Archives de catégorie : L’histoire des collections

Nouvelle acquisition : un recueil de dessins d’architecture du XVIIIe siècle

La Bibliothèque Stanislas vient de faire l’acquisition d’un exceptionnel recueil de dessins d’architecture dont la plupart sont de l’agence de l’architecte Germain Boffrand (1667-1754). Entré dans les collections grâce au don d’une famille d’origine lorraine, il vient aujourd’hui compléter le fonds de l’architecte Augustin-Charles Piroux (1749-1805), puisqu’il s’agit d’un recueil qui faisait partie de sa collection.

Histoire du recueil

Dans l’histoire de ce recueil, il y a parfois beaucoup de confusion. D’une part, parce que sa trace est difficile à pister et d’autre part, parce qu’il y a eu de nombreuses confusions avec d’autres volumes d’œuvres d’après ou contenant des œuvres de Germain Boffrand.

Demange, Joseph (1716-1781), Plan de la maison et de l’église projetée des dames religieuses de la visitation avec le nouveau bâtiment des pensionnaires, 1755, dessin à l’encre, aquarelle sur papier vergé marouflé sur toile, M-PI-AL-00002-185.

L’histoire du recueil commence au début du XVIIIe siècle avec l’architecte lorrain Joseph Demange (1716-1781). Actif entre 1753 et 1781, il est l’auteur de plusieurs projets architecturaux à Nancy dont un projet de reconstruction pour le monastère de la Visitation de Nancy : pour le pensionnat des visitandines de Nancy vers 1760 et d’un projet pour l’église de la visitation vers 1770. Durant sa carrière, l’architecte s’était constitué une documentation et une bibliothèque rassemblant des dessins des architectes et artistes de son temps. À sa mort en 1781, l’architecte lorrain Augustin-Charles Piroux rachète à la veuve Demange treize volumes de sa bibliothèque. Le recueil de dessin des « Oeuvres de Boffrand » figure parmi ces treize volumes et la mention de cet achat par Piroux est inscrite sur le contreplat supérieur du recueil1.

Mulnier Charles-Félix (1739-1792), Portrait d’Augustin Charles Piroux, 1787, huile sur toile, 82 x 67 cm, nouvelle acquisition, Musée du Château de Lunéville.

La collection et la bibliothèque d’Augustin Charles Piroux.

Dès son jeune âge, Augustin-Charles Piroux achète régulièrement des livres de sciences, de géométrie et d’architecture. Sa passion pour les livres l’amène à constituer une bibliothèque importante constituée de plus de 2 000 volumes. Ses livres de comptes montrent que les achats de livres tiennent la première place dans ses dépenses et cela pendant plus de vingt ans. Il ira même jusqu’à s’endetter auprès de son libraire pour en acquérir.

Sa collection est complétée d’ensembles documentaires en liasses et en feuilles, de plans, de dessins, de modèles.

Aujourd’hui, peu d’ouvrages de cette fameuse bibliothèque ont été retrouvés. Un seul figure à la bibliothèque de Nancy, portant son ex-libris manuscrit.

Les donateurs du recueil des Oeuvres de Boffrand possédaient également un recueil de gravures portant l’ex-libris de Piroux. La bibliothèque Stanislas s’est portée acquéreuse de ce volume afin de compléter la collection Piroux. Ce recueil de gravure est un assemblage de différentes suites de modèles d’éléments d’architecture : modèles de cheminées, de fontaines, etc.

A partir de 1781, le recueil des Oeuvres de Boffrand fait donc partie de la collection de l’architecte Augustin-Charles Piroux. Il utilisera ce recueil dans le cadre de sa profession d’architecte et il retirera même plusieurs dessins du recueil. Certains d’entre eux ont pu être localisés, dont l’un à la bibliothèque Stanislas, dans le fonds Piroux entré à la fin du XIXe siècle, dans le Recueil des belles maisons, hôtels, châteaux executés en  Lorraine2.

Anonyme, Élévation du pavillon de la grande cascade à Lunéville, vers 1742-1743, dessin à l’encre et lavis d’encre sur papier vergé, M-PI-AL-00001-064

À la mort d’Augustin-Charles Piroux, son fils Joseph Piroux (1800-1884) conserve cette collection et cette bibliothèque remarquable. Il donnera toutefois accès aux documents et aux dessins à certains érudits lorrains du XIXe siècle, notamment à l’architecte nancéien Prosper Morey (1805-1886).

