Archives de catégorie : Une histoire de bibliothèque

Comédien, bibliothécaire, professeur, écrivain : Joseph Uriot (1713-1788), un Lorrain au service de Charles Eugène de Wurtemberg

Mariette CUENIN-LIEBER, docteur ès lettres, signe cet article.

Arrivé à Stuttgart comme comédien en 1759, Uriot devint bibliothécaire personnel et lecteur du duc, puis responsable de la bibliothèque publique fondée en 1765 et enfin professeur de langue et littérature françaises à l’Académie Caroline. Il contribua aussi à la vie festive et intellectuelle de la cour par ses écrits, qui furent publiés. De la plupart d’entre eux, la Bibliothèque Stanislas conserve des exemplaires, dont certains, envoyés à Nancy par Uriot lui-même, portent des mentions écrites de sa main. Et dans le fonds patrimonial nancéien figurent aussi deux œuvres qu’il composa avant son entrée au service du duc et même une trace de sa scolarité.

 

 23 février 1729 : le jeune Uriot acteur

Les parents de Joseph – son père était garde du corps du duc Léopold – nourrissaient sans doute des ambitions pour leur fils : c’est au collège des Jésuites de Nancy qu’il fit ses études. Les Pères accordaient une grande importance au théâtre dans la formation de leurs élèves, qui se produisaient en public. Le 23 février 1729 eut ainsi lieu la représentation d’une tragédie, Thémistocle, et d’une comédie, Le Duelliste, sur la scène de l’Opéra, avec l’autorisation du duc Léopold, qui avait fait construire cette salle par un grand architecte italien, Francesco Galli. Uriot, qui allait avoir seize ans – il était né à Nancy le 17 mars 1713 –, interpréta un rôle dans la tragédie et participa comme danseur aux intermèdes. On le sait grâce au programme imprimé qui fut remis aux spectateurs et dont la Bibliothèque Stanislas conserve deux exemplaires.

Uriot dans la distribution de Thémistocle, tragédie, Le duelliste, comédie… représentées sur le Theatre de l’Opera de Nancy, Par les Humanistes du Collège de la Compagnie de Jesus… 702 034 (9) p. 3

1742 : Lettre d’un franc-maçon à Mr De Vaux

Elle parut à Francfort, où Uriot venait d’être reçu Maître dans la Loge de l’Union. Il était alors acteur. Ayant achevé ses études à l’Université de Pont-à-Mousson, il avait été nommé professeur d’histoire et bibliothécaire à l’Académie fondée par le duc Léopold à Lunéville. Mais cédant à l’attrait du théâtre, il avait quitté la Lorraine en 1741  à la recherche d’engagements. Il restait cependant attaché à ses amis lorrains, dont Mme de Graffigny et Devaux, auquel la Lettre est dédiée. Elle connut un grand succès et fut maintes fois rééditée dans sa version originale et sa traduction en allemand. La Bibliothèque Stanislas conserve un exemplaire de l’édition princeps.

Joseph Uriot. Lettre d’un franc-maçon à Mr. De Vaux… Francfort-sur-le-Main, 1742. 702 230 (30)

1752 : « L’Education. Ode »

En 1744, Uriot entra comme comédien au service du margrave de Bayreuth et de son épouse Wilhelmine, une sœur de Frédéric II de Prusse ; ils lui confièrent aussi l’instruction de leur fille unique Frédérique, alors fiancée à Charles Eugène de Wurtemberg. Gardant des liens avec la Lorraine, où il revenait de temps en temps, il savait ce qui s’y passait. Il eut ainsi connaissance de l’établissement par Stanislas d’une bibliothèque publique et de la fondation de deux prix, l’un pour récompenser un ouvrage scientifique, l’autre une œuvre littéraire. En 1752, il concourut avec l’ode « L’Education » pour le prix de littérature. Les meilleures strophes parurent dans les Mémoires de la Société Royale des Sciences et Belles Lettres de Nancy. Elles n’y sont pas signées, mais le poème est mentionné parmi les œuvres d’Uriot dans la Description de l’Académie-Caroline de Stouttgard, histoire de cette institution publiée en 1784.

