquérir des dessins de presse nous permet de mener des actions de médiation et d’offrir au public une approche différente d’une situation historique donnée1. En effet, consulter en 2022, plus d’un siècle après leur parution,  des journaux satiriques tels que Le Cri de Nancy n’est pas dénué de sens. Nous y reconnaissons des faits ou personnages ayant marqué leur époque, nous sommes face à des dessins satiriques ou des caricatures certes datés mais réellement évocateurs d’une actualité, d’un contexte politique ou de faits défrayant la chronique et matière à controverse tels que l’affaire Dreyfus. Autrement dit, l’intérêt documentaire de cette acquisition s’ajoute à l’idée de compléter notre collection locale et contemporaine.

Après un temps de réflexion, Lefred Thouron a proposé un ensemble de dessins relatifs à la crise sanitaire générée par la COVID qui, selon lui, marquera les esprits sur le long terme. Ce premier ensemble de pièces originales comporte 14 éléments pour le Canard enchaîné, et 2 pour l’hebdomadaire local La Semaine : des notes, des brouillons, des dessins au feutre noir, des épreuves scannées non nettoyées puis définitives. L’acquisition en a été réalisée avec le soutien du Fonds Régional de Restauration et d’Acquisition des Bibliothèques, structure co-financée par la Région Grand-Est et l’État (Direction Régionale des Affaires Culturelles).

Une sélection plus large

Cette sélection avait du sens mais demeurait réductrice par rapport à ses nombreuses collaborations avec la presse. En plus des 14 dessins achetés, une trentaine de pièces supplémentaires réalisées pour Fluide Glacial et L’Équipe Magazine –brouillons, notes, esquisses, dessins et planches, ont été généreusement offertes par le dessinateur. Cela constitue un ensemble cohérent et représentatif des titres de presse pour lesquels il a fourni le plus de dessins. Lefred Thouron a en effet conçu  une planche pour le magazine hebdomadaire de l’Équipe entre 1988 et 2017. Il participe tous les mois et tous les trimestres à Fluide Glacial depuis 1998. Il contribue aussi systématiquement au Canard Enchaîné depuis 1994 avec 4 à 6 dessins par semaine. Cela représente les dessins publiés, le travail nécessaire en amont s’avérant souvent plus conséquent encore.

Avec un trait précis, rapide, un style bien à lui et une dérision sans pareil, Lefred Thouron manie depuis des années l’actualité sociale et politique de manière simple et sarcastique. 

Le dessin de presse  : une inspiration du quotidien

Ce rapide passage en revue du parcours de Lefred Thouron amène à se demander comment, en 2022, l’inspiration continue d’être suffisante pour dessiner au gré de l’actualité et de la ligne éditoriale des journaux pour lesquels il travaille. Différents réflexes et supports permettent de saisir idées et situations. L’information tient une place essentielle. Mais pas seulement : l’observation des scènes du quotidien, des dialogues entendus, des quiproquos pouvant prêter à rire sont comme des réflexes. Allié du dessinateur, le carnet de notes :  une idée vient, il note, voire élabore un premier croquis en disposant ses cases et ses personnages très esquissés. Les dialogues s’ébauchent, ils seront peaufinés ensuite.

Nous avons pris le temps, au cours d’un entretien enregistré, de nous pencher sur la façon dont travaille Lefred Thouron.

“Je me balade toujours à peu près avec un carnet comme celui-ci, parce que je ne suis pas trop porté sur la prise de notes par téléphone, ça m’enquiquine. Je peux avoir des croquis comme ça sur des dos de facturette si je n’ai pas le carnet sous la main. Et puis quand je suis à la maison, au bureau, les trucs viennent au fur et à mesure sur des carnets de note, ils sont dévolus à ça, uniquement à ça.”

Voir ces documents est intéressant et aide à comprendre cette réactivité au moindre détail et cet à propos pour retranscrire des moments décalés en si peu de cases et de dialogues.

Ich bin gland, planche originale retouchée. Feutre noir et aquarelle, format A3, Fluide Glacial, octobre 2008

“On lit la presse et on s’informe. Que ça soit de la politique, de l’économie, du social ou du sport, c’est exactement pareil. Simplement, si on met le cul sur le tabouret sans avoir rien préparé, ça va être un peu plus difficile que si on a passé la semaine à emmagasiner des choses. Évidemment, avec les années, y’a un peu d’intuition, y’a un peu de pif, y’a un peu de bol aussi des fois.”

Les personnages

Les traits et expressions que Lefred Thouron attribue à ses personnages sont reconnaissables. Qu’il s’agisse de personnalités de la sphère politique ou de citoyens lambdas, les façons de les caractériser demeurent, et les dialogues fusent, les mots ont leur importance. Enfin, la chute : sur un strip de trois ou quatre cases (Le Canard Enchaîné), ou sur un dessin unique, la méthode diffère. Dans le premier cas, la dernière case est celle de la consternation ou du rire quant à la réaction des personnages. Dans le second, le titre est primordial, et de là découle le reste.

Pour Fluide Glacial, dans le cas d’une page complète,  le quotidien observé est le point de départ. La mise en couleurs reste discrète, l’interaction entre personnages prédomine. Le contexte décalé, les personnages excessifs mais convaincus créent une situation cocasse et consternante. La réalité de la vie est toujours proche de ces scènes du quotidien.

Pour l’Équipe magazine, les coulisses du sport ou les scandales ont constitué un terrain d’idées. Le domaine est complexe, les polémiques monnaie courante.

Le Marathon de Paris, dessin original au feutre noir pour l’Équipe Magazine n°533, non daté

“Le Marathon de Paris, c’est un des marronniers. C’est à dire que tous les ans, Marathon, Jeux olympiques, si on veut évoquer les faits sportifs, on est vite limité. Donc ce sont les à côtés qui sont intéressants. Et les à côtés, c’est Paris est dégueulasse. Mais le dessin doit dater d’une époque où il y avait une polémique sur les motocrottes, donc ça tombe là-dessus. Après, je me souviens avoir fait des choses un peu plus … euh, sur les Kenyans, leurs prédispositions, c’est des mecs archicamés, 42 kilomètres en 2 heures en restant frais, faut pas rigoler ! Et pareil pour le Tour de France. Alors que les journalistes en savaient bien plus que moi, ils étaient au cœur du truc. Je ne veux pas dire que j’étais là pour dire des choses à leur place, mais j’étais presque un alibi. C’est à dire que moi j’y allais franco sur le dopage.”

Êtes-vous considéré ou vous considérez-vous comme un journaliste ?

“Je ne sais pas. La carte de presse en donne le statut. Elle permet surtout l’accès gratuit aux musées. Mais je me sens plus observateur que journaliste, plus journaliste qu’artiste. Et ainsi de suite…”

Du carnet de notes au dessin.

Est-ce que vous vous bloquez des jours particuliers pour réfléchir ?

” Il y a une discipline imposée par le jour de bouclage. Au Canard, on rend les dessins le lundi soir. Exceptionnellement en cas de grosse actualité, il y a un rattrapage possible le mardi matin à l’imprimerie, jusqu’à 13 ou 14 heures. Les pages partent à l’impression au fur et à mesure, d’abord les pages culturelles, puis les informations générales, puis la page 2 et enfin la 8 et la une. Évidemment, tout se fait dans une excitation croissante, et un dessin qui arrive très tard en envoie fatalement un autre à la poubelle puisqu’on ne peut plus tout casser ni reprendre. Donc pour être prêt le lundi, il faut allumer la chaudière le vendredi. Pour L’Équipe Magazine, j’envoyais ma page le mardi matin pour qu’elle paraisse le samedi suivant. Avec là encore, possibilité d’en changer jusqu’au mercredi, grâce à Internet.”

La personnalité de Lefred Thouron semble nourrir les dessins et les choix qu’il opère pour traiter des différents sujets. On est étonnés, on rit – ou pas- on réfléchit, et c’est là sans doute l’effet escompté. La bibliothèque Stanislas compte désormais dans ses collections une belle série de cet artiste, nancéien attaché à ses origines tout en travaillant à l’échelon national.

Affiche de Dylan Pelot pour “Les grands succès du cinéma introuvable”, 2014 (avec Lefred Thouron et Yan Lindingre)

  1. En 2015, un livret pédagogique constitué d’après le contenu de nos collections intitulé La caricature de presse, rire, réagir, réfléchir, a été édité suite à l’attentat du 7 janvier 2015 []

Les dessinateurs de presse et de bande dessinée contemporains (2/3) : Frédéric Boilet, “36 15 Alexia”

Depuis 2017, nous constituons progressivement  à  la bibliothèque Stanislas, au sein du fonds lorrain, une nouvelle collection. Celle-ci est  composée d’albums de bandes dessinées, de planches originales et de dessins originaux d’auteurs lorrains contemporains.

Cet ensemble cohérent est enrichi par diverses pièces versées par les artistes : ouvrages épuisés, estampes, documentation éditoriale à l’occasion de la parution d’un nouvel album. Ainsi, la collection s’étoffe  peu à peu avec des pièces originales acquises auprès d’eux ou versées de leur plein gré. Nous réalisons en outre un travail de veille documentaire permettant d’abonder des boîtes d’archives sur chacun des artistes de cette collection.

Après la commande effectuée auprès de Romain Dutreix en 2018 dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine, notre choix s’est porté sur un artiste au parcours singulier : Frédéric Boilet.

