Archives de catégorie : La médiation

Enseigner l’histoire de la gravure en Lorraine

Depuis trois ans maintenant, la Bibliothèque Stanislas accueille les étudiants en master 1 d’histoire de l’art de l’Université de Lorraine dans le cadre de leur formation sur l’histoire de la gravure en Lorraine. Durant plusieurs séances, les étudiants découvrent à travers l’examen des œuvres originales, le talent des maîtres graveurs lorrains Jacques de Bellange (1575?-1616), Jacques Callot (1592-1635) et Sébastien Leclerc (1637-1714).

L’origine du projet

La bibliothèque de Nancy accueille tout au long de l’année les chercheurs et les étudiants pour les aider dans leurs travaux. Depuis une dizaine d’années, la Bibliothèque Stanislas cherche à établir un lien plus fort avec l’Université de Lorraine et plusieurs projets de recherche ont été menés en collaboration avec les professeurs d’histoire et d’histoire de l’art de l’université de Nancy1. Chaque année, au moment de la rentrée, la Bibliothèque Stanislas propose des sujets de recherche et des stages aux étudiants en histoire de l’art afin de faire avancer la recherche sur les collections. Depuis longtemps, l’idée de proposer des cours universitaires in situ a été discutée avec les professeurs mais par manque de temps ou à cause des difficultés d’organisation, le projet n’avait jamais pu aboutir.

Les étudiants assistent au cours en bénéficiant de la projection du diaporama sur écran et de l’examen des œuvres originales conservées à la bibliothèque.

Pierre Wachenheim, maître de conférences en histoire de l’art moderne, sensible à l’art de l’estampe, a souhaité que les étudiants de l’Université de Lorraine connaissent ce médium et qu’ils connaissent le nom de ces artistes lorrains qui ont fait la renommée de la gravure française. Il a donc délocalisé plusieurs de ses séances de cours à la Bibliothèque Stanislas.

Examen d’une gravure de Bellange avec un compte-fil

Des cours à deux voix

Durant les différentes séances la présentation s’est organisée à deux voix. Le cours s’articule autour de la présentation d’estampes, avec des apartés sur la conservation, le papier, la manipulation, les particularités d’exemplaires, etc. La présentation se fait à la fois par la projection d’un diaporama mais aussi par la présentation des gravures originales. Chaque étudiant a la possibilité d’examiner l’œuvre originale, de comparer parfois deux épreuves de la même gravure et d’en mesurer les nuances d’encrages, les différents états ou de se rendre compte de la taille réelle des œuvres (la diffusion sur écran est souvent trompeuse !)

Projection de deux états différents du portrait du graveur lorrain Sébastien Leclerc.

En parallèle, les ouvrages nécessaires à l’étude d’un artiste ou du sujet sont présentés pendant le cours et restent à disposition des étudiants à la Bibliothèque Stanislas pour une lecture plus approfondie.

Des livres utiles à l’étude des graveurs lorrains sont présentés lors de chaque séance. Ici, l’étude de l’œuvre gravé de Jacques Callot peut être abordée grâce aux usuels accessibles en permanence en salle de consultation patrimoniale.

Donner le goût de l’estampe

Les étudiants en histoire de l’art ont souvent préféré l’étude des « arts majeurs » aux « arts mineurs ». La peinture, la sculpture ou l’architecture ont souvent la faveur des jeunes chercheurs et peu d’entre eux se consacrent à l’histoire de la gravure. Est-ce par désintérêt ? Est-ce par méconnaissance ? Il faut dire que l’histoire de l’estampe est peu enseignée aux étudiants et la plupart de ceux reçus lors de ces séances ont totalement découvert cet art. La première séance était donc tout naturellement consacrée aux différentes techniques de l’estampe pour la période moderne. Découverte des outils, des matrices, des papiers, des filigranes, de l’encrage, de l’édition, etc.

Outils de gravure et matrice en bois (fonds Jamar)

 

Un étudiant regarde les détails de la gravure à l’aide d’un compte fil.

Puis les séances suivantes ont permis aux étudiants de découvrir les artistes lorrains les plus célèbres : Pierre Woeiriot de Bouzey (1532-1596?), Gabriel Salmon (14..-15..), Jacques de Bellange, Jacques Callot, Israël Silvestre (1621-1691) et Sébastien Leclerc. Des œuvres majeures ont également été présentées notamment la pompe funèbre de Charles III, série de gravures illustrant les cérémonies des obsèques du duc de lorraine Charles III en 1608, gravées par Mathieu Merian (1593-1650) et Friedrich Brentel (1580?-1651).

Recueil des œuvres de Sébastien Leclerc.

Cette médiation sur l’estampe porte ses fruits puisque dès la première année, plusieurs étudiants ont manifesté leur intérêt pour ce médium. Certains ont orienté leur sujet de master sur des graveurs ou des ensembles gravés conservés dans les institutions lorraines.

  1. Par exemple, plusieurs étudiants de licence d’histoire ont participé à l’identification des personnes citées sur le site « Le Journal de Durival  » []

Raconter la guerre de 1870-1871 au jour le jour depuis Nancy : le projet Louis Lacroix

Le projet Louis Lacroix constitue la contribution des Bibliothèques de Nancy aux commémorations liées à la guerre franco-allemande de 1870-1871, qui a vu pour la France le changement définitif de régime politique (passage de la monarchie à la république) et l’annexion de trois départements, la Moselle, le Bas-Rhin et le Haut-Rhin, jusqu’en 1918, par l’Allemagne.

