Tous les articles par Claire Haquet

Les premières bibliothécaires (vers 1937-1945)

Les lectrices sont entrées dans la bibliothèque avant les femmes bibliothécaires. Dès 1882, le prêt au dehors est ouvert aux directeurs des écoles municipales (préélémentaires et élémentaires), et cela inclut les directrices des écoles de filles. En temps de guerre, en 1915, une petite annotation montre que les élèves de l’École normale d’institutrices bénéficient de ce même droit, à propos des élèves meusiennes réfugiées à Nancy.

Il faut cependant attendre la fin des années 1930 pour que la première titulaire d’un diplôme de bibliothécaire apparaisse dans les effectifs. Quelques années plus tôt, en réponse à une demande d’une Mlle Tétry, licenciée ès sciences et souhaitant s’inscrire en doctorat, d’être employée comme d’autres étudiants au classement des livres, le conservateur Jean Colin (1898-1980) répondait : « nous n’employons pas de dames, et par ailleurs notre personnel auxiliaire est au complet »1.

Des bibliothécaires au féminin

On doit très probablement l’entrée des femmes, qui devient flagrante pendant la deuxième guerre mondiale, au sein du personnel, à Fernand Thirion, successeur de Colin à partir de 19372.

En 1940, l’adjointe au conservateur se nomme Armelle Lemoine (1908-2002). Fille du général Félix Lemoine (1872-1934), elle a étudié à l’École des Chartes et a obtenu son diplôme technique de bibliothécaire en 1935. Elle soutient par ailleurs un diplôme d’études supérieures sur le grenier à sel de La Charité-sur-Loire au xviiie siècle3. Sa nomination à Nancy est postérieure à 1937, date à laquelle elle habite encore Paris avec sa sœur. Dans le courant de l’année 1942, elle est nommée à la bibliothèque de la faculté de droit de Paris.

Geneviève Koest (1913-1998) remplace Armelle Lemoine. Fille de pasteur originaire de Nancy, il s’agit vraisemblablement de son premier poste, qu’elle quitte à la fin de la guerre, dans le cadre d’un échange avec René Cuénot, pour la faculté de droit de Nancy – prise de poste qui n’est pas tout à fait concomitante car les deux sont mentionnés comme bibliothécaires de l’Université en 19464. Elle y dirige par la suite la bibliothèque de médecine, et en 1971 prend la direction de la BIU d’Aix-Marseille5.

Une sous-bibliothécaire fait partie des effectifs en 1940, Jeanne Nieuwjaer. À cette date, elle est mentionnée également comme membre du bureau de la Fédération des représentants du personnel titulaire des services municipaux6.

Simone Chardin la rejoint en 1942, portant à deux le nombre de femmes dans l’effectif des 5 sous-bibliothécaires. Cependant, celle-ci fait l’objet quelques années plus tard d’un rapport très salé du directeur, qui demande sa révocation pour incompétence, désinvolture, mœurs légères et enfin irrespect envers sa hiérarchie, ayant insulté son supérieur devant les lecteurs. En 1945 deux aides-bibliothécaires auxiliaires sont recrutées, Marthe Maugard et Odile Prévot.

Evocation d’une bibliothécaire de la fin des années 1930 par une bibliothécaire des années 2020.

Le personnel auxiliaire

Le personnel féminin de la bibliothèque se compose aussi d’une apparitrice, Marguerite Gradoux, d’une dame du vestiaire, Marie-Louise Willaume, et d’une concierge, Marie-Louise Bégard dont l’époux est appariteur (d’autres couples appariteur-concierge ayant été relevés dans les effectifs auparavant).

Enfin Thirion compte dans les effectifs les débarrasseuses ou femmes de ménage, au nombre de 3 simultanément. En 1942, il présente la candidature de deux d’entre elles, Madeleine Dusson, divorcée et mère de 2 enfants (arrivée en 1938), et Marie-Louise Ferry, veuve avec une fille (arrivée en 1935), à l’obtention d’une prime sur les heures supplémentaires de travail.

À partir des années 1950, l’effectif devient peu à peu paritaire. En 2023, la part des femmes dans le réseau des Bibliothèques de Nancy atteint 80 %.

Note : L’absence d’archives photographiques du personnel datant de cette période, sauf un portrait du (très) conservateur Jean Colin, a rendu cet article impossible à illustrer, sauf à recourir à des artifices. La rédaction d’Épitomé remercie donc les bibliothécaires des années 2020, Laurence, Corinne, Julie et Jeanne-Lise, qui se sont prêtées au jeu de l’évocation de leurs consoeurs pionnières, lors de la Folle soirée de Stan « années 30 » du 10 novembre 2023.

  1. Archives historiques de la bibliothèque, correspondance, 25.06.1930. []
  2. Archives historiques de la bibliothèque, série I, notamment I8. []
  3. Publié dans le Bulletin de la Société nivernaise des lettres, sciences et arts, 1934, p. 123-148, 429-456, 573-615. []
  4. « Inauguration de l’exposition du livre lorrain », L’Est républicain, 13 mai 1946, p. 2. []
  5. Nelly Kuntzmann, « Des étudiantes et des femmes-bibliothécaires à l’Université d’Aix-Marseille ; quelques repères (1864-1971)», La Lettre des BU, no 8, 2013, p. 2-3. []
  6. L’Est républicain, 11 janvier 1940, p. 3. []

Le patrimoine, c’est bon pour les bébés !*

Le patrimoine écrit et graphique à la conquête d’un nouveau public : la toute petite enfance.

En septembre 2022 sort aux éditions La Joie de Lire un petit ouvrage malicieusement intitulé Pêche ou fesses ? signé de Nicolette Humbert, à destination des enfants de zéro à trois ans. Dans la lignée de l’œuvre de l’autrice illustratrice jeunesse nancéienne, ce livre d’images confronte ses photographies, toujours inspirées par les éléments naturels et les animaux, et des images issues des collections patrimoniales des Bibliothèques de Nancy.

La couverture de l'imagier fait rire les enfants.
La couverture de l’imagier plaît beaucoup aux enfants : ils entrent dans le livre avec humour.

Depuis plusieurs années, les Bibliothèques de Nancy sont labellisées par le programme Premières pages du Ministère de la Culture pour développer un plan ambitieux d’actions à destination du jeune enfant et de son entourage : formation des professionnel.le.s de la petite enfance, intervention dans les structures d’accueil, réalisation d’ateliers familiaux, programmation culturelle adaptée. Ce plan s’attache particulièrement à l’éveil artistique, culturel et esthétique des enfants et des adultes qui s’en occupent. Il était ainsi tout naturel qu’un projet de valorisation du patrimoine puisse s’adresser également aux tout-petits, en complément des accueils de classes et programmations jeune public dispensées par la Bibliothèque Stanislas.

Les enfants s'approprient les images, qu'elles soient modernes ou anciennes, sans aucun préjugé esthétique.
Les enfants s’approprient les images, qu’elles soient modernes ou anciennes, sans aucun préjugé esthétique.

Nous avons souhaité confier ce travail à Nicolette Humbert, photographe installée à Nancy, qui, en dehors des imagiers pour les tout-petits, intervient dans les domaines du reportage à caractère social, de la communication et de l’enseignement. Ses albums, à la fois documentaires et artistiques, tendent à éveiller le regard chez le tout-petit. Ils sont une découverte du monde qui les entoure, dans une recherche de proximité, mais aussi une invitation à voir autrement les choses du quotidien. Ils ouvrent à l’observation et à l’imagination.

« En collectant des images (ou détails) issus des collections des Bibliothèques de Nancy, il s’agit de réaliser un album en direction des tout-petits. Dans cet album, forme, texture et couleur en association, harmonie ou confrontation, susciteront des émotions. Il s’agit également d’initier le jeune lecteur aux différentes écritures artistiques (peinture, gravure, photographie…) tout en l’invitant à découvrir l’univers des bibliothèques ».

Nicolette Humbert.

Le visuel de a vache provient d'un fonds de publicités des années 30.
Le visuel de la vache provient d’un fonds de publicités des années 30.

L’objectif est donc de créer un livre d’images associé à un ensemble d’interventions directes des bibliothécaires et de l’artiste auprès de structures de la petite enfance à Nancy et des familles fréquentant les bibliothèques du réseau. Nicolette Humbert s’est rendue à la Bibliothèque Stanislas pour effectuer un choix d’images parmi les collections du patrimoine écrit et graphique et créer le livre. Celui-ci a été édité et fabriqué par les éditions La Joie de lire, qui en assurent la diffusion et la vente. Les bibliothèques en ont acquis pour leur part 300 exemplaires afin de les distribuer aux structures du territoire et au public à différentes occasions.

 

À l'occasion des Journées du Patrimoine de 2022, les familles sont invitées à jouer avec les images, les concepts et les styles. Un atelier qui fonctionne bien!
À l’occasion des Journées du Patrimoine de 2022, les familles sont invitées à jouer avec les images, les concepts et les styles. Un atelier qui fonctionne bien!

Les enfants créent leur propre imagier.
Les enfants créent leur propre imagier.

Plus d’une vingtaine de séances de médiation sont prévues, à commencer par les Journées du Patrimoine dont Nicolette est l’invitée d’honneur le dimanche : – pour les professionnel.lle.s de la petite enfance, comme soutien des rapports entre le patrimoine et la création artistique contemporaine, et donner des pistes d’éveil artistique et culturel au jeune enfant ; – pour les familles, sous forme d’ateliers ludiques à partir des images des collections patrimoniales des bibliothèques et du livre lui-même ; – pour les enfants, lors d’accueils de classes de maternelle, de groupes de crèches ou structures d’accueil (LAPE…) et d’ateliers de création.

Nicolette Humbert fait découvrir les images aux touts petits d'une crèche à la ludothèque de Nancy
Nicolette Humbert fait découvrir les images aux touts petits d’une crèche à la ludothèque de Nancy.

L’ensemble du projet a reçu le soutien du Ministère de la Culture dans le cadre de l’appel à projet « Patrimoine écrit » 2021 et « Premières pages » 2022.

* Le titre de ce billet est un clin d’œil à la publication pionnière de Marie Bonnafé, Les Livres, c’est bon pour les bébés !,  1re édition 1994.

Dans la bibliothèque du couvent des Cordeliers

Un chantier de recherche de provenances entamé à la Bibliothèque, un ouvrage historique conçu par nos collègues de Nancy Musées et la Société d’histoire de la Lorraine, deux raisons d’étudier la bibliothèque du couvent des Cordeliers, intimement liée à la Maison de Lorraine1.

