Archives de catégorie : Le chantier des collections

La collection des incunables de la Bibliothèque Stanislas

Gaétan Carlier, élève archiviste paléographe de deuxième année à l’École nationale des Chartes, a procédé au récolement et au catalogage des incunables conservés la Bibliothèque Stanislas au printemps 2019. L’article qui suit est le produit de son travail.

 La Bibliothèque municipale de Nancy est riche d’une collection de 158 incunables, comprenant un ensemble de 209 titres. Cet écart entre le nombre d’unités bibliographiques et le nombre de titres s’explique par la présence de « recueils factices », ensembles de titres reliés dans une même unité.

Ce travail de catalogage avait déjà été réalisé à la fin du xix e siècle, par le bibliothécaire Justin Favier, qui publia un premier catalogue en 18831. Mais depuis, alors que la collection des incunables s’était enrichie, et que d’autres titres avaient été repérés en tant qu’incunables, c’est-à-dire imprimés avant 1501, au sein des collections de la bibliothèque, ce travail n’avait jamais pu être mené à son terme.

Pour mener à bien cette tâche ambitieuse, il s’est tout d’abord agi de repérer au sein des livres le nom de l’auteur et le titre, éléments de base pour la description d’un ouvrage. Puis viennent le lieu d’impression, le nom de l’imprimeur et la date. Si ces derniers éléments sont en général repérables en fin d’ouvrage, au colophon2.

Colophon incunable BM Nancy 105
Colophon du Quadragesimale de J. Gritsch, Nuremberg, Anton Koberger, 1483. Inc. 105.

Ce n’est pas toujours le cas, et l’on peut pour les identifier s’aider des bases de données en ligne et des éventuelles numérisations mises à disposition par des bibliothèques du monde entier. Ces bases de données (l’Incunabula Short Title Catalogue développé par la British Library, ou ISTC, et le Gesamtkatalog der Wiegendrucke de la Staatsbibliothek zu Berlin, ou GW) nous fournissent souvent les éléments manquants, et permettent d’identifier chaque édition par un numéro propre. Une fois ce travail de repérage accompli, c’est l’étude de l’exemplaire en lui-même qu’il a fallu mener, pour détecter d’éventuelles lacunes ou manques de pages (grâce à la collation et au relevé de signatures3. ), des particularités d’exemplaire comme les lettrines ou les enluminures, mais également la reliure et les marques de provenance qui nous renseignent sur l’histoire des ouvrages.

D’où viennent ces livres ?

Les incunables ne sont pas arrivés par hasard dans la bibliothèque : la plupart proviennent des « saisies révolutionnaires » ; d’autres sont arrivés par dons ; d’autres encore restent muets sur leur origine.

Les saisies révolutionnaires

Le 2 novembre 1789, l’Assemblée nationale décrète la mise à disposition de l’État de l’ensemble des propriétés et revenus ecclésiastiques du royaume. Au départ, seules les propriétés foncières et immobilières étaient visées ; mais une fois la confiscation prononcée, les nouvelles autorités se trouvèrent soudainement en charge de tout le mobilier, et en particulier des très importantes bibliothèques des maisons religieuses, auxquelles personne n’avait songé. Le 14 novembre 1789, un décret enjoint alors aux chapitres et monastères de déposer aux greffes des sièges royaux ou des municipalités les catalogues des livres et manuscrits de leurs bibliothèques et archives. Les catalogues peinant à arriver, les officiers municipaux reçurent en mars 1790 l’ordre de se rendre dans toutes les maisons religieuses de leur territoire pour dresser eux-mêmes les inventaires des bibliothèques ecclésiastiques. Dans un premier temps, après inventaire, les livres furent mis sous scellés et placés sous la garde d’un religieux ou d’un habitant du quartier. Ce n’est qu’en mai 1791 qu’on prit le parti de réunir toutes ces bibliothèques dans un seul lieu central.

À Nancy, l’abbé Marquet, sous-bibliothécaire de la Société royale des Sciences et Belles-Lettres – actuelle Académie de Stanislas –, et Claude Fachot, un homme de loi, furent nommés « commissaires bibliographes » le 17 mai 1791, pour transporter les livres dans la grande salle de l’Université de Nancy et en dresser les états. Marquet n’en était pas à son coup d’essai, puisqu’il avait été chargé en 1766 de dresser le catalogue des livres de la Bibliothèque publique de Nancy fondée par le roi Stanislas4. En six ans, ce furent près de 75 000 volumes provenant de 36 bibliothèques de maisons religieuses et de 112 maisons d’émigrés ou de détenus qui furent recueillis, installés et catalogués par les deux bibliothécaires dans les locaux de l’actuelle Bibliothèque Stanislas, tout en conservant l’ordre dans lesquels ces livres avaient été trouvés, et en séparant bien distinctement chaque bibliothèque d’origine dans la salle de dépôt5. Les registres établis à cette date sont toujours conservés à la Bibliothèque de Nancy, et listent, bibliothèque après bibliothèque, les ouvrages saisis, classés par auteur.

Même si la description des ouvrages est réduite au minimum, ce sont des sources d’une richesse formidable pour l’histoire des bibliothèques d’Ancien Régime.

Inventaire des saisies révolutionnaires BM Nancy, page de titre
Page de titre du 1er volume de l’inventaire des livres saisis dans les communautés religieuses de Nancy, 1791, ms. 743 (1).

Nancy et sa région étaient alors riches en couvents et monastères, qui possédaient pour certains de grandes et belles bibliothèques. L’une des plus renommées – Dom Calmet la considérait comme la meilleure de la région –, celle des Bénédictins de Saint-Léopold, fut saisie dès le 23 mai 1791 : il fallut quinze jours pour transporter les 3098 volumes de la bibliothèque du couvent à l’Université. Nous avons pu repérer dix incunables provenant de cette bibliothèque dans les collections de la Bibliothèque de Nancy. Mais la plus importante en nombre était celle des Bénédictins de Saint-Firmin de Flavigny-sur-Moselle. Désormais rodés à leur nouvelle occupation, les deux commissaires mirent cette fois cinq jours à déménager les quelque 4565 volumes de la bibliothèque. Nous avons pu identifier 6 incunables portant cette provenance. Quant aux 2240 volumes des Tiercelins de Nancy, ils furent saisis à partir du 19 septembre 1791. Ce sont cette fois 19 incunables qui ont pu être repérés. Parmi les autres bibliothèques religieuses possédant des incunables présents aujourd’hui à la Bibliothèque, on peut citer la communauté des chanoines de Justemont, en Moselle (8 volumes) ou encore le couvent des Capucins de Nancy (6 volumes). Les livres proviennent également de localités comme Domèvre-sur-Vezouze (chanoines réguliers), Saint-Nicolas-de-Port (capucins et bénédictins), Baccarat (carmes), Salival (prémontrés), Vic-sur-Seille (carmes). Ce sont les principales provenances religieuses que nous avons pu identifier. Les bibliothèques des couvents féminins et des émigrés étaient moins riches en livres.

Exlibris Saint-Firmin de Flavigny
Ex-libris des bénédictins de Saint-Firmin de Flavigny-sur-Moselle sur Stultifera navis, Sebastian Brant, Johann Bergmann, Bâle, 1497. Inc. 20.

Les autres modes d’acquisition

Les saisies révolutionnaires ne furent cependant pas le seul mode d’entrée des incunables à la bibliothèque. Un volume (Inc. 115) était déjà présent dans les collections de la bibliothèque publique fondée par le roi Stanislas, et porte l’ex-libris de celle-ci : il s’agit d’un recueil de littérature classique (Macrobe, Virgile, Pline, Suétone)6. Certains sont également entrés par dons (provenances Haldat, Mathis, Carpe, Marchal, Vagner). Les volumes de la bibliothèque de Pont-à-Mousson sont également arrivés à la fin du xix e siècle, et sont eux-mêmes issus des fonds de l’Abbaye Sainte-Marie-Majeure ou du Collège Saint-Louis.

Les saisies faisant suite à la loi de 1905 amenèrent d’autres livres à la bibliothèque, en particulier ceux du couvent des Dominicains de Nancy, premier couvent dominicain refondé par le père Lacordaire, en 1843, qui avait bénéficié d’un legs important de 12 000 volumes de la part de l’abbé Michel, ancien curé de la cathédrale7.

Ce sont en tout près de 90 incunables sur 158 dont l’origine religieuse est clairement établie. Si certains ne portent pas de marque de provenance, nombreux sont ceux dont l’origine est difficile à identifier malgré les inscriptions. Ils portent la marque de leurs propriétaires successifs, mais le biais par lequel ils sont arrivés à la bibliothèque reste souvent inconnu.

