Tous les articles par lbehr

Les journées européennes du patrimoine 2019 : un éventail de propositions

Les journées européennes du patrimoine sont une belle occasion pour inviter les auteurs illustrateurs que nous suivons dans le cadre de nos projets. L’artiste Karine Maincent nous a accompagné pour cette journée sous le signe de l’art et du divertissement, thème national pour ces 22 e journées. D’autres animations ont été mises en place  afin de  multiplier les propositions vers tous les publics.

La fresque participative réalisée avec le public et Karine Maincent lors des Journées Européennes du Patrimoine 2019

Proposition patrimoniale pour une artiste contemporaine

Comment se faire rencontrer ces deux univers ? Alors que dans le quotidien de notre établissement sont bannis colle et ciseaux, Karine invite les visiteurs du jour à découper, à déchirer, à coller pour réaliser une fresque participative.

Sur un grand support, Karine a peint les contours d’une bibliothèque et d’un bibliothécaire sous les traits de Stanislas,  Une vaste sélection de visuels choisis à partir de notre bibliothèque numérique Limédia Galeries et imprimés en format A3 et A4, est proposée au choix des participants. D’une tête ou d’une partie du corps, ils laisseront libre cours à leur imagination pour habiller ou transformer leur personnage. Il suffira ensuite de le coller sur cette grande fresque pour un rendu fort en couleurs.

Karine Maincent a dessiné les bases de la fresque.

Plus de 100 personnes, dont une cinquantaine d’enfants, se sont prises au jeu.

Le panneau réalisé va entrer dans les collections patrimoniales de la bibliothèque.

Petits et grands travaillent ensemble pour réaliser la fresque participative.

“Une Heure Avec” comme une occasion de présenter aux Nancéiens les dernières acquisitions patrimoniales

Tout au long de l’année, ce format de médiation permet aux bibliothécaires de présenter en une heure une thématique, un personnage local. A l’occasion de ces journées, ce sont les dernières acquisitions patrimoniales qui sont présentées dans le format conférence, puis exposés dans la salle patrimoniale pour les visites libres tout au long de la journée du dimanche.

Journées Européennes du patrimoine 2019
Les nouvelles acquisitions sont exposées en salle patrimoniale.

Jouons avec les collections patrimoniales 

L’objectif de nos propositions ludiques est de donner à voir le patrimoine autrement à des publics qui ne sont pas nos usagers captifs. Il nous permet aussi de parler de nos projets de façon détournée.

De multiples jeux sur table ou de jeux/questions sont proposés au public de ces journées comme une occasion de manipuler des supports déclinés à partir des collections patrimoniales : memory, puzzles.  Les nouveaux projets de la bibliothèque telle que l’intégration dans les fonds patrimoniaux  de collections de livres pour la jeunesse et de bande-dessinées sont découverts à travers des jeux en autonomie : les enfants manipulent, posent des questions et découvrent la vocation patrimoniale de notre établissement.

Journées Européennes du patrimoine 2019
Jeux sur table, coloriage et memorys à partir des documents patrimoniaux.

Des propositions attendues pour ces journées

Des accueils plus  classiques comme les visites guidées sont organisés durant tout le week-end.  Nous profitons également de la présence du public pour présenter les nouveaux sites sites Limédia qui mettent à l’honneur les collections patrimoniales des bibliothèques du Sillon Lorrain (Limédia Galeries et Limédia Kiosque).

Journées Européennes du patrimoine 2019
Journées Européennes du patrimoine 2019

Juliette Lenoir est également présente pour une séance de vente-dédicace du livre sur l’histoire du Camée de Nancy, encore une occasion de valoriser nos trésors auprès du public.

Le Camée de Nancy, monographie réalisée sous la direction de Julette Lenoir.

Pour préparer la Nuit de la Lecture 2020, nous invitons les Nancéiens à choisir le document patrimonial qui leur plaît le plus  dans une liste de visuels sélectionnés : les documents plébiscités par le public seront présentés en « vrai » lors de ce prochain rendez-vous. Tout un chacun est invité à voter.

Bilan

L’édition 2019 des Journées Européennes du Patrimoine a attiré  1200 personnes à la Bibliothèque. Le public était très varié et en cela ces journées sont une réussite.  Le bâtiment a parfois même été découvert par des Nancéiens de longue date, qui n’avaient jamais poussé les portes de nos salles. Une belle occasion de sensibiliser tous ces visiteurs au patrimoine local, et valoriser nos projets.

