Archives de catégorie : Une histoire de bibliothèque

La Bibliothèque publique pendant la Première Guerre mondiale (2)

En dépit des bombardements, des difficultés de chauffage et de l’absence de la moitié de son personnel, la Bibliothèque de Nancy a tenu à garder ses portes ouvertes entre 1914 et 1918. Les acquisitions n’ont pas cessé, alors qu’un souci supplémentaire, celui de préserver les fonds précieux de la destruction, s’est ajouté.

Acquisitions et sauvegarde des collections

Les acquisitions courantes

Le rapport pour l’année 1914 témoigne que la grande opération qui occupe les bibliothécaires est le traitement de la bibliothèque Masson-Cabasse. Qualifiée de « collection particulière de moyenne importance », elle a représenté la moitié des entrées cette année-là avec 2 501 volumes, et semble avoir fait l’objet d’une opération complexe de « fusion d’une petite bibliothèque dans une grande » nécessitant cinq mois de travail. Cette bibliothèque lorraine, donnée par un médecin de Raon-l’Etape1, permet d’enrichir les collections patrimoniales de 413 volumes et brochures nouveaux, et de disposer d’une réserve de 1 118 doubles. Elle comporte en outre 48 manuscrits2, pour les trois-quarts du xixe siècle, et 246 gravures dont 91 de Jacques Callot « dont plusieurs sont rares ».

Au début du conflit, la bibliothèque fait l’acquisition d’un Panorama de la guerre de 19143, et s’abonne au Journal officiel afin de mieux suivre l’actualité. La part des ouvrages ayant trait au conflit, entendu dans un sens large, représente jusqu’à 59 % du total des acquisitions (entrées de janvier 1917). De janvier 1915 à juillet 1919, elle reste au-dessus de 25 %. Les monographies considérées portent directement sur le conflit : récits de batailles, témoignages, romans sur le front (Sous Verdun de Maurice Genevoix4 entre en octobre 1916, Le Feu de Henri Barbusse5 en mai 1917).

On acquiert des ouvrages historiques et géopolitiques, principalement sur l’Alsace-Lorraine et le pangermanisme, mais aussi sur l’ensemble des nations en conflit, y compris le Proche- et le Moyen-Orient, de la stratégie militaire, de la philosophie et des sciences politiques. La bibliothèque publique fait la part des ouvrages pratiques, avec des guides de médecine légale, de droit pratique (pour les veuves de guerre), des manuels d’aviation, et des brochures réglementaires (moratoire sur les loyers). On note aussi l’entrée au catalogue de deux dictionnaires d’allemand en décembre 1916, et de brochures à destination des Américains cantonnés à Nancy : Seeing Nancy : a guide for Americans6 et le Lorraine Sentinel, un organe de presse produit par les étudiants américains 7.

Il semble que les bibliothécaires aient eu à cœur de rassembler, conformément à la circulaire du Ministère de l’Instruction publique du 4 mai 1915, une documentation de première main sur les événements8, tel que l’Album amicorum offert à Clare Jackson, l’infirmière de la Croix-Rouge américaine postée avec les petits Nancéiens à la colonie scolaire de Saint-Lunaire9.


Plusieurs dons émanant de personnalités prestigieuses viennent enrichir les collections de l’immédiat après-guerre : le comte de Mahuet10 donne 260 volumes ; la famille d’Alfred Mézières11, une quarantaine, la famille de Metz-Noblat12, 158, et la famille Edgar Noelinger13, 87. L’édition repart, et le nombre des acquisitions onéreuses augmente. Favier souhaite maintenant acquérir des nouveautés scientifiques et littéraires pour répondre à la frustration éditoriale du temps de guerre.

La protection des documents patrimoniaux

Dès le 8 octobre 1914, le conservateur tient à rassurer les membres du comité d’inspection : le camée de Saint-Nicolas-de-Port a été mis à l’abri, et les ouvrages les plus précieux sont prêts à être mis en caisses et évacués à la moindre alerte. Ces mesures de prudence tendent à paraître légères, vu la régularité et la densité des bombardements à laquelle la ville de Nancy est soumise à cette période14, mais le souci de ne pas paniquer la population par une évacuation massive, voire une fermeture complète de l’établissement, a pu guider cette décision15.

Le Camée dit alors « d’Hadrien » a été mis en sûreté dans un coffre loué par le collectionneur et ami de Favier, René Wiener16, à la Société nancéienne de consignations et de dépôts dès le 3 août 1914. Cette pièce inestimable est en effet propre à susciter la convoitise en cas d’occupation171. Favier, qui été témoin de quelques descentes prussiennes dans la bibliothèque publique en 1870, ne tient certainement pas à donner prise à l’ennemi.

Les « imprimés et manuscrits les plus rares et les plus précieux » ont quant à eux été mis à l’abri des bombardements, principalement des bombes incendiaires, dans les caves voûtées de l’hôtel de la Monnaie, rue Gustave Simon, siège des Archives départementales18. Les sous-sols en paraissaient-ils plus sûrs que ceux, pareillement voûtés, de la bibliothèque ? Fallait-il physiquement évacuer les documents d’un bâtiment qui était plus ou moins sur le trajet des « Taube », bien que les Archives ne fussent qu’à deux rues ?

Voir la carte interactive des bombardements.

Favier n’explique pas les raisons de son choix, sinon par un sentiment d’évidence.

Fin 1917, suite à la visite de M. Vidier, inspecteur général, des mesures sont prises pour envoyer à la Bibliothèque nationale 107 volumes manuscrits, 70 imprimés et 5 albums de dessins de Grandville19 dont la liste est soigneusement établie et pointée à l’aller et au retour.

Le choix de Favier se porte sur des œuvres qui, aujourd’hui encore, comptent parmi les plus précieuses de la bibliothèque : les livres d’heures enluminés, le Journal de Nicolas Durival, le traité de perspective de Viator, le manuscrit des écrits du roi Stanislas, les « Atours » de Metz, la Nancéide, les éditions originales de Grandville, la « Pompe funèbre » de Charles III par La Ruelle, trois traités de mathématiques de Gallimard, mais pas de Dom Calmet (probablement parce que les éditions en sont très répandues et aucune de la bibliothèque n’est particulièrement précieuse). 300 autres ont été emballés dans 17 caisses stockées au rez-de-chaussée. Le capitaine des pompiers est venu se rendre compte de ces préparatifs de sauvetage dans l’hypothèse d’une intervention rapide205.

En 1919, l’équipe est reconstituée, le budget de retour aux niveaux antérieurs, et l’afflux de lecteurs revient avec la rentrée universitaire. Favier fait mettre sous presse le deuxième supplément du catalogue de la bibliothèque municipale de Nancy au Catalogue général des manuscrits, qui contient notamment les manuscrits du Grand séminaire et ceux du fonds Masson-Cabasse donné en 1914 et traité pendant le conflit. La volonté de maintenir coûte que coûte la normalité du service, tant pour les lecteurs que pour le personnel, occupé à des tâches catalographiques, pourrait apparaître comme un signe de mise en retrait des événements, une volonté de s’abstraire du conflit. Cependant, la politique d’acquisitions montre à quel point les bibliothécaires sont soucieux de procurer à leur population des documents d’actualité, guides pratiques, essais politiques et philosophiques, témoignages littéraires, qui ne nient en aucune manière la réalité des faits. Ils constituent une collection qui est encore aujourd’hui à étudier, maintenant que nous connaissons les lectures des soldats au front21.