Des provenances intéressantes

On peut cependant remarquer quelques provenances sortant du lot. C’est le cas de quatre volumes en particulier :

  • L’incunable 69 est particulièrement intéressant, car c’est un livre qui a beaucoup changé de mains. Il s’agit d’un commentaire de la Règle de Saint Benoît (Expositio regulae S. Benedicti) par le dominicain Juan de Torquemada (1388-1468), imprimé à Paris, par Pierre Levet pour Nicolaus Militis, le 4.V.1491 (ISTC it00516000). Il appartint dans un premier temps à Dom Nicolas Loupvent (v. 1490-1550), célèbre pour son voyage en Terre Sainte au début xvi e siècle8, puis prieur de l’abbaye Saint-Mihiel à partir de 1543. On trouve ensuite l’ex-libris de l’abbaye Saint-Laurent de Liège et de son abbé Oger de Loncin (1586-1633). Suivent les ex-libris de l’abbaye Saint-Evre de Toul, de Saint-Léopold de Nancy, et enfin de Saint-Firmin de Flavigny.

    4 marques de propriété sur un même incunable
    Marques de provenance successives sur Expositio regulae Sancti Benedicti, Juan de Torquemada, Pierre Levet pour Nicolaus Militis, Paris, 1491. Inc. 69.
  • L’incunable 37, lui, provient de Jacques des Fours et de la famille des Moines9 (recueil factice composé du Physiologus de Theobald, du De proprietatibus de Cicéron et d’Auctoritates) (ISTC it00140000, ic00671000 et ia01189000).
Ex-libris et essais de plume
Marques de provenance sur un recueil factice. Inc. 37.
  • L’incunable 101 aurait appartenu à Jean Bleyer de Bariscord, peintre à Nancy à la fin du xvi e siècle, et qui travailla aux peintures de la Galerie des Cerfs et aux appartements du palais ducal10 – on retrouve dans le livre une devise (la sienne ?), « Amour, honneur et foy mouront avec moy » –  mais aussi à Melchior de La Vallée, premier aumônier du duc Henri II de Lorraine, et brûlé pour sorcellerie en 163111. Il s’agit d’une Légende dorée de Jacques de Voragine, par Georg Husner, Strasbourg, 1479 (ISTC ij00092000).
Ex-libris de Jean Bleyer de Bariscord, peintre
Ex-libris de Jean Bleyer de Bariscord sur une Légende dorée, Georg Husner, Strasbourg, 1479. Inc. 101.
Ex-libris de Melchior de La Vallée
Ex-libris de Melchior de La Vallée sur la Légende dorée, Georg Husner, Strasbourg, 1479. Inc. 101.
  • L’incunable 20, enfin, porte les armoiries de Nicolas Vassart, célèbre bibliophile lorrain du xvii e siècle, avocat au siège de Bar et poète. À sa mort, ses livres furent vendus à Dom Charles de Vassimont, prieur de Saint-Firmin de Flavigny, dont on peut voir l’ex-libris dans l’ouvrage. Il s’agit du célébrissime ouvrage de Sebastian Brant, La Nef des fous, imprimé à Bâle par Johann Bergmann le 1.VIII.1497 (ISTC ib01090000). L’exemplaire possède, comme nombre de livres de Vassart, une belle reliure en veau fauve, avec filets dorés et aux armes, au chevron d’or accompagné de trois fleurs de lys, avec pour cimier un vase qui arde et qui est enflammé12.

L’intérêt de la collection

Des sujets d’étude variés

De par leurs provenances variées, de bibliothèques religieuses comme laïques, les incunables de la bibliothèque de Nancy sont assez représentatifs des grands domaines de la pensée traités par l’imprimerie au xv e siècle. On peut les regrouper en grands champs de la pensée, selon la classification Brunet-Parguez13 :

  • La religion, avec 89 titres, représente 43% des titres ;
  • Le droit et la jurisprudence, avec 21 titres, 10% ;
  • Les sciences et arts, dominés par la philosophie et la médecine, avec 47 titres, 22,5% ;
  • Les belles lettres, avec 24 titres, 11,5% ;
  • L’histoire et ses sciences auxiliaires, avec 28 titres, 13%.

 Des livres rares et moins rares

Si la bibliothèque de Nancy ne possède pas d’édition non référencée dans les bases, elle dispose en revanche d’éditions rares, voire très rares. On citera en particulier, parmi les exemplaires dont nous n’avons pas trouvé de numérisation en ligne :

  • pour la religion : L’aiguillon d’amour divine de Saint Bonaventure traduit par Jean Gerson, Paris, Jean Lambert pour André Bocard, 1.III.1493 (Inc. 25, ISTC ib00969300), un Manuale Tullense imprimé à Bamberg par Johann Sensenschmidt (Inc. 26, ISTC im00212760), les Formalitates d’Etienne Brulefer imprimées à Paris (Inc. 32 b, ISTC non déterminé) ;
  • pour le droit : une très rare édition du Processus judiciarius de Johannes de Auerbach, imprimé à Paris par Antoine Chappiel pour Claude Jaumar le 10.X.1500 (Inc. 1, ia01212400) et les Cautelae de Bartolomeo Cipolla imprimées à Lyon par Hémon David le 10.VII.1495 (Inc. 51, ISTC ic00383400) ;
  • pour les sciences, arts et philosophie, une édition des Destructiones modorum significandi de Pierre d’Ailly imprimée à Paris par Georges Mittelhus à Paris (Inc. 42 h, ISTC ia00471500), ainsi que le Textus abbreviatus in cursum totius logices Aristotelis de Thomas Bricot imprimé à Lyon le 10.V.1494 (Inc. 50, ISTC ib01201300) ;
  • pour les belles-lettres, le De eloquentia de Gasparin de Bergame imprimé à Paris par Antoine Caillaut (Inc. 38 b, ISTC ib00260400) ou le Modus epistolandi de Francesco Negri, imprimé à Strasbourg par Georges Mittelhus le 14.VIII.1490 (Inc. 38 e, ISTC in00235000) ;
  • pour l’histoire, un Breviarium historiarum de Landulphe Sagax imprimé à Poitiers par Jean Bouyer le 14.VIII.1479 (Inc. 12, ISTC ic00783000). Il s’agit du premier livre imprimé à Poitiers.

La bibliothèque possède même un unicum, en l’occurrence l’Interpretatio in Laurentii Vallae Elegantias latinae linguae de grammairien Guy Jouenneaux, imprimé à Paris par Pierre Levet le 4.VII.1491 (Inc. 38 a, ISTC ij00667850). Il s’agit d’un commentaire sur l’œuvre de l’humaniste Lorenzo Valla (De Latinae Linguae Elegantiis, 1444), défenseur du latin classique contre la maladresse du latin médiéval.

L’incunable le plus ancien de la bibliothèque est le De arte praedicandi de Saint Augustin, quatrième livre de la Doctrine chrétienne, véritable manuel pour l’orateur chrétien, imprimé à Mayence par Johann Fust et Peter Schöffer, successeurs de Gutenberg, daté d’avant 1467, mais sans la célèbre marque typographique (Inc. 84, ISTC ia01227000).

Incipit d'un ouvrage de grammaire unicum de la BM de Nancy
Guy Jouenneaux, Interpretatio in Laurentii Vallae Elegantias latinae linguae, Pierre Levet, Paris, 1491. Inc. 38a

La bibliothèque possède également des ouvrages très célèbres et répandus à l’époque incunable, mais qui nous surprennent toujours par leur aspect spectaculaire. On a déjà cité la Nef des Fous de Sébastien Brant imprimée à Bâle par Bergmann le 1.VIII.1497, à laquelle on peut ajouter la première édition de la fameuse Chronique de Nuremberg d’Hartmann Schedel imprimée par Koberger le 12.VII.1493, portant l’ex-libris du couvent des Bénédictins de Saint-Léopold de Nancy (Inc. 148, ISTC is00307000).

Extrait du registre des saisies révolutionnaires
Notice de la « Chronique de Nuremberg » dans l’inventaire des livres saisis dans les maisons religieuses de Nancy. Ms. 743 (1).

On citera également les superbes éditions des œuvres de Térence et d’Horace, imprimées en 1498 et 1499 par Johann Grüninger à Strasbourg, abondamment illustrées (Inc. 112 a et b, ISTC it00101000 et ih00461000).

Incipit de Térence
Térence, Johann Grüninger, Strasbourg, 1499. Inc. 112b

Une base de référence pour faire l’histoire des premiers livres imprimés

La collection des incunables de la Bibliothèque de Nancy est assez représentative de la production imprimée du xv e siècle. On notera cependant une plus forte proportion de livres imprimés dans l’espace français. Les lieux d’impression se répartissent comme suit : 83 titres sur 209 ont été imprimés dans l’espace germanique (dont 31 en Alsace), soit 40%, 79 dans l’espace francophone, soit 37.5%, 46 en Italie, soit 22%, et un titre à Louvain (Pays-Bas). Les villes d’imprimerie les plus représentées sont Paris (57 titres), Venise (31), Strasbourg (28), Lyon (27), Nuremberg (14), Bâle (13) et Cologne (13).