L’étude et la copie partielle du recueil par Prosper Morey

En 1865, Prosper Morey, architecte et érudit nancéien publie une étude dans les Mémoires de l’Académie de Stanislas 1865 intitulée « Notice sur la vie et les œuvres de Germain Boffrand »3. Dans son article, il recense les œuvres attribuées à l’architecte et décrit les dessins existants. Il explique très clairement avoir eu accès à la plupart des dessins originaux de Boffrand grâce à Joseph Piroux, fils de l’architecte Augustin-Charles Piroux : «Nous devons à l’extrême obligeance de M. Piroux, fondateur et directeur de l’établissement des sourds-muets de cette ville, fils d’un architecte lorrain du plus grand mérite, la communication de la plupart des dessins originaux de Germain Boffrand4.

Agence de Germain Boffrand, Grand cabinet de son altesse royale Madame dans l’angle du côté de Nancy, côté de la cheminée, vers 1710-1711, dessin au crayon graphite, encre, lavis d’encre et aquarelle sur papier vergé, M-PI-AL-00002-002.

Lors de la consultation de ces œuvres, il fera réaliser par ses dessinateurs des calques de certains des dessins5. Il constitue avec ces calques  un recueil de 101 dessins d’architectes tirés de l’œuvre de Boffrand. Ce recueil intitulé «Recueil des œuvres inédites de Boffrand» figurait dans la bibliothèque de Prosper Morey (il porte son ex-libris). Passé en vente à Drouot en 1920, il a été acquis par le Musée Lorrain. Il porte le numéro d’inventaire III.619.

Après la mort de Joseph Piroux en 1884, le recueil reste conservé dans la famille Piroux, par sa fille Pauline Violet-Piroux (18..-1919). Elle travaillait à l’institut des sourds muets de Nancy avec son frère et son père. Elle donne toutefois l’accès au recueil en 1908 à Paul Perdrizet (1870-1938) pour une étude comparative.

L’étude du recueil par Paul Perdrizet et Pierre Boyé.

En 1908, Paul Perdrizet, archéologue et professeur à l’université de Nancy, avait expertisé le recueil des dessins de l’architecte lorrain Jean-Nicolas Jadot (1710-1761) pour René-Jean (1879-1951), historien d’art en charge de la bibliothèque Jacques Doucet. Il met en parallèle ces dessins avec ceux de Boffrand et dans ses échanges avec René Jean, il évoque ce recueil des dessins de Boffrand qui lui a été signalé par Pierre Boyé. Il demande alors à se faire envoyer à Nancy le recueil Jadot pour le comparer directement avec le recueil des œuvres de Boffrand. Le recueil de Boffrand était conservé alors par Mme Violet-Piroux à Nancy, et, en janvier 1909, dans une lettre conservée à l’INHA dans le fonds René Jean6, elle autorise Paul Perdrizet et Pierre Boyé à venir voir le recueil de Boffrand afin de faire la comparaison sur pièce avec le recueil de Nicolas Jadot.

Le recueil des Œuvres de Boffrand a ensuite été donné par Mme Pauline Violet-Piroux en 1915 à M. Paul Pillement, médecin à Nancy et membre de l’Académie de Stanislas. Conservé par ses descendants depuis cette date, il a été donné en 2020 à la bibliothèque Stanislas.

Description du recueil

Le recueil mesure 42 cm de hauteur sur 28 cm de largeur et 7 cm d’épaisseur. La reliure est en veau brun tachetée, le dos est orné à 6 nerfs, les gardes sont en papier marbré, la pièce de titre est sur maroquin rouge. La reliure est d’origine de la constitution du recueil. La tranche est peinte en rouge.

Dos du recueil des Oeuvres de Boffrand

Il y avait à l’origine au total 201 folios dans le volume. Il manque 11 folios : les planches 146, 160, 165 à 169 inclus, 173, 186, 188, 188 bis. Le recueil contient aujourd’hui 5 gravures et 191 dessins.

Une table se trouve dans le recueil. La table descriptive qui liste les dessins est bien de la main d’Augustin Charles Piroux. En comparant l’écriture de ce recueil et du recueil des châteaux de Lorraine déjà conservé à la bibliothèque Stanislas, elles correspondent parfaitement. On y trouve dans la partie gauche les titres ou sujets des dessins et sur la partie droite des chiffres. Cette table pourrait être une comptabilité pour établir un prix d’achat du volume. On distingue des nombres de feuilles ou de pièces et des valeurs en sols ou livres.

Table manuscrite écrite par Piroux se trouvant au début du recueil, M-PI-AL-00002-001.

Les numéros dans la colonne de gauche correspondent à un numéro indiqué pour le dessin (numéro repris sur les pages du recueil original et qu’on retrouve sur les calques faits par Prosper Morey).

