Tous les articles par smarchand

Limédia c’est party !

La mise en ligne des 3 sites Limédia mosaïque, galeries et kiosque en moins d’un an par les équipes des bibliothèques du Sillon lorrain est le fruit d’un travail considérable et méritait bien d’être dignement fêtée. C’est chose faite sous le nom de code Limédia c’est party !

Si chaque Limédia party a lieu simultanément à  Nancy, Metz, Épinal et Thionville, chaque bibliothèque est libre d’y associer le contenu qu’elle souhaite. Seul le lancement de Limédia galeries décline dans chaque ville un dispositif similaire : l’installation de panneaux devant lesquels le public est invité à se prendre en photos.

 Limédia party#1

Les Bibliothèques de Nancy, pour leur part, s’associent à RING festival et à LNVRS club pour célébrer le lancement de Limédia mosaïque la nouvelle bibliothèque numérique à l’occasion d’une soirée où arts numériques, analogiques et performances se croisent sur le site de la Médiathèque Manufacture.

En préambule, dés le mardi 12 avril 2018, Apertures, une sculpture sonore interactive invisible et impalpable à découvrir et à explorer par le geste et l’écoute, signée Mathieu Chamagne est installée à la Médiathèque Manufacture.

Affiche annonçant le lancement de limedia mosaïque

« Trois cadres suspendus, comme trois fenêtres ouvertes, offrent autant de points de vue différents sur un même paysage sonore à visiter. Dans cet espace de jeu musical collectif, le public est invité à constituer un trio interprétant une composition ouverte et interactive. Les gestes, jusqu’aux plus infimes, sont captés et interprétés pour moduler et pétrir la matière sonore, révélant fragment par fragment une pièce électroacoustique à trois voix. »

Succédant au moment officiel et à des présentations des nouvelles ressources en ligne, les festivités débutent à 20 h pour s’achever à 2 h du matin.  La scène du théâtre de la Manufacture et la cour de la Manufacture se transforment en un dancefloor où la création vidéo et musicale et la danse s’entremêlent au milieu d’un mapping immersif.

Limédia party#2

Alors que Limédia mosaïque donne accès à de la presse sous droit, des livres numériques, plusieurs milliers de titres de musique et des cours de langue et de soutien, Limédia galeries est résolument tourné vers le patrimoine.

Tout comme pour Limédia party#1, les festivités organisées pour le lancement de Limédia galeries ont lieu simultanément dans les 4 villes du Sillon lorrain.

A Nancy, dès la mi-décembre 2018, 8 panneaux reproduisant des vues anciennes de Nancy-de la gare au marché central en passant par le musée des Beaux-arts, l’Office du tourisme, le centre commercial Saint Sébastien, la faculté de droit,  la Médiathèque Manufacture et la Bibliothèque Stanislas- sont répartis à travers la ville. Le public est invité à se prendre en photo devant l’un ou l’autre, seul, en groupe ou avec un enfant et à la poster sur le site du groupe Ebra, partenaire des Bibliothèques, qui dote un concours dont le résultat est révélé lors de l’inauguration de Limédia kiosque1.

Concours de selfies organisé à l’occasion du lancement de Limédia galeries

Le 19 janvier 2019, les bibliothécaires proposent un petit voyage décalé dans le temps. La compagnie Crache texte attend le public devant plusieurs panneaux. Une manifestation des gilets jaunes vient, en dernière minute, bouleverser le parcours prévu et le nombre de haltes est réduit.

Affiche pour les balades théatrâles à l’occasion de l’inauguration de limedia Galeries

Avec la complicité des spectateurs, les comédiens réinventent l’histoire. Le tableau de la remise de la lettre patente de création de la bibliothèque par Stanislas à  Antoine-Martin Chaumont de La Galaizière devient, par exemple,  au gré de l’imagination des comédiens aidés par les propositions du public tout à tour l’histoire de l’invention du baba au rhum ou un vaudeville.

Limédia party#3

Valoriser la presse pour la rendre attractive pour le grand public est une des gageures des bibliothécaires. C’est dans cette optique que la websérie consacrée au parricide de Leyr a été réalisée. Les 10 épisodes de la websérie sont diffusés, à raison de 2 par semaine, en avril-mai 2019.

Affiche pour la reconstitution grandeur nature du procès de Leyr

C’est donc tout naturellement que l’idée de la reconstitution du procès du meurtrier de Leyr s’est imposée pour le lancement de Limédia kiosque le 14 avril 2019.

