Tous les articles par Claire Haquet

La Bibliothèque publique sous la direction de Soyer-Willemet

Sans doute à cause de son application intransigeante du règlement et de son faciès disgracieux, Soyer-Willemet a eu la réputation d’être un « gardien jaloux » voire le « dragon » de la bibliothèque. Il n’a pourtant jamais abusé de sa position de bibliothécaire en chef de la Bibliothèque Publique et a toujours agi dans l’intérêt des collections. C’est pourquoi Soyer-Willemet a été soutenu et apprécié, sauf par les lecteurs déçus de n’avoir pu jouir des collections comme ils l’auraient souhaité.

Cet article est le second préparé par Sarah Cabadet.

La Commission de Surveillance de la Bibliothèque Publique (1840-1868)

 L’actuelle Bibliothèque Stanislas est certes très différente de la Bibliothèque Publique du xix e siècle, mais elle repose sur les institutions de cette période. Il s’agit d’une période de réflexion sur le fonctionnement de la bibliothèque et sur la gestion des collections. Cela est déterminé d’une part par les volontés de la municipalité et du Ministère de l’Instruction Publique, mais aussi par l’action et la personnalité du Bibliothécaire en Chef. Le tout est contrôlé par la Commission de Surveillance de la Bibliothèque Publique.

La Commission de surveillance se compose de cinq ou six académiciens et se réunit en moyenne une fois tous les deux mois. Le bibliothécaire en chef informe les membres de l’avancée de ses travaux, présente les dons et achats de livres ou de médailles, soumet des demandes pour de prochaines acquisitions ou sur la nécessité de réaliser des travaux et résume l’activité des sous-bibliothécaires. La Commission examine également les demandes de dérogation pour des emprunts de documents à domicile. Une fois par an, la Commission dresse un bilan sur l’accroissement des collections. Tous les comptes-rendus de réunions sont consignés dans un registre depuis la refonte de la Commission en 18401.

En 1843, une circulaire de la Mairie demande un rapport annuel à tous les établissements municipaux afin d’être informée de leur évolution.  La Commission de surveillance résume le contenu des différentes réunions et en fait un rapport destiné à la municipalité concernant l’état des collections et leur enrichissement, de l’avancée du catalogue, des changements ou des absences de personnel ainsi que des besoins matériels et financiers de la Bibliothèque Publique2. Par conséquent, cela en fait une source très riche qui permet de suivre le développement de la bibliothèque.

Soyer-Willemet, bibliothécaire en chef

La correspondance, les registres de délibérations de la Commission de surveillance et surtout les rapports envoyés annuellement à la Mairie sont des sources sur l’intervention remarquable de Soyer-Willemet en faveur de la bibliothèque.

Hubert-Félix Soyer-Willemet arrive à la Bibliothèque Publique en 1821 en tant qu’assistant  du bibliothécaire en chef, l’abbé Lesoing3. Il prend ensuite la direction de la bibliothèque à la mort de ce dernier, en 1824.

La bibliothèque recèle alors les saisies révolutionnaires, des ouvrages mais aussi des objets anciens et précieux. Rien n’a encore été vraiment catalogué et les objets sont très souvent mal conservés. La tâche principale de Soyer-Willemet est de rédiger un catalogue raisonné des ressources de la bibliothèque, catalogue vivement réclamé par la Mairie et le Ministère de l’Instruction Publique. Il doit également assurer l’ouverture de la bibliothèque au public, trois jours par semaine en 1824, puis cinq jours à partir de 1831 et six jours par semaine en 1865. Pour cela, le bibliothécaire en chef est aidé par deux sous-bibliothécaires. Cependant, de nombreux impératifs le déconcentrent et ralentissent sa besogne première.

Soyer-Willemet s’occupe du catalogage, de la conservation et de la gestion des collections, de la communication au public et de l’enrichissement des collections. Il doit répondre aux sollicitations des lecteurs qui souhaitent consulter les ouvrages de la bibliothèque et surtout il doit analyser les demandes d’emprunts de livres à domicile. Le règlement est très strict et Soyer-Willemet veille à ce qu’il soit respecté à la lettre. Les documents comportant de l’iconographie ne peuvent être consultés à domicile et les ouvrages de gros formats ne peuvent être que peu consultés pour en éviter l’usure. Toutefois, ce règlement vise uniquement à protéger les ressources précieuses et fragiles de la bibliothèque.

Ces contraintes s’expliquent également par le manque de matériel et la pauvreté du mobilier de la bibliothèque. C’est également l’un des combats du bibliothécaire en chef. Dès 1829 Soyer-Willemet obtient une autorisation du Maire afin de réaliser d’importants travaux dans les locaux4.  En 1839 il résout des problèmes de chauffage et d’éclairage. Le bibliothécaire en chef se bat également pour doter la bibliothèque de meubles supplémentaires pour conserver les médailles5 et de plus de tables et de chevalets afin de faciliter la consultation des documents6. Il envoie donc régulièrement des demandes de crédits à la Mairie. Par la même occasion, il essaie d’attirer l’attention de la municipalité sur l’état du bâtiment et réclame la réparation du plancher et du plafond. Il demande également à aménager l’aile occidentale de la bibliothèque et à sécuriser le Cabinet des médailles. Soyer-Willemet souhaite augmenter la surface de stockage en vue de supprimer les doubles rangées de livres sur les étagères et de pouvoir dégager les combles qui contiennent les brochures7. Malheureusement Soyer-Willemet ne verra jamais se réaliser ces travaux, ils n’auront lieu qu’à partir de 1869 sous la direction de l’architecte Prosper Morey.

Les acquisitions majeures

La capacité de stockage de la bibliothèque est également un enjeu fondamental : cela permet aux collections d’être conservées dans de bonnes conditions, mais aussi de faire de la place pour l’enrichissement dû à Soyer-Willemet. Il est, par conséquent, en relation avec des libraires parisiens à qui il demande de trouver les ouvrages manquants à la Bibliothèque Publique. Sur ce point Soyer-Willemet est très exigeant, il n’accepte que les livres en bon état et refuse les ouvrages lavés. Il demande régulièrement un budget afin de relier les ouvrages qui ne sont que brochés8.  Le bibliothécaire en chef est aussi très à l’écoute des suggestions et des demandes des lecteurs, notamment les demandes venant des professeurs des facultés de droit et de médecine. Il réclame aussi l’augmentation du budget d’acquisitions à 2 000 francs9.

Soyer-Willemet entretient une correspondance régulière avec le Général Drouot10. Dès 1824, il lui communique des livres et le général en fait une étude. Cette bonne entente a sûrement influencé le général dans sa décision de faire don de ses cartes militaires à la bibliothèque lorsqu’il perd la vue en 1832.

Portrait du général Drouot
Portrait du général Drouot (cote provisoire : FG3 Drouot).

En 1834, Soyer-Willemet accueille un dépôt des livres de la Société royale des sciences, arts et lettres, et en 1836 l’École de médecine fait don de sa bibliothèque. A la mort du Général Drouot, en 1847, ses livres sont donnés à la Bibliothèque Publique. En 1849, les démarches de Soyer-Willemet aboutissent à d’importantes acquisitions de cartes et d’œuvres de Jacques Callot.

Le bibliothécaire en chef cherche également à acquérir des bibliothèques d’érudits locaux, si ces derniers n’en font pas eux-mêmes don. Ainsi, après des demandes répétées à la Mairie, Soyer-Willemet obtient en 1855 3 000 francs pour acheter des imprimés et manuscrits précieux de M. Noël11.  Il obtient ensuit 5 000 francs en 1857 afin d’acheter les manuscrits restants. En 1858 la Bibliothèque Publique reçoit le legs des manuscrits de Justin Lamoureux12. Enfin en 1862 et 1863 Soyer-Willemet réceptionne et installe des livres de Henri Boulay de la Meurthe13,  dans le local qui leur est destiné.

Henri-Georges Boulay de la Meurthe
Portrait de Henry-Georges Boulay de la Meurthe (cote provisoire FG3 Boulay).
Vue d'un magasin Boulay de la Bibliothèque de Nancy
Vue d’un magasin conservant la collection Boulay de la Meurthe

Il en termine le catalogue en 1865. En effet, à chaque acquisition, d’ouvrages ou de collections, il faut réceptionner les livres, les installer et les cataloguer. Cela prend énormément de temps et ralentit donc le catalogue général.

Soyer-Willemet est aussi responsable du Cabinet des Médailles et du Cabinet d’Histoire Naturelle situés dans les locaux de la bibliothèque. La collection du Cabinet des Médailles est assez modeste mais il l’enrichit régulièrement en monnaies, médailles et jetons de toutes époques. Il fait notamment l’acquisition de l’importante collection de médailles de M. Gillet en 1864.

Soyer-Willemet étoffe également  les possessions du Cabinet d’Histoire Naturelle en réceptionnant divers objets et en réalisant des campagnes de chasses afin d’obtenir les spécimens manquants14. La bibliothèque reçoit par exemple une peau de serpent en 183115 et des momies égyptiennes en 184616.

Un « dragon » conciliant

Les seules plaintes à l’encontre de Soyer-Willemet sont des reproches concernant son excès de zèle. En effet, il existe plusieurs courriers de lecteurs mécontents de n’avoir pu consulter ou emporter les ouvrages désirés. Cependant, comme il ne fait qu’appliquer le règlement, le Maire et la Commission de surveillance de la bibliothèque lui ont toujours donné raison17. Aussi, lorsqu’il le peut, et surtout si cela ne porte pas atteinte aux documents, il essaye d’accorder des dérogations afin de rendre service aux lecteurs. Il a plusieurs fois autorisé des professeurs à emporter des livres à domicile car ils ne peuvent venir aux heures d’ouverture de la Bibliothèque Publique à cause de leur emploi.

Soyer-Willemet s’est dévoué à sa fonction de bibliothécaire en chef, mais il est toujours demeuré un homme modeste. Il n’avait, dans un premier temps, qu’un traitement de 1 200 francs par an. En 1831, la Mairie décide de l’augmenter à 2 000 francs car la bibliothèque est passée à cinq jours d’ouverture par semaine. Cette même année Soyer-Willemet refuse un poste d’enseignant à Paris, en partie à cause de sa santé fragile. Pendant les trente années suivantes, il a conservé son salaire relativement bas de 2 000 francs. Toutefois, en 1863 il s’est résigné à demander une augmentation de 1 000 francs dans l’unique but de pouvoir payer le régime fortifiant que sa santé l’oblige à prendre18. Son traitement, ainsi que celui des sous-bibliothécaires, est une nouvelle fois augmenté lorsque la Bibliothèque Publique passe à six jours d’ouverture par semaine.

La Mairie accepte la demande d’augmentation de Soyer-Willemet car elle ne peut se permettre de perdre un bibliothécaire en chef si efficace. De plus, comme le Maire le dit lui-même, un autre bibliothécaire demanderait un traitement bien supérieur.

Soyer-Willemet est indispensable au bon fonctionnement de la bibliothèque, le président de l’Académie dira de lui qu’il est « le catalogue vivant et méthodique des richesses de la bibliothèque publique de Nancy  »19. Malheureusement, il a une santé fragile et les hivers sont rudes à la Bibliothèque Publique, qui n’est pas chauffée. Soyer-Willemet est donc malade presque tous les hivers. Cela participe à lenteur de la rédaction du catalogue, mais ni les conditions météorologiques, ni ses problèmes de santé ne l’empêchent d’assumer les responsabilités du poste de bibliothécaire en chef. Ainsi, même lorsque sa maladie se fait trop grave et le contraint à rester chez lui, des réunions de la Commission de Surveillance de la Bibliothèque Publique se tiennent à son domicile20. Toutefois, Soyer-Willemet n’est pas seul à entretenir la bibliothèque, il a toujours été secondé par deux sous-bibliothécaires et un intendant. Ils ont également, quelquefois, dû pallier l’absence du bibliothécaire en chef. Ce dernier ne manque jamais de féliciter ni de souligner l’importance du travail de ses assistants lors des réunions de la Commission de surveillance de la Bibliothèque Publique.

Portrait de Soyer-Willemet
Portrait de Hubert-Félix Soyer-Willemet (cote 98 019 (15)).

Hubert-Félix Soyer-Willemet décède en janvier 1867 après avoir endossé le rôle de bibliothécaire en chef pendant plus de quarante ans. Il n’a pas pu achever le catalogue raisonné, mais il a considérablement enrichi les collections de la Bibliothèque Publique et a fait son possible pour les conserver au mieux et les rendre accessibles au public. Malgré l’âge et la maladie de Soyer-Willemet, sa succession n’avait pas encore été envisagée. C’est pourquoi, même si des candidatures sont envoyées dans les jours qui suivent sa mort, la Commission préfère attendre plusieurs mois avant de le remplacer.

  1. Gillet (Nicolas), Rapport à M. le maire de la ville de Nancy sur la situation de la bibliothèque publique au 1er janvier 1845…, 1846. Les registres de délibérations de la commission de surveillance sont conservés aux archives historiques de la Bibliothèque. []
  2. Rapport sur l’activité de la Bibliothèque de 1843 à 1868, Archives historiques. []
  3. Hubert Lesoing (1757-1845), ancien curé de Saint-Germain-l’Auxerrois et prédicateur à succès, est nommé vicaire de la cathédrale de Nancy au moment du Concordat puis bibliothécaire en chef en 1815. Il résigne sa charge en 1825 au profit de Soyer-Willemet pour entrer au chapitre cathédral. L’Espérance : courrier de Nancy, 30 décembre 1845, p. 3. []
  4. Lettre du 1er juin 1829. Archives historiques de la bibliothèque, dossier H1a. []
  5. Rapport sur l’activité de la bibliothèques, 1846. Archives historiques. []
  6. Rapports sur l’activité de la bibliothèque, 1850-1860. []
  7. Rapports sur l’activité de la bibliothèque, 1851-1852. []
  8. Gillet (Nicolas), Rapport à M. le maire de la ville de Nancy sur la situation de la bibliothèque publique au 1er janvier 1845, fait au nom de la commission de surveillance par M. Gillet,…, 1846. []
  9. Rapport sur l’activité de la bibliothèques, 1857. []
  10. Antoine Drouot (1774-1847), brillant mathématicien, est un général fidèle à Napoléon, retiré à Nancy sous la Restauration. Il appartient par ailleurs à une fratrie très aimée des Nancéiens. []
  11. François-Jean-Baptiste Noël (1783-1856), esprit libre et lotharingiste forcené, a réuni la plus belle collection de bibliophilie et d’archives lorraines de son époque. []
  12. Justin Lamoureux (1783-1859), avocat et magistrat mais surtout collectionneur. []
  13. Henri Boulay de la Meurthe (1797-1858) homme politique, vice-président de la IIe république []
  14. ms. Soyer-Willemet 6, pièce 9. []
  15. ms. Soyer-Willemet 6, pièce 7 []
  16. Registre des délibérations, 1846. Archives historiques. []
  17. Voir le traitement réservé à une plainte en 1848. Archives historiques, dossier F2. []
  18. Archives historiques, dossier F3. []
  19. Rapport sur l’activité de la bibliothèque, 1867 []
  20. Registre des délibérations…, 1863-1864. []

Le portefeuille du docteur Poirot

Ou De la nécessité de l’archivage administratif dans les bibliothèques

Les bibliothèques municipales, comme tout service de collectivité, doivent verser leurs archives au service compétent. Elles ne sont pas toujours les plus exactes dans cet exercice car il faut à la fois se mettre d’accord avec les archivistes sur le périmètre (les factures : oui, les décors : non) et, lorsque l’établissement est doté de collections patrimoniales, sur la destination des actes relatifs notamment au statut juridique des collections et de leurs annexes (registres d’entrées, inventaires de collections particulières qui sont une documentation irremplaçable et d’usage quasi-quotidien).

Une fois la répartition effectuée, la bibliothèque attaque le processus de tri, éliminations autorisées et versement des archives de ses activités. C’est l’occasion de benner des empilements de boîtes de correspondance sans valeur, de devis , de dossiers de personnel et de cahiers des charges avortés. D’aller faire un tour à la cave. Et de faire des trouvailles, comme cette machine à ronéotyper les fiches de catalogage1.

Le petit porte-cartes rouge

porte-carte rouge
Un objet publicitaire en simili-cuir.

