Archives de catégorie : Les personnalités

Madame de Graffigny à la Bibliothèque Stanislas

Du 3 au 5 juillet 2014, au Château de Lunéville, s’est tenu un colloque consacré à Madame de Graffigny1. Ce colloque faisait suite à une importante donation : deux ans auparavant, le bibliophile belge Pierre Mouriau de Meulenacker avait offert au Château la collection personnelle qu’il avait constituée, pas moins de 135 éditions différentes des œuvres de Françoise de Graffigny.

 

Mme de Graffigny, par D'Agoty d'après Garand.
Mme de Graffigny, par D’Agoty d’après Garand. Cote Bmn : FG 3 Graffigny 03

Françoise d’Issembourg d’Happoncourt de Graffigny est née à Nancy, capitale de la Lorraine le 11 février 1695. Elle vécut à Lunéville, proche de la Cour mais, en 1739, partit vivre à Paris. Elle y trouva la mort le 12 décembre 1758.
Habituée du salon de Mademoiselle Quinault où elle rencontre entre-autres Claude Crébillon, Charles Pinot Duclos, Claude Adrien Helvétius et le comte de Caylus elle est aussi amie de Voltaire et de Marivaux. Françoise de Graffigny, est la femme de lettres la plus célèbre du Siècle des Lumières.

C’est avec les Lettres d’une Péruvienne, parues en 1747, qu’elle connaît le succès. Ce roman, très rapidement piraté par ses contemporains, est réédité à de nombreuses reprises jusqu’à aujourd’hui. L’indépendance d’esprit qu’elle prête à son héroïne, Zilia, une jeune péruvienne enlevée par les Espagnols, est une nouveauté audacieuse, inattendue de la part d’une femme en ce milieu du dix-huitième siècle.

Vers 1730, Madame de Graffigny fait la connaissance de François-Antoine Devaux qui fut son ami, confident et correspondant jusqu’à sa mort. Leur correspondance, qui s’étend entre 1738 et 1758, est actuellement en cours de publication par la Voltaire Foundation : le quinzième et dernier volume est en cours de publication.

La Bibliothèque Stanislas, participante au colloque de 2014, a présenté la collection nancéienne des œuvres de Madame de Graffigny : une quinzaine d’éditions anciennes, quelques lettres autographes et une douzaine de portraits gravés, sans compter les éditions contemporaines. La collection nancéienne est abordée sous l’angle des provenances. Cette approche retient aujourd’hui l’attention des historiens, chercheurs et professionnels des bibliothèques et permet souvent d’enrichir nos connaissances quant à la circulation des documents mais aussi quant à la généalogie des collections.

Les œuvres de Madame de Graffigny ont été collectionnées par des bibliophiles en tous genres, vendues par des cabinets de lecture, et acquises très tôt, pour certaines, par les premiers conservateurs de la Bibliothèque royale de Nancy. Les particularités d’exemplaire, reliures et ex-libris, manuscrits ou en vignette, liées aux imprimés, feront l’objet de la première partie. Ainsi irons-nous à la rencontre de sept propriétaires différents ayant laissé leur marque sur les exemplaires nancéiens : la Bibliothèque publique de Nancy, une certaine Mademoiselle Facq, Henri-Georges Boulay de La Meurthe, le Cabinet littéraire de Veret, Jean-Baptiste Thiéry-Solet, Jean de Maupassant, et Henri Carret. Enfin, une note manuscrite de Madame de Graffigny, en forme d’ex-dono, conclura la série. La deuxième partie aura trait à la collection des autographes et des manuscrits et la troisième s’attachera à quelques portraits du fonds iconographique.

Lire en ligne l’article complet.

  1. Les actes du colloque sont à paraître aux éditions Garnier []

Revues et albums décoratifs pour les arts industriels : la collection Art nouveau de la bibliothèque.

Si la bibliothèque de Nancy conserve des fonds liés à l’histoire de Nancy et de la Lorraine, elle conserve également l’histoire de ses arts. Sa riche collection d’ouvrages d’art, et en particulier celle se rapportant au mouvement de l’École de Nancy, témoigne d’un passé artistique florissant. Si certaines reliures de la collection sont connues car déjà présentées au public, l’ensemble de la collection Art nouveau de la bibliothèque reste à découvrir. L’occasion de se pencher sur les nombreux albums décoratifs et revues de décoration de cette période.