Brève histoire de la bibliothèque du couvent des Cordeliers

Le nécrologe des cordeliers rend précisément hommage au fondateur du couvent, le duc René II, pour la dotation d’un certain nombre d’ouvrages, notamment les magnifiques livres de choeur2.  Au xviie siècle, la bibliothèque est déjà notable, comme le montre le guide touristique et historique du père Jacob : « Dans le convent des Religieux de l’Observance de S. François de Nancy est conservée la très splendide bibliothèque des Ducs de Lorraine, depuis un long temps : la quelle est abundante en bons et rares livres, qui y ont esté mis avec de grands soins. On y void aussi quelques manuscrits »3. On sait qu’en 1611, maître Pierre Lancelot, maçon en la Ville-Neuve, reçut 154 fr. pour la confection de vingt-huit fenêtres.4.

Une salle d'archives, à gauche des fenêtres en berceau, à droite un chartrier, au milieu une table de travail et un siège
Le chartrier idéal du frère Vuillemin ? (ms. 380 fol. 72).

Dans un manuscrit du père Vuillemin à la fin du xviiie siècle, nous avons une petite représentation d’un local d’archives, dans lequel on aimerait bien voir l’illustration des locaux de conservation des cordeliers. En termes de mobilier, on sait aussi que la bibliothèque comportait, outre des armoires, un bureau, des échelles et un globe terrestre « de Jansen », dans lequel on ne manquera pas de reconnaître un globe de Blaeu. Ces informations nous sont données par les inventaires révolutionnaires, le premier réalisé par Willemet, Crampel et Lejeune le 5 février 1790 :

« Le vaisseau de la bibliothèque des pères Cordeliers est fort beau, bien éclairé, bien boisé, parqueté et plafonné. Ses livres, enfermés dans seize armoires closes par des châssis de fil de fer et par des serrures sont bien entretenus et bien soignés. Cette bibliothèque renferme plusieurs ouvrages de chaque classe ou faculté bibliographique, beaucoup dans la classe de Théologie, moins en proportion dans les autres classes savoir Jurisprudence, Belles-lettres, Sciences et Arts et Histoire. Plusieurs ouvrages sont incomplets, plusieurs réputés bouquins, il n’y aucun manuscrit rare et de prix. (…) Total des volumes de tous les formats : 4500. »((Arch. dép. de la Meurthe-et-Moselle 1 Q157/Cordeliers/ p. 6.)).

Le second, réalisé en 1793, est un inventaire détaillé de la bibliothèque, avec la liste des 3658 volumes alors subsistant. La bibliothèque reste en place au couvent jusqu’à fin 1793, date à laquelle elle est transférée au dépôt littéraire à l’université. Aucun manuscrit n’y est mentionné. Justin Favier dans son article de synthèse sur les saisies révolutionnaires dans les couvents de Nancy, rappelant ces événements, précise que peu d’exemplaires des cordeliers ont été conservés, car ils ont été déménagés tardivement. S’ils faisaient doublon avec des ouvrages déjà entrés dans les collections, ils étaient éliminés5. En effet, un seul ex-libris des cordeliers a été trouvé parmi les 150 premiers titres de l’inventaire testés au catalogue de la bibliothèque de Nancy dernièrement.

Le contenu de la bibliothèque

Les franciscains entretiennent un rapport ambigu au savoir6. Au cours de l’époque moderne s’opère chez les cordeliers un renversement dans la valeur des études livresques et de l’importance de la lecture. La figure de saint Bonaventure, premier franciscain docteur en théologie, est ainsi portée au pinacle, au détriment même de la pauvreté prêchée par François d’Assise. Nancy, couvent d’étude en philosophie et théologie, détient une bibliothèque pour l’apprentissage de la prédication. La formation y dure entre 2 et 5 ans selon le cursus poursuivi par les meilleurs étudiants franciscains.

A ce titre, la théologie se taille évidemment la part belle dans le contenu des collections (54 %). Selon André de l’Auge, dans La Sainte Apocatastase (Paris, Fouet, 1623),

« Le couvent de Nancy est l’un des séminaires de ceste Province, où pour les aumonsnes journalières [du duc], [Son Altesse] entretient grand nombre de religieux pour estre instruicts ès sciences saintes et divines, afin de tirez des flancs de ceste Académie comme d’un Cheval troyen, ils se répandent en divers lieux, places et provinces, pour par leurs escripts et prédications combattre généreusement le vice et l’hérésie. »

On y trouve des ouvrages de controverse, ainsi des œuvres de Jean Calvin. La bibliothèque des cordeliers est une bibliothèque de travail, les pères doivent y trouver de quoi nourrir leur prédication. La connaissance de l’ennemi, soit le protestantisme sur la dorsale catholique, est indispensable.

Page de titre des Sermons de Jean Calvin sur Job
Sermons de M. Jean Calvin sur le livre de Job, A Genèvre, Jean de Laon pour Antoine Vincent, 1563 (cote 155 499).

Il est intéressant de constater que les cordeliers détenaient également des ouvrages profanes, scientifiques, artistiques, philosophiques, juridiques mais aussi qu’ils lisaient Martial et Flavius Josèphe.

Les modalités de prêt des ouvrages sont décrites : il faut l’autorisation du supérieur, faire une demande expresse au bibliothécaire, et s’inscrire sur un registre. Au xviiie siècle se développe la pratique des ouvrages ad usum, qui sont appropriés individuellement par des frères. Ce sont des supérieurs, des membres de l’encadrement du couvent, qui disposent de ce privilège. Ainsi frère Alexandre Collin qui privatise une histoire de l’Ancien testament en 1763, « cum licentia superiorum ». Ne serait-ce point également parce qu’elle est signée de Robert Arnauld ?

Page de titre de l'Histoire de l'Ancien testament par Arnauld
Robert Arnauld d’Andilly, Histoire de l’Ancient testament tirée de l’Ecriture sainte, Paris, P. Le Petit, 1675 (cote 101 524).

Les livres de choeur des cordeliers7

Les volumes sont reliés sur ais de bois, couverts de veau estampé à froid, et rehaussés de fermoirs en fer, de clous, et de bandes de laiton pour en assurer la solidité. Ils pèsent entre 13 et 15 kg chacun.

Le graduel, manuscrit musical utilisé pendant la messe, présente une année lissée qui commence au 1er dimanche de l’Avent, Pâques est fixé au 3 avril, et se termine à la saint André. Il comporte différents décors : lettres bicolores dues au rubricateur, lettres gothiques à la plume, dues au copiste et 6 lettres peintes : roi David, Adoration des bergers, Adoration des mages, Résurrection, Ascension, Pentecôte. Il est enrichi de directives écrites en plus petits caractères pour certaines fêtes : procession des Rameaux, les offices de la Semaine sainte, ici l’office de la croix le vendredi saint.

Dragon en forme d'initiale S sur fond rouge
Initiale S en forme de dragon, ms. 437 (4) p. 24.

L’antiphonaire, qui regroupe les incipits de chants des offices (des heures) est en 3 volumes. Son commanditaire est facilement identifiable : il s’agit de René ii. Cependant, les circonstances de la commande, de la rédaction et de la livraison, ainsi que les noms des copistes et décorateurs ne sont pas connus. On remarque une très grande variété dans les types de décor des lettrines : gothiques en grisaille ou camaieus, et encore des lettres peintes pour les grandes fêtes : Annonciation, Visitation, Nativité, Présentation etc.

Les épisodes importants de la théologie franciscaine sont évoqués par des lettres historiées comme ce Jésus enseignant qu’on peut rapprocher de l’image de Bonaventure. Evidemment une place d’honneur est réservée aux saintes et saints franciscains. Sainte Claire d’Assise, et les mémoires qui lui sont liées, occupe une place toute particulière dans l’antiphonaire franciscain. Et, à tout seigneur tout honneur, saint François d’Assise lui-même est fêté et représenté avec très grand soin, et l’évolution de la liturgie est patente à son propos.

sainte Claire d'Assise dans une initiale P
Lettrine P avec une sainte Claire en grisaille, ms. 437 (3) p. 278

Les décors de l’antiphonaire sont inépuisables dans le bestiaire et la botanique, et le mieux est de les découvrir par soi-même sur Limédia Galeries. On peut cependant attirer l’attention de notre lectorat sur de petits aperçus de la vie des frères au couvent. Outre des petits frères cachés  ça et là dans les lettrines ou les fleurs, on voit pour la fête du saint Sacrement une assemblée franciscaine autour d’un autel dans lequel Simone Collin suggérait de voir une représentation de l’autel des cordeliers au temps de René ii.

Des frères cordeliers autour d'un autel
Fête du Saint Sacrement, ms. 437 (3) p. 103.

Une rupture stylistique importante est constatée dans le 3e volume. Simone Collin émet l’hypothèse que les volumes ont été remplacés, à une époque indéterminée, par des antiphonaires imprimés, mais qu’on les a réutilisés au xviiie siècle. À ce moment, en raison de modifications qui avaient eu lieu dans la liturgie franciscaine, les pages ont été grattées et lavées pour être actualisées sans avoir à se lancer dans la confection d’un nouvel antiphonaire.

La provenance Cordeliers de Nancy dans les collections patrimoniales

Plusieurs manuscrits de nos collections ont un auteur cordelier. Il s’agit essentiellement de manuscrits historiographiques signés de grands franciscains lorrains, et qui ont entretenu des liens étroits avec la famille ducale. Au premier rang de ceux-ci figure Jean d’Aucy, dont l’Épitomé offert à Charles iii donne son nom à notre carnet de recherches. Son successeur au xviie siècle, y compris dans les égarements historiques, est Jacques Saleur, l’auteur de La Clef ducalle…

Aubert Roland, au xviiie siècle, revient précisément sur la figure fondatrice du duc René et celle de sa femme, Philippe de Gueldres avec des méthodes beaucoup plus critiques. Claude-Robert Husson, définiteur général de l’ordre franciscain, s’illustre autant dans la dévotion que dans l’histoire avec son fameux éloge historique de Jacques Callot. Enfin le père Vuillemin, bibliothécaire et polygraphe, s’intéresse à la science et à l’histoire du couvent.

Cependant ces oeuvres manuscrites ne font pas partie des saisies révolutionnaires. Propriété privée de leur auteur, ou déjà données avant la Révolution, elles sont entrées dans les collections municipales bien postérieurement, par dons  ou par achats. À l’heure actuelle, seulement 7 ouvrages figurant à l’inventaire de la bibliothèque des Cordeliers de 1793 ont été indubitablement identifiés dans les collections patrimoniales.

Le chantier d’identification des saisies révolutionnaires a été ouvert en 2022 grâce au stage de Manon Rabillard, élève de deuxième année à l’École nationale des Chartes. Cinq communautés religieuses de Nancy ont été entièrement traitées (Chapitre primatial, Dominicains, Augustins, Visitation et Refuge), établissant l’identification formelle de 208 titres sur un ensemble de près de 4000 figurant dans les inventaires, soit un taux de conservation de 5,2 % pour ces communautés. Pour les Cordeliers, comme le soulignait Justin Favier, les premiers tests sont bien en-deçà de ce taux (1 pour 150). L’enquête est donc à poursuivre.