Frédéric Boilet, auteur

Né en 1960 à Épinal, Frédéric Boilet est auteur de bande dessinée, essayiste, traducteur et photographe. Il fait ses études à l’École supérieure des Beaux-Arts de Nancy, y rencontre nombre d’artistes, devenus célèbres, dont par exemple Lefred Thouron. Les deux amis ont pour point commun de quitter délibérément l’école avant le passage du diplôme de fin d’études. Ils mènent plusieurs projets ensemble, à commencer par leur implication systématique dans la rédaction du fanzine local, Le Lorgnon.

Frédéric Boilet, photographie Laia Canada, 2012

Frédéric Boilet publie son premier album à l’âge de 23 ans, La nuit des Archées (dessins et couleurs, scénario de Guy Deffeyes). Quatre ans plus tard, le Rayon vert (1987) apparaît comme un album sans précédent. Il y expérimente une méthode de travail qui perdurera tout au long de sa carrière : le recours quasi exclusif à la photo et la vidéo. 36 15 Alexia applique cette méthode à un récit d’inspiration autobiographique. Le parcours de Frédéric Boilet continue au Japon pendant 18 ans. Il publie plusieurs ouvrages ; collabore avec Benoit Peeters, Jirô Taniguchi, adapte nombre de bandes dessinées japonaises pour les éditions Casterman en tant que directeur de collection. Sa dernière publication, un récit photographique (autobiographique) intitulé 286 jours, paraît en 2014. Une biographie plus détaillée ainsi que des dessins originaux sont à voir sur son propre site.

Le choix de l’œuvre : pourquoi  36 15 Alexia?

Dans le cadre de l’enrichissement du fonds lorrain de dessinateurs de presse et de bande dessinée, notre choix s’est porté sur un album bien précis de Frédéric Boilet. En effet, 36 15 Alexia prend place dans le décor urbain de Nancy à la fin des années 1980, alors même que l’artiste, originaire d’Épinal et ayant quitté depuis peu l’École des Beaux-arts de Nancy, habite avenue du Général Leclerc. L’artiste s’inspire en grande partie de son quotidien, l’utilisant comme source de documentation : l’évocation de son quartier est partie intégrante de sa  narration. L’album en lui-même est paru en édition originale aux Humanoïdes associés en 1990, puis une nouvelle édition paraît chez Ego comme X en 2004.

Au-delà de l’album, nous avons souhaité acquérir une sélection de planches originales de 36 15 Alexia.

Une rencontre humaine et un choix ciblé

La première étape a consisté à prendre contact avec Frédéric Boilet. Une première rencontre chez lui a été l’occasion de parler de l’ensemble de son œuvre, de son édifiant parcours, de voir bon nombre de ses planches et dessins originaux méticuleusement classés. Puis nous avons ensemble examiné l’intégralité des planches originales de l’album 36 15 Alexia.

3615 Alexia, Planche originale n°40, encre de chine, typex blanc, 41×54.

Des prises de vue à la publication de l’album

Les planches

Au sein d’une intrigue à la fois très précise du point de vue des lieux, avec deux personnages principaux (dont un alter ego de l’auteur), et un minitel, les planches que nous avons choisies représentent avec un réalisme et une grande minutie dans le trait divers quartiers de Nancy. La première (qui est la deuxième de l’album) donne à voir la gare et la voie ferrée vues du ciel, ainsi que les quais. Les deux protagonistes du récit sont de suite introduits, dans une scène statique : ils attendent le train .

36 15 Alexia comporte une histoire dans l’histoire, et nous emmène de Nancy à Lyon en passant par Paris. Le minitel, cet objet alors perçu comme un outil de communication sans précédent y tient une place centrale. Les quatre autres planches montrent le quartier de l’avenue du Général Leclerc à la limite de Vandoeuvre-lès-Nancy, puis, de nouveau la gare, avec d’autres points de vue.

Le matériel d’accompagnement

La photographie étant partie intégrante de l’élaboration de l’album, Frédéric Boilet a tenu à nous faire don de l’ensemble des clichés ayant servi. Les planches reprennent au détail près l’intégralité des éléments architecturaux avec une maîtrise de la perspective, de la plongée et de la contre-plongée selon les angles de prise de vue.

Photographies pour la planche n°1, case 1: la gare de Nancy prise depuis le toit de la Tour Thiers, 1988.
Après les photographies, le travail s’effectue sur calque. Nous détenons aussi ces esquisses au crayon, certaines comportent des morceaux disjoints, des essais, et des repentirs. Il est très intéressant de les comparer au rendu définitif. La planche est dessinée à l’encre de chine, elle comporte des ajouts collés et des modifications en différents endroits. Cette approche permet un réalisme confondant dans les effets de perspective, avec des premiers plan n’empêchant pas de distinguer les détails des édifices.
Esquisse au crayon sur papier calque pour la planche n°37, 42×55 cm.
Planche originale n°1, encre de chine, typex blanc, 41×54.

Enfin, autre élément précieux, le don comporte les bleus de coloriage. Il s’agit de tirages avant impression définitive de l’album, sur lesquels ne figurent que les couleurs principales à l’acrylique, vierges de tout trait. Cette étape permet à l’imprimeur de travailler en trichromie et en noir.

Bleu de coloriage pour la planche n°36, acrylique, 19×25 cm, 1989.

L’arrivée dans les collections

Le financement de l’acquisition

Les planches ont été acquises avec le soutien du Fonds régional de restauration et d’acquisition des bibliothèques, structure co-financée par la Région Grand-Est et la Direction régionale des affaires culturelles.

Réception de l’ensemble de l’acquisition en présence de l’artiste, janvier 2020.
La réception de l’ensemble de l’acquisition

En janvier 2020, Frédéric Boilet est venu à la bibliothèque Stanislas déposer les planches et le matériel d’accompagnement faisant l’objet de l’acquisition.

Nous avons profité de l’occasion pour recueillir une dernière fois des éléments d’information sur sa méthode de travail. Ainsi, nous avons eu confirmation que l’auteur a donné à ses personnages les traits de ses amis ; force est de constater que leur représentation est d’un grand réalisme.

La valorisation auprès du public

Présentation des planches et des documents de travail. Journées Européennes du Patrimoine, septembre 2021.
Ces acquisitions ont été montrées lors des journées du patrimoine 2021, accompagnées d’une médiation orale qui revenait sur le processus de création.

Sur son site internet, Frédéric Boilet fait également mention de l’acquisition des Bibliothèques de Nancy.

Les dessinateurs de presse et de bande dessinée contemporains (1/3) : Romain Dutreix reporter à la bibliothèque

Depuis 2017, nous constituons progressivement  à  Bibliothèque Stanislas, au sein du fonds lorrain, une nouvelle collection. Celle-ci est  composée d’albums de bandes dessinées, de planches originales et de dessins de presse d’auteurs lorrains. Cette collection s’étoffe  peu à peu avec des pièces originales acquises auprès d’artistes de notre territoire.

Nous verrons en trois temps comment cet enrichissement a été effectué auprès de Romain Dutreix (2018), Frédéric Boilet (2019), puis Lefred Thouron (2021).

En premier lieu en effet, à l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine 2018 (JEP), nous avons effectué une commande à l’auteur dessinateur de bandes dessinées et dessinateur de presse Romain Dutreix. Après avoir imaginé ce que nous souhaitions lui demander, nous avons donné un intitulé à cette intervention artistique : Romain Dutreix sur le fil. Son premier travail a alors consisté à concevoir un dessin en couleurs pour notre campagne de communication mettant en avant l’opération.

Romain Dutreix, Sur le fil,  dessin conçu pour la communication de l’opération

 

Qui est Romain Dutreix ?

Né en 1976, Romain Dutreix grandit en région parisienne. En 2010, il décide de quitter Paris pour Nancy où il s’installe avec sa famille. Présent dans la sélection officielle du festival d’Angoulême cette même année avec l’album Allegretto deprimoso (Fluide Glacial), il développe un style rigoureux et tranchant. Dans Impostures (2 volumes parus chez Fluide Glacial en 2013 et 2015), il tourne en dérision et dessine à sa manière les personnages les plus connus de la bande dessinée franco-belge : Spirou, Titeuf, Astérix, Gaston, ou encore Tintin pour ne citer qu’eux. La parodie des personnages créés par ses confrères dessinateurs devient la marque de fabrique de ce dessinateur à l’imagination débordante pour mettre en image les situations les plus improbables. Dans cette lignée, il est régulièrement édité par la librairie nancéienne La Parenthèse. Une collection de bandes dessinées en noir et blanc de petit format tirées à 500 exemplaires, justifiées et signées par l’auteur existe désormais : Niourk, les origines (2015), Groupies. Y en aura pour tout le monde (2016), Paul a un empêchement (2016), le Relou des mers (2017), et Traquemarge (2018). Ainsi, Traquemarge fait référence à Traquemage de Wilfrid Lupano et Relom. Le Relou des mers est, dès le titre le plagiat explicite d’une bande dessinée de Riff Reb’s, Le loup des mers. Romain Dutreix est aussi un des contributeurs de Quartiers libres, chroniques nancéiennes (2018), commandé par “La Parenthèse” à six auteurs dessinateurs nancéiens1.

En 2016, c’est Revue de presse : petite histoire des journaux satiriques et non-conformistes. Cet album regroupe l’intégralité des strips réalisés par Romain Dutreix et Toma Bletner autour de ce sujet. Leur parution a d’abord lieu dans le quotidien Libération en 2015, puis dans le mensuel satirique Fluide Glacial. Il s’agit là d’un travail documentaire dense et édifiant sur une caractéristique de la presse française : la satire journalistique. En 2018, Romain Dutreix nous surprend de nouveau en illustrant en couleurs Le Libéralisme, enquête sur une galaxie floue, dont les textes sont signés Pierre Zaoui, aux éditions Le Lombard.