Si l’idée semble simple de prime abord, la réalisation en est plus complexe. Trouver un coupable, des avocats, des témoins et  des jurés n’est pas chose facile. Le choix est donc fait d’associer des comédiens –la compagnie Crache texte spécialisée dans l’improvisation- pour tenir les rôles du coupable et des témoins, l’association juridique, économique et politique – A.J.E.P– de la faculté de droit de Nancy pour le procureur et les avocats et le public pour les jurés auxquels sont venus s’adjoindre les journalistes, encadrés par Lysiane Ganousse, journaliste à l’Est républicain et la foule assistant au procès. Soit au total plus de 200 personnes à coordonner pour une représentation d’envergure et unique. A tout ce petit monde est venu se joindre Catherine Créhange dans le rôle dessinateur judiciaire.

Si, à son arrivée chaque spectateur tire au sort son rôle pour la soirée, l’ensemble du public peut, pendant que le jury délibère, se prononcer sur la sentence en répondant à trois questions via une application sur smartphone.

Limédia party#4

Cerise sur le gâteau, cette quatrième party regroupe une centaine de bibliothécaires contributeurs de Limédia le 24 mai 2019 à Épinal, à l’occasion de son festival de littérature fantastique, les Imaginales.

Affiche pour limédia party 4 à Épinal, mai 2019

Il s’agit de faire un bilan sur le projet et la sortie des 3 sites web, de partager un moment convivial avec l’ensemble des collègues du Sillon Lorrain, et de partager les infos sur la suite du projet BNR. Des ateliers de découverte du moteur de recherche Qwant et du Xylolab, espace de fabrication collaboratif ouvert aux particuliers et aux professionnels, un lieu partagé permettant de créer, fabriquer et expérimenter autour du matériau bois à Épinal viennent ponctuer la journée qui se conclue par la visite guidée de l’exposition Les sept nervures par l’illustrateur Laurent Gapaillard.

Déjà un nouveau projet de Bibliothèque numérique de référence se profile à l’horizon 2020-2022. Si les bibliothécaires ne pensent pas encore aux festivités d’ouverture de la Médiathèque Manufacture concernée par ce projet, ils fourmillent d’idées … pour fêter la fermeture provisoire d’une partie des espaces.

  1. L’Est républicain, 31 janvier 2019 []

Vu d’en haut : mécénat et développement de la lecture sur le plateau de Haye

Jusqu’en 2018, les Bibliothèques de Nancy n’avaient jamais monté d’opération de mécénat. C’est désormais chose faite avec deux projets différents : le patrimoine avec l’acquisition des estampes de Claude Weisbuch et l’accès à la culture avec Vu d’en haut.

 La genèse du projet

Vu d’en haut est né d’une envie : proposer durant 9 mois une série d’ateliers et d’événements artistiques et festifs autour de la lecture, de l’écriture et du dessin par et pour les habitants du quartier du Plateau de Haye (Haut-du-Lièvre), en prenant appui sur le riche réseau associatif  environnant pour trouver et faire se rencontrer ses quelques 70 participants, petits et grands.

La compagnie “Les fruits du hasard” donne le La pour une fête de la musique réussie, le 21 juin 2018 à la Médiathèque Haut-du-Lièvre.

Vu d’en haut est le fruit de la rencontre de 3 acteurs : les Bibliothèques de Nancy dans le rôle des conceptrices du projet, l’association des Amis des Bibliothèques de Nancy dans celui de porteuse et le Fonds de dotation Fontaine comme financeur.

Sollicitées pour mettre en place un projet en direction d’un public éloigné de la lecture, du livre et des arts, le choix du quartier Plateau de Haye s’est immédiatement imposé aux Bibliothèques, avec comme épicentre, la Médiathèque Haut-du-Lièvre, un lieu où se côtoient enfants, adolescents, mineurs isolés, adultes, migrants et personnes âgées. Le portage du projet est réalisé par l’association des Amis des Bibliothèques de Nancy.

Les objectifs

Les objectifs définis dans la bible du projet sont multiples :

  • Renforcer la cohésion sociale en valorisant la capacité de transmission des valeurs et des compétences de chacun à l’aide de différents moyens d’expression artistique ; envisager la création comme mode à la fois individuel et collectif d’échange, mettre au même niveau d’importance le processus et le résultat final.
  • Renforcer l’estime de soi et la dignité des personnes, en valorisant les capacités créatrices de chacun, en fonction de ses connaissances et de son éducation – mobilisation de différents modes d’expression, écrite, orale, plastique, musicale. Faire appel à des modes de médiation non discriminants : choix de la médiation animale.
  • Inscrire la médiathèque au cœur de la vie associative locale et du calendrier des fêtes prévues sur la période estivale, et bâtir des relations pérennes avec les associations partenaires pour faire de l’établissement le véritable poumon culturel d’un quartier en redéfinition.
  • Renforcer la parentalité. En travaillant cette notion, le bénéfice tiré par les enfants de ces moments de création et de partage pourra se diffuser à son tour dans la sphère familiale et privée : construction d’un projet dans un temps long ouvrant la voie à un désir de partage et à de nombreux retours, invitations à assister à de courtes restitutions aussi bien qu’à des moments forts où ses propres enfants seront sur le devant de la scène…

Ateliers et temps forts

La nuit à la médiathèque : jeux, musique;, lectures… Samedi 19 janvier 2019.

