Archives de catégorie : Les personnalités

La Bibliothèque publique pendant la Première Guerre mondiale (2)

En dépit des bombardements, des difficultés de chauffage et de l’absence de la moitié de son personnel, la Bibliothèque de Nancy a tenu à garder ses portes ouvertes entre 1914 et 1918. Les acquisitions n’ont pas cessé, alors qu’un souci supplémentaire, celui de préserver les fonds précieux de la destruction, s’est ajouté.

Acquisitions et sauvegarde des collections

Les acquisitions courantes

Le rapport pour l’année 1914 témoigne que la grande opération qui occupe les bibliothécaires est le traitement de la bibliothèque Masson-Cabasse. Qualifiée de « collection particulière de moyenne importance », elle a représenté la moitié des entrées cette année-là avec 2 501 volumes, et semble avoir fait l’objet d’une opération complexe de « fusion d’une petite bibliothèque dans une grande » nécessitant cinq mois de travail. Cette bibliothèque lorraine, donnée par un médecin de Raon-l’Etape1, permet d’enrichir les collections patrimoniales de 413 volumes et brochures nouveaux, et de disposer d’une réserve de 1 118 doubles. Elle comporte en outre 48 manuscrits2, pour les trois-quarts du xixe siècle, et 246 gravures dont 91 de Jacques Callot « dont plusieurs sont rares ».

Au début du conflit, la bibliothèque fait l’acquisition d’un Panorama de la guerre de 19143, et s’abonne au Journal officiel afin de mieux suivre l’actualité. La part des ouvrages ayant trait au conflit, entendu dans un sens large, représente jusqu’à 59 % du total des acquisitions (entrées de janvier 1917). De janvier 1915 à juillet 1919, elle reste au-dessus de 25 %. Les monographies considérées portent directement sur le conflit : récits de batailles, témoignages, romans sur le front (Sous Verdun de Maurice Genevoix4 entre en octobre 1916, Le Feu de Henri Barbusse5 en mai 1917).

On acquiert des ouvrages historiques et géopolitiques, principalement sur l’Alsace-Lorraine et le pangermanisme, mais aussi sur l’ensemble des nations en conflit, y compris le Proche- et le Moyen-Orient, de la stratégie militaire, de la philosophie et des sciences politiques. La bibliothèque publique fait la part des ouvrages pratiques, avec des guides de médecine légale, de droit pratique (pour les veuves de guerre), des manuels d’aviation, et des brochures réglementaires (moratoire sur les loyers). On note aussi l’entrée au catalogue de deux dictionnaires d’allemand en décembre 1916, et de brochures à destination des Américains cantonnés à Nancy : Seeing Nancy : a guide for Americans6 et le Lorraine Sentinel, un organe de presse produit par les étudiants américains 7.

Il semble que les bibliothécaires aient eu à cœur de rassembler, conformément à la circulaire du Ministère de l’Instruction publique du 4 mai 1915, une documentation de première main sur les événements8, tel que l’Album amicorum offert à Clare Jackson, l’infirmière de la Croix-Rouge américaine postée avec les petits Nancéiens à la colonie scolaire de Saint-Lunaire9.


Plusieurs dons émanant de personnalités prestigieuses viennent enrichir les collections de l’immédiat après-guerre : le comte de Mahuet10 donne 260 volumes ; la famille d’Alfred Mézières11, une quarantaine, la famille de Metz-Noblat12, 158, et la famille Edgar Noelinger13, 87. L’édition repart, et le nombre des acquisitions onéreuses augmente. Favier souhaite maintenant acquérir des nouveautés scientifiques et littéraires pour répondre à la frustration éditoriale du temps de guerre.

La protection des documents patrimoniaux

Dès le 8 octobre 1914, le conservateur tient à rassurer les membres du comité d’inspection : le camée de Saint-Nicolas-de-Port a été mis à l’abri, et les ouvrages les plus précieux sont prêts à être mis en caisses et évacués à la moindre alerte. Ces mesures de prudence tendent à paraître légères, vu la régularité et la densité des bombardements à laquelle la ville de Nancy est soumise à cette période14, mais le souci de ne pas paniquer la population par une évacuation massive, voire une fermeture complète de l’établissement, a pu guider cette décision15.

Le Camée dit alors « d’Hadrien » a été mis en sûreté dans un coffre loué par le collectionneur et ami de Favier, René Wiener16, à la Société nancéienne de consignations et de dépôts dès le 3 août 1914. Cette pièce inestimable est en effet propre à susciter la convoitise en cas d’occupation171. Favier, qui été témoin de quelques descentes prussiennes dans la bibliothèque publique en 1870, ne tient certainement pas à donner prise à l’ennemi.

Les « imprimés et manuscrits les plus rares et les plus précieux » ont quant à eux été mis à l’abri des bombardements, principalement des bombes incendiaires, dans les caves voûtées de l’hôtel de la Monnaie, rue Gustave Simon, siège des Archives départementales18. Les sous-sols en paraissaient-ils plus sûrs que ceux, pareillement voûtés, de la bibliothèque ? Fallait-il physiquement évacuer les documents d’un bâtiment qui était plus ou moins sur le trajet des « Taube », bien que les Archives ne fussent qu’à deux rues ?

Voir la carte interactive des bombardements.

Favier n’explique pas les raisons de son choix, sinon par un sentiment d’évidence.

Fin 1917, suite à la visite de M. Vidier, inspecteur général, des mesures sont prises pour envoyer à la Bibliothèque nationale 107 volumes manuscrits, 70 imprimés et 5 albums de dessins de Grandville19 dont la liste est soigneusement établie et pointée à l’aller et au retour.

Le choix de Favier se porte sur des œuvres qui, aujourd’hui encore, comptent parmi les plus précieuses de la bibliothèque : les livres d’heures enluminés, le Journal de Nicolas Durival, le traité de perspective de Viator, le manuscrit des écrits du roi Stanislas, les « Atours » de Metz, la Nancéide, les éditions originales de Grandville, la « Pompe funèbre » de Charles III par La Ruelle, trois traités de mathématiques de Gallimard, mais pas de Dom Calmet (probablement parce que les éditions en sont très répandues et aucune de la bibliothèque n’est particulièrement précieuse). 300 autres ont été emballés dans 17 caisses stockées au rez-de-chaussée. Le capitaine des pompiers est venu se rendre compte de ces préparatifs de sauvetage dans l’hypothèse d’une intervention rapide205.

En 1919, l’équipe est reconstituée, le budget de retour aux niveaux antérieurs, et l’afflux de lecteurs revient avec la rentrée universitaire. Favier fait mettre sous presse le deuxième supplément du catalogue de la bibliothèque municipale de Nancy au Catalogue général des manuscrits, qui contient notamment les manuscrits du Grand séminaire et ceux du fonds Masson-Cabasse donné en 1914 et traité pendant le conflit. La volonté de maintenir coûte que coûte la normalité du service, tant pour les lecteurs que pour le personnel, occupé à des tâches catalographiques, pourrait apparaître comme un signe de mise en retrait des événements, une volonté de s’abstraire du conflit. Cependant, la politique d’acquisitions montre à quel point les bibliothécaires sont soucieux de procurer à leur population des documents d’actualité, guides pratiques, essais politiques et philosophiques, témoignages littéraires, qui ne nient en aucune manière la réalité des faits. Ils constituent une collection qui est encore aujourd’hui à étudier, maintenant que nous connaissons les lectures des soldats au front21.


  1. Paul Cabasse, médecin, bibliophile et historien amateur vosgien. []
  2. Le catalogue en figure au deuxième supplément du Catalogue général des manuscrits, paru en 1924 dans le tome XLVI du CGM, nos 2158 à 2198. []
  3. Le Panorama de la guerre de 1914, Paris, Tallandier, 1914-1919, 8 vol. Cote 150 085 (1-3). []
  4. Maurice Genevoix, Sous Verdun, août-octobre 1914 ; préface d’Ernest Lavisse, Paris, Hachette, 1916, XXI-271 p. (Mémoires et récits de guerre). Cote 250 449 (2). []
  5. Henri Barbusse, Le feu : journal d’une Escouade, Paris, Flammarion, 1917, 376 p. Cote 256 316. []
  6. Seeing Nancy : a Guide for Americans with map, Metz, Société Erckmann-Chatrian, 1918, 48 p. Cote 2861. []
  7. Lorraine Sentinel, Nancy, 18 avril-13 juin 1919 (13 numéros). Cote 99 951 (11). []
  8. cf. Martine Poulain, « Les bibliothèques durant la grande guerre », dans Bulletin des bibliothèques de France, 2014, no 3, p. 114‑131. []
  9. Cote ms. 1775. []
  10. Il s’agit presque à coup sûr d’Antoine, comte de Mahuet (1866-1958), historien et continuateur du Répertoire des ex-libris et fers de reliure des bibliophiles lorrains, Nancy, 1933. []
  11. Alfred Mézières (1826-1915), professeur de littérature étrangère à la Sorbonne et homme politique (député, président du conseil général et sénateur de Meurhe-et-Moselle). Académicien français (1874). []
  12. Famille nancéienne de noblesse ancienne attachée aux ducs de Lorraine. []
  13. Personnalité actuellement non identifiée avec certitude. []
  14. Émile Badel, Les bombardements de Nancy : ville ouverte 1914-1918 : églises & monuments meurtris : les victimes, les dégâts, Nancy, Crépin-Leblond, 1919, 102 p. Cote 4 057. []
  15. Martine Poulain, op. cit., en fait mention dans d’autres villes. []
  16. René Wiener (1855-1939), libraire, éditeur, relieur d’art à Nancy. []
  17. Rapport annuel au ministre de l’Instruction publique, 1915. []
  18. Ibid. []
  19. Rapport annuel au ministre de l’Instruction publique, 1917. Reg. comité, 10.01.1918. []
  20. Ibid. []
  21. Benjamin Gilles, Lectures de poilus 1914-1918 : livres et journaux dans les tranchées, Paris, Autrement, 2013. []

La bibliothèque publique pendant la Première Guerre mondiale (1)

De 1914 à 1918, la Bibliothèque publique de Nancy accueille le public dans un environnement secoué par les bombardements et soumis à d’importantes difficultés d’approvisionnement. Dans ce premier billet, nous verrons comment la bibliothèque a réussi à rester ouverte malgré l’adversité. Un deuxième billet s’intéressera aux conditions d’acquisition et de conservation des collections pendant cette période troublée.

Étudier le fonctionnement de la bibliothèque municipale de Nancy pendant le premier conflit mondial revient à interroger la faculté d’adaptation d’un établissement culturel à vocation éducative très nette face à d’importantes difficultés d’approvisionnement, à l’insécurité menaçant régulièrement l’intégrité du bâtiment et des personnes, et à l’absence d’une majeure partie de son personnel et de son public.

Les sources utilisées dans cet article ont été puisées dans les archives de l’établissement. En premier lieu, il s’agit des rapports annuels rédigés par le conservateur de la bibliothèque, sur le fondement d’un formulaire imposé par le Ministère de l’Instruction publique. La série ne connaît pas d’interruption pendant le conflit, et elle a été archivée avec les brouillons, de sorte qu’il est aisé de suivre l’évolution de l’activité de la bibliothèque municipale de 1914 à 1920, 1914 et 1919 étant qualifiées a posteriori d’ « années normales ». En second lieu, les registres de délibérations du comité d’inspection et d’achats de livres témoignent d’une grande régularité dans la tenue des réunions et la rédaction des comptes-rendus, confiés au secrétaire annuel, à défaut au conservateur. Les statistiques proviennent de ces rapports et des registres d’entrées de livres, mis à disposition du public.

Registre d'inspection
Registre du fonds Cabasse, donné en 1914.