Le fonds lorrain jeunesse de conservation : le rendez-vous du 28 mars 2019

Dans l’idée de rendre vivante cette nouvelle collection dans le fonds de conservation, les auteurs et illustrateurs jeunesse de notre sélection ont été invités à la bibliothèque.

Après quelques rendez-vous individuels une démarche plus collective

Les premiers contacts avec les auteurs/illustrateurs se sont faits essentiellement via des courriels.  Le premier courrier envoyé, certains ont très vite fait la démarche de nous contacter.  Pour ceux et celles qui pouvaient se rendre disponibles, des rendez-vous individuels ont été organisés.  Ces moments ont permis de communiquer sur la démarche de constitution de cette collection, et nous ont permis surtout et aussi de faire connaissance.

Ces échanges ont également permis de recueillir des éléments biographiques qui font souvent défaut dans la connaissance que les bibliothécaires peuvent avoir des auteurs contemporains. Ils ont aussi permis de mieux comprendre la complexité du métier d’auteurs ou d’illustrateurs  mais aussi la difficulté que certains d’entre eux rencontrent pour vivre de leur expression littéraire ou artistique.

Le 28 mars 2019, 12 auteurs/illustrateurs ont répondu à notre invitation. Cette rencontre a permis de donner une réalité collective à ce projet et de l’ancrer réellement dans les missions de la bibliothèque patrimoniale.

Séance de dédicace

Toujours dans la même idée de cultiver nos liens et de « fabriquer du fond local »1 , nous avons proposé, à cette occasion, à nos auteurs une séance de dédicace. Plusieurs se sont prêtés au jeu d’écriture ou d’illustration. La collection jeunesse se place symboliquement sous le patronage de la Bibliothèque Stanislas.

Dédicace de l’auteur Didier Zanon lors de la rencontre

Présentation d’ouvrages de nos réserves précieuses pour nos invités d’honneur

Pour faire écho à cette collection jeunesse nouvellement constituée, des ouvrages de littérature jeunesse entrés dans les collections dans la première partie du XXe siècle ont été présentés. Il s’agit essentiellement d’ouvrages édités par l’éditeur Berger-Levrault lorsqu’il avait une activité importante sur le territoire de la Lorraine.

Une sélection de livres d’artistes des réserves précieuses a également été présentée.

Livre d’artiste, livre objet présentés lors de la rencontre

Une invitation pour lancer des projets collectifs

Les journées européennes du patrimoine

Karine Maincent sera notre invitée pour cette édition 2019.  L’invitation d’un auteur jeunesse dans les  murs de la Bibliothèque confirme l’intention d’accueillir à Stanislas un public familial.

La réalisation d’un livre de coloriage sur la thématique de Saint-Nicolas 

En demandant la participation à chacun de nos invités pour la création d’une planche, d’un texte… nous nous inscrivons dans la demande portée par la ville pour les festivités de fin d’année. Ce support sera également distribué lors des accueils des publics scolaires organisés sur cette thématique.

Du point de vue des bibliothécaires, ce moment privilégié a été important pour communiquer sur ce projet et l’installer dans la communauté des auteurs et des illustrateurs de notre territoire. Cette rencontre s’est terminée par une visite des coulisses de la bibliothèque.

  1. Anne Meyer, « La fabrique des fonds locaux », dans C. Haquet et B. Huchet (dir.) Repenser le Fonds local et régional en bibliothèque, 2016, p. 45 []

La création d’un fonds lorrain jeunesse et du fonds saint Nicolas

Animée par des motivations identiques à celles du fonds bande dessinée, une collection jeunesse de conservation est en cours de constitution dans le fonds lorrain. Retour sur la genèse de ce projet et les premières actions de médiation vers de nouveaux publics.

Les sages lectures de notre auguste maison ne se mêlaient pas aux couleurs chatoyantes de la littérature jeunesse. La famille Croque-lardons n’avait pas besoin de se disputer les faveurs des bibliothécaires puisque les ouvrages de littérature jeunesse n’ont jamais eu la cote sur nos sobres étagères.  Tout au plus, quelques ouvrages jeunesses reçus au titre du Dépôt Légal pouvaient leur faire de l’ombre… Et c’est certainement encore le chantier des collections, entamé il y a maintenant cinq ans, qui a permis aux bibliothécaires de se pencher sur la place de la littérature jeunesse dans les collections patrimoniales de la Bibliothèque.