  1. Cet article est la retranscription de la conférence donnée à la Bibliothèque Stanislas le 11 octobre 2022 []
  2. « librariamque omnium facultatum voluminibus mandans ornari » Pierre-Étienne Guillaume, Cordeliers et chapelle ducale de Nancy, Nancy, France : chez Peiffer, 1851, 279+lxiv. Lire en ligne. []
  3. L. JACOB, Traicté sur les plus belles bibliothèques..., t. II, p. 436. []
  4. P.-E. Guillaume, Cordeliers et chapelle…, p. 15. []
  5. Justin Favier, « Coup-d’oeil sur les bibliothèques des couvents du district de Nancy pendant la Révolution : ce qu´elles étaient, ce qu´elles sont devenues », Mémoires de la Société d´Archéologie lorraine, 1883, p. 60. []
  6. Je m’appuie ici sur le travail de Fabienne Henryot, Livres et lecteurs dans les couvents mendiants: Lorraine, xviexviiie siècles, Genève : Librairie Droz, 2013, 562 p. Sur le rapport des cordeliers aux manuscrits, Fabienne Henryot, « Le livre en héritage : les religieux mendiants face aux manuscrits médiévaux au xviie siècle », Lire en ligne []
  7. L’article de référence sur ces livres reste Simone Collin-Roset, « L’antiphonaire des Cordeliers de Nancy (Nancy, Bibliothèque municipale, manuscrits 22, 23, 24, 25 anc. 437). Etude codicologique et iconographique », Lotharingia, X, 2010, p. 49‑80. Attention, le titre de l’article comporte une erreur de cotation : les 4 livres de choeur sont bien regroupés sous la cote ms. 437 (1-4), (1) correspondant au graduel et (2-4) à l’antiphonaire. []

Une bibliothèque moderne : les travaux de 1932

Saviez-vous que la salle des boiseries de la Bibliothèque Stanislas n’a pas toujours été la salle de lecture ? C’est entre 1930 et 1932 qu’a eu lieu l’aménagement qui prévaut encore de nos jours.

Sous la pression du public

Depuis l’ouverture de la bibliothèque municipale en 1803, les usagers étaient reçus dans une petite salle de lecture d’une vingtaine de places située au premier étage, à l’entrée de la salle des boiseries. La salle des boiseries elle-même était fermée au public, sinon pour des visites de type muséal, car elle servait de magasin principal de livres. Ceux-ci étaient issus des bibliothèques de maisons religieuses confisquées pendant la Révolution française, ainsi que des dons et des acquisitions courantes réalisées tout au long du XIXe siècle.

Vue de la salle des boiseries avant 1932
Vue de la salle des boiseries avant 1932

La création d’une université à Nancy (1850) puis l’arrivée massive de réfugiés alsaciens-mosellans entre 1871 et 1873 transforment le paysage intellectuel local : il y a désormais davantage de « travailleurs du savoir » qui ont besoin à la fois de documentation actualisée et d’un lieu d’étude. La bibliothèque publique, tout indiquée pour jouer ce rôle, s’adapte une première fois en aménageant en rez-de-chaussée la grande salle polyvalente (ayant servi pour des meetings politiques ou des banquets républicains) en salle de lecture dotée d’une centaine de places et d’un éclairage au gaz.

Dès 1909, les locaux sont qualifiés de trop exigus. Un rapport de l’inspection préconise l’installation dans la salle des boiseries de rayonnages en fer pour créer des linéaires supplémentaires. La fréquentation de la salle de lecture est saturée pratiquement chaque jour durant l’année universitaire, car la bibliothèque s’ouvre progressivement aux enseignantes et enseignants des premier et second degrés, des écoles professionnelles, mais aussi aux élus et à une quantité toujours plus importante de professions juridiques, administratives et de services.

Une bibliothèque provinciale mais moderne

C’est en 1929 que le comité de surveillance et d’acquisition de la bibliothèque soumet à la municipalité, sa tutelle, un projet audacieux de réaménagement qui est finalement accepté et mis en œuvre. Deux ans durant, les collections sont tout d’abord déménagées, puis les locaux entrent dans les phases de travaux les plus importantes jamais connues.

Vue de la salle des boiseries avec le sol en béton armé
Pose du sol en béton armé dans la salle des boiseries (1930)

La salle des boiseries devient la salle de lecture principale, dotée de 160 places. On lui adjoint une « salle des travailleurs » de 60 places, ouverte seulement en 1934 dans la salle conservant le buste du roi Stanislas. Les armoires et la corniche sont rénovées pour accueillir un éclairage électrique. Le sol est démoli pour la pose d’un plancher en béton armé qui sera aussi le plafond du niveau inférieur, et un tapis de caoutchouc de 5 mm est déroulé pour assurer le confort auditif des utilisateurs.

Un vestiaire vide
Vue du vestiaire aménagé en 1932

Aile Dombasle, une estrade est prévue pour la présidence de salle et l’accès aux nécessités logistiques : monte-livres électrique, monte-charges, escalier de fer. Au premier étage de l’aile Visitation, à droite de l’escalier, sont localisés un vestiaire et des commodités d’une capacité suffisante pour le public attendu.

La salle du rez-de-chaussée devient le magasin à livres principal, d’une capacité estimée alors à 6 km linéaires ou 200 000 ouvrages. Le système retenu est celui de rayonnages Lipman à tablettes mobiles formant ossature, un plancher métallique garni de dalles de verre auto-porté séparant les deux niveaux de magasin. La desserte en est assurée par un escalier situé à chaque extrémité de la structure, l’un menant directement à la salle de lecture.

Publicité pour les rayonnages Lipman
Bibliothèques : organisation, technique, outillage : [exposition présentée au Palais du Trocadéro dans le cadre de l’Exposition internationale des arts et techniques Paris 1937 / introd. de Julien Cain, Paris : Ed. Denoël, 1938, p. 76.

D’autres aménagements sont réalisés les mois suivants : un accueil / salle des catalogues à la sortie de l’escalier, des rayonnages métalliques dans les combles pour accueillir les collections de périodiques, l’installation du chauffage central dans l’ensemble du bâtiment et de sanitaires pour le personnel, ainsi que de 8 postes téléphoniques permettant au personnel de communiquer d’un étage à l’autre. Le conservateur fait aménager entièrement son bureau dans le goût Art déco.

Bureau du conservateur
Jean Colin, conservateur de la bibliothèque, dans son bureau Art déco.

Au chapitre des innovations techniques non suivies, on trouve des discussions à propos d’un appareil de reproduction des livres et manuscrits et d’une armoire de désinfection des livres.

Publicité pour appareil de désinfection
Bibliothèques : organisation, technique, outillage : [exposition présentée au Palais du Trocadéro dans le cadre de l’]Exposition internationale des arts et techniques Paris 1937 / introd. de Julien Cain, Paris : Ed. Denoël, 1938, p. 72.

Premiers retours publics

Un inévitable lot d’aléas accompagne les deux années de travaux. Un service de prêt provisoire est prévu dans la salle de l’Académie de Stanislas, totalement insuffisant par rapport aux besoins. L’installation du chauffage central, s’il supprime le danger des feux de cheminée, occasionne tant de fuites et de pannes successives que l’on renonce, par prudence, à le faire passer pour l’instant dans la réserve précieuse, de même que l’électricité. Des portes blindées coupe-feu seront par ailleurs montées à certains endroits judicieux afin d’enclore et limiter le risque d’incendie.

Néanmoins, la bibliothèque rouvre en janvier 1932. Le 15 janvier, le maire de Nancy, Marie-Joseph Malval (1866-1933), conduit avec le conservateur Jean Colin une visite inaugurale pour la presse et les officiels, au cours de laquelle le recteur, Louis Bruntz (1877-1944), souligne l’immense service rendu à la communauté universitaire par cette complète transformation du service municipal, alors même que la première pierre de la nouvelle bibliothèque universitaire sera posée en novembre de la même année par le président de la République Albert Lebrun.

L’ouverture au public a lieu le 28 janvier 1932. L’accès est toujours gratuit. L’accent promotionnel est mis sur le chauffage et l’éclairage des lieux, ainsi que la mise à disposition de nouveautés. Les horaires d’ouverture courent de 9 à 22 h, avec un service réduit entre 20 et 22 h aux usuels ou aux documents préalablement commandés par les lecteurs.

Une salle de lecture pleine de lectrices et lecteurs
La foule se presse à la bibliothèque pour sa réouverture.

Avec une ironie affectueuse, André Gain (1897-1977), titulaire de la chaire d’histoire de l’Est de la France à l’université, détaille dans Les Annales de l’Est le luxe de la nouveauté, les « splendeurs étincelantes » du vestiaire où l’on « sert à goûter », des sanitaires à gâter « un empereur romain », le « passage en chicanes » des lecteurs dans la salle des catalogues, et « l’enclos réservé à la science » constitué par la petite salle de lecture surveillée par un Stanislas « hautain, à la lippe dédaigneuse ».

Cette bibliothèque de 1933 est celle que personnel et public de la bibliothèque connaissent encore aujourd’hui. Les boiseries ont été restaurées en 2005. Des travaux d’adaptation aux usages du numérique et une petite salle de formation ont été réalisés en 2015. Deux siècles et demi après sa construction, près d’un siècle après son dernier chantier majeur de modernisation, le bâtiment répond toujours grosso modo aux attentes de son public habituel. Mais il commence à accuser son âge, et une réhabilitation plus globale sera bientôt nécessaire, prélude probable à une réflexion sur son positionnement et son ouverture dans la ville.

Voir le portfolio complet des travaux de 1930 à 1932 sur Limédia Galeries.

Sources

– Gutton et Maire E., Les Origines de la Bibliothèque de la Ville de Nancy, tapuscrit, Nancy, 15 janvier 1932., 7 fol.

– L. G., « Visite inaugurale de la nouvelle Bibliothèque de la ville de Nancy », L’Est républicain, Nancy, 16 janvier 1932, p. 3.

« Les transformations de la Bibliothèque de Nancy : historique des différents projets », L’Est républicain, Nancy, 21 janvier 1932.

« Demain jeudi la bibliothèque publique rouvrira ses portes », L’Est républicain, Nancy, 27 janvier 1932, p. 3.

– Gain André, « Nos bibliothèques », Annales de l’Est, 1934, p. 126.