  1. Paul Cabasse, médecin, bibliophile et historien amateur vosgien. []
  2. Le catalogue en figure au deuxième supplément du Catalogue général des manuscrits, paru en 1924 dans le tome XLVI du CGM, nos 2158 à 2198. []
  3. Le Panorama de la guerre de 1914, Paris, Tallandier, 1914-1919, 8 vol. Cote 150 085 (1-3). []
  4. Maurice Genevoix, Sous Verdun, août-octobre 1914 ; préface d’Ernest Lavisse, Paris, Hachette, 1916, XXI-271 p. (Mémoires et récits de guerre). Cote 250 449 (2). []
  5. Henri Barbusse, Le feu : journal d’une Escouade, Paris, Flammarion, 1917, 376 p. Cote 256 316. []
  6. Seeing Nancy : a Guide for Americans with map, Metz, Société Erckmann-Chatrian, 1918, 48 p. Cote 2861. []
  7. Lorraine Sentinel, Nancy, 18 avril-13 juin 1919 (13 numéros). Cote 99 951 (11). []
  8. cf. Martine Poulain, « Les bibliothèques durant la grande guerre », dans Bulletin des bibliothèques de France, 2014, no 3, p. 114‑131. []
  9. Cote ms. 1775. []
  10. Il s’agit presque à coup sûr d’Antoine, comte de Mahuet (1866-1958), historien et continuateur du Répertoire des ex-libris et fers de reliure des bibliophiles lorrains, Nancy, 1933. []
  11. Alfred Mézières (1826-1915), professeur de littérature étrangère à la Sorbonne et homme politique (député, président du conseil général et sénateur de Meurhe-et-Moselle). Académicien français (1874). []
  12. Famille nancéienne de noblesse ancienne attachée aux ducs de Lorraine. []
  13. Personnalité actuellement non identifiée avec certitude. []
  14. Émile Badel, Les bombardements de Nancy : ville ouverte 1914-1918 : églises & monuments meurtris : les victimes, les dégâts, Nancy, Crépin-Leblond, 1919, 102 p. Cote 4 057. []
  15. Martine Poulain, op. cit., en fait mention dans d’autres villes. []
  16. René Wiener (1855-1939), libraire, éditeur, relieur d’art à Nancy. []
  17. Rapport annuel au ministre de l’Instruction publique, 1915. []
  18. Ibid. []
  19. Rapport annuel au ministre de l’Instruction publique, 1917. Reg. comité, 10.01.1918. []
  20. Ibid. []
  21. Benjamin Gilles, Lectures de poilus 1914-1918 : livres et journaux dans les tranchées, Paris, Autrement, 2013. []

La bibliothèque publique pendant la Première Guerre mondiale (1)

De 1914 à 1918, la Bibliothèque publique de Nancy accueille le public dans un environnement secoué par les bombardements et soumis à d’importantes difficultés d’approvisionnement. Dans ce premier billet, nous verrons comment la bibliothèque a réussi à rester ouverte malgré l’adversité. Un deuxième billet s’intéressera aux conditions d’acquisition et de conservation des collections pendant cette période troublée.

Étudier le fonctionnement de la bibliothèque municipale de Nancy pendant le premier conflit mondial revient à interroger la faculté d’adaptation d’un établissement culturel à vocation éducative très nette face à d’importantes difficultés d’approvisionnement, à l’insécurité menaçant régulièrement l’intégrité du bâtiment et des personnes, et à l’absence d’une majeure partie de son personnel et de son public.

Les sources utilisées dans cet article ont été puisées dans les archives de l’établissement. En premier lieu, il s’agit des rapports annuels rédigés par le conservateur de la bibliothèque, sur le fondement d’un formulaire imposé par le Ministère de l’Instruction publique. La série ne connaît pas d’interruption pendant le conflit, et elle a été archivée avec les brouillons, de sorte qu’il est aisé de suivre l’évolution de l’activité de la bibliothèque municipale de 1914 à 1920, 1914 et 1919 étant qualifiées a posteriori d’ « années normales ». En second lieu, les registres de délibérations du comité d’inspection et d’achats de livres témoignent d’une grande régularité dans la tenue des réunions et la rédaction des comptes-rendus, confiés au secrétaire annuel, à défaut au conservateur. Les statistiques proviennent de ces rapports et des registres d’entrées de livres, mis à disposition du public.

Registre d'inspection
Registre du fonds Cabasse, donné en 1914.

En revanche, la bibliothèque n’apparaît pratiquement pas dans la presse quotidienne locale, et pas du tout dans un ouvrage publié immédiatement après-guerre relatant la vie locale pendant le conflit, celui d’Armand Vogt1.


Le fonctionnement de la bibliothèque publique pendant la guerre


Les moyens


Le personnel

La bibliothèque est dirigée par Justin Favier, une personnalité du monde intellectuel local, depuis 31 ans. Il y est fidèlement secondé par Casimir Pèlerin, conservateur adjoint2. Favier a coordonné la réalisation et la publication des deux catalogues de référence des collections patrimoniales, le Catalogue du Fonds lorrain (1898, avec le concours des frères Pèlerin et des commis Hacquard et Lapointe, toujours en fonction en 1914) et le volume du Catalogue général des manuscrits concernant la Bibliothèque municipale de Nancy (1886) et son premier supplément (1904).

Lorsque l’ordre de mobilisation générale est donné, le 2 août 1914, trois des huit membres du personnel sont immédiatement mobilisés : Casimir Pèlerin, capitaine de réserve au 69e régiment d’infanterie, Arthur Bilmayer, troisième commis, lieutenant de réserve au même régiment, et Camille Mouze, appariteur, adjudant maréchal ferrant au 8e régiment d’artillerie. Les cinq autres, dont le conservateur Justin Favier atteint par la limite d’âge, et Arthur Pèlerin, bibliothécaire en second, en mauvaise santé, restent fidèles à leur poste le plus longtemps possible pendant la durée du conflit.

Mobilisation générale (source BMI Épinal)

Arthur Bilmayer, après une glorieuse blessure et la promotion au grade de capitaine, est mort au combat en Artois le 13 mai 1915. Lapointe, deuxième commis, avait perdu son fils, engagé volontaire à 19 ans, quelques jours plus tôt. A cette occasion se manifeste une compassion sincère de la part du comité d’inspection, qui s’associe à la douleur du père, et à celle de la veuve et la fille du commis3.

En mars 1917, après une assez longue interruption pour cause de maladie, le bibliothécaire en second Arthur Pèlerin, qui remplaçait son frère Casimir, mobilisé, en qualité d’adjoint du conservateur, demande à être mis à la retraite, ce qui lui est immédiatement accordé4. Bilmayer n’étant pas remplacé, les deux autres mobilisés encore sous les drapeaux, l’effectif est alors réduit de 50 %.

De nouveaux agents arrivent vers la fin du conflit : un commis, réformé de guerre, au printemps 1917, puis début 1918 un autre commis et un appariteur, ainsi qu’un jeune chartiste, Maurice Rousset, tout juste démobilisé5. Rousset part au mois d’octobre ; il est remplacé par Fernand Thirion. René Thiéry vient compléter le nombre des commmis et la fille de l’appariteur Ernest Sonntag entre dans l’effectif en qualité de concierge. En sa toute fin de carrière, Favier retrouve son adjoint et futur successeur Casimir Pèlerin et une équipe nouvelle, qui réclame semble-t-il quelques ajustements, mais apte et désireuse de se mettre au service des lecteurs.


Le budget

Le budget annuel de la bibliothèque, incluant les dépenses de personnel, s’élève à 38 240 Fr. en 1914. Il est par la suite relativement maintenu mais les nécessités économiques et les difficultés d’approvisionnement, tant en livres qu’en abonnements et en reliure, pèsent lourdement en 1917 et 1918. Les dépenses autres que le personnel se répartissent entre acquisitions de livres (30 %), abonnements (22 %), reliure (19 %) et autres frais (29 %).

Le budget 1918, réduit à 25 000 fr. n’est pas consommé entièrement. Le maire de Nancy a en effet réclamé de n’exécuter que les opérations budgétaires indispensables, et les bibliothécaires n’y voient guère d’inconvénient sur le moment. La paix retrouvée, ils ne manquent pas de réclamer un rattrapage des efforts consentis, en formulant pour 1919 une demande d’autorisation de dépenses à hauteur de 37 289, 99 Fr. (ce montant prévoit la rémunération en année incomplète d’un troisième commis et d’un second appariteur)6.


Le bâtiment

La Bibliothèque connaît quelques dommages, mais a été bien préservée par rapport aux maisons de la rue Gambetta, au lycée, situé juste derrière, et surtout à la Bibliothèque universitaire, incendiée le 1er novembre 1918, selon le constat dressé à la fin du conflit7.

« Dans la nuit du 16 au 17 juin 1917, un obus, tombé rue Gambetta devant la chapelle du Lycée, a brisé les vitres d’une quarantaine de nos fenêtres ; et quelques éclats ont légèrement éraflé les dos de quatre ou cinq volumes)8.

Le 12 août [1918], une bombe incendiaire est tombée sur la maison no 34 de la rue Gambetta, à 12 mètres de la Bibliothèque qui a couru le plus grand danger pendant tout le temps qu’a duré le feu. Nous en avons été quittes pour des dégâts, sérieux, il est vrai, mais qui n’atteignirent pas nos collections. Nos fenêtres de la rue de la Visitation ont été en grande partie démolies ; nos salles situées de ce côté ont été remplies de gravats et de décombres projetés par l’explosion et notre toiture a été tellement endommagée qu’il a fallu remettre à neuf plus de la moitié du toit de l’aile gauche.