La famille croque-lardons / M. F. Hellet ; images par Jean de La Fontinelle. – Nancy : Berger-Levrault, 1931, cote 35 018

Constituer une nouvelle collection : d’une situation initiale vers des choix nouveaux qui nous engagent

Constat sans appel : la littérature jeunesse était absente des collections

Ce n’était pas un choix délibéré qui pouvait se justifier par des prises de positions argumentées dans les politiques d’acquisitions successives de notre établissement. C’était juste un usage dans nos pratiques.

Parti pris pour la constitution d’un corpus de conservation de livres pour la jeunesse : saint Nicolas et les auteurs-illustrateurs lorrains.

Notre démarche pour la constitution de cette collection veut s’inscrire dans la complémentarité de ce qui est pratiqué dans notre bibliothèque par rapport aux livres adultes : des ouvrages dont la thématique est lorraine, des ouvrages de ou sur les auteurs lorrains.

Quelques thématiques s’invitent très rapidement dans notre réflexion : les macarons, les mirabelles, le roi Stanislas… et saint Nicolas.  Mais c’est surtout la profusion d’auteurs et d’illustrateurs sur le proche territoire qui nous interpelle.

Saint Nicolas incontournable

Le projet porté par la ville de Nancy d’inscrire les festivités du patron de la Lorraine au patrimoine culturel et  immatériel de l’Unesco nous conduit à nous associer à cette dynamique en constituant une collection de livres destinés à la jeunesse autour du personnage de saint Nicolas. La profusion d’ouvrages jeunesse de qualité très variée marque en tous les cas l’intérêt graphique et l’intérêt d’écriture pour le personnage. Nous allons collecter  non seulement des livres, mais aussi divers supports imprimés représentant saint Nicolas : papier de pain d’épices, cartes postales, affiches, emballages de chocolats, … La variété des supports utilisés dans l’iconographie populaire de saint Nicolas va nous obliger à imaginer un classement spécifique. Ce travail en cours fera prochainement l’objet d’un autre billet.

La grande collecte du saloir sur le site des Fêtes de saint Nicolas à Nancy.

Nous proposons également des actions de médiation de ce fonds si spécifique, en direction du grand public (Une Heure Avec, Fêtes de la saint Nicolas à Nancy,…) , des scolaires (accueils de classe orientés sur l’histoire du personnage et l’origine de la légende). Partie prenante dans l’opération “La grande collecte du saloir”, la bibliothèque invite les lorrains à faire don à la bibliothèque de livres ou de tous supports évoquant saint Nicolas.

Un vivier d’auteurs illustrateurs riche et actif sur le territoire

Conjointement à la démarche mise en place pour la collection de bandes dessinées, nous constituons une liste d’auteurs lorrains qui s’expriment dans l’illustration d’albums jeunesse ou dans l’écriture de livre pour la jeunesse.  Notre choix  se porte vers des auteurs et illustrateurs originaires/natifs de la Lorraine, actifs sur le territoire lorrain mais surtout en Meurthe-et-Moselle, et connus nationalement (au moins). Le budget alloué pour la constitution d’un premier ensemble nous limite à dix auteurs-illustrateurs : Corinne Barret-Idatte, Frédérique Bertrand, Muriel Carminati, Laurence Gillot, Nicolette Humbert, Philippe Morlot, Christine Naumann-Villemin, Nathalie Novi, Sandra Poirot-Cherif,  Claude Ponti, Jame’s Prunier.

Aperçu des collections jeunesses dans les magasins.

Il nous paraît important que les auteurs-illustrateurs deviennent nos partenaires et s’inscrivent dans la fabrique de ce fonds1. Ainsi un premier courrier leur est adressé pour les inviter à nous rencontrer (un second sera nécessaire, trop peu de retour suite au premier envoi). Les rendez-vous pris sont tous des moments d’échange importants qui  ancrent cette nouvelle collection dans le fonds local de conservation de la bibliothèque.

Les rendez-vous avec les auteurs : de réels moments privilégiés et savoureux

Sandra Poirot-Cherif ouvre le bal de nos rencontres, Nathalie Novi nous téléphone de sa région d’adoption, Christine Naumann-Villemin parle de ses métiers qui tournent toujours autour des mots et des livres, Laurence Gillot nous emmène dans son histoire personnelle qui l’a conduite vers l’écriture,  Philippe Morlot croisé régulièrement par ailleurs, convaincu de la démarche patrimoniale du projet prépare des documents (affiches …) dont il est prêt se séparer.

Le public découvre les petits héros de la littérature jeunesse qui entrent dans les collections patrimoniales.