Des ateliers de lecture à haute voix, d’écriture et de création de bandes dessinées animés par la Compagnie les fruits du hasard , et des artistes en résidence1 accompagnés de Catherine Créhange, dessinatrice,  érigent la colonne vertébrale des temps forts.

Ils sont accompagnés d’une médiation animale . En effet, la présence animale apaisante et sans jugement est importante pour un enfant ou un adulte développant ses compétences en lecture. Les chiens, soigneusement sélectionnés et entraînés, encadrés par un professionnel spécialisé, mettent en confiance, rassurent et permettent au lecteur hésitant de s’essayer en toute tranquillité à l’exercice de la lecture à destination d’un auditoire. Rapidement les chiens guides Griotte et Mulan de notre ambassadrice Alexandra deviennent, à tour de rôle, les mascottes des ateliers.

Quatre temps forts rythment le projet et permettent d’apprécier le travail fait au cours des ateliers.

Acte 1 : la fête de la musique, 21 juin 2018

Des lectures musicales dessinées, sur des textes de Pierre Gripari, permettent aux 90 personnes présentes (habitants du plateau et partenaires) de faire connaissance avec les artistes en résidence.

Acte 2 : journée festive autour de la montgolfière, 13 juillet 2018

Vu d’en haut, mon quartier est beau. Journée festive le 13 juillet 2018.

De 16 heures à 21 heures, plus de 400 personnes se pressent aux animations, atelier d’aquarelle, et spectacles de lectures musicales sur des textes de Dylan Pelot, Joël Egloff, Jacques Prévert et Benjamin, un participant. Fil rouge de cette après-midi festive : la présence d’une montgolfière captive permet de s’élever à 18 mètres du sol, de prendre de la hauteur et d’avoir un autre point de vue sur le quartier pour les habitants du plateau. 150 personnes profitent de ce baptême de l’air et repartent en possession de leur diplôme d’aérostier.

Acte 3 : spectacle musical et dessiné au théâtre de la Manufacture, 11 décembre 2018

15 apprentis comédiens se produisent sur la scène du théâtre de la Manufacture pour la restitution finale des ateliers. Pour les applaudir, 200 participants dont une grande partie est arrivée dans les 2 bus affrétés pour venir du Haut-du-Lièvre jusqu’au théâtre situé en centre ville.

La soirée est placée sous le signe de l’émotion pour les uns comme pour les autres : stress, dépassement de soi  pour les comédiens, fierté pour les parents présents.

Artistes d’un soir sur la scène du Théâtre de la Manufacture le 11 décembre 2018

Dernier acte : la nuit de la lecture, 19 janvier 2019

Tout au long des 9 mois, nombre de textes, de dessins ont été produits en atelier. Un livre souvenir est réalisé et remis à tous les participants au cours de la nuit de lecture. Dans une ambiance festive a lieu la dernière restitution  de cette aventure autour d’une lecture musicale, de jeux, de musique…

Vu d’en Haut en chiffres :

Les ateliers : 65 participants

  • 15 ateliers de lecture pour les enfants, dont 5 en compagnie des chiens médiateurs du Grand Est
  • 15 ateliers de lecture pour les adultes
  • 10 ateliers BD pour les enfants et les adolescents
  • 8 ateliers BD pour les adultes
  • 6 ateliers d’écriture pour les enfants et les adolescents
  • 7 ateliers d’écriture pour les adultes
  • 1 atelier d’aquarelle

Une conclusion encourageante

La médiathèque a connu une augmentation de 10 % de sa fréquentation en 2018. Elle est de plus en plus impliquée dans le réseau associatif du plateau.
Mais surtout, Vu d’en haut fait aujourd’hui encore pétiller les yeux de tous ceux, jeunes et moins jeunes, participants, spectateurs et bibliothécaires. Une folle envie de repartir vers une nouvelle aventure pointe le bout de son nez.