Huit jours après, une torpille éventrait celui des bâtiments du Lycée qui est le plus rapproché de nous et par son explosion, faisait voler en éclats une grande partie de nos vitres sur la rue Gambetta et la place Dombasle. »9.

Image extraite de Nancy sous les obus, images de guerre (cote 80 329 (36))


L’accueil du public

L’établissement est largement ouvert dans l’année ; il ne compte que dix jours de fermeture à Pâques, à compter du samedi saint, et 3 jours fin septembre. L’année commence le 1er octobre : les séances quotidiennes s’étendent alors de 9 h à 22 h jusqu’au 31 juillet, avec une moyenne de 400 lecteurs par jour, ce qui est considérable pour une bibliothèque d’étude. Pendant l’été, la bibliothèque n’est ouverte que le matin, de 9 h à midi. Les statistiques de prêt et de fréquentation montrent que le rythme ordinaire de la bibliothèque est très saisonnier : au bourdonnement des mois d’hiver succède un courant plus apaisé, puis une décrue franche pendant l’été. En 1913, on avait compté 96 308 lecteurs annuels.

La première mesure prise pendant la conflit est la réduction des horaires d’ouverture en saison haute, introduisant une pause méridienne et une fermeture à six heures du soir, essentiellement pour compenser le départ des trois agents mobilisés. La fréquentation des derniers mois de 1914 se ressent à la fois de la désaffection du public, dans une ville cernée dès les premiers jours d’août par l’armée allemande, et sous le coup de bombardements, et de cette diminution du service. Le flux journalier de lecteurs tombe à 13 jusqu’au 1er octobre, remonte à 114 ensuite, soit le quart de la fréquentation habituelle.

Maintenir la bibliothèque ouverte aux lecteurs est une mission cruciale. Mais les usagers sont loin de fréquenter assidûment les locaux. Les étudiants et lycéens qui n’ont pas été mobilisés sont rentrés chez leurs parents, ou ont été évacués, tout comme les enseignants. Les représentants de professions libérales (avocats, médecins), les magistrats, fonctionnaires et savants constituant le reste du public sont eux aussi requis à d’autres tâches.

Le règlement intérieur s’adapte aux circonstances. Le prêt à domicile est ouvert à titre exceptionnel aux élèves (féminines) de l’École normale d’institutrices de la Meuse, transférée à Nancy pour la durée du conflit10. Début 1919, l’emprunt est ouvert aux étudiants : « en raison de la destruction d’une partie de la Bibliothèque universitaire et sur la demande des professeurs de la Faculté des lettres, demande présentée et appuyée par M. Souriau11, le Comité décide de faire bénéficier les étudiants de cette Faculté du prêt des livres, sous réserve que celui-ci ne se fera qu’au vu de bulletins spéciaux revêtus de la signature d’un professeur. »12

En 1917, six semaines de fermeture sont déplorées en raison, non pas des bombardements, mais d’une panne du calorifère, la température intérieure étant descendue à 10° en janvier et février131. La pénurie de matières premières aidant, la bibliothèque ferme à 4 h de l’après-midi à partir du mois d’octobre, afin d’économiser éclairage et combustible. L’étiage de fréquentation se situe en 1918, où moins de 10 000 lecteurs ont franchi les portes de la bibliothèque, soit 10 % d’une année d’avant-guerre.

Registre de fréquentation de la bibliothèque
Registre de fréquentation de la bibliothèque

Le véritable relèvement a lieu en 1919. La rentrée universitaire, soit le retour des professeurs et étudiants, donne un véritable élan à la fréquentation. Les horaires d’avant-guerre sont rétablis le 15 mai, lorsque l’équipe est au complet.


Les activités internes

L’avis du Ministère de l’Instruction publique à la lecture du rapport 1913 témoigne de préoccupations d’améliorations bibliothéconomiques et matérielles, en passant à la numérotation continue des nouvelles acquisitions, ce qui impliquerait l’abandon des séries thématiques héritées du xixe siècle, et en aménageant un nouveau magasin dans « les salles qui se trouvent au premier et au deuxième étage d’une des ailes du bâtiment. »14.

Pendant le conflit, désespérés devant leur salle de lecture vide et glaciale, les quelques employés de la bibliothèque trouvent à s’occuper dans des tâches catalographiques. Celles-ci cependant ne peuvent être que simples, les cadres intermédiaires manquant à l’appel. C’est pourquoi le temps est rempli par la transcription intégrale des prénoms sur les fiches auteurs pour réduire les homonymies15.

Article Est Républicain mars 1917
Coupures de presse dans le registre de fréquentation de la Bibliothèque, mars 1917.

Une salle de lecture ouverte aux usagers n’est rien sans la mise à disposition de documents. La suite de cet article montrera comment les bibliothécaires se sont employés à enrichir et sauvegarder les collections, courantes et patrimoniales, entre 1914 et 1918.

  1. Armand Vogt, Nancy pendant la guerre, 1914-1918, d’après les documents officiels, Nancy, Grandville, 1921, vi-385 p. Cote 50 749. []
  2. Casimir Pélerin (1867-1928). Entré commis à la bibliothèque en 1891. Il obtient en 1905 le certificat d’aptitude aux fonctions de bibliothécaire municipal. Il est le père de Jean Lionel-Pèlerin (1901-1954), maire de Nancy (1947-1953) et sénateur de Meurthe-et-Moselle. []
  3. Registre du comité d’inspection et d’achat des livres (dorénavant reg. comité), séance du 3.06.1915 (p. 192). []
  4. Reg. comité, 1.03.1917. []
  5. Maurice Rousset (1884-1931), alors conservateur des archives, de la bibliothèque et du musée de Lunéville. Il quitte la bibliothèque municipale de Nancy au bout de six mois pour aller diriger les archives départementales de la Corrèze (1919-1922) puis celles de la Meuse. Sur sa brève carrière, voir Henri Courteault, « Maurice Rousset », dans Bibliothèque de l’École des Chartes, no 92, 1931, p. 437-438. []
  6. Rapports annuels au Ministre de l’Instruction publique 1916, 1917 et 1918. []
  7. Voir le bilan dressé par Émile Badel, Les bombardements de Nancy : ville ouverte 1914-1918 : églises & monuments meurtris : les victimes, les dégâts, Nancy, Crépin-Leblond, 1919, 102 p. Cote 4 057. []
  8. Voir aussi reg. comité, 5.07.1917. []
  9. Rapport annuel au ministre de l’Instruction publique, 1918. []
  10. Reg. comité, 6.10.1915. []
  11. Paul Souriau (1852-1926), professeur de philosophie à la faculté des lettres de Nancy et adjoint au maire chargé de la bibliothèque. []
  12. Reg. comité, 6.03.1919. []
  13. Rapport au ministre de l’Instruction publique, 1917. []
  14. Reg. comité, 4.06.1914. []
  15. Rapport au ministre de l’Instruction publique, 1917. []

Co-libris, un réseau de lecture publique innovant

Depuis 2013, les habitants du Grand Nancy bénéficient d’un réseau de lecture publique, Co-libris, qui a démultiplié l’offre de collections, d’espaces et de services en ligne. Un portail commun, une carte commune… et pourtant, les bibliothèques du réseau sont restées municipales. Comment Co-libris a-t-il relevé ce défi sans passer par la case « intercommunalité » ?

Le réseau de lecture publique Co-libris est constitué de 5 bibliothèques municipales, pour un total de 9 sites (Nancy, Vandoeuvre-lès-Nancy, Laxou, Saint Max et Maxéville) et de 2 bibliothèques spécialisées (Musée des Beaux-Arts de Nancy et Conservatoire régional du Grand Nancy).
Il propose aux usagers de ces bibliothèques un bouquet de services :
– un portail commun, avec accès au catalogue, à des services en ligne et à des ressources numériques,
– une carte commune permettant d’emprunter en tous points du réseau
Si le Grand-Nancy est partie prenante dans le réseau, comme nous le verrons plus tard, il n’est pas l’échelon de tutelle administrative des bibliothèques, qui restent municipales, et c’est là toute l’originalité de Co-libris.