Plus inattendu, et d’autant plus intriguant, ce portefeuille. Il n’est pas rare que les bibliothèques retrouvent des papiers égarés dans les salles de lecture et les stockent au secrétariat en attendant de les rendre à leur propriétaire. Mais depuis 1933 ?

Dans le porte-cartes rouge orné d’un blason Antar, une carte du G.E.C. (groupement des étudiants catholiques, célèbre foyer d’étudiants sur la place Carnot, qui ferme ses portes ces jours-ci, d’ailleurs), un badge, une carte d’identité tamponnée du commissariat de la Ville d’Epinal, une carte d’étudiant de la faculté des sciences, un permis de conduire les motocycles à deux roues, et une lettre datée du 10 novembre 1933, de Jean à Jean. Tous au nom de Jean Albert Poirot, né le 8 mars 1914 à Saulxures-sur-Moselotte.

Papiers de Jean Albert Poirot
Le contenu du porte-cartes.

Que faisait-il là ? Jean Poirot pouvait être un (jeune) membre du personnel, mais ce nom ne nous disait rien. Plus probablement l’un de ces étudiants en médecine qui, depuis des temps immémoriaux, hantent chaque jour les tables d’étude. Le schéma est classique, et émouvant. Un jeune Vosgien qui vient d’arriver à Nancy, de prendre toutes ses inscriptions universitaires, son logement étudiant (comme en atteste la lettre), vient — pour la première fois ? — à la bibliothèque… et perd illico tous ses papiers. On imagine tout de suite son affolement. Mais l’on ne s’explique pas pourquoi il n’a pas pensé à venir s’en enquérir auprès de la bibliothèque. Peut-être cette histoire s’est-elle déroulée aux alentours du congé de Noël, et n’a-t-il pas pensé avoir laissé ses papiers à la bibliothèque.

L’enquête

Nous voici donc en possession de papiers d’identité appartenant à un habitant de la région. L’idée de rendre ces papiers, non pas sans doute à leur propriétaire lui-même, qui serait aujourd’hui âgé de 105 ans,  mais plutôt à sa famille, s’impose immédiatement. Les deux premiers mouvements sont :

  • écrire à la mairie de Saulxures-sur-Moselotte (Vosges) pour demander communication de l’acte de naissance, afin d’y vérifier la présence de mentions marginales de mariage et de décès ;
  • rechercher Jean Poirot sur Internet, au cas où : site généalogique, ou décès récent qui serait en ligne sur les mémoriaux de presse locale.

Les deux pioches sont bonnes : le registre d’état civil nous apprend que Jean Poirot est décédé en 1981 à Nancy, et la navigation qu’un Jean Albert Poirot (mêmes date et lieu de naissance) a été déporté pour faits de résistance dans le maquis de Corcieux au camp de Villingen d’où il a été libéré en avril 1945. Notre étudiant est donc un héros, mais décédé depuis longtemps.

Qu’a-t-il fait depuis 1945, et où trouver sa famille ?

La ressource la plus utile désormais serait l’avis de décès publié dans la presse. Quelques minutes de recherche dans les lourds volumes reliés de l’Est républicain suffisent pour découvrir directement des hommages. Héros de la résistance, le docteur Poirot fut par ailleurs psychiatre, l’un des pionniers de l’installation de structures d’accueil pour les enfants handicapés et atteints de troubles mentaux, conseiller général des Vosges et membre de nombreux comités liés au patrimoine culturel des Vosges2.

L’avis de décès publié par la famille nous oriente vers un gendre avocat assez connu à Nancy ces dernières décennies,  dont le cabinet a été repris par sa fille. Contact est pris avec la famille, confirmation donnée. Avec plaisir, les Vicq évoquent leur grand-père, le bon docteur Poirot, et son caractère insouciant : le jeune étudiant vosgien qui a perdu ses papiers à la bibliothèque de Nancy en a fait d’autres, et plus corsées3 !

Photo Est républicain
Le portefeuille et son contenu restitués à la fille et aux petites-filles de Jean Poirot (Photo L’Est républicain, Cédric Jacquot).

Le samedi 7 septembre 2019, une petite cérémonie en présence du maire de Nancy et du maire de Saulxures-sur-Moselotte se déroule pour rendre 86 ans plus tard le porte-cartes rouge à ses légitimes propriétaires, et rendre hommage à une figure chère au coeur des Lorrains. La presse s’en empare.

Revue de presse :

Le docteur Poirot a sa page sur Wikipédia depuis le 26 août 2019.

  1. Un jour, il y aura un article sur l’art du catalogage à travers les siècles. []
  2. L’article le plus complet est celui du 21 mai 1981, L’Est républicain, édition d’Epinal : « Avec la disparition de Jean Poirot, les Vosges pleurent l’humaniste et le médecin. » Un Institut médico-éducatif porte son nom à Fontenoy-le-Château (Vosges) depuis 1981. []
  3. Lysiane Ganousse, « Le Portefeuille du dr Poirot retrouvé 86 ans plus tard », dans L’Est républicain, édition de Nancy, 18 août 2019. []

Hubert-Félix Soyer-Willemet, le « catalogue vivant » de la Bibliothèque de Nancy

Aujourd’hui oublié, Hubert-Félix Soyer-Willemet (1791-1867) est pourtant un personnage incontournable du xix e siècle nancéien et a beaucoup fait pour le développement de la Bibliothèque Publique. Membre d’une trentaine de sociétés savantes françaises et étrangères, botaniste passionné, bibliothécaire en chef infatigable, Soyer-Willemet a consacré sa vie au savoir. Le fonds d’archives Soyer-Willemet, principalement de la correspondance, ainsi que de nombreux documents dispersés dans les archives de la Bibliothèque Stanislas ont permis de retracer sa vie. Un second billet sera centré sur son action à la Bibliothèque Publique.

Ces articles ont été préparés par Sarah Cabadet, étudiante en Patrimoine, Art et Histoire de l’Université de Lorraine (2018-2019), dans le cadre de son stage de M1 en établissement culturel.

Une enfance studieuse

Hubert-Félix Soyer est né à Nancy le 3 juin 1791. Son père, Jean-Baptiste Soyer (1752-1828), était peintre miniaturiste1 et sa mère, Anne-Marie Willemet (1764-1855), était la fille du célèbre apothicaire et botaniste Pierre-Rémy Willemet (1735-1807). C’est ce dernier qui a établi la réputation des Willemet à Nancy. Il était doyen des apothicaires, premier professeur de chimie en Lorraine, professeur et démonstrateur en botanique et en histoire naturelle au Collège royal de médecine puis à l’École centrale, directeur du Jardin Botanique de Nancy, membre de plusieurs sociétés savantes et académies, et a publié plusieurs traités de botanique et de médecine. A sa mort, le botaniste Necker lui dédie la plante Willemetia Hieracioides2.

Calligramme en forme de cerf
« Calligramme » en forme de cerf provenant des papiers de jeunesse de Soyer-Willemet.

Hubert-Félix avait également quatre sœurs : Marguerite, Pauline, Sophie et Emilie. Des notices biographiques3 et des miniatures réalisées par son père nous apprennent que Hubert-Félix est né dans une famille heureuse et unie4. Il a donc grandi dans un environnement propice à l’épanouissement culturel. Hubert-Félix se plaisait même à jouer du flageolet pour ses sœurs et leurs amis5.

 

Pour organiser ses études, Soyer-Willemet se fixait un programme quotidien.

Dès son enfance, il s’intéresse aux sciences, à la littérature, ou encore à l’art. Il se fait des « programmes d’études » afin d’organiser ses journées. Probablement influencé par son grand-père, et son oncle Pierre-Rémy-François-de-Paule (1762-1790) qui était médecin et botaniste, Hubert-Félix s’est passionné pour la botanique. Mais il était aussi intéressé par la pharmacie, la médecine, l’histoire naturelle et la musique. Malheureusement, il a une santé fragile et est atteint au début de l’âge adulte par une dartre qui le dévisage presque entièrement et l’oblige à se couvrir le visage lors de sortie en public. C’est peut-être en partie ce qui l’a poussé à se diriger vers les études et la lecture.

Hubert-Félix était proche de sa famille, et surtout de son grand-père. À la mort de ce dernier en 1808, il ajoute le nom de Willemet à son patronyme. Il est l’héritier d’une bibliothèque de 750 livres qui appartenaient à son grand-père. Ils sont identifiés car mentionnés dans un catalogue de sa bibliothèque qu’il a réalisé en 1820, bibliothèque qui comprenait alors un peu plus d’un millier de livres. Certains de ses ouvrages sont aujourd’hui conservés à la Bibliothèque Stanislas et sont repérés grâce à l’ex-libris de Soyer-Willemet. Il a d’ailleurs repris l’ex-libris de son grand-père gravé par Dominique Collin (1725-1781). Il semblerait que Soyer-Willemet ait décollé l’ex-libris de son grand-père pour y apposer le sien lorsqu’il a récupéré ses livres.

En 1811, Soyer-Willemet obtient son diplôme de pharmacie à Strasbourg. Cela lui permet de reprendre la pharmacie de Willemet au 29 rue des Dominicains (actuellement la pharmacie du Ginkgo). Soyer-Willemet y exerce la profession de pharmacien jusque vers 1824 mais conserve ensuite l’appartement où il vit jusqu’à sa mort en 1867.

Un botaniste très occupé

La décennie 1820 marque le début de son dévouement envers la communauté. Dès 1821 il travaille à la Bibliothèque Publique. En 1822, il est nommé membre de la Société Royale des Sciences, Lettres et Arts de Nancy (aujourd’hui l’Académie de Stanislas). En 1823 il devient le Secrétaire-Archiviste-Trésorier de la Société Centrale d’Agriculture de Nancy et en 1825 Conservateur du Cabinet d’Histoire Naturelle jusqu’en 1840. C’est en 1824 qu’il prend le poste de Bibliothécaire en Chef de la Bibliothèque Publique. Et en 1828, le Ministère de l’Instruction Publique le nomme membre de la Commission pour la recherche des Antiquités départementales6. De 1831 à 1836 il enseigne l’histoire naturelle au Collège Royal7. En 1833 il devient membre de la Commission de surveillance du Jardin Botanique, en 1850 il est nommé membre honoraire de l’académie d’enseignement et en 1851 membre du comité du musée historique lorrain. Sans oublier qu’il est membre correspondant ou honoraire d’autres sociétés et académies françaises et étrangères.

 

Peu importe le poste qu’il occupe, son rôle semble toujours indispensable. De 1823 à sa mort, Soyer-Willemet est un membre inestimable pour la Société d’Agriculture. Il a été un soutien infaillible pour Mathieu de Dombasle (1777-1843), le fondateur de cette société. Soyer-Willemet participe à toutes les réunions, rédige des rapports et corrige les épreuves des différentes publications. Il gère également la partie administrative de la Société. En outre, il est le seul rédacteur de la revue Le Bon Cultivateur. Soyer-Willemet met régulièrement ses compétences de botaniste au service de la société. Il est consulté en cas de maladie des plantes et réalise des études afin de trouver les plantes fourragères les plus productives8.

Malgré toutes ses activités et une santé fragile, Soyer-Willemet parvient à consacrer du temps à ce qui restera sa passion toute sa vie, la botanique9. Il publie des brochures ou collabore à des ouvrages jusqu’en 1863.  Pour ses recherches en botanique et herboristerie, il utilise des ouvrages et des catalogues déjà publiés mais réalise lui aussi des voyages afin d’observer les plantes. Il recherche de nouvelles variétés et étudie leur fonctionnement10. Grâce à ses voyages et ses échanges avec d’autres botanistes, il a pu constituer un important herbier, qu’il a d’ailleurs assuré pour 8 000 francs en 185911. Les planches de cet herbier sont actuellement conservées au  Jardin Botanique de Nancy. Soyer-Willemet est une référence dans le monde de la botanique, il est membre de plusieurs sociétés savantes et correspond avec de nombreux botanistes en France et à l’étranger.  Il est sollicité pour des conseils, souvent mentionné (lui ou son herbier) et collabore à des ouvrages12.  Aujourd’hui encore, il est mentionné dans des revues récentes et ses publications sont conservées dans de nombreuses bibliothèques universitaires.

Liste de voyage de Soyer-Willemet
Préparation d’une expédition botanique.
Planche gravée en lien avec les études de botanique de Soyer-Willemet (coll. part.)

Contribution à l’histoire de la Lorraine

Es qualités de Bibliothécaire en Chef, membre de l’Académie de Stanislas et membre de la Commission pour la recherche des Antiquités départementale, Soyer-Willemet participe à l’enrichissement des connaissances sur l’histoire de la Lorraine et l’histoire de France.

En 1824, le Ministère de l’Instruction Publique décide de mener une campagne de recensement et de recherche afin de repérer toutes les antiquités (objets anciens) qui ont pu survivre aux destructions de la Révolution française. Il contacte donc tous les érudits locaux et les institutions conservant du savoir afin de leur demander de réaliser des recherches et de transmettre les faits ou objets paraissant importants.

Lettre du maire de Nancy à Soyer-Willemet
Courrier du maire de Nancy relatif au cabinet d’histoire naturelle

L’Académie répond à cette demande très sérieusement et finance des campagnes de fouilles et le transport des objets. Une fois de plus, c’est Soyer-Willemet qui s’occupe de la partie administrative et de l’envoi de l’argent. Il participe également lui même à cette campagne de recherches et réalise en 1840 des questionnaires qu’il fait parvenir aux curés du département13.

De plus, dans une volonté de valoriser les collections et de les conserver dans les meilleures conditions possibles, il collabore à la création et l’enrichissement des fonds des musées d’histoire lorraine et d’histoire naturelle. En 1851, il est nommé membre du Comité du Musée Historique Lorrain, mais à sa grande déception le poste qu’on lui a confié ne lui permet pas d’avoir un rôle actif. Le Comité s’en défend affirmant qu’ils n’ont pas voulu lui imposer une fonction supplémentaire à toutes celles qu’il assure déjà14.

Un homme très apprécié

Soyer-Willemet était un homme apprécié et respecté. Les savants le consultaient pour recevoir des conseils dans différents domaines, et Soyer-Willemet les aidait au mieux. On lui demandait des informations sur la botanique, les lires, la minéralogie, conchyliologie ou même en musique15. Il recevait également beaucoup de lettre d’invitations et de remerciements. Soyer-Willemet a, visiblement, toujours été disposé à mettre ses connaissances aux services des autres.

Soyer-Willemet est aussi resté proche et précautionneux envers sa famille. Alors que ses parents ont déménagé à Saint-Nicolas-de-Port en 1825, Soyer-Willemet reste en contact avec eux. Il reçoit également des visites et du courrier de son neveu16.

Lettre de Soyer-Willemet en vue de protéger ses parents
Lettre de Soyer-Willemet au maire de Saint-Nicolas-de-Port au sujet du logement des dragons chez des particuliers.

Ainsi, contrairement à ce que l’on pourrait penser, sa disgrâce physique ne semble pas l’avoir empêché d’avoir une vie épanouissante et pleine d’échanges et de partage. L’engagement de Soyer-Willemet est reconnu et même récompensé puisqu’il reçoit la Légion d’Honneur en 1847 en tant qu’agronome.

Il décède finalement en 1867, à l’âge de 75 ans, des suites d’une maladie qui le maintenait cloîtré depuis quelques mois. Sa mort est ressentie comme une immense perte pour la communauté des savants, plusieurs éloges ont été rédigés et des notices nécrologiques diffusées. La bibliothèque et les sociétés nancéiennes perdent un érudit difficilement remplaçable.

L’arabette de Soyer-Willemet, plante alpine, par Hedwig Storch [CC BY-SA 3.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)]via Wikimédia Commons.
Les éloges et notices posthumes louent les qualités humaines et le savoir de Soyer-Willemet. Mais déjà de son vivant des notices complimentaient son travail. “Arabis Soyeri” et “Willemetia Brogniart” ((Plante herbacée des régions tropicales de la famille Rhamnaceae.)) ont été nommées d’après lui.