Pour aller plus loin

  1. Coco Bernardis comédienne et metteuse en scène , Benoît Fourchard, comédien et auteur, Annabelle Dodanne, altiste et Antoine Arlot, saxophoniste []
  2. https://www.facebook.com/vusdenhaut   et https://vudeno.blogspot.com/ []

Petit vade-mecum du mécénat en bibliothèque (épisode 1)

Jusqu’à très récemment mener une opération de mécénat était l’apanage des musées et des grands établissements. Lorsque la Bibliothèque Stanislas a décidé de se lancer son premier crowdfunding, peu d’établissements de taille similaire s’y étaient aventurés. Peu d’exemple, peu de littérature étaient alors disponibles sur le sujet.

 Nous nous proposons de partager notre cheminement et les nombreuses questions que nous nous sommes posées pour mener à bien notre mécénat.

La genèse du projet

Si la première opération de mécénat menée par les Bibliothèques de Nancy a débuté officiellement  le 21 décembre 2017. Elle a pris corps dans nos esprits plus d’une année auparavant.

Astrid Mallick, responsable du cabinet d’art graphique a souhaité lors de la mort du graveur lorrain Claude Weisbuch compléter notre collection de l’artiste. Le galeriste lui a présenté, à cette occasion, une série de 79 estampes de jeunesse de l’artiste dont il ne souhaitait pas se défaire ou uniquement dans sa globalité, l’ensemble formant un tout cohérent expliquant le cheminement de l’artiste jusqu’au style qui a fait sa renommée.

Dépassant le budget consacré annuellement aux acquisitions patrimoniales, cet achat, d’un montant de 49 600 €, nécessitait un montage financier exceptionnel. Une année a été nécessaire pour que nous nous familiarisions avec les rouages du crowdfunding.

 4 questions avant d’agir.

Il est nécessaire de se poser un certain nombre de questions afin de confirmer la pertinence de se lancer dans une telle opération.


Pourquoi le mécénat ?
Par qui ? Qu’est ce que le mécénat exactement ? Comment ?

Nous pouvons apporter une réponse rapide aux deux premières questions.

Pourquoi ?

 Il est nécessaire de s’interroger sur la pertinence de se lancer dans l’aventure du mécénat. Dans notre cas l’achat des 79 œuvres de jeunesse de Claude Weisbuch est-il justifié par rapport à la politique d’acquisitions patrimoniales de la bibliothèque ?

Par qui ?

Porté un projet de mécénat est une tâche lourde, énergivore, mangeuse de temps, nécessitant une grande disponibilité. Aussi, il est nécessaire de prévoir au moins un binôme afin de pouvoir se compléter, se relayer, s’épauler et se motiver mutuellement.

Qu’est-ce que le mécénat[1] ?

« Il n’existe pas de définition précise du mécénat et du parrainage notamment en raison de la diversité des opérations qu’ils peuvent concerner. » selon le site association.gouv.fr

 Cependant, le mécénat est défini par l’arrêté du 6 janvier 1989 comme étant le “soutien matériel apporté,sans contrepartie directe de la part du bénéficiaire, à une œuvre ou à une personne pour l’exercice d’activités présentant un intérêt général “.

Par ailleurs et conformément à la loi du 1er août 2003, dite loi Aillagon,  relative au mécénat, aux associations et aux fondations, les collectivités territoriales sont éligibles au mécénat ouvrant droit à avantage fiscal. Elles doivent cependant répondre comme pour toutes entités éligibles au mécénat, aux critères de l’intérêt général c’est à dire n epas agir au profit d’un cercle restreint de personnes, avoir une gestion désintéressée et avoir une activité non lucrative. Ces avantages représentent :

  • Pour un particulier : une réduction d’impôt de 66 % du montant de leur don effectué en numéraire ou en nature (le don d’une œuvre à un musée de France, par exemple), et retenu dans la limite de20 % du revenu imposable, avec la possibilité, en cas de dépassement de ce plafond, de reporter l’excédent au titre des cinq exercices suivants.((articles 200 et 200 bis du CGI[2])
  • Pour une entreprise : une réduction d’impôt de 60 % du montant de leur don effectué en numéraire, en compétence ou en nature, et retenu dans la limite de 0,5 % du chiffre d’affaires HT, avec la possibilité, en cas de dépassement de ce plafond, de reporter l’excédent au titre des cinq exercices suivants. (article 238 bis – 1 du CGI)

A ces réductions d’impôt peuvent s’ajouter une contrepartie en nature qui doit demeurer dans une disproportion marquée avec le montant du don. Elle ne doit pas dépasser 25% du montant du  don,avec, pour les particuliers, une limitation forfaitaire de 60 €.

Les différents types de mécénat

  • Le mécénat fiduciaire

Il consiste pour un particulier ou une entreprise à faire un d’une somme d’argent.

  • Le mécénat de compétence

Il consiste à mettre, pour une entreprise,  à disposition des collaborateurs sur leur temps de travail pour réaliser des actions d’intérêt général mobilisant ou non leurs compétences.Ces mises à disposition peuvent être évaluées et donner lieu à un avantage fiscal.