Page d’accueil du portail Co-libris

Avant Co-libris

Co-libris, réseau innovant dans sa forme administrative, est l’aboutissement de décennies de mutualisation et de travail en commun, initiés en 1989 par l’acquisition partagée du logiciel CLSI pour trois bibliothèques municipales : Nancy, Vandoeuvre-lès-Nancy et Laxou, et l’actuelle Médiathèque de Meurthe-et-Moselle, alors appelée BCP.
En 1996, à l’occasion du renouvellement du système d’information de gestion des bibliothèques, seules les trois communes confirment le choix de partager un catalogue et un système informatique communs. Le SIGB1 GEAC Plus est retenu.
Le système en place est progressivement modernisé, d’abord en 2002, par l’installation de dispositifs multimédia dans les médiathèques, puis en 2004, avec la mise en ligne du catalogue, chaque ville ouvrant ce service depuis son propre site internet.

La société INFOR rachète GEAC France et annonce l’arrêt de la maintenance du logiciel GEAC Plus pour fin 2009. Une nouvelle ré-informatisation s’impose donc au réseau. Le Grand-Nancy ayant entre-temps pris la compétence informatique au bénéfice des communes,  la Direction des systèmes d’information et de la télécommunication communautaire devient l’échelon de référence technique pour le projet.

Par ailleurs, plusieurs villes ou services ayant demandé à être associés à la démarche de mutualisation, cette ré-informatisation est l’occasion d’élargir le périmètre du projet à d’autres communes de l’agglomération, et surtout de bâtir un projet de lecture publique, allant bien au-delà d’un simple partage de logiciel et dépassant la seule logique d’optimisation financière.

Co-libris en projet

 Il apparaît rapidement que ce nouveau projet d’ampleur communautaire nécessite une étude préalable, sous l’angle technique bien sûr, mais également sous l’angle bibliothéconomique, afin de mieux appréhender les services à ouvrir aux usagers, et l’organisation à mettre en place.
La société Tosca Consultants est retenue pour cette étude. Elle doit proposer plusieurs scénarios permettant de répondre à la question « Quelle politique de lecture publique demain dans le Grand-Nancy ? ».
Dans sa note stratégique du 15 juin 2009, Tosca souligne :

« Les représentants des villes s’expriment sur l’intérêt de mettre en commun non seulement un outil informatique mais également un véritable projet de lecture publique avec ouverture de l’accès aux fonds des différentes bibliothèques pour tout lecteur appartenant au réseau, de développer l’accès aux documents électroniques tant sur place que chez les abonnés. En effet, la perte de 30 % de lecteurs en cinq ans montre que les bibliothèques doivent trouver de nouveaux outils afin d’attirer les lecteurs, surtout les plus jeunes. »

Et c’est vrai, la mutualisation minimale en œuvre depuis 1996, pour bénéfique qu’elle ait été en termes financiers et professionnels, a développé un sentiment de frustration chez les usagers, qui ont accès au catalogue d’autres bibliothèques sans pouvoir emprunter dans celles-ci. L’idée d’une carte commune apparaît alors comme l’élément indispensable d’un réseau repensé, mettant (enfin) l’usager au cœur du projet de mutualisation.

L’objectif est donc de mettre en œuvre un projet de lecture publique partagé, susceptible de contribuer à la reconquête des publics, notamment des jeunes générations. Pour cela, il faut :
– ouvrir l’accès aux fonds des bibliothèques pour tout lecteur appartenant au réseau ;
– développer l’accès aux ressources numériques sur place et à distance.

Un objectif soumis à quelques contraintes :
– la solution technique doit s’appuyer sur des logiciels communs ;
– le projet doit viser l’optimisation des subventions (par sa forte dimension de mutualisation, 70% ont été obtenus) ;
– l’accès élargi aux collections des bibliothèques ne doit pas présupposer une mise en cohérence des politiques tarifaires d’inscription ; chaque commune demeurant libre de la définition et de l’évolution de ces politiques.

Les contours du projet de lecture publique se dessinent donc autour de 3 axes :
– un même logiciel, un catalogue collectif et un portail commun ;
– une bibliothèque numérique et le partage d’abonnements ;
– une carte commune.

Courant 2009, sont lancés en parallèle :
– le travail en mode projet des bibliothécaires de Nancy, Vandoeuvre-lès-Nancy et Laxou, pour définir les besoins et fonctionnalités du futur SIGB, sous la houlette du conservateur en charge du numérique des Bibliothèques de Nancy. L’objectif est d’élaborer le cahier des charges de la future consultation en lien avec Tosca, puis de préparer la migration d’un SIGB à l’autre. Une dimension technique du projet que nous ne développerons pas ici, juste pour indiquer que le nouveau SIGB Vsmart, choisi à l’issue de la consultation, a été opérationnel le 24 avril 2012 ;
– et la réflexion sur le périmètre et l’organisation du futur réseau de lecture publique, qu’on n’appelle pas encore Co-libris.

Co-libris en chantier

 Le Grand Nancy consulte les maires de la communauté urbaine sur le projet de mutualisation du SIGB et plus largement du projet de lecture publique. Aux trois villes « historiques » s’ajoutent Maxéville et Saint-Max, qui exprime son intérêt mais indique vouloir intégrer le réseau plus tardivement, dans le cadre du projet de rénovation de sa médiathèque, prévu en 2013. La Ville de Nancy déclare vouloir intégrer le centre de documentation du Musée des Beaux-Arts et le Grand Nancy celui du Conservatoire. Le périmètre est fixé.

Par ailleurs, afin de préparer l’organisation du réseau dans toutes ses dimensions, des groupes de travail, composés de bibliothécaires des différentes villes, sont organisés selon les thématiques suivantes :
– Carte commune ;
– Portail et communication ;
– Ressources numériques.

De ce travail en mode projet découle la création d’une cellule technique, constituée d’un agent coordinateur du réseau (recruté début 2012 par le Grand Nancy, basé à la DSIT, et rémunéré par les Villes) et de référents dans chacune des bibliothèques.
L’ensemble des groupes se retrouvent lors de comités techniques réguliers, pour faire le point sur l’avancement des travaux. Un comité de pilotage réunissant élus et directeurs de bibliothèques des communes concernées, sous l’égide du vice-président du Grand-Nancy en charge des questions numériques, est organisé au moins deux fois par an. Lors de ces réunions, les modes d’organisation et les choix stratégiques sont présentés aux élus pour discussion et validation.

En 2012, la première convention triennale est établie, fixant les règles de fonctionnement, les droits et devoirs de chacune des parties. Elle est signée par tous les maires et par le Président du Grand Nancy.
Le service est lancé le 1er janvier 2013.

Logo Co-libris

 

 

Co-libris en action

 

  •  Une offre considérablement enrichie pour le public

Pour les habitants des communes concernées, le réseau ouvre des perspectives considérables d’accès à des espaces et des collections supplémentaires, ainsi que de nouveaux services en ligne.
Depuis chez soi, il devient par exemple possible de prolonger ses emprunts ou de réserver un document, autant de services qui ont été rapidement plébiscités. La consultation du catalogue est le service le plus utilisé sur le portail. Le service de questions/réponses en ligne BiblioSésame (devenu Eurêkoi en 2015) est proposé dès l’ouverture du site.
Chaque usager s’inscrit dans la bibliothèque de son choix, et bénéficie donc du tarif et des modalités d’emprunt de celle-ci. On lui remet une carte Co-libris, qui va également  lui permettre de se rendre dans chacune des autres bibliothèques du réseau pour y emprunter jusqu’à 4 documents.
La multi-fréquentation est ainsi facilitée et les statistiques le prouvent. En 2017, 17% des usagers sont multi-fréquentants, c’est-à-dire empruntent dans au moins une autre bibliothèque du réseau. En moyenne un multi-fréquentant emprunte 14 documents dans l’année dans un autre point du réseau.
Pour faciliter l’usage, certaines modalités d’emprunt ont été harmonisées : durée d’emprunt et de prolongation (28 jours), procédure de blocage des cartes en cas de retard, nombre de réservations. L’envoi de mails de courtoisie quelques jours avant l’échéance des emprunts et de l’abonnement est très apprécié par le public, et contribue à réduire le nombre de retards.
Environ 250 postes informatiques sont déployés sur l’ensemble du réseau, dont une centaine dédiée au public. Sur ces postes, les usagers s’identifient avec leur carte et peuvent surfer sur Internet, avoir accès à des logiciels de bureautique et imprimer.