Retrouvez sur Flickr une sélection de planches des albums cités et de beaucoup d’autres.

Continuer la lecture de Revues et albums décoratifs pour les arts industriels : la collection Art nouveau de la bibliothèque.

La collection Takashima

Trente cinq livres illustrés comportant près d’une centaine de volumes composent la collection Takashima.

La collection Takashima en quelques mots…

Cette série de livres illustrés avait été léguée au Musée Historique Lorrain par son Conservateur, René Wiener, qui les avait reçus de Takashima à la fin de ses études à l’École Forestière de Nancy. Ce dernier avait résidé à Nancy de 1885 à 1888. Vers 1955, l’abbé Choux transféra cette collection à la Bibliothèque municipale. D’après les notes manuscrites inscrites dans La Grande encyclopédie de Yedo, Michel Huriet, alors en poste à Tokyo à l’Ambassade de France, semble en avoir réalisé l’inventaire. C’est cet inventaire qui a fourni la base d’un catalogage sommaire.

Livres japonais de la collection Takashima
Scènes de la vie à Tokyo. Rés 4823

Les ouvrages, in-octavo et in-quarto, sont aujourd’hui conservés dans la réserve précieuse, sous les cotes Rés. 4823 (1-35). On les retrouve aisément en saisissant le nom “Takashima” dans l’interface de recherche du catalogue Co-libris1. Notons que la mention des formats évoqués est purement indicative, puisqu’à l’évidence, la facture des livres japonais ne répond en rien aux formats européens traditionnellement exprimés en in-8°, in-4° et in-2°.

Dans l’ensemble, la collection offre un bel échantillon du répertoire iconographique traditionnel japonais : scènes de la vie quotidienne, large présence de la nature, faune et flore réunies, et catalogues de motifs décoratifs pour kimonos ou autres supports. Qu’ils soient précieux, c’est le cas de quelques uns, ou relèvent de l’édition populaire, tous reflètent l’intérêt de leur propriétaire pour le dessin. Tous ont été imprimés au Japon entre 1868 et 1888 environ – quelques uns, postérieurs au départ de Takashima de Nancy, ont certainement été acquis par René Wiener et joints à la collection offerte –  et sont donc représentatifs de la production japonaise des débuts de l’ère Meiji (1867) qui voit le pays s’ouvrir à l’Occident.

Le raffinement des images

Les albums xylographiques sont des recueils de gravures, imprimés selon la même technique que les estampes ukiyo-e. Leur histoire est néanmoins plus ancienne que les estampes en feuilles séparées elles-mêmes, puisqu’on en trouve les premiers exemples dès le début du xviie siècle. C’est cependant vers la fin de ce siècle, lors-qu’apparut la gravure à feuille unique, que commencèrent à être publiés des ouvrages xylographiques composés majoritairement d’illustrations, auxquels on donna le nom de ehon ou “livre d’images”.

Livres japonais de la collection Takashima
Album de reproductions. Rés 4823

Ces albums connurent une évolution technique comparable à celle des estampes et furent publiés en grand nombre par les peintres de l’école ukiyo-e. Les amateurs rivalisèrent entre eux pour soutenir, à grand frais, la publication de ce genre de recueils qui avaient parfois un caractère privé. C’est pourquoi on trouve dans ce domaine de nombreux ouvrages d’un grand raffinement technique et d’une haute valeur artistique, qui dépassent souvent la qualité des estampes à feuille unique, produites en grande quantité et à bon marché. Outre le travail de la gravure, de la mise en couleurs, on observera celui du papier. Ces points nous amènent à parler de la composition matérielle des ouvrages et à mettre en évidence les problèmes liés à la prise de vue photographique lorsqu’on veut reproduire les images contenues dans de tels livres.

Composition matérielle et difficultés de lecture

Deux problèmes essentiels se posent.  Le premier est lié aux difficultés de manipulation des livres en raison de la nature des reliures. Le second découle directement de ces difficultés et oblige à se poser la question du respect de l’intégrité artistique des images. Tentons une explication concrète.