Nancy pendant la guerre de 1870-1871 et après

Nancy, qui ne se trouve alors pas dans une région frontalière, a vu l’arrivée des troupes françaises rejoignant le front, puis leur retour piteux. Elle s’est rendue aux Prussiens sans combat et relativement rapidement, ce qui lui a été beaucoup reproché quand Toul, Metz et les Vosges ont résisté plus longtemps. L’occupation a été immédiate et totale, substituant aux institutions françaises un régime militaire puis administratif allemand. Mais la Meurthe n’a finalement pas fait partie des territoires annexés alors que la crainte en était vive et durable parmi la population et les élites. Devenue la « capitale de l’Est de la France », le terme « Lorraine » ayant été privilégié pour la Moselle perdue, Nancy voit à partir de 1872 arriver un flot important d’optants, ces Alsaciens-Mosellans qui ont souhaité garder la nationalité française avec pour conséquence de devoir quitter leurs terres natales. C’est le démarrage d’une exceptionnelle embellie économique, industrielle, commerciale, intellectuelle (avec le transfert de l’Université de Strasbourg) et artistique pour cette ancienne capitale d’un duché souverain un peu endormie par la Restauration, d’où naîtra notamment l’Alliance provinciale des industries d’art, c’est-à-dire le mouvement de l’Ecole de Nancy. Ainsi, les Nancéiens ont préféré tirer des conséquences positives de la défaite française, tout en hébergeant jusqu’en 1914 de forts contingents militaires et entretenant l’idée de revanche.

Page de couverture du journal imprimé
Journal d’un habitant de Nancy pendant l’invasion de 1870-1871, par Louis Lacroix. Nancy : Vagner, 1873.

Les témoignages documentaires précisément sur la période 1870-1871 n’abondent pas, et la concentration intellectuelle est mise sur l’après-guerre, la reconstruction, l’Art nouveau et le développement d’idées patriotiques de la fin du siècle. Pas d’histoire bilingue comme à Metz, pas d’imagerie populaire exaltant l’armée ou fixant par l’image des combats survenus à quelques dizaines de kilomètres, car ils appartiennent à la mémoire des territoires annexés.

L’ouvrage publié en 1873 par le professeur d’histoire Louis Lacroix (1817-1881) chez Vagner à Nancy réunissait toutes les qualités du témoignage : un intellectuel décidant consciemment de tenir son journal de guerre, puis s’efforçant d’en faire publier une version allégée mais suffisamment copieuse pour, très peu de temps après les événements, servir de source et d’élément de débat dans la recherche de responsabilités qui s’en est ensuivie. Le livre imprimé a été numérisé et mis en ligne sur Limédia galeries.

Le journal de guerre d’un intellectuel en rétro-live Twitter

Capture du profil Twitter de Louis Lacroix, professeur d'université à Nancy en 1870
Profil fictif de Louis Lacroix sur le réseau Twitter (@Louis_Lacroix_)

Cependant, la mise en ligne d’un témoignage, aussi intéressant soit-il, n’est pas suffisante pour rencontrer le public, les populations vivant sur les territoires concernés, à propos d’un événement que l’historiographie française ne met guère à l’honneur, lui préférant les débuts de la IIIe République et la Commune de Paris. Les Bibliothèques de Nancy ont pris l’habitude d’accompagner leurs campagnes de numérisations patrimoniales par des dispositifs éditoriaux qui apportent des éléments de médiation, de contextualisation et de facilitation pour l’appropriation du passé par le « grand public ». C’est en cela que le travail des bibliothécaires rejoint les problématiques de l’histoire publique : faire de l’histoire, sourcée, sérieuse, accessible à un large public qui ne dispose pas de compétences préalables en méthode critique, en proposant sous une enveloppe attrayante et proche des contenus fiables, et en contribuant à lutter contre les rumeurs et les idées reçues…

Lorsqu’il s’est agi de réfléchir à la manière dont le témoignage de Louis Lacroix pouvait être porté publiquement, le « rétro-live » Twitter est apparu comme la voie la plus pertinente eu égard à la source et à l’événement : une parole individuelle et personnelle, quasi-quotidienne, pendant un temps long (9 mois, de juillet 1870 à mars 1871). Les exemples de rétro-live existent déjà abondamment, @RealTimeWWII et @digitalpast en étant les exemples les plus connus. L’équipe s’était déjà entraînée à l’exercice en 2016, rappelant heure par heure l’agonie de Stanislas Leszczynski, roi de Pologne déchu et duc de Lorraine, en 1766, également relayé sur Twitter.

« Rétro-tweeter » le journal de Louis Lacroix implique un effort concentré dans le temps. A l’été 2020, lire les 550 pages, repérer les citations « twittables », synthétiser la prose abondante du professeur d’université en réflexions inférieures à 280 signes. A mesure, programmer les tweets, pour autant que les outils utilisés (interface Twitter et Hootsuite) y autorisent. Enfin, de l’été 2020 au printemps 2021, activer les réseaux grâce au compte principal, @bmnpatrimoine, et aux retweets, réagir aux interactions et promouvoir ce projet.

Louis Lacroix, un intellectuel catholique engagé

Louis Lacroix, qui vit à Nancy depuis une vingtaine d’années avec sa mère, dans le faubourg Saint-Georges au nord de la ville, est l’un des premiers à voir arriver l’armée d’occupation. Sa position universitaire et sa sociabilité lui donnent un accès relativement aisé au pouvoir municipal, à la magistrature et aux services préfectoraux. Il consigne avec minutie les échanges de nouvelles, la vie sous l’occupation prussienne, les difficultés à se procurer nourriture et nouvelles fiables, les réquisitions qui laissent les campagnes exsangues, les grandes bravoures et petites lâchetés qu’il observe. Lacroix n’est pas un progressiste : dès la chute de l’Empire, il se déclare entièrement pour la restauration d’une monarchie bourbonnienne, appelant de ses vœux la réconciliation entre comte de Chambord et comte de Paris. Fervent catholique, il dénonce une défaite avant tout morale et une forme de punition divine, prêche la résignation digne plutôt que la résistance désordonnée.

Ces positions politiques sont aussi très intéressantes à faire apparaître, car tout Twittos est personne de son temps et fait part de ses réflexions, parfois à l’emporte-pièce.

Enfin, comme professeur d’histoire et proche ami de nombreux patrons de journaux à Nancy comme Vagner, rédacteur en chef du quotidien catholique L’Espérance et son futur éditeur, Lacroix est très sensible aux fausses nouvelles, qu’il relate et décortique avec soin. En des temps où l’éducation aux médias et à l’information (EMI) est enseignée à l’école, un exemple venu du passé est toujours bon à prendre.