Certains dessins sont pliés pour pouvoir entrer dans le format du volume. Son état de conservation est plutôt bon, malgré la fragilité générale de l’ensemble.

Un nouveau regard sur l’histoire de l’art et de l’architecture en Lorraine.

L’examen approfondi de ce recueil de dessins a permis de faire des découvertes importantes sur l’histoire de nombreux monuments et édifices lorrains. Plusieurs chercheurs ont été associés aux recherches7 notamment une première étude approfondie, menée en collaboration avec Thierry Franz, responsable du musée du château de Lunéville, doctorant en histoire de l’art préparant une thèse intitulée « Les résidences ducales de Lorraine sous les règnes de Léopold et de François III (1698-1737). Architecture, arts et usages de cour » et coorganisateur d’un colloque international en 2017 consacré à l’œuvre de Germain Boffrand. Cette étude a permis d’identifier et de dater la plupart des dessins du recueil. L’analyse proposée dans la suite de cet article est le fruit de ses recherches.

Attribué à Giacomo Barilly, Perspective architecturale en quadrattura, vers 1707-1709, dessin au crayon graphite, aquarelle, encre et lavis d’encre sur papier vergé, M-PI-AL-00002-118

Des découvertes précieuses pour les grands chantiers lorrains du XVIIIe siècle

L’entrée de ce recueil dans les fonds de la bibliothèque constitue un exceptionnel enrichissement, doublé d’une opportunité rare de faire avancer l’histoire des entreprises architecturales du duc de Lorraine et de son entourage dans la première moitié du XVIIIe siècle.

Se distingue tout d’abord une soixantaine de dessins richement rehaussés de lavis en rapport avec le château de La Malgrange et le projet de reconstruction engagé par le duc Léopold. Si Morey avait copié une petite partie de ceux proposés pour le décor des appartements, leur redécouverte éclaire d’un jour nouveau ce premier grand chantier confié en Lorraine à l’architecte Germain Boffrand (1667-1754). Ils appartiennent en effet à la campagne initiale de travaux lancée en mai 1711. L’édifice prévu ne comporte pas encore les pavillons latéraux qui lui seront adjoints, après la demande du duc d’étendre le projet au début de 17128. C’est bien à ce premier état que renvoie la distribution des appartements du rez-de-chaussée, telle que la révèle l’analyse des dessins et des indications manuscrites, celles-ci permettant de reconnaître l’écriture de Louis-François Guesnon, architecte en charge de la conduite des travaux.

Tous les dessins parlent ce langage décoratif que Boffrand a mis en œuvre quelques années plus tôt à Paris, à l’hôtel de Mayenne pour le prince de Vaudémont, cousin du duc de Lorraine, et au Petit-Luxembourg, résidence de la veuve du prince de Condé. Bruno Pons avait replacé dans leur contexte les propositions de l’architecte pour La Malgrange, sur la base des calques du XIXe siècle, démontrant sa capacité à intégrer les nouvelles orientations du goût parisien, sans renier un regard très personnel9. L’usage des arcades pour unifier les parois des grands cabinets est caractéristique de sa manière [M-PI-AL-00002-002], tout comme la concentration de la sculpture décorative en certains points structurants, au-dessus des cheminées, des portes et sur les frises soulignant les plafonds. Celles-ci déploient leurs arabesques ponctuées de saynètes, afin de rythmer leur déroulement en apparence continu. Les figures d’amours facétieux et de jeunes Léda avec leur cygne visibles dans l’antichambre de la duchesse [M-PI-AL-00002-22] devaient être reprises peu après dans la chambre de la duchesse à Lunéville. Car La Malgrange va servir de laboratoire pour l’introduction en Lorraine des expériences décoratives qui s’opèrent dans le Paris de la fin du règne de Louis XIV.

Agence de Germain Boffrand, Antichambre de son Altesse Royale madame coté de la cheminée, vers 1710-1711, dessin au crayon graphite, encre et lavis d’encre, aquarelle sur papier vergé, M-PI-AL-00002-022

L’opportunité de pouvoir désormais embrasser la presque totalité du rez-de-chaussée de La Malgrange confirme le soin que Boffrand donne à deux notions fondamentales pour l’aménagement intérieur en France : le progrès en richesse au fil des espaces et l’adéquation du décor à l’usage de la pièce. C’est ce que révèle la découverte des dessins conçus pour l’appartement « à droite sur la cour » que Morey n’avait pas reproduits. Destinée aux hôtes du château, cette enfilade symétrique au logement du duc se distingue par des proportions réduites et surtout par une ornementation plus discrète, et donc convenable au statut de l’occupant des lieux [M-PI-AL-00002-010].