Une étude pourrait être consacrée aux reliures, souvent d’époque, ou encore aux enluminures de ces ouvrages. Les livres sont la plupart du temps décorés à la main, rubriqués en rouge en général. On trouve également de belles lettrines ornées, ou des miniatures : le livre imprimé s’est en effet longtemps inspiré du manuscrit, en imitant ses codes. L’étude sérielle nous a permis de faire des analogies, notamment entre des lettrines ornant des livres sortis de l’atelier d’Anton Koberger (1443-1513), l’un des plus grands imprimeurs de l’époque incunable. Grâce à la numérisation, il a été possible de rapprocher les lettrines du Quadragesimale de Johann Gritsch, 7.III.1483 (Inc. 105, ISTC ig00499000) avec celles de deux exemplaires du Summa de casibus conscientiae d’Astesano imprimés par le même Koberger le 11.V.1482 (ISTC ia01170000) et conservés à Jérusalem et à Cologne. Cela corrobore les propos de Henri-Jean Martin, qui parle de véritable travail en série pour la production de Koberger, lui autour duquel s’affairaient « une centaine de compositeurs, de pressiers, de correcteurs, de graveurs et de relieurs »14. Ces lettrines très caractéristiques se reconnaissent à leur encadrement à huit compartiments de couleurs différentes, au fond d’or orné de petites roses, et à la simplicité des lignes.

Lettrine caractéristique des décors de Koberger
Johann Gristch, Quadragesimale, Anton Koberger, Nuremberg, 1483. Inc. 105.

On pourrait évidemment trouver bien d’autres choses à dire sur la riche collection des incunables de la Bibliothèque de Nancy. Une étude plus générale à l’échelle de la Lorraine serait très intéressante, et nous attendons avec impatience le travail des autres bibliothèques de la région sur leurs incunables, en appelant de nos vœux la future publication du catalogue régional des incunables de Lorraine15.

Gaétan Carlier

Les notices de catalogage des incunables mises à jour sont en cours d’intégration dans la base Co-libris. L’index « fonds patrimonial » de la fonction de recherche avancée permet de trouver la collection complète avec le mot « incunables ».

Claire Haquet

  1. Favier, Justin, Catalogue des incunables de la bibliothèque publique de Nancy, Paris et Nancy, 1883. Ce catalogue ne contient que 157 titres. Un supplément a été ajouté à la main dans l’exemplaire du cabinet du conservateur de la Bibliothèque, mais présente quelques inexactitudes, et est partiellement complet. []
  2. Colophon : « formule relativement développée où sont consignés le lieu et la date de l’impression et le nom de l’imprimeur, parfois aussi celui de l’auteur, placée à la fin du texte. […] Parfois la date manque (c’est le cas pour près de la moitié des incunables), d’où l’importance du travail de datation. […] Très fréquents dans les incunables, les colophons tendent à disparaître au cours du xvi e siècle, à partir du moment où se développe la page de titre et où la date et l’adresse du libraire y sont portées. » (Dictionnaire encyclopédique du Livre, Editions du Cercle de la Librairie, 2002). []
  3. Signature : système de numérotation des cahiers et des feuillets au sein de ces cahiers. « C’est pour aider le relieur à disposer dans le bon ordre les cahiers d’un livre que les imprimeurs ont pris l’habitude de désigner chaque cahier par une lettre de l’alphabet, imprimée normalement en bas à droite, et de faire suivre ces lettres d’un chiffre indiquant la succession des feuillets » (Dictionnaire encyclopédique du Livre, Editions du Cercle de la Librairie, 2002). Le relevé de signatures permet d’identifier précisément une édition, car le système varie d’une édition à l’autre, et donc de distinguer facilement une édition d’une autre. []
  4. [Marquet, Abbé], Catalogue des livres de la Bibliothèque royale de Nancy, fondée par le Roi de Pologne, Duc de Lorraine et de Bar, Nancy, 1766. []
  5. Favier, Justin, Coup d’œil sur les bibliothèques des couvents du district de Nancy pendant la Révolution, Nancy, 1883. []
  6. [Marquet, Abbé], Catalogue…, p. 177, n° 1516. []
  7. Varry, Dominique (dir.), Histoire des bibliothèques françaises, Tome III : Les bibliothèques de la Révolution et du xix e siècle, 1789-1914, 1991, p. 467. []
  8. Lanher, Jean et Martin, Philippe, Dom Loupvent, Récit d’un voyageur lorrain en Terre Sainte au xvi e siècle, Editions Place Stanislas, 2007. []
  9. Bibliothèque municipale de Nancy, Un livre d’heures nancéien : le manuscrit des Fours, 2003. Sur la famille des Fours, voir p. 119 sqq. []
  10. Lepage, Henri, Quelques notes sur des peintres lorrains des xv e, xvi e et xvii e siècles, Nancy, 1853 et Jacquot, Albert, Essai de répertoire des artistes lorrains, Paris, 1900. []
  11. Un fac-similé de l’écriture de La Vallée se trouve dans l’article d’Henri Lepage, « Melchior de La Vallée et une gravure de Jacques Bellange », Mémoires de la société d’archéologie lorraine et du musée historique lorrain, Nancy, 1882. []
  12. Favier, Justin, « Les livres de Nicolas Vassart à la Bibliothèque publique de Nancy », Journal de la société d’archéologie lorraine et du musée historique lorrain, Nancy, 1882. []
  13. Classification élaborée par Henri-Jean Martin et Guy Parguez en 1969 à la Bibliothèque de Toulouse, se basant sur le cadre de la Table méthodique du Manuel du libraire de Jacques-Charles Brunet (1865), reprenant l’ancienne classification des libraires où les sujets étaient répartis en cinq classes : théologie, droit, sciences et arts, belles-lettres, histoire. Elle est disponible ici : http://documentation.abes.fr/sudoc/autres/BrunetParguez.pdf. []
  14. Febvre, Lucien, et Martin, Henri-Jean, L’apparition du livre, Paris, 1958, réed. 1999, p. 185. []
  15. Une enquête rapide auprès des bibliothèques patrimoniales lorraines montre que le chantier a commencé un peu partout, et les premières comparaisons entre collections trahissent des résultats particulièrement disparates.  Après les travaux d’Albert Ronsin sur l’imprimerie, une étude de la circulation des livres dans l’espace lorrain serait intéressante. [C. H.] []

La création d’un fonds lorrain jeunesse et du fonds saint Nicolas

Animée par des motivations identiques à celles du fonds bande dessinée, une collection jeunesse de conservation est en cours de constitution dans le fonds lorrain. Retour sur la genèse de ce projet et les premières actions de médiation vers de nouveaux publics.

Les sages lectures de notre auguste maison ne se mêlaient pas aux couleurs chatoyantes de la littérature jeunesse. La famille Croque-lardons n’avait pas besoin de se disputer les faveurs des bibliothécaires puisque les ouvrages de littérature jeunesse n’ont jamais eu la cote sur nos sobres étagères.  Tout au plus, quelques ouvrages jeunesses reçus au titre du Dépôt Légal pouvaient leur faire de l’ombre… Et c’est certainement encore le chantier des collections, entamé il y a maintenant cinq ans, qui a permis aux bibliothécaires de se pencher sur la place de la littérature jeunesse dans les collections patrimoniales de la Bibliothèque.

La famille croque-lardons / M. F. Hellet ; images par Jean de La Fontinelle. – Nancy : Berger-Levrault, 1931, cote 35 018

Constituer une nouvelle collection : d’une situation initiale vers des choix nouveaux qui nous engagent

Constat sans appel : la littérature jeunesse était absente des collections

Ce n’était pas un choix délibéré qui pouvait se justifier par des prises de positions argumentées dans les politiques d’acquisitions successives de notre établissement. C’était juste un usage dans nos pratiques.

Parti pris pour la constitution d’un corpus de conservation de livres pour la jeunesse : saint Nicolas et les auteurs-illustrateurs lorrains.

Notre démarche pour la constitution de cette collection veut s’inscrire dans la complémentarité de ce qui est pratiqué dans notre bibliothèque par rapport aux livres adultes : des ouvrages dont la thématique est lorraine, des ouvrages de ou sur les auteurs lorrains.

Quelques thématiques s’invitent très rapidement dans notre réflexion : les macarons, les mirabelles, le roi Stanislas… et saint Nicolas.  Mais c’est surtout la profusion d’auteurs et d’illustrateurs sur le proche territoire qui nous interpelle.

Saint Nicolas incontournable

Le projet porté par la ville de Nancy d’inscrire les festivités du patron de la Lorraine au patrimoine culturel et  immatériel de l’Unesco nous conduit à nous associer à cette dynamique en constituant une collection de livres destinés à la jeunesse autour du personnage de saint Nicolas. La profusion d’ouvrages jeunesse de qualité très variée marque en tous les cas l’intérêt graphique et l’intérêt d’écriture pour le personnage. Nous allons collecter  non seulement des livres, mais aussi divers supports imprimés représentant saint Nicolas : papier de pain d’épices, cartes postales, affiches, emballages de chocolats, … La variété des supports utilisés dans l’iconographie populaire de saint Nicolas va nous obliger à imaginer un classement spécifique. Ce travail en cours fera prochainement l’objet d’un autre billet.

La grande collecte du saloir sur le site des Fêtes de saint Nicolas à Nancy.

Nous proposons également des actions de médiation de ce fonds si spécifique, en direction du grand public (Une Heure Avec, Fêtes de la saint Nicolas à Nancy,…) , des scolaires (accueils de classe orientés sur l’histoire du personnage et l’origine de la légende). Partie prenante dans l’opération “La grande collecte du saloir”, la bibliothèque invite les lorrains à faire don à la bibliothèque de livres ou de tous supports évoquant saint Nicolas.