L’Education. Ode qui a concouru pour le prix de Littérature l’an 1752.  In Mémoires de la Société Royale des Sciences, et Belles-Lettres de Nancy,   t. II 1755. 769 006,  p. 254

1763 et 1764 : Description des fêtes données […] à l’occasion du jour de naissance de Son Altesse Sérénissime Monseigneur le duc régnant de Wurtemberg

Uriot connaissait Charles Eugène pour l’avoir rencontré en 1748 à Bayreuth, où fut célébré son mariage avec Frédérique. Au début de l’année 1759, il quitta le service du margrave et se rendit à Stuttgart. Le duc donnait chaque année en février, dans ses châteaux de Stuttgart et Ludwigsburg, des fêtes somptueuses pour son anniversaire. Renommées bien au-delà des frontières du Wurtemberg, elles attiraient de nombreux visiteurs. Uriot publia un bref récit de celles de 1762 que suivirent les relations beaucoup plus amples des réjouissances de 1763 et 1764. Il envoya un exemplaire du volume de 1763 à Voltaire, qu’il avait rencontré au cours de ses voyages, et publia dans celui de 1764 la réponse qu’il en avait reçue. La Bibliothèque Stanislas conserve dans un même recueil les récits de 1763 et 1764.

Joseph Uriot. Description des fetes donnees pendant quatorze jours a l’occasion du jour de naissance de Son Altesse Serenissime Monseigneur le duc regnant de Wurtemberg et Teck…   Stuttgart, 1763. 258 571 (a)
Lettre de Mr. de Voltaire, 1763 parue dans Description des fetes donnees  a l’occasion du jour de naissance de Son Altesse Serenissime Monseigneur le duc regnant de Wurtemberg et Teck… Stuttgart, 1764. 258 571 (b) p. VII

1765 : Discours prononcé à l’ouverture d’une bibliothèque publique

Une lettre autographe d’Uriot (1) conservée à la BnF l’atteste : c’est à son instigation que Charles Eugène fonda une bibliothèque publique à Ludwigsburg, sans doute sur le modèle de celle de Nancy. Il chargea Uriot de la former et le nomma bibliothécaire. Fondé officiellement le 11 février 1765 – jour de l’anniversaire du duc – l’établissement fut inauguré le 13, en présence de la cour et d’invités de marque. Uriot prononça un discours sur l’utilité des bibliothèques. Ce discours fut publié dans un recueil qui contenait aussi les autres textes relatifs à la fondation. Aspirant à devenir membre correspondant de la Société Royale de Nancy, le nouveau bibliothécaire envoya un exemplaire du volume avec sa lettre de candidature. Le texte du discours suscita l’admiration, mais son auteur ne fut pas admis, « parce qu’il avoit été comédien », note Durival dans son Journal à la date du 2 mai 1765. En 1776, Charles Eugène transféra la bibliothèque à Stuttgart. C’est aujourd’hui la Württembergische Landesbibliothek (WLB), où le souvenir d’Uriot reste vivant : un article, « Rarität und Ästhetik. Die Sammlung Uriot », lui a été consacré dans Carl Eugens Erbe. 250 Jahre Württembergische Landesbibliothek, ouvrage publié en 2015. Son auteur, Christian Herrmann, conservateur à la WLB, y présente la riche bibliothèque personnelle d’Uriot, dont le catalogue, commencé à Lunéville, est conservé à Stuttgart, ainsi que des livres lui ayant appartenu.

Joseph Uriot. Discours prononcé a l’ouverture de la bibliotheque publique fondée par Son Altesse Serenissime Monseigneur le duc regnant de Wurtemberg et Teck… Stuttgard, 1765. 258 721

1770 : Discours sur la richesse et les avantages du duché de Würtemberg

Tous les ans, le 11 février, avait lieu à la bibliothèque, en présence de Charles Eugène, une assemblée solennelle, au cours de laquelle Uriot prononçait un discours. Celui de 1770 traita des richesses naturelles du duché et de l’œuvre bénéfique des ducs. Il fut publié avec d’abondantes notes explicatives. Uriot envoya un exemplaire relié aux armes des Wurtemberg et dédicacé aux membres de la Société Royale de Nancy, peut-être pour prouver qu’il n’aurait pas été indigne d’être des leurs.