Le dessin de presse représente une partie importante de l’activité de Romain Dutreix. Il fait partie de l’équipe du Canard enchaîné depuis février 2018, sur une suggestion de Lefred Thouron, dessinateur de presse renommé nancéien également, y collaborant depuis plus de 30 ans. A cela s’ajoute sa contribution régulière au mensuel Fluide Glacial, “magazine de bande dessinée à l’humour décomplexé”. Dans Spirou, Romain Dutreix signe la rubrique “La Leçon de BD”. Son dernier album , Madeleine, est à paraître au cours du premier semestre 2022 chez Fluide Glacial.

Un important travail d’observation

La  thématique nationale des JEP étant en 2018, l’Art du partage, nous avons proposé à Romain Dutreix de croquer le personnel de la Bibliothèque Stanislas à l’oeuvre dans ses missions quotidiennes. Plusieurs visites des différents espaces – bureaux, magasins, atelier, réserves et autres parties réservées au personnel – lui ont permis d’observer et de capter les particularités des lieux et de nos pratiques professionnelles .

Romain Dutreix, La Coursive

 

Une mise en oeuvre très rapide

C’est de retour chez lui, entre  le samedi soir et le dimanche midi qu’il a concocté une histoire en quarante planches constituées d’une vignette chacune,  intitulée Une journée à la Bibliothèque Stanislas. La journée s’articule de L’Ouverture au Départ, en passant par le Catalogage, La Coursive, Le Conditionnement, La Presse, etc. Autant d’aspects qui ont marqué l’artiste au gré de ses observations. Il s’ingénue alors, selon son habitude, à transformer la réalité. Cela aboutit à  sa propre vision pleine d’humour de la vie et des moeurs à la Bibliothèque Stanislas. Comme dans beaucoup de ses bandes dessinées, il est l’acteur central de l’histoire qu’il imagine. Il y tient le rôle d’un reporter venant découvrir la bibliothèque en y rencontrant différents membres de l’équipe.

Romain Dutreix, L’ouverture

Quelle plus-value pour notre public et nos collections ?

Un accrochage des dessins sur un fil a été privilégié pour une présentation au public : véritable fil rouge de la vie à la bibliothèque, il mettait en valeur ces strips de façon originale.

Romain Dutreix accrochant ses dessins à la bibliothèque (cliché D. Comte)

L’ensemble des JEP était articulé autour des albums de bande dessinée et de jeunesse du fonds lorrain. En plus de la présence de l’artiste et de cette performance inédite, nous avions imaginé des jeux pour mettre en valeur ces collections. Le public s’est amusé de cette parodie et de la manière originale dont elle a été présentée. Le dimanche après-midi, nous avons connu une fréquentation sans précédent pour les Journées Européennes du Patrimoine. Les planches réalisées Romain Dutreix ont de ce fait profité au plus grand nombre.

En outre, cette création originale fait désormais partie des collections de la Bibliothèque Stanislas avec une cession intégrale des droits d’auteur à l’institution. Les 40 dessins peuvent dès lors être diffusés par nos soins sans restriction. Ils sont d’ores et déjà versés sur Limédia Galeries.

Le public découvrant les dessins (cliché D. Comte)

Cliquer ici pour voir le reportage photographique et vidéo de ces journées.

  1. Baru, Sylvie Bessard, Romain Dutreix, Thierry Martin, Olivier Romac, Zoé Thouron []

Le Lorgnon et les fanzines lorrains de bande dessinée dans les années 1980

Le don intégral des archives du fanzine Le Lorgnon a été proposé par un collectionneur à la faveur de la lecture d’un article paru dans l’Est Républicain le 31 juillet 2018.  Ce reportage faisait état de la création d’une nouvelle collection dans le fonds lorrain de la bibliothèque Stanislas portant sur la bande dessinée. Le donateur y a vu l’opportunité de pérenniser l’histoire de ce fanzine nancéien paru dans les années 1980.

Le don des archives du Lorgnon, en plus d’enrichir nos collections, nous offre ainsi l’occasion de nous pencher sur cette activité éditoriale peu connue. Elle rappelle les débuts de grands dessinateurs locaux dans un phénomène alors répandu en France. C’est aussi une opportunité pour l’étude de ces journaux, leur montage avec peu de moyens et une immersion dans leurs sources d’inspiration à l’échelle nationale : Hara Kiri, La Grosse Bertha, ou Fluide Glacial, pour ne citer que ces références.

L’essor des fanzines satiriques à Nancy

Journaux satiriques et radios libres

Le téméraire
Le téméraire

Le dernier aspect justifiant à part entière cette entrée dans nos collections est celui  d’une tendance des années 1970-80 fort incarnée à Nancy. En effet, à cette période, les journaux satiriques et les  fanzines ont émergé sur le plan national, mais aussi sur le plan local. Cette tendance va de pair avec l’émergence des radios libres, dont il est fait état à plusieurs égards. Dans  Le Téméraire, dans le Lorgnon et dans Santiag, plusieurs de celles du territoire sont évoquées  ou interviewées. Le Lorgnon fait la promotion d’une émission sur la bande dessinée sur Radio GraffitiSantiag dresse un panorama des radios libres locales : Radio Active, Radio Anthracite, Radio Cristal, Radio Graoully, Radio Crocodile. Le Téméraire évoque Radio Lorraine cœur d’acier et les autres radios libres militantes du bassin industriel. Elles ont joué un rôle fondamental et amplificateur pour faire connaître les contestations des ouvriers alors que le gouvernement français envisageait les premières fermetures de sites.

L’épanouissement local

De manière générale, le fanzine ne traite pas uniquement et spécifiquement de l’actualité politique et sociale. Il tord le cou avec humour et dérision au quotidien et met en scène des histoires ou brèves séquences misant sur les jeux de mots et la caricature des personnages.

À cet égard, Nancy a connu une belle succession de titres : Recto Verso, Le téméraire, Le Lorgnon, et Marengo. Hormis Recto Verso, la bibliothèque conserve ces journaux, marqueurs d’une époque, d’un style et d’un positionnement par rapport à la politique locale.

Un tour de force. Dessin de Charles Ancé pour Le Lorgnon

Santiag a son siège à Metz. Tiré à 10 000 exemplaires, il a une envergure régionale et inclut des interviews de personnalités telles que Le Général Bigeard, Cavanna. Sous la direction de Denis Robert, il a des contributeurs nancéiens. Son contenu est cohérent, sa mise en page structurée, et la place laissée à la dérision équilibrée avec l’information de contenu sur la vie culturelle locale. Malheureusement vite interrompu (5 numéros seulement en 1983), il est par sa qualité, avec Le Téméraire, le plus remarquable de ces journaux.

 fanzines des années 80 conservés dans le fonds lorrain de la bibliothèque Stanislas
fanzines des années 80 conservés dans le fonds lorrain de la bibliothèque Stanislas

Le Téméraire se définit comme un journal de la “contre-information” dans l’esprit du Charlie Hebdo de la même époque. 26 numéros mensuels paraissent entre 1976 et 1979 avec un tirage à 1 000 exemplaires. Son rédacteur en chef est Hervé Baruléa, qui signe déjà les planches y paraissant sous le pseudo Baru.  À ses côtés, on trouve Ledran1 et Jean-Louis Soulié. Le contenu contestataire sur l’arrêt de l’exploitation sidérurgique du Pays-Haut est particulièrement riche. Tout autant que les critiques acerbes des choix politiques menés à Nancy, surtout sur le plan de l’urbanisme. Fustigeant la platitude de la presse locale, Le Téméraire revendique l’intérêt d’une presse régionale alliant dérision, sujets locaux et sujets nationaux. On y trouve ainsi critiqués avec vindicte la légalisation du port d’arme, les détracteurs de la pilule contraceptive, tout autant que le démantèlement d’un bon nombre d’usines du Pays-Haut. Concernant les faits locaux, le maire de l’époque est passé au crible sur un certain nombre de dossiers défrayant alors la chronique. Le journal se veut aussi le reflet de l’actualité cinématographique et musicale de Nancy. La courte durée de vie s’explique par le succès que connaît Baru en tant qu’auteur de bande dessinées dès 1982.

Santiag, fanzine de Metz
Santiag, fanzine de Metz

Marengo, est créé par une partie de l’équipe du Lorgnon, Lefred Thouron en est directeur de publication. L’objectif est énoncé dans le premier numéro : “Tenter de réaliser un journal différent, adulte, avec l’ambition d’imposer un produit homogène et de qualité.” Y contribuent Pierre Pelot, Charles Ancé, ou encore Kafka. Son existence sera là aussi limitée ( 3 numéros en 1983).

Le Lorgnon, un trimestriel local et satirique

Membre de la rédaction du Lorgnon dès sa création, Gérald Krebs a donc proposé de faire don des archives de ce fanzine en 2018. Il avait en effet gardé de nombreux dessins originaux, la plupart des maquettes destinées à l’impression, des synopsis, des croquis, ainsi que des textes et les correspondances relatives à ce journal. Il s’agit d’un témoignage direct important.