  1. voir Jaegy (Thierry), Theoleyre (Laurent), Charles-Gaffiot (Jacques), Jean-Baptiste Soyer, peintre miniaturiste lorrain (1752-1828), Les éditions du net, Saint-Ouen, 2017. []
  2. Lamoureux (Jean-Baptiste-Justin), Notice biographique sur Pierre-Rémy Willemet, professeur de botanique, directeur du Jardin des plantes de Nancy,… Par M. Justin-Lamoureux,…, A Bruxelles, Belgique, 1808. []
  3. Bécus (Edouard), Notice biographique sur Soyer-Willemet…, Nancy, 1877. Parisot (Robert), « Allocution », dans Mémoires de l’Académie de Stanislas, 1866, p. xciii. []
  4. Bécus (Edouard), Notice biographique sur Soyer-Willemet…, Nancy, 1877. 98019 (10). []
  5. Conigliano (Commandant de), Une famille : traditions, souvenirs, vieux portraits, vieilles demeures, généalogies, Lunéville, 1928. []
  6. ms. Soyer-Willemet 9, pièce 19. []
  7. ms. Soyer-Willemet 6, pièce 8. []
  8. Soyer-Willemet (Hubert-Félix ), Revue des trèfles de la section Chronosemium, Nancy, Grimblot et Raybois, 1847, 35 p. []
  9. voir le catalogue de sa bibliothèque personnelle consacré à la botanique sur Limedia Galeries  []
  10. Les articles de Soyer-Willemet ont été montés en recueils factices sous les cotes 2267 à 2269. []
  11. ms. Soyer-Willemet 9, pièce 11. []
  12. par exemple Godron (Dominique-Alexandre (1807-1880), Zoologie de la Lorraine, ou Catalogue des animaux sauvages observés jusqu’ici dans cette ancienne province / par D.-A. Godron,…, 1863. []
  13. Le produit de cette enquête est conservé sous la cote ms. 501. []
  14. Lettre du 8 juin 1850. Archives historiques de la bibliothèque, dossier D2d. []
  15. ms. Soyer-Willemet 8, pièce 40. []
  16. voir la correspondance privée dans ms. Soyer-Willemet 8, notamment pièces 1, 22 et 24. []

La collection des incunables de la Bibliothèque Stanislas

Gaétan Carlier, élève archiviste paléographe de deuxième année à l’École nationale des Chartes, a procédé au récolement et au catalogage des incunables conservés la Bibliothèque Stanislas au printemps 2019. L’article qui suit est le produit de son travail.

 La Bibliothèque municipale de Nancy est riche d’une collection de 158 incunables, comprenant un ensemble de 209 titres. Cet écart entre le nombre d’unités bibliographiques et le nombre de titres s’explique par la présence de « recueils factices », ensembles de titres reliés dans une même unité.

Ce travail de catalogage avait déjà été réalisé à la fin du xix e siècle, par le bibliothécaire Justin Favier, qui publia un premier catalogue en 18831. Mais depuis, alors que la collection des incunables s’était enrichie, et que d’autres titres avaient été repérés en tant qu’incunables, c’est-à-dire imprimés avant 1501, au sein des collections de la bibliothèque, ce travail n’avait jamais pu être mené à son terme.

Pour mener à bien cette tâche ambitieuse, il s’est tout d’abord agi de repérer au sein des livres le nom de l’auteur et le titre, éléments de base pour la description d’un ouvrage. Puis viennent le lieu d’impression, le nom de l’imprimeur et la date. Si ces derniers éléments sont en général repérables en fin d’ouvrage, au colophon2.

Colophon incunable BM Nancy 105
Colophon du Quadragesimale de J. Gritsch, Nuremberg, Anton Koberger, 1483. Inc. 105.

Ce n’est pas toujours le cas, et l’on peut pour les identifier s’aider des bases de données en ligne et des éventuelles numérisations mises à disposition par des bibliothèques du monde entier. Ces bases de données (l’Incunabula Short Title Catalogue développé par la British Library, ou ISTC, et le Gesamtkatalog der Wiegendrucke de la Staatsbibliothek zu Berlin, ou GW) nous fournissent souvent les éléments manquants, et permettent d’identifier chaque édition par un numéro propre. Une fois ce travail de repérage accompli, c’est l’étude de l’exemplaire en lui-même qu’il a fallu mener, pour détecter d’éventuelles lacunes ou manques de pages (grâce à la collation et au relevé de signatures3. ), des particularités d’exemplaire comme les lettrines ou les enluminures, mais également la reliure et les marques de provenance qui nous renseignent sur l’histoire des ouvrages.

D’où viennent ces livres ?

Les incunables ne sont pas arrivés par hasard dans la bibliothèque : la plupart proviennent des « saisies révolutionnaires » ; d’autres sont arrivés par dons ; d’autres encore restent muets sur leur origine.

Les saisies révolutionnaires

Le 2 novembre 1789, l’Assemblée nationale décrète la mise à disposition de l’État de l’ensemble des propriétés et revenus ecclésiastiques du royaume. Au départ, seules les propriétés foncières et immobilières étaient visées ; mais une fois la confiscation prononcée, les nouvelles autorités se trouvèrent soudainement en charge de tout le mobilier, et en particulier des très importantes bibliothèques des maisons religieuses, auxquelles personne n’avait songé. Le 14 novembre 1789, un décret enjoint alors aux chapitres et monastères de déposer aux greffes des sièges royaux ou des municipalités les catalogues des livres et manuscrits de leurs bibliothèques et archives. Les catalogues peinant à arriver, les officiers municipaux reçurent en mars 1790 l’ordre de se rendre dans toutes les maisons religieuses de leur territoire pour dresser eux-mêmes les inventaires des bibliothèques ecclésiastiques. Dans un premier temps, après inventaire, les livres furent mis sous scellés et placés sous la garde d’un religieux ou d’un habitant du quartier. Ce n’est qu’en mai 1791 qu’on prit le parti de réunir toutes ces bibliothèques dans un seul lieu central.

À Nancy, l’abbé Marquet, sous-bibliothécaire de la Société royale des Sciences et Belles-Lettres – actuelle Académie de Stanislas –, et Claude Fachot, un homme de loi, furent nommés « commissaires bibliographes » le 17 mai 1791, pour transporter les livres dans la grande salle de l’Université de Nancy et en dresser les états. Marquet n’en était pas à son coup d’essai, puisqu’il avait été chargé en 1766 de dresser le catalogue des livres de la Bibliothèque publique de Nancy fondée par le roi Stanislas4. En six ans, ce furent près de 75 000 volumes provenant de 36 bibliothèques de maisons religieuses et de 112 maisons d’émigrés ou de détenus qui furent recueillis, installés et catalogués par les deux bibliothécaires dans les locaux de l’actuelle Bibliothèque Stanislas, tout en conservant l’ordre dans lesquels ces livres avaient été trouvés, et en séparant bien distinctement chaque bibliothèque d’origine dans la salle de dépôt5. Les registres établis à cette date sont toujours conservés à la Bibliothèque de Nancy, et listent, bibliothèque après bibliothèque, les ouvrages saisis, classés par auteur.

Même si la description des ouvrages est réduite au minimum, ce sont des sources d’une richesse formidable pour l’histoire des bibliothèques d’Ancien Régime.

Inventaire des saisies révolutionnaires BM Nancy, page de titre
Page de titre du 1er volume de l’inventaire des livres saisis dans les communautés religieuses de Nancy, 1791, ms. 743 (1).

Nancy et sa région étaient alors riches en couvents et monastères, qui possédaient pour certains de grandes et belles bibliothèques. L’une des plus renommées – Dom Calmet la considérait comme la meilleure de la région –, celle des Bénédictins de Saint-Léopold, fut saisie dès le 23 mai 1791 : il fallut quinze jours pour transporter les 3098 volumes de la bibliothèque du couvent à l’Université. Nous avons pu repérer dix incunables provenant de cette bibliothèque dans les collections de la Bibliothèque de Nancy. Mais la plus importante en nombre était celle des Bénédictins de Saint-Firmin de Flavigny-sur-Moselle. Désormais rodés à leur nouvelle occupation, les deux commissaires mirent cette fois cinq jours à déménager les quelque 4565 volumes de la bibliothèque. Nous avons pu identifier 6 incunables portant cette provenance. Quant aux 2240 volumes des Tiercelins de Nancy, ils furent saisis à partir du 19 septembre 1791. Ce sont cette fois 19 incunables qui ont pu être repérés. Parmi les autres bibliothèques religieuses possédant des incunables présents aujourd’hui à la Bibliothèque, on peut citer la communauté des chanoines de Justemont, en Moselle (8 volumes) ou encore le couvent des Capucins de Nancy (6 volumes). Les livres proviennent également de localités comme Domèvre-sur-Vezouze (chanoines réguliers), Saint-Nicolas-de-Port (capucins et bénédictins), Baccarat (carmes), Salival (prémontrés), Vic-sur-Seille (carmes). Ce sont les principales provenances religieuses que nous avons pu identifier. Les bibliothèques des couvents féminins et des émigrés étaient moins riches en livres.

Exlibris Saint-Firmin de Flavigny
Ex-libris des bénédictins de Saint-Firmin de Flavigny-sur-Moselle sur Stultifera navis, Sebastian Brant, Johann Bergmann, Bâle, 1497. Inc. 20.

Les autres modes d’acquisition

Les saisies révolutionnaires ne furent cependant pas le seul mode d’entrée des incunables à la bibliothèque. Un volume (Inc. 115) était déjà présent dans les collections de la bibliothèque publique fondée par le roi Stanislas, et porte l’ex-libris de celle-ci : il s’agit d’un recueil de littérature classique (Macrobe, Virgile, Pline, Suétone)6. Certains sont également entrés par dons (provenances Haldat, Mathis, Carpe, Marchal, Vagner). Les volumes de la bibliothèque de Pont-à-Mousson sont également arrivés à la fin du xix e siècle, et sont eux-mêmes issus des fonds de l’Abbaye Sainte-Marie-Majeure ou du Collège Saint-Louis.

Les saisies faisant suite à la loi de 1905 amenèrent d’autres livres à la bibliothèque, en particulier ceux du couvent des Dominicains de Nancy, premier couvent dominicain refondé par le père Lacordaire, en 1843, qui avait bénéficié d’un legs important de 12 000 volumes de la part de l’abbé Michel, ancien curé de la cathédrale7.

Ce sont en tout près de 90 incunables sur 158 dont l’origine religieuse est clairement établie. Si certains ne portent pas de marque de provenance, nombreux sont ceux dont l’origine est difficile à identifier malgré les inscriptions. Ils portent la marque de leurs propriétaires successifs, mais le biais par lequel ils sont arrivés à la bibliothèque reste souvent inconnu.

Des provenances intéressantes

On peut cependant remarquer quelques provenances sortant du lot. C’est le cas de quatre volumes en particulier :

  • L’incunable 69 est particulièrement intéressant, car c’est un livre qui a beaucoup changé de mains. Il s’agit d’un commentaire de la Règle de Saint Benoît (Expositio regulae S. Benedicti) par le dominicain Juan de Torquemada (1388-1468), imprimé à Paris, par Pierre Levet pour Nicolaus Militis, le 4.V.1491 (ISTC it00516000). Il appartint dans un premier temps à Dom Nicolas Loupvent (v. 1490-1550), célèbre pour son voyage en Terre Sainte au début xvi e siècle8, puis prieur de l’abbaye Saint-Mihiel à partir de 1543. On trouve ensuite l’ex-libris de l’abbaye Saint-Laurent de Liège et de son abbé Oger de Loncin (1586-1633). Suivent les ex-libris de l’abbaye Saint-Evre de Toul, de Saint-Léopold de Nancy, et enfin de Saint-Firmin de Flavigny.

    4 marques de propriété sur un même incunable
    Marques de provenance successives sur Expositio regulae Sancti Benedicti, Juan de Torquemada, Pierre Levet pour Nicolaus Militis, Paris, 1491. Inc. 69.
  • L’incunable 37, lui, provient de Jacques des Fours et de la famille des Moines9 (recueil factice composé du Physiologus de Theobald, du De proprietatibus de Cicéron et d’Auctoritates) (ISTC it00140000, ic00671000 et ia01189000).
Ex-libris et essais de plume
Marques de provenance sur un recueil factice. Inc. 37.
  • L’incunable 101 aurait appartenu à Jean Bleyer de Bariscord, peintre à Nancy à la fin du xvi e siècle, et qui travailla aux peintures de la Galerie des Cerfs et aux appartements du palais ducal10 – on retrouve dans le livre une devise (la sienne ?), « Amour, honneur et foy mouront avec moy » –  mais aussi à Melchior de La Vallée, premier aumônier du duc Henri II de Lorraine, et brûlé pour sorcellerie en 163111. Il s’agit d’une Légende dorée de Jacques de Voragine, par Georg Husner, Strasbourg, 1479 (ISTC ij00092000).
Ex-libris de Jean Bleyer de Bariscord, peintre
Ex-libris de Jean Bleyer de Bariscord sur une Légende dorée, Georg Husner, Strasbourg, 1479. Inc. 101.
Ex-libris de Melchior de La Vallée
Ex-libris de Melchior de La Vallée sur la Légende dorée, Georg Husner, Strasbourg, 1479. Inc. 101.
  • L’incunable 20, enfin, porte les armoiries de Nicolas Vassart, célèbre bibliophile lorrain du xvii e siècle, avocat au siège de Bar et poète. À sa mort, ses livres furent vendus à Dom Charles de Vassimont, prieur de Saint-Firmin de Flavigny, dont on peut voir l’ex-libris dans l’ouvrage. Il s’agit du célébrissime ouvrage de Sebastian Brant, La Nef des fous, imprimé à Bâle par Johann Bergmann le 1.VIII.1497 (ISTC ib01090000). L’exemplaire possède, comme nombre de livres de Vassart, une belle reliure en veau fauve, avec filets dorés et aux armes, au chevron d’or accompagné de trois fleurs de lys, avec pour cimier un vase qui arde et qui est enflammé12.

L’intérêt de la collection

Des sujets d’étude variés

De par leurs provenances variées, de bibliothèques religieuses comme laïques, les incunables de la bibliothèque de Nancy sont assez représentatifs des grands domaines de la pensée traités par l’imprimerie au xv e siècle. On peut les regrouper en grands champs de la pensée, selon la classification Brunet-Parguez13 :

  • La religion, avec 89 titres, représente 43% des titres ;
  • Le droit et la jurisprudence, avec 21 titres, 10% ;
  • Les sciences et arts, dominés par la philosophie et la médecine, avec 47 titres, 22,5% ;
  • Les belles lettres, avec 24 titres, 11,5% ;
  • L’histoire et ses sciences auxiliaires, avec 28 titres, 13%.

 Des livres rares et moins rares

Si la bibliothèque de Nancy ne possède pas d’édition non référencée dans les bases, elle dispose en revanche d’éditions rares, voire très rares. On citera en particulier, parmi les exemplaires dont nous n’avons pas trouvé de numérisation en ligne :

  • pour la religion : L’aiguillon d’amour divine de Saint Bonaventure traduit par Jean Gerson, Paris, Jean Lambert pour André Bocard, 1.III.1493 (Inc. 25, ISTC ib00969300), un Manuale Tullense imprimé à Bamberg par Johann Sensenschmidt (Inc. 26, ISTC im00212760), les Formalitates d’Etienne Brulefer imprimées à Paris (Inc. 32 b, ISTC non déterminé) ;
  • pour le droit : une très rare édition du Processus judiciarius de Johannes de Auerbach, imprimé à Paris par Antoine Chappiel pour Claude Jaumar le 10.X.1500 (Inc. 1, ia01212400) et les Cautelae de Bartolomeo Cipolla imprimées à Lyon par Hémon David le 10.VII.1495 (Inc. 51, ISTC ic00383400) ;
  • pour les sciences, arts et philosophie, une édition des Destructiones modorum significandi de Pierre d’Ailly imprimée à Paris par Georges Mittelhus à Paris (Inc. 42 h, ISTC ia00471500), ainsi que le Textus abbreviatus in cursum totius logices Aristotelis de Thomas Bricot imprimé à Lyon le 10.V.1494 (Inc. 50, ISTC ib01201300) ;
  • pour les belles-lettres, le De eloquentia de Gasparin de Bergame imprimé à Paris par Antoine Caillaut (Inc. 38 b, ISTC ib00260400) ou le Modus epistolandi de Francesco Negri, imprimé à Strasbourg par Georges Mittelhus le 14.VIII.1490 (Inc. 38 e, ISTC in00235000) ;
  • pour l’histoire, un Breviarium historiarum de Landulphe Sagax imprimé à Poitiers par Jean Bouyer le 14.VIII.1479 (Inc. 12, ISTC ic00783000). Il s’agit du premier livre imprimé à Poitiers.