En revanche, la bibliothèque n’apparaît pratiquement pas dans la presse quotidienne locale, et pas du tout dans un ouvrage publié immédiatement après-guerre relatant la vie locale pendant le conflit, celui d’Armand Vogt1.


Le fonctionnement de la bibliothèque publique pendant la guerre


Les moyens


Le personnel

La bibliothèque est dirigée par Justin Favier, une personnalité du monde intellectuel local, depuis 31 ans. Il y est fidèlement secondé par Casimir Pèlerin, conservateur adjoint2. Favier a coordonné la réalisation et la publication des deux catalogues de référence des collections patrimoniales, le Catalogue du Fonds lorrain (1898, avec le concours des frères Pèlerin et des commis Hacquard et Lapointe, toujours en fonction en 1914) et le volume du Catalogue général des manuscrits concernant la Bibliothèque municipale de Nancy (1886) et son premier supplément (1904).

Lorsque l’ordre de mobilisation générale est donné, le 2 août 1914, trois des huit membres du personnel sont immédiatement mobilisés : Casimir Pèlerin, capitaine de réserve au 69e régiment d’infanterie, Arthur Bilmayer, troisième commis, lieutenant de réserve au même régiment, et Camille Mouze, appariteur, adjudant maréchal ferrant au 8e régiment d’artillerie. Les cinq autres, dont le conservateur Justin Favier atteint par la limite d’âge, et Arthur Pèlerin, bibliothécaire en second, en mauvaise santé, restent fidèles à leur poste le plus longtemps possible pendant la durée du conflit.

Mobilisation générale (source BMI Épinal)

Arthur Bilmayer, après une glorieuse blessure et la promotion au grade de capitaine, est mort au combat en Artois le 13 mai 1915. Lapointe, deuxième commis, avait perdu son fils, engagé volontaire à 19 ans, quelques jours plus tôt. A cette occasion se manifeste une compassion sincère de la part du comité d’inspection, qui s’associe à la douleur du père, et à celle de la veuve et la fille du commis3.

En mars 1917, après une assez longue interruption pour cause de maladie, le bibliothécaire en second Arthur Pèlerin, qui remplaçait son frère Casimir, mobilisé, en qualité d’adjoint du conservateur, demande à être mis à la retraite, ce qui lui est immédiatement accordé4. Bilmayer n’étant pas remplacé, les deux autres mobilisés encore sous les drapeaux, l’effectif est alors réduit de 50 %.

De nouveaux agents arrivent vers la fin du conflit : un commis, réformé de guerre, au printemps 1917, puis début 1918 un autre commis et un appariteur, ainsi qu’un jeune chartiste, Maurice Rousset, tout juste démobilisé5. Rousset part au mois d’octobre ; il est remplacé par Fernand Thirion. René Thiéry vient compléter le nombre des commmis et la fille de l’appariteur Ernest Sonntag entre dans l’effectif en qualité de concierge. En sa toute fin de carrière, Favier retrouve son adjoint et futur successeur Casimir Pèlerin et une équipe nouvelle, qui réclame semble-t-il quelques ajustements, mais apte et désireuse de se mettre au service des lecteurs.


Le budget

Le budget annuel de la bibliothèque, incluant les dépenses de personnel, s’élève à 38 240 Fr. en 1914. Il est par la suite relativement maintenu mais les nécessités économiques et les difficultés d’approvisionnement, tant en livres qu’en abonnements et en reliure, pèsent lourdement en 1917 et 1918. Les dépenses autres que le personnel se répartissent entre acquisitions de livres (30 %), abonnements (22 %), reliure (19 %) et autres frais (29 %).

Le budget 1918, réduit à 25 000 fr. n’est pas consommé entièrement. Le maire de Nancy a en effet réclamé de n’exécuter que les opérations budgétaires indispensables, et les bibliothécaires n’y voient guère d’inconvénient sur le moment. La paix retrouvée, ils ne manquent pas de réclamer un rattrapage des efforts consentis, en formulant pour 1919 une demande d’autorisation de dépenses à hauteur de 37 289, 99 Fr. (ce montant prévoit la rémunération en année incomplète d’un troisième commis et d’un second appariteur)6.


Le bâtiment

La Bibliothèque connaît quelques dommages, mais a été bien préservée par rapport aux maisons de la rue Gambetta, au lycée, situé juste derrière, et surtout à la Bibliothèque universitaire, incendiée le 1er novembre 1918, selon le constat dressé à la fin du conflit7.

« Dans la nuit du 16 au 17 juin 1917, un obus, tombé rue Gambetta devant la chapelle du Lycée, a brisé les vitres d’une quarantaine de nos fenêtres ; et quelques éclats ont légèrement éraflé les dos de quatre ou cinq volumes)8.

Le 12 août [1918], une bombe incendiaire est tombée sur la maison no 34 de la rue Gambetta, à 12 mètres de la Bibliothèque qui a couru le plus grand danger pendant tout le temps qu’a duré le feu. Nous en avons été quittes pour des dégâts, sérieux, il est vrai, mais qui n’atteignirent pas nos collections. Nos fenêtres de la rue de la Visitation ont été en grande partie démolies ; nos salles situées de ce côté ont été remplies de gravats et de décombres projetés par l’explosion et notre toiture a été tellement endommagée qu’il a fallu remettre à neuf plus de la moitié du toit de l’aile gauche.

Huit jours après, une torpille éventrait celui des bâtiments du Lycée qui est le plus rapproché de nous et par son explosion, faisait voler en éclats une grande partie de nos vitres sur la rue Gambetta et la place Dombasle. »9.

Image extraite de Nancy sous les obus, images de guerre (cote 80 329 (36))


L’accueil du public

L’établissement est largement ouvert dans l’année ; il ne compte que dix jours de fermeture à Pâques, à compter du samedi saint, et 3 jours fin septembre. L’année commence le 1er octobre : les séances quotidiennes s’étendent alors de 9 h à 22 h jusqu’au 31 juillet, avec une moyenne de 400 lecteurs par jour, ce qui est considérable pour une bibliothèque d’étude. Pendant l’été, la bibliothèque n’est ouverte que le matin, de 9 h à midi. Les statistiques de prêt et de fréquentation montrent que le rythme ordinaire de la bibliothèque est très saisonnier : au bourdonnement des mois d’hiver succède un courant plus apaisé, puis une décrue franche pendant l’été. En 1913, on avait compté 96 308 lecteurs annuels.

La première mesure prise pendant la conflit est la réduction des horaires d’ouverture en saison haute, introduisant une pause méridienne et une fermeture à six heures du soir, essentiellement pour compenser le départ des trois agents mobilisés. La fréquentation des derniers mois de 1914 se ressent à la fois de la désaffection du public, dans une ville cernée dès les premiers jours d’août par l’armée allemande, et sous le coup de bombardements, et de cette diminution du service. Le flux journalier de lecteurs tombe à 13 jusqu’au 1er octobre, remonte à 114 ensuite, soit le quart de la fréquentation habituelle.

Maintenir la bibliothèque ouverte aux lecteurs est une mission cruciale. Mais les usagers sont loin de fréquenter assidûment les locaux. Les étudiants et lycéens qui n’ont pas été mobilisés sont rentrés chez leurs parents, ou ont été évacués, tout comme les enseignants. Les représentants de professions libérales (avocats, médecins), les magistrats, fonctionnaires et savants constituant le reste du public sont eux aussi requis à d’autres tâches.

Le règlement intérieur s’adapte aux circonstances. Le prêt à domicile est ouvert à titre exceptionnel aux élèves (féminines) de l’École normale d’institutrices de la Meuse, transférée à Nancy pour la durée du conflit10. Début 1919, l’emprunt est ouvert aux étudiants : « en raison de la destruction d’une partie de la Bibliothèque universitaire et sur la demande des professeurs de la Faculté des lettres, demande présentée et appuyée par M. Souriau11, le Comité décide de faire bénéficier les étudiants de cette Faculté du prêt des livres, sous réserve que celui-ci ne se fera qu’au vu de bulletins spéciaux revêtus de la signature d’un professeur. »12

En 1917, six semaines de fermeture sont déplorées en raison, non pas des bombardements, mais d’une panne du calorifère, la température intérieure étant descendue à 10° en janvier et février131. La pénurie de matières premières aidant, la bibliothèque ferme à 4 h de l’après-midi à partir du mois d’octobre, afin d’économiser éclairage et combustible. L’étiage de fréquentation se situe en 1918, où moins de 10 000 lecteurs ont franchi les portes de la bibliothèque, soit 10 % d’une année d’avant-guerre.

Registre de fréquentation de la bibliothèque
Registre de fréquentation de la bibliothèque

Le véritable relèvement a lieu en 1919. La rentrée universitaire, soit le retour des professeurs et étudiants, donne un véritable élan à la fréquentation. Les horaires d’avant-guerre sont rétablis le 15 mai, lorsque l’équipe est au complet.


Les activités internes

L’avis du Ministère de l’Instruction publique à la lecture du rapport 1913 témoigne de préoccupations d’améliorations bibliothéconomiques et matérielles, en passant à la numérotation continue des nouvelles acquisitions, ce qui impliquerait l’abandon des séries thématiques héritées du xixe siècle, et en aménageant un nouveau magasin dans « les salles qui se trouvent au premier et au deuxième étage d’une des ailes du bâtiment. »14.

Pendant le conflit, désespérés devant leur salle de lecture vide et glaciale, les quelques employés de la bibliothèque trouvent à s’occuper dans des tâches catalographiques. Celles-ci cependant ne peuvent être que simples, les cadres intermédiaires manquant à l’appel. C’est pourquoi le temps est rempli par la transcription intégrale des prénoms sur les fiches auteurs pour réduire les homonymies15.

Article Est Républicain mars 1917
Coupures de presse dans le registre de fréquentation de la Bibliothèque, mars 1917.

Une salle de lecture ouverte aux usagers n’est rien sans la mise à disposition de documents. La suite de cet article montrera comment les bibliothécaires se sont employés à enrichir et sauvegarder les collections, courantes et patrimoniales, entre 1914 et 1918.

  1. Armand Vogt, Nancy pendant la guerre, 1914-1918, d’après les documents officiels, Nancy, Grandville, 1921, vi-385 p. Cote 50 749. []
  2. Casimir Pélerin (1867-1928). Entré commis à la bibliothèque en 1891. Il obtient en 1905 le certificat d’aptitude aux fonctions de bibliothécaire municipal. Il est le père de Jean Lionel-Pèlerin (1901-1954), maire de Nancy (1947-1953) et sénateur de Meurthe-et-Moselle. []
  3. Registre du comité d’inspection et d’achat des livres (dorénavant reg. comité), séance du 3.06.1915 (p. 192). []
  4. Reg. comité, 1.03.1917. []
  5. Maurice Rousset (1884-1931), alors conservateur des archives, de la bibliothèque et du musée de Lunéville. Il quitte la bibliothèque municipale de Nancy au bout de six mois pour aller diriger les archives départementales de la Corrèze (1919-1922) puis celles de la Meuse. Sur sa brève carrière, voir Henri Courteault, « Maurice Rousset », dans Bibliothèque de l’École des Chartes, no 92, 1931, p. 437-438. []
  6. Rapports annuels au Ministre de l’Instruction publique 1916, 1917 et 1918. []
  7. Voir le bilan dressé par Émile Badel, Les bombardements de Nancy : ville ouverte 1914-1918 : églises & monuments meurtris : les victimes, les dégâts, Nancy, Crépin-Leblond, 1919, 102 p. Cote 4 057. []
  8. Voir aussi reg. comité, 5.07.1917. []
  9. Rapport annuel au ministre de l’Instruction publique, 1918. []
  10. Reg. comité, 6.10.1915. []
  11. Paul Souriau (1852-1926), professeur de philosophie à la faculté des lettres de Nancy et adjoint au maire chargé de la bibliothèque. []
  12. Reg. comité, 6.03.1919. []
  13. Rapport au ministre de l’Instruction publique, 1917. []
  14. Reg. comité, 4.06.1914. []
  15. Rapport au ministre de l’Instruction publique, 1917. []

Une collection de bandes dessinées contemporaines dans le fonds lorrain

Fonds de référence de la bibliothèque Stanislas, le fonds lorrain est constitué de plusieurs dizaines de milliers d’ouvrages. Bien qu’historique de par sa constitution remontant au XIXe siècle, il est «vivant », enrichi en permanence au gré des publications paraissant sur la Lorraine.