SARA, formaliser le service à distance aux usagers dans une bibliothèque patrimoniale

Service d’Aide à la Recherche et de Reproduction A la demande, SARA est né(e) fin mai 2020 pour pallier sur le plan patrimonial la fermeture des services culturels. Le dispositif s’est imposé depuis comme une solution enviable pour traiter les courriers scientifiques, la prise de rendez-vous et la gestion des demandes de reproduction.

Un service de substitution

Le service a été lancé fin mai 2020 au moment où le personnel de la bibliothèque a eu l’autorisation de retourner travailler pour partie dans les locaux, mais où l’établissement était encore fermé au public. Il avait alors pour objectif de pallier directement l’impossibilité des usagers des services patrimoniaux de se rendre à la bibliothèque pour effectuer des vérifications bibliographiques, rechercher des renseignements factuels ou procéder à des reproductions – qui en temps normal sont autorisées avec matériel personnel ou scanner en libre-accès de la salle de consultation patrimoniale.

Le personnel de la bibliothèque se relayait donc chaque jour pour réaliser ces opérations à la place des usagers. Ceux-ci n’étaient pas forcément des usagers ordinaires des services, mais aussi des chercheurs et étudiants démunis par la fermeture de tous les services patrimoniaux et des bibliothèques universitaires et la difficulté d’y mettre en place ce genre de service d’urgence1.

Reproduction pour une demande Sara
Reproduction sur le scanner de la salle patrimoniale pour une demande d’un usager via Sara

Conçu dans l’urgence et l’indisponibilité du service municipal de développement informatique, requis sur des missions plus urgentes comme l’organisation de la distribution des masques à la population, le dispositif reposait à l’origine sur 4 formulaires Framaforms (service de Framasoft) imbriqués dans un site internet saranancy.fr (propulsé par Wix). Ces formulaires, réalisés avec le conseil d’une chercheuse experte dans les services offerts par les établissements patrimoniaux, permettaient de catégoriser rapidement le type de demande et donc le traitement qui serait appliqué. Ainsi, pour une demande de vérification, ou une question factuelle, une simple réponse textuelle, voire une photo réalisée au smartphone de la page concernée suffisait. Au contraire, pour une demande de reproduction d’ouvrage délicat ou à des fins d’édition, l’entrée dans le circuit interne de numérisation était nécessaire. « Posez une question » permettait de recueillir toutes les demandes disparates ainsi que celles des usagers réfractaires à l’usage des autres formulaires, avec un temps de traitement légèrement allongé puisque l’absence de critères sur ce formulaire (une simple boîte de dialogue) oblige à une lecture attentive de la demande avant de la catégoriser puis de la mettre dans le bon circuit de traitement.

Le lancement du service, simultané à l’ouverture du service Kraft d’emprunt à emporter pour la lecture publique, a bénéficié de la communication sur la réouverture des services des bibliothèques municipales : panneau sur les grilles de la bibliothèque, articles dans la presse locale, vidéo diffusée sur les réseaux sociaux.

En juin, 40 demandes ont été reçues et traitées. La réouverture proprement dite de l’établissement et de la salle patrimoniale, fin juin 2020, a fait diminuer ce nombre alors que le nombre de rendez-vous s’envolait en flèche malgré la jauge réduite et les mois d’été. Dès qu’ils ont pu se déplacer, les chercheuses et chercheurs ont préféré fréquenter la salle avec assiduité et solliciter de très nombreuses communications « de rattrapage ». Plus de 400 rendez-vous ont ainsi été comptabilisés entre septembre, date de l’adjonction d’un formulaire idoine au site Sara, et décembre 2020 (fermeture complète au mois de novembre).

Un service qui s’impose

Les avantages de SARA sont rapidement apparus pour résoudre, de manière sans doute définitive, la défaillance du service dans le traçage du courrier scientifique, connue de tous et pointée également par l’audit Marianne. 2020 devait d’ailleurs être consacrée à la mise au point d’une procédure permettant de rassembler, tracer et comptabiliser les différentes sollicitations qui parviennent par différents canaux : courriels adressés à l’adresse générique de la bibliothèque, interpellations ou commandes en salle, occasionnellement du courrier papier, mais surtout des demandes directement formulées auprès d’une dizaine de membres de l’équipe, sur leur adresse professionnelle, créant la situation ambiguë de se sentir tenu-e à répondre personnellement à une sollicitation perçue à la fois comme valorisante (reconnaissance de l’expertise d’un agent) et chronophage (sentiment d’être au service quasi-exclusif de quelques-uns).

Ainsi, dès juillet, nous avons pris la décision d’habituer les usagers en introduisant leurs demandes directes dans SARA en les informant de son existence, et en  leur recommandant fortement de passer désormais par ce service pour un traitement rapide et garanti de leur demande2. La crise sanitaire a donc accéléré la réflexion et permis de trouver, sous la pression des événements, une solution simple et pérennisable.

C’est pourquoi, à l’automne 2020, la nécessité de continuer, quelle que soit la situation, à utiliser et faire utiliser SARA s’est imposée à l’équipe. La solution pérenne consistait à rejoindre le bouquet des démarches municipales dématérialisées, fondée sur le logiciel libre Publik. Avec l’aide du service qualité de la Ville de Nancy, nous avons travaillé à répercuter les formulaires Framaforms dans ce logiciel, en créant un processus de traitement applicable à la fois aux commandes de numérisation, aux questions et à la prise de rendez-vous. La transition s’est effectuée début janvier 2021, transparente pour les usagers (pas de changement d’URL) mais de très loin plus facile à utiliser pour les professionnels. Dans Publik, chaque agent dispose d’un compte personnel qui lui permet d’attribuer (ou de s’attribuer) une demande, de voir à tout moment où en est le traitement de l’ensemble des demandes, de dialoguer avec l’usager et aussi en interne, et enfin de clôturer proprement un dossier. Le logiciel permet aussi la tenue automatique de statistiques.
Le seul reproche que nous lui faisons, c’est que, conçu pour traiter en masse des demandes très basiques d’acte d’état civil ou de réservation de gymnase, il nous prive désormais des petits messages de remerciement des usagers qui sont si valorisants.

Accès à Sara Nancy par le catalogue Co libris
Le service Sara est accessible depuis le site de Nancy mais aussi depuis le catalogue Co libris

Fonctionnement

Le fonctionnement, testé avec les Framaforms, a été répliqué avec succès dans Publik, ce qui a conforté le choix de notre procédure.
SARA est relevé au minimum deux fois par jour ouvré, en début de matinée et en début d’après-midi, par l’agent de permanence en salle patrimoniale. Cet agent traite tout ce qu’il peut pendant sa permanence, en acceptant, rejetant ou déléguant les demandes. S’il manque de temps, il informe son successeur qu’il reste des dossiers à traiter.
SARA compte trois circuits :

  1. le circuit « rendez-vous », composé de 6 places patrimoine + 2 places INA en temps normal, reposant sur une simple demande / acceptation. La salle patrimoniale peut accueillir plus d’usagers, ce qui nous permet d’accueillir également au débotté de nouveaux venus non informés des conditions d’accès, ou des habitués qui n’ont pas encore pris l’habitude de prendre rendez-vous. Le rendez-vous peut être pris également en salle d’une fois sur l’autre par exemple. Il se fait à la demi-journée.
  2. le circuit « vérification / question », qui regroupe à la fois des demandes très factuelles et faciles de chercheurs privés de déplacement à la recherche d’une référence, d’une mention, résolues par une vérification effectuée par le bibliothécaire à leur place ou une photo au smartphone, mais aussi les questions plus complexes qui peuvent être déléguées à nos spécialistes de collections. L’agent de permanence estime donc sa capacité à répondre dans un temps raisonnable à la demande, et se l’attribue, ou la transmet au collègue qui lui paraît le plus à même de la traiter dans ce même temps raisonnable.
  3. le circuit « numérisation / reproduction », qui n’est pas traité par la permanence en salle mais aboutit directement à la cellule numérisation. Elle instruit les demandes de son côté, et répond par le moyen approprié : l’envoi d’une image existante, une photo smartphone, un scan réalisé sur le matériel de la salle patrimoniale, des prises de vues au dos numérique… avec donc un temps de traitement différencié. La cellule numérisation est aussi particulièrement attentive à rappeler, dans les réponses, les conditions d’utilisation des reproductions : elles sont gratuites, éditées sous Licence Ouverte / Open Licence pour les documents du domaine public, limitées pour les documents sous droits d’auteur, et dans le cas d’une commande pour édition, soumises à la remise d’un ou deux exemplaires justificatifs pour enrichir les collections de la bibliothèque.

Les usagers reçoivent notification de la prise en compte de leur demande, puis, sous sept jours, la réponse est apportée, ou, si la question est complexe, au moins de premières pistes ou une estimation du délai de traitement pour les numérisations. Ce fonctionnement nous oblige aussi à nous astreindre à rédiger des réponses « suffisantes », c’est-à-dire pas forcément exhaustives ni enrichies. Le logiciel utilisé permet aussi, avant d’apporter la réponse définitive, de nouer un dialogue avec l’usager, pour lui demander des précisions, afin d’apporter la réponse la plus adaptée. Une question un peu sèche (« Bonjour, qu’avez-vous comme documentation sur la place Stanislas ? ») doit en effet recevoir une réponse différente selon qu’elle émane de touristes, d’élèves de CE2, d’historiens de l’architecture classique, d’architectes du patrimoine ou de photographes.

Dans le cas de SARA, l’urgence a été bonne conseillère et a accéléré la réflexion entamée sur le courrier scientifique et la piètre tenue de nos statistiques hors « séances de travail en salle patrimoniale » et « prises de vues réalisées ». La procédure a été gardée aussi simple que possible, tant pour l’usager (qui dépose une demande via un formulaire) que pour l’agent (qui ouvre désormais une simple interface de traitement de dossier). Le soutien du service Qualité de la Ville, en mode projet pendant quelques semaines pour la pérennisation du service, nous a aussi permis d’en débusquer les écueils, et de mesurer le potentiel de complexification du service que nous aurions pu mettre en œuvre et dont nous souhaitons nous garder le plus possible. Pour les habitués qui passaient par courriel, la transition vers le formulaire est acceptable. Ceux qui procèdent par interpellation en salle apprécient, notamment pour les commandes d’images, le suivi assuré (nous effectuons la saisie SARA devant eux si besoin). Il y a moins de risque d’oubli d’un courriel / d’une demande orale lorsque la sollicitation figure dans SARA. L’équipe apprécie également d’avoir à la fois vue sur toutes les demandes en cours, pour faciliter le renseignement intermédiaire au demandeur, et la relative universalisation de l’échange : celles qui avaient trop de demandes, parfois très anodines en plus, en traitent moins, et ceux qui en avaient rarement aiment y répondre dans le cadre leur permanence (Car en tout bibliothécaire se cache un détective).