Le Lorgnon n° 1 : maquette cartonnée de la couverture

Ce qui a intéressé notre fonds est l’ancrage local du contenu d’une part, mais aussi les membres composant le comité de rédaction, tous lorrains. Parmi eux, certains sont devenus dessinateurs de presse, auteurs de bande dessinée ou encore journalistes. Ce fanzine a souvent constitué pour ses contributeurs un premier pas dans la publication. Le noyau dur de l’équipe de rédaction s’est formé autour de Gérald Krebs, et Jean-Claude Meyer. Jean-Paul Germonville, futur journaliste à l’Est Républicain, et grand reporter, en a été au commencement le directeur de publication. Au gré des numéros, des contributions ponctuelles sont publiées sous forme de textes, de poèmes ou de dessins.

Il existe 16 numéros de ce journal décalé et satirique.  Il s’agit d’un trimestriel au format A4 tiré à 1000 exemplaires et paru entre 1979 et 1985. Parmi les contributeurs  réguliers dont nous conservons par ailleurs des albums ou des pièces originales dans les collections des bibliothèques de Nancy figurent Charles Ancé, Frédéric Boilet, Catherine Créhange, Francis Kuntz (alias Kafka), Gilles Mezzomo, ou encore Lefred Thouron.

Germinella, série de Charles Ancé pour Le Lorgnon

La revue est constituée de récits complets et de quelques séries. Le calembour, le jeu de mots et l’humour grivois voire sexiste y tiennent une place importante. Le contenu est en noir et blanc, la couverture en deux à quatre couleurs, le tout étant monté à la faveur de collages de textes typographiés avant la remise de la maquette définitive à l’imprimeur. Les couvertures en bichromie, sont constituées de calques. La plupart de ces épreuves sont partie intégrante des archives versées à la bibliothèque. Ainsi, les archives qui nous ont été données sont très complètes, elles reflètent parfaitement  le contenu du Lorgnon.

Intégrées à nos collections en suivant les règles de traitement bibliographique et de conservation, les archives du Lorgnon ont été conditionnées et inventoriées en fonction de leur nature. Bien que séparées physiquement dans les magasins, le traitement informatique permettra de les réunir dans le catalogue, afin de permettre à l’usager d’y accéder dans son intégralité.

  1. Il sera par la suite le coloriste des albums de Baru. []

Le polar lorrain à travers quelques exemples

Au gré des acquisitions effectuées pour le fonds lorrain de la bibliothèque Stanislas, il ressort depuis quelques années, une tendance manifeste : la parution régulière de polars dont l’action se déroule en Lorraine. Intrigués par ce phénomène, et dans l’idée de nourrir notre site Sur les pas des écrivains en Lorraine, nous avons eu envie de connaître cet univers. Notre démarche, présentée ici, aboutit à une rapide typologie de références évocatrices d’une tendance. 

D’un point de vue national, le roman policier recueille la faveur des lecteurs de manière grandissante . Babelio a mené en 2017 une enquête représentative laissant apparaître les tendances suivantes :  93% des personnes interrogées ont affirmé lire des polars. Ils font partie de la catégorie des lecteurs assidus (lisant au moins un livre par mois) et le roman policier représente en moyenne la moitié de ce qu’ils lisent.

Sélection de polars lorrains. Collections Bibliothèque Stanislas

Polar,  ou roman noir ?

Le roman policier est un genre littéraire dont la trame est constituée par l’élucidation d’un crime. Il est en principe composé de six éléments : le crime, l’enquête, le coupable, une ou plusieurs victimes, un mode opératoire, et enfin, un mobile.

Lecture inspirante, glaçante, intrigante ?

Le roman noir lui, peut être construit selon des caractéristiques différentes, mais la nuance entre les deux genres s’avère parfois subtile. Dans ce dernier, l’ambiance est celle du crime organisé, d’un environnement mafieux, et d’un climat violent. La narration est sous-tendue par un regard tragique et pessimiste sur la société. L’histoire est la plupart du temps ancrée dans le contexte social et politique d’une époque et reflète par son évocation subjective les convictions de l’auteur en la matière.

Choix partial de quelques auteurs lorrains

Il n’est nullement dans notre intention de dresser ici une liste exhaustive des auteurs de romans policiers lorrains ou ayant ancré leur intrigue en Lorraine. Notre choix est purement subjectif et permettra d’illustrer notre propos. S’agissant de littérature régionale, les auteurs sont naturellement, dans la majorité des cas, originaires de Lorraine.

Pour les Vosges, nous retenons Nicolas Mathieu avec d’une part son roman noir Aux Animaux la guerre et d’autre part la novella Rose Royale. Originaire d’Épinal et vivant désormais à Nancy, il est devenu écrivain professionnel depuis sa consécration au prix Goncourt en 2018 pour son roman Leurs enfants après eux.  Sous le pseudonyme Éric Todenne, le vosgien Éric Damien et Teresa Todenhoefer,  allemande, ont écrit ” à quatre mains ” Un travail à finir et Terres brûlées. Pierre Pelot est le plus connu des écrivains Vosgiens. Avec environ 200 livres à son actif depuis 50 ans, il a, tout au long de sa carrière, écrit des polars.  Nous choisissons de lui pour notre deux romans noirs,  Braves Gens du purgatoire, et le récent Jardins d’Eden. En Moselle, intéressons-nous à Serge Radochévitch avec Une ville sous influence, Mortels desseins et Coupable. Et dans un tout autre autre genre, celui du roman policier historique avec là encore une auteure mosellane, arrêtons-nous sur Anne Villemin-Sicherman et ses ” Enquêtes d’Augustin Duroch, artiste vétérinaire à Metz au XVIIIe siècle “. Enfin, pour la Meurthe-et -Moselle, voyons Sylvain Sellier pour Faubourg des Trois-Maisons. En outre, Philippe Malaisé dans Entrailles, et André Faber, dans La Quiche était froide, ancrent leurs intrigues dans le Pays Haut.

Auteurs lorrain d’origine et d’inspiration

Pierre Pelot a toujours vécu de sa plume, tout en développant depuis quelques années une activité de peintre. Comme évoqué plus haut, Nicolas Mathieu est devenu écrivain professionnel depuis 2018. Les autres auteurs ont gardé en parallèle une activité professionnelle, ils sont respectivement instituteur, illustrateur de presse et graphiste, médecin, et fonctionnaire.

Le personnage récurrent de l’enquêteur

Nombre d’auteurs de romans policiers créent un personnage d’enquêteur récurrent que le lecteur va pouvoir suivre, voir évoluer d’un roman à l’autre . Par sa personnalité, ses failles ou ses faiblesses et sa manière de démêler les fils d’une intrigue complexe,  un attachement se crée entre le personnage et le lectorat. Ainsi, Simon Bielik, écrivain et journaliste, est le personnage pivot menant l’enquête autour des crimes, et des disparitions mystérieuses des polars de Serge Radochévitch.

Eric Todenne procède de la même manière avec le Lieutenant Andreani, policier attachant victime d’un système pour lequel il n’a pas le parfait profil. Ayant une fâcheuse tendance à outrepasser ses prérogatives, il a été mis au ban par sa hiérarchie.  Il évolue dans un environnement social ancré dans Nancy et  principalement composé de son acolyte, sa fille, une psychologue, et un patron de bistrot.  Les éloges de la presse ont été nombreux à la parution de ce polar. Citons en une : « Un travail à finir est une belle surprise. Mêlant portrait psychologique ciselé, enquête presque classique et personnages atypiques, le polar tient en haleine. » (L’Alsace).

Anne Villemin-Sichermann place au cœur de toutes ses intrigues l’enquêteur vétérinaire Augustin Duroch. Médecin de profession, elle est elle-même issue d’une famille de vétérinaires par delà les générations.

Un langage cru, des univers interlopes, des milieux défavorisés oumafieux, telles sont les autres constantes du roman policier que l’on retrouve chez bien de nos auteurs lorrains. Parmi ceux que nous prenons ici en référence, André Faber, Nicolas Mathieu, Pierre Pelot et Sylvain Sellier sont des modèles du genre. Lorsque le patois local s’en mêle comme chez André Faber ou Pierre Pelot, cela ne fait qu’ajouter à l’atmosphère particulière.

L’ancrage dans le territoire

Outre l’attachement à un personnage récurrent, l’ancrage de l’intrigue dans le territoire joue un rôle important : reconnaître par exemple une ville ou une rue est un autre moyen d’adhérer au roman. Ainsi, André Faber, fils de mineur lorrain, situe l’intrigue de La quiche était froide dans une petite cité minière dans le Pays-Haut. Il narre dans un enchaînement rocambolesque l’enquête menée pour retrouver l’auteur de la mort accidentelle de la petite Jeanne. Le tout dans une cité minière en déclin, avec ” Le Gros “, syndicaliste, et une galerie de personnages qui ressemblent à s’y méprendre à ceux qu’il a réellement connus dans l’environnement social de sa jeunesse. Lieu d’échanges et de convivialité essentiel, le bistrot, où les informations circulent et la solidarité entre tous ressort,  est au cœur de plusieurs moments clé de l’intrigue. Aucun mépris sous sa plume, ses récits sont campés par des personnages spontanés et authentiques dans une région sinistrée aux paysages souvent hostiles. De ce contexte narratif émane le véritable attachement de l’auteur pour un lieu qu’il a vu évoluer depuis son enfance.

Fiction et réalité

De même, Pierre Pelot, originaire de Saint-Maurice-sur-Moselle,  ancre  les romans policiers qui nous intéressent ici dans un territoire vosgien qu’il connaît parfaitement. Les lieux ne sont pas toujours identifiables, mais il les décrit de telle sorte que l’atmosphère est toute trouvée.