 

Aperçu de la collection dans les magasins de la bibliothèque.

 

Pourquoi constituer une telle extension ?

Avec un fonds lorrain de référence et un cabinet d’art graphique significatif, il était dommage de ne pas songer à couvrir l’ensemble des domaines de l’édition.  C’est la raison pour laquelle il a été jugé opportun de s’intéresser aux bandes dessinées et aux albums pour la jeunesse du point de vue de l’illustration.

Il paraît pertinent de mettre en place cette démarche avec des artistes vivants, à même de présenter leur travail et d’être acteurs de la mise en place de cette collection.

 

Selon quelle méthode ?

Une telle entreprise ne peut avoir pour objectif la constitution d’un ensemble exhaustif. La production éditoriale est très abondante et les titres ne sont que rarement imprimés de nouveau une fois les stocks épuisés. C’est pourquoi il est apparu nécessaire de partir au contraire d’une liste raisonnée d’artistes et d’entreprendre de faire l’acquisition de leur création de façon rétrospective, autant que faire se peut. Cependant, malgré le fait que les protagonistes sont connus et que les publications remontent à une trentaine d’années pour les plus anciennes, certaines sont déjà épuisées.

Ce travail, commencé en 2017, a nécessité la définition d’un budget spécifique, le repérage des artistes à retenir, une réflexion sur la méthode de catalogage et le rangement physique en magasin. Les albums devaient-ils être intégrés au fonds lorrain selon la numérotation en vigueur au gré de leur arrivée dans les collections ou bien faire l’objet d’une cotation particulière de façon à être distingués en cas de recherche et aussi en termes de rangement ? C’est finalement ce second parti pris qui a été retenu, la collection en tant que telle semblant ainsi plus visible sur le long terme. Le fait de travailler pour la pérennité induit aussi un équipement des albums en conséquence : matériel neutre pour la cote, pas d’estampillage entravant la lecture de l’album, étiquetage adéquat. 

La première campagne d’acquisition a donc concerné dix auteurs pour environ 160 albums, certains existant déjà dans les collections au titre du dépôt légal. Le budget engagé en 2017, uniquement pour cette collection de bande dessinée a été de 2000 €.

Les auteurs sont : Diego Aranega, Baru, Frédéric Boilet, Romain Dutreix, André Faber, Jochen Gerner, Yan Lindingre, Jean-Marc Mathis, Moski, peb et fox, Hector Régis et Lefred Thouron.

Une fois ce choix effectué et les premières acquisitions réalisées, il semblait important de rencontrer ces auteurs illustrateurs. L’idée était de leur présenter notre démarche et de les sensibiliser à nos problématiques : conserver pour une durée indéterminée leur production, les inciter à verser dans nos collections des éléments qui seraient épuisés dans le commerce ou inaccessibles par les circuits commerciaux. La rencontre a aussi permis de les interroger sur leur façon d’écrire et de dessiner.

 

Un atout majeur : le potentiel territorial

A Nancy en premier lieu, et plus largement sur le territoire lorrain, une génération d’auteurs illustrateurs donne raison à la constitution de cette collection. C’est une véritable opportunité que de pouvoir suivre les réalisations de ces professionnels, de les rencontrer et de connaître leurs projets.

La plupart de ces professionnels sont très actifs dans la presse : dessins réguliers dans Le Canard enchaîné (Diego Aranega, Lefred-Thouron, Romain Dutreix,  Jochen Gerner, André Faber, etc.), Télérama, Le Monde, Les Echos, Courrier International, Médiapart,  Fluide Glacial… Se pose alors la question de la conservation d’un florilège représentatif de cette activité graphique non négligeable dans le parcours professionnel de ces dessinateurs lorrains.

Exposition souvenirs de Diego Aranega Galerie Lillebonne juin 2018

Pour cet aspect-là, le parti pris est de collecter une sélection des titres de presse et de constituer des dossiers par dessinateurs. Avec pour objectif conserver un échantillon du travail de chacun une veille régulière est effectuée dans les journaux acquis pour nos usagers et régulièrement désherbés.

Peb et fox pour leur part sont aussi éditeurs, au potager moderne  et mènent régulièrement des actions sur le territoire, auprès du jeune public et des citoyens éloignés de la culture pour faire connaître la bande dessinée et ses processus de création.

Auteurs, dessinateurs et éditeurs : des acteurs à part entière

L’ensemble des auteurs se montre fort intéressé par la démarche et en mesure l’enjeu.
Tous les contacts se sont avérés chaleureux et passionnants du point de vue de la découverte du parcours de chacun. Un intérêt pour la démarche engagée à la bibliothèque a rapidement mobilisé les uns et les autres, et depuis lors, des dons sont régulièrement effectués par ces auteurs avec la plupart du temps des publications ou estampes introuvables dans le commerce, autant dire des pièces d’un grand intérêt du point de vue de notre démarche.

Dons de Jochen Gerner,  juin 2018

Le marché public passé avec la librairie spécialisée en bande dessinée La Parenthèse  permet aussi d’étayer la collection avec perspicacité car son directeur, Stéphane Godefroid, est expert en la matière. Il connaît personnellement l’ensemble des auteurs auxquels nous nous intéressons et édite régulièrement des albums qu’il commande à certains d’entre eux. La collaboration est à a fois riche et instructive, des dons généreux de sa part ont là aussi renforcé le projet.

 
Un an après, où en est-on ?

Cette initiative nécessite aussi d’être connue. A ce titre, plusieurs actions de médiation sont mises en place.
En mars 2018, le musée lorrain a organisé une soirée intitulée Fans de BD dans le cadre de l’exposition lorrains sans frontières. A cette occasion, nous avons présenté le travail de Baru en commentant des planches originales de deux de ses albums présentées dans l’exposition (Les années Spoutnik et L’autoroute du soleil). Cela fut l’occasion de montrer aux visiteurs l’ensemble des bandes dessinées de Baru de notre nouveau fonds ainsi qu’une revue exceptionnelle que nous conservons dont il fut le rédacteur en chef et devenue désormais rarissime, (Le Téméraire). Nicolas Moog était quant à lui invité pour scénariser une séquence de son choix de l’exposition.

Nicolas Moog dessinant au cours de la soirée Fans de BD

A l’occasion des Journées européennes du Patrimoine les 15 et 16 septembre 2018, Romain Dutreix, auteur illustrateur, sera sur le fil :  après avoir observé la vie de la bibliothèque sous toutes ses facettes, il la dessinera à sa façon  et en fera une présentation au public. Une séance de dédicace est également prévue, grâce au concours de la librairie La Parenthèse.

Dessin de Romain Dutreix sur le fil conçu spécialement pour les Journées Européennes du Patrimoine 2018

Nous mettrons également l’intégralité des albums jeunesse et des bandes dessinées à disposition du public et avons conçu autour d’eux plusieurs jeux pour attirer le public familial et faire découvrir notre démarche.

Jeu héros de BD bonne pioche !

 A l’automne, les auteurs sont  invités à une visite particulière de la bibliothèque. L’idée est de leur en montrer le fonctionnement, les endroits non accessibles au public tels que les magasins, mais aussi les archives de presses et une sélection des collections d’art graphique. Le fonds lorrain sera quant à lui présenté à travers son historique, sa diversité de documents et sa richesse. Stéphane Godefroid, co-directeur de La parenthèse sera présent et nous aimerions mettre à profit cette rencontre en faisant dédicacer à l’ensemble de ses auteurs la toute récente bande dessinée collective consacrée à Nancy créée à son initiative, Quartiers libres.
La presse locale s’intéresse à notre travail, ce qui permet aussi de le rendre public et d’avoir des propositions de particuliers souhaitant contribuer à la constitution de la collection.

Les objectifs à venir

Comme tout le fonds lorrain, la collection de bandes dessinées a vocation à s’étoffer au fil des années en fonction des nouvelles parutions et des contributions des auteurs. Cette année, de nouveau noms sont venu compléter l’existant. Des albums de Zoé Thouron, Nicolas Moog, Thierry Martin et Olivier Romac ont été acquis. Cette continuité fait partie des objectifs, ceci afin de compléter progressivement la collection.
Les dons d’estampes contribuent aussi à enrichir la collection et l’acquisition de dessins originaux sur le moyen terme est à l’étude.
Des actions pédagogiques aboutissant à une  publication valorisant les collections patrimoniales de la bibliothèque seront également sans doute développées dans un avenir proche.

Ainsi, la nouvelle collection de bandes dessinées intégrant le fonds lorrain prend tout son sens car la démarche s’ancre dans le territoire avec des auteurs vivant ici et connaissant un rayonnement significatif. Tout le sens de ce projet provient du fait que nous avons la possibilité d’être en lien avec ces artistes et ainsi d’entretenir une belle émulation.

Comédien, bibliothécaire, professeur, écrivain : Joseph Uriot (1713-1788), un Lorrain au service de Charles Eugène de Wurtemberg

Mariette CUENIN-LIEBER, docteur ès lettres, signe cet article.

Arrivé à Stuttgart comme comédien en 1759, Uriot devint bibliothécaire personnel et lecteur du duc, puis responsable de la bibliothèque publique fondée en 1765 et enfin professeur de langue et littérature françaises à l’Académie Caroline. Il contribua aussi à la vie festive et intellectuelle de la cour par ses écrits, qui furent publiés. De la plupart d’entre eux, la Bibliothèque Stanislas conserve des exemplaires, dont certains, envoyés à Nancy par Uriot lui-même, portent des mentions écrites de sa main. Et dans le fonds patrimonial nancéien figurent aussi deux œuvres qu’il composa avant son entrée au service du duc et même une trace de sa scolarité.

 

 23 février 1729 : le jeune Uriot acteur

Les parents de Joseph – son père était garde du corps du duc Léopold – nourrissaient sans doute des ambitions pour leur fils : c’est au collège des Jésuites de Nancy qu’il fit ses études. Les Pères accordaient une grande importance au théâtre dans la formation de leurs élèves, qui se produisaient en public. Le 23 février 1729 eut ainsi lieu la représentation d’une tragédie, Thémistocle, et d’une comédie, Le Duelliste, sur la scène de l’Opéra, avec l’autorisation du duc Léopold, qui avait fait construire cette salle par un grand architecte italien, Francesco Galli. Uriot, qui allait avoir seize ans – il était né à Nancy le 17 mars 1713 –, interpréta un rôle dans la tragédie et participa comme danseur aux intermèdes. On le sait grâce au programme imprimé qui fut remis aux spectateurs et dont la Bibliothèque Stanislas conserve deux exemplaires.