  • Le mécénat en nature

Il consiste à donner, pour une entreprise, des biens acquis à titre onéreux par elle ou de biens produits par l’entreprise elle-même et destinés à la vente.

Comment ?

La Ville de Nancy pouvant émettre des reçus fiscaux, nous aurions pu mener notre crowdfunding sans passer par une plateforme participative cependant la visibilité qu’offre les plateformes a emporté notre adhésion. C’est alors présentée une foultitude de nouvelles interrogations :

Choix d’une plateforme

  • Quelle plateforme participative choisir ?
  • Y-a-t’il des plateformes spécialisées pour le domaine culturel ?
  • Quel type de crowdfunding la plateforme propose-t-elle ?
  • Quel secteur la plateforme couvre-t-elle majoritairement ?
  • Nombre de projets proposés en 2016 ? Taux de réussite ?
Présentation du mécénat sur le site de la Fondation du Patrimoine

Mise en ligne

  •  Après validation du projet quels sont les délais de mise en ligne ?
  • Quels sont les outils de promotion, de mise en valeur du projet ?
  • Mise en avant sur la page d’accueil du site ?
  • Mise en avant dans une newsletter ?
  • Mise en avant sur les réseaux sociaux ?
  • Autre …
  • Quelle est la durée de la mise en ligne du projet
  • Durée minimale ?
  • Durée maximale ?
  • La plateforme apporte-t-elle un accompagnement éditorial pour une mise en ligne de qualité ?

Gestion

  • Quel est le montant des frais de gestion ?
  • Que se passe-t-il dans le cas où le montant souhaité n’ait pas été atteint ? Des frais sont-ils applicables ? Dans l’affirmative quel en est le montant ?
  • Que se passe-t-il quand le montant à  atteindre pour la collecte n’est pas atteint ? L’argent récolté est-il quand même acquis au projet ? Dans la négative l’argent est-il redonné aux souscripteurs ? Sous quel délai ?
  • Prise en charge de l’émission de reçus fiscaux
  • Quels moyens de paiement sont proposés aux souscripteurs : carte bancaire, paypal, autre ?
  • Quel est le délai de versement des fonds récoltés ?
  • Un abondement (aide financière complémentaire) peut-il être apporté par la plateforme ?
Plateforme Domaine couvert Durée Frais Émission de reçus fiscaux Objectif de collecte non atteint Contreparties en nature
Ulule Généraliste 90 jours maximum Variable selon les fonds collectés <100 000 € : de 6,67% HT pour les fonds collectés par Cartes Bancaires, et de 4,17% HT pour les fonds collectés par Paypal ou chèques ou virements oui Remboursement des participants possible
Kiss kiss bang bang Généraliste 60 jours maximum 5 % sur les fonds collectés + 3% de frais de transactions bancaires sécurisées non Remboursement des participants possible
Commeon Prédominance culturelle et sociétale ? 8 % HT ou 4% si abonnement mensuel de 330 € HT /mois oui Don irrévocable possible
La fondation du patrimoine Patrimoine (bâti principalement) 5 ans 6 % oui Prolongation de l’opération, possibilité d’un soutien financier de la fondation possible

Les contreparties en nature

La loi permet  d’offrir des contreparties en nature venant compléter  la réduction d’impôt.  Il ne faut pas oublier dans l’organisation du mécénat d’inclure le temps et le coût qu’elles peuvent représenter. La réalisation et l’envoi de goodies peuvent être rapidement onéreux. Il est intéressant de privilégier les contreparties en nature : visite VIP, anciens catalogues édités par la bibliothèque….

Actualité du projet sur le site de la Fondation du Patrimoine

Nous avons choisi de différencier les contreparties pour les particuliers et celles des entreprises.

Contreparties pour le grand public

  • 10 € et plus : une carte double représentant une gravure de Claude Weisbuch
  • 50 € et plus : au choix un exemplaire d’un catalogue d’exposition des Bibliothèques de Nancy (et une carte double représentant une gravure de Claude Weisbuch ou une place de concert le 22 septembre.
  • 120 € et plus : au choix un exemplaire du catalogue d’exposition A livres couverts (150 contreparties) ou Le manuscrit Des Fours (100 contreparties) et une carte double
  •  400 € et plus : 2 places à une présentation privée en très petit comité des œuvres de Claude Weisbuch autour du verre de l’amitié et au choix un exemplaire d’un catalogue d’exposition des Bibliothèques de Nancy et une carte double représentant une gravure de Claude Weisbuch .
  • 1 000 € et plus : une sérigraphie numérotée  « Hommage à  Claude Weisbuch » réalisée par un graveur contemporain remise autour du verre de l’amitié à  la Bibliothèque Stanislas. (48 disponibles)