La bibliothèque possède même un unicum, en l’occurrence l’Interpretatio in Laurentii Vallae Elegantias latinae linguae de grammairien Guy Jouenneaux, imprimé à Paris par Pierre Levet le 4.VII.1491 (Inc. 38 a, ISTC ij00667850). Il s’agit d’un commentaire sur l’œuvre de l’humaniste Lorenzo Valla (De Latinae Linguae Elegantiis, 1444), défenseur du latin classique contre la maladresse du latin médiéval.

L’incunable le plus ancien de la bibliothèque est le De arte praedicandi de Saint Augustin, quatrième livre de la Doctrine chrétienne, véritable manuel pour l’orateur chrétien, imprimé à Mayence par Johann Fust et Peter Schöffer, successeurs de Gutenberg, daté d’avant 1467, mais sans la célèbre marque typographique (Inc. 84, ISTC ia01227000).

Incipit d'un ouvrage de grammaire unicum de la BM de Nancy
Guy Jouenneaux, Interpretatio in Laurentii Vallae Elegantias latinae linguae, Pierre Levet, Paris, 1491. Inc. 38a

La bibliothèque possède également des ouvrages très célèbres et répandus à l’époque incunable, mais qui nous surprennent toujours par leur aspect spectaculaire. On a déjà cité la Nef des Fous de Sébastien Brant imprimée à Bâle par Bergmann le 1.VIII.1497, à laquelle on peut ajouter la première édition de la fameuse Chronique de Nuremberg d’Hartmann Schedel imprimée par Koberger le 12.VII.1493, portant l’ex-libris du couvent des Bénédictins de Saint-Léopold de Nancy (Inc. 148, ISTC is00307000).

Extrait du registre des saisies révolutionnaires
Notice de la « Chronique de Nuremberg » dans l’inventaire des livres saisis dans les maisons religieuses de Nancy. Ms. 743 (1).

On citera également les superbes éditions des œuvres de Térence et d’Horace, imprimées en 1498 et 1499 par Johann Grüninger à Strasbourg, abondamment illustrées (Inc. 112 a et b, ISTC it00101000 et ih00461000).

Incipit de Térence
Térence, Johann Grüninger, Strasbourg, 1499. Inc. 112b

Une base de référence pour faire l’histoire des premiers livres imprimés

La collection des incunables de la Bibliothèque de Nancy est assez représentative de la production imprimée du xv e siècle. On notera cependant une plus forte proportion de livres imprimés dans l’espace français. Les lieux d’impression se répartissent comme suit : 83 titres sur 209 ont été imprimés dans l’espace germanique (dont 31 en Alsace), soit 40%, 79 dans l’espace francophone, soit 37.5%, 46 en Italie, soit 22%, et un titre à Louvain (Pays-Bas). Les villes d’imprimerie les plus représentées sont Paris (57 titres), Venise (31), Strasbourg (28), Lyon (27), Nuremberg (14), Bâle (13) et Cologne (13).

Une étude pourrait être consacrée aux reliures, souvent d’époque, ou encore aux enluminures de ces ouvrages. Les livres sont la plupart du temps décorés à la main, rubriqués en rouge en général. On trouve également de belles lettrines ornées, ou des miniatures : le livre imprimé s’est en effet longtemps inspiré du manuscrit, en imitant ses codes. L’étude sérielle nous a permis de faire des analogies, notamment entre des lettrines ornant des livres sortis de l’atelier d’Anton Koberger (1443-1513), l’un des plus grands imprimeurs de l’époque incunable. Grâce à la numérisation, il a été possible de rapprocher les lettrines du Quadragesimale de Johann Gritsch, 7.III.1483 (Inc. 105, ISTC ig00499000) avec celles de deux exemplaires du Summa de casibus conscientiae d’Astesano imprimés par le même Koberger le 11.V.1482 (ISTC ia01170000) et conservés à Jérusalem et à Cologne. Cela corrobore les propos de Henri-Jean Martin, qui parle de véritable travail en série pour la production de Koberger, lui autour duquel s’affairaient « une centaine de compositeurs, de pressiers, de correcteurs, de graveurs et de relieurs »14. Ces lettrines très caractéristiques se reconnaissent à leur encadrement à huit compartiments de couleurs différentes, au fond d’or orné de petites roses, et à la simplicité des lignes.

Lettrine caractéristique des décors de Koberger
Johann Gristch, Quadragesimale, Anton Koberger, Nuremberg, 1483. Inc. 105.

On pourrait évidemment trouver bien d’autres choses à dire sur la riche collection des incunables de la Bibliothèque de Nancy. Une étude plus générale à l’échelle de la Lorraine serait très intéressante, et nous attendons avec impatience le travail des autres bibliothèques de la région sur leurs incunables, en appelant de nos vœux la future publication du catalogue régional des incunables de Lorraine15.

Gaétan Carlier

Les notices de catalogage des incunables mises à jour sont en cours d’intégration dans la base Co-libris. L’index « fonds patrimonial » de la fonction de recherche avancée permet de trouver la collection complète avec le mot « incunables ».

Claire Haquet

  1. Favier, Justin, Catalogue des incunables de la bibliothèque publique de Nancy, Paris et Nancy, 1883. Ce catalogue ne contient que 157 titres. Un supplément a été ajouté à la main dans l’exemplaire du cabinet du conservateur de la Bibliothèque, mais présente quelques inexactitudes, et est partiellement complet. []
  2. Colophon : « formule relativement développée où sont consignés le lieu et la date de l’impression et le nom de l’imprimeur, parfois aussi celui de l’auteur, placée à la fin du texte. […] Parfois la date manque (c’est le cas pour près de la moitié des incunables), d’où l’importance du travail de datation. […] Très fréquents dans les incunables, les colophons tendent à disparaître au cours du xvi e siècle, à partir du moment où se développe la page de titre et où la date et l’adresse du libraire y sont portées. » (Dictionnaire encyclopédique du Livre, Editions du Cercle de la Librairie, 2002). []
  3. Signature : système de numérotation des cahiers et des feuillets au sein de ces cahiers. « C’est pour aider le relieur à disposer dans le bon ordre les cahiers d’un livre que les imprimeurs ont pris l’habitude de désigner chaque cahier par une lettre de l’alphabet, imprimée normalement en bas à droite, et de faire suivre ces lettres d’un chiffre indiquant la succession des feuillets » (Dictionnaire encyclopédique du Livre, Editions du Cercle de la Librairie, 2002). Le relevé de signatures permet d’identifier précisément une édition, car le système varie d’une édition à l’autre, et donc de distinguer facilement une édition d’une autre. []
  4. [Marquet, Abbé], Catalogue des livres de la Bibliothèque royale de Nancy, fondée par le Roi de Pologne, Duc de Lorraine et de Bar, Nancy, 1766. []
  5. Favier, Justin, Coup d’œil sur les bibliothèques des couvents du district de Nancy pendant la Révolution, Nancy, 1883. []
  6. [Marquet, Abbé], Catalogue…, p. 177, n° 1516. []
  7. Varry, Dominique (dir.), Histoire des bibliothèques françaises, Tome III : Les bibliothèques de la Révolution et du xix e siècle, 1789-1914, 1991, p. 467. []
  8. Lanher, Jean et Martin, Philippe, Dom Loupvent, Récit d’un voyageur lorrain en Terre Sainte au xvi e siècle, Editions Place Stanislas, 2007. []
  9. Bibliothèque municipale de Nancy, Un livre d’heures nancéien : le manuscrit des Fours, 2003. Sur la famille des Fours, voir p. 119 sqq. []
  10. Lepage, Henri, Quelques notes sur des peintres lorrains des xv e, xvi e et xvii e siècles, Nancy, 1853 et Jacquot, Albert, Essai de répertoire des artistes lorrains, Paris, 1900. []
  11. Un fac-similé de l’écriture de La Vallée se trouve dans l’article d’Henri Lepage, « Melchior de La Vallée et une gravure de Jacques Bellange », Mémoires de la société d’archéologie lorraine et du musée historique lorrain, Nancy, 1882. []
  12. Favier, Justin, « Les livres de Nicolas Vassart à la Bibliothèque publique de Nancy », Journal de la société d’archéologie lorraine et du musée historique lorrain, Nancy, 1882. []
  13. Classification élaborée par Henri-Jean Martin et Guy Parguez en 1969 à la Bibliothèque de Toulouse, se basant sur le cadre de la Table méthodique du Manuel du libraire de Jacques-Charles Brunet (1865), reprenant l’ancienne classification des libraires où les sujets étaient répartis en cinq classes : théologie, droit, sciences et arts, belles-lettres, histoire. Elle est disponible ici : http://documentation.abes.fr/sudoc/autres/BrunetParguez.pdf. []
  14. Febvre, Lucien, et Martin, Henri-Jean, L’apparition du livre, Paris, 1958, réed. 1999, p. 185. []
  15. Une enquête rapide auprès des bibliothèques patrimoniales lorraines montre que le chantier a commencé un peu partout, et les premières comparaisons entre collections trahissent des résultats particulièrement disparates.  Après les travaux d’Albert Ronsin sur l’imprimerie, une étude de la circulation des livres dans l’espace lorrain serait intéressante. [C. H.] []

A la découverte de la musique à Nancy au premier vingtième siècle : le don Louis Thirion et le fonds Gaston Stoltz

Le 22 septembre 2018, Louis-Claude Thirion remettait à la Ville de Nancy les archives de son père, le compositeur et professeur de musique Louis Thirion (1879-1966). Cet événement s’inscrivait dans le cadre du concert hommage à Claude Weisbuch proposé par l’Ensemble Stanislas qui a joué pour l’occasion l’adagio du Quatuor à cordes op. 10 de Louis Thirion.

Louis Thirion et la musique en Lorraine au début du xxe siècle

Louis Thirion vers 1910 (Louis-Claude Thirion [CC BY-SA 4.0]).
Louis Thirion est né en 1879 à Baccarat dans une famille de musiciens. Il poursuit des études au Conservatoire de Nancy sous la direction de Guy Ropartz (1864-1955). A l’âge de vingt ans, il est nommé professeur d’orgue et de piano dans ce même Conservatoire où il effectue toute sa carrière. Jeune compositeur avant-gardiste, il apprécie la musique de Debussy et de Chabrier. Ses compositions sont primées et jouées à Paris avant la Première guerre mondiale : Prix de la Société des compositeurs pour des œuvres pour piano (1906 et 1909), prix Cressant pour sa 1re symphonie (1909)1, dirigée par le Messin Gabriel Pierné (1863-1936), à la tête des Concerts Colonne, en 1911.

Louis Thirion figure au programme du festival de musique lorraine de Lunéville en 1902, organisé par René d’Avril (1875-1966) et Guy Ropartz, aux côtés de Gustave Charpentier et Gabriel Pierné 2. Il est encensé par le professeur d’histoire de la musique et journaliste dans les colonnes de La Lorraine artiste, tant pour ses interprétations au piano que pour ses propres compositions 3. L’historien et folkloriste Charles Sadoul (1872-1930) fait appel à lui pour noter des chants populaires lorrains publiés dans Le Pays lorrain 4.

Sa carrière de compositeur s’arrête brutalement lorsque l’armée allemande incendie sa maison de Baccarat en 1914, avec toutes ses partitions à l’intérieur sauf deux, qui se trouvaient alors dans un coffre bancaire. Il figure parmi les jeunes musiciens cités pendant le conflit, avec mention de sa deuxième symphonie tout juste achevée en 1914 5.

A la sortie de la guerre, veuf avec de jeunes enfants, la nécessité de trouver une position stable à partir de ses compétences musicales l’incite à se tourner vers l’enseignement au conservatoire de Nancy plutôt qu’une carrière incertaine de compositeur. Par deux fois directeur intérimaire du Conservatoire, en 1919 et 1944-1945, il lui est préféré à chaque fois un autre candidat pour le poste de titulaire.

Dans les années 1920-1930, il est toujours joué à Paris, notamment aux Concerts Colonne, et entretient des relations courtoises avec des personnalités de renom dans le monde de la musique, tels les Lorrains Gabriel Pierné, Florent Schmitt (1870-1958) et Alfred Bachelet (1864-19446), mais aussi Paul Dukas (1865-1935) et Vincent d’Indy (1851-1931) qui le recommandent pour des directions de conservatoire.

A la fin de sa vie, il continue de s’intéresser à la musique moderne, particulièrement celle de Stravinski qu’il admire depuis longtemps 7.

Contenu du don

Le don de son fils cadet Louis-Claude Thirion peut être divisé en deux ensembles 8.

Le premier lot se compose des partitions d’orchestre manuscrites des deux symphonies de Louis Thirion. La copie de la Première symphonie, en mi bémol, op. 12, est dédiée à Paul Dukas et à « Michou », Micheline Moris, pianiste, seconde épouse du compositeur et mère de Louis-Claude Thirion. Elle est élégamment reliée en maroquin rouge et porte la date de 1934. La copie de la Deuxième symphonie, en si mineur, op. 17, est peut-être plus émouvante par sa dédicace « À la mémoire de Pierre B., tué le 14 octobre 1915 à l’épine de Védegrange » (bien que la partition ait été terminée avant guerre) 9.

Le second lot est formé par la correspondance musicale du compositeur. Elle peut être distribuée en plusieurs ensembles :

  • une correspondance soutenue et amicale avec Florent Schmitt, Guy Ropartz et Gustave Samazeuilh (1877-1967) ;
  • des lettres de recommandation pour la direction du Conservatoire de Nancy en 1919, de Paul Dukas, Vincent d’Indy, Florent Schmitt et André Gédalge (ms. Thirion 6) ;
  • une correspondance d’artiste, liée notamment à la reprise de la première symphonie par les Concerts Colonne en 1920 (ms. Thirion 7), mais aussi avec les musiciens et chanteurs amenés à jouer les œuvres de Louis Thirion 10.

Le traitement rapide du fonds, afin d’honorer le donateur, a rencontré l’initiative du Ministère de la Culture de combler le retard de signalement des fonds d’archives en bibliothèque. Dans la région Grand-Est, c’est l’agence Interbibly qui est chargée du projet. L’archiviste missionnée pour aider Nancy dans cette entreprise a donc logiquement commencé par le catalogage de ce fonds arrivé quelques jours avant elle, lui assurant une publication dès le mois de décembre 2018.

Le travail de signalement à réaliser a été l’occasion de cartographier les fonds d’archives non traités, ce qui a fait sortir deux fonds liés à la musique : les notes du docteur Rémy, un membre de l’Académie de Stanislas dans les années 1950-1960 « pour servir à l’histoire de la musique en Lorraine », et surtout le fonds Gaston Stoltz.

Gaston Stoltz et la vie musicale à Nancy entre les deux guerres mondiales

Gaston Stoltz (1890-1977), collègue de Louis Thirion au Conservatoire de Nancy pendant toute sa carrière et comme lui compositeur, a tout de suite suscité l’intérêt. Stoltz et Thirion ont même, à plusieurs reprises, joué ensemble au sein du Quatuor Jamar, dirigé par le violoniste Georges Jamar1 Travailler sur Gaston Stoltz après Thirion permettait de continuer le travail documentaire réalisé sur Louis Thirion.

Gaston Stoltz est né à Nancy d’une famille alsacienne optante. Son père, Guillaume Stoltz, est altiste, professeur de musique au lycée, et fondateur d’un orchestre. Il suit donc tout naturellement les traces familiales. Premier prix de trombone et d’alto au Conservatoire de Paris, il revient à Nancy en 1911. Pendant la guerre, il est blessé au Léomont. En 1918, il se voit offrir la suite de son père retraité au lycée et au conservatoire où il va enseigner l’alto et la musique de chambre. Il fonde l’orchestre et la chorale du lycée avec l’aide de plusieurs professeurs et de musiciens amateurs anciens élèves de son père. Un premier concert est donné salle Poirel fin 1919.

Gaston Stoltz donne l’image d’un pédagogue et chef d’orchestre infatigable. Entre les deux guerres, il enchaîne jurys du Conservatoire, représentations publiques de l’orchestre du lycée, concerts de la chorale Alsace-Lorraine et concerts populaires à la Pépinière. Le grand prix de l’enseignement lui est décerné à la fin des années 1940. Il dirige même en 1949 à Lyon le grand concert des orchestres et chœurs de l’enseignement public 11.

Son œuvre de compositeur est plus discrète, mais c’est la plus présente dans les archives transmises à la Bibliothèque Stanislas.