Uriot dans la distribution de Thémistocle, tragédie, Le duelliste, comédie… représentées sur le Theatre de l’Opera de Nancy, Par les Humanistes du Collège de la Compagnie de Jesus… 702 034 (9) p. 3

1742 : Lettre d’un franc-maçon à Mr De Vaux

Elle parut à Francfort, où Uriot venait d’être reçu Maître dans la Loge de l’Union. Il était alors acteur. Ayant achevé ses études à l’Université de Pont-à-Mousson, il avait été nommé professeur d’histoire et bibliothécaire à l’Académie fondée par le duc Léopold à Lunéville. Mais cédant à l’attrait du théâtre, il avait quitté la Lorraine en 1741  à la recherche d’engagements. Il restait cependant attaché à ses amis lorrains, dont Mme de Graffigny et Devaux, auquel la Lettre est dédiée. Elle connut un grand succès et fut maintes fois rééditée dans sa version originale et sa traduction en allemand. La Bibliothèque Stanislas conserve un exemplaire de l’édition princeps.

Joseph Uriot. Lettre d’un franc-maçon à Mr. De Vaux… Francfort-sur-le-Main, 1742. 702 230 (30)

1752 : « L’Education. Ode »

En 1744, Uriot entra comme comédien au service du margrave de Bayreuth et de son épouse Wilhelmine, une sœur de Frédéric II de Prusse ; ils lui confièrent aussi l’instruction de leur fille unique Frédérique, alors fiancée à Charles Eugène de Wurtemberg. Gardant des liens avec la Lorraine, où il revenait de temps en temps, il savait ce qui s’y passait. Il eut ainsi connaissance de l’établissement par Stanislas d’une bibliothèque publique et de la fondation de deux prix, l’un pour récompenser un ouvrage scientifique, l’autre une œuvre littéraire. En 1752, il concourut avec l’ode « L’Education » pour le prix de littérature. Les meilleures strophes parurent dans les Mémoires de la Société Royale des Sciences et Belles Lettres de Nancy. Elles n’y sont pas signées, mais le poème est mentionné parmi les œuvres d’Uriot dans la Description de l’Académie-Caroline de Stouttgard, histoire de cette institution publiée en 1784.

L’Education. Ode qui a concouru pour le prix de Littérature l’an 1752.  In Mémoires de la Société Royale des Sciences, et Belles-Lettres de Nancy,   t. II 1755. 769 006,  p. 254

1763 et 1764 : Description des fêtes données […] à l’occasion du jour de naissance de Son Altesse Sérénissime Monseigneur le duc régnant de Wurtemberg

Uriot connaissait Charles Eugène pour l’avoir rencontré en 1748 à Bayreuth, où fut célébré son mariage avec Frédérique. Au début de l’année 1759, il quitta le service du margrave et se rendit à Stuttgart. Le duc donnait chaque année en février, dans ses châteaux de Stuttgart et Ludwigsburg, des fêtes somptueuses pour son anniversaire. Renommées bien au-delà des frontières du Wurtemberg, elles attiraient de nombreux visiteurs. Uriot publia un bref récit de celles de 1762 que suivirent les relations beaucoup plus amples des réjouissances de 1763 et 1764. Il envoya un exemplaire du volume de 1763 à Voltaire, qu’il avait rencontré au cours de ses voyages, et publia dans celui de 1764 la réponse qu’il en avait reçue. La Bibliothèque Stanislas conserve dans un même recueil les récits de 1763 et 1764.

Joseph Uriot. Description des fetes donnees pendant quatorze jours a l’occasion du jour de naissance de Son Altesse Serenissime Monseigneur le duc regnant de Wurtemberg et Teck…   Stuttgart, 1763. 258 571 (a)
Lettre de Mr. de Voltaire, 1763 parue dans Description des fetes donnees  a l’occasion du jour de naissance de Son Altesse Serenissime Monseigneur le duc regnant de Wurtemberg et Teck… Stuttgart, 1764. 258 571 (b) p. VII

1765 : Discours prononcé à l’ouverture d’une bibliothèque publique

Une lettre autographe d’Uriot  conservée à la BnF l’atteste : c’est à son instigation que Charles Eugène fonda une bibliothèque publique à Ludwigsburg, sans doute sur le modèle de celle de Nancy. Il chargea Uriot de la former et le nomma bibliothécaire. Fondé officiellement le 11 février 1765 – jour de l’anniversaire du duc – l’établissement fut inauguré le 13, en présence de la cour et d’invités de marque. Uriot prononça un discours sur l’utilité des bibliothèques. Ce discours fut publié dans un recueil qui contenait aussi les autres textes relatifs à la fondation. Aspirant à devenir membre correspondant de la Société Royale de Nancy, le nouveau bibliothécaire envoya un exemplaire du volume avec sa lettre de candidature. Le texte du discours suscita l’admiration, mais son auteur ne fut pas admis, « parce qu’il avoit été comédien », note Durival dans son Journal à la date du 2 mai 1765. En 1776, Charles Eugène transféra la bibliothèque à Stuttgart. C’est aujourd’hui la Württembergische Landesbibliothek (WLB), où le souvenir d’Uriot reste vivant : un article, « Rarität und Ästhetik. Die Sammlung Uriot », lui a été consacré dans Carl Eugens Erbe. 250 Jahre Württembergische Landesbibliothek, ouvrage publié en 2015. Son auteur, Christian Herrmann, conservateur à la WLB, y présente la riche bibliothèque personnelle d’Uriot, dont le catalogue, commencé à Lunéville, est conservé à Stuttgart, ainsi que des livres lui ayant appartenu.

Joseph Uriot. Discours prononcé a l’ouverture de la bibliotheque publique fondée par Son Altesse Serenissime Monseigneur le duc regnant de Wurtemberg et Teck… Stuttgard, 1765. 258 721

1770 : Discours sur la richesse et les avantages du duché de Würtemberg

Tous les ans, le 11 février, avait lieu à la bibliothèque, en présence de Charles Eugène, une assemblée solennelle, au cours de laquelle Uriot prononçait un discours. Celui de 1770 traita des richesses naturelles du duché et de l’œuvre bénéfique des ducs. Il fut publié avec d’abondantes notes explicatives. Uriot envoya un exemplaire relié aux armes des Wurtemberg et dédicacé aux membres de la Société Royale de Nancy, peut-être pour prouver qu’il n’aurait pas été indigne d’être des leurs.

Reliure aux armes des Wurtemberg sur  Discours sur la richesse et les avantages du duché de Würtemberg…  par Joseph Uriot.  Stuttgard, 1770. Rés. 10 270

 

Joseph Uriot. Dédicace autographe aux membres de la Société Royale des Sciences et Belles-Lettres de Nancy. Rés. 10 270

1782 : La Naissance de Félicité et Les Fêtes thessaliennes

Quand la bibliothèque publique fut transférée à Stuttgart, Uriot en quitta la direction pour se consacrer entièrement à sa charge de professeur à l’Académie Caroline, établissement fondé par le duc en 1770. Dans son enseignement, qui rappelait en cela celui qu’il avait reçu à Nancy, le théâtre jouait un rôle important. Uriot préparait avec les élèves auxquels il enseignait la littérature française les représentations théâtrales qui étaient données chaque année en décembre pour fêter l’anniversaire de la création de l’école. Mais il enseignait aussi l’art dramatique aux jeunes gens qui, dans une section spécialisée de l’établissement, se préparaient à une carrière d’acteurs et participaient aux fêtes ducales. Pour ces fêtes, il écrivit plusieurs livrets de spectacles musicaux. Il envoya à Nancy des exemplaires de deux d’entre eux – La Naissance de Félicité et Les Fêtes thessaliennes – qui comportent des ajouts de sa main. La Naissance de Félicité fut donnée en janvier 1782, pour l’anniversaire de la comtesse de Hohenheim, compagne de Charles Eugène, qui deviendrait son épouse en 1785. Le livret avait été publié sans nom d’auteur. Uriot écrivit pour Nancy son nom sur la page de titre, indication précieuse qui permet de lui attribuer le texte. Par Les Fêtes thessaliennes, il contribua aux grandes fêtes de septembre 1782, que le duc organisa en l’honneur de sa nièce Sophie Dorothée de Wurtemberg-Montbéliard et de son époux, le grand-duc Paul de Russie. Dans le volume nancéien, Uriot a apporté des corrections, ajoutant même une indication scénique sans doute omise lors de l’impression.

Joseph Uriot. La Naissance de Félicité. Stuttgard, 1782. Ajout autographe « Par Mr Uriot*, professeur de littérature française à l’Université caroline. * Né à Nancy ». 80 287 (35)
Joseph Uriot. Les Fêtes thessaliennes. Ajout de la main d’Uriot « Des Génies descendent entre les colonnes… ». 977  p. 127

Uriot fut actif jusqu’à ses derniers jours. Le 16 mars 1963, le quotidien Stuttgarter Zeitung lui consacra un article pour rappeler sa naissance à Nancy deux cent cinquante ans plus tôt et sa carrière de comédien, de bibliothécaire et de professeur.

________________________________________________

Indication bibliographique :

Correspondance de Madame de Graffigny, Oxford, Voltaire Foundation, 1985-2016 (Bibliothèque Stanislas, 7991). Dans les lettres qu’échangèrent Mme de Graffigny et Devaux, il est souvent question d’Uriot, l’ami commun.

 

Rencontre avec l’artiste Jacques Hallez

Dans le cadre du projet « Graveurs Lorrains contemporains » nous avons rencontré l’artiste Jacques Hallez dans son atelier de Deneuvre près de Baccarat. Figure incontournable parmi les artistes lorrains contemporains, il nous a accueilli afin d’évoquer ensemble sa riche carrière de peintre, dessinateur et graveur.

 

Le projet « Graveurs lorrains contemporains »

Les bibliothèques de Nancy ont toujours eu des liens très proches avec les artistes lorrains contemporains. Encourageant la création par des acquisitions régulières mais aussi en organisant des expositions dans le hall de la Médiathèque Manufacture, la bibliothèque a toujours soutenu la création lorraine contemporaine. En 2017, l’institution va plus loin avec un projet intitulé « Graveurs lorrains contemporains ». L’objectif de ce projet est d’assurer la conservation, la documentation et la valorisation des œuvres de nos artistes. Un travail de longue haleine qui demande en amont des recherches et un travail collaboratif avec les autres institutions culturelles de Lorraine. Recenser les œuvres conservées en collection publique et compléter les collections par des acquisitions ciblées, documenter la vie et l’œuvre de l’artiste, réaliser des entretiens avec lui, afin qu’il témoigne lui-même de sa carrière ou de certaines de ses œuvres. Enfin, obtenir de l’artiste l’autorisation de valoriser son travail à travers la bibliothèque numérique ou nos produits éditoriaux.

En toute intimité

 

Dans son atelier de Deneuvre près de Baccarat, Jacques Hallez continue de dessiner et de peindre. Du haut de ses 94 ans, l’artiste nous reçoit chaleureusement, autour d’une délicieuse tarte dont lui seul a le secret. Fin pâtissier mais surtout artiste de talent, il nous fait remonter le temps pour revenir sur l’ensemble de sa carrière et de son œuvre. De Baccarat à Nancy, puis de Nancy à Marseille et enfin de Marseille à Baccarat, retour sur un parcours riche de rencontres et de voyages.

Bonjour M. Hallez, dans le cadre du projet des graveurs lorrains, la bibliothèque a souhaité avoir un entretien avec vous pour évoquer votre carrière et vos œuvres.

Volontiers.

Vous êtes né à Baccarat le 2 avril 1923, vous avez fait vos études primaires à Baccarat puis secondaires au collège de Saint-Dié. Comment avez-vous découvert la gravure quand vous étiez jeune ?

Oh, ça remonte très loin, quand j’avais 9 ans. L’hiver 1932, j’étais assez souffrant, une crise de rhumatisme articulaire et j’étais alité pendant près d’un mois. Donc j’ai lu, il y avait des tas de documents dans l’atelier de mon grand père, dont une vie de Jacques Callot, qui m’a subjuguée, et ça m’a donné envie de faire de la gravure, sans savoir vraiment ce que c’était.