Contreparties pour les entreprises

  • 500 € et plus : une sérigraphie numérotée « Hommage à  Claude Weisbuch »  réalisée par un graveur contemporain remise autour du verre de l’amitié à  la Bibliothèque Stanislas.  (48 disponibles)
  • 1000 € et plus : deux sérigraphies numérotées « Hommage à  Claude Weisbuch »  réalisées par un graveur contemporain remise autour du verre de l’amitié à  la Bibliothèque Stanislas.  (48 disponibles)
  •  5000 € et plus : 10 invitations à offrir aux collaborateurs, clients à une soirée semi privée (50 personnes)  des œuvres de Claude Weisbuch autour de petits fours et d’un verre de l’amitié. Chaque invité se verra offrir une carte double en souvenir.
  • 10 000 € et plus : découverte de la Bibliothèque Stanislas, de ses trésors  la nuit au cours d’une soirée privée pour 50 personnes autour d’un buffet. Le programme de la soirée sera établi conjointement entre le mécène et les bibliothécaires. Chaque invité se verra offrir une carte double en souvenir de la soirée

 


[1] http://www.culture.gouv.fr/Thematiques/Mecenat/Qu-est-ce-que-le-mecenat

[2] Code général des impôts

Petit vade-mecum du mécénat en bibliothèque (épisode 2)

Nous avons vu dans un premier temps les questionnements qui ont accompagné notre démarche. Revenons ici sur les différentes actions qui ont rythmé notre mécénat.

Bilan de « notre » mécénat

Neuf mois ont été nécessaires pour mener à bien notre entreprise. Une telle opération n’est pas un long fleuve tranquille. Si, dans un premier temps, tout un chacun s’intéresse à vous et à votre projet, il est nécessaire, au fil du temps, de susciter l’intérêt par différentes actions. Chaque action peut être classifiée dans un type de mécénat : de compétence, en nature …

Trois temps forts ont ponctué notre mécénat.
9 mars : création de « la glaneuse», un macaron chocolat par la Fédération des pâtissiers.

6 avril : un dîner d’exception à la Bibliothèque Stanislas.

Vendredi 6 avril 2018 : la salle de lecture transformée en salle de réception.

22 septembre : un concert d’exception par l’Ensemble Stanislas à la Bibliothèque

Le mécénat grand public

120 particuliers ont abondé à la souscription. Ils sont répartis sur l’ensemble du territoire et pour les 3/4 n’ont aucun lien avec les Bibliothèques de Nancy.Les dons des particuliers s’échelonnent entre 10 € et 150 €.
Afin de sensibiliser le grand public, nous avons accueilli plusieurs groupes par exemple. Une grande disponibilité a été nécessaire car ces accueils ont eu lieu, pour la plupart en soirée, en dehors des horaires de travail habituel.

Le mécénat de compétence

  • La création d’un gâteau par la Fédération des pâtissiers de Meurthe-et-Moselle

Créé spécialement en soutien à notre mécénat, La glaneuse, délicieux macaron chocolat au cœur praliné et mousse au chocolat a été mis en vente le 9 mars dans 10 pâtisseries de Meurthe-et-Moselle. Création éphémère, elle n’est plus commercialisée à  la fin du mécénat.

Chaque pâtissier s’est engagé à verser 1 € sur chaque glaneuse vendue avec un minimum 250 €.

La glaneuse : une création des pâtissiers de Meurthe-et-Moselle

La Fédération, elle aussi, abonde au projet en fournissant gracieusement 250 petits carrés de chocolat blanc à l’effigie de la glaneuse à chaque pâtissier participant , en offrant les gâteaux lors de la présentation officielle qui a eu lieu vendredi 9 mars en présence de Laurent Hénart, maire de Nancy, d’André Rossinot , président de la Fondation Lotharingie et de Denis Grandjean, délégué régional adjoint de la Fondation du patrimoine.Elle s’associe au dîner de gala, vendredi 6 avril, en offrant le dessert. Les pâtissiers en assurent le service en tenue et toque blanche.

La glaneuse est offerte en dégustation par les pâtissiers lors de diverses manifestations prévues à Nancy.

Il est à noter que c’est la première fois que la Fédération des pâtissiers participe à  ce genre d’action.

  • Un dîner d’exception samedi 6 avril 2018 

Alain Marcotullio, traiteur et  la Maison Lelièvre, séduits par notre projet ont décidé de nous offrir la totalité de leur prestation –  repas, service et boissons. Ils sont rejoints par la Fédération des pâtissiers qui  offre le dessert. Les places sont proposées au prix de 150 € pour une personne, 275 € pour deux, soit 51€ et 93.50 € après déduction fiscale.