En effet, la différence entre le fonds Thirion et le fonds Stoltz est grande, car le fonds Stoltz se compose exclusivement de partitions, pour l’immense majorité manuscrites. Elles se répartissent en trois catégories :

  • les œuvres composées par Gaston Stoltz, notamment pour alto ;
  • les œuvres rassemblées, recopiées ou adaptées pour être jouées et chantées par les ensembles dont Gaston Stoltz était le chef ;
  • enfin quelques partitions relatives à l’enseignement de la musique : exercices notamment.

Le plan de classement adopté est sommaire pour l’instant : compositions de Stoltz, subdivisées entre musique pour orchestre, musique pour orchestre de chambre, pour alto, pour autres instruments (trombone et piano principalement), musique pour enfants, musique de circonstance (carnavals, mariage d’amis) ; et œuvres d’autres compositeurs. En l’absence de datation sur les œuvres, un classement alphabétique à l’intérieur des divisions a été adopté. De même, il n’a pas été possible de rechercher de manière suffisamment fine les conditions de représentation de chacune des partitions présentes (avec l’orchestre du lycée, le chœur Alsace-Lorraine, etc.)

La donation du fonds Louis Thirion a permis de jeter un éclairage intéressant sur une période méconnue de l’histoire musicale de Nancy, où l’enseignement de la musique en lycée et au Conservatoire était très suivi et très considéré, et où les concerts amateurs et semi-professionnels faisaient l’objet de sérieuses recensions dans la presse locale. On y voit l’émergence des retransmissions radio, l’évolution du goût, mais aussi les relations entre les différents acteurs locaux de la musique de l’entre-deux-guerres : René d’Avril, le journaliste vulgarisateur ; Alfred Bachelet, le directeur du Conservatoire et compositeur admiré, nettement au-dessus de tous ; et les artistes et instigateurs de la musique enseignée et représentée que sont Thirion et Stoltz. Ce matériau est désormais rassemblé à la Bibliothèque Stanislas pour une étude approfondie, par un historien de la culture ou de la musique, de la vie musicale à Nancy entre 1900 et 1960.

Pour les bibliothécaires, la donation et le classement qui s’en sont suivis ont donné une motivation supplémentaire à la redécouverte des fonds d’archives non traités qui, d’amas de papiers vaguement listés et conservés dans des boîtes anonymes, émergent doucement avec leur singularité et les passionnants champs d’investigation nouveaux et inattendus à proposer au public et aux chercheurs. C’est bien cette curiosité et cette envie de transmission qui font tout le sel du métier de bibliothécaire patrimonial.

A écouter :

  • Louis Thirion, Symphonie no 2 en si mineur op. 17 (1913). Enregistré par l’orchestre de l’ORTF dirigé par Eugène Bigot.

    • Hommage à Gaston Stoltz : concert du 7 mars 2004, salle Poirel à Nancy. CD disponible à la médiathèque Manufacture cote 3 A HOM.

  1. « Feuilleton musical », La Critique indépendante : théâtres, concerts, arts, littérature : organe de la défense des intérêts et des droits du public, 1 déc. 1911 p. 2.
  2. Francfort Didier, « De l’histoire des frontières culturelles à à l’histoire culturelle des frontières et à l’histoire des cultures frontalières. pour une rupture de perspectives et de nouvelles approches », Eurolimes, 2010, vol. 9, p. 109‑129.
  3. Voir par exemple les chroniques musicales dans les numéros de La Lorraine artiste des 1er février 1902, 15 mars 1903 (où Thirion est qualifié de « génie » aux côtés de Vincent d’Indy), 10 mars 1904.
  4. « Les parlers et la littérature populaire de la Lorraine » dans Bibliographie lorraine, Nancy, Faculté des lettres de l’Université (coll. « Annales de l’Est »), 1933, vol.X., p. 308.
  5. « Louis Thirion », La Musique pendant la guerre : revue musicale mensuelle, 28 décembre 1916, p. 179.
  6. Celui-ci Lorrain d’adoption, directeur du Conservatoire de Nancy de 1919 à 1944.
  7. « Nécrologie », Le Pays lorrain, 1966, vol. 47, p. 137.
  8. Auxquels s’ajoutent les Œuvres complètes de Joris-Karl Huysmans, Paris : éd. Crès et Cie, 1930, 18 vol. tirage limité no 15/1500.
  9. Les deux symphonies portent les cotes ms. Thirion 1 et 2 dans le fonds Louis Thirion.
  10. voir l’inventaire complet du fonds Louis Thirion.
  11. Strauss René, « La vie et l’oeuvre de Gaston Stoltz (1890-1976), compositeur et chef d’orchestre », Le Pays lorrain, 1979, p. 221‑224.
  1. Père du graveur Michel Jamar. Le Nancy artistique est un petit milieu. []

La Bibliothèque publique pendant la Première Guerre mondiale (2)

En dépit des bombardements, des difficultés de chauffage et de l’absence de la moitié de son personnel, la Bibliothèque de Nancy a tenu à garder ses portes ouvertes entre 1914 et 1918. Les acquisitions n’ont pas cessé, alors qu’un souci supplémentaire, celui de préserver les fonds précieux de la destruction, s’est ajouté.

Acquisitions et sauvegarde des collections

Les acquisitions courantes

Le rapport pour l’année 1914 témoigne que la grande opération qui occupe les bibliothécaires est le traitement de la bibliothèque Masson-Cabasse. Qualifiée de « collection particulière de moyenne importance », elle a représenté la moitié des entrées cette année-là avec 2 501 volumes, et semble avoir fait l’objet d’une opération complexe de « fusion d’une petite bibliothèque dans une grande » nécessitant cinq mois de travail. Cette bibliothèque lorraine, donnée par un médecin de Raon-l’Etape1, permet d’enrichir les collections patrimoniales de 413 volumes et brochures nouveaux, et de disposer d’une réserve de 1 118 doubles. Elle comporte en outre 48 manuscrits2, pour les trois-quarts du xixe siècle, et 246 gravures dont 91 de Jacques Callot « dont plusieurs sont rares ».

Au début du conflit, la bibliothèque fait l’acquisition d’un Panorama de la guerre de 19143, et s’abonne au Journal officiel afin de mieux suivre l’actualité. La part des ouvrages ayant trait au conflit, entendu dans un sens large, représente jusqu’à 59 % du total des acquisitions (entrées de janvier 1917). De janvier 1915 à juillet 1919, elle reste au-dessus de 25 %. Les monographies considérées portent directement sur le conflit : récits de batailles, témoignages, romans sur le front (Sous Verdun de Maurice Genevoix4 entre en octobre 1916, Le Feu de Henri Barbusse5 en mai 1917).

On acquiert des ouvrages historiques et géopolitiques, principalement sur l’Alsace-Lorraine et le pangermanisme, mais aussi sur l’ensemble des nations en conflit, y compris le Proche- et le Moyen-Orient, de la stratégie militaire, de la philosophie et des sciences politiques. La bibliothèque publique fait la part des ouvrages pratiques, avec des guides de médecine légale, de droit pratique (pour les veuves de guerre), des manuels d’aviation, et des brochures réglementaires (moratoire sur les loyers). On note aussi l’entrée au catalogue de deux dictionnaires d’allemand en décembre 1916, et de brochures à destination des Américains cantonnés à Nancy : Seeing Nancy : a guide for Americans6 et le Lorraine Sentinel, un organe de presse produit par les étudiants américains 7.

Il semble que les bibliothécaires aient eu à cœur de rassembler, conformément à la circulaire du Ministère de l’Instruction publique du 4 mai 1915, une documentation de première main sur les événements8, tel que l’Album amicorum offert à Clare Jackson, l’infirmière de la Croix-Rouge américaine postée avec les petits Nancéiens à la colonie scolaire de Saint-Lunaire9.


Plusieurs dons émanant de personnalités prestigieuses viennent enrichir les collections de l’immédiat après-guerre : le comte de Mahuet10 donne 260 volumes ; la famille d’Alfred Mézières11, une quarantaine, la famille de Metz-Noblat12, 158, et la famille Edgar Noelinger13, 87. L’édition repart, et le nombre des acquisitions onéreuses augmente. Favier souhaite maintenant acquérir des nouveautés scientifiques et littéraires pour répondre à la frustration éditoriale du temps de guerre.

La protection des documents patrimoniaux

Dès le 8 octobre 1914, le conservateur tient à rassurer les membres du comité d’inspection : le camée de Saint-Nicolas-de-Port a été mis à l’abri, et les ouvrages les plus précieux sont prêts à être mis en caisses et évacués à la moindre alerte. Ces mesures de prudence tendent à paraître légères, vu la régularité et la densité des bombardements à laquelle la ville de Nancy est soumise à cette période14, mais le souci de ne pas paniquer la population par une évacuation massive, voire une fermeture complète de l’établissement, a pu guider cette décision15.

Le Camée dit alors « d’Hadrien » a été mis en sûreté dans un coffre loué par le collectionneur et ami de Favier, René Wiener16, à la Société nancéienne de consignations et de dépôts dès le 3 août 1914. Cette pièce inestimable est en effet propre à susciter la convoitise en cas d’occupation171. Favier, qui été témoin de quelques descentes prussiennes dans la bibliothèque publique en 1870, ne tient certainement pas à donner prise à l’ennemi.

Les « imprimés et manuscrits les plus rares et les plus précieux » ont quant à eux été mis à l’abri des bombardements, principalement des bombes incendiaires, dans les caves voûtées de l’hôtel de la Monnaie, rue Gustave Simon, siège des Archives départementales18. Les sous-sols en paraissaient-ils plus sûrs que ceux, pareillement voûtés, de la bibliothèque ? Fallait-il physiquement évacuer les documents d’un bâtiment qui était plus ou moins sur le trajet des « Taube », bien que les Archives ne fussent qu’à deux rues ?

Voir la carte interactive des bombardements.

Favier n’explique pas les raisons de son choix, sinon par un sentiment d’évidence.

Fin 1917, suite à la visite de M. Vidier, inspecteur général, des mesures sont prises pour envoyer à la Bibliothèque nationale 107 volumes manuscrits, 70 imprimés et 5 albums de dessins de Grandville19 dont la liste est soigneusement établie et pointée à l’aller et au retour.

Le choix de Favier se porte sur des œuvres qui, aujourd’hui encore, comptent parmi les plus précieuses de la bibliothèque : les livres d’heures enluminés, le Journal de Nicolas Durival, le traité de perspective de Viator, le manuscrit des écrits du roi Stanislas, les « Atours » de Metz, la Nancéide, les éditions originales de Grandville, la « Pompe funèbre » de Charles III par La Ruelle, trois traités de mathématiques de Gallimard, mais pas de Dom Calmet (probablement parce que les éditions en sont très répandues et aucune de la bibliothèque n’est particulièrement précieuse). 300 autres ont été emballés dans 17 caisses stockées au rez-de-chaussée. Le capitaine des pompiers est venu se rendre compte de ces préparatifs de sauvetage dans l’hypothèse d’une intervention rapide205.

En 1919, l’équipe est reconstituée, le budget de retour aux niveaux antérieurs, et l’afflux de lecteurs revient avec la rentrée universitaire. Favier fait mettre sous presse le deuxième supplément du catalogue de la bibliothèque municipale de Nancy au Catalogue général des manuscrits, qui contient notamment les manuscrits du Grand séminaire et ceux du fonds Masson-Cabasse donné en 1914 et traité pendant le conflit. La volonté de maintenir coûte que coûte la normalité du service, tant pour les lecteurs que pour le personnel, occupé à des tâches catalographiques, pourrait apparaître comme un signe de mise en retrait des événements, une volonté de s’abstraire du conflit. Cependant, la politique d’acquisitions montre à quel point les bibliothécaires sont soucieux de procurer à leur population des documents d’actualité, guides pratiques, essais politiques et philosophiques, témoignages littéraires, qui ne nient en aucune manière la réalité des faits. Ils constituent une collection qui est encore aujourd’hui à étudier, maintenant que nous connaissons les lectures des soldats au front21.


  1. Paul Cabasse, médecin, bibliophile et historien amateur vosgien. []
  2. Le catalogue en figure au deuxième supplément du Catalogue général des manuscrits, paru en 1924 dans le tome XLVI du CGM, nos 2158 à 2198. []
  3. Le Panorama de la guerre de 1914, Paris, Tallandier, 1914-1919, 8 vol. Cote 150 085 (1-3). []
  4. Maurice Genevoix, Sous Verdun, août-octobre 1914 ; préface d’Ernest Lavisse, Paris, Hachette, 1916, XXI-271 p. (Mémoires et récits de guerre). Cote 250 449 (2). []
  5. Henri Barbusse, Le feu : journal d’une Escouade, Paris, Flammarion, 1917, 376 p. Cote 256 316. []
  6. Seeing Nancy : a Guide for Americans with map, Metz, Société Erckmann-Chatrian, 1918, 48 p. Cote 2861. []
  7. Lorraine Sentinel, Nancy, 18 avril-13 juin 1919 (13 numéros). Cote 99 951 (11). []
  8. cf. Martine Poulain, « Les bibliothèques durant la grande guerre », dans Bulletin des bibliothèques de France, 2014, no 3, p. 114‑131. []
  9. Cote ms. 1775. []
  10. Il s’agit presque à coup sûr d’Antoine, comte de Mahuet (1866-1958), historien et continuateur du Répertoire des ex-libris et fers de reliure des bibliophiles lorrains, Nancy, 1933. []
  11. Alfred Mézières (1826-1915), professeur de littérature étrangère à la Sorbonne et homme politique (député, président du conseil général et sénateur de Meurhe-et-Moselle). Académicien français (1874). []
  12. Famille nancéienne de noblesse ancienne attachée aux ducs de Lorraine. []
  13. Personnalité actuellement non identifiée avec certitude. []
  14. Émile Badel, Les bombardements de Nancy : ville ouverte 1914-1918 : églises & monuments meurtris : les victimes, les dégâts, Nancy, Crépin-Leblond, 1919, 102 p. Cote 4 057. []
  15. Martine Poulain, op. cit., en fait mention dans d’autres villes. []
  16. René Wiener (1855-1939), libraire, éditeur, relieur d’art à Nancy. []
  17. Rapport annuel au ministre de l’Instruction publique, 1915. []
  18. Ibid. []
  19. Rapport annuel au ministre de l’Instruction publique, 1917. Reg. comité, 10.01.1918. []
  20. Ibid. []
  21. Benjamin Gilles, Lectures de poilus 1914-1918 : livres et journaux dans les tranchées, Paris, Autrement, 2013. []

La bibliothèque publique pendant la Première Guerre mondiale (1)

De 1914 à 1918, la Bibliothèque publique de Nancy accueille le public dans un environnement secoué par les bombardements et soumis à d’importantes difficultés d’approvisionnement. Dans ce premier billet, nous verrons comment la bibliothèque a réussi à rester ouverte malgré l’adversité. Un deuxième billet s’intéressera aux conditions d’acquisition et de conservation des collections pendant cette période troublée.

Étudier le fonctionnement de la bibliothèque municipale de Nancy pendant le premier conflit mondial revient à interroger la faculté d’adaptation d’un établissement culturel à vocation éducative très nette face à d’importantes difficultés d’approvisionnement, à l’insécurité menaçant régulièrement l’intégrité du bâtiment et des personnes, et à l’absence d’une majeure partie de son personnel et de son public.

Les sources utilisées dans cet article ont été puisées dans les archives de l’établissement. En premier lieu, il s’agit des rapports annuels rédigés par le conservateur de la bibliothèque, sur le fondement d’un formulaire imposé par le Ministère de l’Instruction publique. La série ne connaît pas d’interruption pendant le conflit, et elle a été archivée avec les brouillons, de sorte qu’il est aisé de suivre l’évolution de l’activité de la bibliothèque municipale de 1914 à 1920, 1914 et 1919 étant qualifiées a posteriori d’ « années normales ». En second lieu, les registres de délibérations du comité d’inspection et d’achats de livres témoignent d’une grande régularité dans la tenue des réunions et la rédaction des comptes-rendus, confiés au secrétaire annuel, à défaut au conservateur. Les statistiques proviennent de ces rapports et des registres d’entrées de livres, mis à disposition du public.

Registre d'inspection
Registre du fonds Cabasse, donné en 1914.

En revanche, la bibliothèque n’apparaît pratiquement pas dans la presse quotidienne locale, et pas du tout dans un ouvrage publié immédiatement après-guerre relatant la vie locale pendant le conflit, celui d’Armand Vogt1.