Vous en avez vu par la suite, quand vous étiez jeune, des gravures de Jacques Callot ?

Oui oui, ça m’a intéressé tout de suite et je me suis cultivé avec une certaine curiosité pour la gravure.

Jacques Hallez venant de faire un tirage d’une de ses gravures : Les Vigilantes

Vous avez vu les œuvres de quels artistes ?

Dürer, Rembrandt, Goya, etc.

Vous pouviez les voir où ces œuvres ?

C’est surtout dans les livres, mais à l’époque il n’y avait pas d’aussi bonnes reproductions que maintenant.

Et vous avez pu voir des épreuves originales quand vous étiez jeune ?

Assez peu, c’était rare. Je restais beaucoup dans le coin et il y avait assez peu d’occasion de fréquenter des gravures.

A quel moment avez vous choisi de devenir artiste ?

J’avais 14 ans, c’était après un séjour en Bretagne. C’est là que j’ai décidé d’être peintre. Mais peintre et graveur car pour moi c’était la même chose.

Et du coup vous êtes entré à l’École des Beaux-arts de Nancy ?

Oui en 1939, au moment de la guerre. Ça vivotait à ce moment-là, parce que tout était perturbé.

Vous avez travaillé sous la direction d’André Vahl ?

Pas tout de suite, car il était mobilisé. Il n’a repris les cours qu’en 1942. Mais j’ai été tout de suite lié à René-Antoine Giguet, que vous connaissez certainement, et qui a été vraiment mon très grand camarade à l’Ecole des Beaux-arts de Nancy.

Vous avez gardé des liens longtemps avec lui ?

Jusqu’à sa mort. La dernière fois que je suis allé à Paris, je suis allé le voir. Nous avons été amis jusqu’à son décès.

En 1942, vous avez commencé à travailler avec André Vahl aux Beaux-Arts ?

Oui mais j’avais commencé la peinture avant,  avec Henri Marchal, qui était le directeur des Beaux-Arts de l’époque, il avait succédé à Victor Prouvé, et il s’occupait de la peinture. J’ai commencé par la peinture.

La peinture c’est un médium qui vous plaisait ?

Oh oui. Il se trouve que mon grand-père maternel était peintre, Emile Gridel, et il avait une certaine notoriété, au moins dans la région. Je vivais dans la maison qui avait été construite pour lui, il y avait son atelier dans la maison et évidemment ça m’a façonné si vous voulez.

Vous avez rêvé devant les œuvres de votre grand-père ?

Oui ! La maison était remplie de tableaux et de ses trophées de chasse, puisqu’il était grand chasseur.

A l’Ecole des Beaux-arts, qu’avez vous appris avec André Vahl ?

Toutes les techniques de la gravure. On a commencé par la lithographie parce que pendant la guerre c’était ce qu’il y avait de plus simple à faire, ça n’usait pas beaucoup de matériaux rares. Le métal était devenu très rare, le bois était encore facile à trouver mais le zinc ou le cuivre c’était assez difficile. J’avais facilement des chutes de cuivres parce que mon père s’occupait d’une usine d’appareils de chauffage. Il y avait souvent des chutes de cuivre que je pouvais utiliser. Mes premières eaux-fortes datent donc de 1942, sur cuivre.

Vous avez aimé cette période à l’École des Beaux-arts ?

Oui beaucoup. Mais les élèves de la première génération je les ai un peu perdus de vue sauf Giguet. On est resté ensemble très longtemps. Le jour où je suis entré à l’École était entrée en même temps que moi Simone Guillaume, qui est devenue par la suite conservateur du Musée des Beaux-arts. Elle faisait de la peinture à l’époque. J’ai rencontré Étienne Cournault, par l’intermédiaire de Giguet. Étienne Cournault faisait beaucoup de gravures mais il n’imprimait pas. Il venait de temps en temps à l’École des Beaux-arts à l’atelier de gravure pour imprimer. C’était Giguet à l’époque qui lui imprimait ses gravures. Quand André Vahl est revenu de la zone libre, il venait à peu près tous les samedis, avec les planches en cours et il tirait des tirages d’état et des épreuves d’essai.

Et du coup vous alliez le voir travailler ?

Oui, comme j’étais « bien vu », j’avais la chance de pouvoir voir Cournault travailler et ça m’a appris beaucoup de choses, en plus de l’enseignement de Vahl qui était déjà très bon.

Ce sont des personnalités qui vous ont marqué Vahl, Cournault ?

Oui beaucoup et je côtoyais Jean Prouvé et Ventrillon aussi. Toutes les semaines il y avait une réunion chez Jean Prouvé avec des soirées tout à fait intéressantes sur le plan culturel. Il y avait Robert Parisot, l’architecte des monuments historiques qui est devenu préfet des Vosges à la Libération, alors que Jean Prouvé est devenu maire de Nancy. Entre autres, il y avait beaucoup de personnalités intéressantes. J’y étais convié de temps en temps mais comme il y avait le couvre feu, j’allais dormir chez Cournault. On rentrait ensemble avant la fin du couvre feu à la Douera.

Il y aussi un artiste que je n’ai pas connu mais qui a eu une influence énorme sur moi c’est Victor Guillaume. Je ne l’ai vu qu’une fois vivant, c’était à l’automne 1941, au vernissage d’un salon des amis des arts ou des artistes lorrains, je ne sais plus. Et il est mort quelques mois après. Mais avec Giguet on fréquentait beaucoup Vaudémont et on s’occupait de madame Guillaume. Donc j’étais assez proche et je connais bien la maison de Victor Guillaume, en tout cas ce qu’elle était à l’époque. Il y avait encore l’atelier. J’ai beaucoup admiré son travail. C’est certainement lui qui m’a le plus influencé du point de vue peinture. Sa manière de construire, de composer. Sa modernité. Malheureusement on n’en voit pas beaucoup de ses œuvres. Il a fait de très belles gravures aussi.

Vous avez récupéré sa presse de gravure je crois ?

Oui, à sa mort l’atelier a été dispersé et c’est un marchand de meuble de Vézelise qui avait récupéré sa presse en taille douce. Il ne savait pas quoi en faire et il me l’a revendue. C’est comme ça que je suis devenu propriétaire de la presse de Guillaume, qui m’a servi pendant des années, jusqu’en 1948-49. Et je l’ai eu jusque dans les années 1960. J’ai fait beaucoup de tirages sur cette presse.

Vous m’aviez également raconté une anecdote avec l’artiste Claude Weisbuch, pouvez-vous la partager ?

Il était en zone libre pendant la guerre, il a eu beaucoup d’aventures de résistance et il n’est entré à l’École des Beaux-arts qu’après la guerre. Et quand M. Mattona est devenu directeur, il était un des meilleurs élèves à l’École à l’époque. Comme je n’avais pas de presse à ce moment-là et que j’étais en bon terme avec André Vahl, je pouvais aller imprimer mes gravures à l’École, c’est comme ça que j’ai bien connu Weisbuch. Sa famille vendait des produits pour les horlogers, et il utilisait comme pointe sèche des axes de réveil qui sont en acier très dur. Il m’en a procuré pas mal, je dois en avoir encore dans mes tiroirs. C’est un acier tellement dur, on peut à peine l’affuter.

Mésange et tournesol, eau-forte et aquatinte, 9/30

Parlons un peu de vos expositions. Quelle était votre première exposition ?

C’était une peinture au salon des artistes lorrains de 1941. C’était un paysage. Une vue de Gélacourt, un village près de Baccarat.

Et votre première exposition personnelle ?

C’était une exposition de graveurs, il y avait le couple Vahl, avec Suzanne Hottier-Vahl qui était une excellente buriniste, Cournault et d’autres encore. On était un petit groupe et on a fait des petites expositions dans Nancy. C’était une exposition que de gravures. A cette époque on exposait surtout aux différents salons de la Société Lorraine des Amis des Arts et des Artistes Lorrains, ainsi que dans les petites galeries de Nancy.

Vous vendiez déjà des œuvres à cette époque là ?

Oui je vendais déjà un peu à ce moment là, je commençais à en vendre. J’ai commencé à avoir des acheteurs réguliers.

Parlons un peu de technique de gravure. Vous avez travaillé le métal mais aussi le bois, qu’est-ce qui vous plaît dans la gravure ?

C’est d’attaquer un matériau. Il y a un côté plus physique, je dirais presque athlétique, par rapport au fait de peindre ou dessiner. Il y a le plaisir de se confronter au matériau, c’est pour ça que je n’aime pas beaucoup la lithographie. Pour la lithographie on ne fait que dessiner à l’encre grasse ou au crayon lithographique, et la seule préparation est celle de la pierre que l’on doit grainer. C’est plus du dessin que de la gravure.

Il y a des techniques en gravure que vous préférez ?

Oui l’eau-forte et l’aquatinte. Il y a la gravure de graveur qui est purement graphique et linéaire, mais moi comme je suis aussi peintre, j’aime bien travailler par taches. Donc l’aquatinte me convient bien. Et ça permet de mélanger les techniques, eau-forte, aquatinte et pointe sèche, plus des grattages, des ponçages, toutes les approches possibles.

Les outils et produits que vous utilisez, vous les avez achetés ? Vous les fabriquez ?

Il y en a que j’achète et puis il y en a certains qu’on m’a donnés. Pour l’encre, c’est la maison Charbonnel qui me fournit et qui fournit d’ailleurs quasiment tous les graveurs de France et de Navarre. Pour le mordant en revanche, c’est à partir de l’acide nitrique, qu’on dose et qu’on dilue en fonction du métal. Pour le zinc par exemple c’est un acide très dilué, pour le cuivre on le gradue suivant ce qu’on veut faire. Moi j’aime beaucoup utiliser l’acide pur. Ça permet de faire des touches de lavis ou de l’utiliser en projection. C’est facile de le voir sur les épreuves. Je travaille le mordant comme je travaillerais un lavis.

Vol de courlis, eau-forte et aquatinte, 16/30

Et les papiers sur lesquels vous imprimez, vous avez des exigences ?

J’utilise surtout l’Arches, le vélin d’Arches. Au village de Fontenoy, village du livre, il y avait un papetier qui faisait de merveilleux papiers à la main. J’ai utilisé depuis ces papiers qui me donnent des résultats extraordinaires. Malheureusement il est parti. Il avait appris le métier dans une papeterie artisanale de Corrèze et il est reparti à côté de Brive-la-Gaillarde. Heureusement j’ai ma petite fille qui n’habite pas très loin en Corrèze et qui m’a rapporté des papiers de là-bas. J’ai fait quelques tirages sur du Japon mais c’est difficile à travailler.

Au niveau des tirages, vous faites souvent des petits tirages je crois ?

Oui, et encore ! Ceux annoncés ne sont pas complets. La plupart ne sont pas tirés complètement.

Vous avez fait de la gravure en couleur ?

J’ai surtout gravé en noir et blanc. J’ai fait quelques gravures en couleur mais comme je peins, ça ne me plait pas plus que ça. Ça m’intéresse techniquement, je peux l’enseigner, mais j’aime surtout la gravure en noir.

Vous savez combien d’œuvres vous avez gravées durant toute votre carrière ?

Je pense aux environs de 800, tout compris. Les bois, les cuivres, les lithographies mais les lithographies c’est assez insignifiant comme nombre.

Jacques Hallez, avec la paume de sa main, caresse la plaque pour retirer l’encre sur la plaque, sans retirer l’encre dans les tailles

Vous avez été professeur à l’École des Beaux-arts de Marseille. Vous êtes resté combien de temps ?