Dans le roman noir de Nicolas Mathieu, Aux animaux la guerre, on est frappé par la précision des lieux choisis  et le réalisme teinté de pessimisme avec lequel il décrit le destin sans issue d’adolescents à la dérive. Ce dernier aspect relève certes de sa vision personnelle, et n’est pas sans rappeler un des auteurs de référence de Nicolas Mathieu en la matière : Jean-Patrick Manchette.

Lorsque les lieux sont évocateurs, l’intérêt du lecteur est grandissant. Dans Un travail à finir d’Éric Todenne, le lieutenant Andreani consomme régulièrement un café ou un repas Au Grand Sérieux à Nancy. Le patron du bistrot est tellement original, toujours prompt à déclamer des vers au lieutenant désabusé que l’on réserverait volontiers une table pour le soir tant cela semble plausible !

Pareillement, Éric Sellier, dans l’intrigue délicieusement loufoque du  Faubourg des Trois-Maisons, décrit avec perspicacité et sans ménagement les problèmes de circulation du quartier. Il nous emmène également dans des commerces que l’on peut identifier et dont les personnages existent réellement. Ce quartier de Nancy est resté authentique, et, à travers la fiction, l’auteur en témoigne.

Une mise en avant pour les lecteurs

Les parutions de nouveaux polars lorrains font l’objet, au même titre que les autres romans lorrains, d’une veille documentaire systématique. Cela nous permet d’avoir une vue d’ensemble sur les nouveautés et d’être, autant que faire se peut, exhaustifs en matière d’acquisitions.

Sélection et valorisation pour les lecteurs

Les lecteurs peuvent les trouver à la Bibliothèque Stanislas, parfois signalés par un autocollant ” Recommandé par les bibliothécaires” et les emprunter !

Enfin, le site Sur les pas des écrivains à Nancy, en perpétuelle évolution, recèle bon nombre d’extraits de romans policiers ou de romans noirs tous géolocalisés.

Sur les pas des écrivains en Lorraine et à Nancy

Nancy, et plus  largement la Lorraine, sont des territoires d’inspiration pour nombre d’écrivains. Ce phénomène n’est pas récent, si l’on considère que Michel de Montaigne a fait l’éloge de plusieurs contrées de notre région dans son Journal de Voyage,  alors qu’il parcourait les villes d’eau dès 1580 pour soigner sa maladie de la pierre. Le fait que des écrivains contemporains ancrent leur intrigue sur le territoire avec souvent force détails a retenu notre attention et  nous a incité à imaginer des formes de valorisation de ce patrimoine littéraire.

Le site créé en 2015

En premier lieu, c’est un site répertoriant et géolocalisant des extraits d’œuvres littéraires qui a été créé en 2015 : La Lorraine des écrivains.

Le cahier des charges de ce premier site était le suivant :

« La Bibliothèque Stanislas réalise un site internet proposant de courts extraits de textes géolocalisés en Lorraine. L’idée est de mettre en place un site attractif permettant d’aller de point en point selon des géolocalisations. Ces extraits sont présentés en format sonore et retranscrit, avec mention systématique de  la source. Il est possible d’y accéder par la carte, ou en faisant une recherche à l’auteur, au lieu, par mot-clé. »

Ce site a été dévoilé lors de l’édition 2015 du célèbre salon de la rentrée littéraire de Nancy, le Livre sur la Place. Il est hébergé sur WordPress et a été entièrement réalisé en interne : sélection, lecture, enregistrement, géolocalisation, graphisme, publication, par une cheffe de projet, quelques lecteurs et lectrices parmi les équipes des bibliothèques, et l’aide de l’informaticien des Bibliothèques de Nancy. Tous les extraits audio sont téléchargeables.

Source : https://galeries.limedia.fr/ark:/18128/d4phg4wtnvvm54sn/
Vue générale de Bussang, Vosges. Carte postale (source galeries.limedia.fr)

La reprise du site initial

Nous avons pensé en 2018 qu’il était nécessaire de continuer les recherches et de les axer sur la littérature contemporaine, cet aspect-là étant trop peu présent dans les sélections mises en lecture. Reprendre les recherches pour trouver de nouveaux textes était sans doute aussi le moyen de donner une nouvelle dynamique au site et de rappeler son existence.

Sur les pas des écrivains en Lorraine, le nouvel intitulé, accentue la dimension de promenades littéraires à Nancy et dans le Sillon lorrain, nos partenaires messins, spinaliens et thionvillois ayant été invités à participer à l’enrichissement d’un site qui pourrait exister sous la marque Limédia1.

La reconfiguration du site pendant le confinement

La place Saint Epvre à Nancy, est un point clé des balades littéraires

Après plusieurs mois de recherches et la collecte de nombreux extraits littéraires, le confinement est apparu comme le moment opportun pour reconfigurer ce site.

Il s’agit de lui donner davantage d’ergonomie et de le rendre plus attractif pour les utilisateurs, avant de l’enrichir considérablement en termes de références littéraires.

Les enregistrements à distance

Cette démarche collective a été un moment fort de cette période particulière où nous étions coupés les uns des autres et confinés chez nous. Nous avons fait un appel aux volontaires sur notre blog interne. Très vite, plusieurs collègues se sont manifestés.  Ainsi, le nombre de contributeurs a considérablement augmenté, pour les lectures des extraits à voix haute : nous sommes passés, pour les Bibliothèques de Nancy, de trois à treize voix, et cet aspect collaboratif est particulièrement intéressant car, outre le bel élan et l’esprit d’équipe qu’il révèle, il procure à l’auditeur de la variété dans son parcours auditif.

Se posait la question de l’outil à utiliser pour enregistrer les textes depuis chez soi. Nous avons opté pour un logiciel en ligne libre de droits permettant de convertir les fichiers au format mp3 en toute simplicité : online convert. Ce confinement a donc permis l’enregistrement de 55 nouveaux extraits d’une trentaine de secondes chacun.

Les façades de l’Opéra de Nancy, place Stanislas, de nuit.

La mise en forme

Le travail de mise en page a été effectué parallèlement, l’outil mis en place étant simplement  un tableau partagé sur le serveur drive des Bibliothèques de Nancy, permettant d’une part la collecte de l’ensemble des informations par nos soins ainsi que la réception des fichiers audio et la vérification de leur conformité, et d’autre part, la mise en ligne par son concepteur technique. Une fois la mise en ligne effectuée, une vérification a été faite afin de s’assurer qu’il n’y avait pas d’erreur.

La part la plus compliquée en cette période de confinement a été celle des visuels : ceux de la version de 2015 avaient été fournis par le service photo de la ville de Nancy, mais les fichiers en haute définition ne sont pas en notre possession.

Pour cette nouvelle version, nous avons travaillé avec des photos personnelles, des photos libres de droits trouvées sur Internet (la plupart du temps par wikipedia) et avec quelques sites dont les concepteurs ont accepté de nous céder leurs droits gracieusement.

Désormais, la sélection d’extraits se fait en continu et donne lieu à des campagnes annuelles d’enregistrement et d’enrichissement. Pour ce faire, les lectrices et lecteurs de textes utilisent en majorité le matériel du service, ce qui permet une harmonisation du volume sonore, aspect sur lequel nous avons eu quelques difficultés durant le confinement.

La reprise du site n’est pas encore achevée . Les biographies des écrivains dont les œuvres sont citées restent à faire, et l’ergonomie d’ensemble est encore amenée à évoluer. Un travail d’harmonisation est également en cours pour présenter de manière identique les sélections de la première version et les actuelles.

 

La communication

De très belles vidéos réalisées en interne et diffusées sur la page Facebook des Bibliothèques de Nancy ont permis la mise en avant de ce travail.

Extrait de la vidéo de présentation et lecture d'un extrait de Léon Schwab, "Nancy"
Extrait de la vidéo de présentation et lecture d’un extrait de Léon Schwab, “Nancy”

Les réseaux sociaux étaient au cœur du quotidien de bien des Français durant le confinement et cela a été profitable pour faire connaître notre démarche.

Mettre ses pas sur les pas des écrivains… en vrai : les promenades littéraires de l’été

L’idée des promenades a germé avant même que nous connaissions le confinement. Une fois les recherches de textes effectuées, il s’agissait de faire valoir les collections du fonds lorrain, et plus particulièrement les collections littéraires contemporaines, hors les murs dans une formule originale.

La rue des écuries, extrait d’un texte de Michel Guillet , Nancy royale et familière”

Le format mis en place a été le suivant : une promenade à deux voix dans le quartier le plus littérairement riche de Nancy. Plusieurs circuits étaient envisageables mais l’intérêt consistait à démarrer de la bibliothèque. Proposer une formule à deux voix répondait à plusieurs objectifs. D’abord,  jouer la complémentarité des compétences mais aussi  rendre l’action plus dynamique pour le public : une lectrice, une guide, prises dans les équipes des bibliothèques.

Après la cour de la bibliothèque, nous allions Place Stanislas, puis Place de la Carrière, rue des Écuries, Parc de la Pépinière, Porte de la Craffe, devant le Palais Ducal, rue Pierre Gringoire , rue du Maure qui Trompe, Grand Rue, rue des Maréchaux pour finir Place Stanislas.

A l’issue de la promenade, les participants se voyaient remettre un livret comportant la bibliographie des extraits lus.

Le  tout devait tenir en une heure trente grand maximum. Cinq dates ont été programmées, en juillet et août 2020. La jauge, d’abord limitée à 10 personnes a pu être montée à 15. L’originalité de la formule et le contexte sanitaire ont valu un franc succès à ces promenades. Les réservations ont vite été complètes et deux dates ont été ajoutées en fin de saison.