Reliure aux armes des Wurtemberg sur  Discours sur la richesse et les avantages du duché de Würtemberg…  par Joseph Uriot.  Stuttgard, 1770. Rés. 10 270

 

Joseph Uriot. Dédicace autographe aux membres de la Société Royale des Sciences et Belles-Lettres de Nancy. Rés. 10 270

1782 : La Naissance de Félicité et Les Fêtes thessaliennes

Quand la bibliothèque publique fut transférée à Stuttgart, Uriot en quitta la direction pour se consacrer entièrement à sa charge de professeur à l’Académie Caroline, établissement fondé par le duc en 1770. Dans son enseignement, qui rappelait en cela celui qu’il avait reçu à Nancy, le théâtre jouait un rôle important. Uriot préparait avec les élèves auxquels il enseignait la littérature française les représentations théâtrales qui étaient données chaque année en décembre pour fêter l’anniversaire de la création de l’école. Mais il enseignait aussi l’art dramatique aux jeunes gens qui, dans une section spécialisée de l’établissement, se préparaient à une carrière d’acteurs et participaient aux fêtes ducales. Pour ces fêtes, il écrivit plusieurs livrets de spectacles musicaux. Il envoya à Nancy des exemplaires de deux d’entre eux – La Naissance de Félicité et Les Fêtes thessaliennes – qui comportent des ajouts de sa main. La Naissance de Félicité fut donnée en janvier 1782, pour l’anniversaire de la comtesse de Hohenheim, compagne de Charles Eugène, qui deviendrait son épouse en 1785. Le livret avait été publié sans nom d’auteur. Uriot écrivit pour Nancy son nom sur la page de titre, indication précieuse qui permet de lui attribuer le texte. Par Les Fêtes thessaliennes, il contribua aux grandes fêtes de septembre 1782, que le duc organisa en l’honneur de sa nièce Sophie Dorothée de Wurtemberg-Montbéliard et de son époux, le grand-duc Paul de Russie. Dans le volume nancéien, Uriot a apporté des corrections, ajoutant même une indication scénique sans doute omise lors de l’impression.

Joseph Uriot. La Naissance de Félicité. Stuttgard, 1782. Ajout autographe « Par Mr Uriot*, professeur de littérature française à l’Université caroline. * Né à Nancy ». 80 287 (35)
Joseph Uriot. Les Fêtes thessaliennes. Ajout de la main d’Uriot « Des Génies descendent entre les colonnes… ». 977  p. 127

Uriot fut actif jusqu’à ses derniers jours. Le 16 mars 1963, le quotidien Stuttgarter Zeitung lui consacra un article pour rappeler sa naissance à Nancy deux cent cinquante ans plus tôt et sa carrière de comédien, de bibliothécaire et de professeur.

________________________________________________

(1) NAF 15590- XII. Feuillet 37. Uriot, Joseph. Opuscules.

Indication bibliographique : Correspondance de Madame de Graffigny, Oxford, Voltaire Foundation, 1985-2016 (Bibliothèque Stanislas, 7991). Dans les lettres qu’échangèrent Mme de Graffigny et Devaux, il est souvent question d’Uriot, l’ami commun.

 

Le chantier des collections atteint sa vitesse de croisière

Après trois années d’élaboration de projet et surtout d’intenses réorganisations de locaux entiers, tant de stockage que publics, l’année 2016 a vu l’achèvement de certaines phases de chantier et le passage en production des nouveaux services. La poursuite des réaffectations de locaux s’effectue de manière plus ciblée grâce à de nouveaux outils.

La conversion rétrospective permet de faire émerger des collections particulières du XIXe siècle telles que la bibliothèque de Henri-Georges Boulay de la Meurthe
La conversion rétrospective permet de faire émerger des collections particulières du XIXe siècle telles que la bibliothèque de Henri-Georges Boulay de la Meurthe

L’achèvement de la conversion rétrospective des catalogues

Entamée en 2014 avec le soutien financier et logistique de la Bibliothèque nationale de France, la conversion rétrospective du catalogue des ouvrages imprimés (1811-1970) s’est terminée à l’été 2016. Après la phase de validation, plus de 80 000 notices ont fait leur entrée au catalogue Co-libris au dernier trimestre 2016 et seront bientôt visibles au sein du Catalogue collectif de France.

Le succès pour les nouveaux services liés aux collections

Le passage en libre-accès des périodiques récents et des monographies acquises pour le fonds d’étude s’est traduit par une augmentation de leur utilisation sur place et en prêt à domicile de l’ordre de 10 %. Cela peut paraître faible mais le public visé est nettement moins large qu’en médiathèque.

L'accueil de la Bibliothèque Stanislas lors de la présentation d'une nouvelle acquisition
L’accueil de la Bibliothèque Stanislas lors de la présentation d’une nouvelle acquisition

La mise en ligne via Gallica d’ouvrages de référence sur l’histoire de Nancy et les nouveaux chargements effectués sur le Kiosque lorrain et sur Flickr n’ont pas eu d’impact négatif sur la fréquentation de la salle patrimoniale. Au contraire, peut-être, le nombre de documents physiques consultés a bondi de 30 % et le courrier scientifique (incluant les demandes de reproduction) de 15 %.