De décembre 1951 à mai 1973. C’est André Vahl qui m’avait informé de l’ouverture d’un concours pour un poste de gravure à l’École des Beaux-Arts de Marseille et j’ai pu l’obtenir. J’ai amélioré l’atelier qui existait déjà en permettant aux élèves de pouvoir imprimer sur place. Le professeur d’avant prenait les plaques des élèves et les tirait chez lui. Je préférais que les élèves tirent les plaques devant moi et leur montrer comment on faisait.

Durant votre carrière vous avez également beaucoup peint et dessiné, comment travaillez-vous vos compositions ?

Pour la peinture comme pour la gravure, je réalise beaucoup de dessins préparatoires avant. Des quantités. Je n’attaque que quand je suis à peu près sûr de ce que je veux faire. Je conserve certains dessins préparatoires. Je travaille uniquement à l’huile et à l’aquarelle. Pour l’huile je travaille au couteau et au pinceau.

En 1962, Denis Rouart avait parlé de votre travail de graveur à propos du livre que vous avez illustré l’âme et la danse de Paul Valéry. Il avait dit que vous étiez plus imaginatif et poétique en gravure plutôt qu’en peinture. C’est juste ?

Oui je suis assez d’accord avec ce qu’il dit. Je me laisse plus aller dans ce domaine qui m’est plus secret. La gravure c’est mon intimité. Je suis beaucoup plus libre et plus secret. Vous savez la gravure c’est très proche de l’écriture. C’est comme un carnet où j’écris des choses.

La forêt glacée, aquatinte, épreuve d’artiste

Vos carnets à dessins vous y revenez souvent ?

Oui tout le temps. Surtout que maintenant je ne peux plus sortir vraiment. C’est ma source d’inspiration. Ils contiennent tous mes motifs tous mes voyages. Je continue aujourd’hui encore à dessiner. Mais ma réserve d’images, elle est dans ces carnets.

Vous savez combien de toiles vous avez peintes ?

Je crois aux environs de 600. Il y en a environ 200 qui ont été vendues. A des particuliers mais aussi des institutions, dans la région mais pas que. La ville de Paris m’en a acheté par exemple, mais aussi le Victoria and Albert Museum de Londres ou à Los Angeles aussi. J’en ai un peu en Amérique. Des institutions ou des universités. J’ai exposé à l’étranger et aux États-Unis. J’ai aussi vendu pas mal de gravures en Amérique, notamment dans la région de Boston puis en Californie. J’ai fait deux séjours assez longs en Amérique.

Vous avez également réalisé des mosaïques, des vitraux et des tapisseries ?

Oui. Ça a commencé en 1950-1951 lorsque Robert Parisot m’a commandé des vitraux pour la basilique de Saint-Nicolas-de-Port. Ils ont été réalisés au printemps 1951. A l’exception de la découpe, du montage et de la pose j’ai fait tout le reste : les cartons, la coloration, la pose de la grisaille. J’ai également fait les vitraux pour le chœur de l’église de Charmes, trois grandes verrières de 11 mètres de haut. Le plus grand vitrail je l’ai fait à Marseille, il fait 56 m². Mais il a été fait avec des dalles de verre et du ciment.

C’est un médium que vous aimez le vitrail ?

Oui et la mosaïque aussi. J’en ai d’ailleurs réalisé plusieurs en Lorraine dont trois à Baccarat. Il y en a une à la caserne des gardes mobiles à Baccarat, elle fait 15 m² et représente toutes les représentations possibles du soleil dans toutes les civilisations. C’était une commande qui m’a été faite lors de la reconstruction de la caserne, ça fait partie du 1 %, mais le sujet m’est propre, il n’y avait pas de thématique imposée. J’avais également eu une commande de mosaïque pour le collège de Baccarat qui doit faire 30 m² et pour une petite école mais comme il n’y avait pas beaucoup d’argent j’ai fait ça avec les pierres de la région.

Et la tapisserie, je crois que vous avez eu un prix pour une tapisserie ?

Oui j’ai pu avoir une commande de tapisserie. Elle a été réalisée, tissée à Aubusson en 1952. J’ai eu la chance de l’entrevoir mais je ne l’ai plus revue depuis, je ne sais même pas où elle est.

M. Hallez, parlons un peu de peinture et de vos inspirations en peinture. Vous aimez quel type de peinture ?

Je suis fidèlement resté figuratif. J’aime tellement les choses que je ne vois pas la nécessité de les transformer.

Il y a des peintres que vous appréciez plus que d’autres ?

Oui les nabis, Bonnard, Gauguin, Cézanne, et beaucoup d’autres. Des plus contemporains aussi, Braque, mais surtout les œuvres de la fin de sa vie. J’ai suivi beaucoup ses expositions à Paris.

Vous avez été voir beaucoup d’expositions à Paris ?

Oui j’ai travaillé un moment dans l’atelier d’André Lhote, entre 1948 et 1951. Avec ma femme on faisait un séjour d’au moins un mois à Paris, c’était l’occasion d’apprendre et de se ressourcer.

Et André Lhote, c’est un artiste que vous admiriez ?

Oui il enseignait avec une grande intelligence. Il m’a appris beaucoup de choses.

Et dans la peinture plus ancienne, il y a des choses que vous aimez ?

Oui, Delacroix j’aime beaucoup. Il y en a beaucoup que j’aime. Je n’aime pas trop les peintres académiques. J’aime les artistes qui mettent de la vie dans leur peinture, mais de la vie poétique. C’est ce que j’ai essayé de trouver et de faire dans ma peinture. Transposer les objets et choses quotidiennes et leur donner un sens poétique. Tous les sujets sont bons et deviennent un prétexte à une œuvre poétique.

Mère et enfant, eau-forte et aquatinte, 15/20

Vous avez fait plutôt des scènes de genre, des portraits, des paysages ?

J’ai fait autant de scènes de genres que de paysages. En revanche, je n’ai pas fait beaucoup de portraits. J’aime bien les portraits mais je ne sais pas trop bien les faire. Je ne suis pas très doué pour ça. J’ai fait un autoportrait gravé il y a quelques années, j’ai quelques portraits de ma femme, de mon fils et de mes petits-enfants. Dans les maternités par exemple, il y a ma belle-fille avec mon petit-fils c’est le même sujet que lorsque j’avais fait ma femme et mon fils.

Merci M. Hallez pour cet entretien.

 

 

Philippe Claudel polyglotte

A l’occasion de la 38e édition du Livre sur la Place dont il était le président, Philippe Claudel a fait don d’un ensemble de 150 de ses ouvrages à la Bibliothèque Stanislas. Ce serait une erreur que de penser que l’un des auteurs les plus emblématiques de Lorraine n’était pas présent dans les collections de la bibliothèque !

Couverture de Le rapport de Brodeck de Philippe Claudel édition tchèque
Couverture de Le rapport de Brodeck de Philippe Claudel édition tchèque

« Il est émouvant de voir les livres voyager dans des directions qu’on ne soupçonnerait pas ».

Le catalogue de la bibliothèque compte 52 références où le nom de Philippe Claudel apparaît soit en qualité d’auteur, soit de préfacier. Cependant aucun des ouvrages offerts n’était présent. En effet ces 150 ouvrages nous offrent un vaste tour du monde littéraire :  du Japon à l’Islande en passant par l’Irak  et le Portugal, près de 30 pays sont représentés.

Viennent en tête du nombre de traduction,  Le rapport de Brodeck, Les âmes grises et La petite fille de monsieur Linh avec respectivement 29, 27 et 22 éditions.

Couverture des Ames grises de Philippe Claudel édition chinois
Couverture des Ames grises de Philippe Claudel édition chinois

La jaquette : reflet de la sensibilité d’un pays

Nous avons tous en mémoire les couvertures sobres du Rapport de Brodeck  ou des Âmes grises parues chez Stock.  Nous sommes parfois surpris de découvrir le parti pris des éditeurs étrangers  pour le visuel de leurs jaquettes. En Chine, une femme nue sortant d’un champ de blé illustre Les âmes grises, un herbier celle du Rapport de Brodeck  pour l’édition tchèque. L’éditeur russe, quant à lui a choisi des tableaux impressionnistes pour les illustrer.

Couverture des Ames grises de Philippe Claudel édition russe
Couverture des Ames grises de Philippe Claudel édition russe

Pour l’édition française de Parfums, Stock a fait le choix d’une jaquette illustrée d’un détail des « 3 âges de la femme »  de Gustav Klimt évoquant l’amour maternel. L’édition catalane, elle, mêle un timbre poste évoquant la Place Stanislas, un portrait d’un jeune adolescent une horloge à remonter le temps et naturellement une madeleine de Proust. Avec la jaquette coréenne nous voilà transportés dans une scène de rue que l’on pourrait situer dans une petite ville de Lorraine  si ce ne sont les panneaux indicateurs St John Gate, Farringdon …

Couverture des Parfums de Philippe Claudel
Couverture des Parfums de Philippe Claudel

Lors de la rencontre à l’Opéra avec Françoise Rossinot, l’écrivain expliquait qu’il fait confiance à l’éditeur pour la couverture car il connait son public. De même qu’il y a un lien, « une fatalité positive »  entre le traducteur et l’écrivain. Certains traducteurs entrent en contact avec lui, allant jusqu’à  se déplacer à  Dombasle. Parfois, d’autres traductions réservent de mauvaises surprises comme la première traduction des Âmes grises pour laquelle l’éditeur américain s’était arrangé avec le texte, coupant certains passages et allant même jusqu’à changer la fin.

Couverture des Parfums de Philippe Claudel édition coréenne
Couverture des Parfums de Philippe Claudel édition coréenne
Couverture de Le rapport de Brodeck de Philippe Claudel
Couverture de Le rapport de Brodeck de Philippe Claudel
Couverture de Le rapport de Brodeck de Philippe Claudel édition
Couverture de Le rapport de Brodeck de Philippe Claudel édition
Couverture des Parfums de Philippe Claudel édition catalane
Couverture des Parfums de Philippe Claudel édition catalane

Les Livres de Nicolas Durival

Bien que son Journal n’en fasse guère mention, Nicolas Durival est un grand lecteur et probablement un collectionneur de livres. Le Catalogue de la Bibliothèque royale imprimé en 1766 mentionne une douzaine d’ouvrages ex dono Dni Durival…. Son œuvre quant à elle est émaillée de références à des ouvrages d’histoire contemporains de la rédaction.

Super-libris de Nicolas Durival

Super-libris de Nicolas Durival sur Algèbre, effections géométriques… par François Viète, trad. par N. Duret… — Paris : Vve Moreau, 1644. Cote 273 511.

Une bibliothèque éclectique

C’est Justin Favier1 qui repère le premier dans le Catalogue de la Bibliothèque dressé par Solignac en 1766 et complété ensuite, la mention « ex dono D[omi]ni Durival aedil[is] praes[idii] »2. Onze ouvrages sont ainsi qualifiés : un du xvie siècle, six du xviie siècle et quatre du xviiie — dont deux postérieurs à 1766.

Aux deux extrémités de la chronologie, nous trouvons des ouvrages emblématiques. Nicolas Durival enrichit la bibliothèque d’une Nancéide, l’ouvrage de Pierre de Blarru imprimé en 1518 à Saint-Nicolas-de-Port par Pierre Jacobi, fondateur de l’historiographie ducale. Il fait également don d’un exemplaire de sa Description de la Lorraine et du Barrois, parue en 1778 après plus de vingt ans de recherches.

La Nanceide de Pierre de Blaru
Page de titre de La Nanceide de Pierre de Blarru imprimée à Saint-Nicolas-de-Port en 1518. Cote Rés. 4353.