Une commémoration franco-allemande

Lancé le 15 juillet 2020, sans avis préalable, le compte @Louis_Lacroix_ compte à ce jour une centaine d’abonnés.  Il a d’ailleurs suscité immédiatement l’intérêt des spécialistes français et allemands de la guerre franco-prussienne, réunis à l’instigation du l’Institut historique allemand sur le carnet Guerre franco-allemande / Deutsch-französischer Krieg 1870-1871, où cet article a été publié pour la première fois.

Un artiste en résidence au coeur des collections Art Nouveau

En 2019, une expérience inédite a été menée dans le réseau des Bibliothèques de Nancy : l’accueil d’un artiste local, auteur illustrateur, en résidence.

À l’origine

La Mairie-Médiathèque Saint-Pierre de Nancy a ouvert ses portes au public à l’automne 2019.

Il existait à l’origine la Bibliothèque Bonsecours, implantée dans l’école primaire depuis 1954. Ce serait la plus ancienne bibliothèque de quartier de Nancy. Cette bibliothèque a été remplacée par la bibliothèque de proximité en 2017 temporaire, la Médiathèque Nabécor, parce que l’école fermait. En septembre 2019, selon une politique de mutualisation de services, la Médiathèque Saint-Pierre ouvrant dans des locaux regroupant aussi la mairie de quartier et des bureaux de proximité du CCAS.

Anne Charaud, sa responsable, fait part de l’incertitude de son public :

Nos lecteurs les plus fidèles ont été plusieurs fois bousculés en peu de temps et ont dû s’adapter à ces changements. Le projet de résidence était là pour favoriser leur appropriation du lieu.

Il est apparu intéressant de choisir comme point d’accroche la villa Bergeret, fleuron de l’École de Nancy implanté dans le quartier Saint-Pierre et merveilleuse opportunité pour mettre en avant les joyaux conservés à la Bibliothèque Stanislas sur ce courant artistique et, plus largement, l’Art Nouveau.

Nous avons saisi l’occasion d’élaborer un projet interactif entre les collections patrimoniales de la Bibliothèque Stanislas et le quartier Saint-Pierre de Nancy, tout en faisant appel à un artiste pour une résidence dans les Bibliothèques de Nancy.

 

Les illustrations de départ

Le choix de l’artiste

Olivier Romac, auteur illustrateur nancéien fait partie des artistes dont nous acquérons et conservons les ouvrages depuis la création en 2017 d’un fonds spécifique lorrain de bandes dessinées et albums illustrés destinés au jeune public.

Sa connaissance de la période École de Nancy transparaît dans plusieurs de ses créations, et ce, avec une précision et une esthétique très fidèle à l’esprit du temps. En outre, il avait déjà animé des ateliers de création, activité propre à notre avis à nouer le lien entre les habitants du quartier et leur nouvelle médiathèque.

Olivier Romac à la médiathèque Saint-Pierre, première séance avec les adultes
Olivier Romac à la médiathèque Saint-Pierre, première séance avec les adultes

C’est ainsi qu’une collaboration, fructueuse de part et d’autre, a commencé en novembre 2019, pour s’achever au tout début du mois de février 2020. Un dossier de demande de subvention au dispositif État-Région « résidence d’artiste-associé » est déposé mai 2019. Sans attendre le résultat, nous travaillons sur les collections, les publics pressentis pour nos actions, et avec l’artiste.

Dans un second temps, les recherches artistiques, l’élaboration des outils des ateliers et le travail de création ont été menés par Olivier Romac afin de créer 12 séances à la fois très pédagogiques et misant sur la créativité des participants et sur la convivialité, étalées sur 12 mois, pour deux types de publics.

Quels publics, quels objectifs ?

L’enjeu était de montrer que la nouvelle médiathèque est un lieu de rencontre, où il fait bon venir, échanger, partager, créer, et rencontrer les autres, en plus de se documenter.

Nous voulions aussi rapprocher les citoyens d’un artiste vivant sur le territoire, et de leur faire prendre conscience de la richesse patrimoniale de leur quartier. Il fallait ajouter à cela l’opportunité pour l’artiste de pouvoir réaliser une oeuvre comme aboutissement de la résidence.

Les publics étaient d’une part, des adultes volontaires résidents du quartier, et d’autre part, deux classes d’école élémentaire,  l’une de l’ensemble scolaire Émile Gallé qui est contigu à la médiathèque (une porte les sépare), et l’autre de l’École du Montet située rue de Saurupt.

Reproductions de planches d'albums des collections patrimoniales de la bibliothèque Stanislas
Reproductions de planches d’albums des collections patrimoniales de la bibliothèque Stanislas

L’École de Nancy sert de repère artistique et de support pour la création des participants, calendrier pour les élèves et marque-pages pour le public adulte.

Le premier atelier a été l’occasion de faire une présentation globale de notre démarche, puis une histoire illustrée du mouvement artistique. Par la même occasion, nous avons pu faire connaissance avec chacun, établir le dialogue et insister sur la relation exceptionnelle à développer avec un artiste au fil des séances.

À partir de la seconde rencontre, le travail de création a été exclusivement encadré par Olivier Romac, les collections de la Bibliothèque Stanislas étant source d’inspiration.

Les élèves, comme les adultes, ont d’abord réalisé à l’aide de pochoirs des motifs sous forme de frises. Ces pochoirs ont été spécialement conçus par l’artiste, qui en connaissait le potentiel en matière de rendu et l’usage à l’époque de l’Art Nouveau.

Les participants ont été guidés de manière à peaufiner leur travail au fil des séances avec les bibliothécaires en soutien. Cela se passait avec beaucoup d’application, d’amusement et d’émulation.

Réalisation de pochoirs
Réalisation de pochoirs

À l’issue, Olivier Romac a effectué la mise en page et le suivi de l’impression des calendriers et des marque-pages.

L’ultime séance a consisté en l’accueil de chacun des groupes à la Bibliothèque Stanislas en guise de restitution. A cette occasion, il a été montré au public les planches originales de style Art Nouveau, les ouvrages japonais de la collection Takashima, et des reliures École de Nancy exceptionnelles de nos collections.