Un vivier d’auteurs illustrateurs riche et actif sur le territoire

Conjointement à la démarche mise en place pour la collection de bandes dessinées, nous constituons une liste d’auteurs lorrains qui s’expriment dans l’illustration d’albums jeunesse ou dans l’écriture de livre pour la jeunesse.  Notre choix  se porte vers des auteurs et illustrateurs originaires/natifs de la Lorraine, actifs sur le territoire lorrain mais surtout en Meurthe-et-Moselle, et connus nationalement (au moins). Le budget alloué pour la constitution d’un premier ensemble nous limite à dix auteurs-illustrateurs : Corinne Barret-Idatte, Frédérique Bertrand, Muriel Carminati, Laurence Gillot, Nicolette Humbert, Philippe Morlot, Christine Naumann-Villemin, Nathalie Novi, Sandra Poirot-Cherif,  Claude Ponti, Jame’s Prunier.

Aperçu des collections jeunesses dans les magasins.

Il nous paraît important que les auteurs-illustrateurs deviennent nos partenaires et s’inscrivent dans la fabrique de ce fonds1. Ainsi un premier courrier leur est adressé pour les inviter à nous rencontrer (un second sera nécessaire, trop peu de retour suite au premier envoi). Les rendez-vous pris sont tous des moments d’échange importants qui  ancrent cette nouvelle collection dans le fonds local de conservation de la bibliothèque.

Les rendez-vous avec les auteurs : de réels moments privilégiés et savoureux

Sandra Poirot-Cherif ouvre le bal de nos rencontres, Nathalie Novi nous téléphone de sa région d’adoption, Christine Naumann-Villemin parle de ses métiers qui tournent toujours autour des mots et des livres, Laurence Gillot nous emmène dans son histoire personnelle qui l’a conduite vers l’écriture,  Philippe Morlot croisé régulièrement par ailleurs, convaincu de la démarche patrimoniale du projet prépare des documents (affiches …) dont il est prêt se séparer.

Le public découvre les petits héros de la littérature jeunesse qui entrent dans les collections patrimoniales.

Tous sont séduits par la démarche patrimoniale qui nous motive, essentiellement parce qu’elle s’ancre sur le territoire et qu’elle s’inscrit dans le vivant.  En faisant connaître notre projet, en y faisant un vraie place aux auteurs illustrateurs, nous espérons bien créer une émulation autour de cette collection.

Nous contactons également deux maisons d’éditions spécialisées : Le crayon à roulettes et les Trois Chardons.  Claire Pelesato se déplace de Moselle pour nous présenter tous les auteurs de sa maison d’édition, Jean-Pierre Idatte à la suite d’un appel téléphonique nous fait don de la collection d’albums des Trois chardons.

Où il est question des archives des auteurs/illustrateurs : comment traiter et conserver les documents d’archives que voudront bien nous donner les auteurs ?

Dès les premiers rendez-vous, cette question est très vite exprimée  et réelle : Laurence Gillot nous dépose tampon encreur, affiches, travail scolaire mais aussi ses livres traduits en langue étrangère.

Comme nous nous inscrivons dans une démarche de « fabrique du fonds local »2,  proposer aux auteurs de déposer des archives dans nos collections a du sens. Pourtant, que faire et comment conserver ces supports et apportent-ils vraiment une valeur ajoutée ?

Constituer une nouvelle collection : médiation et confrontation

Penser la médiation vers les publics : des déclinaisons multiples

Si la médiation de la collection d’ouvrages jeunesses sur saint Nicolas se circonscrit aux mois de novembre et décembre, le reste de la collection peut être un prétexte de médiation à tous les moments de l’année. Nous profitons des Journées européennes du patrimoine en septembre 2018 pour mettre en place très rapidement une dynamique autour de cette collection qui se construit. Un jeu-parcours permet au public familial de découvrir cette nouvelle collection patrimoniale en découvrant les héros et héroïnes de nos auteurs/illustrateurs. Les Nancéiens sont venus nombreux : le franc succès de la manifestation nous invite à renouveler cette offre.

Mise en scène : c’est Stanislas qui invite les petits lecteurs à découvrir les collections patrimoniales jeunesse.
Les enfants testent les jeux.

Des jeux de cartes (memory, puzzles), élaborés par les bibliothécaires, sont également proposés et fort appréciés. Déjà de nouveaux projets autour de la réalisation de jeux sur table sont en cours de conception.

Confronter notre collection aux collections patrimoniales de livres pour la jeunesse des autres établissements sur notre territoire régional

Grâce à quelques contacts au début de projet, et au mémoire d’une stagiaire, nous ne sommes pas sans savoir que d’autres bibliothèques du territoire lorrain ont ou ont eu une démarche vers la littérature jeunesse. Un groupe de travail sur la thématique jeunesse en bibliothèque patrimoniale a été initié par l’agence de coopération Interbibly Grand Est : notre parti pris pour cette collection pourra se confronter ainsi aux collections patrimoniales  jeunesse des autres établissements.

431 documents constituent actuellement le fonds lorrain jeunesse de conservation dont 45 pour la seule thématique « Saint Nicolas ». Après 18 mois d’un premier travail, la liste des 10 auteurs a déjà été abondée souvent sur la proposition d’un collègue ou d’un libraire : nous sommes toujours en mode projet mais déjà engagés dans la fabrique d’un fonds local spécifique à la jeunesse qui s’ancre dans l’immédiateté de son territoire.

  1. Anne Meyer, “La fabrique des fonds locaux”, dans C. Haquet et B. Huchet (dir.) Repenser le Fonds local et régional en bibliothèque, 2016, p. 39 []
  2. Anne Meyer, “La fabrique des fonds locaux”, dans C. Haquet et B. Huchet (dir.) Repenser le Fonds local et régional en bibliothèque, 2016, p. 45 []

Une collection de bandes dessinées contemporaines dans le fonds lorrain

Fonds de référence de la bibliothèque Stanislas, le fonds lorrain est constitué de plusieurs dizaines de milliers d’ouvrages. Bien qu’historique de par sa constitution remontant au XIXe siècle, il est «vivant », enrichi en permanence au gré des publications paraissant sur la Lorraine.

 

Aperçu de la collection dans les magasins de la bibliothèque.

 

Pourquoi constituer une telle extension ?

Avec un fonds lorrain de référence et un cabinet d’art graphique significatif, il était dommage de ne pas songer à couvrir l’ensemble des domaines de l’édition.  C’est la raison pour laquelle il a été jugé opportun de s’intéresser aux bandes dessinées et aux albums pour la jeunesse du point de vue de l’illustration.

Il paraît pertinent de mettre en place cette démarche avec des artistes vivants, à même de présenter leur travail et d’être acteurs de la mise en place de cette collection.

 

Selon quelle méthode ?

Une telle entreprise ne peut avoir pour objectif la constitution d’un ensemble exhaustif. La production éditoriale est très abondante et les titres ne sont que rarement imprimés de nouveau une fois les stocks épuisés. C’est pourquoi il est apparu nécessaire de partir au contraire d’une liste raisonnée d’artistes et d’entreprendre de faire l’acquisition de leur création de façon rétrospective, autant que faire se peut. Cependant, malgré le fait que les protagonistes sont connus et que les publications remontent à une trentaine d’années pour les plus anciennes, certaines sont déjà épuisées.

Ce travail, commencé en 2017, a nécessité la définition d’un budget spécifique, le repérage des artistes à retenir, une réflexion sur la méthode de catalogage et le rangement physique en magasin. Les albums devaient-ils être intégrés au fonds lorrain selon la numérotation en vigueur au gré de leur arrivée dans les collections ou bien faire l’objet d’une cotation particulière de façon à être distingués en cas de recherche et aussi en termes de rangement ? C’est finalement ce second parti pris qui a été retenu, la collection en tant que telle semblant ainsi plus visible sur le long terme. Le fait de travailler pour la pérennité induit aussi un équipement des albums en conséquence : matériel neutre pour la cote, pas d’estampillage entravant la lecture de l’album, étiquetage adéquat. 

La première campagne d’acquisition a donc concerné dix auteurs pour environ 160 albums, certains existant déjà dans les collections au titre du dépôt légal. Le budget engagé en 2017, uniquement pour cette collection de bande dessinée a été de 2000 €.

Les auteurs sont : Diego Aranega, Baru, Frédéric Boilet, Romain Dutreix, André Faber, Jochen Gerner, Yan Lindingre, Jean-Marc Mathis, Moski, peb et fox, Hector Régis et Lefred Thouron.

Une fois ce choix effectué et les premières acquisitions réalisées, il semblait important de rencontrer ces auteurs illustrateurs. L’idée était de leur présenter notre démarche et de les sensibiliser à nos problématiques : conserver pour une durée indéterminée leur production, les inciter à verser dans nos collections des éléments qui seraient épuisés dans le commerce ou inaccessibles par les circuits commerciaux. La rencontre a aussi permis de les interroger sur leur façon d’écrire et de dessiner.

 

Un atout majeur : le potentiel territorial

A Nancy en premier lieu, et plus largement sur le territoire lorrain, une génération d’auteurs illustrateurs donne raison à la constitution de cette collection. C’est une véritable opportunité que de pouvoir suivre les réalisations de ces professionnels, de les rencontrer et de connaître leurs projets.