Le fonctionnement de la bibliothèque publique pendant la guerre


Les moyens


Le personnel

La bibliothèque est dirigée par Justin Favier, une personnalité du monde intellectuel local, depuis 31 ans. Il y est fidèlement secondé par Casimir Pèlerin, conservateur adjoint2. Favier a coordonné la réalisation et la publication des deux catalogues de référence des collections patrimoniales, le Catalogue du Fonds lorrain (1898, avec le concours des frères Pèlerin et des commis Hacquard et Lapointe, toujours en fonction en 1914) et le volume du Catalogue général des manuscrits concernant la Bibliothèque municipale de Nancy (1886) et son premier supplément (1904).

Lorsque l’ordre de mobilisation générale est donné, le 2 août 1914, trois des huit membres du personnel sont immédiatement mobilisés : Casimir Pèlerin, capitaine de réserve au 69e régiment d’infanterie, Arthur Bilmayer, troisième commis, lieutenant de réserve au même régiment, et Camille Mouze, appariteur, adjudant maréchal ferrant au 8e régiment d’artillerie. Les cinq autres, dont le conservateur Justin Favier atteint par la limite d’âge, et Arthur Pèlerin, bibliothécaire en second, en mauvaise santé, restent fidèles à leur poste le plus longtemps possible pendant la durée du conflit.

Mobilisation générale (source BMI Épinal)

Arthur Bilmayer, après une glorieuse blessure et la promotion au grade de capitaine, est mort au combat en Artois le 13 mai 1915. Lapointe, deuxième commis, avait perdu son fils, engagé volontaire à 19 ans, quelques jours plus tôt. A cette occasion se manifeste une compassion sincère de la part du comité d’inspection, qui s’associe à la douleur du père, et à celle de la veuve et la fille du commis3.

En mars 1917, après une assez longue interruption pour cause de maladie, le bibliothécaire en second Arthur Pèlerin, qui remplaçait son frère Casimir, mobilisé, en qualité d’adjoint du conservateur, demande à être mis à la retraite, ce qui lui est immédiatement accordé4. Bilmayer n’étant pas remplacé, les deux autres mobilisés encore sous les drapeaux, l’effectif est alors réduit de 50 %.

De nouveaux agents arrivent vers la fin du conflit : un commis, réformé de guerre, au printemps 1917, puis début 1918 un autre commis et un appariteur, ainsi qu’un jeune chartiste, Maurice Rousset, tout juste démobilisé5. Rousset part au mois d’octobre ; il est remplacé par Fernand Thirion. René Thiéry vient compléter le nombre des commmis et la fille de l’appariteur Ernest Sonntag entre dans l’effectif en qualité de concierge. En sa toute fin de carrière, Favier retrouve son adjoint et futur successeur Casimir Pèlerin et une équipe nouvelle, qui réclame semble-t-il quelques ajustements, mais apte et désireuse de se mettre au service des lecteurs.


Le budget

Le budget annuel de la bibliothèque, incluant les dépenses de personnel, s’élève à 38 240 Fr. en 1914. Il est par la suite relativement maintenu mais les nécessités économiques et les difficultés d’approvisionnement, tant en livres qu’en abonnements et en reliure, pèsent lourdement en 1917 et 1918. Les dépenses autres que le personnel se répartissent entre acquisitions de livres (30 %), abonnements (22 %), reliure (19 %) et autres frais (29 %).

Le budget 1918, réduit à 25 000 fr. n’est pas consommé entièrement. Le maire de Nancy a en effet réclamé de n’exécuter que les opérations budgétaires indispensables, et les bibliothécaires n’y voient guère d’inconvénient sur le moment. La paix retrouvée, ils ne manquent pas de réclamer un rattrapage des efforts consentis, en formulant pour 1919 une demande d’autorisation de dépenses à hauteur de 37 289, 99 Fr. (ce montant prévoit la rémunération en année incomplète d’un troisième commis et d’un second appariteur)6.


Le bâtiment

La Bibliothèque connaît quelques dommages, mais a été bien préservée par rapport aux maisons de la rue Gambetta, au lycée, situé juste derrière, et surtout à la Bibliothèque universitaire, incendiée le 1er novembre 1918, selon le constat dressé à la fin du conflit7.

« Dans la nuit du 16 au 17 juin 1917, un obus, tombé rue Gambetta devant la chapelle du Lycée, a brisé les vitres d’une quarantaine de nos fenêtres ; et quelques éclats ont légèrement éraflé les dos de quatre ou cinq volumes)8.

Le 12 août [1918], une bombe incendiaire est tombée sur la maison no 34 de la rue Gambetta, à 12 mètres de la Bibliothèque qui a couru le plus grand danger pendant tout le temps qu’a duré le feu. Nous en avons été quittes pour des dégâts, sérieux, il est vrai, mais qui n’atteignirent pas nos collections. Nos fenêtres de la rue de la Visitation ont été en grande partie démolies ; nos salles situées de ce côté ont été remplies de gravats et de décombres projetés par l’explosion et notre toiture a été tellement endommagée qu’il a fallu remettre à neuf plus de la moitié du toit de l’aile gauche.

Huit jours après, une torpille éventrait celui des bâtiments du Lycée qui est le plus rapproché de nous et par son explosion, faisait voler en éclats une grande partie de nos vitres sur la rue Gambetta et la place Dombasle. »9.

Image extraite de Nancy sous les obus, images de guerre (cote 80 329 (36))


L’accueil du public

L’établissement est largement ouvert dans l’année ; il ne compte que dix jours de fermeture à Pâques, à compter du samedi saint, et 3 jours fin septembre. L’année commence le 1er octobre : les séances quotidiennes s’étendent alors de 9 h à 22 h jusqu’au 31 juillet, avec une moyenne de 400 lecteurs par jour, ce qui est considérable pour une bibliothèque d’étude. Pendant l’été, la bibliothèque n’est ouverte que le matin, de 9 h à midi. Les statistiques de prêt et de fréquentation montrent que le rythme ordinaire de la bibliothèque est très saisonnier : au bourdonnement des mois d’hiver succède un courant plus apaisé, puis une décrue franche pendant l’été. En 1913, on avait compté 96 308 lecteurs annuels.

La première mesure prise pendant la conflit est la réduction des horaires d’ouverture en saison haute, introduisant une pause méridienne et une fermeture à six heures du soir, essentiellement pour compenser le départ des trois agents mobilisés. La fréquentation des derniers mois de 1914 se ressent à la fois de la désaffection du public, dans une ville cernée dès les premiers jours d’août par l’armée allemande, et sous le coup de bombardements, et de cette diminution du service. Le flux journalier de lecteurs tombe à 13 jusqu’au 1er octobre, remonte à 114 ensuite, soit le quart de la fréquentation habituelle.

Maintenir la bibliothèque ouverte aux lecteurs est une mission cruciale. Mais les usagers sont loin de fréquenter assidûment les locaux. Les étudiants et lycéens qui n’ont pas été mobilisés sont rentrés chez leurs parents, ou ont été évacués, tout comme les enseignants. Les représentants de professions libérales (avocats, médecins), les magistrats, fonctionnaires et savants constituant le reste du public sont eux aussi requis à d’autres tâches.

Le règlement intérieur s’adapte aux circonstances. Le prêt à domicile est ouvert à titre exceptionnel aux élèves (féminines) de l’École normale d’institutrices de la Meuse, transférée à Nancy pour la durée du conflit10. Début 1919, l’emprunt est ouvert aux étudiants : « en raison de la destruction d’une partie de la Bibliothèque universitaire et sur la demande des professeurs de la Faculté des lettres, demande présentée et appuyée par M. Souriau11, le Comité décide de faire bénéficier les étudiants de cette Faculté du prêt des livres, sous réserve que celui-ci ne se fera qu’au vu de bulletins spéciaux revêtus de la signature d’un professeur. »12

En 1917, six semaines de fermeture sont déplorées en raison, non pas des bombardements, mais d’une panne du calorifère, la température intérieure étant descendue à 10° en janvier et février131. La pénurie de matières premières aidant, la bibliothèque ferme à 4 h de l’après-midi à partir du mois d’octobre, afin d’économiser éclairage et combustible. L’étiage de fréquentation se situe en 1918, où moins de 10 000 lecteurs ont franchi les portes de la bibliothèque, soit 10 % d’une année d’avant-guerre.

Registre de fréquentation de la bibliothèque
Registre de fréquentation de la bibliothèque

Le véritable relèvement a lieu en 1919. La rentrée universitaire, soit le retour des professeurs et étudiants, donne un véritable élan à la fréquentation. Les horaires d’avant-guerre sont rétablis le 15 mai, lorsque l’équipe est au complet.


Les activités internes

L’avis du Ministère de l’Instruction publique à la lecture du rapport 1913 témoigne de préoccupations d’améliorations bibliothéconomiques et matérielles, en passant à la numérotation continue des nouvelles acquisitions, ce qui impliquerait l’abandon des séries thématiques héritées du xixe siècle, et en aménageant un nouveau magasin dans « les salles qui se trouvent au premier et au deuxième étage d’une des ailes du bâtiment. »14.

Pendant le conflit, désespérés devant leur salle de lecture vide et glaciale, les quelques employés de la bibliothèque trouvent à s’occuper dans des tâches catalographiques. Celles-ci cependant ne peuvent être que simples, les cadres intermédiaires manquant à l’appel. C’est pourquoi le temps est rempli par la transcription intégrale des prénoms sur les fiches auteurs pour réduire les homonymies15.

Article Est Républicain mars 1917
Coupures de presse dans le registre de fréquentation de la Bibliothèque, mars 1917.

Une salle de lecture ouverte aux usagers n’est rien sans la mise à disposition de documents. La suite de cet article montrera comment les bibliothécaires se sont employés à enrichir et sauvegarder les collections, courantes et patrimoniales, entre 1914 et 1918.

  1. Armand Vogt, Nancy pendant la guerre, 1914-1918, d’après les documents officiels, Nancy, Grandville, 1921, vi-385 p. Cote 50 749. []
  2. Casimir Pélerin (1867-1928). Entré commis à la bibliothèque en 1891. Il obtient en 1905 le certificat d’aptitude aux fonctions de bibliothécaire municipal. Il est le père de Jean Lionel-Pèlerin (1901-1954), maire de Nancy (1947-1953) et sénateur de Meurthe-et-Moselle. []
  3. Registre du comité d’inspection et d’achat des livres (dorénavant reg. comité), séance du 3.06.1915 (p. 192). []
  4. Reg. comité, 1.03.1917. []
  5. Maurice Rousset (1884-1931), alors conservateur des archives, de la bibliothèque et du musée de Lunéville. Il quitte la bibliothèque municipale de Nancy au bout de six mois pour aller diriger les archives départementales de la Corrèze (1919-1922) puis celles de la Meuse. Sur sa brève carrière, voir Henri Courteault, « Maurice Rousset », dans Bibliothèque de l’École des Chartes, no 92, 1931, p. 437-438. []
  6. Rapports annuels au Ministre de l’Instruction publique 1916, 1917 et 1918. []
  7. Voir le bilan dressé par Émile Badel, Les bombardements de Nancy : ville ouverte 1914-1918 : églises & monuments meurtris : les victimes, les dégâts, Nancy, Crépin-Leblond, 1919, 102 p. Cote 4 057. []
  8. Voir aussi reg. comité, 5.07.1917. []
  9. Rapport annuel au ministre de l’Instruction publique, 1918. []
  10. Reg. comité, 6.10.1915. []
  11. Paul Souriau (1852-1926), professeur de philosophie à la faculté des lettres de Nancy et adjoint au maire chargé de la bibliothèque. []
  12. Reg. comité, 6.03.1919. []
  13. Rapport au ministre de l’Instruction publique, 1917. []
  14. Reg. comité, 4.06.1914. []
  15. Rapport au ministre de l’Instruction publique, 1917. []

Roméo, Juliette, Gigola et Sommariva

Une exposition consacrée à la naissance du romantisme en Italie, au musée Poldi Pezzoli de Milan (25 octobre 2018-19 mars 2019) est l’occasion d’étudier plus précisément un ouvrage rarissime, la Storia di due nobili amanti, illustré par Giovanni Battista Gigola au début du xix e siècle.

L’une des plus belles histoires d’amour de tous les temps

C’est en 1530 que Luigi da Porto, un écrivain de Vicence, compose l’Historia novellamente ritrovata di due nobili amanti qui décrit l’amour fatal que se portent Juliette Capulet et Roméo Montaigu. Si l’intrigue est ancienne – on peut la faire remonter au mythe de Pyrame et Thisbé –, les motifs principaux sont fixés dans le Décaméron de Boccace (vers 1350) puis dans Mariotto et Ganozza de Massucio Salernitano (1467). Mais c’est da Porto qui baptise définitivement les personnages, développe la rivalité entre les familles véronaises et introduit le sort final des deux amants.

Storia di due nobili amanti, détail : le bal où Roméo et Juliette se rencontrent pour la première fois

Son texte connaît une diffusion internationale : Pierre Boistuau l’adapte en français en 1559 dans les Histoires tragiques, et l’Anglais Arthur Brooke, qui a lu Boistuau, en tire en 1562 The Tragical History of Romeus and Juliet. Ce conte est la source principale de l’œuvre de Shakespeare, publiée pour la première fois en 1597.

A la fin du xviii e et au début du xix e siècle, les romantiques remettent au goût du jour cette histoire médiévale et tragique, propre à enflammer les imaginations1. Il n’est donc pas étonnant que le milieu à la mode dans lequel évolue G. B. Gigola s’y intéresse.

Un joyau de la miniature du xix e siècle

Le texte de Luigi da Porto, publié par Bindoni dans le premier tiers du xvi e siècle, fait l’objet d’une réédition sur les presses de l’imprimerie impériale de Milan en 1819. L’édition comprend 7 exemplaires imprimés sur parchemin et enrichis d’ornements et de miniatures dans le goût “troubadour” destinés à des personnalités et bibliophiles italiens et anglais.

Reliure maroquin rouge avec ornements aux petits fers sur les plats, dentelles et petits filets dorés à l’intérieur, dans un étui en veau brun.

 

L’ouvrage est mince, 38 feuillets, et de petit format (23,5 × 14 cm). L’édition comporte un avis au lecteur, orné dans notre cas. Une dédicace manuscrite rehaussée d’un portrait médaillon du comte Sommariva, le suit.

Storia di due nobili amanti, détail : dédicace

 

Les décors sont rehaussés d’or. Très délicate, l’enluminure témoigne d’un souci archéologique dans la représentation des éléments architecturaux et des costumes, alors que les visages et les expressions corporelles sont tout à fait “modernes”.

Les scènes peintes diffèrent dans chaque exemplaire. Celui de la bibliothèque de Nancy comprend :

  • p. 14 : le bal où Roméo et Juliette se rencontrent pour la première fois ;
  • p. 20 : le franciscain Leonardo marie les deux amants en secret ;
  • p. 22 : duel de Roméo et de Tébaldo ;
  • p. 28 : Capeletto veut forcer Juliette à se marier ;
  • p. 40 : Juliette prétendue morte est portée en cortège au caveau de ses ancêtres ;
  • p. 42 : désespoir de Roméo découvrant le corps de Juliette ;
  •  p. 48 : réveil et désespoir de Juliette découvrant le corps de Roméo ;
  • p. 54 : les deux familles réunies devant les dépouilles des amants.

Storia di due nobili amanti, détail : désespoir de Roméo découvrant Juliette morte

 

L’artiste est Giovanni Battista Gigola (1767-1841). C’est un portraitiste et miniaturiste formé à Milan et à Rome. Favorable aux idées révolutionnaires, il rejoint Paris sous le Consulat ; on le voit exposer aux salons de 1802 et 1804. Il s’agit d’une époque de choix pour la miniature, dont témoigne le très grand succès dont jouit le Lorrain Jean-Baptiste Isabey (1757-1865) avant, pendant et après la Révolution 2. Les spécialistes ne s’accordent pas sur la présence de Gigola dans l’atelier parisien d’Isabey, bien qu’une historiographie ancienne l’ait fait penser3. De retour à Milan, il travaille pour le vice-roi d’Italie Eugène de Beauharnais, beau-fils de Napoléon Ier (1781-1824, vice-roi d’Italie de 1805 à 1814), dont il peint le portrait, conservé au Musée Marmottan Monet à Paris.