Tous sont séduits par la démarche patrimoniale qui nous motive, essentiellement parce qu’elle s’ancre sur le territoire et qu’elle s’inscrit dans le vivant.  En faisant connaître notre projet, en y faisant un vraie place aux auteurs illustrateurs, nous espérons bien créer une émulation autour de cette collection.

Nous contactons également deux maisons d’éditions spécialisées : Le crayon à roulettes et les Trois Chardons.  Claire Pelesato se déplace de Moselle pour nous présenter tous les auteurs de sa maison d’édition, Jean-Pierre Idatte à la suite d’un appel téléphonique nous fait don de la collection d’albums des Trois chardons.

Où il est question des archives des auteurs/illustrateurs : comment traiter et conserver les documents d’archives que voudront bien nous donner les auteurs ?

Dès les premiers rendez-vous, cette question est très vite exprimée  et réelle : Laurence Gillot nous dépose tampon encreur, affiches, travail scolaire mais aussi ses livres traduits en langue étrangère.

Comme nous nous inscrivons dans une démarche de « fabrique du fonds local »2,  proposer aux auteurs de déposer des archives dans nos collections a du sens. Pourtant, que faire et comment conserver ces supports et apportent-ils vraiment une valeur ajoutée ?

Constituer une nouvelle collection : médiation et confrontation

Penser la médiation vers les publics : des déclinaisons multiples

Si la médiation de la collection d’ouvrages jeunesses sur saint Nicolas se circonscrit aux mois de novembre et décembre, le reste de la collection peut être un prétexte de médiation à tous les moments de l’année. Nous profitons des Journées européennes du patrimoine en septembre 2018 pour mettre en place très rapidement une dynamique autour de cette collection qui se construit. Un jeu-parcours permet au public familial de découvrir cette nouvelle collection patrimoniale en découvrant les héros et héroïnes de nos auteurs/illustrateurs. Les Nancéiens sont venus nombreux : le franc succès de la manifestation nous invite à renouveler cette offre.

Mise en scène : c’est Stanislas qui invite les petits lecteurs à découvrir les collections patrimoniales jeunesse.

Les enfants testent les jeux.

Des jeux de cartes (memory, puzzles), élaborés par les bibliothécaires, sont également proposés et fort appréciés. Déjà de nouveaux projets autour de la réalisation de jeux sur table sont en cours de conception.

Confronter notre collection aux collections patrimoniales de livres pour la jeunesse des autres établissements sur notre territoire régional

Grâce à quelques contacts au début de projet, et au mémoire d’une stagiaire, nous ne sommes pas sans savoir que d’autres bibliothèques du territoire lorrain ont ou ont eu une démarche vers la littérature jeunesse. Un groupe de travail sur la thématique jeunesse en bibliothèque patrimoniale a été initié par l’agence de coopération Interbibly Grand Est : notre parti pris pour cette collection pourra se confronter ainsi aux collections patrimoniales  jeunesse des autres établissements.

431 documents constituent actuellement le fonds lorrain jeunesse de conservation dont 45 pour la seule thématique « Saint Nicolas ». Après 18 mois d’un premier travail, la liste des 10 auteurs a déjà été abondée souvent sur la proposition d’un collègue ou d’un libraire : nous sommes toujours en mode projet mais déjà engagés dans la fabrique d’un fonds local spécifique à la jeunesse qui s’ancre dans l’immédiateté de son territoire.

  1. Anne Meyer, “La fabrique des fonds locaux”, dans C. Haquet et B. Huchet (dir.) Repenser le Fonds local et régional en bibliothèque, 2016, p. 39 []
  2. Anne Meyer, “La fabrique des fonds locaux”, dans C. Haquet et B. Huchet (dir.) Repenser le Fonds local et régional en bibliothèque, 2016, p. 45 []

La constitution d’un fonds local numérique

Dans le cadre de son partenariat avec la BNF, la Bibliothèque Stanislas a travaillé à la constitution d’un corpus de sites internet lorrains. Cette collecte à vocation régionale vient enrichir l’immense réservoir documentaire que constitue le Dépôt Légal du Web. Si le caractère automatisé de la collecte nationale est évidente, à l’échelon régional la collecte se veut ciblée et s’inscrit dans un cadre documentaire où le bibliothécaire est force de proposition. La sélection de ces sites web contribue à l’enrichissement documentaire du DL du web et fait mémoire pour notre territoire.