Les retours étaient les suivants : propos novateur, approche de Nancy originale, complémentarité des deux intervenantes agréable. Malgré notre prétention à l’exactitude, nous avons pu ajouter quelques pointes d’humour, et parmi les douze extraits sélectionnés, certains étaient hauts en couleur.

Nous avons apprécié la diversité du public, des étudiants  venus spécifiquement pour le propos, des habitués de nos établissements, mais aussi des personnes ne fréquentant jamais les Bibliothèques de Nancy. Ces promenades ont donné lieu à plus de vingt nouvelles inscriptions.

Un bel article dans la presse a propulsé les réservations

Laurence Dupeyron et Graziella Favorito lisent un extrait de La Lisière de Patrick Grainville

Et après ?

Le site va continuer à évoluer et à être enrichi. Les promenades peuvent reprendre l’été prochain avec de nouvelles lectures, le choix en la matière est large.

Elles peuvent aussi être déclinées selon des thématiques. Un point nous semble intéressant pour l’avenir : envisager un partenariat de façon à terminer le parcours dans un endroit frais où les participants pourraient consommer une boisson. Cela permettrait de prolonger un peu l’échange et d’avoir des retours constructifs pour améliorer encore l’offre au public.

  1. Par ailleurs, un projet scientifique de l’Université de Lorraine avait employé en 2016 le même nom que notre modeste site, ce qui prêtait à confusion. []

Un auteur-illustrateur en résidence au coeur des collections Art Nouveau

En 2019, une expérience inédite a été menée dans le réseau des Bibliothèques de Nancy : l’accueil d’un artiste local, auteur illustrateur, en résidence.

À l’origine

La Mairie-Médiathèque Saint-Pierre de Nancy a ouvert ses portes au public à l’automne 2019.

Il existait à l’origine la Bibliothèque Bonsecours, implantée dans l’école primaire depuis 1954. Ce serait la plus ancienne bibliothèque de quartier de Nancy. Cette bibliothèque a été remplacée par la bibliothèque de proximité en 2017 temporaire, la Médiathèque Nabécor, parce que l’école fermait. En septembre 2019, selon une politique de mutualisation de services, la Médiathèque Saint-Pierre ouvrant dans des locaux regroupant aussi la mairie de quartier et des bureaux de proximité du CCAS.

Anne Charaud, sa responsable, fait part de l’incertitude de son public :

Nos lecteurs les plus fidèles ont été plusieurs fois bousculés en peu de temps et ont dû s’adapter à ces changements. Le projet de résidence était là pour favoriser leur appropriation du lieu.

Il est apparu intéressant de choisir comme point d’accroche la villa Bergeret, fleuron de l’École de Nancy implanté dans le quartier Saint-Pierre et merveilleuse opportunité pour mettre en avant les joyaux conservés à la Bibliothèque Stanislas sur ce courant artistique et, plus largement, l’Art Nouveau.

Nous avons saisi l’occasion d’élaborer un projet interactif entre les collections patrimoniales de la Bibliothèque Stanislas et le quartier Saint-Pierre de Nancy, tout en faisant appel à un artiste pour une résidence dans les Bibliothèques de Nancy.

 

Les illustrations de départ

Le choix de l’artiste

Olivier Romac, auteur illustrateur nancéien fait partie des artistes dont nous acquérons et conservons les ouvrages depuis la création en 2017 d’un fonds spécifique lorrain de bandes dessinées et albums illustrés destinés au jeune public.

Sa connaissance de la période École de Nancy transparaît dans plusieurs de ses créations, et ce, avec une précision et une esthétique très fidèle à l’esprit du temps. En outre, il avait déjà animé des ateliers de création, activité propre à notre avis à nouer le lien entre les habitants du quartier et leur nouvelle médiathèque.

Olivier Romac à la médiathèque Saint-Pierre, première séance avec les adultes
Olivier Romac à la médiathèque Saint-Pierre, première séance avec les adultes

C’est ainsi qu’une collaboration, fructueuse de part et d’autre, a commencé en novembre 2019, pour s’achever au tout début du mois de février 2020. Un dossier de demande de subvention au dispositif État-Région « résidence d’artiste-associé » est déposé mai 2019. Sans attendre le résultat, nous travaillons sur les collections, les publics pressentis pour nos actions, et avec l’artiste.

Dans un second temps, les recherches artistiques, l’élaboration des outils des ateliers et le travail de création ont été menés par Olivier Romac afin de créer 12 séances à la fois très pédagogiques et misant sur la créativité des participants et sur la convivialité, étalées sur 12 mois, pour deux types de publics.

Quels publics, quels objectifs ?

L’enjeu était de montrer que la nouvelle médiathèque est un lieu de rencontre, où il fait bon venir, échanger, partager, créer, et rencontrer les autres, en plus de se documenter.

Nous voulions aussi rapprocher les citoyens d’un artiste vivant sur le territoire, et de leur faire prendre conscience de la richesse patrimoniale de leur quartier. Il fallait ajouter à cela l’opportunité pour l’artiste de pouvoir réaliser une oeuvre comme aboutissement de la résidence.

Les publics étaient d’une part, des adultes volontaires résidents du quartier, et d’autre part, deux classes d’école élémentaire,  l’une de l’ensemble scolaire Émile Gallé qui est contigu à la médiathèque (une porte les sépare), et l’autre de l’École du Montet située rue de Saurupt.

Reproductions de planches d'albums des collections patrimoniales de la bibliothèque Stanislas
Reproductions de planches d’albums des collections patrimoniales de la bibliothèque Stanislas

L’École de Nancy sert de repère artistique et de support pour la création des participants, calendrier pour les élèves et marque-pages pour le public adulte.

Le premier atelier a été l’occasion de faire une présentation globale de notre démarche, puis une histoire illustrée du mouvement artistique. Par la même occasion, nous avons pu faire connaissance avec chacun, établir le dialogue et insister sur la relation exceptionnelle à développer avec un artiste au fil des séances.

À partir de la seconde rencontre, le travail de création a été exclusivement encadré par Olivier Romac, les collections de la Bibliothèque Stanislas étant source d’inspiration.

Les élèves, comme les adultes, ont d’abord réalisé à l’aide de pochoirs des motifs sous forme de frises. Ces pochoirs ont été spécialement conçus par l’artiste, qui en connaissait le potentiel en matière de rendu et l’usage à l’époque de l’Art Nouveau.

Les participants ont été guidés de manière à peaufiner leur travail au fil des séances avec les bibliothécaires en soutien. Cela se passait avec beaucoup d’application, d’amusement et d’émulation.

Réalisation de pochoirs
Réalisation de pochoirs

À l’issue, Olivier Romac a effectué la mise en page et le suivi de l’impression des calendriers et des marque-pages.

L’ultime séance a consisté en l’accueil de chacun des groupes à la Bibliothèque Stanislas en guise de restitution. A cette occasion, il a été montré au public les planches originales de style Art Nouveau, les ouvrages japonais de la collection Takashima, et des reliures École de Nancy exceptionnelles de nos collections.

Outre l’ébahissement devant ces joyaux, l’excitation était au rendez-vous pour les élèves à l’idée de recevoir des mains d’Olivier les calendriers. La tristesse aussi, de dire au revoir à ce compagnon de route avec qui la complicité s’était nouée au fil des semaines.

Remise des calendriers à la Bibliothèque Stanislas
Remise des calendriers à la Bibliothèque Stanislas

Les groupes ont pu également visiter l’intérieur de la Villa Bergeret, propriété de l’Université de Lorraine, grâce à une visite commentée effectuée par nos soins. Nous  avons mis l’accent sur les corrélations entre les collections, les ateliers de pratique artistique, et les spécificités architecturales, décoratives et mobilières de la demeure.

L’artiste et sa réalisation

Enfin, une séance publique avec Olivier Romac a été programmée à la Bibliothèque Stanislas. Deux heures durant, il a été donné à chacun de comprendre comment l’artiste conçoit son oeuvre, comment un auteur illustrateur élabore un contenu, dessine, assemble, privilégie telle planche, colorise, met en page…

En exclusivité, Olivier Romac a dévoilé des planches du livre écrit et illustré durant la résidence dont la sortie est imminente. Il en a présenté l’ensemble des planches à un public impatient de pouvoir acquérir cette nouvelle réalisation qui met bien en valeur le patrimoine nancéien.

En effet, parallèlement à ces actions de médiation, Olivier Romac s’est nourri de nos collections et de recherches en divers services de la ville pour travailler à la conception d’un album illustré sur la Villa Bergeret et les artistes de l’École de Nancy. Il reconnaît avoir trouvé matière à mettre en oeuvre un ouvrage sans précédent dans son parcours. Son livre très illustré, selon une esthétique rigoureusement conformes aux principes de l’École de Nancy, est aussi très documenté historiquement.

Olivier Romac dans la salle de l'Académie
Olivier Romac dans la salle de l’Académie

Une collaboration fructueuse

Travailler en équipe s’est avéré positif et enrichissant, chacun d’entre nous apportant compétences et savoir-faire personnel. Le contact et les échanges avec Olivier Romac se sont déroulés très simplement pour aboutir à la formalisation du projet. Enfants comme adultes ont beaucoup apprécié la personnalité de l’artiste qui s’est montré à la fois pédagogue et ouvert à l’échange. Lors des visites, à la bibliothèque et à la maison Bergeret, Olivier Romac  a enrichi le propos par des informations en contrepoint.

Un public conquis

Le public s’est montré très satisfait de l’ensemble des actions. Sur l’ensemble du déroulement du projet, il n’y a eu aucun désistement (ce qui était une de nos craintes avant de commencer) et un enthousiasme grandissant était perceptible chez les participants.