  1. Dès le 11 mai 2020, les recommandations pour le déconfinement publiées par les associations professionnelles de bibliothécaires en coordination avec le Ministère de la Culture conseillaient le recours à la fourniture de document à distance en temps de fermeture des salles patrimoniales. []
  2. C’est-à-dire non soumis aux aléas de l’absence soudaine de leur correspondante habituelle, par exemple. []

Bibliothécaire et détective : les manuscrits non classés

Les fonds d’archives et manuscrits « vaguement ou non identifiés » constituent la partie la plus  difficile à appréhender dans une
collection patrimoniale. Beaucoup de bibliothécaires et d’archivistes aiment à se
raconter des histoires à faire frémir sur des tas au milieu desquels dorment des incunables photographiques ou des originaux de traités
ignorés depuis des siècles. À la bibliothèque Stanislas, on avait déjà retrouvé un portefeuille de lecteur dans une armoire du secrétariat, mais les archives et manuscrits avaient l’air un peu mieux connus.

L’impensé de la bibliothèque

À côté du fonds des manuscrits, des pièces cotées et décrites dans des catalogues rédigés selon des normes — sinon dépassées, du moins existantes — il existe des centaines de liasses non cotées pour
lesquelles l’instrument de recherche, quand toutefois il y en a un, se
borne à une liste sommaire du contenu. Faute de compétence
archivistique, personne dans les décennies passées ne s’était vraiment colleté à celles-ci, sinon pour en améliorer un peu le
conditionnement, et ce faisant, établir les listes sommaires.
Certaines boîtes sont numérotées (sous une double numérotation),
d’autres portent un nom de fonds, d’autres encore sont repérées comme appartenant au même ensemble par des étiquettes colorées.
Quelques-unes sont les antiques “custodes” de la bibliothèque, boîtes recouvertes de papier vert utilisées depuis le xixe siècle.
En rassemblant le savoir cumulé des bibliothécaires, des notices
succinctes avaient été rédigées en 2009-2010 pour certains fonds,
donnant un petit aperçu de l’effort à mettre en œuvre pour éclaircir
la situation.

Boîtes du fonds Herpin
Un échantillon d’un fonds connu au niveau 2.

La consultation de ces fonds est évidemment
quasi-inexistante, puisqu’elle ne repose que sur l’échange direct
entre un-e bibliothécaire connaissant leur existence et ayant une vague idée de leur contenu, avec un chercheur, dans la salle patrimoniale, menant au jaillissement d’une proposition de consultation quasi à l’aveugle.

Lorsqu’a été formulée la demande du Ministère de la Culture d’achever le Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques, il n’était plus possible de différer, et bien que l’équipe de la bibliothèque se soit en premier lieu consacrée à avancer sur les
ensembles de manuscrits les plus « simples » (comparativement), la nécessité d’aller plonger dans les boîtes non classées s’est faite pressante. Sans doute aurions-nous pu nous contenter de mettre en forme et publier les listes sommaires dont nous disposions, et peut-être nous y serions-nous résolues si une formation d’abord, la présence d’une catalogueuse spécialisée salariée de l’agence Interbibly ensuite, n’avaient libéré de l’esprit et du temps pour envisager un travail dans les règles de l’art1.

Le tamis

La première étape a été de constituer un tableau de bord des fonds en fonction de l’état d’avancement de leur classement, afin d’évaluer la situation et de programmer le travail de la catalogueuse. Il est
apparu en son sein un ensemble de liasses qui ont pu être rassemblées sous une numérotation quasi-continue de 1 à 1512 + 6 boîtes non numérotées, et concordant avec la liste sommaire principale. Le tableau d’assemblage entre les mentions portées sur les boîtes et les intitulés de la liste a permis de construire un deuxième tableau de bord par liasses. En l’absence d’espace suffisant pour étaler durablement et en toute sécurité les 151 liasses, il a fallu procéder ensuite par petits morceaux.
Tout d’abord, nous avons isolé les liasses consécutives qui avaient
manifestement un rapport entre elles, en vérifiant que les liasses
précédentes et suivantes n’en avaient pas, en se fondant sur le style
des conditionnements et la graphie. Ces liasses ont été identifiées
assez facilement, quoique qu’il y fallait une bonne connaissance de
l’histoire de la bibliothèque, notamment une fréquentation de ses
archives que peu de bibliothécaires dans l’équipe possèdent
suffisamment, et de l’érudition locale depuis le début du xixe siècle.

Deux « découvertes » motivantes

Nous avons réussi à isoler le « fonds Piroux »3, dont les plans sont anciennement connus et décrits au fonds iconographique et dont la numérisation était en cours en 2018-2019. Il apparaît que ces centaines de plans sont extraits de dossiers, le tout formant sans aucune hésitation possible le fonds de l’agence d’architecture d’Augustin Piroux (1749-1805), accompagné des archives de sa lieutenance de police à Lunéville. Parvenir à identifier clairement ce fonds, dont nous connaissions l’existence sans pouvoir l’appréhender vraiment, et d’une importance extraordinaire pour l’architecture et le génie civil en Lorraine au xviiie siècle, a été la source d’une grande motivation, en plus de retirer du vrac à traiter une dizaine de boîtes d’un coup. Un projet Piroux est ainsi programmé avec description à la pièce et numérisation
de ce fonds.

Bras de lustre pour la synagogue de Nancy, Charles-Augustin Piroux.
Bras de lustre pour la synagogue de Nancy, Charles-Augustin Piroux.

L’histoire de l’identification du fonds des Tiercelins repose sur la
relecture fréquente de la liste de départ, pour essayer d’en extraire de nouveaux ensembles de liasses, et l’échange avec un chercheur. Avions-nous d’autres manuscrits à propos du duc Charles IV (1604-1675) que ceux mentionnés au catalogue ? Oui, justement, nos yeux voient passer cet intitulé : « matériaux pour l’histoire du duc Charles IV » sans description malheureusement. Le chercheur, qui n’a à perdre que 20 minutes, accepte de regarder cette boîte-mystère. Il revient en s’excusant presque : « ce n’est pas ce que je cherchais mais ça ressemble beaucoup aux travaux du père Donat »4. Nous courons de concert à nos meilleurs outils bibliographiques (Gallica, archive.org, l’Histoire de Nancy de Christian Pfister…). Victoire : dans un article aguicheur sur les maîtresses du duc Charles IV, Justin Favier lui-même passe une page à décrire les douze cartons du fonds dit « des Tiercelins », fonds qu’il a consulté pour son article mais qu’il n’a manifestement jamais pris la peine de classer, sauf peut-être la correspondance du père Donat, convenablement cotée dans le fonds des manuscrits depuis la fin du xixe siècle. Travail à moitié, donc, et l’autre moitié pas du tout identifiée comme lui étant reliée. Et surtout, fonds considéré comme réglé depuis lors. Les matériaux inédits rassemblés dans le « fonds des Tiercelins », contenant à la fois les archives du couvent et les papiers de l’historien, n’attendent désormais que leur chercheur.

Enfin, citons aussi l’exhumation des papiers Save et des papiers
Courbe, tous deux érudits de la fin du xixe siècle, l’un pour
Saint-Dié-des-Vosges, l’autre pour Nancy, et dont les archives
réputées « à la bibliothèque » prennent désormais consistance.

La pelote de laine

Tous ces fonds identifiés, et quelques autres, ne sont pas encore
classés ni leurs inventaires publiés, mais néanmoins ils ont permis de
restreindre d’un tiers le nombre de liasses à identifier. Les deux
derniers tiers ne sont pas les plus simples. Nous comptons sur la
patiente imprégnation des descriptions sommaires et le rapprochement des conditionnements, ainsi qu’une plongée plus fine encore dans le monde de l’érudition lorraine grâce au projet ERUDHILOR5 pour éliminer progressivement les zones d’ombre et rendre justice aux érudits du passé en leur attribuant correctement les archives dont ils ont bien voulu faire don à la bibliothèque depuis un siècle et demi en espérant être utiles au plus grand nombre.

  1. Le service remercie ici le conseil et les actions conjointes d’Émilie Chevalme, Estelle Schneider, Ariane Lepilliet et Manon Hue dans la réalisation de ce projet. []
  2. Double numérotation, abandonnée, 175 à 234. []
  3. La description actuelle ne prend en compte qu’une partie du fonds. []
  4. frère mineur, historiographe du duc, mort vers 1700. []
  5. Projet porté par Isabelle Guyot-Bachy et Jean-Christophe Blanchard, Centre de recherche universitaire lorrain d’histoire, Université de Lorraine, dont les Bibliothèques de Nancy sont partenaires. []

Raconter la guerre de 1870-1871 au jour le jour depuis Nancy : le projet Louis Lacroix

Le projet Louis Lacroix constitue la contribution des Bibliothèques de Nancy aux commémorations liées à la guerre franco-allemande de 1870-1871, qui a vu pour la France le changement définitif de régime politique (passage de la monarchie à la république) et l’annexion de trois départements, la Moselle, le Bas-Rhin et le Haut-Rhin, jusqu’en 1918, par l’Allemagne.

Nancy pendant la guerre de 1870-1871 et après

Nancy, qui ne se trouve alors pas dans une région frontalière, a vu l’arrivée des troupes françaises rejoignant le front, puis leur retour piteux. Elle s’est rendue aux Prussiens sans combat et relativement rapidement, ce qui lui a été beaucoup reproché quand Toul, Metz et les Vosges ont résisté plus longtemps. L’occupation a été immédiate et totale, substituant aux institutions françaises un régime militaire puis administratif allemand. Mais la Meurthe n’a finalement pas fait partie des territoires annexés alors que la crainte en était vive et durable parmi la population et les élites. Devenue la « capitale de l’Est de la France », le terme « Lorraine » ayant été privilégié pour la Moselle perdue, Nancy voit à partir de 1872 arriver un flot important d’optants, ces Alsaciens-Mosellans qui ont souhaité garder la nationalité française avec pour conséquence de devoir quitter leurs terres natales. C’est le démarrage d’une exceptionnelle embellie économique, industrielle, commerciale, intellectuelle (avec le transfert de l’Université de Strasbourg) et artistique pour cette ancienne capitale d’un duché souverain un peu endormie par la Restauration, d’où naîtra notamment l’Alliance provinciale des industries d’art, c’est-à-dire le mouvement de l’Ecole de Nancy. Ainsi, les Nancéiens ont préféré tirer des conséquences positives de la défaite française, tout en hébergeant jusqu’en 1914 de forts contingents militaires et entretenant l’idée de revanche.

Page de couverture du journal imprimé
Journal d’un habitant de Nancy pendant l’invasion de 1870-1871, par Louis Lacroix. Nancy : Vagner, 1873.

