Archives de catégorie : Bande dessinée lorraine

Frédéric Boilet : 3615 Alexia

Depuis 2017, nous constituons progressivement  à  la bibliothèque Stanislas, au sein du fonds lorrain, une nouvelle collection. Celle-ci est  composée d’albums de bandes dessinées, de planches originales et de dessins originaux d’auteurs lorrains contemporains.

Cet ensemble cohérent est enrichi par diverses pièces versées par les artistes : ouvrages épuisés, estampes, documentation éditoriale à l’occasion de la parution d’un nouvel album. Ainsi, la collection s’étoffe  peu à peu avec des pièces originales acquises auprès d’eux ou versées de leur plein gré. Nous réalisons en outre un travail de veille documentaire permettant d’abonder des boîtes d’archives sur chacun des artistes de cette collection.

Après la commande effectuée auprès de Romain Dutreix en 2018 dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine, notre choix s’est porté sur un artiste au parcours singulier : Frédéric Boilet.

Frédéric Boilet, auteur

Né en 1960 à Épinal, Frédéric Boilet est auteur de bande dessinée, essayiste, traducteur et photographe. Il fait ses études à l’École supérieure des Beaux-Arts de Nancy, y rencontre nombre d’artistes, devenus célèbres, dont par exemple Lefred Thouron. Les deux amis ont pour point commun de quitter délibérément l’école avant le passage du diplôme de fin d’études. Ils mènent plusieurs projets ensemble, à commencer par leur implication systématique dans la rédaction du fanzine local, Le Lorgnon.

Frédéric Boilet, photographie Laïa Canada, 2012

Frédéric Boilet publie son premier album à l’âge de 23 ans, La nuit des Archées (dessins et couleurs, scénario de Guy Deffeyes). Trois ans plus tard, le Rayon vert (1986) apparaît comme un album sans précédent. Il y expérimente une méthode de travail qui perdurera tout au long de sa carrière : le recours quasi exclusif à la photo et la vidéo. 3615 Alexia applique cette méthode à un récit d’inspiration autobiographique. Le parcours de Frédéric Boilet continue au Japon pendant 15 ans. Il publie plusieurs ouvrages ; collabore avec Benoit Peeters, Jirô Taniguchi, adapte nombre de bandes dessinées japonaises pour les éditions Casterman en tant qu’adaptateur et traducteur. Sa dernière publication, un récit photographique (autobiographique) intitulé 286 jours, paraît en 2004. Une biographie plus détaillée ainsi que des dessins originaux sont à voir sur son propre site.

Le choix de l’œuvre : pourquoi  3615 Alexia?

Dans le cadre de l’enrichissement du fonds lorrain de dessinateurs de presse et de bande dessinée, notre choix s’est porté sur un album bien précis de Frédéric Boilet. En effet, 3615 Alexia prend place dans le décor urbain de Nancy à la fin des années 1980, alors même que l’artiste, originaire d’Épinal et ayant quitté depuis peu l’École des Beaux-arts de Nancy, habite avenue du Général Leclerc. L’artiste s’inspire en grande partie de son quotidien, l’utilisant comme source de documentation : l’évocation de son quartier est partie intégrante de sa  narration. L’album en lui-même est paru en édition originale aux Humanoïdes associés en 1989, puis une nouvelle édition paraît chez Ego comme X en 2004.

Au-delà de l’album, nous avons souhaité acquérir une sélection de planches originales de 3615 Alexia.

Une rencontre humaine et un choix ciblé

La première étape a consisté à prendre contact avec Frédéric Boilet. Une première rencontre chez lui a été l’occasion de parler de l’ensemble de son œuvre, de son édifiant parcours, de voir bon nombre de ses planches et dessins originaux méticuleusement classés. Puis nous avons ensemble examiné l’intégralité des planches originales de l’album 3615 Alexia.

Planche originale n°40, encre de chine, typex blanc, 41×54

Des prises de vue à la publication de l’album

Les planches

Au sein d’une intrigue à la fois très précise du point de vue des lieux, avec deux personnages principaux (dont un alter ego de l’auteur), et un minitel, les planches que nous avons choisies représentent avec un réalisme et une grande minutie dans le trait divers quartiers de Nancy. La première (qui est la deuxième de l’album) donne à voir la gare et la voie ferrée vues du ciel, ainsi que les quais. Les deux protagonistes du récit sont de suite introduits, dans une scène statique : ils attendent le train .

3615 Alexia comporte une histoire dans l’histoire, et nous emmène de Nancy à Lyon en passant par Paris. Le minitel, cet objet alors perçu comme un outil de communication sans précédent y tient une place centrale. Les quatre autres planches montrent le quartier de l’avenue du Général Leclerc à la limite de Vandoeuvre-lès-Nancy, puis, de nouveau la gare, avec d’autres points de vue.