Vignettes de mise en valeur de sites sur la page d'accueil
Mise en valeur de sites sur la page d’accueil des postes Dépôt légal du Web de la Bibliothèque Stanislas

Le cadre général

La force des textes qui régissent le dépôt légal instauré par François ier au xvie siècle est, certainement, d’avoir sans cesse su intégrer les nouveaux supports de diffusion, d’abord imprimés : livres, gravures, partitions puis tour à tour affiches, photographies, films, radio, télévision… toutes  formes de médias qui  vont constituer un ensemble qui se veut exhaustif de la production éditoriale française,  et depuis 2006 les objets numériques.

 Quand les éditeurs et imprimeurs remplissent leur obligation de dépôt légal, ils participent à la constitution d’une gigantesque bibliothèque dont la visée patrimoniale est indiscutable. Tout autant que la chose imprimée, les films et les programmes diffusés à la télévision  collectés par l’INA dans le cadre du dépôt légal,  sont des supports historiques1.

Ecran d'accueil du site du DL du web
Ecran d’accueil de l’accès distant au DL du web

Le dépôt légal du web ou dépôt légal de l’internet validé dans le Code du Patrimoine en 2006 s’inscrit dans cette démarche de mémoire. Si le dépôt légal des imprimés et des médias audiovisuels se veut exhaustif, celui de l‘internet cherche à conserver un échantillonnage représentatif de l’internet français. La collecte à lieu via un robot de façon automatisée et aléatoire2. Les autres formes de dépôt légal s’opèrent par action directe des éditeurs, des imprimeurs et autres producteurs, mais la collecte des sites de l’internet se fait sans action volontaire des propriétaires des sites.

Une politique documentaire pour les sites web lorrains

 

Ecran interface professionnelle BC web

Pour enrichir la capture aléatoire du robot moissonneur, la BNF sollicite la coopération des bibliothèques de dépôt légal imprimeur (BDLI). C’est dans ce cadre que s’inscrit la participation de la  Bibliothèque Stanislas à la collecte ciblée « Lorraine », qui vise à constituer un corpus de sites représentatifs du territoire lorrain.

La sélection de ces sites est effectuée en fonction d’un plan  de classement dont l’objectif est de répertorier de façon représentative les sites administratifs, culturels, économiques… du territoire. Ces sites (environ 150) sont archivés en collectes ciblées régionales ; leur capture par le robot moissonneur se fait une à deux fois par an. Ce travail collaboratif  avec les services de la BNF permet de contribuer à une meilleure pertinence documentaire régionale et de participer pleinement aux missions du dépôt légal en région. La constitution de ce corpus nous engage chaque année à compléter et à vérifier la validité des adresses URL des sites sélectionnés.

Critères de sélection

Interface de répertoire des sites sur le laboratoire nucléaire de Bure

Notre démarche de sélection s’inspire de la première collecte inaugurée par la Bibliothèque Nationale Universitaire de Strasbourg. Les questions  soulevées rejoignent les problématiques de la constitution d’un fonds local classique mais avec la particularité d’un fonds dématérialisé.

Des interrogations ont jalonné notre travail de sélection. Les éléments suivants en sont une synthèse  :

  • Déterminer le territoire d’investigation 3

Le choix est fait de travailler par cercles concentriques autour du point central qu’est la ville de Nancy.  Ainsi, aucun site des villes composant la métropole du Grand-Nancy n’étant capturé de façon systématique par le robot,  ils ont été proposés à la sélection dans la rubrique « Administration ». La Meurthe-et-Moselle a été couverte. Dans les 3 autres départements lorrains, l’échantillon porte sur les villes de préfecture et de sous-préfecture. 

  • Prendre en compte le patrimoine existant 4

La collecte ciblée va s’attacher à constituer un fonds local nativement numérique en sélectionnant les sites dont le contenu  documente ce qui  fait patrimoine sur le territoire et ce qui fait sa singularité  :

  • le verre
  • le bois
  • les musées
  • la culture populaire, les fêtes de Saint Nicolas
  • les dialectes lorrains
  • Valoriser des initiatives  qui participent au fait local 

Site internet sur l’histoire de la Faculté de médecine à Nancy

Le site « Médecine à Nancy depuis 1872 » en est un exemple parlant : il apporte une réelle valeur ajoutée au savoir local concernant l’histoire de la médecine à Nancy.  Sa sélection dans la collecte ciblée garantit la pérennité des informations qui ne se trouvent nulle part ailleurs.

  • Rendre compte des débats sur le territoire comme fait de société local 

Lors de la recherche documentaire de sites web, nous nous sommes rendu compte de la multitude de sites très actifs sur la problématique du nucléaire concernant l’enfouissement des déchets sur le site de Bure en Meuse.  Ce vif débat sur internet nous a semblé être emblématique des controverses qui traversent notre territoire.