Outre l’ébahissement devant ces joyaux, l’excitation était au rendez-vous pour les élèves à l’idée de recevoir des mains d’Olivier les calendriers. La tristesse aussi, de dire au revoir à ce compagnon de route avec qui la complicité s’était nouée au fil des semaines.

Remise des calendriers à la Bibliothèque Stanislas
Remise des calendriers à la Bibliothèque Stanislas

Les groupes ont pu également visiter l’intérieur de la Villa Bergeret, propriété de l’Université de Lorraine, grâce à une visite commentée effectuée par nos soins. Nous  avons mis l’accent sur les corrélations entre les collections, les ateliers de pratique artistique, et les spécificités architecturales, décoratives et mobilières de la demeure.

L’artiste et sa réalisation

Enfin, une séance publique avec Olivier Romac a été programmée à la Bibliothèque Stanislas. Deux heures durant, il a été donné à chacun de comprendre comment l’artiste conçoit son oeuvre, comment un auteur illustrateur élabore un contenu, dessine, assemble, privilégie telle planche, colorise, met en page…

En exclusivité, Olivier Romac a dévoilé des planches du livre écrit et illustré durant la résidence dont la sortie est imminente. Il en a présenté l’ensemble des planches à un public impatient de pouvoir acquérir cette nouvelle réalisation qui met bien en valeur le patrimoine nancéien.

En effet, parallèlement à ces actions de médiation, Olivier Romac s’est nourri de nos collections et de recherches en divers services de la ville pour travailler à la conception d’un album illustré sur la Villa Bergeret et les artistes de l’École de Nancy. Il reconnaît avoir trouvé matière à mettre en oeuvre un ouvrage sans précédent dans son parcours. Son livre très illustré, selon une esthétique rigoureusement conformes aux principes de l’École de Nancy, est aussi très documenté historiquement.

Olivier Romac dans la salle de l'Académie
Olivier Romac dans la salle de l’Académie

Une collaboration fructueuse

Travailler en équipe s’est avéré positif et enrichissant, chacun d’entre nous apportant compétences et savoir-faire personnel. Le contact et les échanges avec Olivier Romac se sont déroulés très simplement pour aboutir à la formalisation du projet. Enfants comme adultes ont beaucoup apprécié la personnalité de l’artiste qui s’est montré à la fois pédagogue et ouvert à l’échange. Lors des visites, à la bibliothèque et à la maison Bergeret, Olivier Romac  a enrichi le propos par des informations en contrepoint.

Un public conquis

Le public s’est montré très satisfait de l’ensemble des actions. Sur l’ensemble du déroulement du projet, il n’y a eu aucun désistement (ce qui était une de nos craintes avant de commencer) et un enthousiasme grandissant était perceptible chez les participants.

En ce qui concerne le public scolaire, le personnel encadrant, le personnel accompagnant et les enfants ont trouvé l’expérience très instructive et enrichissante et ont, au gré des séances d’atelier, découvert des pratiques de création artistique. En outre, ils se sont appropriés la Mairie-Médiathèque Saint-Pierre.

La notion de lien social a pris  réalité à travers tous les échanges s’étant opérés avec l’artiste d’une part, le personnel des Bibliothèques d’autre part, mais aussi entre les participants (entraides, conseils, échanges de techniques…). Certains d’entre eux restent en contact et organisent des sorties culturelles ensemble depuis lors.

Anne Charaud conclut :

Le fait d’avoir situé ces ateliers dans cette nouvelle médiathèque a donné une vraie visibilité à l’établissement de lecture publique. Il s’agissait par ces actions culturelles de type artistiques de faire connaître le nouvel établissement aux personnes du quartier, et également d’avoir un rayonnement plus large sur Nancy.

Les ateliers numériques du patrimoine : humanités numériques, formation, médiation

La Bibliothèque Stanislas se transforme en 2015, à l’occasion de grands travaux de réhabilitation et de développements numériques. De nouveaux espaces et  services voient le jour. Parmi eux, l’atelier numérique du patrimoine : un espace de formation, de médiation, d’inclusion numérique et d’échanges.

Le contexte local en terme d’offre

Les ateliers numériques du patrimoine voient le jour dans un contexte local de forte demande, et d’une offre existante plutôt limitée.
La médiation numérique existante pour les Bibliothèques de Nancy était principalement organisée à la Médiathèque Manufacture qui proposait notamment des ateliers numériques en direction du grand public. Ces ateliers avaient vocation à dispenser à tous les bases de la pratique informatique : navigation, web, utilisation des réseaux sociaux, etc…

Ces pratiques autrefois dispensées par les cyberbases1 n’ont pas trouvé d’autre relais depuis la fermeture de ce service à part les ateliers Google2.

Mise en place d’un atelier numérique du patrimoine

Les humanités numériques et la médiation culturelle numérique au centre du projet

L’idée pour la Bibliothèque Stanislas est de compléter cette offre, avec des ateliers de médiation numérique cette fois en direction des chercheurs, qu’ils soient professionnels ou amateurs. En quoi consiste une recherche dans la presse ancienne ? Vers quels documents en ligne dois-je me tourner pour trouver telle information ? Trouver un acte de naturalisation ou une référence biographique peut se révéler impossible pour une personne non acculturée à la recherche. C’est donc sur cet accompagnement spécifique que nous décidons de nous positionner.

Mise en place du service

Équipement

La salle est petite, elle peut accueillir au maximum 10 personnes et propose six ordinateurs. Nous concevons donc l’espace comme un atelier où les utilisateurs pourront travailler confortablement sur un ordinateur, tout en ayant la possibilité de voir une projection sur un mur.
Nous installons également une imprimante et un scanner qui sera utilisé pour la numérisation que nous effectuons en interne.
Un vidéo projecteur est mis en place, mais il sera rapidement remplacé par un téléviseur de nouvelle génération, positionné sur un pied mobile. Cela présente l’avantage d’offrir une image nette (port hdmi), et d’être utilisé pour d’autres types de besoins : nous la déplaçons facilement pour les accueils de groupes, scolaires ou autres animations.