Les livres japonais se présentent principalement sous deux formats différents. Le format en accordéon offre l’avantage de présenter chaque image à plat. Que le papier soit très fin ou qu’il soit fort, voire cartonné, le feuilletage est aisé, les images n’ont pas besoin du secours des mains pour se maintenir à plat. Dans le cas présent, la prise de vue photographique peut s’opérer sans difficulté. Voilà de quoi satisfaire l’œil du lecteur et simplifier le travail de l’opérateur. Cependant, la forme de reliure la plus représentée dans la collection Takashima est celle baptisée “reliure à la chinoise” ou “reliure à la japonaise”. Ce type de reliure s’apparente davantage au brochage qu’à la reliure proprement dite. Rapide, facile d’exécution, très peu coûteuse, elle consiste à assembler les feuillets en pratiquant quatre ou six perforations sur le bord gauche des feuillets, puis à passer un fil de couture ou un ruban pour les lier. Le procédé est simple mais il réduit la possibilité d’ouverture du livre. Ce dernier doit être maintenu et ne peut être mis à plat, sauf à vouloir l’écraser ce qui entraîne la rupture des coutures. On voit par là que le travail de reproduction photographique s’en trouve compliqué.

Livres japonais de la collection Takashima
Suite de paysages, Osaka. Rés 4823

Cette difficulté est loin de constituer un détail car, nombre d’illustrations sont composées pour occuper les deux feuillets. Nous n’avons pas affaire à une image pliée en deux puis cousue. Bien souvent, une image est constituée de deux gravures dont la lecture s’opère visuellement par rapprochement du feuillet gauche avec le feuillet droit, après la reliure. Le dessin des deux gravures est donc composé dès l’origine en intégrant la problématique dimensionnelle et matérielle de la reliure. Ayant pris conscience de ces difficultés matérielles, et de la fragilité intrinsèque des livres ainsi conçus, on comprendra pourquoi le photographe est, plus souvent qu’à l’envie, contraint à ne reproduire qu’une partie de l’image, la droite ou la gauche, selon la composition artistique. Aux yeux de l’artiste, c’est une hérésie car on prend le détail pour le tout : la moitié de l’image, ce n’est pas l’image ! Dans les compositions asymétriques, la reproduction privilégiera la partie la plus riche au détriment de la plus sobre, détruisant ainsi l’équilibre subtil et savant de la composition. Ces précisions dites, on trouvera encore un plaisir et un intérêt certains à consulter la galerie d’images sélectionnées dans l’ensemble de la collection Takashima. On vérifiera qu’elles nous parlent bien de la passion du dessin qui animait le personnage.

 Qui était Takashima ?

 Tokouso Takashima2 naquit le 26 Septembre 1850 à Haghi, à l’extrémité sud-Ouest de l’île Niphon (aujourd’hui Honshu), une des principales îles de l’archipel japonais. Issu de la noblesse, fils de médecin, il vit à une époque de profonds bouleversements pour le Japon, époque marquée par l’avènement de l’ère Meiji, du nom de son empereur. L’ère Meiji (1868-1912) est caractérisée par l’ouverture au monde extérieur du Japon, permettant au pays d’entrer dans l’ère industrielle, et de sortir d’un régime essentiellement féodal, le régime de shogounat, qui avait fermé le Japon à toute influence étrangère pendant 250 ans. M. Takashima père appartenait à la classe des samouraïs, le second rang des cinq qui composaient la société japonaise.

Lithographie de Edmond Auguin (25 decembre 1887)
Lithographie de Edmond Auguin (25 decembre 1887)

De ce fait, Tokouso bénéficie d’une éducation traditionnelle extrêmement poussée, où la calligraphie du chinois et du japonais ancien occupe une place importante, à côté de disciplines plus usuelles : histoire, géographie et surtout sciences naturelles. Il fait un cursus classique et termine ses études à 20 ans, à la suite de quoi, après un court passage dans l’armée, il se rend à Tokyo pour s’y perfectionner dans l’étude des sciences et des méthodes européennes. Nous sommes alors en 1870, au commencement de l’ère Meiji. Il entre ensuite dans une école particulière où il approfondit la botanique et la géologie, cependant qu’il s’initie à la connaissance du latin usité pour les classifications en sciences naturelles.
Au bout de trois ans de ces études supplémentaires, il est attaché en 1867 au service du Ministère de l’Agriculture, constitué alors sur le modèle des administrations européennes. Pendant deux ans, dans ses nouvelles fonctions, il poursuit ses études de botanique et commence ses propres travaux. A vingt-sept ans, accompagné d’un peintre dessinateur, il parcourt le Japon pendant sept ans. De ce périple, il tirera la matière d’un Traité descriptif de la flore japonaise et d’une Carte forestière du Japon. Ces travaux attirent l’attention de son gouvernement qui le désigne pour accompagner, à titre de commissaire adjoint, une exposition en Écosse en 1884. Le succès de cette exposition lui vaut  une nouvelle mission de trois ans en Europe, afin d’y étudier le fonctionnement des administrations européennes.