Une provenance illustre

A Milan, bien introduit dans le milieu pro-français, Gigola côtoie le comte Giambattista Sommariva (v. 1760-1826).

Cet avocat qui a fait fortune en faisant des affaires avec l’occupant a été le directeur de la république cisalpine (1799), puis est tombé en disgrâce aux yeux de Napoléon et des Milanais. Pour se refaire une réputation, il se consacre alors à réunir une magnifique collection d’œuvres d’art répartie dans ses nombreuses résidences en Italie et en Europe, dont la célèbre « Villa Carlotta » à Tremezzo sur les bords du lac de Côme4. C’est sans doute l’un des plus grands mécènes de son époque, qui commande des œuvres aux plus grands artistes de son temps : Prud’hon, Girodet, David, et surtout Canova.

Storia di due nobili amanti, détail : Juliette prétendue morte est portée en cortège au caveau de ses ancêtres

 

Sommariva a l’idée de réaliser un catalogue de sa collection en forme de miniatures sur émail, travail confié à Gigola. L’artiste réalise également des miniatures à son intention (L’Amour et le Temps et Nymphe piquée d’une flèche selon le catalogue de vente de la collection). Rien d’étonnant alors à ce que le miniaturiste lui fasse don de son propre exemplaire de la Storia di due nobili amanti. Bien que la collection de Sommariva soit vendue aux enchères après sa mort5, le livre demeure la propriété de son fils, Louis Gaétan, puis de la veuve de celui-ci, Catherine Thérèse Emilie Sellière, comtesse Sommariva, qui le lègue avec toute sa bibliothèque à la ville de Nancy après sa mort en 1888.

Storia di due nobili amanti, détail : les deux familles réunies devant les dépouilles des amants

 

Cinq autres exemplaires ont été localisés à ce jour : celui du grand-duc de Toscane à la Bibliothèque nationale de Florence6, celui du marquis de Trivulzio et celui de J. Poldi Pezzoli à la Biblioteca Trivulziana à Milan7, celui du comte Archinto à la Bibliothèque universitaire de Pavie8, et celui du comte de Spencer à la John Rylands Library de l’université de Manchester9. Celui offert à lord Gwydir n’a pas été localisé10.

Si les ouvrages imprimés sur parchemin sont recherchés des collectionneurs11, l’édition créée par Gigola et ses mécènes est d’un intérêt tout à fait majeur, à la fois pour l’étude du goût troubadour et pour les mécaniques de création d’un ouvrage de bibliophilie au début du xixe siècle.

  1. “romantique” vient du terme “roman”, ces textes médiévaux écrits en langue vulgaire (romane) et non en latin. []
  2. Alain Pougetoux, Bernard Chevallier, Blandine Chavanne (éd.), Jean-Baptiste Isabey : 1767-1855 : portraitiste de l’Europe, Paris, Réunion des musées nationaux, 2005, 172 p. []
  3. Nathalie Lemoine-Bouchard, Les peintres en miniature actifs en France : 1650-1850, Paris, Éd. de l’Amateur, 2008, 567 p. []
  4. Francis Haskell, De l’Art et du goût, jadis et naguère, Paris, Gallimard, 1989, 510 p. (« Bibliothèque illustrée des histoires ». []
  5. Catalogue de la galerie du comte de Sommariva, comprenant la collection de tableaux de l’école d’Italie,…, Paris, [s.n.], 1839. []
  6. cote RARI.B.R. 128. []
  7. cotes Triv. G. 20, numéro d’inventaire 4386 et cote Triv. E. 22, numéro d’inventaire 21923. []
  8. cote MISC. 8. – T. 419 n. 22, no inventaire 145 133. []
  9. cote Spencer 18189. []
  10. Un ouvrage de 2002, Chiara Parisio, Giulietta e Romeo nella illustrazione di Giovanni Battista Gigola per Ferdinando III d’Asburgo-Lorena, Grafo edizioni, Brescia, 2002, que nous n’avons pu consulter, indique en connaître quatre seulement. []
  11. Voir notamment les répertoires de Joseph Van Praet immédiatement postérieurs : Joseph Van Praet, Catalogue des Livres imprimés sur vélin de la Bibliothèque du Roi, Paris, De Bure, 1822, et Catalogue de livres imprimés sur vélin: qui se trouvent dans des bibliothèques tant publiques que particulières…, Paris, De Bure frères, 1824. []

Françoise de Graffigny et Nicolas Durival

Lors de la poursuite de notre enquête sur les lectures de Nicolas Durival est apparue de manière inattendue la figure littéraire  de Françoise de Graffigny. Par l’intermédiaire de François-Antoine, dit Panpan, Devaux, elle rencontre Durival à l’époque de son secrétariat auprès du chancelier de Lorraine. Pétri d’admiration pour son talent, Nicolas Durival en fait sa principale pourvoyeuse de livres et de nouvelles politiques. Une trop grande disparité sociale et intellectuelle empêche cependant une véritable relation d’amitié de se nouer.

Contrairement à ce que l’on pouvait penser de prime abord, les notations du Journal relatives à l’achat et à la lecture de livres par Nicolas Durival sont absentes. S’il se montre particulièrement précis sur les pièces de théâtre qu’il voit à la Comédie de Nancy et sur les dissertations lues ou écoutées en séance de l’Académie royale, il ne dit pas un mot de ses découvertes et de ses goûts littéraires. Il fallait donc porter le regard ailleurs : soit dans son œuvre (l’article précédent en montrant des aperçus), soit en exploitant la bibliographie rassemblée sur le personnage.

Comme souvent, c’est une citation qui nous met sur la piste prometteuse de Mme de Graffigny1 :

Tu es admirable avec tes commissions pour Durival. Tu crois donc que je puis avancer deux louis au moins par semaine ? J’ai bien de la peine à être exacte sur les nouveautés que je t’envoie parce qu’il faut les payer comptant, qu’elles sont hors de prix, et voilà encore pour Durival que tu me demandes pour plus de deux louis. Sais-tu bien que les Malheurs de l’amour coûtent six francs ? […] Tout est hors de prix. Ces misérables Chars que j’envoyais hier coûtent quarante sols. Tu seras surpris de tes mémoires, je t’en réponds. Insinue doucement à ton Durival d’écrire à Verdun. Il me donnera de l’argent qu’il lui rendra en Lorraine, et les commissions ne me tourmenteront pas et seront bientôt faites.

Françoise de Graffigny s’y adresse à son âme sœur et confident de toute une vie François (dit Panpan) Devaux. On y lit qu’elle sert manifestement de courtier en libraire pour Nicolas Durival. Quelles sont les relations entre ces trois personnages ? Le dépouillement systématique de l’abondante correspondance échangée entre Mme de Graffigny et Devaux nous en apprendrait-il davantage sur les livres acquis et lus par Nicolas Durival ?

Mme de Graffigny, Devaux et Durival

Françoise de Graffigny (1695-1758) est une femme de lettres d’origine lorraine dont la carrière se déroule dans les salons parisiens après le départ de la cour de François III. À Devaux, resté en Lorraine, elle raconte dans une correspondance quasi-quotidienne ses relations dans le monde littéraire et ses vicissitudes d’écrivain. Assidue au salon de Mme Quinault, elle y rencontre quantité de beaux esprits du temps : Buffon, Réaumur, Piron, Montcrif ou encore Marivaux et l’abbé Prévost pour les plus célèbres. Familière de l’écriture épistolaire et de la poésie de salon, elle écrit des romans et pièces de théâtre dont les Lettres d’une Péruvienne (1747), qui lui apportent la gloire, et Cénie (1750).

Portrait de Mme de Graffigny; Par D'Agoty d'après Garand.
Portrait de Mme de Graffigny; Par D’Agoty d’après Garand.

François-Antoine Devaux (1712-1796), d’origine plus modeste, conjugue un certain talent de poète et littérateur de salon à la nécessité d’exercer un office pour vivre — à l’époque, receveur des finances à Lunéville. À coté de la gazette littéraire et curiale, sa correspondance avec « Abelle » est d’ailleurs parsemée de questions et conseils des deux côtés pour gagner sa vie et investir au mieux. Panpan Devaux est légataire universel des papiers de sa grande amie. A sa mort, il les transmet à Louise-Elisabeth Dufresne, qui n’est autre que la belle-soeur de Nicolas Durival, épouse de son frère Jean-Baptiste2, signe d’une proximité avec les Durival.

C’est le 11 novembre 1743 que Devaux mentionne pour la première fois à Mme de Graffigny l’existence de Nicolas Durival : elle peut utiliser le truchement de celui qui est alors l’un des deux secrétaires du chancelier de Lorraine Antoine-Martin Chaumont de La Galaizière (1697-1783) pour faire parvenir à son ami des fils d’argent qu’il souhaite offrir en cadeau3. Ce rôle de facteur d’ouvrages et menus objets entre Devaux et Mme de Graffigny est rempli par Durival tout au long de leurs relations, jusqu’au départ de ce dernierl pour l’office de greffier en chef du conseil d’État et secrétaire du conseil royal des finances4.

En décembre de la même année, Devaux informe Mme de Graffigny que Durival accompagne le chancelier à Paris et lui recommande de l’accueillir à dîner. Cette première visite laisse manifestement au Lorrain une forte impression5. Son admiration pour l’écrivaine ne se dément plus, et un profond respect imprègne toutes les commissions qu’il donne par la suite à Devaux pour elle.

Dès lors s’installe une relation à trois où Durival joue les intermédiaires pratiques en raison de sa position auprès du chancelier. Nicolas Durival a des rapports d’ordre amical avec Devaux  : ils dînent ensemble assez familièrement6, vont pique-niquer7, semblent s’entretenir très souvent de politique et de littérature, et surtout s’échangent des livres. Mme de Graffigny conseille aussi à son ami de recourir aux services de Durival pour obtenir des renseignements favorables sur sa carrière8. Une sincère affection semble les lier : Devaux s’inquiète d’une maladie grave de Durival en 17479, et Durival fait tuer un chien qui a mordu Devaux10.

Portrait de Devaux
Portrait de Devaux

L’écrivaine parisienne de son côté se résout à en passer par le secrétaire pour faire acheminer lettres et colis à Devaux à moindre coût, mais la construction de sa relation avec Durival est particulièrement lente et semble uniquement liée au fait que cela fait plaisir à Devaux. Elle le reçoit à dîner à chacun de ses voyages à Paris, essentiellement pour lui confier de nouveaux colis. Elle l’utilise comme agent de renseignement à propos de ses biens lorrains11. Après être passé par Devaux avec bienséance, Durival s’enhardit à lui écrire directement, ce qui paraît l’indisposer12. Il lui demande des livres, toujours des livres, et lui envoie en échange des confitures de Bar, dont Mme de Graffigny est friande, très onéreuses et introuvables à Paris, tant pour elle que pour offrir en cadeau. S’ensuit une comptabilité minutieuse où le montant des ouvrages le dispute au nombre de pots de confiture jusqu’à ce que, excédée par ces calculs, l’auteur des Lettres péruviennes lâche13 :

« tout ce que j’ai envoié de livre à Durival, je lui en fais don. Il ne me doit que les feuilles et ce qui a passé par tes mains. »

Consciente de la dépendance dans laquelle Devaux et Durival sont des nouvelles et des ouvrages qu’elle leur fait parvenir, et probablement de la vague jalousie ressentie par Durival devant la complicité qu’elle entretient avec « son Panpichon », Françoise de Graffigny en joue parfois, faisant remarquer à Devaux que le secrétaire est le seul à lui avoir fait « un petit compliment » de sa nouvelle Azerolle14, ou déroutant exceptionnellement un envoi du Journal de Trévoux par l’abbé de Solignac15 pour ne pas que Durival le lise avant Devaux16. Elle va même au-delà à propos d’Azerolle, en menaçant Devaux de l’obliger à donner à son ami nancéien l’exemplaire qu’elle a fait relier de maroquin jaune à son intention pour peine de l’avoir montré à Durival qui a réclamé un exemplaire identique depuis17.

Au gré des lettres passent des quantités impressionnantes de livres demandés, reçus, égarés, retrouvés. Quelles sont les demandes de Nicolas Durival ?

Un lecteur avide de nouveautés

Parmi tous les titres évoqués dans la correspondance entre 1744 et 1755, une cinquantaine d’œuvres ont à coup sûr été fournies à Durival par Mme de Graffigny, et quelques-unes ont transité du secrétaire à l’écrivaine18. Plus de la moitié d’entre elles ont été demandées en 1746-1747.

Durival est friand de « nouveautés », tant en littérature qu’en histoire et philosophie, dont il a connaissance soit par la conversation (avec Devaux, la cour, les informations transmises par Mme de Graffigny elle-même), soit par les journaux, que la comtesse essaie de faire parvenir à ses amis lorrains avec régularité (Le Mercure françois, le Journal de Trévoux). Cependant, il lui arrive de réclamer des ouvrages plus anciens que Mme de Graffigny peine à se procurer19.

Les ouvrages sont de genre varié :

  • 15 pièces de théâtre, recueils ou feuilles périodiques (Almanach des théâtres), principalement de Destouches et de Boissy ;
  • 9 romans
  • 6 ouvrages historiques
  • 6 ouvrages de philosophie
  • 4 recueils de poésie
  • 1 ouvrage de politique
  • 1 ouvrage scientifique

Il est intéressant de noter que les manuscrits circulent facilement en cette période. Durival est chargé de corriger les oeuvres du roi Stanislas Le Combat de la volonté et de la raison et Le Philosophe chrestien20, mais il a aussi accès au manuscrit de Phaza, que Mme de Graffigny fait tenir à Devaux21, à celui de Semiramis de Voltaire22, par l’intermédiaire de la marquise de Boufflers, et on lui a promis aussi celui d’Arsace et Isménie de Montesquieu23.

Deux tiers des ouvrages font l’objet d’une demande explicite de la part de Durival à Mme de Graffigny, soit directement par courrier, soit auprès de Devaux. Plusieurs sont demandés ou envoyés d’autorité en deux ou plus d’exemplaires, dont l’un est réservé à Durival. Cela peut expliquer en partie pourquoi Mme de Graffigny est souvent indécise dans ses comptes : tel ouvrage destiné à Devaux a atterri entre les mains du chancelier, Durival lui en demande un exemplaire pour lui-même, Devaux cherche le sien… L’échange de livres est fluide entre Devaux et Durival, ils se font profiter l’un l’autre de leurs trouvailles et discutent entre eux des mérites des œuvres.

Toujours à la recherche des livres de Nicolas Durival, nous avons compté que six titres parmi ceux demandés à Mme de Graffigny figurent au catalogue de la Bibliothèque publique fondée par le roi de Pologne en 1766 : Le Spectateur ou le Socrate moderne, feuille périodique, Le Contrôlleur du Parnasse de Destrées,  Jugemens sur quelques ouvrages nouveaux… de l’abbé Desfontaines, Nouvel abrégé chronologique de l’histoire de France du président Hénault revu par Prault, Histoire du Stadhouderat de l’abbé Raynal. Ces ouvrages couvrent deux thématiques dont on sait qu’elles suscitent l’intérêt de Durival : le théâtre et l’histoire.

Dix de plus figurent aujourd’hui dans les collections, dans une édition plausiblement identique à celle probablement reçue par le secrétaire du chancelier via l’écrivaine parisienne. Malheureusement, ils ne portent pas de marque de provenance, et sont dépourvus au catalogue de la mention latine « ex dono domini Durival… » repérée sur d’autres références.

Il faudrait poursuivre l’enquête dans la bibliothèque de Panpan Devaux, puisque l’un des ouvrages mentionné dans sa correspondance avec Mme de Graffigny, figurant également dans les collections de la bibliothèque, porte effectivement l’ex-libris du poète de cour24.