  •  Du côté des communes

En tant que service support la DSIT du Grand-Nancy engage les dépenses liées au réseau (matériel, maintenance, acquisitions de ressources numériques, salaire du coordinateur de la cellule technique…) puis les refacture aux Villes, une fois par an, selon une clé de répartition composée, à part égale, du nombre de prêts, du nombre d’exemplaires et du nombre de postes informatiques. Cette mutualisation financière se révèle, en investissement comme en fonctionnement, bénéfique pour les finances des communes. Elles peuvent également se prévaloir d’améliorer le service de lecture publique pour leurs habitants, tout en « gardant la main » sur leur bibliothèque et en restant maîtresse de la politique tarifaire.

  •  Du côté des bibliothécaires

Le travail de coopération fourni a été important pour mettre en place l’ensemble des nouveaux services, tout autant que pour la ré-informatisation en tant que telle. Ainsi les groupes « projet » mis en place dès 2009 se sont-ils transformés en instances de coordination régulières : carte réseau, comité éditorial portail et ressources numériques (acquisitions partagées). En effet, même en rythme de croisière de constants réajustements sont nécessaires : harmonisation des modalités liées à la carte commune à l’épreuve de l’expérience, amélioration graphique du portail et de sa navigation, offre évolutive des ressources numériques.
Des freins sont apparus comme par exemple la réduction à mi-temps du poste de coordinateur de la  cellule technique au bout de 4 ans.

Co-libris réinventé ?

Avec la mise en œuvre du projet de Bibliothèque Numérique de Référence du Sillon Lorrain et des portails Limédia, les ressources numériques sous droits se trouvent transférées du portail Co-libris sur le site Limédia Mosaïque depuis avril 2018, dans une nouvelle échelle territoriale. Les usagers de Co-libris y accèdent en s’identifiant et bénéficient par ce biais d’une offre bien plus large et plus riche.

Page d’accueil de Limédia Mosaïque

Le portail Co-libris est actuellement en refonte, avec l’objectif d’améliorer l’expérience utilisateur et de devenir un vrai site de services en ligne et d’information sur l’actualité du réseau du Grand-Nancy. Cette nouvelle version devrait être proposée au public début 2019. Le site demeure bien sûr accessible dans sa version actuelle, ressources numériques en moins.

L’organisation administrative singulière de Co-libris montre parfois ses limites, lorsque certaines décisions municipales se heurtent au principe d’harmonisation, ou que les politiques tarifaires très différentes d’une ville à l’autre développent, à la marge, des comportements opportunistes chez les usagers. Toutefois cette organisation a permis d’élargir l’offre culturelle tout en maîtrisant les coûts, et elle recueille la satisfaction du public : le bilan est positif, en attendant un éventuel transfert à l’intercommunalité qui ouvrirait d’autres perspectives.

http://www.reseau-colibris.fr

https://mosaique.limedia.fr/

 

  1. Système intégré de gestion de bibliothèque. []

Les cafés numériques

Depuis 2013, les Bibliothèques de Nancy développent de nouveaux espaces  et bibliothèques numériques. Les bibliothécaires doivent relever plusieurs défis : inventer de nouveaux services, accomplir leurs missions avec de nouveaux outils, se familiariser avec certaines technologies. Comment se former et se mettre en capacité de ces transformations ? Pour tenter d’y répondre, un outil de formation interne a été mis en place : les cafés numériques. Retour sur 4 ans d’expérimentation.

Projet  et cafés numériques : une naissance conjointe

Labellisées Bibliothèque numérique de référence avec les autres bibliothèques du Sillon Lorrain en juillet 2013, les Bibliothèques de Nancy lancent  un vaste programme de développement numérique de leurs services. Objectifs : aménager des espaces à la Bibliothèque Stanislas et à la Médiathèque Manufacture,  créer de nouveaux services, proposer des actions culturelles en lien avec les technologies, mettre en ligne des bibliothèques numériques. Un grand plan de formation est lancé pour l’ensemble des équipes. Parmi ce dispositif, une proposition émerge et est mise en oeuvre au printemps 2014 : organiser  en interne des temps d’échanges réguliers pour se former aux outils numériques à partir de cas pratiques et concrets. Les cafés numériques sont nés.

 

Un concept…

Les premiers cafés numériques sont organisés selon le format suivant  : chaque jeudi, autour d’un café (et quelques sucreries…), les agents volontaires peuvent participer à cet atelier qui dure environ 45 minutes. La séance est animée par un ou plusieurs collègues en charge des projets numériques.  Il y a un café numérique sur chaque site.  Au début les sujets évoqués concernent surtout des aspects pratiques  : régler des problèmes informatiques, brancher des matériels, utiliser des outils en ligne . Un partage de veille sur des projets innovants en bibliothèque est effectué. A la Bibliothèque Stanislas, le besoin exprimé se concentre rapidement sur des outils professionnels. Il est ainsi proposé d’acquérir une expertise sur les catalogues, les bibliothèques numériques patrimoniales, l’environnement de travail, etc.

Café Numérique spécial Zotero.

…différentes formes.

Après un an d’expérience, les formats sont affinés pour répondre aux besoins exprimés par les bibliothécaires. A la Médiathèque Manufacture, le café numérique est doublé. Dorénavant il y a un « café expresso » de 45 minutes selon les modalités précédemment décrites, et un « café allongé » d’une heure et demie, organisé une fois par mois. Ce deuxième format est animé conjointement par un-e bibliothécaire et un-e animateur-ice multimédia de l’établissement public numérique alors présent dans les locaux de la médiathèque.1 On y aborde des sujets tels que l’utilisation d’Office, les logiciels libres, la gestion des tablettes, la lecture numérique, les objets connectés… Certains cafés numériques allongés spécifiques sont aussi dédiés aux jeux vidéo. A la Bibliothèque Stanislas, le format est moins régulier mais plus ciblé : les thématiques concrètes sont proposées en avance aux collègues. Les séances y ont aussi pris la forme d’un accompagnement plus personnalisé, et plus pratique . Par exemple  il s’agit d’apprendre à personnaliser son interface de travail en choisissant  ses navigateurs, en gérant autrement ses dossiers,  en installant ses plugins. Tout cela par rapport aux besoins spécifiques des bibliothécaires spécialisés dans la médiation du patrimoine.

Café Numérique : démo de Limedia Mosaique

Bilan positif : une montée en compétences collective au rythme de chacun

Au lancement des cafés numériques, il a été choisi de ne pas procéder à une évaluation des compétences par le biais d’un référentiel ou certificat. Cela afin de pas créer de pression et conserver à ces moments leur caractère non obligatoire et conviviaux.  Après plusieurs mois puis années d’expérimentation, comment évaluer les cafés numériques ?

Tout d’abord, au nombre d’idées et projets qui en est sorti. Les cafés numériques, en proposant des moments d’échange, de convivialité et d’entraide entre collègues permettent de susciter des envies et projets grâce à la réflexion collective . Plusieurs collègues ont, à partir d’outils présentés lors du café numérique,  inventé et imaginé des services ou actions culturelles et se sont appropriés des outils qu’ils connaissaient peu. Citons par exemple l’utilisation de tablettes pour des accueils de classe, des heures du conte numérique, des animations jeunesse ; ou la mise en place d’une chasse au trésor numérique dans la médiathèque, l’alimentation d’une bibliobox, la création d’une frise numérique pour la valorisation des collections emploi-formation, l’utilisation d’outils de présentations en ligne. ..

Ensuite, à l’autonomie gagnée par chacun-e dans ses missions quotidiennes, et  sur des postes de service public  situés à présent dans des salles de lecture et de vie, repensées et intégrant des technologies.

Enfin, dans l’élargissement des équipes en charge de services et d’actions culturelles numériques. A la Bibliothèque Stanislas, plusieurs collègues animent aujourd’hui des ateliers numériques du patrimoine. A la Médiathèque Manufacture, l’équipe jeux-vidéo est une équipe élargie, qui s’est formée progressivement.

Café numérique jeux vidéos : les bibliothécaires s’initient au casque de réalité virtuelle

Les écueils à éviter et défis à relever

Au début, la principale difficulté tient à l’hétérogénéité des profils et compétences des uns et des autres. Comment aborder au café numérique des sujets qui contentent tout le monde, sans ennuyer certains ou en décourager d’autres ? Il faut trouver un subtil équilibre. En même temps, la diversité des profils permet d’échanger et de partager dans un cadre plus décontracté et moins intimidant que dans une formation séparant clairement sachant et formés.