Les autres ouvrages appartiennent à la littérature de dévotion (un traité de Claude Joly, l’Explication des maximes des saints de Fénelon), à la poliorcétique (une Nouvelle Manière de fortifier datée de 1666 et non identifiée pour l’instant) ou à la politique. On y voit un traité de démonomanie (Lettres de Mr de St André médecin ordinaire du roi au sujet de la magie, des maléfices et des sorciers, Paris, R.-M. Despilly, 1725), une algèbre de poche (François Viète, L’algèbre ou affections géometriques…, Paris, veuve Moreau, 1644) aussi bien qu’un ouvrage paru « sous le manteau », Les Moines empruntez de Pierre Joseph (1698).

Deux autres pièces actuellement conservées à la Bibliothèque portent la marque de leur ancien possesseur. Un exemplaire de l’éloge de Maupertuis prononcé par le comte de Tressan devant l’Académie royale des sciences, arts et belles lettres de Nancy en 1760 et publié par Leseure, porte sur la première garde volante la mention manuscrite « Mr. Durival » (cote 702 023 (6)). Il peut s’agir d’un ex dono de Tressan à Durival, ou simplement, puisque ces livrets étaient imprimés avec l’autorisation de l’Académie, de l’exemplaire destiné à l’un de ses membres. Un livre d’histoire, les Mémoires de Claude de Montrésor (Leyde, J. Sambix, 1667), est clairement marqué au plat supérieur d’un « DURIVAL. » aux petits fers à chaud.

Ce super libris se retrouve sur le Viète ci-dessus cité, à défaut des autres volumes mentionnés au catalogue. Nous pouvons cependant faire l’hypothèse que parmi ceux-ci, ceux qui correspondent à un volume actuellement présent à la Bibliothèque et dont la cote signale un ouvrage xviie-xviiie siècles sont bien les exemplaires donnés par le lieutenant général de police (le Joly, le Fénelon, le traité sur la magie…). Pour d’autres, l’identification n’est pas aisée, ou bien ils sont franchement manquants (un Claudien). L’application d’une marque d’appartenance n’était peut-être pas une préoccupation première de Durival, ou cette pratique a pris place à une époque particulière de sa vie, ou encore correspond-elle plutôt à des ouvrages qui lui ont été donnés, plutôt que d’ouvrages qu’il aurait acheté lui-même — ou le contraire, d’ailleurs (absence de marquage sur des ouvrages donnés et dont il n’avait pas l’usage, déposés à la Bibliothèque royale). L’examen des reliures ne nous apprend rien de probant.

Le fait est qu’aucun des livres donnés à la Bibliothèque ni portant la marque de Durival n’a de rapport proche ou lointain avec son œuvre d’historien, ce qui ne laisse pas d’étonner, car l’examen des sources utilisées dans la Description de la Lorraine montre un auteur très soucieux de la diversité et de la complétude de ses sources.

Page de titre, Durival, Mémoire sur la Lorraine et le Barrois
Page de titre du Mémoire sur la Lorraine et le Barrois. Suivi de la Table topographique des lieux. Par D[urival]. — A Nancy, chez Henry Thomas, imprimeur-libraire, à la Bible d’Or, [1753]. Cote 50 035.

Des sources contemporaines choisies

L’écriture de la Description de la Lorraine et du Barrois est l’œuvre de toute une vie. Alors qu’il fait paraître sans nom d’auteur son Mémoire en 1752, Durival travaille déjà à une géographie et une histoire des duchés qui inclue le règne de Stanislas. Conscient des besoins de la période contemporaine, il accumule dans son Journal manuscrit les faits marquants et les statistiques caractéristiques de son temps afin de les restituer par la suite. L’examen de ses ouvrages montre aussi qu’il a un accès aisé aux ouvrages d’histoire les plus récents, qu’il les a lus et sait les critiquer.

Dans le tome II de la Description (Nancy, veuve Leclerc, 1779), se trouvent les 50 pages de développement consacrées à la capitale des duchés. Il y renvoie à de nombreuses reprises le lecteur au premier tome de l’ouvrage afin d’éviter des répétitions dans son raisonnement ou pour trouver les preuves de ses assertions.

Classiquement, il utilise à de nombreuses reprises le Grand Dictionnaire historique de Moréri, les ouvrages de Dom Calmet3, avec lequel il a été en relations épistolaires, et de Dom Pelletier4, et les deux ouvrages de prestige de son règne, le « Recueil Héré »5 et les « Fondations du roi »6. Il se montre critique sa lecture des historiens qui l’ont précédé, comme François-Antoine Chevrier (1721-1762) « qu’il faut lire avec précaution », ou Charles Léopold Andreu de Bilistein, un ingénieur des Pays-Bas auteur d’un projet de canal entre Jarville et la ville vieille, et dont les considérations sont suivies par un arrêt royal de 1778, seize ans après leur publication. L’examen de ses références montre qu’il a accès à une bibliothèque récente et fournie en de nombreux domaines comme l’histoire de Nancy (Histoire de la congrégation du Refuge, publiée en 1716) ou les voyages — le Voyage en Italie de Jérôme de La Lande (1769) est cité comme source sur le peintre Le Lorrain. Où et comment consultait-il ses ouvrages ? À la bibliothèque publique fondée sous tutelle de l’Académie ? Auprès de ses amis ? Un prochain article montrera quelle importance pouvait avoir sa position de lieutenant général de police de Nancy dans le commerce du livre dans le duché et à Paris.

  1. Justin Favier, « Notice sur Nicolas Durival », dans Mémoires de la Société d’archéologie lorraine, 1880, p. 5-36. []
  2. Cette résolution nous paraît préférable à la plus classique aedil[is] praes[tantis] car plus conforme à la position de Durival. []
  3. Augustin Calmet, Bibliothèque lorraine ou Histoire des hommes illustres qui ont fleuri en Lorraine, Nancy, 1751. []
  4. Dom Ambroise Pelletier, Nobiliaire ou armorial général de la Lorraine et du Barrois, en forme de dictionnaire…, Nancy, Thomas, 1758). Ses propos trouvent fréquemment leur fondement dans les recueils des actes de Stanislas ((Recueil des ordonnances et réglemens de Lorraine…, Nancy, JB Cusson et al., 1759-1769. []
  5. Emmanuel Héré, Recueil des plans, elevations et coupes…, Paris, François, 172-1753. []
  6. Nicolas Michel, Recueil des fondations et établissemens faits par le Roi de Pologne..., Lunéville, CF Messuy, 1761-1762. []

Nicolas Durival et son Journal

La célébration du 250e anniversaire du rattachement de la Lorraine à la France en 2016 est l’occasion pour la Bibliothèque de mettre à l’honneur les collections en rapport avec le roi Stanislas, et singulièrement le Journal de Nicolas Durival (1713-1795), conseiller du roi et lieutenant général de police de Nancy de 1760 à 1769. Ce manuscrit fait l’objet pour les années 1765-1766 d’une édition électronique augmentée d’index, de notes historiques, de cartes et d’images consultable sur www.journaldedurival.fr depuis le 18 juin 2016. Ce premier article revient sur la personne de Nicolas Durival, d’autres seront prochainement consacrés au projet d’édition électronique.

Portrait de Nicolas Durival
Dominique Collin, portrait de Nicolas Durival. © Musée Lorrain, Nancy / Photo M. Bourguet

L’homme

Nicolas Luton Durival est le fils aîné de Jacques Luton, originaire de Normandie, fils d’un ancien valet de la Maison de Louis xiv et lui-même valet de garde-robe du duc Léopold. Avec son épouse Marie Anne Humblot, il a plusieurs enfants dont trois fils ont une carrière dans l’administration lorraine et française : Nicolas, Jean-Baptiste et Claude. Retraité à Saint-Aubin-sur-Aire (Meuse), Jacques Luton en devient le maire en 1729. Toujours en fonction en 1737, il fait partie de ceux qui viennent accueillir le nouveau duc, Stanislas Leszczynski, à son arrivée. En 1760, Jacques Luton est anobli, pour lui et ses descendants, et prend le nom de Durival.

Nicolas naît le 12 novembre 1713 à Commercy. Il apprend le rudiment avec le curé de Saint-Aubin : ses aptitudes l’autorisent à envisager une bonne carrière dans l’administration.

Il ne fonde pas de famille, mais son journal montre une grande proximité avec ses jeunes frères Jean-Baptiste et Claude1. Propriétaire d’une ferme à Heillecourt, où il passe volontiers du temps, c’est là qu’il se retire, sans beaucoup de moyens financiers, à l’issue de sa carrière civile en 1769. Privé de sa pension municipale en 1791 afin qu’il en porte la demande « auprès de la patrie » (soit le département de la Meurthe), il ne recouvre une somme de 3 000 livres, à peine suffisante pour le faire vivre, que peu de temps avant sa mort le 21 décembre 1795. Justin Favier y voit l’œuvre de l’abbé Grégoire, éminent conventionnel de la région2.

Une carrière au service du roi Stanislas

Nicolas Durival commence sa carrière comme secrétaire au service du chancelier français Antoine-Martin Chaumont de La Galaizière (1697-1783) dès l’arrivée de celui-ci en Lorraine en 1737. Il reste par la suite proche de la famille du chancelier et de son fils l’intendant de Lorraine, dont il suit avec intérêt les déplacements. En 1751, il devient greffier en chef du Conseil d’État et des Finances du roi de Pologne, ce qui l’introduit dans l’entourage de Stanislas. Il cumule dès lors cette fonction avec d’autres charges : économe séquestre3 des bénéfices de Lorraine et Barrois (1754-1760), subdélégué de l’intendance de Lorraine4.

En 1760, il résigne ces charges au profit de la lieutenance générale de police de la ville de Nancy, cet office lui prenant tout son temps. L’achat en est très coûteux : 12 500 livres de Lorraine, auxquelles s’ajoutent 450 livres, 9 sous et 6 deniers de frais divers. Cette fonction va bien au-delà du maintien de l’ordre. Il intervient tout autant dans l’urbanisme municipal : adduction d’eau, pavage et éclairage des rues, travaux, transfert des cimetières hors de la ville…, que dans les fondations charitables – notamment pour les filles repenties -, dans les approvisionnements, l’ordonnancement des nombreuses processions et cérémonies, et tout ce qui, en règle générale, concourt à la paix civile. À ce titre, il participe tout à fait régulièrement aux réunions du conseil municipal et a de nombreuses relations tant avec la Cour souveraine qu’avec celle, plus mondaine, de Lunéville.
Il tient aussi des statistiques précises des naissances, mariages et décès de la ville.

C’est en 1769 qu’il demande à être relevé de ses fonctions ; il semblerait que l’administration française lui paraisse à ce moment intenable, à moins que l’âge et la fatigue ne commencent à se faire sentir. L’intendance lui octroie alors une pension de 1 000 livres, des « lettres de vétérance » et le titre de lieutenant de police honoraire, de sorte qu’il exerce encore à titre de conseil dans les années suivantes.

Durival historien

Page de titre, Durival, Mémoire sur la Lorraine et le Barrois
Page de titre, Durival, Mémoire sur la Lorraine et le Barrois

Le Mémoire sur la Lorraine et le Barrois

Selon les historiens, s’appuyant sur les échanges entre Durival et Dom Calmet, Nicolas Durival considère, en bon administrateur de son temps, qu’il est impossible de gouverner sans la statistique, la géographie, et la connaissance de l’histoire de sa province. C’est pourquoi il fait publier à titre anonyme dès 1748 une Table alphabétique des villes, bourgs etc. de la Lorraine et du Barrois (182 p.), qui connaît deux rééditions et enrichissements en 1749 et 1766. Les pages sont divisées en deux colonnes : le toponyme et la juridiction dont la localité relève. Les mises à jour tiennent compte de l’actualisation des limites des bailliages.