Cuvée spéciale pour un dîner d’exception

Cette soirée a rapporté 50 % de la somme nécessaire pour notre acquisition.

Le mécénat en nature

Pour compléter le dîner, des artistes contemporains, un galeriste et la famille de Claude Weisbuch nous ont offert des œuvres qui ont été vendues aux enchères.

  • 6 œuvres d’artistes contemporains en hommage à Claude Weisbuch

Dans le cadre du projet graveurs lorrains, 6 graveurs contemporains – Jean François Chevalier, Roland Grunberg, Jacques Hallez, Jean Charles Taillandier, Patrice Vermeille et Rarès Victor-  ont proposé 6 œuvres originales, imprimées en 10 exemplaires par l’imprimeur d’art Christin Georgel, installé à Gérardmer et estampillées d’un cachet spécifique à cet événement . Elles sont offertes en contreparties des dons les plus importants.

Œuvres en hommage à Claude Weisbuch
  • Un concert d’exception samedi 22 septembre 2018

Les nombreux musiciens réalisés par Claude Weisbuch témoignent de son intérêt pour la musique. Aussi L‘Ensemble Stanislas répond  immédiatement positivement à notre sollicitation pour l’organisation d’un concert à la bibliothèque, bientôt rejoint par la Brasserie Excelsior qui offre une collation pour agrémenter la soirée.

Samedi 22 septembre 2018 : concert de l’Ensemble Stanislas

Le mécénat fiduciaire

Plusieurs entreprises abondent à la souscription soit par des dons, soit en achetant des places pour notre repas. Par exemple les Vitrines de Nancy et le Centre Saint Sébastien ont acheté respectivement 8 places pour la soirée, places qui ont fait l’objet d’un concours pour être offertes au grand public.

Des dons sans contrepartie

Certaines personnes sont intervenues à nos côtés gracieusement par intérêt pour notre mécénat. Citons Sylvie Teitgen, commissaire priseur et Jérôme Prod’homme, animateur radio, qui ont animé la vente aux enchères et le dîner du 6 avril.

La communication

Sans communication pas de mécénat. En effet c’est grâce à  la presse, les réseaux sociaux, … que l’on peut de façon régulière maintenir l’intérêt du public pour le projet.

Nous avons bénéficié d’une couverture de presse importante, tant de la part de la presse locale que dans la presse professionnelle et des médias radio et TV.  Douze  articles parus dans la presse régionale et professionnelle, un reportage sur France 3, 2 interviews sur les ondes de France bleu, un passage dans la matinale du week-end sur RTL, de nombreux rédactionnels sur le web : Nancybuzz, Connaissance des arts, France 3 … nous ont permis d’être présents tout au long de notre mécénat.  

Conclusion

Notre mécénat a été l’occasion de mettre la Bibliothèque Stanislas sous les feux des projecteurs, de fédérer les mécènes autour du patrimoine lorrain et surtout de nous permettre de belles rencontres.

Des dons complémentaires sont venus enrichir nos collections. Plusieurs œuvres de Claude Weisbuch offertes par la famille de l’artiste  mais aussi le dépôt des archives de Louis Thirion, compositeur lorrain du début du XXe siècle et directeur du conservatoire, rendu possible grâce à notre rencontre avec l’Ensemble Stanislas.

Il nous reste maintenant à maintenir l’intérêt du public qui nous a suivi sur le travail mené par la bibliothèque  et qui sait l’emmener avec nous sur un autre projet de mécénat.

Philippe Claudel polyglotte

A l’occasion de la 38e édition du Livre sur la Place dont il était le président, Philippe Claudel a fait don d’un ensemble de 150 de ses ouvrages à la Bibliothèque Stanislas. Ce serait une erreur que de penser que l’un des auteurs les plus emblématiques de Lorraine n’était pas présent dans les collections de la bibliothèque !

Couverture de Le rapport de Brodeck de Philippe Claudel édition tchèque
Couverture de Le rapport de Brodeck de Philippe Claudel édition tchèque

« Il est émouvant de voir les livres voyager dans des directions qu’on ne soupçonnerait pas ».

Le catalogue de la bibliothèque compte 52 références où le nom de Philippe Claudel apparaît soit en qualité d’auteur, soit de préfacier. Cependant aucun des ouvrages offerts n’était présent. En effet ces 150 ouvrages nous offrent un vaste tour du monde littéraire :  du Japon à l’Islande en passant par l’Irak  et le Portugal, près de 30 pays sont représentés.