La plupart de ces professionnels sont très actifs dans la presse : dessins réguliers dans Le Canard enchaîné (Diego Aranega, Lefred-Thouron, Romain Dutreix,  Jochen Gerner, André Faber, etc.), Télérama, Le Monde, Les Echos, Courrier International, Médiapart,  Fluide Glacial… Se pose alors la question de la conservation d’un florilège représentatif de cette activité graphique non négligeable dans le parcours professionnel de ces dessinateurs lorrains.

Exposition souvenirs de Diego Aranega Galerie Lillebonne juin 2018

Pour cet aspect-là, le parti pris est de collecter une sélection des titres de presse et de constituer des dossiers par dessinateurs. Avec pour objectif conserver un échantillon du travail de chacun une veille régulière est effectuée dans les journaux acquis pour nos usagers et régulièrement désherbés.

Peb et fox pour leur part sont aussi éditeurs, au potager moderne  et mènent régulièrement des actions sur le territoire, auprès du jeune public et des citoyens éloignés de la culture pour faire connaître la bande dessinée et ses processus de création.

Auteurs, dessinateurs et éditeurs : des acteurs à part entière

L’ensemble des auteurs se montre fort intéressé par la démarche et en mesure l’enjeu.
Tous les contacts se sont avérés chaleureux et passionnants du point de vue de la découverte du parcours de chacun. Un intérêt pour la démarche engagée à la bibliothèque a rapidement mobilisé les uns et les autres, et depuis lors, des dons sont régulièrement effectués par ces auteurs avec la plupart du temps des publications ou estampes introuvables dans le commerce, autant dire des pièces d’un grand intérêt du point de vue de notre démarche.

Dons de Jochen Gerner,  juin 2018

Le marché public passé avec la librairie spécialisée en bande dessinée La Parenthèse  permet aussi d’étayer la collection avec perspicacité car son directeur, Stéphane Godefroid, est expert en la matière. Il connaît personnellement l’ensemble des auteurs auxquels nous nous intéressons et édite régulièrement des albums qu’il commande à certains d’entre eux. La collaboration est à a fois riche et instructive, des dons généreux de sa part ont là aussi renforcé le projet.

 
Un an après, où en est-on ?

Cette initiative nécessite aussi d’être connue. A ce titre, plusieurs actions de médiation sont mises en place.
En mars 2018, le musée lorrain a organisé une soirée intitulée Fans de BD dans le cadre de l’exposition lorrains sans frontières. A cette occasion, nous avons présenté le travail de Baru en commentant des planches originales de deux de ses albums présentées dans l’exposition (Les années Spoutnik et L’autoroute du soleil). Cela fut l’occasion de montrer aux visiteurs l’ensemble des bandes dessinées de Baru de notre nouveau fonds ainsi qu’une revue exceptionnelle que nous conservons dont il fut le rédacteur en chef et devenue désormais rarissime, (Le Téméraire). Nicolas Moog était quant à lui invité pour scénariser une séquence de son choix de l’exposition.

Nicolas Moog dessinant au cours de la soirée Fans de BD

A l’occasion des Journées européennes du Patrimoine les 15 et 16 septembre 2018, Romain Dutreix, auteur illustrateur, sera sur le fil :  après avoir observé la vie de la bibliothèque sous toutes ses facettes, il la dessinera à sa façon  et en fera une présentation au public. Une séance de dédicace est également prévue, grâce au concours de la librairie La Parenthèse.

Dessin de Romain Dutreix sur le fil conçu spécialement pour les Journées Européennes du Patrimoine 2018

Nous mettrons également l’intégralité des albums jeunesse et des bandes dessinées à disposition du public et avons conçu autour d’eux plusieurs jeux pour attirer le public familial et faire découvrir notre démarche.

Jeu héros de BD bonne pioche !

 A l’automne, les auteurs sont  invités à une visite particulière de la bibliothèque. L’idée est de leur en montrer le fonctionnement, les endroits non accessibles au public tels que les magasins, mais aussi les archives de presses et une sélection des collections d’art graphique. Le fonds lorrain sera quant à lui présenté à travers son historique, sa diversité de documents et sa richesse. Stéphane Godefroid, co-directeur de La parenthèse sera présent et nous aimerions mettre à profit cette rencontre en faisant dédicacer à l’ensemble de ses auteurs la toute récente bande dessinée collective consacrée à Nancy créée à son initiative, Quartiers libres.
La presse locale s’intéresse à notre travail, ce qui permet aussi de le rendre public et d’avoir des propositions de particuliers souhaitant contribuer à la constitution de la collection.

Les objectifs à venir

Comme tout le fonds lorrain, la collection de bandes dessinées a vocation à s’étoffer au fil des années en fonction des nouvelles parutions et des contributions des auteurs. Cette année, de nouveau noms sont venu compléter l’existant. Des albums de Zoé Thouron, Nicolas Moog, Thierry Martin et Olivier Romac ont été acquis. Cette continuité fait partie des objectifs, ceci afin de compléter progressivement la collection.
Les dons d’estampes contribuent aussi à enrichir la collection et l’acquisition de dessins originaux sur le moyen terme est à l’étude.
Des actions pédagogiques aboutissant à une  publication valorisant les collections patrimoniales de la bibliothèque seront également sans doute développées dans un avenir proche.

Ainsi, la nouvelle collection de bandes dessinées intégrant le fonds lorrain prend tout son sens car la démarche s’ancre dans le territoire avec des auteurs vivant ici et connaissant un rayonnement significatif. Tout le sens de ce projet provient du fait que nous avons la possibilité d’être en lien avec ces artistes et ainsi d’entretenir une belle émulation.

Vous avez dit rétroconversion… pour quoi faire ?

Dans le cadre du grand chantier entamé en 2013 dans les Bibliothèques de Nancy, les collections de la Bibliothèque Stanislas sont progressivement réorganisées afin de mieux les identifier et les conserver dans des conditions optimales. La vocation première du bibliothécaire est d’inventorier, classer et identifier les documents. Et c’est dans les registres et inventaires de la bibliothèque qu’il va trouver les informations indispensables à ses missions. 

 

Or la Bibliothèque Stanislas ne possède pas de catalogue unique qui décrirait l’ensemble de ses collections. Au cours de son histoire cette institution a vu se succéder les professionnels et autant de méthodes que d’époques se reflètent dans ses archives.

S’y côtoient :

  • des registres manuscrits des 18e et 19e siècles,
  • des inventaires thématiques établis par discipline ou par donateur,
  • des registres systématiques à partir du milieu du 20e siècle,
  • ainsi qu’un catalogue sur fiches organisé par auteurs et matières.

 

Le fichier Auteurs.

Uniformiser ces précieuses sources en les rassemblant en une seule base de données fournira un instrument de travail efficace au bibliothécaire et à l’usager. Il est temps de mieux connaître et de mieux faire connaître les fonds car ils sont souvent complémentaires de ceux d’autres établissements. Mettre en ligne et croiser les données est indispensable à la recherche.

C’est pourquoi des partenariats se développent ces dernières années avec la BnF. Les projets des établissements qui visent à signaler leurs documents patrimoniaux dans un seul outil sont encouragés à l’aide de subventions et de formations. Les notices de description viennent ainsi enrichir la base Patrimoine au sein du Catalogue Collectif de France.

 

Notice illustrée par sa vignette dans le catalogue.

 

Au début des années 1990 la création de la Médiathèque Manufacture a conduit la Ville de Nancy à investir dans un système informatique (SIGB) pour gérer au mieux les prêts des documents mis à la disposition des lecteurs dans le nouveau bâtiment. À cette occasion le site historique de la rue Stanislas a fait le choix de rétroconvertir les notices de ses fonds patrimoniaux (collections d’État et documents lorrains recensés par Justin Favier). En 1998, les premiers ordinateurs hébergeant les postes catalogue sont installés au milieu des boiseries Art déco contenant le fichier papier.  Pendant près de deux décennies les chercheurs sont ainsi contraints de croiser les catalogues.

Avec la dynamique de la BNR s’est présentée l’opportunité d’informatiser massivement les fiches de la salle des catalogues. Ce sont ainsi plus de 85 000 documents édités entre 1800 et 2000 qui ont fait l’objet de ce traitement dit de rétroconversion.

Les tiroirs sont sortis du meuble à fiches. 

Les étapes

Le choix de la source s’est porté sur les fiches pour plusieurs raisons : elles sont cartonnées donc peu fragiles à la manipulation ; dactylographiées, donc lisibles par une machine ; présentant peu de particularités (mentions manuscrites, alphabets non latins…), elles sont à 95 % éligibles à la reconnaissance optique de caractères. Seul le fichier Auteurs a été retenu, jugé plus exhaustif que celui des Matières.

Les fiches ont été retirées des tiroirs.

1. Le tri des doublons fastidieux mais nécessaire : au fichier subsistait une partie des imprimés traités par l’entreprise Jouve en 1998. À ceux-ci s’ajoutaient tous les documents communiqués aux usagers ces dernières années et catalogués informatiquement par le soin des bibliothécaires. Toute l’équipe de Stanislas s’est mobilisée pour manipuler les quelques 250 000 fiches afin d’en écarter les doublons et mettre de côté les fiches posant problème.