Un parc sous Linux

Les ordinateurs sont déployés sous système d’exploitation Linux, ce qui nous paraît cohérent avec la philosophie que nous voulons donner à ce lieu : les alternatives libres aux logiciels propriétaires, la diffusion et le partage des données, mais aussi la pédagogie pour une adaptabilité à de nouveaux outils ou de nouveaux environnements numériques.
Nous prévoyons toutefois la possibilité d’une juxtaposition de Linux avec Windows (en double boot), notamment pour l’utilisation de certains matériels (scanner), ou de certains logiciels.

Ce parc est installé avec les crédits BNR. Les ordinateurs ne sont pas administrés par notre DSI, et sont reliés à un réseau distinct. Nous avons donc le champ libre pour installer et expérimenter de nouveaux logiciels, de nouveaux outils, puisque nous sommes administrateurs des postes.

Espace de formation interne

Nous décidons d’utiliser aussi cette salle comme lieu de formation interne, notamment dans le cadre des formations aux contributeurs et des cafés numériques. Les collègues peuvent également venir travailler sur les ordinateurs librement (s’ils veulent suivre un Mooc, travailler à la rédaction d’un texte), ou sur des créneaux encadrés, durant lesquels un collègue « formateur » leur propose de les accompagner dans la prise en main d’un outil, d’un logiciel…
Comme la salle permet de projeter un ordinateur sur la télévision, nous pouvons aussi faire des démonstrations (Bibale, Limédia, …).

Accueil du public : une offre variée

Préparation

Les ateliers sont libres, gratuits, et ouverts à tous, sur réservation. Ils ont lieu d’ordinaire le samedi matin, de 10h30 à 11h30.

La salle ne pouvant accueillir plus de 10 personnes simultanément, les ateliers se font sur inscription. Nous utilisons un site gratuit de gestion de billetterie, la plate-forme Evenbrite, pour gérer les réservations des usagers.
Les ateliers sont annoncés sur l’agenda culturel des Bibliothèques et de la ville, et nous faisons aussi leur promotion sur nos réseaux sociaux et notre newsletter.
Pour promouvoir nos ateliers, nous utilisons des titres parlants et attractifs, afin de ne pas décourager d’éventuels curieux par un sujet qui paraîtrait trop technique. Nous tentons de mettre en avant sa finalité en proposant un thème ou un usage. Nous ne communiquons pas sur « utiliser Limédia » mais plutôt « Trouver facilement des images anciennes et locales libres de droits ».

Lorsqu’une première programmation a été conçue en 2015 à l’ouverture du service, elle s’adressait en premier lieu aux chercheurs, professionnels ou amateurs, aux curieux possédant déjà un bagage minimum en informatique. Les ateliers numériques du patrimoine n’ont pas vocation à former le public à la découverte d’internet, mais plutôt à accompagner ceux qui possèdent déjà ces bases pour aller un peu plus loin dans la pratique, sans perdre de vue notre thématique centrale : le patrimoine et les humanités numériques. Cependant nous nous apercevons bien vite qu’il n’est pas possible de se tenir à ce « public cible » initialement défini, et qu’il va nous falloir composer avec un public très varié.

Une programmation variée

  • sélections et pratique de bases de données ou moteurs de recherche

Nous essayons de proposer aux usagers des sélections de sites pertinents et de ressources en ligne sur lesquelles ils vont pouvoir s’appuyer pour mener à bien leurs recherches :  panorama des sites incontournables pour retracer l’histoire de sa ville, tour d’horizon des blogs patrimoniaux les plus originaux, de sites web consacrés aux manuscrits… Nous les aidons à les explorer et à les prendre en main.  L’idée est de montrer aux participants les outils qu’ils peuvent utiliser et comment. Nous proposons des démonstrations concrètes de recherche dans des bases de données telles que Joconde, Gallica, Europeana, le CCFr etc…

Nous nous proposons aussi d’accompagner les gens dans les premières étapes de leur projet de recherche personnel. Par exemple, les étapes incontournables pour bien démarrer sa généalogie.

  • pratique de logiciels

Il nous semblait également intéressant de proposer une alternative libre aux outils généralement utilisés par les chercheurs. Pour cela, nous devons installer en amont de l’atelier les logiciels quand cela est nécessaire, sur les ordinateurs (Gimp, Xnview, Gramps, etc…)
L’atelier consiste alors à la prise en main de l’outil proposé, ou tout au moins sa découverte.

  • Patrimoine remix

Nous avons également à coeur de sensibiliser le grand public à la diffusion et à la réutilisation des collections patrimoniales en ligne. Nous évoquons les grands principes de la dissémination, et tentons d’acculturer les curieux à la réappropriation, par exemple avec des ateliers de création de gifs animés à partir des documents numérisés, ou de découverte d’appli patrimoniales ludiques comme BDnF.

  • Wikipédia

La programmation propose également très régulièrement des thématiques autour de Wikipédia : des ateliers pratiques, où nous proposons au public d’apprendre à contribuer dans Wikipédia, des ateliers d’initiation, et des ateliers découvertes de l’univers Wikimédia etc…

L’équipe des médiateurs

Les bibliothécaires

Ce sont les bibliothécaires qui animent les ateliers numériques du patrimoine à tour de rôle. Aussi, chacun propose une thématique dans laquelle il va se sentir à l’aise : cela va donc créer une programmation naturellement très variée. Et les thématiques reflètent parfaitement la grande diversité et complémentarité des compétences dans nos équipes. Les usagers quant à eux, reconnaissent les agents derrière les thèmes et aiment parfois assister au prochain atelier de tel ou tel bibliothécaire. Cela rend ces rendez-vous conviviaux.

Les intervenants extérieurs

Nous  sollicitons l’aide d’intervenants extérieurs, et créons des partenariats autour de certaines thématiques. Ainsi, avec l’Université de Lorraine, ou les archives municipales de Nancy. Nous avons également invité des représentants de la communauté OSM (open street map) locale, pour qu’ils présentent leur travail, ou encore des membres de la communauté Wikipédia.

Nous avons également donné la possibilité à certains intervenants extérieurs d’utiliser l’atelier en autonomie, s’il existe un lien avec les collections et – ou les projets des Bibliothèques.  Il est par exemple arrivé à des enseignants de l’université d’organiser des TD dans l’atelier, autour de collections.