La poursuite de la réaffectation des magasins

Collections du dépôt légal

La rétroconversion des notices permet de repérer et relocaliser plus rapidement les monographies qui sont concernées par le changement de magasin. La politique à suivre est désormais formalisée.

Périodiques

Le repérage des différents fonds dispersés a été effectué. Les titres patrimoniaux ont vocation à être rassemblés dans des locaux particuliers. Ainsi, l’abandon du magasin de sous-sol a été l’occasion de réaffecter un autre lieu à l’accueil des journaux locaux morts. Ceux-ci ont fait l’objet auparavant d’une campagne soignée de catalogage, d’informatisation des fascicules, de conditionnement voire de réparation.

Vue du petit grenier
Vue du petit grenier

Les collections de revues académiques font actuellement l’objet d’une sélection serrée menée en lien étroit avec l’Université de Lorraine et les autres institutions documentaires de conservation du Grand-Est.

Enfin, les collections d’échanges de publications de sociétés savantes déposées par l’Académie de Stanislas sont en cours de réunion pour analyse de leur intérêt au regard de la politique de grande ampleur menée par la BnF.

Nabécor

Une des bibliothèques de proximité du réseau des Bibliothèques de Nancy est implantée depuis peu rue de Nabécor. L’occasion de faire un rapide historique de ce quartier et de ce nom aux consonances étranges !

Nabécor, une origine énigmatique

Longue d’environ 600 mètres, la rue de Nabécor est située dans un des anciens Faubourgs de Nancy. Elle permet de relier l’avenue de Strasbourg à la rue du maréchal Oudinot. La partie qui nous intéresse se trouve dans le Faubourg Saint-Pierre. Dans l’organisation de la ville à la fin du xixe siècle, on compte huit faubourgs.

Eglise Saint-Pierre, Nancy monumental et pittoresque (70 038)
Eglise Saint-Pierre, Nancy monumental et pittoresque (70 038)

Ce faubourg, situé aux limites de la ville, fonctionnait alors comme un village indépendant. Au xiiie siècle, il était majoritairement habité par les vignerons et les jardiniers de Nancy. Les Carmes et les prêtres de la Communauté de Saint-Sébastien y étaient propriétaires d’une partie des maisons d’habitation et des terrains . À l’époque moderne, ils furent rejoints par les jésuites et les prêtres de la mission. L’existence d’un ruisseau permettant de s’approvisionner en eau et d’irriguer les cultures explique sans doute l’installation de ces communautés.

L’origine de l’appellation « Nabécor» est matière à controverse. Selon Christian Pfister1, il s’agissait peut être d’une personne, Albert et d’un lieu planté de noisetiers, « corl » trouvant son étymologie dans le mot latin corylus : « le champ de noisetiers appartenant à Albert ».

Nabécor peut aussi s’expliquer par  l’emplacement géographique du lieu : Ambescote, « en bas de la côte », relativement à la position de quartier en contrebas du domaine de Saurupt situé sur une colline2.

D’autres historiens pensent que la rue tient son nom du ruisseau évoqué ci-dessus prenant sa source sur les hauteurs de Vandoeuvre, vers Rémicourt, contigu au château du Charmois.  Ce cours d’eau forme le long de la rue du Maréchal Oudinot l’extrême limite du territoire de Nancy3. Cette version semble la plus pertinente.

Le développement urbain

Dans la seconde moitié du xixe siècle, le faubourg s’étend à la faveur de deux infrastructures propices à son développement : le passage de la voie ferrée à proximité (quai de la Bataille et quai René ii), et la construction du Canal de la Marne au Rhin. L’annexion de l’Alsace-Moselle en 1871 favorise l’installation d’industriels dans ce secteur de la ville. Les maisons d’habitation voient alors le jour de part et d’autre de l’axe principal constitué par l’avenue de Strasbourg, rebaptisée par la suite dans sa seconde partie en avenue du maréchal de Lattre de Tassigny.

De nos jours, le quartier Saint-Pierre abrite plusieurs lieux ou édifices remarquables.