Viennent en tête du nombre de traduction,  Le rapport de Brodeck, Les âmes grises et La petite fille de monsieur Linh avec respectivement 29, 27 et 22 éditions.

Couverture des Ames grises de Philippe Claudel édition chinois
Couverture des Ames grises de Philippe Claudel édition chinois

La jaquette : reflet de la sensibilité d’un pays

Nous avons tous en mémoire les couvertures sobres du Rapport de Brodeck  ou des Âmes grises parues chez Stock.  Nous sommes parfois surpris de découvrir le parti pris des éditeurs étrangers  pour le visuel de leurs jaquettes. En Chine, une femme nue sortant d’un champ de blé illustre Les âmes grises, un herbier celle du Rapport de Brodeck  pour l’édition tchèque. L’éditeur russe, quant à lui a choisi des tableaux impressionnistes pour les illustrer.

Couverture des Ames grises de Philippe Claudel édition russe
Couverture des Ames grises de Philippe Claudel édition russe

Pour l’édition française de Parfums, Stock a fait le choix d’une jaquette illustrée d’un détail des « 3 âges de la femme »  de Gustav Klimt évoquant l’amour maternel. L’édition catalane, elle, mêle un timbre poste évoquant la Place Stanislas, un portrait d’un jeune adolescent une horloge à remonter le temps et naturellement une madeleine de Proust. Avec la jaquette coréenne nous voilà transportés dans une scène de rue que l’on pourrait situer dans une petite ville de Lorraine  si ce ne sont les panneaux indicateurs St John Gate, Farringdon …

Couverture des Parfums de Philippe Claudel
Couverture des Parfums de Philippe Claudel

Lors de la rencontre à l’Opéra avec Françoise Rossinot, l’écrivain expliquait qu’il fait confiance à l’éditeur pour la couverture car il connait son public. De même qu’il y a un lien, « une fatalité positive »  entre le traducteur et l’écrivain. Certains traducteurs entrent en contact avec lui, allant jusqu’à  se déplacer à  Dombasle. Parfois, d’autres traductions réservent de mauvaises surprises comme la première traduction des Âmes grises pour laquelle l’éditeur américain s’était arrangé avec le texte, coupant certains passages et allant même jusqu’à changer la fin.

Couverture des Parfums de Philippe Claudel édition coréenne
Couverture des Parfums de Philippe Claudel édition coréenne

Couverture de Le rapport de Brodeck de Philippe Claudel
Couverture de Le rapport de Brodeck de Philippe Claudel

Couverture de Le rapport de Brodeck de Philippe Claudel édition
Couverture de Le rapport de Brodeck de Philippe Claudel édition

Couverture des Parfums de Philippe Claudel édition catalane
Couverture des Parfums de Philippe Claudel édition catalane

Un dessin sous le chapiteau

Après l’écriture collaborative d’un cadavre exquis lors de la précédente édition du Livre sur la Place, les Bibliothèques de Nancy se sont lancé un nouveau défi avec la réalisation d’un dessin collectif faisant appel aux illustrateurs et bédéistes présents sous le chapiteau.

« Chaque livre contient un battement d’humanité »

 

C’est par cette phrase que Philippe Claudel, président de la 38e édition a donné le thème de cette toile unique. Parfois seul, parfois à plusieurs, les dessinateurs se sont prêtés au jeu. Chaque illustrateur ou bédéiste est venu avec son univers et sa sensibilité, rebondissant parfois sur un dessin présent sur la toile. Peb et Fox, qui étaient venus il y a quelques années sur notre stand réaliser des dessins humoristiques autour de la littérature sont venus en amis. De même que Catherine Créhange qui a créé l’an passé le dessin illustrant notre cadavre exquis. Ce fut aussi l’occasion d’échanger, par exemple, autour de l’illustration pour enfants avec deux jeunes illustratrices belges Paola de Narvaez et Camille van Hoof.

Le public, quant à lui, a été parfois surpris par notre démarche et a souvent découvert que la Bibliothèque Stanislas possède un cabinet d’arts graphiques comptant des œuvres d’artistes  tels Grandville ou Callot mais aussi d’artistes contemporains comme Weisbuch ou James Prunier.

De l’œuvre papier à l’œuvre numérique

 

Cette œuvre originale est désormais rangée précieusement dans les collections de la Bibliothèque Stanislas. Cependant il nous semblait important que ce ne soit pas une fin en soi et que le public puisse la découvrir. Aussi, à l’aide de l’application Genial.ly le dessin collaboratif final a pris une nouvelle ampleur en devenant interactif. Des pictogrammes sont  intégrés à chacun des dessins renvoyant vers la biographie et les sites des artistes. Une nouvelle œuvre sous forme numérique a vu le jour.