En ce qui concerne le public scolaire, le personnel encadrant, le personnel accompagnant et les enfants ont trouvé l’expérience très instructive et enrichissante et ont, au gré des séances d’atelier, découvert des pratiques de création artistique. En outre, ils se sont appropriés la Mairie-Médiathèque Saint-Pierre.

La notion de lien social a pris  réalité à travers tous les échanges s’étant opérés avec l’artiste d’une part, le personnel des Bibliothèques d’autre part, mais aussi entre les participants (entraides, conseils, échanges de techniques…). Certains d’entre eux restent en contact et organisent des sorties culturelles ensemble depuis lors.

Anne Charaud conclut :

Le fait d’avoir situé ces ateliers dans cette nouvelle médiathèque a donné une vraie visibilité à l’établissement de lecture publique. Il s’agissait par ces actions culturelles de type artistiques de faire connaître le nouvel établissement aux personnes du quartier, et également d’avoir un rayonnement plus large sur Nancy.

Une collection de bandes dessinées contemporaines dans le fonds lorrain

Fonds de référence de la bibliothèque Stanislas, le fonds lorrain est constitué de plusieurs dizaines de milliers d’ouvrages. Bien qu’historique de par sa constitution remontant au XIXe siècle, il est «vivant », enrichi en permanence au gré des publications paraissant sur la Lorraine.

 

Aperçu de la collection dans les magasins de la bibliothèque.

 

Pourquoi constituer une telle extension ?

Avec un fonds lorrain de référence et un cabinet d’art graphique significatif, il était dommage de ne pas songer à couvrir l’ensemble des domaines de l’édition.  C’est la raison pour laquelle il a été jugé opportun de s’intéresser aux bandes dessinées et aux albums pour la jeunesse du point de vue de l’illustration.

Il paraît pertinent de mettre en place cette démarche avec des artistes vivants, à même de présenter leur travail et d’être acteurs de la mise en place de cette collection.

 

Selon quelle méthode ?

Une telle entreprise ne peut avoir pour objectif la constitution d’un ensemble exhaustif. La production éditoriale est très abondante et les titres ne sont que rarement imprimés de nouveau une fois les stocks épuisés. C’est pourquoi il est apparu nécessaire de partir au contraire d’une liste raisonnée d’artistes et d’entreprendre de faire l’acquisition de leur création de façon rétrospective, autant que faire se peut. Cependant, malgré le fait que les protagonistes sont connus et que les publications remontent à une trentaine d’années pour les plus anciennes, certaines sont déjà épuisées.

Ce travail, commencé en 2017, a nécessité la définition d’un budget spécifique, le repérage des artistes à retenir, une réflexion sur la méthode de catalogage et le rangement physique en magasin. Les albums devaient-ils être intégrés au fonds lorrain selon la numérotation en vigueur au gré de leur arrivée dans les collections ou bien faire l’objet d’une cotation particulière de façon à être distingués en cas de recherche et aussi en termes de rangement ? C’est finalement ce second parti pris qui a été retenu, la collection en tant que telle semblant ainsi plus visible sur le long terme. Le fait de travailler pour la pérennité induit aussi un équipement des albums en conséquence : matériel neutre pour la cote, pas d’estampillage entravant la lecture de l’album, étiquetage adéquat. 

La première campagne d’acquisition a donc concerné une dizaine d’auteurs pour environ 160 albums, certains existant déjà dans les collections au titre du dépôt légal. Le budget prévu en 2017, à cet effet a correspondu à 2000 €.

Les auteurs sont : Diego Aranega, Baru, Frédéric Boilet, Romain Dutreix, André Faber, Jochen Gerner, Yan Lindingre, Jean-Marc Mathis, Moski, peb et fox, Hector Régis et Lefred Thouron.

Une fois ce choix effectué et les premières acquisitions réalisées, il semblait important de rencontrer ces auteurs illustrateurs. L’idée était de leur présenter notre démarche et de les sensibiliser à nos problématiques : conserver pour une durée indéterminée leur production, les inciter à verser dans nos collections des éléments qui seraient épuisés dans le commerce ou inaccessibles par les circuits commerciaux. La rencontre a aussi permis de les interroger sur leur façon d’écrire et de dessiner.

 

Un atout majeur : le potentiel territorial

A Nancy en premier lieu, et plus largement sur le territoire lorrain, une génération d’auteurs illustrateurs donne raison à la constitution de cette collection. C’est une véritable opportunité que de pouvoir suivre les réalisations de ces professionnels, de les rencontrer et de connaître leurs projets.

Un certain nombre de ces professionnels sont très actifs dans la presse avec des dessins réguliers dans Le Canard enchaîné et Fluide Glacial (Diego Aranega, Lefred-Thouron, Romain Dutreix,  ou encore Yan Lindingre). Jochen Gerner contribue pour sa part à une chronique régulière dans l’hebdomadaire le 1, et André Faber dans La Semaine. De manière moins systématique, certains d’entre eux travaillent aussi pour Télérama, Le Monde, Les Echos, Courrier International, ou encore Médiapart. De là s’est posée la question de la conservation d’un florilège représentatif de cette activité non négligeable, voire principale, de ces dessinateurs lorrains.

Exposition souvenir de Diego Aranega, Galerie Lillebonne,  juin 2018

Pour cet aspect-là, le parti pris est de collecter une sélection des titres de presse et de constituer des dossiers par dessinateurs. Avec pour objectif conserver un échantillon du travail de chacun une veille régulière est effectuée dans les journaux acquis pour nos usagers et régulièrement désherbés.

Peb et fox pour leur part sont aussi éditeurs, au potager moderne  et mènent régulièrement des actions sur le territoire, auprès du jeune public et des citoyens éloignés de la culture pour faire connaître la bande dessinée et ses processus de création.

Auteurs, dessinateurs et éditeurs : des acteurs à part entière

L’ensemble des auteurs se montre fort intéressé par la démarche et en mesure l’enjeu.
Tous les contacts se sont avérés chaleureux et passionnants du point de vue de la découverte du parcours de chacun. Un intérêt pour la démarche engagée à la bibliothèque a rapidement mobilisé les uns et les autres, et depuis lors, des dons sont régulièrement effectués par ces auteurs avec la plupart du temps des publications ou estampes introuvables dans le commerce, autant dire des pièces d’un grand intérêt du point de vue de notre démarche.

Dons de Jochen Gerner,  juin 2018

Le marché public passé avec la librairie spécialisée en bande dessinée La Parenthèse  permet aussi d’étayer la collection avec perspicacité car son directeur, Stéphane Godefroid, est expert en la matière. Il connaît personnellement l’ensemble des auteurs auxquels nous nous intéressons et édite régulièrement des albums qu’il commande à certains d’entre eux. La collaboration est à a fois riche et instructive, des dons généreux de sa part ont là aussi renforcé le projet.

 
Un an après, où en est-on ?

Cette initiative nécessite aussi d’être connue. A ce titre, plusieurs actions de médiation sont mises en place.
En mars 2018, le musée lorrain a organisé une soirée intitulée Fans de BD dans le cadre de l’exposition lorrains sans frontières. A cette occasion, nous avons présenté le travail de Baru en commentant des planches originales de deux de ses albums présentées dans l’exposition (Les années Spoutnik et L’autoroute du soleil). Cela fut l’occasion de montrer aux visiteurs l’ensemble des bandes dessinées de Baru de notre nouveau fonds ainsi qu’une revue exceptionnelle que nous conservons dont il fut le rédacteur en chef et devenue désormais rarissime, (Le Téméraire). Nicolas Moog était quant à lui invité pour scénariser une séquence de son choix de l’exposition.

Nicolas Moog dessinant au cours de la soirée Fans de BD

A l’occasion des Journées européennes du Patrimoine les 15 et 16 septembre 2018, Romain Dutreix, auteur illustrateur, sera sur le fil :  après avoir observé la vie de la bibliothèque sous toutes ses facettes, il la dessinera à sa façon  et en fera une présentation au public. Une séance de dédicace est également prévue, grâce au concours de la librairie La Parenthèse.

Dessin de Romain Dutreix sur le fil conçu spécialement pour les Journées Européennes du Patrimoine 2018

Nous mettrons également l’intégralité des albums jeunesse et des bandes dessinées à disposition du public et avons conçu autour d’eux plusieurs jeux pour attirer le public familial et faire découvrir notre démarche.

Jeu héros de BD bonne pioche !

 A l’automne, les auteurs sont  invités à une visite particulière de la bibliothèque. L’idée est de leur en montrer le fonctionnement, les endroits non accessibles au public tels que les magasins, mais aussi les archives de presses et une sélection des collections d’art graphique. Le fonds lorrain sera quant à lui présenté à travers son historique, sa diversité de documents et sa richesse. Stéphane Godefroid, co-directeur de La parenthèse sera présent et nous aimerions mettre à profit cette rencontre en faisant dédicacer à l’ensemble de ses auteurs la toute récente bande dessinée collective consacrée à Nancy créée à son initiative, Quartiers libres.
La presse locale s’intéresse à notre travail, ce qui permet aussi de le rendre public et d’avoir des propositions de particuliers souhaitant contribuer à la constitution de la collection.