Les témoignages documentaires précisément sur la période 1870-1871 n’abondent pas, et la concentration intellectuelle est mise sur l’après-guerre, la reconstruction, l’Art nouveau et le développement d’idées patriotiques de la fin du siècle. Pas d’histoire bilingue comme à Metz, pas d’imagerie populaire exaltant l’armée ou fixant par l’image des combats survenus à quelques dizaines de kilomètres, car ils appartiennent à la mémoire des territoires annexés.

L’ouvrage publié en 1873 par le professeur d’histoire Louis Lacroix (1817-1881) chez Vagner à Nancy réunissait toutes les qualités du témoignage : un intellectuel décidant consciemment de tenir son journal de guerre, puis s’efforçant d’en faire publier une version allégée mais suffisamment copieuse pour, très peu de temps après les événements, servir de source et d’élément de débat dans la recherche de responsabilités qui s’en est ensuivie. Le livre imprimé a été numérisé et mis en ligne sur Limédia galeries.

Le journal de guerre d’un intellectuel en rétro-live Twitter

Capture du profil Twitter de Louis Lacroix, professeur d'université à Nancy en 1870
Profil fictif de Louis Lacroix sur le réseau Twitter (@Louis_Lacroix_)

Cependant, la mise en ligne d’un témoignage, aussi intéressant soit-il, n’est pas suffisante pour rencontrer le public, les populations vivant sur les territoires concernés, à propos d’un événement que l’historiographie française ne met guère à l’honneur, lui préférant les débuts de la IIIe République et la Commune de Paris. Les Bibliothèques de Nancy ont pris l’habitude d’accompagner leurs campagnes de numérisations patrimoniales par des dispositifs éditoriaux qui apportent des éléments de médiation, de contextualisation et de facilitation pour l’appropriation du passé par le « grand public ». C’est en cela que le travail des bibliothécaires rejoint les problématiques de l’histoire publique : faire de l’histoire, sourcée, sérieuse, accessible à un large public qui ne dispose pas de compétences préalables en méthode critique, en proposant sous une enveloppe attrayante et proche des contenus fiables, et en contribuant à lutter contre les rumeurs et les idées reçues…

Lorsqu’il s’est agi de réfléchir à la manière dont le témoignage de Louis Lacroix pouvait être porté publiquement, le « rétro-live » Twitter est apparu comme la voie la plus pertinente eu égard à la source et à l’événement : une parole individuelle et personnelle, quasi-quotidienne, pendant un temps long (9 mois, de juillet 1870 à mars 1871). Les exemples de rétro-live existent déjà abondamment, @RealTimeWWII et @digitalpast en étant les exemples les plus connus. L’équipe s’était déjà entraînée à l’exercice en 2016, rappelant heure par heure l’agonie de Stanislas Leszczynski, roi de Pologne déchu et duc de Lorraine, en 1766, également relayé sur Twitter.

« Rétro-tweeter » le journal de Louis Lacroix implique un effort concentré dans le temps. A l’été 2020, lire les 550 pages, repérer les citations « twittables », synthétiser la prose abondante du professeur d’université en réflexions inférieures à 280 signes. A mesure, programmer les tweets, pour autant que les outils utilisés (interface Twitter et Hootsuite) y autorisent. Enfin, de l’été 2020 au printemps 2021, activer les réseaux grâce au compte principal, @bmnpatrimoine, et aux retweets, réagir aux interactions et promouvoir ce projet.

Louis Lacroix, un intellectuel catholique engagé

Louis Lacroix, qui vit à Nancy depuis une vingtaine d’années avec sa mère, dans le faubourg Saint-Georges au nord de la ville, est l’un des premiers à voir arriver l’armée d’occupation. Sa position universitaire et sa sociabilité lui donnent un accès relativement aisé au pouvoir municipal, à la magistrature et aux services préfectoraux. Il consigne avec minutie les échanges de nouvelles, la vie sous l’occupation prussienne, les difficultés à se procurer nourriture et nouvelles fiables, les réquisitions qui laissent les campagnes exsangues, les grandes bravoures et petites lâchetés qu’il observe. Lacroix n’est pas un progressiste : dès la chute de l’Empire, il se déclare entièrement pour la restauration d’une monarchie bourbonnienne, appelant de ses vœux la réconciliation entre comte de Chambord et comte de Paris. Fervent catholique, il dénonce une défaite avant tout morale et une forme de punition divine, prêche la résignation digne plutôt que la résistance désordonnée.

Ces positions politiques sont aussi très intéressantes à faire apparaître, car tout Twittos est personne de son temps et fait part de ses réflexions, parfois à l’emporte-pièce.

Enfin, comme professeur d’histoire et proche ami de nombreux patrons de journaux à Nancy comme Vagner, rédacteur en chef du quotidien catholique L’Espérance et son futur éditeur, Lacroix est très sensible aux fausses nouvelles, qu’il relate et décortique avec soin. En des temps où l’éducation aux médias et à l’information (EMI) est enseignée à l’école, un exemple venu du passé est toujours bon à prendre.

Une commémoration franco-allemande

Lancé le 15 juillet 2020, sans avis préalable, le compte @Louis_Lacroix_ compte à ce jour une centaine d’abonnés.  Il a d’ailleurs suscité immédiatement l’intérêt des spécialistes français et allemands de la guerre franco-prussienne, réunis à l’instigation du l’Institut historique allemand sur le carnet Guerre franco-allemande / Deutsch-französischer Krieg 1870-1871, où cet article a été publié pour la première fois.

Plus de manuscrits, plus faciles à trouver

Longtemps attendus, voici plus de 2800 composants nouveaux disponibles au catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France (CGM). Retour sur le travail d’équipe qui depuis 3 ans a permis d’atteindre ce résultat, et sur les perspectives qu’il autorise.

Publication du troisième supplément au CGM

La nouveauté est la publication pour la première fois du « 3e supplément » au CGM que les usagers de la salle patrimoniale fréquentaient assidûment sous la forme de deux gros classeurs papier. Tenu par Mireille François jusqu’en 2018, le catalogue contient l’ensemble des manuscrits qui ont été acquis ou cotés depuis 1924, soit 689 cotes représentant 55 % de l’ensemble des cotes signalées. Il a été converti en XML-EAD par la société FFAS, puis a subi quelques transformations et vérifications pour entrer dans les critères actuels de publication des catalogues de manuscrits tels que définis par le service du Catalogue collectif de France.
Plusieurs fonds particuliers remarquables en ont été extraits pour mieux les mettre en valeur et les comprendre. Ils sont accessibles sous la forme d’instruments de recherche indépendants :

collection Thiéry-Solet (lotharingica),
fonds Toussaint (linguistique et archéologie),
fonds Honnert (littérature),
fonds Moselly (littérature).

Structuration des catalogues de Justin Favier

Les 3 catalogues de manuscrits antérieurs à 1924 ont fait l’objet des corrections suivantes :

  • l’arborescence thématique des catalogues tels qu’ils ont été écrits par Justin Favier est maintenant apparente. À la lecture des catalogues, nous avons constaté que Justin Favier avait classé intellectuellement les manuscrits selon un plan proche de celui dit « des Libraires de Paris », dont une version mise à jour et détaillée est disponible sous la forme de la classification Brunet-Parguez.  À notre tour, nous avons utilisé cette classification pour créer des divisions au sein des catalogues rédigés par Favier. Nous avons cependant créé nos propres subdivisions pour la matière lorraine, comme le montre l’exemple ci-dessous.

Divisions lorraines dans le CGM Nancy
Structure apparente du catalogue des manuscrits

  • Le champ COTE correspond bien à la cote actuelle du manuscrit. Le champ NO ne doit pas être utilisé pour demander une communication : il s’agit du numéro d’ordre du manuscrit dans le catalogue Favier (selon le même et douloureux principe que le Catalogue du Fonds lorrain).

Cote et numéro de catalogue
C’est bien la cote qu’il faut réclamer pour consulter un manuscrit, et non le numéro.

Publication des fonds d’archives et d’érudits

Parallèlement, avec l’aide précieuse des chargées de mission patrimoine d’Interbibly et de leurs catalogueuses, nous avons entamé le chantier d’identification et de classement des autres fonds. L’objectif est de publier des instruments de recherche indépendants pour chaque fonds d’archives et d’érudits conservés à la bibliothèque, au nombre provisoire d’une trentaine, mais en inflation constante.

Trois niveaux d’identification existaient déjà :

  1. Fonds identifiés comme tels et sommairement décrits dans le CGM ou le 3e supplément. Ces fonds, qui étaient majoritairement un peu classés, étaient déjà cotés sous la forme ms. NNNN. (9 fonds)
  2. Fonds identifiés comme tels, sommairement décrits en traitement de texte, mais non classés et non cotés. (11 fonds)
  3. Fonds vaguement ou non identifiés. Certains éléments en avaient été listés sous la forme d’un fichier traitement de texte d’une centaine de pages. (14 fonds pour l’instant)

La description des fonds de niveau 1 a été extraite du CGM. Le classement a été précisé, à la fois dans l’instrument de recherche et physiquement. Les fonds de niveau 2, physiquement et clairement individualisés, et d’importance matérielle maîtrisable, ont été classés et cotés, puis l’instrument de recherche a été saisi par la catalogueuse d’Interbibly. Enfin, les fonds de niveau 3 ont dû faire l’objet d’une méthode de traitement dite pelote de laine + tamis, avant d’être soumis au même régime. Un prochain article fera un point méthodologique sur l’appréhension de cet ensemble.

Boîtes du fonds Herpin
Un échantillon d’un fonds connu au niveau 2.

Quels changements pour les utilisateurs ?

  • une structure d’instrument de recherche plus claire sur les catalogues de Favier ;
  • 2868 composants supplémentaires dont les notices sont désormais accessibles via un plug-in dans le catalogue Co-libris.

Entrez un terme de recherche et laissez-vous guider dans le CGM.

Et maintenant ?

  • Travailler l’indexation des catalogues, notamment les autorités lorraines. Ce chantier important n’est envisagé qu’à l’aune d’un grand chantier d’alignement des autorités lorraines à la fois entre les différents catalogues locaux (notamment Co-libris et Limédia galeries) et en concertation avec nos partenaires Limédia (Metz, Épinal, Thionville et Saint-Dié pour le moment). Ce chantier a déjà été évoqué, mais n’est pas encore programmé car la définition des besoins et le choix des outils n’est pas effectué.
  • Classer, coter et publier les 15 ou 20 (?) fonds d’archives et papiers d’érudits en attente (fonds importants de niveau 2, fonds de niveau 3), sur un rythme fixé depuis 2018 à 5 par an.
  • Enfin, travailler à la structuration des instruments de recherche des fonds iconographiques dans l’outil de catalogage TapiR pour peut-être les publier dans le CGM.