En 1885, il arrive à Nancy où il suit les cours de l’École Forestière. Il y apprend le français et fait don à l’École forestière des planches et cartes de sa main. Il se lie d’amitié avec Émile Gallé, Louis Hestaux, Camille Martin et René Wiener et diffusera largement ses dessins dans les milieux artistiques de Nancy. C’est dans la revue Nancy-Artiste qu’apparait pour la première fois, le 13 décembre 1885, le nom de Takashima. On l’y retrouve chaque année jusqu’à son départ de Nancy.  Il figure au catalogue du Salon de Nancy de 1886, c’est-à-dire à l’exposition organisée par la Société des Amis des Arts, dans une salle de l’actuelle bibliothèque municipale3. En 1888, il rentre au Japon, où il devient Directeur des forêts. A son départ, il laisse quatre-vingt-dix-huit de ses œuvres à quarante-deux amateurs nancéiens, outre les planches données à l’École forestière.
Passé le premier engouement dû davantage à la mode du japonisme, en plein essor à son arrivée en France, et au côté “exotique” de son apparence, les témoignages retrouvés sur l’homme font apparaître un esprit ouvert, chaleureux, à l’humour discret, un peintre au talent plein de finesse et de sensibilité, sachant concilier tradition et nouveauté. “Il n’est pas douteux que Tokouso Takacyma fut un facteur, sinon essentiel, du moins non totalement négligeable, du développement de l’influence japonaise pour les créations et le mouvement artistique alors en gestation dans la ville”4

Livres japonais de la collection Takashima
Album de reproductions. Rés 4823

 

Regards actuels

Les liens de la ville de Nancy avec le Japon sont aujourd’hui très vivants. La ville de Kanasawa est jumelée à la nôtre depuis 1973. Les touristes japonais ne manquent pas de visiter, entre autres lieux ou monuments, le Musée de L’École de Nancy, le Musée des Beaux-Arts de Nancy,  et, plus spécifiquement, chaque année, des universitaires font le voyage pour venir étudier les traces laissées par Takashima à la fin du xixe siècle. L’arrêt “Bibliothèque Stanislas” est incontournable car, si Takashima n’y a pas laissé d’œuvres de sa main, les livres qui composaient sa petite bibliothèque japonaise sont aujourd’hui très recherchés et ne laissent pas de nous étonner. Les collections de livres japonais illustrés sont rares en France. La Bibliothèque Nationale de France peut se targuer d’en conserver, mais il faut ensuite porter son regard vers les institutions plus spécialisées comme le Musée Guimet par exemple.
Par ailleurs, on ne peut ici évoquer les artistes de l’École de Nancy et les liens avec le Japon sans citer René Wiener (1855-1939) et le renouveau qu’il a impulsé dans le domaine de la reliure d’art. On verra dans un prochain carnet d’Épitomé comment le japonisme a marqué son travail avec quelques reliures japonisantes conservées à la Bibliothèque Stanislas.

Galerie d’images

 

Bibliographie

François LE TACON et Pierre VALCK, éd., Emile Gallé : l’amour de la fleur, Nancy : Ed. Place Stanislas, 2008.
Enkunobu YAMANE, “L’influence du japonisme dans l’œuvre d’Émile Gallé”, dans Annales de l’Est, 2005, n° spécial.
Cent ans après, le retour d’un japonais à Nancy : Takashima Hokkai, 1850-1931 [expos., Nancy, 1987], “Cahiers du Musée des Beaux-Arts de Nancy”, n°2.
Hokkai Takashima [expos., Shimonoseki, 1986], Shimonoseki  City Art Museum, 1986.
Françoise-Thérèse CHARPENTIER, “Un japonais  à Nancy au xixe siècle : Tokuso Takacyma, 1850-1931″ dans Le Pays Lorrain, 1979, n°1, p. 1-12.
Françoise-Thérèse CHARPENTIER, “Quand on naissait japonais à Nancy”, dans Le Pays Lorrain, 1962, p. 29-31.