Il y a aussi des problèmes très pratiques : pas toujours facile à la Bibliothèque Stanislas de se dégager du temps de façon régulière. Cela a nécessité une adaptation du format avec des ateliers internes plus cadrés avec une thématique choisie et des inscriptions plutôt qu’un horaire fixe où vient qui veut sur des sujets surprises.

Comment rendre compte de ces cafés numériques ? Après le compte-rendu hebdomadaire sous forme de document écrit, l’option du blog a été retenue, avec intégration du flux RSS dans l’intranet des Bibliothèques. Il  faut tenir le rythme pour  mettre à jour cette base de connaissances !

Visuel du blog Café Numérique : les différentes rubriques.

L’organisation au sein du service et du projet

Le dispositif nécessite de dégager du temps d’organisation aux 3 assistant-es de l’équipe numérique qui ont organisé ces séances. Temps de préparation des échanges, de compte-rendus. Temps de coordination aussi pour susciter l’intervention d’autres collègues afin qu’ils-elles partagent leurs compétences.  Pour les animateurs-ices c’est également un positionnement fin au sein de l’établissement : à la fois bibliothécaires formateurs et expert-es, leur mission est d’expliquer à tous que leur expertise sur la technique et les outils est aussi au service de l’expertise culturelle possédée par l’ensemble des agents, eux compris.  Ou l’art d’être reconnu-e comme expert-e numérique tout en devant inclure les autres membres de l’équipe dans une dynamique collective et non excluante autour du numérique.

L’existence des cafés numériques ne dispense pas complètement d’un accompagnement au fil de l’eau et parfois personnalisé entre collègues sur des problèmes informatiques ou questions pratiques. Ce temps d’accompagnement hors café numérique est à prendre en compte aussi.

Les cafés numériques participent à la philosophie globale du projet. Les missions des bibliothécaires ne changent pas sur le fond mais seulement la façon de les exercer et c’est aux  bibliothécaires, experts culturels, de se former aux outils pour inventer de nouvelles façons d’accomplir les missions. Tout le monde est donc concerné et moteur de ces évolutions.2

Café numérique consacré au Dépôt Légal du Web.

Et aujourd’hui, en 2018 ?

Les services numériques sont en place et il faut continuer de les faire vivre et évoluer. La logique d’organisation apprenante se poursuit et avec elle les cafés numériques. A la Médiathèque Manufacture les rendez vous « allongés » se sont espacés car ils ne sont quasiment plus nécessaires. Les cafés numériques expresso du jeudi matin  sont un rendez-vous de démonstration pratique de nouveaux outils ou dispositifs numériques. C’est un espace de communication interne sur la programmation et les services. Le jeu vidéo a été introduit de manière plus régulière pour des démonstrations et des dispositifs comme le casque de réalité virtuelle.  A la Bibliothèque Stanislas le rythme des cafés numériques s’est ralenti mais des formations internes ad hoc sont organisées sur des sujets spécifiques, par exemple sur l’écriture et la contribution web en vue de la sortie des bibliothèques numériques patrimoniales.

 

Cécile Bielli, Cindy Hopfner, Malik Diallo

  1. la Cyber-base du Grand Nancy,  fermée en mars 2016 []
  2. Voir Diallo, Malik et Haquet, Claire. « Du passé ne faisons pas table rase ». Revue de l’Enssib [en ligne], 2016, n° 4 <http://bbf.enssib.fr/revue-enssib/consulter/revue-2016-04-014>. ISSN 2268-5790. []

Comédien, bibliothécaire, professeur, écrivain : Joseph Uriot (1713-1788), un Lorrain au service de Charles Eugène de Wurtemberg

Mariette CUENIN-LIEBER, docteur ès lettres, signe cet article.

Arrivé à Stuttgart comme comédien en 1759, Uriot devint bibliothécaire personnel et lecteur du duc, puis responsable de la bibliothèque publique fondée en 1765 et enfin professeur de langue et littérature françaises à l’Académie Caroline. Il contribua aussi à la vie festive et intellectuelle de la cour par ses écrits, qui furent publiés. De la plupart d’entre eux, la Bibliothèque Stanislas conserve des exemplaires, dont certains, envoyés à Nancy par Uriot lui-même, portent des mentions écrites de sa main. Et dans le fonds patrimonial nancéien figurent aussi deux œuvres qu’il composa avant son entrée au service du duc et même une trace de sa scolarité.

 

 23 février 1729 : le jeune Uriot acteur

Les parents de Joseph – son père était garde du corps du duc Léopold – nourrissaient sans doute des ambitions pour leur fils : c’est au collège des Jésuites de Nancy qu’il fit ses études. Les Pères accordaient une grande importance au théâtre dans la formation de leurs élèves, qui se produisaient en public. Le 23 février 1729 eut ainsi lieu la représentation d’une tragédie, Thémistocle, et d’une comédie, Le Duelliste, sur la scène de l’Opéra, avec l’autorisation du duc Léopold, qui avait fait construire cette salle par un grand architecte italien, Francesco Galli. Uriot, qui allait avoir seize ans – il était né à Nancy le 17 mars 1713 –, interpréta un rôle dans la tragédie et participa comme danseur aux intermèdes. On le sait grâce au programme imprimé qui fut remis aux spectateurs et dont la Bibliothèque Stanislas conserve deux exemplaires.

Uriot dans la distribution de Thémistocle, tragédie, Le duelliste, comédie… représentées sur le Theatre de l’Opera de Nancy, Par les Humanistes du Collège de la Compagnie de Jesus… 702 034 (9) p. 3

1742 : Lettre d’un franc-maçon à Mr De Vaux

Elle parut à Francfort, où Uriot venait d’être reçu Maître dans la Loge de l’Union. Il était alors acteur. Ayant achevé ses études à l’Université de Pont-à-Mousson, il avait été nommé professeur d’histoire et bibliothécaire à l’Académie fondée par le duc Léopold à Lunéville. Mais cédant à l’attrait du théâtre, il avait quitté la Lorraine en 1741  à la recherche d’engagements. Il restait cependant attaché à ses amis lorrains, dont Mme de Graffigny et Devaux, auquel la Lettre est dédiée. Elle connut un grand succès et fut maintes fois rééditée dans sa version originale et sa traduction en allemand. La Bibliothèque Stanislas conserve un exemplaire de l’édition princeps.

Joseph Uriot. Lettre d’un franc-maçon à Mr. De Vaux… Francfort-sur-le-Main, 1742. 702 230 (30)

1752 : « L’Education. Ode »

En 1744, Uriot entra comme comédien au service du margrave de Bayreuth et de son épouse Wilhelmine, une sœur de Frédéric II de Prusse ; ils lui confièrent aussi l’instruction de leur fille unique Frédérique, alors fiancée à Charles Eugène de Wurtemberg. Gardant des liens avec la Lorraine, où il revenait de temps en temps, il savait ce qui s’y passait. Il eut ainsi connaissance de l’établissement par Stanislas d’une bibliothèque publique et de la fondation de deux prix, l’un pour récompenser un ouvrage scientifique, l’autre une œuvre littéraire. En 1752, il concourut avec l’ode « L’Education » pour le prix de littérature. Les meilleures strophes parurent dans les Mémoires de la Société Royale des Sciences et Belles Lettres de Nancy. Elles n’y sont pas signées, mais le poème est mentionné parmi les œuvres d’Uriot dans la Description de l’Académie-Caroline de Stouttgard, histoire de cette institution publiée en 1784.

L’Education. Ode qui a concouru pour le prix de Littérature l’an 1752.  In Mémoires de la Société Royale des Sciences, et Belles-Lettres de Nancy,   t. II 1755. 769 006,  p. 254

1763 et 1764 : Description des fêtes données […] à l’occasion du jour de naissance de Son Altesse Sérénissime Monseigneur le duc régnant de Wurtemberg

Uriot connaissait Charles Eugène pour l’avoir rencontré en 1748 à Bayreuth, où fut célébré son mariage avec Frédérique. Au début de l’année 1759, il quitta le service du margrave et se rendit à Stuttgart. Le duc donnait chaque année en février, dans ses châteaux de Stuttgart et Ludwigsburg, des fêtes somptueuses pour son anniversaire. Renommées bien au-delà des frontières du Wurtemberg, elles attiraient de nombreux visiteurs. Uriot publia un bref récit de celles de 1762 que suivirent les relations beaucoup plus amples des réjouissances de 1763 et 1764. Il envoya un exemplaire du volume de 1763 à Voltaire, qu’il avait rencontré au cours de ses voyages, et publia dans celui de 1764 la réponse qu’il en avait reçue. La Bibliothèque Stanislas conserve dans un même recueil les récits de 1763 et 1764.