Une sélection toujours ouverte

La liste comporte à ce jour 152 sites. Forcément incomplète, forcément sélective, elle est amenée à s’enrichir. Cependant, il s’avère nécessaire de mesurer la quantité de travail engendrée chaque année pour la vérification des adresses web avant d’accroître le nombre de sites sélectionnés.

Ce travail coopératif effectué, il nous semble important d’imaginer maintenant une médiation de son contenu vers nos publics.  Pour le moment, cette collecte ciblée lorraine reste noyée dans l’agrégat collectif du DL du Web. L’interface ne permet pas encore un « parcours lorrain » qui faciliterait l’accès aux sites lorrains sélectionnés de manière balisée. Le dépôt légal du Web reste un laboratoire de recherche en constante évolution. Nul doute qu’une solution sera trouvée afin  d’offrir d’emblée cette sélection aux utilisateurs des postes dédiés à la consultation du dépôt légal du Web dans la salle patrimoniale de la Bibliothèque.

 

  1. Frédéric Saby, « Approche historique du dépôt légal », dans Société & représentations, no 35, 2013, p. 15-26 [en ligne consulté le 15/11/2017]. []
  2. Gildas Illien, « Le Dépôt légal de l’internet en pratique », dans Bulletin des bibliothèques de France, 2008, no 6 [en ligne consulté le 15/11/2017]. []
  3. Sarah Toulouse, « Eléments structurants d’un fonds local au xxie siècle » dans C. Haquet et B. Huchet (dir.), Repenser le fonds local et régional en bibliothèque, 2016, p.19. []
  4. Clément Oury, « Les fonds locaux nés numériques » dans C. Haquet et B. Huchet (dir.), Repenser le fonds local et régional en bibliothèque, 2016, p.112. []

Le signalement des affiches du dépôt légal imprimeur

La réflexion concernant la collecte et le traitement des affiches s’est inscrite dans notre chantier des collections. Nous avons abouti à la priorisation de notre travail vers les affiches issues du dépôt légal.

Les affiches au Dépôt légal
Les affiches du dépôt légal

Etat des lieux en début de chantier : deux voies pour alimenter la collection des affiches

La collection des affiches de la Bibliothèque était jusqu’alors alimentée par deux voies :

  • les affiches issues du dépôt légal des imprimeurs lorrains
  • les affiches issues de la collecte volontaire de la part du personnel de la bibliothèque en toutes occasions professionnelles ou privées. L’accroissement se faisait également par les nombreux dépôts d’affiches par les acteurs locaux.

Les affiches du dépôt légal une fois enregistrées dans le registre d’entrée, étaient mêlées aux affiches de la collecte volontaire. Un plan de classement thématique a été conçu. La volumétrie des deux sources d’accroissement était à peu près identique : une moyenne de 800 affiches par an.

Les affiches au Dépôt légal
Boîte de conservation des  affiches du dépôt légal

Des priorités qui doivent s’adapter aux possibilités du service

La description et l’indexation des affiches est un travail long, qui se fait à la pièce et  demande des connaissances iconographiques. Même si la volumétrie à traiter n’est pas très importante, cette mission demande du personnel et du temps dont nous ne disposons plus. Nous aurions pu faire le choix de laisser en dormance cette collection qui n’a jamais bénéficié dans notre établissement d’une valorisation importante, mais notre statut de Bibliothèque de dépôt légal nous contraint à un travail de signalement.

Le plan de classement élaboré n’offrait pas non plus des moyens de recherche satisfaisants.

La décision est prise de formaliser un nouveau protocole :

  • trier le corpus des années antérieures en séparant les affiches du DLI (pour lesquelles nous avons mission de conservation) des affiches de la collecte volontaire. Ce travail a été confié à des vacataires ;
  • arrêter de rechercher et de traiter la collecte volontaire et porter nos forces vives uniquement sur le lot d’affiches du dépôt légal.

Les affiches au Dépôt légal
Meuble des affiches du dépôt légal

Nouveaux protocoles

Nous élaborons, en nous appuyant sur les grilles de signalement des collections iconographiques existantes, un nouveau tableau propre aux affiches, plus simple, que nous appliquons dès l’année 2016 pour les affiches réceptionnées dans l’année courante : 500 affiches reçues au titre du DLI ont été traitées courant 2016.

Ces affiches sont ensuite rangées par année dans un meuble et des espaces dédiés. La recherche sera possible pour les usagers dans la salle patrimoniale par le biais d’un disque externe en attendant une publication en ligne, par exemple sur le modèle lyonnais.