  1. Deux ouvrages japonais, un in-folio coté 690 065, et l’ouvrage cité plus haut, Edo ō setsuyō Kaidai Kura = Grande encyclopédie de Yedo, Tokio : Libr. continentale, 1865-66, coté Rés. 4560, n’ont peut-être pas appartenu à Takashima. Cette dernière a été donnée par la Société de Géographie de L’Est []
  2. On trouvera selon les sources Hokkai ou Tokouso, Takashima ou Takacyma. []
  3. En effet, elle n’avait pas encore subi les grands travaux qui placeront la salle de lecture, avec ses boiseries baroques, à l’étage noble, et elle accueillait nombre de manifestations artistiques ou politiques []
  4. “Un japonais  à Nancy au xixe siècle : Tokuso Takacyma, 1850-1931″ dans Le Pays Lorrain, 1979, n°1, pp. 1-12. []

Lisinka Poirel, la “femme hirondelle”

Au sein de la collection Victor Poirel de la Bibliothèque se trouve un album d’aquarelles remarquables et touchantes constitué par sa femme, Lisinka (1808-1885).1

Les Poirel, voyageurs et collectionneurs d’art

Petite-fille du sculpteur lorrain Barthélémy Guibal, Elisavetsa2, dite “Lisinka”, est née à Moscou où sa famille avait émigré à la mort de Stanislas. Très tôt sensibilisée à l’art grâce aux visites des galeries de l’Ermitage à Saint-Pétersbourg, elle a reçu ‘une éducation bien supérieure à celle des jeunes filles lorraines qu’elle côtoie, à compter de 1818, à Pont-à-Mousson et Lunéville, où ses parents sont rentrés en raison de la guerre franco-russe : elle maîtrise l’italien, la musique, le chant, le dessin et la peinture. A 25 ans, elle rencontre Victor Poirel, jeune et brillant  ingénieur des Ponts et Chaussées, alors en poste à Alger. Ils se marient en 1834.

Aussitôt, ils repartent pour l’Algérie où Victor est chargé de divers travaux portuaires à Alger, Bône et Oran. Les rues, les intérieurs et les harems d’Alger deviennent familiers à la jeune femme, qui a appris l’arabe et parvient à être accueillie au sein des familles. Elle excelle dans les portraits de Kabyles, Maures et émaille ses croquis d’annotations. Dans un petit atelier, elle réunit depuis 1837 un  groupe de jeunes peintres et dessinateurs3.

Dessin de Lisinka Poirel
Aquarelle originale de Lisinka Poirel, 29 mars 1853.

Une brève mission à Caen reconduit le couple en France en 1841. C’est à Ouistreham que Lisinka commence à rassembler ses dessins d’Algérie ; de retour à Alger, elle constitue alors une collection d’objets d’art oriental, dans le but de créer une “chambre mauresque” dans la demeure familiale de Rosières-aux-Salines. A nouveau en France en 1846, elle fait de cette pièce une évocation de la maison de campagne algéroise, qui avait pour nom Aïn Lezerach  “La source Bleue”. Elle inspirera leur ami Charles Cournault4 pour l’aménagement intérieur de sa demeure de Malzéville, La Douëra. En 1847-1748, Lisinka et Victor5 sillonnent la Turquie.

Entre 1852 et 1862, les Poirel vivent entre la France, où Lisinka tient salon à Paris l’hiver, et se repose à Rosières l’été, et l’Italie, où Victor, chargé de l’aménagement du port de Livourne, amasse une magnifique collection de tableaux, principalement de l’École vénitienne, tels Titien, Véronèse, Le Tintoret. Plus d’une centaine de toiles seront installées à Rosières, dans une galerie spécialement aménagée. Quant à Lisinka, jusqu’en 1870, elle fréquente assidûment les galeristes et antiquaires parisiens, auprès desquels elle acquière des estampes rares, comme des gravures de Jacques Callot et des œuvres de Grandville.