Préparation d’un atelier consacré au patrimoine remix

Bilans

Une émulation dans l’équipe… et dans le public

Il a fallu dépasser une première appréhension pour certains collègues qui ne se sentaient pas de prime abord suffisamment légitimes pour aborder sous un angle pédagogique un sujet numérique. L’enjeu des ateliers n’étant pas la formation informatique,  mais l’accès en ligne au patrimoine, nous nous sommes vite aperçus que toutes les thématiques étaient systématiquement bien reçues, par un public avide d’informations, mais très conscient que nous ne nous positionnons pas en tant que formateurs à l’informatique. Nous partageons nos connaissances, et elles ne sont pas illimitées. Cela crée une dynamique d’entraide et d’échange au cours des ateliers durant lesquels certains usagers vont parfois partager des informations ou répondre à une question pour laquelle nous sommes parfois démunis.

Des échanges se créent dans le groupe, des conversations démarrent, des sujets sont débattus. Il arrive souvent que le public s’attarde à la fin de l’atelier pour continuer à discuter. Il apparaît clairement qu’une communauté peut se former autour de certains thèmes.

Une communication difficile

La stratégie de communication doit être adaptée en fonction de la thématique abordée, ce qui est très difficile à organiser, en terme de temps et de ressources. Ainsi, les généalogistes seront plus facilement atteints par un affichage dans les salles des archives et dans les groupes Facebook dont ils font partie, les personnes intéressées par les fonds de la Bibliothèque seront ciblées par un affichage dans nos salles de lectures et nos « marque-pages-agenda »…

Une fréquentation mitigée.

Malgré les retours presque systématiquement positifs du public, nous peinons à augmenter notre fréquentation. Si nous avons bien des inscrits à chaque fois ou presque, nous ne remplissons que rarement l’atelier. Nous sentons que certains chercheurs amateurs pourraient tirer beaucoup de bénéfices de certains de nos ateliers, mais il n’est pas facile de les atteindre. Notre public change en fonction des thématiques. Cela nous réserve aussi parfois des surprises, comme par exemple un atelier sur la réalisation de gifs animés à partir d’images patrimoniales où les inscrits étaient un groupe de retraitées.

Ainsi se côtoient à l’atelier des personnes accompagnées de leurs enfants, des enseignants, des étudiants, des curieux, des chercheurs, des amateurs d’histoire… Le public présent n’a pas forcément envie de participer non plus, et il aime parfois simplement écouter, regarder, sans être actif lors de la prise en main. Il faut alors jongler avec cet élément dans le déroulé de l’atelier, et faire en sorte que chacun trouve son compte. Les groupes s’en trouvent peu homogènes, et l’attente de chacun est différente. Cela signifie souvent que l’objectif de l’atelier n’a pas été compris, ou a été ignoré ; en tout cas pour nous animateurs,  qu’il doit s’adapter au public présent.

Les évolutions du service

L’ offre telle qu’elle existe actuellement tente de s’adapter à une réalité, un besoin que nous constatons. Mais si le public présent n’est pas forcément celui qui est attendu, il démontre qu’il existe tout de même une demande réelle. Les personnes qui ont besoin d’un accompagnement dans la simple prise en main de l’outil informatique peuvent se présenter aux ateliers numériques du patrimoine parce qu’elles sont intéressées par les thématiques historiques ou patrimoniales.  Notre rôle est alors de les accompagner. L’atelier numérique du patrimoine participe ainsi d’un dispositif d’inclusion numérique culturelle. Il permet la médiation d’usages culturels d’outils numériques, avec le patrimoine au centre.

Les futures programmations demanderont peut-être des prérequis à l’inscription, afin de créer des groupes plus homogènes. Nous pourrions envisager des ateliers consacrés à la découverte, et d’autres à la pratique plus poussée.

Nous allons également tester prochainement une nouvelle forme d’ateliers : les « rendez-vous avec le bibliothécaire ». Ils prendront la forme d’accompagnement plus personnalisés, où les gens choisiront eux-même leur thématique, dans une liste prédéfinie et des créneaux proposés. Cette idée répond ainsi au souhait de créer des accueils personnalisés pour des chercheurs (des permanences avaient été organisées en 2015-2016, mais sans succès) et de proposer un accompagnement le plus individualisé possible, selon les attentes et besoins de chacun en terme d’horaires, sujets, outils.  Un nouveau défi enthousiasmant à relever !

  1. Ces ateliers d’initiation au numérique en direction du grand public pilotés par la communauté d’agglomérations, et qui rencontraient un vif succès, vont subir des restrictions budgétaires. Le public de la région nancéienne resté sans offre a cependant toujours besoin d’être accueilli et formé. []
  2. Les ateliers Google proposent, indépendamment de la collectivité, des ateliers de formation numérique en direction du grand public. Ces ateliers, gratuits et extrêmement bien pensés, sont animés par des médiateurs qui initient les gens à la pratique concrète du numérique :  réalisation de CV, de vidéos, promotion de son image sur les réseaux sociaux, et tout un ensemble de sujets au coeur des préoccupations des concitoyens. Leur programmation, efficace et calée sur des dates et créneaux horaires pertinents, qui fait bien sûr la part belle à l’utilisation des outils Google, provoque clairement une inquiétude du côté des bibliothécaires, qui s’interrogent sur l’avenir. La formation et l’inclusion numérique, si elles sont confiées à de tels organismes, peuvent- elles garantir l’indépendance des utilisateurs, pour des sujets tels que la préservation des données personnelles ou l’acculturation à des outils ? []

Saint Nicolas, fonds local, patrimoine mondial ?

Lorsqu’en 2017, le fonds local s’ouvre à la littérature jeunesse, la thématique de saint Nicolas  s’impose dans cette nouvelle collection. Elle vient enrichir un fonds local déjà riche d’ouvrages sur le sujet, elle va étendre la typologie des documents, elle va rendre proactive la dynamique de veille documentaire et enrichir l’offre de médiations vers un public large.

Saint vénéré, culture populaire locale, même la classification Dewey s’en mêle !