2. L’analyse d’un échantillon représentatif : l’objectif est de déterminer la quantité et la qualité des données à traiter par le prestataire. En parallèle au travail de fourmi du tri, l’équipe dédiée au projet (4 à 6 personnes) est associée à la rédaction du cahier des charges. Pour ce faire une estimation du chantier est nécessaire afin de le budgéter au plus tôt, les demandes de subventions se faisant un an à l’avance. Le coût du projet varie en fonction de la complétude des informations fournies, leur quantité, la possibilité d’automatiser leur traitement, les exigences du client…

Les fiches ont été :

  • Comparées aux bases existantes (BnF, Worldcat) pour en déterminer le taux de dérivation
  • Analysées pour connaître la proportion de difficultés potentielles (langues étrangères, données illisibles, fiches déchirées, absence de cote ou de date)
Tableau d’analyse des fiches avant chantier.
  • Catégorisées à l’aide de codes chiffrés rajoutés à la main par les catalogueurs afin de permettre une indexation minimale
Une fiche numérisée.

3. Les résultats de cette analyse ont aussi permis de déterminer le pourcentage de documents publiés avant 1914 (environ 45 %). Ceux-ci constituent des collections patrimoniales qui ne seront pas soumises à désherbage ; leur rétroconversion était donc éligible au taux maximal de subvention de la BNF.

Le résultat des estimations.

Toutes ces données sont importantes à connaître pour construire au mieux le cahier des charges et le montage financier1. Une fois que l’appel d’offres a eu lieu, le dépouillement puis le choix du prestataire est assuré par l’équipe dédiée au projet2.

Plateforme de partage des données avec le prestataire.

La mise en place d’un outil en ligne par le prestataire a permis un travail conjoint de qualité. Les questions soulevées par le prestataire ont pu être traitées en temps réel par les catalogueurs. Tous les cas récurrents ont servi à rédiger le cahier de consignes détaillant les spécificités techniques demandées. Lorsque les retours d’erreurs et les anomalies ont semblé cernés, la dérivation des notices a pu commencer ainsi que les premières livraisons. Chaque lot de données a été contrôlé avant d’en accuser réception. La clôture du marché n’intervenant que lors du versement final dans le SIGB.

Et maintenant…

Un meuble à fiches a vu ses boiseries transformées en niches pour accueillir 2 postes catalogue. Deux tiroirs-types ont conservé leurs fiches pour témoigner des méthodes passées. L’usager a dorénavant accès aux références de l’ensemble des imprimés de la bibliothèque, le catalogue informatique étant aussi bien consultable en ligne que dans les murs.

L’équipe dédiée à ce chantier n’arrête pas là son travail. Les 85 000 notices ayant rejoint la base comportent encore quelques anomalies signalées par le prestataire : il faut traquer les imperfections. Les catalogueurs mènent l’enquête pour résoudre les fiches-mystère repérées pendant les phases de tri.

Les OPAC dans les anciens fichiers papiers.

C’est le moment aussi d’entamer une vaste entreprise de récolement des imprimés (le dernier date de 1994) qui mobilise toutes les compétences des bibliothécaires et dont les objectifs sont multiples :

  • Inventaire des documents présents sur les rayons et repérage des manquants, mise à jour des registres
  • Signaler les besoins en matière de conservation préventive, objet d’un autre volet du chantier des collections
  • Recensement des documents lorrains au sein des collections générales, puis rassemblement du fonds régional dans un lieu dédié (encore un volet du chantier des collections)
  • Repérage de toutes les particularités d’exemplaires et notamment les provenances, enrichissement des catalogues à l’usage des chercheurs

Toutes ces opérations permettront à terme une connaissance plus fine de la richesse des fonds de la Bibliothèque Stanislas et confirmeront sa complémentarité avec les collections nationales et territoriales. Le chantier de la conversion rétrospective des catalogues va bien au-delà de la saisie informatique de notices bibliographiques : il est étroitement lié à l’ensemble des volets du chantier des collections, signale l’ouverture d’autres champs d’intervention, et participe à la transformation progressive du poste de catalogueur Unimarc en poste d’expert des données à même d’aborder la transition bibliographique quand elle se présentera aux bibliothèques municipales.

 

  1. Les notices postérieures à 1914 ont été financièrement partagées par la Ville de Nancy, la BNF et la BNR du Sillon lorrain. []
  2. Aurexus a été retenu pour le projet de Nancy []

La constitution d’un fonds local numérique

Dans le cadre de son partenariat avec la BNF, la Bibliothèque Stanislas a travaillé à la constitution d’un corpus de sites internet lorrains. Cette collecte à vocation régionale vient enrichir l’immense réservoir documentaire que constitue le Dépôt Légal du Web. Si le caractère automatisé de la collecte nationale est évidente, à l’échelon régional la collecte se veut ciblée et s’inscrit dans un cadre documentaire où le bibliothécaire est force de proposition. La sélection de ces sites web contribue à l’enrichissement documentaire du DL du web et fait mémoire pour notre territoire.

Vignettes de mise en valeur de sites sur la page d'accueil
Mise en valeur de sites sur la page d’accueil des postes Dépôt légal du Web de la Bibliothèque Stanislas

Le cadre général

La force des textes qui régissent le dépôt légal instauré par François ier au xvie siècle est, certainement, d’avoir sans cesse su intégrer les nouveaux supports de diffusion, d’abord imprimés : livres, gravures, partitions puis tour à tour affiches, photographies, films, radio, télévision… toutes  formes de médias qui  vont constituer un ensemble qui se veut exhaustif de la production éditoriale française,  et depuis 2006 les objets numériques.

 Quand les éditeurs et imprimeurs remplissent leur obligation de dépôt légal, ils participent à la constitution d’une gigantesque bibliothèque dont la visée patrimoniale est indiscutable. Tout autant que la chose imprimée, les films et les programmes diffusés à la télévision  collectés par l’INA dans le cadre du dépôt légal,  sont des supports historiques1.

Ecran d'accueil du site du DL du web
Ecran d’accueil de l’accès distant au DL du web

Le dépôt légal du web ou dépôt légal de l’internet validé dans le Code du Patrimoine en 2006 s’inscrit dans cette démarche de mémoire. Si le dépôt légal des imprimés et des médias audiovisuels se veut exhaustif, celui de l‘internet cherche à conserver un échantillonnage représentatif de l’internet français. La collecte à lieu via un robot de façon automatisée et aléatoire2. Les autres formes de dépôt légal s’opèrent par action directe des éditeurs, des imprimeurs et autres producteurs, mais la collecte des sites de l’internet se fait sans action volontaire des propriétaires des sites.

Une politique documentaire pour les sites web lorrains

 

Ecran interface professionnelle BC web

Pour enrichir la capture aléatoire du robot moissonneur, la BNF sollicite la coopération des bibliothèques de dépôt légal imprimeur (BDLI). C’est dans ce cadre que s’inscrit la participation de la  Bibliothèque Stanislas à la collecte ciblée « Lorraine », qui vise à constituer un corpus de sites représentatifs du territoire lorrain.

La sélection de ces sites est effectuée en fonction d’un plan  de classement dont l’objectif est de répertorier de façon représentative les sites administratifs, culturels, économiques… du territoire. Ces sites (environ 150) sont archivés en collectes ciblées régionales ; leur capture par le robot moissonneur se fait une à deux fois par an. Ce travail collaboratif  avec les services de la BNF permet de contribuer à une meilleure pertinence documentaire régionale et de participer pleinement aux missions du dépôt légal en région. La constitution de ce corpus nous engage chaque année à compléter et à vérifier la validité des adresses URL des sites sélectionnés.

Critères de sélection

Interface de répertoire des sites sur le laboratoire nucléaire de Bure

Notre démarche de sélection s’inspire de la première collecte inaugurée par la Bibliothèque Nationale Universitaire de Strasbourg. Les questions  soulevées rejoignent les problématiques de la constitution d’un fonds local classique mais avec la particularité d’un fonds dématérialisé.

Des interrogations ont jalonné notre travail de sélection. Les éléments suivants en sont une synthèse  :

  • Déterminer le territoire d’investigation 3

Le choix est fait de travailler par cercles concentriques autour du point central qu’est la ville de Nancy.  Ainsi, aucun site des villes composant la métropole du Grand-Nancy n’étant capturé de façon systématique par le robot,  ils ont été proposés à la sélection dans la rubrique « Administration ». La Meurthe-et-Moselle a été couverte. Dans les 3 autres départements lorrains, l’échantillon porte sur les villes de préfecture et de sous-préfecture. 

  • Prendre en compte le patrimoine existant 4

La collecte ciblée va s’attacher à constituer un fonds local nativement numérique en sélectionnant les sites dont le contenu  documente ce qui  fait patrimoine sur le territoire et ce qui fait sa singularité  :

  • le verre
  • le bois
  • les musées
  • la culture populaire, les fêtes de Saint Nicolas
  • les dialectes lorrains
  • Valoriser des initiatives  qui participent au fait local 
Site internet sur l’histoire de la Faculté de médecine à Nancy

Le site « Médecine à Nancy depuis 1872 » en est un exemple parlant : il apporte une réelle valeur ajoutée au savoir local concernant l’histoire de la médecine à Nancy.  Sa sélection dans la collecte ciblée garantit la pérennité des informations qui ne se trouvent nulle part ailleurs.