La Bibliothèque publique sous la direction de Soyer-Willemet

Sans doute à cause de son application intransigeante du règlement et de son faciès disgracieux, Soyer-Willemet a eu la réputation d’être un « gardien jaloux » voire le « dragon » de la bibliothèque. Il n’a pourtant jamais abusé de sa position de bibliothécaire en chef de la Bibliothèque Publique et a toujours agi dans l’intérêt des collections. C’est pourquoi Soyer-Willemet a été soutenu et apprécié, sauf par les lecteurs déçus de n’avoir pu jouir des collections comme ils l’auraient souhaité.

Cet article est le second préparé par Sarah Cabadet.

La Commission de Surveillance de la Bibliothèque Publique (1840-1868)

 L’actuelle Bibliothèque Stanislas est certes très différente de la Bibliothèque Publique du xix e siècle, mais elle repose sur les institutions de cette période. Il s’agit d’une période de réflexion sur le fonctionnement de la bibliothèque et sur la gestion des collections. Cela est déterminé d’une part par les volontés de la municipalité et du Ministère de l’Instruction Publique, mais aussi par l’action et la personnalité du Bibliothécaire en Chef. Le tout est contrôlé par la Commission de Surveillance de la Bibliothèque Publique.

La Commission de surveillance se compose de cinq ou six académiciens et se réunit en moyenne une fois tous les deux mois. Le bibliothécaire en chef informe les membres de l’avancée de ses travaux, présente les dons et achats de livres ou de médailles, soumet des demandes pour de prochaines acquisitions ou sur la nécessité de réaliser des travaux et résume l’activité des sous-bibliothécaires. La Commission examine également les demandes de dérogation pour des emprunts de documents à domicile. Une fois par an, la Commission dresse un bilan sur l’accroissement des collections. Tous les comptes-rendus de réunions sont consignés dans un registre depuis la refonte de la Commission en 18401.

En 1843, une circulaire de la Mairie demande un rapport annuel à tous les établissements municipaux afin d’être informée de leur évolution.  La Commission de surveillance résume le contenu des différentes réunions et en fait un rapport destiné à la municipalité concernant l’état des collections et leur enrichissement, de l’avancée du catalogue, des changements ou des absences de personnel ainsi que des besoins matériels et financiers de la Bibliothèque Publique2. Par conséquent, cela en fait une source très riche qui permet de suivre le développement de la bibliothèque.

Soyer-Willemet, bibliothécaire en chef

La correspondance, les registres de délibérations de la Commission de surveillance et surtout les rapports envoyés annuellement à la Mairie sont des sources sur l’intervention remarquable de Soyer-Willemet en faveur de la bibliothèque.

Hubert-Félix Soyer-Willemet arrive à la Bibliothèque Publique en 1821 en tant qu’assistant  du bibliothécaire en chef, l’abbé Lesoing3. Il prend ensuite la direction de la bibliothèque à la mort de ce dernier, en 1824.

La bibliothèque recèle alors les saisies révolutionnaires, des ouvrages mais aussi des objets anciens et précieux. Rien n’a encore été vraiment catalogué et les objets sont très souvent mal conservés. La tâche principale de Soyer-Willemet est de rédiger un catalogue raisonné des ressources de la bibliothèque, catalogue vivement réclamé par la Mairie et le Ministère de l’Instruction Publique. Il doit également assurer l’ouverture de la bibliothèque au public, trois jours par semaine en 1824, puis cinq jours à partir de 1831 et six jours par semaine en 1865. Pour cela, le bibliothécaire en chef est aidé par deux sous-bibliothécaires. Cependant, de nombreux impératifs le déconcentrent et ralentissent sa besogne première.

Soyer-Willemet s’occupe du catalogage, de la conservation et de la gestion des collections, de la communication au public et de l’enrichissement des collections. Il doit répondre aux sollicitations des lecteurs qui souhaitent consulter les ouvrages de la bibliothèque et surtout il doit analyser les demandes d’emprunts de livres à domicile. Le règlement est très strict et Soyer-Willemet veille à ce qu’il soit respecté à la lettre. Les documents comportant de l’iconographie ne peuvent être consultés à domicile et les ouvrages de gros formats ne peuvent être que peu consultés pour en éviter l’usure. Toutefois, ce règlement vise uniquement à protéger les ressources précieuses et fragiles de la bibliothèque.

Ces contraintes s’expliquent également par le manque de matériel et la pauvreté du mobilier de la bibliothèque. C’est également l’un des combats du bibliothécaire en chef. Dès 1829 Soyer-Willemet obtient une autorisation du Maire afin de réaliser d’importants travaux dans les locaux4.  En 1839 il résout des problèmes de chauffage et d’éclairage. Le bibliothécaire en chef se bat également pour doter la bibliothèque de meubles supplémentaires pour conserver les médailles5 et de plus de tables et de chevalets afin de faciliter la consultation des documents6. Il envoie donc régulièrement des demandes de crédits à la Mairie. Par la même occasion, il essaie d’attirer l’attention de la municipalité sur l’état du bâtiment et réclame la réparation du plancher et du plafond. Il demande également à aménager l’aile occidentale de la bibliothèque et à sécuriser le Cabinet des médailles. Soyer-Willemet souhaite augmenter la surface de stockage en vue de supprimer les doubles rangées de livres sur les étagères et de pouvoir dégager les combles qui contiennent les brochures7. Malheureusement Soyer-Willemet ne verra jamais se réaliser ces travaux, ils n’auront lieu qu’à partir de 1869 sous la direction de l’architecte Prosper Morey.

Les acquisitions majeures

La capacité de stockage de la bibliothèque est également un enjeu fondamental : cela permet aux collections d’être conservées dans de bonnes conditions, mais aussi de faire de la place pour l’enrichissement dû à Soyer-Willemet. Il est, par conséquent, en relation avec des libraires parisiens à qui il demande de trouver les ouvrages manquants à la Bibliothèque Publique. Sur ce point Soyer-Willemet est très exigeant, il n’accepte que les livres en bon état et refuse les ouvrages lavés. Il demande régulièrement un budget afin de relier les ouvrages qui ne sont que brochés8.  Le bibliothécaire en chef est aussi très à l’écoute des suggestions et des demandes des lecteurs, notamment les demandes venant des professeurs des facultés de droit et de médecine. Il réclame aussi l’augmentation du budget d’acquisitions à 2 000 francs9.

Soyer-Willemet entretient une correspondance régulière avec le Général Drouot10. Dès 1824, il lui communique des livres et le général en fait une étude. Cette bonne entente a sûrement influencé le général dans sa décision de faire don de ses cartes militaires à la bibliothèque lorsqu’il perd la vue en 1832.

Portrait du général Drouot
Portrait du général Drouot (cote provisoire : FG3 Drouot).

En 1834, Soyer-Willemet accueille un dépôt des livres de la Société royale des sciences, arts et lettres, et en 1836 l’École de médecine fait don de sa bibliothèque. A la mort du Général Drouot, en 1847, ses livres sont donnés à la Bibliothèque Publique. En 1849, les démarches de Soyer-Willemet aboutissent à d’importantes acquisitions de cartes et d’œuvres de Jacques Callot.

Le bibliothécaire en chef cherche également à acquérir des bibliothèques d’érudits locaux, si ces derniers n’en font pas eux-mêmes don. Ainsi, après des demandes répétées à la Mairie, Soyer-Willemet obtient en 1855 3 000 francs pour acheter des imprimés et manuscrits précieux de M. Noël11.  Il obtient ensuit 5 000 francs en 1857 afin d’acheter les manuscrits restants. En 1858 la Bibliothèque Publique reçoit le legs des manuscrits de Justin Lamoureux12. Enfin en 1862 et 1863 Soyer-Willemet réceptionne et installe des livres de Henri Boulay de la Meurthe13,  dans le local qui leur est destiné.

Henri-Georges Boulay de la Meurthe
Portrait de Henry-Georges Boulay de la Meurthe (cote provisoire FG3 Boulay).

Vue d'un magasin Boulay de la Bibliothèque de Nancy
Vue d’un magasin conservant la collection Boulay de la Meurthe

Il en termine le catalogue en 1865. En effet, à chaque acquisition, d’ouvrages ou de collections, il faut réceptionner les livres, les installer et les cataloguer. Cela prend énormément de temps et ralentit donc le catalogue général.

Soyer-Willemet est aussi responsable du Cabinet des Médailles et du Cabinet d’Histoire Naturelle situés dans les locaux de la bibliothèque. La collection du Cabinet des Médailles est assez modeste mais il l’enrichit régulièrement en monnaies, médailles et jetons de toutes époques. Il fait notamment l’acquisition de l’importante collection de médailles de M. Gillet en 1864.

Soyer-Willemet étoffe également  les possessions du Cabinet d’Histoire Naturelle en réceptionnant divers objets et en réalisant des campagnes de chasses afin d’obtenir les spécimens manquants14. La bibliothèque reçoit par exemple une peau de serpent en 183115 et des momies égyptiennes en 184616.

Un « dragon » conciliant

Les seules plaintes à l’encontre de Soyer-Willemet sont des reproches concernant son excès de zèle. En effet, il existe plusieurs courriers de lecteurs mécontents de n’avoir pu consulter ou emporter les ouvrages désirés. Cependant, comme il ne fait qu’appliquer le règlement, le Maire et la Commission de surveillance de la bibliothèque lui ont toujours donné raison17. Aussi, lorsqu’il le peut, et surtout si cela ne porte pas atteinte aux documents, il essaye d’accorder des dérogations afin de rendre service aux lecteurs. Il a plusieurs fois autorisé des professeurs à emporter des livres à domicile car ils ne peuvent venir aux heures d’ouverture de la Bibliothèque Publique à cause de leur emploi.

Soyer-Willemet s’est dévoué à sa fonction de bibliothécaire en chef, mais il est toujours demeuré un homme modeste. Il n’avait, dans un premier temps, qu’un traitement de 1 200 francs par an. En 1831, la Mairie décide de l’augmenter à 2 000 francs car la bibliothèque est passée à cinq jours d’ouverture par semaine. Cette même année Soyer-Willemet refuse un poste d’enseignant à Paris, en partie à cause de sa santé fragile. Pendant les trente années suivantes, il a conservé son salaire relativement bas de 2 000 francs. Toutefois, en 1863 il s’est résigné à demander une augmentation de 1 000 francs dans l’unique but de pouvoir payer le régime fortifiant que sa santé l’oblige à prendre18. Son traitement, ainsi que celui des sous-bibliothécaires, est une nouvelle fois augmenté lorsque la Bibliothèque Publique passe à six jours d’ouverture par semaine.