Lorsque dans nos chantiers, nous faisons en 2013 le choix de mettre une sélection d’ouvrages du fonds lorrain en accès libre pour le prêt direct, nous ne pouvons que constater le glissement des ouvrages sur saint Nicolas du classement en religion vers le champ des fêtes populaires. Le classement des livres est souvent considéré comme le reflet des savoirs et des opinions d’une époque donnée1. Cela se vérifie parfaitement avec Saint Nicolas. Si au début du XXe siècle, le point de vue développé dans les ouvrages est celui du religieux (hagiographie, pèlerinages  …), le culte qui s’exprime maintenant lors des festivités du mois de décembre s’en affranchit  pour entrer dans le champ de l’expression populaire et trouver sa place dans la classe Dewey en 390. Le basculement s’est fait progressivement et se vérifie dans la manière dont des journalistes couvrent les événements festifs dans la presse locale dès le début du XXe siècle.

A la Une de L’Est Illustré du 9 décembre 1928, publicité pour le magasin La Samaritaine, Bibliothèques de Nancy, cote 750 089

Saint Nicolas et le fonds local

Si la Bibliothèque Stanislas se place depuis fort longtemps comme la gardienne du patrimoine écrit (et graphique dans une certaine mesure) de son territoire, elle ne s’intéresse que depuis très peu de temps à l‘édition jeunesse. Le parti-pris pour constituer cette nouvelle collection va s’attacher à notre territoire et à ses acteurs. Ainsi, nous suivons la production littéraire de quelques auteurs illustrateurs actifs sur notre territoire.

Le personnage de saint Nicolas prend toute sa place dans notre projet. Ce sujet ô combien lorrain tient la place d’honneur avec enthousiasme dans les fêtes de fin d’année et fait partie de l’histoire religieuse puis populaire de notre espace géographique. En insérant la thématique Saint Nicolas dans sa politique documentaire du fonds local, en la déclinant dans ses typologies de documents, le bibliothécaire permet à cet imaginaire collectif et populaire d’entrer dans les collections patrimoniales.

Joyeux écoliers, mensuel scolaire de novembre 1931, Saint Nicolas à la Une, Bibliothèques de Nancy, cote 769 329

Dans le champ de l’édition pour la jeunesse, nous relevons une profusion de titres sur la thématique de saint Nicolas et cela quelle que soit la typologie des documents : albums, bandes dessinées et documentaires pour enfants. Objet littéraire et objet graphique, le livre jeunesse sur la thématique du saint patron des lorrains est une littérature à très faible espérance de vie. Le travail de constitution de l’ensemble thématique se fait par des acquisitions courantes et rétrospectives dans les éditions encore accessibles à la vente.

Collection de livres de littérature jeunesse sur la thématique de Saint Nicolas de la Bibliothèque Stanislas

En ce qui concerne les ouvrages qui ne sont plus commercialisés, une veille vers des sites de livres d’occasion pourrait être mise en place. Une veille active vers des livres plus anciens avec un financement sur le budget patrimonial est envisagé. C’est l’expérience qui nous conduit : lorsque en 1907 est édité à 275 exemplaires l’ouvrage Le miracle de Saint Nicolas illustré par Paul Claudin, la bibliothèque n’en fait pas l’acquisition, ce qui en 2019 nous paraît comme une lacune de taille pour la mémoire éditoriale sur le sujet. Il se trouve par bonheur dans les collections d’une autre institution nancéienne.

Enfin, la possibilité de solliciter des dons d’ouvrages pour compléter l’ensemble thématique est proposé comme une participation des Nancéiens à la mémoire collective sur le sujet. Cette proposition vers un large public est mise en œuvre sur le site de la ville de Nancy dédié à la saint Nicolas dans la Malle à souvenirs.

Proactive pour la constitution de cette collection spécifique et singulière, et cela autant pour les albums illustrés que pour les ouvrages d’érudition, la bibliothèque porte l’ambition de créer un fonds documentaire de référence sur saint Nicolas. Ce projet s’inscrit  dans le cadre de la candidature de la ville au patrimoine mondial de l’Unesco. La fête nancéienne qui célèbre saint Nicolas est inscrite à l’inventaire français du patrimoine culturel immatériel depuis le 30 novembre 2018, cette inscription est la première étape pour la candidature à l’Unesco.

La mise en œuvre de ce projet nous engage donc dans un premier temps à un travail rétrospectif pour constituer le cœur de la collection,  il sera poursuivi les années suivantes par des acquisitions courantes pour continuer à l’alimenter.

Des pains d’épices aux images d’Épinal, impressions de saint Nicolas

De tradition, le pain d’épices, comme dans de nombreuses régions,  est à l’honneur en Lorraine. On retrouve aussi un lien entre Stanislas et le pain d’épices en la personne du pain d’épicier Nicolas Stohrer qui fait son apprentissage dans les cuisines de Stanislas lorsqu’il était encore en Alsace à Wissembourg en 1725. Devenu le pâtissier favori de Marie Leszczynska, future reine de France, il la suit à Versailles.

Il est difficile de savoir de quand datent les premières images de saint Nicolas sur les pains d’épices, en tous les cas la collecte de cet imprimé nous semble avoir sa place dans notre collection.

Si cette démarche est neuve pour la bibliothèque, les Imageries d’Épinal, bien présentes dans nos collections iconographiques, laissent une part belle à saint Nicolas.

Médiation vers les publics : exposition, accueils scolaires, après-midi familiale, médiations web

La Bibliothèque comme lieu d’exposition 

Une exposition temporaire qui s’est tenue du 20 novembre 2018 au 25 janvier 2019, met en scène notre saint patron sous le pinceau de l’artiste lorrain Jean-François Chevalier.

Le grand tableau Légende Lorraine a été présenté en salle patrimoniale. L’artiste met en scène les fêtes de la Saint Nicolas en Lorraine. En 1979, à l’occasion de la fête de la saint Nicolas, Xavier (8 ans), fils de Jean-François Chevalier, participa à une animation au poney club de Millery (Meurthe et Moselle). Cette scène, en pleine rue, a servi de modèle à cette peinture. Ce moment fut bref mais il est représentatif des scènes traditionnelles dans les villages lorrains.