Joseph Uriot. Description des fetes donnees pendant quatorze jours a l’occasion du jour de naissance de Son Altesse Serenissime Monseigneur le duc regnant de Wurtemberg et Teck…   Stuttgart, 1763. 258 571 (a)
Lettre de Mr. de Voltaire, 1763 parue dans Description des fetes donnees  a l’occasion du jour de naissance de Son Altesse Serenissime Monseigneur le duc regnant de Wurtemberg et Teck… Stuttgart, 1764. 258 571 (b) p. VII

1765 : Discours prononcé à l’ouverture d’une bibliothèque publique

Une lettre autographe d’Uriot  conservée à la BnF l’atteste : c’est à son instigation que Charles Eugène fonda une bibliothèque publique à Ludwigsburg, sans doute sur le modèle de celle de Nancy. Il chargea Uriot de la former et le nomma bibliothécaire. Fondé officiellement le 11 février 1765 – jour de l’anniversaire du duc – l’établissement fut inauguré le 13, en présence de la cour et d’invités de marque. Uriot prononça un discours sur l’utilité des bibliothèques. Ce discours fut publié dans un recueil qui contenait aussi les autres textes relatifs à la fondation. Aspirant à devenir membre correspondant de la Société Royale de Nancy, le nouveau bibliothécaire envoya un exemplaire du volume avec sa lettre de candidature. Le texte du discours suscita l’admiration, mais son auteur ne fut pas admis, « parce qu’il avoit été comédien », note Durival dans son Journal à la date du 2 mai 1765. En 1776, Charles Eugène transféra la bibliothèque à Stuttgart. C’est aujourd’hui la Württembergische Landesbibliothek (WLB), où le souvenir d’Uriot reste vivant : un article, « Rarität und Ästhetik. Die Sammlung Uriot », lui a été consacré dans Carl Eugens Erbe. 250 Jahre Württembergische Landesbibliothek, ouvrage publié en 2015. Son auteur, Christian Herrmann, conservateur à la WLB, y présente la riche bibliothèque personnelle d’Uriot, dont le catalogue, commencé à Lunéville, est conservé à Stuttgart, ainsi que des livres lui ayant appartenu.

Joseph Uriot. Discours prononcé a l’ouverture de la bibliotheque publique fondée par Son Altesse Serenissime Monseigneur le duc regnant de Wurtemberg et Teck… Stuttgard, 1765. 258 721

1770 : Discours sur la richesse et les avantages du duché de Würtemberg

Tous les ans, le 11 février, avait lieu à la bibliothèque, en présence de Charles Eugène, une assemblée solennelle, au cours de laquelle Uriot prononçait un discours. Celui de 1770 traita des richesses naturelles du duché et de l’œuvre bénéfique des ducs. Il fut publié avec d’abondantes notes explicatives. Uriot envoya un exemplaire relié aux armes des Wurtemberg et dédicacé aux membres de la Société Royale de Nancy, peut-être pour prouver qu’il n’aurait pas été indigne d’être des leurs.

Reliure aux armes des Wurtemberg sur  Discours sur la richesse et les avantages du duché de Würtemberg…  par Joseph Uriot.  Stuttgard, 1770. Rés. 10 270

 

Joseph Uriot. Dédicace autographe aux membres de la Société Royale des Sciences et Belles-Lettres de Nancy. Rés. 10 270

1782 : La Naissance de Félicité et Les Fêtes thessaliennes

Quand la bibliothèque publique fut transférée à Stuttgart, Uriot en quitta la direction pour se consacrer entièrement à sa charge de professeur à l’Académie Caroline, établissement fondé par le duc en 1770. Dans son enseignement, qui rappelait en cela celui qu’il avait reçu à Nancy, le théâtre jouait un rôle important. Uriot préparait avec les élèves auxquels il enseignait la littérature française les représentations théâtrales qui étaient données chaque année en décembre pour fêter l’anniversaire de la création de l’école. Mais il enseignait aussi l’art dramatique aux jeunes gens qui, dans une section spécialisée de l’établissement, se préparaient à une carrière d’acteurs et participaient aux fêtes ducales. Pour ces fêtes, il écrivit plusieurs livrets de spectacles musicaux. Il envoya à Nancy des exemplaires de deux d’entre eux – La Naissance de Félicité et Les Fêtes thessaliennes – qui comportent des ajouts de sa main. La Naissance de Félicité fut donnée en janvier 1782, pour l’anniversaire de la comtesse de Hohenheim, compagne de Charles Eugène, qui deviendrait son épouse en 1785. Le livret avait été publié sans nom d’auteur. Uriot écrivit pour Nancy son nom sur la page de titre, indication précieuse qui permet de lui attribuer le texte. Par Les Fêtes thessaliennes, il contribua aux grandes fêtes de septembre 1782, que le duc organisa en l’honneur de sa nièce Sophie Dorothée de Wurtemberg-Montbéliard et de son époux, le grand-duc Paul de Russie. Dans le volume nancéien, Uriot a apporté des corrections, ajoutant même une indication scénique sans doute omise lors de l’impression.

Joseph Uriot. La Naissance de Félicité. Stuttgard, 1782. Ajout autographe « Par Mr Uriot*, professeur de littérature française à l’Université caroline. * Né à Nancy ». 80 287 (35)
Joseph Uriot. Les Fêtes thessaliennes. Ajout de la main d’Uriot « Des Génies descendent entre les colonnes… ». 977  p. 127

Uriot fut actif jusqu’à ses derniers jours. Le 16 mars 1963, le quotidien Stuttgarter Zeitung lui consacra un article pour rappeler sa naissance à Nancy deux cent cinquante ans plus tôt et sa carrière de comédien, de bibliothécaire et de professeur.

________________________________________________

Indication bibliographique :

Correspondance de Madame de Graffigny, Oxford, Voltaire Foundation, 1985-2016 (Bibliothèque Stanislas, 7991). Dans les lettres qu’échangèrent Mme de Graffigny et Devaux, il est souvent question d’Uriot, l’ami commun.

 

Le chantier des collections atteint sa vitesse de croisière

Après trois années d’élaboration de projet et surtout d’intenses réorganisations de locaux entiers, tant de stockage que publics, l’année 2016 a vu l’achèvement de certaines phases de chantier et le passage en production des nouveaux services. La poursuite des réaffectations de locaux s’effectue de manière plus ciblée grâce à de nouveaux outils.

La conversion rétrospective permet de faire émerger des collections particulières du XIXe siècle telles que la bibliothèque de Henri-Georges Boulay de la Meurthe
La conversion rétrospective permet de faire émerger des collections particulières du XIXe siècle telles que la bibliothèque de Henri-Georges Boulay de la Meurthe

L’achèvement de la conversion rétrospective des catalogues

Entamée en 2014 avec le soutien financier et logistique de la Bibliothèque nationale de France, la conversion rétrospective du catalogue des ouvrages imprimés (1811-1970) s’est terminée à l’été 2016. Après la phase de validation, plus de 80 000 notices ont fait leur entrée au catalogue Co-libris au dernier trimestre 2016 et seront bientôt visibles au sein du Catalogue collectif de France.

Le succès pour les nouveaux services liés aux collections

Le passage en libre-accès des périodiques récents et des monographies acquises pour le fonds d’étude s’est traduit par une augmentation de leur utilisation sur place et en prêt à domicile de l’ordre de 10 %. Cela peut paraître faible mais le public visé est nettement moins large qu’en médiathèque.

L'accueil de la Bibliothèque Stanislas lors de la présentation d'une nouvelle acquisition
L’accueil de la Bibliothèque Stanislas lors de la présentation d’une nouvelle acquisition

La mise en ligne via Gallica d’ouvrages de référence sur l’histoire de Nancy et les nouveaux chargements effectués sur le Kiosque lorrain et sur Flickr n’ont pas eu d’impact négatif sur la fréquentation de la salle patrimoniale. Au contraire, peut-être, le nombre de documents physiques consultés a bondi de 30 % et le courrier scientifique (incluant les demandes de reproduction) de 15 %.