Le travail rétrospectif se fera en fonction des moyens humains dont nous disposerons  dans les années à venir. A terme, les affiches issues du dépôt légal seront  signalées et conservées dans de bonnes conditions, ce qui autorisera leur consultation.

Quant aux affiches de la collecte volontaire séparées du lot des affiches du dépôt légal, l’ébauche de classement n’a pas été bouleversée : des consultations sont donc possibles sur demande et pour une période chronologique limitée.

Le fonds du Dépôt Légal dans les fonds de la Bibliothèque : d’un agrégat complexe vers un nouveau parti pris.

Au début du chantier des collections, il nous a paru évident que nous ne ferions pas l’économie d’analyser l’existant pour dessiner les contours de l’organisation de nos collections. Cette réalité organisationnelle mise à plat, des paradoxes sont identifiés, des questions sont soulevées qui nous ont conduits vers un nouveau parti pris.

Les registres papier des trois fonds
Les registres papier des trois fonds

Organisation des fonds contemporains de la Bibliothèque Stanislas jusqu’en 2015

La cartographie des monographies après 1945 en début de chantier : état des lieux

À la Bibliothèque Stanislas, nous distinguons trois grandes entités :

  • le fonds d’étude ;
  • le fonds des beaux-arts ;
  • le fonds local.

Chacun de ces fonds disposait de tranches de cotes en fonction du format (petit/moyen/grand).

Le fonds d’étude

Autrement dénommé fonds général, il comprend les ouvrages de 1945 à aujourd’hui dont le sujet n’entre ni dans le fonds des beaux-arts ni dans le fonds local lorrain. Il est empruntable à domicile ; il se veut dynamique et son accroissement doit être maîtrisé. Il n’a pas vocation à être conservé : les documents peuvent être désherbés ou requalifiés si besoin. Il dispose de cotes dédiées et d’un espace en magasin.

Le fonds des beaux-arts

Des tranches de cotes spécifiques lui confèrent un statut particulier qui le distingue du fonds général. En considérant son antériorité, sa volumétrie et sa spécificité, il est considéré comme un fonds de qualité reconnu sur le territoire lorrain. Cependant, sa logique de gestion est celle d’un fonds courant, empruntable à domicile, qui n’a pas vocation à être conservé.

Le fonds local

Ce fonds local contemporain enrichit un fonds lorrain ancien, riche, relatif au territoire de la Lorraine. Celui-ci est patrimonialisé de fait : les documents ont vocation à être conservés et l’exhaustivité est recherchée. Il dispose de tranches de cotes et d’espaces de rangement dédiés.

Les registres papier des trois fonds
Les registres papier des trois fonds

Le traitement des monographies du  fonds du dépôt légal en début de chantier

Dans cette cartographie des ouvrages après 1945, quelle place pour les monographies reçues au titre du dépôt légal ? Comment ce fonds patrimonial s’agrège-t-il dans l’ensemble des fonds de la Bibliothèque ?

L’ensemble des documents reçus au titre du dépôt légal constitue un fonds caractérisé par sa provenance : on parlera du fonds du dépôt légal.

Lorsque nous entamons cette cartographie en 2013, l’usage en cours à la Bibliothèque Stanislas ne tient pas compte du fonds du dépôt légal en tant qu’entité patrimoniale spécifique. Au contraire, celui-ci est éclaté dans les fonds courants de la bibliothèque en fonction d’un intérêt supposé du public pour son contenu intellectuel.

Quatre cas de figures différents se dégagent

Cas de figure 1 et 2

Après son enregistrement dans le registre du dépôt légal, si le document est un livre beaux-arts, il rejoint le fonds des beaux-arts. Si le document apporte une plus-value au fonds d’étude, il rejoindra cet ensemble. L’environnement pour ces deux ouvrages est celui d’un fonds courant,  susceptible donc d’être désherbé. Le statut patrimonial des documents du dépôt légal qui se trouvent donc dans ces deux fonds ne les isole pas physiquement en tant que documents patrimoniaux. Comment dans ces conditions garantir leur inaliénabilité, comment garantir les conditions de conservation qu’exige tout document patrimonial ?

Cas de figure 3

Le sujet de la monographie réceptionnée au titre du dépôt légal entre dans la problématique du fonds lorrain : le document ira rejoindre le fonds local lorrain. Il participe pleinement à l’enrichissement de cet ensemble. Cet environnement patrimonialisé le préserve totalement : documents conservésconditions de préservation garanties.