Les lieux remarquables du quartier

Un beau jardin public de deux hectares est accessible depuis l’avenue de Strasbourg, le Parc Olry. Il est situé sur une ancienne léproserie et appartient à Achille Olry (1821-1903), avocat de profession et amateur éclairé de botanique. En 1913, ce bien est légué à la ville, à condition que l’espace soit ouvert au public. Dans les années 20, Nancy fait l’acquisition de deux terrains contigus permettant d’étendre la surface du futur jardin public et d’implanter les serres municipales. Ouvert en 1924, son entrée monumentale  est constituée d’un imposant portail du  XVIIIe siècle provenant de l’Hôtel de Mahuet (rue Saint-Dizier).

 

Nancy, Eglise de Bonsecours (P-FG-CP-01079)
Nancy, église de Bonsecours (P-FG-CP-01079)

L’édifice emblématique du quartier est l’église Notre-Dame de Bonsecours. Elle a été érigée en lieu et place d’une chapelle datant de 1477, construite en mémoire des nombreux soldats ayant péri au cours de la bataille opposant René ii et ses troupes à l’armée bourguignonne de Charles Le Téméraire. L’actuelle église baroque de Bonsecours  est l’œuvre d’Emmanuel Héré, architecte de Stanislas. Ce dernier voulait faire de cet édifice religieux, dont il posa symboliquement la première pierre en 1738, la nécropole de sa famille. On y trouve en effet les sépultures de Stanislas  de son épouse Catherine Opalinska, et le cœur de leur fille, Marie Leszczynska.

Emmanuel Héré est également chargé par Stanislas de la conception d’un hôtel de la Mission Royale  connu également sous le nom  d’ ancien grand séminaire, situé face à l’église Saint-Pierre.

Grand séminaire de Nancy - cour d'honneur, Nancy monumental et
Grand séminaire de Nancy – cour d’honneur, Nancy monumental et pittoresque (70 038)

L’église Saint-Pierre, de style néogothique date de la fin du xixe siècle. Pour des raisons financières, le deuxième clocher n’a jamais été achevé. La pureté de ses lignes contraste fortement avec le milieu urbain.

De part et d’autre de l’avenue de Strasbourg, l’ancien faubourg Saint-Pierre est doté de plusieurs établissements hospitaliers.

Hôpital civil, Nancy monumental et pittoresque (70 038)
Hôpital civil, Nancy monumental et pittoresque (70 038)

L’Hôpital central, érigé en 1879 sur les plans de l’architecte Prosper Morey, a connu une importante extension en 1998. Initialement nommé Hôpital Civil, il change de désignation en 1931. Le projet d’origine vise à la fois la rationalisation de l’espace avec l’organisation de soins par secteurs et le respect des règles hygiénistes  prônées à cette époque. Il s’agit de faire la part belle à la luminosité en prévoyant de grandes ouvertures.

Nouvel hôpital de Nancy : plan du rez-de-chaussé. collection Archives municipales de Nancy

Quant à la maternité régionale qui ouvre en 1929, elle tient son nom de l’obstétricien renommé Adolphe Pinard (1844-1934).

 

 

  1. Histoire de Nancy, T.1, 1902, p. 25 . []
  2. Abbé Marchal, Origine probable du nom de Nabécor donné à un canton du Faubourg Saint-Pierre de Nancy, 1869. []
  3. Charles Courbe, Promenades historiques à travers les rues de Nancy au xviie siècle, à l’époque révolutionnaire et de nos jours : recherches sur les hommes et les choses de ces temps, Nancy, 1883 ; Émile Badel, Dictionnaire historique des rues de Nancy, 1904. []

Une enseignante à la Bibliothèque

Durant l’année scolaire 2013-2014, la Bibliothèque a accueilli un professeur des écoles en reconversion professionnelle afin de participer à l’apprentissage de son nouveau métier de bibliothécaire. Elle a été pleinement intégrée à l’organigramme de la bibliothèque au sein de la cellule Action culturelle, avec pour mission la conception et la modélisation des livrets pédagogiques accompagnant les accueils de classes. Cette mission a été dûment remplie, et nous sommes heureux de publier aujourd’hui le bilan de cette « année à la Bibliothèque ».

Continuer la lecture de Une enseignante à la Bibliothèque

Le fonds patrimonial s’enrichit

La Bibliothèque-médiathèque poursuit depuis de nombreuses années l’enrichissement de son fonds patrimonial selon différentes modalités et a défini pour ce faire une politique d’acquisition du patrimoine écrit et graphique dont voici les grandes thématiques.

Continuer la lecture de Le fonds patrimonial s’enrichit