Mention manuscrite de Devaux "Panpan"
Mention manuscrite de Devaux “Panpan”

Portrait de Durival par deux « personnes d’esprit »

Les lettres échangées par Mme de Graffigny et Devaux dressent un portrait de Durival où se mêlent l’affection et la raillerie. Il se dessine ainsi une personnalité d’intellectuel provincial au maintien incertain, à l’éducation indéniable mais non policée, aussi gauche physiquement que dans les relations courtoises de salon. Mme de Graffigny est la plus incisive, sans doute aussi parce que son caractère s’emporte facilement, comme le montrent ses lettres pleines d’excès en tous genres. Devaux la prévient avant sa première rencontre avec Durival25 :

« [Durival] meurt d’envie de vous voir. Je vous prie de le recevoir agréablement pour l’amour de moy. C’est une grande fluste assez maussade qui parle barisien comme un ange, qui a peu de monde et un ris assez niais, mais qui a beaucoup d’esprit, meme de bon et de celuy que vous aimés. C’est une machine a raisonnement. Philosophés un peu ensemble : vous en serez contente. »

Le personnage est campé, et l’opinion de Mme de Graffigny ne dérogera pas de ce portrait qu’elle confirme dans une lettre suivante26 :

« Ton grand flandrin vint. Je le reçu comme un député de mon Panpichon. Dieu sait la belle mine que je lui fis. Il ne resta guère et je ne le verai plus. Il me paroit avoir effectivement de l’esprit, mais dans l’emvelope lorraine. »

Elle est prompte à se plaindre de « négligence »27 dès que courrier et colis sont en retard, trouve le secrétaire rêveur28, mais surtout, elle ne lui passe rien : dès qu’il parle, il est « disserteur intolérable »29, et l’ennuie30 dès qu’il lui demande quelque chose, il la « tourmente »31. C’est un pauvre diable32, une bête qui se prend pour un homme de goût33, et qu’elle cherche parfois à éviter34.

Cependant elle lui fait globalement confiance comme intermédiaire : « du tems de Durival cela n’arrivoit pas. » fait-elle remarquer à Devaux en 175135 alors que le secrétaire est devenu greffier en chef et ne peut plus superviser les échanges. Maintes fois elle lui fait par l’entremise de Devaux des protestations d’amitié, surtout quand elle a besoin de lui36. Les jeunes frères de Nicolas Durival, Jean-Baptiste et Claude, lui sont adressés et elle a le goût de les trouver agréables « mais pas autant que [leur] frère »37.

Ce que Mme de Graffigny reproche avant tout à Nicolas, c’est sa pédanterie, confirmée par plusieurs témoignages directs et indirects. « Ah, que son goût pour les livres le sert mal ! » remarque-t-elle judicieusement assez tôt dans leur relation38. Les exemples abondent dans la correspondance : il prend « des fautes d’impression évidentes pour des fautes de l’auteur »39, il se permet de critiquer la dramaturgie de Voltaire dans La Mort de César40, il fait des contresens sur un « ton de connoisseur »41.

Surtout, début 1750, il fait une bourde énorme et devient la risée de la cour de Lunéville, et, par ricochet, de Mme de Graffigny et des gens du monde dont elle est entourée. L’arrivée du comte de Tressan dans l’entourage de Stanislas s’est accompagnée d’un assaut poétique, littéraire et savant qui fait les délices des courtisans. Devaux, qui a sa petite réputation, se voit gratifié par Tressan d’une épître, à laquelle il imagine de répondre avant même de l’avoir lue. Il rédige donc, et lit devant Durival et d’autres, une épître « à Tressanius ». Nicolas Durival, paraît-il, demande alors innocemment de quel savant étranger on parle…42

Ainsi est dressé le portrait d’un homme avide de connaissance mais maladroit dans ses relations avec un milieu auquel il rêve manifestement d’appartenir. Durival a trouvé en Mme de Graffigny l’un des courtiers qui peut lui procurer les ouvrages de Paris qu’il attend, et qu’il est heureux d’obliger. On le voit dans la proximité de Devaux avoir accès aux ouvrages en préparation de Voltaire et Montesquieu, qui sont des personnages considérables même en dehors de la cour de Lunéville. Enfin, son goût pour le théâtre et l’histoire, apparent dans son Journal et dans son œuvre historique, se trouve confirmé par le type de livres recherchés.

  1. Correspondance de Mme de Graffigny, E. Showalter (éd.), Oxford, The Voltaire Foundation, Taylor institution, 1985, t. VIII, lettre 1125, 6 mars 1747, p. 275 (désormais « CG » ; cité par F. Bessire, « Françoise de Graffigny », Revue de la BNF, n° 39, 2012, p. 28-37. []
  2. Victor Jacques, « Cérutti et le salon de la duchesse de Brancas à Fléville (1778-1784) », Annales de l’Est, 1888, p. 324-374. []
  3. CG, t. III, no 615 n 33. — Les notes de l’édition de la correspondance comprennent souvent des extraits de lettres de Devaux qui trouvent ainsi un début d’édition. []
  4. CG, t. XII, no 1733, 13 juillet 1751. []
  5. CG, t. IV, no 632, 24 décembre 1742. []
  6. CG, t. V, no 640, 10 janvier 1744. []
  7. CG t. IX, no 1364, 22 février 1749. []
  8. CG, t. VIII, no 1209, 24 septembre 1747 ; t. X, no 1392, 30 avril 1749, répété par la lettre no 1442, 23 août 1749 []
  9. CG t. VIII, no 1111, 3 février 1747. []
  10. CG t. XIII, no 1916, 7 septembre 1752. []
  11. CG t. XII, no 1849, 5 avril 1752. []
  12. au moins en 1745 CG t. VI no 853, 2 juin ; trois lettres en 1746, CG, t. VIII, no 1038, 17 août : « Mais pourquoi m’écrit-il tant ? ». []
  13. CG t. VII, nos 969, 970, 972, 973, 8 au 18 mars 1746. []
  14. CG t. VII, no 937, 26 décembre 1745. []
  15. Pierre-Joseph de La Pimpie, chevalier de Solignac (1687-1773), secrétaire personnel du roi Stanislas et premier secrétaire général de l’Académie royale. []
  16. CG t. IX, no 1266, 5 juillet 1746. []
  17. CG. t. VII, no 947, 16 janvier 1746. Quelques semaines plus tard, le 4 février, elle rassure Devaux sur sa préférence : « Il a eu beau m’envoier des confitures, il n’aura pas un pareil livre que le tien. (…) Il me semble que je t’aurois fait une infidélité si j’avois consenti à sa prière. ». []
  18. Des Recherches historiques. CG, t. X , no 1553, 27 mai 1750 ; Voltaire, Annales de l’Empire, Bâle [Colmar : Schöpflin], 1753. CG t. XIV no 2112, 20 mai 1754. []
  19. Louis Fuzelier, Momus fabuliste ou Les Noces de Vulcain, Paris : Veuve Ribou, 1720. CG, t. VIII, no 1129, 22 mars 1747. []
  20. CG, t. IX, no 1374, 19 mars 1749. []
  21. CG, t. IX, no 1376, 22 mars 1749 « s’il veut se taire ». []
  22. CG, t. IX, no 1481, 2 décembre 1749. []
  23. CG, t. VIII, no 1171, 28 juin 1747. []
  24. P.-F.G. Desfontaines, Histoire des révolutions de Pologne depuis le commencement de cette monarchie jusqu’à la mort d’Auguste II. Par l’Abbé Desfontaines, s.l.n.d., cote 300 860 (1-3). []
  25. CG, t. IV, no 629 n 22. []
  26. CG t. IV, no 632, 24 décembre 1743. []
  27. CG t. X, no 1502, 25 janvier 1750. []
  28. CG t. XI, no 1630, 19 novembre 1750. []
  29. CG t. VI, no 787, 25 décembre 1744. []
  30. CG t. VI, no 821, 15 mars 1745. []
  31. CG t. VI, no 846, 14 mai 1745. []
  32. CG t. VII, no 953, 30 janvier 1746. []
  33. CG t. VII, no 1025, 17 juillet 1746. []
  34. CG t. IX, no 1299, 22 septembre 1748 : « ne dis point à Durival que je suis à Paris. » []
  35. CG t. XII, no 1769, 5 octobre 1751. []
  36. CG t. VII, no 1008, 6 juin 1746. []
  37. CG t. X, no 1511, 15 février 1750. []
  38. CG t. VI, no 853, 30 mai 1745. []
  39. Ibid. []
  40. CG t. VII, no 1025, 17 juillet 1746. []
  41. CG t. XI, no 1623, 3 novembre 1750. []
  42. CG t. X, nos 1513, 1516, 1520, 15 février-8 mars 1750. []

Un lifting à 25 ans pour la Médiathèque Manufacture

Dans le cadre du projet Bibliothèque Numérique de Référence du Sillon lorrain, la Médiathèque Manufacture propose depuis début 2016, et après 6 mois de travaux, de nouveaux espaces d’accueil et services numériques : pour cet établissement ouvert en 1991, l’objectif est d’être davantage en adéquation avec les nouvelles attentes du public.

 

Médiathèque Manufacture
Médiathèque Manufacture

Avant / après…

En dehors des mémorables expositions qui ont rythmé son ancienne vie, l’accueil n’était qu’un lieu de passage, avec un guichet d’accueil dérobé, et aucune collection apparente…

Médiathèque Manufacture : le salon du hall d'entrée
Médiathèque Manufacture : le salon du hall d’entrée

Et maintenant, on peut voir, comme un inventaire à la Prévert, un retraité lire le journal du jour en buvant un café à une des tables bistrot de la cafet’, à côté d’un groupe de jeunes qui jouent aux cartes, un étudiant confortablement installé sur un fauteuil à tablette avec son portable connecté au wifi, des lecteurs de presse ayant trouvé le refuge « cocoon » de fauteuils hauts et enveloppants, des curieux testant l’installation du mois dans le salon numérique, une famille entière s’inscrivant sur la promesse du tout nouvel espace Jeux vidéo… Ah le nouvel espace Jeux vidéo ! Situé au même niveau que notre perchoir d’observation, il s’étire tout le long de la mezzanine qui auparavant abritait la presse, et par l’enfilade vitrée on peut percevoir tour à tour la concentration des joueurs de foot sur consoles, l’agitation des danseurs et des danseuses sur wii, et la détermination des « gamers » sur PC. Le planning de réservation est plein, créant la frustration propre à alimenter le buzz et à créer le désir. L’endroit est, étonnamment, plus calme que prévu. On peut y venir seul, on a toutes les chances de trouver un partenaire de jeu ; on peut y emprunter à domicile un jeu ou une revue spécialisée. Le week-end les parents jouent avec les enfants, tout le monde monte ensuite en section jeunesse emprunter des livres. La semaine les groupes de collégiens du Conservatoire en perm’ naviguent, en attendant leur créneau de jeu, entre le hall et les canapés confortables du Cube au 1er étage.

Médiathèque Manufacture : la borne d'arcade dans l'espace jeux vidéos
Médiathèque Manufacture : la borne d’arcade dans l’espace jeux vidéos

Mais revenons au hall

Désormais divisé (mais pas cloisonné) en de multiples zones bien différenciées grâce au mobilier et à l’éclairage, gardant toute sa hauteur et son volume, les éléments de sa structure remarquables ressurgissent, comme l’alignement des hautes fenêtres et l’escalier, enrichis et sublimés par de nouveaux gestes architecturaux : cube en suspension, salon numérique à la forme hardie mais intemporelle, banque d’accueil basse et élégante.
Un rouge profond, parcimonieusement réparti mais bien présent, habille le cube suspendu, quelques surfaces de la banque d’accueil et la tranche du salon numérique, il est repris sur une partie des fauteuils et canapés. Le complément d’assises, beige et taupe, achève de le mettre en valeur. Le mobilier fonctionnel est blanc (meubles presse et magazines) ou aluminium (banque d’accueil et meuble brochures, éléments réalisés sur mesure). Saluons ici le travail et l’implication de Jean-Mathieu Collard, du cabinet strasbourgeois Les Architectes SA, et la mémoire du concepteur du projet, Patrick Texier, disparu avant le début du chantier.

Médiathèque Manufacture : l'espace détente
Médiathèque Manufacture : l’espace détente

À part, mais ouvert sur le hall, la cafet’ propose un univers plus hautement coloré : framboise, vert anis et beige, dans un esprit bistrot. On peut y prendre un café ou une boisson fraîche grâce aux distributeurs mis à disposition. Des jeux de société sont sur le bord des fenêtres, sans aucune règle d’usage et il est fréquent de voir des familles jouer au scrabble, des amis aux échecs. Jeux sagement rangés, gobelets jetés, petits accidents nettoyés… l’autodiscipline est au rendez-vous.

Il faut dire que les nouveaux espaces ont également été pensés pour être pratiques, offrir des facilités d’usage pour tous : grand local à l’entrée pour déposer poussettes et trottinettes, porte-manteaux et dépose-sacs disposés partout, prises électriques disponibles, sans parler du wifi et de la boîte de retour accessible 24/7.

Nouveaux usages numériques

Le réaménagement, s’il a permis de mettre à disposition davantage d’ordinateurs (7 de plus dans le hall, 6 dans le cube du 2e étage) a surtout été l’occasion d’offrir de nouveaux usages numériques :
– Travailler en groupe sur une table collaborative permettant d’afficher en simultané deux écrans d’ordinateurs. Dans une salle fermée mais vitrée et ouverte sur le hall, disponible sur réservation jusqu’à 6 personnes, ce petit espace de co-working remporte du succès auprès des lycéens, étudiants, entrepreneurs et autres porteurs de projets.
– Connecter son appareil mobile sur grand écran, regarder un film à plusieurs sur la TV 4K dans le salon de loisirs.
– Se familiariser avec de nouveaux outils, applis, rencontrer les acteurs culturels numériques du territoire, grâce à la programmation du Salon numérique.

Médiathèque Manufacture : démonstration dans le salon numérique
Médiathèque Manufacture : démonstration dans le salon numérique

Enfin, la presse a naturellement trouvé toute sa place dans ce hall avec une offre de 160 titres environ. Disposant de plusieurs petits salons, les lecteurs sont nombreux à s’installer pour lire sur place journaux et revues, y compris sur des tablettes numériques dédiées à la presse, qui décuplent l’offre de titres « papier » proposée sur place. Ils peuvent également emporter des revues à la cafet’ ou dans le Cube du 1er étage, qui propose côté cour et côté quai, des canapés et chauffeuses confortables et au calme.

Médiathèque Manufacture : l'espace presse
Médiathèque Manufacture : l’espace presse

Les lieux n’ont en effet pas tous un usage identifié et contraint, il est possible de s’en emparer librement et les lecteurs ne s’en privent pas : travailler dans le Cube ou la cafet’, discuter dans le salon numérique, lire à l’espace Jeux vidéo…

Médiathèque Manufacture : l'espace jeux vidéos
Médiathèque Manufacture : l’espace jeux vidéos

Le signal de liberté envoyé par le hall et la mezzanine diffuse même dans les étages restés (pour l’instant) sagement « dans leur jus ». A l’espace BD adultes, sur une chauffeuse, un jeune homme a été vu en train de tricoter… Vous avez dit 3ème lieu ? On y est !

Paroles de lecteurs

« Oui, je trouve le lieu agréable. J’aime son architecture, l’ambiance, sorte de fourmilière silencieuse. Il nous arrive de prendre la médiathèque comme destination d’une promenade. C’est aussi parfois une activité que nous “faisons” avec des personnes en visite chez nous. »

« Dans les grandes villes, on n’a pas beaucoup de place pour stocker des livres, je viens à la médiathèque pour ça : alléger, désencombrer l’espace privé sans pour autant perdre cet accès à la culture et à l’actualité »

« Je m’y sens bien, et encore plus depuis la réouverture. Je viens pour travailler essentiellement car ça change de l’ambiance lourde, rigide des BU où tout le monde prépare ses partiels et concours. »

« Je n’emprunte rien, je viens uniquement pour les jeux vidéo. Mais hier pour la 1ère fois, j’ai emprunté un DVD. Je consulte la presse de temps en temps quand j’attends pour une connexion Internet quand les ordis sont tous occupés. »

« Espace très lumineux, confortable, convivial, ça donne envie de s’y installer. Oui ça a changé mes habitudes, je viens plus souvent : espace presse, espace jeux vidéo, le coin des ordinateurs, l’espace café, c’est génial !! La séparation des espaces est bien faite. »

«Je viens pour emprunter des romans, de la presse. Avant, je venais aussi les jeudis soirs pour
les animations (conférences, expos, lectures…) et aussi le samedi matin pour la projection de films en audio description. Je viens à la médiathèque pour voir le personnel qui est très agréable, pour discuter, prendre du temps, avoir un lien, pour parler. Je me suis réinscrite depuis peu, et même si le nouvel abonnement est plus cher, je suis contente car désormais j’emprunte beaucoup de DVD, chose que je ne faisais jamais.»

Article rédigé par Isabelle Huber