Le matériel d’accompagnement

La photographie étant partie intégrante de l’élaboration de l’album, Frédéric Boilet a tenu à nous faire don de l’ensemble des clichés ayant servi. Les planches reprennent au détail près l’intégralité des éléments architecturaux avec une maîtrise de la perspective, de la plongée et de la contre-plongée selon les angles de prise de vue.

Gare de Nancy, 1988. Photographies pour la planche n°1, case 1, prise depuis le toit de la Tour Thiers

Après les photographies, le travail s’effectue sur calque. Nous détenons aussi ces esquisses au crayon, certaines comportent des morceaux disjoints, des essais, et des repentirs. Il est très intéressant de les comparer au rendu définitif. La planche est dessinée à l’encre de chine, elle comporte des ajouts collés et des modifications en différents endroits. Cette approche permet un réalisme confondant dans les effets de perspective, avec des premiers plan n’empêchant pas de distinguer les détails des édifices.

Esquisse au crayon sur papier calque. Planche 37, 42×55
Planche originale n°1, encre de chine, typex blanc, 41×54

Enfin, autre élément précieux, le don comporte les bleus de coloriage. Il s’agit de tirages avant impression définitive de l’album, sur lesquels ne figurent que les couleurs principales à l’acrylique, vierges de tout trait. Cette étape permet à l’imprimeur de travailler en trichromie et en noir.

Bleu de coloriage, 1989, acrylique, 19×25

L’arrivée dans les collections

Le financement de l’acquisition

Les planches ont été acquises avec le soutien du Fonds régional de restauration et d’acquisition des bibliothèques, structure co-financée par la Région Grand-Est et la Direction régionale des affaires culturelles.

Réception de l’ensemble de l’acquisition en présence de l’artiste, janvier 2020

La réception de l’ensemble de l’acquisition

En janvier 2020, Frédéric Boilet est venu à la bibliothèque Stanislas déposer les planches et le matériel d’accompagnement faisant l’objet de l’acquisition.

Nous avons profité de l’occasion pour recueillir une dernière fois des éléments d’information sur sa méthode de travail. Ainsi, nous avons eu confirmation que l’auteur a donné à ses personnages les traits de ses amis ; force est de constater que leur représentation est d’un grand réalisme.

La valorisation auprès du public

Présentation des planches et des documents de travail. JEP 2021

Ces acquisitions ont été montrées lors des journées du patrimoine 2021, accompagnées d’une médiation orale qui revenait sur le processus de création.

Sur son site internet, Frédéric Boilet fait également mention de l’acquisition des Bibliothèques de Nancy.

 

Romain Dutreix reporter à la bibliothèque

Depuis 2017, nous constituons progressivement  à  Bibliothèque Stanislas, au sein du fonds lorrain, une nouvelle collection. Celle-ci est  composée d’albums de bandes dessinées, de planches originales et de dessins de presse d’auteurs lorrains. Cette collection s’étoffe  peu à peu avec des pièces originales acquises auprès d’artistes de notre territoire.

Nous verrons en trois temps comment cet enrichissement a été effectué auprès de Romain Dutreix (2018), Frédéric Boilet (2019), puis Lefred Thouron (2021).

En premier lieu en effet, à l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine 2018 (JEP), nous avons effectué une commande à l’auteur dessinateur de bandes dessinées et dessinateur de presse Romain Dutreix. Après avoir imaginé ce que nous souhaitions lui demander, nous avons donné un intitulé à cette intervention artistique : Romain Dutreix sur le fil. Son premier travail a alors consisté à concevoir un dessin en couleurs pour notre campagne de communication mettant en avant l’opération.

Romain Dutreix, Sur le fil,  dessin conçu pour la communication de l’opération

 

Qui est Romain Dutreix ?

Né en 1976, Romain Dutreix grandit en région parisienne. En 2010, il décide de quitter Paris pour Nancy où il s’installe avec sa famille. Présent dans la sélection officielle du festival d’Angoulême cette même année avec l’album Allegretto deprimoso (Fluide Glacial), il développe un style rigoureux et tranchant. Dans Impostures (2 volumes parus chez Fluide Glacial en 2013 et 2015), il tourne en dérision et dessine à sa manière les personnages les plus connus de la bande dessinée franco-belge : Spirou, Titeuf, Astérix, Gaston, ou encore Tintin pour ne citer qu’eux. La parodie des personnages créés par ses confrères dessinateurs devient la marque de fabrique de ce dessinateur à l’imagination débordante pour mettre en image les situations les plus improbables. Dans cette lignée, il est régulièrement édité par la librairie nancéienne La Parenthèse. Une collection de bandes dessinées en noir et blanc de petit format tirées à 500 exemplaires, justifiées et signées par l’auteur existe désormais : Niourk, les origines (2015), Groupies. Y en aura pour tout le monde (2016), Paul a un empêchement (2016), le Relou des mers (2017), et Traquemarge (2018). Ainsi, Traquemarge fait référence à Traquemage de Wilfrid Lupano et Relom. Le Relou des mers est, dès le titre le plagiat explicite d’une bande dessinée de Riff Reb’s, Le loup des mers. Romain Dutreix est aussi un des contributeurs de Quartiers libres, chroniques nancéiennes (2018), commandé par “La Parenthèse” à six auteurs dessinateurs nancéiens1.