La Mairie accepte la demande d’augmentation de Soyer-Willemet car elle ne peut se permettre de perdre un bibliothécaire en chef si efficace. De plus, comme le Maire le dit lui-même, un autre bibliothécaire demanderait un traitement bien supérieur.

Soyer-Willemet est indispensable au bon fonctionnement de la bibliothèque, le président de l’Académie dira de lui qu’il est « le catalogue vivant et méthodique des richesses de la bibliothèque publique de Nancy  »19. Malheureusement, il a une santé fragile et les hivers sont rudes à la Bibliothèque Publique, qui n’est pas chauffée. Soyer-Willemet est donc malade presque tous les hivers. Cela participe à lenteur de la rédaction du catalogue, mais ni les conditions météorologiques, ni ses problèmes de santé ne l’empêchent d’assumer les responsabilités du poste de bibliothécaire en chef. Ainsi, même lorsque sa maladie se fait trop grave et le contraint à rester chez lui, des réunions de la Commission de Surveillance de la Bibliothèque Publique se tiennent à son domicile20. Toutefois, Soyer-Willemet n’est pas seul à entretenir la bibliothèque, il a toujours été secondé par deux sous-bibliothécaires et un intendant. Ils ont également, quelquefois, dû pallier l’absence du bibliothécaire en chef. Ce dernier ne manque jamais de féliciter ni de souligner l’importance du travail de ses assistants lors des réunions de la Commission de surveillance de la Bibliothèque Publique.

Portrait de Soyer-Willemet
Portrait de Hubert-Félix Soyer-Willemet (cote 98 019 (15)).

Hubert-Félix Soyer-Willemet décède en janvier 1867 après avoir endossé le rôle de bibliothécaire en chef pendant plus de quarante ans. Il n’a pas pu achever le catalogue raisonné, mais il a considérablement enrichi les collections de la Bibliothèque Publique et a fait son possible pour les conserver au mieux et les rendre accessibles au public. Malgré l’âge et la maladie de Soyer-Willemet, sa succession n’avait pas encore été envisagée. C’est pourquoi, même si des candidatures sont envoyées dans les jours qui suivent sa mort, la Commission préfère attendre plusieurs mois avant de le remplacer.

  1. Gillet (Nicolas), Rapport à M. le maire de la ville de Nancy sur la situation de la bibliothèque publique au 1er janvier 1845…, 1846. Les registres de délibérations de la commission de surveillance sont conservés aux archives historiques de la Bibliothèque. []
  2. Rapport sur l’activité de la Bibliothèque de 1843 à 1868, Archives historiques. []
  3. Hubert Lesoing (1757-1845), ancien curé de Saint-Germain-l’Auxerrois et prédicateur à succès, est nommé vicaire de la cathédrale de Nancy au moment du Concordat puis bibliothécaire en chef en 1815. Il résigne sa charge en 1825 au profit de Soyer-Willemet pour entrer au chapitre cathédral. L’Espérance : courrier de Nancy, 30 décembre 1845, p. 3. []
  4. Lettre du 1er juin 1829. Archives historiques de la bibliothèque, dossier H1a. []
  5. Rapport sur l’activité de la bibliothèques, 1846. Archives historiques. []
  6. Rapports sur l’activité de la bibliothèque, 1850-1860. []
  7. Rapports sur l’activité de la bibliothèque, 1851-1852. []
  8. Gillet (Nicolas), Rapport à M. le maire de la ville de Nancy sur la situation de la bibliothèque publique au 1er janvier 1845, fait au nom de la commission de surveillance par M. Gillet,…, 1846. []
  9. Rapport sur l’activité de la bibliothèques, 1857. []
  10. Antoine Drouot (1774-1847), brillant mathématicien, est un général fidèle à Napoléon, retiré à Nancy sous la Restauration. Il appartient par ailleurs à une fratrie très aimée des Nancéiens. []
  11. François-Jean-Baptiste Noël (1783-1856), esprit libre et lotharingiste forcené, a réuni la plus belle collection de bibliophilie et d’archives lorraines de son époque. []
  12. Justin Lamoureux (1783-1859), avocat et magistrat mais surtout collectionneur. []
  13. Henri Boulay de la Meurthe (1797-1858) homme politique, vice-président de la IIe république []
  14. ms. Soyer-Willemet 6, pièce 9. []
  15. ms. Soyer-Willemet 6, pièce 7 []
  16. Registre des délibérations, 1846. Archives historiques. []
  17. Voir le traitement réservé à une plainte en 1848. Archives historiques, dossier F2. []
  18. Archives historiques, dossier F3. []
  19. Rapport sur l’activité de la bibliothèque, 1867 []
  20. Registre des délibérations…, 1863-1864. []

Le portefeuille du docteur Poirot

Ou De la nécessité de l’archivage administratif dans les bibliothèques

Les bibliothèques municipales, comme tout service de collectivité, doivent verser leurs archives au service compétent. Elles ne sont pas toujours les plus exactes dans cet exercice car il faut à la fois se mettre d’accord avec les archivistes sur le périmètre (les factures : oui, les décors : non) et, lorsque l’établissement est doté de collections patrimoniales, sur la destination des actes relatifs notamment au statut juridique des collections et de leurs annexes (registres d’entrées, inventaires de collections particulières qui sont une documentation irremplaçable et d’usage quasi-quotidien).

Une fois la répartition effectuée, la bibliothèque attaque le processus de tri, éliminations autorisées et versement des archives de ses activités. C’est l’occasion de benner des empilements de boîtes de correspondance sans valeur, de devis , de dossiers de personnel et de cahiers des charges avortés. D’aller faire un tour à la cave. Et de faire des trouvailles, comme cette machine à ronéotyper les fiches de catalogage1.

Le petit porte-cartes rouge

porte-carte rouge
Un objet publicitaire en simili-cuir.

Plus inattendu, et d’autant plus intriguant, ce portefeuille. Il n’est pas rare que les bibliothèques retrouvent des papiers égarés dans les salles de lecture et les stockent au secrétariat en attendant de les rendre à leur propriétaire. Mais depuis 1933 ?

Dans le porte-cartes rouge orné d’un blason Antar, une carte du G.E.C. (groupement des étudiants catholiques, célèbre foyer d’étudiants sur la place Carnot, qui ferme ses portes ces jours-ci, d’ailleurs), un badge, une carte d’identité tamponnée du commissariat de la Ville d’Epinal, une carte d’étudiant de la faculté des sciences, un permis de conduire les motocycles à deux roues, et une lettre datée du 10 novembre 1933, de Jean à Jean. Tous au nom de Jean Albert Poirot, né le 8 mars 1914 à Saulxures-sur-Moselotte.

Papiers de Jean Albert Poirot
Le contenu du porte-cartes.

Que faisait-il là ? Jean Poirot pouvait être un (jeune) membre du personnel, mais ce nom ne nous disait rien. Plus probablement l’un de ces étudiants en médecine qui, depuis des temps immémoriaux, hantent chaque jour les tables d’étude. Le schéma est classique, et émouvant. Un jeune Vosgien qui vient d’arriver à Nancy, de prendre toutes ses inscriptions universitaires, son logement étudiant (comme en atteste la lettre), vient — pour la première fois ? — à la bibliothèque… et perd illico tous ses papiers. On imagine tout de suite son affolement. Mais l’on ne s’explique pas pourquoi il n’a pas pensé à venir s’en enquérir auprès de la bibliothèque. Peut-être cette histoire s’est-elle déroulée aux alentours du congé de Noël, et n’a-t-il pas pensé avoir laissé ses papiers à la bibliothèque.

L’enquête

Nous voici donc en possession de papiers d’identité appartenant à un habitant de la région. L’idée de rendre ces papiers, non pas sans doute à leur propriétaire lui-même, qui serait aujourd’hui âgé de 105 ans,  mais plutôt à sa famille, s’impose immédiatement. Les deux premiers mouvements sont :

  • écrire à la mairie de Saulxures-sur-Moselotte (Vosges) pour demander communication de l’acte de naissance, afin d’y vérifier la présence de mentions marginales de mariage et de décès ;
  • rechercher Jean Poirot sur Internet, au cas où : site généalogique, ou décès récent qui serait en ligne sur les mémoriaux de presse locale.

Les deux pioches sont bonnes : le registre d’état civil nous apprend que Jean Poirot est décédé en 1981 à Nancy, et la navigation qu’un Jean Albert Poirot (mêmes date et lieu de naissance) a été déporté pour faits de résistance dans le maquis de Corcieux au camp de Villingen d’où il a été libéré en avril 1945. Notre étudiant est donc un héros, mais décédé depuis longtemps.

Qu’a-t-il fait depuis 1945, et où trouver sa famille ?

La ressource la plus utile désormais serait l’avis de décès publié dans la presse. Quelques minutes de recherche dans les lourds volumes reliés de l’Est républicain suffisent pour découvrir directement des hommages. Héros de la résistance, le docteur Poirot fut par ailleurs psychiatre, l’un des pionniers de l’installation de structures d’accueil pour les enfants handicapés et atteints de troubles mentaux, conseiller général des Vosges et membre de nombreux comités liés au patrimoine culturel des Vosges2.

L’avis de décès publié par la famille nous oriente vers un gendre avocat assez connu à Nancy ces dernières décennies,  dont le cabinet a été repris par sa fille. Contact est pris avec la famille, confirmation donnée. Avec plaisir, les Vicq évoquent leur grand-père, le bon docteur Poirot, et son caractère insouciant : le jeune étudiant vosgien qui a perdu ses papiers à la bibliothèque de Nancy en a fait d’autres, et plus corsées3 !

Photo Est républicain
Le portefeuille et son contenu restitués à la fille et aux petites-filles de Jean Poirot (Photo L’Est républicain, Cédric Jacquot).

Le samedi 7 septembre 2019, une petite cérémonie en présence du maire de Nancy et du maire de Saulxures-sur-Moselotte se déroule pour rendre 86 ans plus tard le porte-cartes rouge à ses légitimes propriétaires, et rendre hommage à une figure chère au coeur des Lorrains. La presse s’en empare.

Revue de presse :

Le docteur Poirot a sa page sur Wikipédia depuis le 26 août 2019.

  1. Un jour, il y aura un article sur l’art du catalogage à travers les siècles. []
  2. L’article le plus complet est celui du 21 mai 1981, L’Est républicain, édition d’Epinal : « Avec la disparition de Jean Poirot, les Vosges pleurent l’humaniste et le médecin. » Un Institut médico-éducatif porte son nom à Fontenoy-le-Château (Vosges) depuis 1981. []
  3. Lysiane Ganousse, « Le Portefeuille du dr Poirot retrouvé 86 ans plus tard », dans L’Est républicain, édition de Nancy, 18 août 2019. []