Son Mémoire sur la Lorraine et le Barrois, de plus grande ampleur (604 p.), paraît en 1753 chez Henri Thomas à Nancy. Il est aussitôt salué par le Journal de Trévoux, et l’abbé géographe Jean-Joseph Expilly (1719-1793) entame avec Durival des échanges épistolaires visant à mieux intégrer la géographie et l’histoire de la Lorraine à celles de la France. Il se divise en trois parties :

  • une introduction générale sur la géographie, les habitants, les monnaies, les divisions administratives, les rivières et ruisseaux…
  • une étude de chaque ville, quartier et principaux monuments, divisée par bailliage
  • une table alphabétique actualisée comprenant des renseignements historiques et archéologiques
Page de titre, Durival, Introduction à la description de la Lor
Page de titre, Durival, Introduction à la description de la Lor

La Description de la Lorraine et du Barrois

Cet ouvrage est publié en 4 volumes chez Leclerc à Nancy entre 1779 et 1783, le quatrième volume composé d’ajouts et d’annexes étant mis gracieusement à disposition des possesseurs des trois premiers chez le libraire Leseure.

Dans l’avertissement, Durival fait remonter la genèse de son projet à 1760 et se place dans la droite ligne des géographes et historiens des siècles précédents, rendant notamment hommage à Thierry Alix et à Mercator.

Le tome I est paru précédemment en 1774 sous une forme abrégée.
Il comprend une histoire des duchés depuis le xe siècle, allant jusqu’à la fin du règne de Stanislas (l’introduction du Mémoire se terminait à la fin du règne de Léopold), une géographie extrêmement complète et une carte dépliante. Durival y mentionne les rivières, lacs et autres eaux courantes et stagnantes, les plantes cultivées, les vignes, des statistiques de température, les ressources naturelles (bois, pêche, fossiles, mines), les habitants et leur notoriété, les revenus, les poids et mesures en vigueur, ainsi que les renseignements administratifs (militaire, postes, juridictions, foires et marchés) attendus de ce type de publication.

Le tome II développe considérablement la description des bailliages. Il consacre ainsi 52 pages à la ville de Nancy, passant en revue les paroisses, les faubourgs, les fontaines comme les hommes illustres et les ressources naturelles.

Le tome III est une table alphabétique des toponymes avec des données administratives, historiques, météorologiques ou archéologiques notables.

L’académicien

Durival est reçu le 15 avril 1760 à l’Académie royale des Sciences, lettres et arts de Nancy sur demande pressante du fondateur de celle-ci, le roi Stanislas. Sur l’insistance du roi, il en devient le sous-directeur deux ans plus tard. Son Journal le montre assidu aux séances ordinaires, soucieux de rendre compte des débats et de l’usage de la bibliothèque associée.

Il ne se jugeait pas digne d’être un académicien, se présentant comme un administrateur autodidacte plutôt qu’un érudit. Cependant, ses échanges avec des personnalités scientifiques de l’époque (Dom Calmet, Expilly) montre qu’il est tenu par eux en haute estime et qu’il a toutes les capacités intellectuelles pour argumenter et apporter avec méthode des réponses à des questions d’histoire, de géographie et d’économie.

Il présente régulièrement devant l’Académie royale des mémoires et rapports témoignant de son activité scientifique :

  • 1763 : un mémoire sur la clôture des héritages (biens immobiliers), le vain pâturage et le parcours (circulation du bétail) en Lorraine
  • 1765 : une bibliographie des ouvrages imprimés et manuscrits sur la province de Lorraine, conduite à la demande de l’intendant pour abonder la Bibliothèque historique de la France du père Lelong
  • 1779 : l’Académie le charge de terminer les travaux du père Leslie sur l’histoire du duché de Lorraine. Il ne semble pas cependant que cette demande ait été suivie d’effet car, les papiers du père Leslie lui étant réclamés quelques années plus tard par Mory d’Elvange, Durival assure qu’il ne les a jamais eus en sa possession.
  • 1790 : Sonnini5 commence à publier, dans le Journal du département de la Meurthe, diverses études d’économie rurale, portant principalement sur la construction et l’entretien des routes lorraines, présentées devant l’Académie. Un deuxième recueil sera publié, toujours par Sonnini, dans la Bibliothèque économique de 1809.
Les 14 volumes du Journal de Durival
Les 14 volumes du Journal de Durival

Le Journal

Tenu de 1737 au 18 décembre 1795, soit 3 jours avant la mort de son rédacteur, le Journal de Nicolas Durival n’est pas tant un écrit intime qu’un outil de suivi des événements urbains et politiques sous le règne de Stanislas, et de préparation des différentes publications projetées par l’auteur.

Il se compose de 14 volumes in-quarto, écrits à la main. Ceux-ci sont truffés parfois de copies de lettres et de billets, voire d’originaux, mais aussi de billets imprimés, de programmes, prospectus, invitations, ou coupures de presse. Il n’a certainement pas été tenu au jour le jour, du moins au début où les notations sont très sommaires. Il est possible par exemple que la relation de l’agonie et de la mort de Stanislas a pu être reconstruite quelque temps (quelques jours ?) après l’événement à partir de notes ou d’un brouillon de journal qui n’a pas été conservé, ou en tous cas reprise par la suite pour y ajouter des mentions d’horaire précis.

Journal de Durival, 1er janvier 1765
Journal de Durival, 1er janvier 1765

Des lacunes existent pour les années 1767-1771, 1781 et 1788-1791, soit que Durival n’ait pas tenu de relation de ces périodes, soit qu’elle ait été perdue. De 1792 à 1795, il se borne à effectuer des notations météorologiques quasi-quotidiennes sans se préoccuper vraiment de noter les événements en cours.

Durival et la bibliothèque de Nancy

De son vivant, et sans doute à cause de ses fonctions à l’Académie royale, Durival avait fait don à la bibliothèque de plusieurs ouvrages dont Justin Favier avait pu retrouver la trace grâce à un ex-libris manuscrit portant « ex dono D[omi]ni Durival aedil[is] praes[idio]« , quand un ex-libris gravé sur cuivre par Jean-Charles François (1717-1769) est attesté6. Or, après la mort sans héritier de son frère Jean-Baptiste, la bibliothèque et les papiers de Durival ont été vendus au poids sur la place du Marché à Nancy, de sorte que nombre de ses livres se sont perdus.
C’est peut-être à l’issue de cette vente que le Journal est entré à la bibliothèque de Nancy au xixe siècle, par le biais du célèbre collectionneur lotharingiste Beaupré.

Page d'accueil du Journal de Durival en ligne
Page d’accueil du Journal de Durival en ligne

Lire le Journal (années 1765-1766) dans son intégralité.

Les œuvres de Durival dans les Bibliothèques de Nancy.

  1. Les notices Wikipédia de la famille Durival sont mises à jour dans le cadre du projet. []
  2. Justin Favier, « Notice sur Nicolas Durival », dans Mémoires de la Société d’archéologie lorraine, 1880, p. 5-36. []
  3. chargé d’administrer les biens ecclésiastiques qui n’ont pas d’attributaire []
  4. substitut de La Galaizière []
  5. Charles-Nicolas-Sigisbert Sonnini de Manoncourt (1751-1812), naturaliste lorrain secrétaire de Buffon et explorateur en Guyane. []
  6. Base des ex-libris de l’AFCEL, D1884. []

Madame de Graffigny à la Bibliothèque Stanislas

Du 3 au 5 juillet 2014, au Château de Lunéville, s’est tenu un colloque consacré à Madame de Graffigny1. Ce colloque faisait suite à une importante donation : deux ans auparavant, le bibliophile belge Pierre Mouriau de Meulenacker avait offert au Château la collection personnelle qu’il avait constituée, pas moins de 135 éditions différentes des œuvres de Françoise de Graffigny.

 

Mme de Graffigny, par D'Agoty d'après Garand.
Mme de Graffigny, par D’Agoty d’après Garand. Cote Bmn : FG 3 Graffigny 03

Françoise d’Issembourg d’Happoncourt de Graffigny est née à Nancy, capitale de la Lorraine le 11 février 1695. Elle vécut à Lunéville, proche de la Cour mais, en 1739, partit vivre à Paris. Elle y trouva la mort le 12 décembre 1758.
Habituée du salon de Mademoiselle Quinault où elle rencontre entre-autres Claude Crébillon, Charles Pinot Duclos, Claude Adrien Helvétius et le comte de Caylus elle est aussi amie de Voltaire et de Marivaux. Françoise de Graffigny, est la femme de lettres la plus célèbre du Siècle des Lumières.

C’est avec les Lettres d’une Péruvienne, parues en 1747, qu’elle connaît le succès. Ce roman, très rapidement piraté par ses contemporains, est réédité à de nombreuses reprises jusqu’à aujourd’hui. L’indépendance d’esprit qu’elle prête à son héroïne, Zilia, une jeune péruvienne enlevée par les Espagnols, est une nouveauté audacieuse, inattendue de la part d’une femme en ce milieu du dix-huitième siècle.

Vers 1730, Madame de Graffigny fait la connaissance de François-Antoine Devaux qui fut son ami, confident et correspondant jusqu’à sa mort. Leur correspondance, qui s’étend entre 1738 et 1758, est actuellement en cours de publication par la Voltaire Foundation : le quinzième et dernier volume est en cours de publication.

La Bibliothèque Stanislas, participante au colloque de 2014, a présenté la collection nancéienne des œuvres de Madame de Graffigny : une quinzaine d’éditions anciennes, quelques lettres autographes et une douzaine de portraits gravés, sans compter les éditions contemporaines. La collection nancéienne est abordée sous l’angle des provenances. Cette approche retient aujourd’hui l’attention des historiens, chercheurs et professionnels des bibliothèques et permet souvent d’enrichir nos connaissances quant à la circulation des documents mais aussi quant à la généalogie des collections.

Les œuvres de Madame de Graffigny ont été collectionnées par des bibliophiles en tous genres, vendues par des cabinets de lecture, et acquises très tôt, pour certaines, par les premiers conservateurs de la Bibliothèque royale de Nancy. Les particularités d’exemplaire, reliures et ex-libris, manuscrits ou en vignette, liées aux imprimés, feront l’objet de la première partie. Ainsi irons-nous à la rencontre de sept propriétaires différents ayant laissé leur marque sur les exemplaires nancéiens : la Bibliothèque publique de Nancy, une certaine Mademoiselle Facq, Henri-Georges Boulay de La Meurthe, le Cabinet littéraire de Veret, Jean-Baptiste Thiéry-Solet, Jean de Maupassant, et Henri Carret. Enfin, une note manuscrite de Madame de Graffigny, en forme d’ex-dono, conclura la série. La deuxième partie aura trait à la collection des autographes et des manuscrits et la troisième s’attachera à quelques portraits du fonds iconographique.

Lire en ligne l’article complet.

  1. Les actes du colloque sont à paraître aux éditions Garnier []

Revues et albums décoratifs pour les arts industriels : la collection Art nouveau de la bibliothèque.

Si la bibliothèque de Nancy conserve des fonds liés à l’histoire de Nancy et de la Lorraine, elle conserve également l’histoire de ses arts. Sa riche collection d’ouvrages d’art, et en particulier celle se rapportant au mouvement de l’École de Nancy, témoigne d’un passé artistique florissant. Si certaines reliures de la collection sont connues car déjà présentées au public, l’ensemble de la collection Art nouveau de la bibliothèque reste à découvrir. L’occasion de se pencher sur les nombreux albums décoratifs et revues de décoration de cette période.

Retrouvez sur Flickr une sélection de planches des albums cités et de beaucoup d’autres.

Continuer la lecture de Revues et albums décoratifs pour les arts industriels : la collection Art nouveau de la bibliothèque.