La poursuite de la réaffectation des magasins

Collections du dépôt légal

La rétroconversion des notices permet de repérer et relocaliser plus rapidement les monographies qui sont concernées par le changement de magasin. La politique à suivre est désormais formalisée.

Périodiques

Le repérage des différents fonds dispersés a été effectué. Les titres patrimoniaux ont vocation à être rassemblés dans des locaux particuliers. Ainsi, l’abandon du magasin de sous-sol a été l’occasion de réaffecter un autre lieu à l’accueil des journaux locaux morts. Ceux-ci ont fait l’objet auparavant d’une campagne soignée de catalogage, d’informatisation des fascicules, de conditionnement voire de réparation.

Vue du petit grenier
Vue du petit grenier

Les collections de revues académiques font actuellement l’objet d’une sélection serrée menée en lien étroit avec l’Université de Lorraine et les autres institutions documentaires de conservation du Grand-Est.

Enfin, les collections d’échanges de publications de sociétés savantes déposées par l’Académie de Stanislas sont en cours de réunion pour analyse de leur intérêt au regard de la politique de grande ampleur menée par la BnF.

Nabécor

Une des bibliothèques de proximité du réseau des Bibliothèques de Nancy est implantée depuis peu rue de Nabécor. L’occasion de faire un rapide historique de ce quartier et de ce nom aux consonances étranges !

Nabécor, une origine énigmatique

Longue d’environ 600 mètres, la rue de Nabécor est située dans un des anciens Faubourgs de Nancy. Elle permet de relier l’avenue de Strasbourg à la rue du maréchal Oudinot. La partie qui nous intéresse se trouve dans le Faubourg Saint-Pierre. Dans l’organisation de la ville à la fin du xixe siècle, on compte huit faubourgs.

Eglise Saint-Pierre, Nancy monumental et pittoresque (70 038)
Eglise Saint-Pierre, Nancy monumental et pittoresque (70 038)

Ce faubourg, situé aux limites de la ville, fonctionnait alors comme un village indépendant. Au xiiie siècle, il était majoritairement habité par les vignerons et les jardiniers de Nancy. Les Carmes et les prêtres de la Communauté de Saint-Sébastien y étaient propriétaires d’une partie des maisons d’habitation et des terrains . À l’époque moderne, ils furent rejoints par les jésuites et les prêtres de la mission. L’existence d’un ruisseau permettant de s’approvisionner en eau et d’irriguer les cultures explique sans doute l’installation de ces communautés.

L’origine de l’appellation « Nabécor» est matière à controverse. Selon Christian Pfister1, il s’agissait peut être d’une personne, Albert et d’un lieu planté de noisetiers, « corl » trouvant son étymologie dans le mot latin corylus : « le champ de noisetiers appartenant à Albert ».

Nabécor peut aussi s’expliquer par  l’emplacement géographique du lieu : Ambescote, « en bas de la côte », relativement à la position de quartier en contrebas du domaine de Saurupt situé sur une colline2.

D’autres historiens pensent que la rue tient son nom du ruisseau évoqué ci-dessus prenant sa source sur les hauteurs de Vandoeuvre, vers Rémicourt, contigu au château du Charmois.  Ce cours d’eau forme le long de la rue du Maréchal Oudinot l’extrême limite du territoire de Nancy3. Cette version semble la plus pertinente.

Le développement urbain

Dans la seconde moitié du xixe siècle, le faubourg s’étend à la faveur de deux infrastructures propices à son développement : le passage de la voie ferrée à proximité (quai de la Bataille et quai René ii), et la construction du Canal de la Marne au Rhin. L’annexion de l’Alsace-Moselle en 1871 favorise l’installation d’industriels dans ce secteur de la ville. Les maisons d’habitation voient alors le jour de part et d’autre de l’axe principal constitué par l’avenue de Strasbourg, rebaptisée par la suite dans sa seconde partie en avenue du maréchal de Lattre de Tassigny.

De nos jours, le quartier Saint-Pierre abrite plusieurs lieux ou édifices remarquables.

Les lieux remarquables du quartier

Un beau jardin public de deux hectares est accessible depuis l’avenue de Strasbourg, le Parc Olry. Il est situé sur une ancienne léproserie et appartient à Achille Olry (1821-1903), avocat de profession et amateur éclairé de botanique. En 1913, ce bien est légué à la ville, à condition que l’espace soit ouvert au public. Dans les années 20, Nancy fait l’acquisition de deux terrains contigus permettant d’étendre la surface du futur jardin public et d’implanter les serres municipales. Ouvert en 1924, son entrée monumentale  est constituée d’un imposant portail du  XVIIIe siècle provenant de l’Hôtel de Mahuet (rue Saint-Dizier).

 

Nancy, Eglise de Bonsecours (P-FG-CP-01079)
Nancy, église de Bonsecours (P-FG-CP-01079)

L’édifice emblématique du quartier est l’église Notre-Dame de Bonsecours. Elle a été érigée en lieu et place d’une chapelle datant de 1477, construite en mémoire des nombreux soldats ayant péri au cours de la bataille opposant René ii et ses troupes à l’armée bourguignonne de Charles Le Téméraire. L’actuelle église baroque de Bonsecours  est l’œuvre d’Emmanuel Héré, architecte de Stanislas. Ce dernier voulait faire de cet édifice religieux, dont il posa symboliquement la première pierre en 1738, la nécropole de sa famille. On y trouve en effet les sépultures de Stanislas  de son épouse Catherine Opalinska, et le cœur de leur fille, Marie Leszczynska.

Emmanuel Héré est également chargé par Stanislas de la conception d’un hôtel de la Mission Royale  connu également sous le nom  d’ ancien grand séminaire, situé face à l’église Saint-Pierre.

Grand séminaire de Nancy - cour d'honneur, Nancy monumental et
Grand séminaire de Nancy – cour d’honneur, Nancy monumental et pittoresque (70 038)

L’église Saint-Pierre, de style néogothique date de la fin du xixe siècle. Pour des raisons financières, le deuxième clocher n’a jamais été achevé. La pureté de ses lignes contraste fortement avec le milieu urbain.

De part et d’autre de l’avenue de Strasbourg, l’ancien faubourg Saint-Pierre est doté de plusieurs établissements hospitaliers.

Hôpital civil, Nancy monumental et pittoresque (70 038)
Hôpital civil, Nancy monumental et pittoresque (70 038)

L’Hôpital central, érigé en 1879 sur les plans de l’architecte Prosper Morey, a connu une importante extension en 1998. Initialement nommé Hôpital Civil, il change de désignation en 1931. Le projet d’origine vise à la fois la rationalisation de l’espace avec l’organisation de soins par secteurs et le respect des règles hygiénistes  prônées à cette époque. Il s’agit de faire la part belle à la luminosité en prévoyant de grandes ouvertures.

Nouvel hôpital de Nancy : plan du rez-de-chaussé. collection Archives municipales de Nancy

Quant à la maternité régionale qui ouvre en 1929, elle tient son nom de l’obstétricien renommé Adolphe Pinard (1844-1934).

 

 

  1. Histoire de Nancy, T.1, 1902, p. 25 . []
  2. Abbé Marchal, Origine probable du nom de Nabécor donné à un canton du Faubourg Saint-Pierre de Nancy, 1869. []
  3. Charles Courbe, Promenades historiques à travers les rues de Nancy au xviie siècle, à l’époque révolutionnaire et de nos jours : recherches sur les hommes et les choses de ces temps, Nancy, 1883 ; Émile Badel, Dictionnaire historique des rues de Nancy, 1904. []

Une enseignante à la Bibliothèque

Durant l’année scolaire 2013-2014, la Bibliothèque a accueilli un professeur des écoles en reconversion professionnelle afin de participer à l’apprentissage de son nouveau métier de bibliothécaire. Elle a été pleinement intégrée à l’organigramme de la bibliothèque au sein de la cellule Action culturelle, avec pour mission la conception et la modélisation des livrets pédagogiques accompagnant les accueils de classes. Cette mission a été dûment remplie, et nous sommes heureux de publier aujourd’hui le bilan de cette « année à la Bibliothèque ».

Continuer la lecture de Une enseignante à la Bibliothèque

Le fonds patrimonial s’enrichit

La Bibliothèque-médiathèque poursuit depuis de nombreuses années l’enrichissement de son fonds patrimonial selon différentes modalités et a défini pour ce faire une politique d’acquisition du patrimoine écrit et graphique dont voici les grandes thématiques.

Continuer la lecture de Le fonds patrimonial s’enrichit