En 2019, c’est l’illustratrice Fabienne Martin et son travail sur des séries de fèves sur la thématique de Saint Nicolas qui est présenté en vitrine : fèves et mais aussi tout le travail préparatoire de l’artiste pour leur moulage.

Fabienne Martin, travail préparatoire du personnage du boucher pour la série de fèves sur la thématique de Saint Nicolas (collection personnelle de l’artiste)

En plus d’enrichir temporairement les visites saint Nicolas à la bibliothèque, ces partenariats avec des artistes locaux sont de belles occasions pour parler des actions de la bibliothèque envers les graveurs et illustrateurs lorrains.

La proposition vers les scolaires

La médiation vers les publics scolaires a dû faire face à une gageure de taille pour rendre la thématique attractive pour les enseignants de l’école publique. C’est la richesse de nos collections qui nous a permis de monter un projet. À travers l’histoire de saint Nicolas, nous retraçons l’histoire du livre, le saint patron lorrain étant le prétexte de notre démonstration.  Saint Nicolas, évêque de Myre, a  vécu au IIe siècle mais c’est dans les livres et dans l’iconographie  que nous retrouvons sa trace. Du manuscrit de la Légende dorée de Jacques de Voragine du XIIIe siècle au livre de prières de Madeleine d’Azay (datant du XVe siècle, petit joyau de nos collections) en passant par les deux incunables de la Légende dorée que nous pouvons présenter ( inc. 54 et inc. 101 dans les collections de la Bibliothèque Stanislas), nous arrivons à retracer l’invention de l’imprimerie .  Dans les atlas du XVIIIe siècle nous pouvons suivre le chemin que firent les reliques du saint homme : de Myre à Bari en bateau, puis de Bari à Saint- Nicolas-de-Port avec le chevalier Arnaud de Varangéville.

Livre d’Heures de Madeleine d’Azay, Bibliothèques de Nancy, cote Ms 355,

Avec les collections iconographiques, nous abordons l’histoire des Imageries d’Épinal. Une série de numérisation permet aux scolaires d’apprendre à reconnaître le personnage et ses attributs comme dans toute démarche pédagogique de lecture d’image.

Ce parcours s’inscrit dans l’offre de médiation intergénérationnelle mis en place par la ville. Cette fête est une belle occasion pour faire se rencontrer les scolaires et les seniors des résidences : cette rencontre dans les murs de la bibliothèque autour de saint Nicolas est un moment d’échanges sur la tradition.

Un dossier pédagogique est en cours de rédaction, qui sera distribué en papier et téléchargeable en ligne avec une présentation interactive.

Une commande publique pour un livre de coloriages

Deux livres de coloriage ont déjà été réalisés à partir des images libres de droit de nos collections. Pour l’édition 2019, la démarche entreprise est un peu différente : la bibliothèque a commandé des dessins de Saint Nicolas à cinq illustrateurs lorrains qui participent déjà à la constitution du patrimoine jeunesse de la bibliothèque.  C’est à cette occasion que le plasticien nancéien Philippe Morlot nous livre sa démarche artistique pour la réalisation de son Saint Nicolas :

Pour ce coloriage de saint Nicolas, j’ai voulu conjuguer la tradition liée à cette légende et sa contemporanéité. j’ai choisi de mixer une technique de dessin vectoriel réalisé à l’aide d’un logiciel sur ordinateur et son coloriage manuel aux crayons de couleur … c’est ma vision de la saint Nicolas , fête qui dépasse toute référence à une religion particulière pour privilégier son origine légendaire.

Philippe Morlot, 2019, Saint Nicolas, Bibliothèques de Nancy

« En attendant saint Nicolas », une médiation vers un public familial au moment des fêtes populaires célébrant saint Nicolas

 « En attendant saint Nicolas » est une proposition familiale, le jour du défilé de la saint Nicolas dans les rues de Nancy. C’est aussi une manière de faire entrer le public familial dans la bibliothèque habituellement plutôt fréquentée par des étudiants et des chercheurs. Autour d’une boisson chaude et de pain d’épices, les jeunes lecteurs et leur familles peuvent partager un moment de lecture d’albums jouer à des jeux de tables ( memory, puzzle, et la nouveauté 2019 un jeu Qui est-ce ?) réalisés par les bibliothécaires. Chacun repart avec un badge artisanal aux couleurs de son saint Nicolas préféré choisi dans les collections.

Saint Nicolas à la Bibliothèque Stanislas, décembre 2018

Médiation web vers le grand public

Tous les outils de médiation numériques produits par les bibliothécaires sont activés : Limédia galeries, Limédia kiosque, Twitter, …

Comme pour tout projet porté par la bibliothèque, la presse locale est invitée à s’en emparer et à les faire connaître. Ainsi à la suite des articles parus dans la presse locale et de l’invitation portée par la ville de Nancy faite aux Nancéiens, des collectionneurs sont venus à notre rencontre. Pour l’un, une clé USB déposée avec tous les clichés des objets qui constituent sa collection ; un autre Nancéien fait don des ouvrages jeunesse qu’il a jusqu’alors collectionnés.

L’intention que nous portons dans ce projet s’inscrit dans nos missions de conservation, et participe pleinement à la construction du patrimoine local et plus précisément celui de Nancy.  Il fait partie intégrante du projet Unesco porté par la Ville de Nancy. L’orientation que nous souhaitons mettre en œuvre est celle d’un patrimoine toujours en construction et qui s’inscrit dans son époque.
L’imaginaire enthousiasmant et communicatif que les événements festifs de la Saint Nicolas suscitent, fournit l’occasion de faire se rencontrer le folklore local et les collections d’imprimés de toute sorte et ainsi favoriser les médiations vers le public le plus large.

  1. Corinne Gibello-Bernette, « A comme Alphabet, B comme Bibliothèque, C comme Clément… », Strenæ [En ligne URL : http://journals.openedition.org/strenae/97  ;  DOI : 10.4000/strenae.97 ], 1 | 2010, mis en ligne le 15 juin 2010, consulté le 15 mai 2019. []