Les objectifs à venir

Comme tout le fonds lorrain, la collection de bandes dessinées a vocation à s’étoffer au fil des années en fonction des nouvelles parutions et des contributions des auteurs. Cette année, de nouveau noms sont venu compléter l’existant. Des albums de Zoé Thouron, Nicolas Moog, Thierry Martin et Olivier Romac ont été acquis. Cette continuité fait partie des objectifs, ceci afin de compléter progressivement la collection.
Les dons d’estampes contribuent aussi à enrichir la collection et l’acquisition de dessins originaux sur le moyen terme est à l’étude.
Des actions pédagogiques aboutissant à une  publication valorisant les collections patrimoniales de la bibliothèque seront également sans doute développées dans un avenir proche.

Ainsi, la nouvelle collection de bandes dessinées intégrant le fonds lorrain prend tout son sens car la démarche s’ancre dans le territoire avec des auteurs vivant ici et connaissant un rayonnement significatif. Tout le sens de ce projet provient du fait que nous avons la possibilité d’être en lien avec ces artistes et ainsi d’entretenir une belle émulation.

Les serres municipales

C’est grâce à elles que nous avons la chance de bénéficier d’une ville fleurie tout au long de l’année et d’un jardin éphémère organisé sur la Place Stanislas tous les automnes. Le 15e, Japonica, se tient en 2018 .

Fonderval, Botanique du territoire de Nancy… 1715

Des serres au jardin botanique

La tradition horticole à Nancy  remonte à la décision du roi  Stanislas, en 1758,  de créer un jardin botanique alors situé au-delà de la porte Sainte Catherine et rattaché au Collège royal de médecine.

Plan du Jardin botanique

C’est Dominique-Alexandre Godron, doyen de la  faculté des sciences, qui réaménage le jardin en créant une grande école de botanique en 1868. Il rédige l’histoire du jardin botanique et évoque l’existence de la première serre en 17811.

Les suivantes, construites en 1822, menacent ruine, c’est pourquoi la municipalité décide de les remplacer . Ces dernières sont construites sur un modèle élaboré par l’architecte de la ville Prosper Morey en 1867 et alors approuvé par le conseil municipal. Dans le jardin botanique nouvellement organisé, les plantes sont classées par famille, dans des plates-bandes bordées de buis. Le jardin dispose alors d’un arboretum, d’une parcelle d’essais et de serres très modernes.

Plan, coupe et élévation d’une serre chaude à construire dans le Jardin botanique de Nancy, 1799

Les serres municipales

Les serres municipales, quant à elles,  sont initialement implantées en deux endroits de la commune.  A partir de la deuxième moitié du XIXe siècle, dans le Parc de la Pépinière, sur l’emplacement de l’actuelle Roseraie, d’une part, et dans le jardin Sauveget, situé le long du Canal, entre la rue Sébastien Leclerc et la rue César Bagard. Ce terrain a été acheté en 1908 par la ville aux Hospices pour permettre d’étendre le jardin fleuriste, -comme on appelait alors le service municipal des Parcs et Jardins- les serres du parc de la Pépinière et le petit terrain attenant étant devenus insuffisants en surface pour les besoins de fleurissement de la ville. Ce choix s’avère rapidement problématique en raison des crues fréquentes de la Meurthe située à proximité. Les avaries endommagent les semis et mettent en péril les serres construites en 1910, elles-mêmes trop petites. On y entasse palmiers, araucarias, bambous et aralias servant à décorer le salon de l’Hôtel de ville, le Théâtre, ou encore la Salle Poirel pour les grandes occasions.

Les dégradations subies par le jardin Sauveget, la difficulté à en chauffer les serres  ainsi que le piètre état de celles implantées à la Pépinière incitent la municipalité à mener une réflexion sur le devenir du jardin fleuriste2.

Ainsi, au début des années 1920, Paul Thirion, responsable du jardin fleuriste, obtient la possibilité de proposer une nouvelle configuration pour ce dernier. Il est alors envisagé de regrouper l’ensemble des équipements en un seul et même endroit. Un autre élément est déclencheur : les serres de la Pépinière sont de plus  plus critiquées pour leur état avancé de délabrement, il est dit  qu’elles nuisent à l’agrément des promeneurs. En outre, la guerre a achevé de les rendre hors d’usage, ce qui pose un véritable problème pour la conservation des plantes vivaces. Ce sont désormais des bâches qui remplacent les parties en verre pour la plupart détruites.

Dans cette perspective, le jardin Sauveget et sa maison servant d’hébergement pour les chefs jardiniers sont voués à être vendus, et les serres de la Pépinière à être remplacées par une roseraie (créée en 1927). Le Conseil municipal de 1924 décide de la destruction des trois serres de la Pépinière, dont l’orangerie. Elles sont vendues pour leurs matériaux à un négociant, installé rue Charles III, Monsieur Salomon, et rapportent à la commune la somme de 5 350 francs. La cession du jardin Sauveget et de son habitation se fait par adjudication en 1926 et rapporte 460 000 francs.

Bergamotte. Atlas du Traité historique des plantes qui croissent dans la Lorraine & les trois Evêchés

Les serres modernes

Un emplacement est disponible au 106 Boulevard Lobau car Achille Olry, amateur éclairé de plantes, a légué  à la ville en 1913 le vaste terrain de sa propriété, à condition qu’il devienne parc public. La guerre interrompt le projet.

Dès 1923, il est décidé qu’une partie de ce terrain représentant 2.5 hectares sera dévolu au jardin fleuriste. Les travaux nécessaires à cet effet sont évalués à 500 000 francs, ce qui doit être en grande partie comblé par la vente de l’ancien terrain accueillant les serres. Le parc ouvre en 1924.

L’installation

C’est à partir de 1923 que s’effectue l’installation des serres sur le terrain. Il est envisagé dans un premier temps un transfert du mobilier existant à Sauveget et à la Pépinière, mais cette idée est en grande partie abandonnée en raison de son mauvais état. Cependant, trois  serres en bois du Jardin Sauveget sont transférées,  la dépense étant dix fois inférieure à la construction des nouveaux équipements.

Les premières nouvelles serres, de taille modeste,  sont construites par la Société Louis Malet, établie 42 rue du Hameau à Paris.

Puis sept serres sont réalisées par les Ateliers de construction Schwartz-Haumont, entreprise également parisienne, spécialisée dans la ferronnerie et la fabrication de châssis et de serres. Une serre centrale domine toutes les autres par ses dimensions.

Un couloir situé à l’extrémité de chacune d’elles permet de les distribuer toutes et régule par la même occasion la température. L’entreprise Schwartz-Haumont équipe également en chauffage cet ensemble avec un appareil de chauffage  longitudinal continu passant dans chacune d’entre elles. Les serres dites chaudes peuvent être chauffées de 20 à 25° lorsque la température descend à moins 5°. Les serres dites froides conservent une température de 10 à 15° dans les mêmes conditions.  Un atelier attenant avec un sous-sol dans lequel on pénètre par un large escalier en pierre abrite les deux chaudières alimentant les serres. Les deux systèmes de chauffage peuvent fonctionner indépendamment l’un de l’autre. L’ensemble de ce dispositif représente une surface totale de  1270 m2. Les travaux de maçonnerie pour les soubassements et d’acheminement en eau  sont commandés à Henri Pouteau établi rue des Tiercelins pour la somme de 25 000 francs.

Le fonctionnement

En 1934, les collections tropicales du jardin botanique sont transférées dans ces serres , le musée de zoologie étant construit sur l’emplacement des serres du jardin Saint-Catherine.

L’inauguration des nouvelles serres a lieu en septembre 1924. Un Article de l’Etoile de l’Est en fait une description assez détaillée, en vantant les prouesses techniques mises en oeuvre dans ce nouvel équipement.

Dans la presse locale, les compétences des jardiniers   sont soulignées à plusieurs reprises pour leur excellence. Ainsi, en 1934, à l’occasion d’un grand gala franco-italien, le Barbier de Séville est donné à l’Opéra. Le journaliste ne tarit par d’éloges sur le fleurissement de la salle de spectacle et évoque le fait que le « l’Opéra [est] illuminé brillamment du plus beau feuillage de nos serres municipales »

Un abri pour les habitants du quartier y est établi à la veille de la Seconde Guerre Mondiale3.

Les serres aujourd’hui

Au fil des années, l’entretien de fond semble poser problème. Deux remises en état sont programmées en 1947 et 1973.

Travailler au jardin fleuriste

A l’origine, on rempote, on effectue la rentrée hivernale des plantes d’orangerie. On conserve les bulbes, rhizomes et oignons constituant les collections florales de la ville, on entrepose les pots et godets. Les serres permettent par leurs températures différentes de cultiver des espèces variées. Elles fournissent l’intégralité des plantes ornant Nancy, ainsi que toutes les compostions des manifestations officielles. C’est aussi au sein de ce service désormais appelé le service des Parcs et Jardins que sont préparés tous les éléments du jardin éphémère. A partir de 1936, les serres municipales sont ouvertes au public tous les jeudis après-midi .

Au total, à l’heure actuelle, ce ne sont pas moins de 500 000 plantes qui sont cultivées en entretenues tout au long de l’année.

Aujourd’hui encore, en se promenant dans les serres historiques de la travée centrale, on peut s’émerveiller de la constance et de la qualité du travail des équipes municipales pour le fleurissement de la ville. Le public y est associé à l’occasion des Mardis aux serres.

Un atelier du rendez vous “Les mardis aux serres

 

  1. Godron, Dominique-Alexandre, Notice historique sur les jardins botaniques de Pont-à-Mousson et de Nancy, p.14 à 16 []
  2. l’Immeuble et la construction dans l’Est, 15 août 1921, p. 3-4 ; procès verbal des conseils municipaux de Nancy, 1920 et 1921. []
  3. délibération du conseil municipal du 23 mai 1939. []