Cas de figure 4

Le document n’entre dans aucun des 3 cas de figure précédents, il est relégué dans des magasins distants dont une partie est destinée à recevoir uniquement les ouvrages du dépôt légal. Il est catalogué mais c’est le numéro d’enregistrement du dépôt légal qui sert de cote de rangement.

Questions et paradoxes soulevés par cette cartographie.

En même temps que cette analyse, le chantier de désherbage des collections se mettait en mouvement. Seuls les monographies du fonds d’étude après 1945 étaient concernées par ce chantier. La problématique  des ouvrages du dépôt légal dans ce fonds courant a très vite été mise en évidence : quelle logique de gestion pouvons-nous mettre en place alors que des documents patrimoniaux cohabitent avec des documents non patrimoniaux ? Comment les préserver d’un désherbage trop précipité ? Comment garantir leur valeur patrimoniale : la gestion d’un fonds courant ne peut distinguer donc protéger les documents patrimoniaux ? Toutes ces questions nous ont amenés à la décision  de distinguer et de traiter les documents en fonction de leur destination patrimoniale ou non.

Le parti pris aujourd’hui pour les monographies du dépôt légal

Les signets rouges identifiant les ouvrages du dépôt légal mêlés au fonds général.
Les signets rouges identifiant les ouvrages du dépôt légal mêlés au fonds général.

Pour les monographies du dépôt légal qui ont rejoint le fonds local de la Bibliothèque.

Le fonds local de la Bibliothèque constitue comme nous l’avons vu un fonds d’excellence, patrimonial. Aucun retrait de monographies ne s’opère dans cet espace. Les documents patrimoniaux du dépôt légal qui s’y trouvent sont donc totalement préservés. Les conditions de conservation sont garanties. Ce fonds est également celui qui est le plus consulté de la Bibliothèque.

Tous ces éléments posés, il nous parait pertinent de maintenir ce choix puisque cet environnement répond à toutes les  conditions d’un fonds patrimonial. De plus, sa localisation dans le bâtiment principal permet d’accéder rapidement à une demande de consultation formulée par un usager ce qui est un élément positif pour notre mission de service public.

Pour les monographies du dépôt légal qui ont été intégrées soit au fonds des beaux-arts soit au fonds général.

Que des documents patrimoniaux comme les monographies du dépôt légal cohabitent avec des documents non patrimoniaux, sans exigence de conservation, nous a paru être une attitude  qui ne garantit pas notre mission patrimoniale envers ce fonds.

La question particulière du fonds des beaux-arts dans notre bibliothèque nous a interrogé un certain temps mais ne nous a pas fait modifier notre décision. Ce fonds de qualité reconnue, n’est pas pour le moment un fonds patrimonial.

Ces constats faits, une possibilité organisationnelle s’offre à nous. En effet nous disposons dans des magasins distants d’un espace de compactus de 2 km linéaires de rayonnage offrant toutes les garanties de conservation.

Il est décidé de retirer des rayons des deux fonds (fonds général et beaux-arts) les documents issus du dépôt légal dont nous ne pouvions garantir les conditions de conservation et de consultation. Ce nouveau parti pris nous permet également d’en mesurer l’accroissement ce qui ne pouvait être fait auparavant. Il nous permet enfin de mieux l’appréhender pour mieux l’étudier.

Les compactus : magasin dédié au dépôt légal
Les compactus : magasin dédié au dépôt légal

Le chantier des collections : un travail toujours en cours

Ce travail de relocalisation et les premiers déménagements nous ont confortés dans notre décision : quatre fonds bien distincts (fonds général, fonds des beaux-arts, fonds local, fonds du dépôt légal), rassemblés dans des espaces dédiés et qui garantissent un environnement selon leur destination patrimoniale ou courante.

250 mètres linéaires de monographies de moins de 25 cm ont déjà été retirés du fonds d’étude et relocalisés dans les magasins distants dédiés au dépôt légal. Ce travail se poursuit avec les documents de plus grand format et s’achèvera avec les documents du dépôt légal des beaux-arts.

Le chantier des collections a permis de progresser dans l’appréhension du fonds du dépôt légal des imprimeurs lorrains. Une démarche identique a été mise en place pour les périodiques du dépôt légal : les périodiques lorrains restent dans les magasins du fonds local, les autres périodiques  rejoignent les magasins distants.

De l’agrégat confus du début nous avons construit un projet qui nous semble plus pertinent, plus simple et bien plus justifié compte tenu de la destinée patrimoniale des ouvrages issus du dépôt légal.