  • Rendre compte des débats sur le territoire comme fait de société local 

Lors de la recherche documentaire de sites web, nous nous sommes rendu compte de la multitude de sites très actifs sur la problématique du nucléaire concernant l’enfouissement des déchets sur le site de Bure en Meuse.  Ce vif débat sur internet nous a semblé être emblématique des controverses qui traversent notre territoire.

Une sélection toujours ouverte

La liste comporte à ce jour 152 sites. Forcément incomplète, forcément sélective, elle est amenée à s’enrichir. Cependant, il s’avère nécessaire de mesurer la quantité de travail engendrée chaque année pour la vérification des adresses web avant d’accroître le nombre de sites sélectionnés.

Ce travail coopératif effectué, il nous semble important d’imaginer maintenant une médiation de son contenu vers nos publics.  Pour le moment, cette collecte ciblée lorraine reste noyée dans l’agrégat collectif du DL du Web. L’interface ne permet pas encore un « parcours lorrain » qui faciliterait l’accès aux sites lorrains sélectionnés de manière balisée. Le dépôt légal du Web reste un laboratoire de recherche en constante évolution. Nul doute qu’une solution sera trouvée afin  d’offrir d’emblée cette sélection aux utilisateurs des postes dédiés à la consultation du dépôt légal du Web dans la salle patrimoniale de la Bibliothèque.

 

  1. Frédéric Saby, « Approche historique du dépôt légal », dans Société & représentations, no 35, 2013, p. 15-26 [en ligne consulté le 15/11/2017]. []
  2. Gildas Illien, « Le Dépôt légal de l’internet en pratique », dans Bulletin des bibliothèques de France, 2008, no 6 [en ligne consulté le 15/11/2017]. []
  3. Sarah Toulouse, « Eléments structurants d’un fonds local au xxie siècle » dans C. Haquet et B. Huchet (dir.), Repenser le fonds local et régional en bibliothèque, 2016, p.19. []
  4. Clément Oury, « Les fonds locaux nés numériques » dans C. Haquet et B. Huchet (dir.), Repenser le fonds local et régional en bibliothèque, 2016, p.112. []

Le signalement des affiches du dépôt légal imprimeur

La réflexion concernant la collecte et le traitement des affiches s’est inscrite dans notre chantier des collections. Nous avons abouti à la priorisation de notre travail vers les affiches issues du dépôt légal.

Les affiches au Dépôt légal
Les affiches du dépôt légal

Etat des lieux en début de chantier : deux voies pour alimenter la collection des affiches

La collection des affiches de la Bibliothèque était jusqu’alors alimentée par deux voies :

  • les affiches issues du dépôt légal des imprimeurs lorrains
  • les affiches issues de la collecte volontaire de la part du personnel de la bibliothèque en toutes occasions professionnelles ou privées. L’accroissement se faisait également par les nombreux dépôts d’affiches par les acteurs locaux.

Les affiches du dépôt légal une fois enregistrées dans le registre d’entrée, étaient mêlées aux affiches de la collecte volontaire. Un plan de classement thématique a été conçu. La volumétrie des deux sources d’accroissement était à peu près identique : une moyenne de 800 affiches par an.

Les affiches au Dépôt légal
Boîte de conservation des  affiches du dépôt légal

Des priorités qui doivent s’adapter aux possibilités du service

La description et l’indexation des affiches est un travail long, qui se fait à la pièce et  demande des connaissances iconographiques. Même si la volumétrie à traiter n’est pas très importante, cette mission demande du personnel et du temps dont nous ne disposons plus. Nous aurions pu faire le choix de laisser en dormance cette collection qui n’a jamais bénéficié dans notre établissement d’une valorisation importante, mais notre statut de Bibliothèque de dépôt légal nous contraint à un travail de signalement.

Le plan de classement élaboré n’offrait pas non plus des moyens de recherche satisfaisants.

La décision est prise de formaliser un nouveau protocole :

  • trier le corpus des années antérieures en séparant les affiches du DLI (pour lesquelles nous avons mission de conservation) des affiches de la collecte volontaire. Ce travail a été confié à des vacataires ;
  • arrêter de rechercher et de traiter la collecte volontaire et porter nos forces vives uniquement sur le lot d’affiches du dépôt légal.
Les affiches au Dépôt légal
Meuble des affiches du dépôt légal

Nouveaux protocoles

Nous élaborons, en nous appuyant sur les grilles de signalement des collections iconographiques existantes, un nouveau tableau propre aux affiches, plus simple, que nous appliquons dès l’année 2016 pour les affiches réceptionnées dans l’année courante : 500 affiches reçues au titre du DLI ont été traitées courant 2016.

Ces affiches sont ensuite rangées par année dans un meuble et des espaces dédiés. La recherche sera possible pour les usagers dans la salle patrimoniale par le biais d’un disque externe en attendant une publication en ligne, par exemple sur le modèle lyonnais.

Le travail rétrospectif se fera en fonction des moyens humains dont nous disposerons  dans les années à venir. A terme, les affiches issues du dépôt légal seront  signalées et conservées dans de bonnes conditions, ce qui autorisera leur consultation.

Quant aux affiches de la collecte volontaire séparées du lot des affiches du dépôt légal, l’ébauche de classement n’a pas été bouleversée : des consultations sont donc possibles sur demande et pour une période chronologique limitée.

Le chantier des collections atteint sa vitesse de croisière

Après trois années d’élaboration de projet et surtout d’intenses réorganisations de locaux entiers, tant de stockage que publics, l’année 2016 a vu l’achèvement de certaines phases de chantier et le passage en production des nouveaux services. La poursuite des réaffectations de locaux s’effectue de manière plus ciblée grâce à de nouveaux outils.

La conversion rétrospective permet de faire émerger des collections particulières du XIXe siècle telles que la bibliothèque de Henri-Georges Boulay de la Meurthe
La conversion rétrospective permet de faire émerger des collections particulières du XIXe siècle telles que la bibliothèque de Henri-Georges Boulay de la Meurthe

L’achèvement de la conversion rétrospective des catalogues

Entamée en 2014 avec le soutien financier et logistique de la Bibliothèque nationale de France, la conversion rétrospective du catalogue des ouvrages imprimés (1811-1970) s’est terminée à l’été 2016. Après la phase de validation, plus de 80 000 notices ont fait leur entrée au catalogue Co-libris au dernier trimestre 2016 et seront bientôt visibles au sein du Catalogue collectif de France.

Le succès pour les nouveaux services liés aux collections

Le passage en libre-accès des périodiques récents et des monographies acquises pour le fonds d’étude s’est traduit par une augmentation de leur utilisation sur place et en prêt à domicile de l’ordre de 10 %. Cela peut paraître faible mais le public visé est nettement moins large qu’en médiathèque.

L'accueil de la Bibliothèque Stanislas lors de la présentation d'une nouvelle acquisition
L’accueil de la Bibliothèque Stanislas lors de la présentation d’une nouvelle acquisition

La mise en ligne via Gallica d’ouvrages de référence sur l’histoire de Nancy et les nouveaux chargements effectués sur le Kiosque lorrain et sur Flickr n’ont pas eu d’impact négatif sur la fréquentation de la salle patrimoniale. Au contraire, peut-être, le nombre de documents physiques consultés a bondi de 30 % et le courrier scientifique (incluant les demandes de reproduction) de 15 %.

La poursuite de la réaffectation des magasins

Collections du dépôt légal

La rétroconversion des notices permet de repérer et relocaliser plus rapidement les monographies qui sont concernées par le changement de magasin. La politique à suivre est désormais formalisée.

Périodiques

Le repérage des différents fonds dispersés a été effectué. Les titres patrimoniaux ont vocation à être rassemblés dans des locaux particuliers. Ainsi, l’abandon du magasin de sous-sol a été l’occasion de réaffecter un autre lieu à l’accueil des journaux locaux morts. Ceux-ci ont fait l’objet auparavant d’une campagne soignée de catalogage, d’informatisation des fascicules, de conditionnement voire de réparation.

Vue du petit grenier
Vue du petit grenier

Les collections de revues académiques font actuellement l’objet d’une sélection serrée menée en lien étroit avec l’Université de Lorraine et les autres institutions documentaires de conservation du Grand-Est.

Enfin, les collections d’échanges de publications de sociétés savantes déposées par l’Académie de Stanislas sont en cours de réunion pour analyse de leur intérêt au regard de la politique de grande ampleur menée par la BnF.

Le fonds du Dépôt Légal dans les fonds de la Bibliothèque : d’un agrégat complexe vers un nouveau parti pris.

Au début du chantier des collections, il nous a paru évident que nous ne ferions pas l’économie d’analyser l’existant pour dessiner les contours de l’organisation de nos collections. Cette réalité organisationnelle mise à plat, des paradoxes sont identifiés, des questions sont soulevées qui nous ont conduits vers un nouveau parti pris.