En 2016, c’est Revue de presse : petite histoire des journaux satiriques et non-conformistes. Cet album regroupe l’intégralité des strips réalisés par Romain Dutreix et Toma Bletner autour de ce sujet. Leur parution a d’abord lieu dans le quotidien Libération en 2015, puis dans le mensuel satirique Fluide Glacial. Il s’agit là d’un travail documentaire dense et édifiant sur une caractéristique de la presse française : la satire journalistique. En 2018, Romain Dutreix nous surprend de nouveau en illustrant en couleurs Le Libéralisme, enquête sur une galaxie floue, dont les textes sont signés Pierre Zaoui, aux éditions Le Lombard.

Le dessin de presse représente une partie importante de l’activité de Romain Dutreix. Il fait partie de l’équipe du Canard enchaîné depuis février 2018, sur une suggestion de Lefred Thouron, dessinateur de presse renommé nancéien également, y collaborant depuis plus de 30 ans. A cela s’ajoute sa contribution régulière au mensuel Fluide Glacial, “magazine de bande dessinée à l’humour décomplexé”. Dans Spirou, Romain Dutreix signe la rubrique “La Leçon de BD”. Son dernier album , Madeleine, est à paraître au cours du premier semestre 2022 chez Fluide Glacial.

Un important travail d’observation

La  thématique nationale des JEP étant en 2018, l’Art du partage, nous avons proposé à Romain Dutreix de croquer le personnel de la Bibliothèque Stanislas à l’oeuvre dans ses missions quotidiennes. Plusieurs visites des différents espaces – bureaux, magasins, atelier, réserves et autres parties réservées au personnel – lui ont permis d’observer et de capter les particularités des lieux et de nos pratiques professionnelles .

Romain Dutreix, La Coursive

 

Une mise en oeuvre très rapide

C’est de retour chez lui, entre  le samedi soir et le dimanche midi qu’il a concocté une histoire en quarante planches constituées d’une vignette chacune,  intitulée Une journée à la Bibliothèque Stanislas. La journée s’articule de L’Ouverture au Départ, en passant par le Catalogage, La Coursive, Le Conditionnement, La Presse, etc. Autant d’aspects qui ont marqué l’artiste au gré de ses observations. Il s’ingénue alors, selon son habitude, à transformer la réalité. Cela aboutit à  sa propre vision pleine d’humour de la vie et des moeurs à la Bibliothèque Stanislas. Comme dans beaucoup de ses bandes dessinées, il est l’acteur central de l’histoire qu’il imagine. Il y tient le rôle d’un reporter venant découvrir la bibliothèque en y rencontrant différents membres de l’équipe.

Romain Dutreix, L’ouverture

Quelle plus-value pour notre public et nos collections ?

Un accrochage des dessins sur un fil a été privilégié pour une présentation au public : véritable fil rouge de la vie à la bibliothèque, il mettait en valeur ces strips de façon originale.

Romain Dutreix accrochant ses dessins à la bibliothèque (cliché D. Comte)

L’ensemble des JEP était articulé autour des albums de bande dessinée et de jeunesse du fonds lorrain. En plus de la présence de l’artiste et de cette performance inédite, nous avions imaginé des jeux pour mettre en valeur ces collections. Le public s’est amusé de cette parodie et de la manière originale dont elle a été présentée. Le dimanche après-midi, nous avons connu une fréquentation sans précédent pour les Journées Européennes du Patrimoine. Les planches réalisées Romain Dutreix ont de ce fait profité au plus grand nombre.

En outre, cette création originale fait désormais partie des collections de la Bibliothèque Stanislas avec une cession intégrale des droits d’auteur à l’institution. Les 40 dessins peuvent dès lors être diffusés par nos soins sans restriction. Ils sont d’ores et déjà versés sur Limédia Galeries.

Le public découvrant les dessins (cliché D. Comte)

Cliquer ici pour voir le reportage photographique et vidéo de ces journées.

  1. Baru, Sylvie Bessard, Romain Dutreix, Thierry Martin, Olivier Romac, Zoé Thouron []