Sans enfant, après la mort de Victor en 1881, Lisinka Poirel décide en 1884 de léguer une partie de ses biens à la Ville de Nancy : collection de tableaux, dotation pour la construction d’une salle de spectacles (inaugurée en 1889), collection de livres6, d’estampes et de photographies. Ces œuvres viennent enrichir les collections des musées et la bibliothèque de la ville. En  juillet 1885, s’éteint Lisinska Poirel, artiste voyageuse, femme indépendante et esprit curieux, surnommée par ses amis la “femme-hirondelle”.

Les albums de Lisinka

Dessin de Lisinka Poirel
Aquarelle originale de Lisinka Poirel, décembre 1848.

 

Aquarelle originale de Lisinka Poirel (Rés.  )
Aquarelle originale de Lisinka Poirel, 18 décembre 1847.

On trouve à la Bibliothèque nationale de France un album rassemblant les aquarelles de Lisinka, longtemps attribué au peintre orientaliste Théodore Leblanc7, et celles de ses amis peintres. Un autre album d’aquarelles d’Orient, de paysages et personnages de Turquie, d’Afrique et de Normandie est donné à la bibliothèque municipale de Nancy avec le reste de la collection de livres, d’estampes et de photographies des Poirel. Là aussi, les œuvres de Lisinka  sont mêlées à celles de Théodore Leblanc, Dieudonné-Barthélémy Guibal, son père, Louis Roguin, Dévéria, Valentin, Aimé de Lemud.

Ses aquarelles fixent les habitants et les rues d’Alger, et ses portraits sont d’une extraordinaire précision, exprimant en fresques hautes en couleur les premières étapes de la présence française en Algérie. Témoignages de l’engouement de la France pour l’orientalisme et l’exotisme en ce milieu du xixe siècle, elles trouvent un écho dans les toiles d’Eugène Delacroix, Horace Vernet, Eugène Fromentin, les gravures de Raffet, dans les romans et récits de voyage de Théophile Gautier et Gérard de Nerval.

Les aquarelles de Lisinka datent de son installation à Ouistreham. Loin de la vie agitée d’Alger, elle garde présentes à l’esprit les scènes colorées des rues de la cité, qu’elle retranscrit avec soin, d’après les indications portées au dos de ses croquis. Elle suit également les conseils avisés de Delacroix pour restituer la luminosité dans les paysages de cieux. C’est à son retour en France en 1849, après son voyage en Turquie qu’elle présentera à ses amis lorrains les Albums d’Afrique, où elle a rassemblé toutes ses aquarelles.

 

 

Pour en savoir plus sur Victor et Lisinka Poirel :

Marc GENY, Victor Poirel (1804-1881), Nancy, 1970 (2 vol. dactyl.).
Agnès GUIBAL, Album d’une vie : Lisinka Poirel, P.U.F. 1989. (consultable à la bibliothèque Stanislas, cote 8 261)
Laurence VINCENT et Eve SISMONDINI, Lisinka Poirel : la femme hirondelle [expos., Nancy, 2009]
Voir une sélection des dessins des Albums

 

  1. article réalisé à partir du travail de Laurence Vincent et Eve Sismondini []
  2. notice d’autorité BnF : Poirel, Lisinska (1808-1885); forme rejetée : Guibal, Lisinska Elisavetsa []
  3. Louis Roquin, Charles Mayer, François Mourre, Henri Reynaud… autour de Théodore Leblanc []
  4. Charles Cournault (1815-1904), artiste peintre, conservateur du Musée lorrain à Nancy, exécuteur testamentaire d’Eugène Delacroix; il en héritera “tous les objets venant d’Alger, […]” , où lui-même a séjourné. []
  5. Victor Poirel avait été pressenti pour un projet d’aménagement de la rivière Maritza, qui ne parviendra pas à réalisation []
  6. environ 800 ouvrages porteurs d’un ex-libris représentant la signature de Victor Poirel, au timbre humide []
  7. Lisinska Poirel n’a signé ni dessins, ni aquarelles, ce qui peut expliquer cette erreur d’attribution []