Les registres papier des trois fonds
Les registres papier des trois fonds

Organisation des fonds contemporains de la Bibliothèque Stanislas jusqu’en 2015

La cartographie des monographies après 1945 en début de chantier : état des lieux

À la Bibliothèque Stanislas, nous distinguons trois grandes entités :

  • le fonds d’étude ;
  • le fonds des beaux-arts ;
  • le fonds local.

Chacun de ces fonds disposait de tranches de cotes en fonction du format (petit/moyen/grand).

Le fonds d’étude

Autrement dénommé fonds général, il comprend les ouvrages de 1945 à aujourd’hui dont le sujet n’entre ni dans le fonds des beaux-arts ni dans le fonds local lorrain. Il est empruntable à domicile ; il se veut dynamique et son accroissement doit être maîtrisé. Il n’a pas vocation à être conservé : les documents peuvent être désherbés ou requalifiés si besoin. Il dispose de cotes dédiées et d’un espace en magasin.

Le fonds des beaux-arts

Des tranches de cotes spécifiques lui confèrent un statut particulier qui le distingue du fonds général. En considérant son antériorité, sa volumétrie et sa spécificité, il est considéré comme un fonds de qualité reconnu sur le territoire lorrain. Cependant, sa logique de gestion est celle d’un fonds courant, empruntable à domicile, qui n’a pas vocation à être conservé.

Le fonds local

Ce fonds local contemporain enrichit un fonds lorrain ancien, riche, relatif au territoire de la Lorraine. Celui-ci est patrimonialisé de fait : les documents ont vocation à être conservés et l’exhaustivité est recherchée. Il dispose de tranches de cotes et d’espaces de rangement dédiés.

Les registres papier des trois fonds
Les registres papier des trois fonds

Le traitement des monographies du  fonds du dépôt légal en début de chantier

Dans cette cartographie des ouvrages après 1945, quelle place pour les monographies reçues au titre du dépôt légal ? Comment ce fonds patrimonial s’agrège-t-il dans l’ensemble des fonds de la Bibliothèque ?

L’ensemble des documents reçus au titre du dépôt légal constitue un fonds caractérisé par sa provenance : on parlera du fonds du dépôt légal.

Lorsque nous entamons cette cartographie en 2013, l’usage en cours à la Bibliothèque Stanislas ne tient pas compte du fonds du dépôt légal en tant qu’entité patrimoniale spécifique. Au contraire, celui-ci est éclaté dans les fonds courants de la bibliothèque en fonction d’un intérêt supposé du public pour son contenu intellectuel.

Quatre cas de figures différents se dégagent

Cas de figure 1 et 2

Après son enregistrement dans le registre du dépôt légal, si le document est un livre beaux-arts, il rejoint le fonds des beaux-arts. Si le document apporte une plus-value au fonds d’étude, il rejoindra cet ensemble. L’environnement pour ces deux ouvrages est celui d’un fonds courant,  susceptible donc d’être désherbé. Le statut patrimonial des documents du dépôt légal qui se trouvent donc dans ces deux fonds ne les isole pas physiquement en tant que documents patrimoniaux. Comment dans ces conditions garantir leur inaliénabilité, comment garantir les conditions de conservation qu’exige tout document patrimonial ?

Cas de figure 3

Le sujet de la monographie réceptionnée au titre du dépôt légal entre dans la problématique du fonds lorrain : le document ira rejoindre le fonds local lorrain. Il participe pleinement à l’enrichissement de cet ensemble. Cet environnement patrimonialisé le préserve totalement : documents conservésconditions de préservation garanties.

Cas de figure 4

Le document n’entre dans aucun des 3 cas de figure précédents, il est relégué dans des magasins distants dont une partie est destinée à recevoir uniquement les ouvrages du dépôt légal. Il est catalogué mais c’est le numéro d’enregistrement du dépôt légal qui sert de cote de rangement.

Questions et paradoxes soulevés par cette cartographie.

En même temps que cette analyse, le chantier de désherbage des collections se mettait en mouvement. Seuls les monographies du fonds d’étude après 1945 étaient concernées par ce chantier. La problématique  des ouvrages du dépôt légal dans ce fonds courant a très vite été mise en évidence : quelle logique de gestion pouvons-nous mettre en place alors que des documents patrimoniaux cohabitent avec des documents non patrimoniaux ? Comment les préserver d’un désherbage trop précipité ? Comment garantir leur valeur patrimoniale : la gestion d’un fonds courant ne peut distinguer donc protéger les documents patrimoniaux ? Toutes ces questions nous ont amenés à la décision  de distinguer et de traiter les documents en fonction de leur destination patrimoniale ou non.

Le parti pris aujourd’hui pour les monographies du dépôt légal

Les signets rouges identifiant les ouvrages du dépôt légal mêlés au fonds général.
Les signets rouges identifiant les ouvrages du dépôt légal mêlés au fonds général.

Pour les monographies du dépôt légal qui ont rejoint le fonds local de la Bibliothèque.

Le fonds local de la Bibliothèque constitue comme nous l’avons vu un fonds d’excellence, patrimonial. Aucun retrait de monographies ne s’opère dans cet espace. Les documents patrimoniaux du dépôt légal qui s’y trouvent sont donc totalement préservés. Les conditions de conservation sont garanties. Ce fonds est également celui qui est le plus consulté de la Bibliothèque.

Tous ces éléments posés, il nous parait pertinent de maintenir ce choix puisque cet environnement répond à toutes les  conditions d’un fonds patrimonial. De plus, sa localisation dans le bâtiment principal permet d’accéder rapidement à une demande de consultation formulée par un usager ce qui est un élément positif pour notre mission de service public.

Pour les monographies du dépôt légal qui ont été intégrées soit au fonds des beaux-arts soit au fonds général.

Que des documents patrimoniaux comme les monographies du dépôt légal cohabitent avec des documents non patrimoniaux, sans exigence de conservation, nous a paru être une attitude  qui ne garantit pas notre mission patrimoniale envers ce fonds.

La question particulière du fonds des beaux-arts dans notre bibliothèque nous a interrogé un certain temps mais ne nous a pas fait modifier notre décision. Ce fonds de qualité reconnue, n’est pas pour le moment un fonds patrimonial.

Ces constats faits, une possibilité organisationnelle s’offre à nous. En effet nous disposons dans des magasins distants d’un espace de compactus de 2 km linéaires de rayonnage offrant toutes les garanties de conservation.

Il est décidé de retirer des rayons des deux fonds (fonds général et beaux-arts) les documents issus du dépôt légal dont nous ne pouvions garantir les conditions de conservation et de consultation. Ce nouveau parti pris nous permet également d’en mesurer l’accroissement ce qui ne pouvait être fait auparavant. Il nous permet enfin de mieux l’appréhender pour mieux l’étudier.

Les compactus : magasin dédié au dépôt légal
Les compactus : magasin dédié au dépôt légal

Le chantier des collections : un travail toujours en cours

Ce travail de relocalisation et les premiers déménagements nous ont confortés dans notre décision : quatre fonds bien distincts (fonds général, fonds des beaux-arts, fonds local, fonds du dépôt légal), rassemblés dans des espaces dédiés et qui garantissent un environnement selon leur destination patrimoniale ou courante.

250 mètres linéaires de monographies de moins de 25 cm ont déjà été retirés du fonds d’étude et relocalisés dans les magasins distants dédiés au dépôt légal. Ce travail se poursuit avec les documents de plus grand format et s’achèvera avec les documents du dépôt légal des beaux-arts.

Le chantier des collections a permis de progresser dans l’appréhension du fonds du dépôt légal des imprimeurs lorrains. Une démarche identique a été mise en place pour les périodiques du dépôt légal : les périodiques lorrains restent dans les magasins du fonds local, les autres périodiques  rejoignent les magasins distants.

De l’agrégat confus du début nous avons construit un projet qui nous semble plus pertinent, plus simple et bien plus justifié compte tenu de la destinée patrimoniale des ouvrages issus du dépôt légal.

 

Gérer une collection d’art graphique en bibliothèque : le cas des recueils gravés.

Depuis 2011, la bibliothèque Stanislas a entrepris un vaste chantier sur sa collection d’art graphique. Dépoussiérage, conditionnement, reclassement mais aussi repérage des recueils « dits » de gravure qui doivent intégrer la collection. Or ces recueils ne sont pas tous de même nature. Cette typologie d’objet pose problème en bibliothèque. Qu’appelle-t-on exactement « recueil gravé » ? Doit-on considérer le recueil gravé comme un livre ou comme un album d’estampe ? Une question importante car c’est de la réponse à cette question que va dépendre son traitement physique et intellectuel. Il sera difficile d’y apporter une réponse tranchée car « recueil » est l’un de ces mots commodes dont on est incapable de donner une définition exacte mais dont on ne peut se passer1 ».

 

Continuer la lecture de Gérer une collection d’art graphique en bibliothèque : le cas des recueils gravés.

  1. Citations extraite de l’introduction de Maxime Préaud pour l’ouvrage A l’origine du livre d’art, les recueils d’estampes comme entreprise éditoriale en Europe (xviexviiie siècles), Silvana Edidoriale, 2010. []