La Malgrange confirme ainsi sa valeur de champ d’expérimentation autour du goût parisien le plus moderne, grâce à cette série de dessins sans doute destinés à être soumis au commanditaire. Leur qualité remarquable ne peut que faire regretter qu’ils soient restés dans les cartons, Léopold renonçant à faire achever La Malgrange vers 1720. D’autres projets de décor se rencontrent dans le volume, mais cette fois pour les appartements officiels de Lunéville. Nous avons pu préciser la chronologie de la nouvelle aile ducale construite par Boffrand côté jardin à partir de l’été 1712 puis reprise après l’incendie de 1719, quand les appartements de Léopold et de son épouse passèrent de l’étage au rez-de-chaussée10. Nous pensons reconnaître dans une belle étude au crayon pour deux parois lambrissées une première idée pour le cabinet d’angle, mais sans pouvoir la dater avec plus de précision [M-PI-AL-00002-048]. On retrouve l’original d’un calque de Morey montrant le mur de la cheminée de la chambre de la duchesse. La découverte d’une feuille supplémentaire dédiée à la face des croisées permet d’associer cette proposition à l’état d’avant l’incendie de 1719, quand les ouvertures de l’étage étaient encore rectangulaires [M-PI-AL-00002-046].

Agence de Germain Boffrand, Elévation de deux parois d’une même pièce, sans doute un cabinet d’angle, hypothèse de décors pour Lunéville, projet pour le cabinet d’angle des appartements ducaux de Lunéville, soit vers 1715 ou 1719. dessin au crayon graphite sur papier vergé, M-PI-AL-00002-048

Vers 1715, Boffrand mobilise ses talents de bâtisseur et de décorateur pour le chantier de l’hôtel de Marc de Beauvau-Craon sur la place de la Carrière à Nancy. Dans son étude sur l’architecte11, Morey avait mentionné la conservation de ces dessins pour la somptueuse demeure des favoris du duc. Il n’en avait copié qu’un seul, celui décrivant le mur de la cheminée du cabinet [M-PI-AL-00002-074]. La trentaine de feuilles originales autorise désormais le chercheur à parcourir tout le grand appartement ouvert sur la place ainsi que les lieux de retraite réservés aux commanditaires. Ces décors d’encre et de papier peuvent être rapprochés des éléments toujours en place dans les anciennes pièces de réception, comme les frises sur le thème des saisons ou des amours musiciens, ou encore le couronnement d’une cheminée « en arbalète » avec son trophée d’amour qui décline plus directement le dessin de Boffrand [M-PI-AL-00002-051]. Comme pour La Malgrange, l’étude de l’ensemble restitue la distribution originelle de l’étage noble, différente de celle visible sur les planches du Livre d’Architecture publié par Boffrand en 1745.

Boffrand (Germain), Hôtel de Craon, grande chambre côté de la cheminée, 1715, dessin au crayon graphite, encre noire et brune à la plume et annotations à la sanguine sur papier vergé, M-PI-AL-00002-051

Le recueil contient plusieurs dessins pour différents chantiers nancéiens, en particulier pour l’achèvement de la primatiale, actuelle cathédrale. Un autre projet retient l’attention. Il s’agit d’un plan du rez-de-chaussée du palais ducal tel que le duc Léopold souhaite le moderniser à partir de 1717 [M-PI-AL-00002-191]. Son architecte a conçu un édifice imposant dont les bâtiments forment un rectangle autour d’une cour centrale. Le tout vient empiéter à l’est sur l’ancien palais, en partie abattu, notamment pour établir le nouveau logis ducal à l’extrémité nord de la place de la Carrière. Les travaux sont menés à un rythme soutenu jusqu’en 1719, lorsque l’incendie du château de Lunéville contraint le duc à davantage d’économies. Boffrand doit alors reprendre son projet. L’analyse des comptes nous a révélé la suppression de l’aile orientale, longeant le bastion des Dames12. C’est précisément ce moment du chantier qu’illustre le nouveau plan, qui montre une simple terrasse bordée d’une grille en place du bâtiment jugé désormais superflu. Le dessin témoigne ainsi par l’image du déclin des ambitions du duc de Lorraine pour son palais, finalement abandonné au profit de Lunéville au début des années 1720.

Agence de Germain Boffrand, Plan du rez de chaussée du palais de Nancy, , 1719, dessin au crayon graphite et encre sur papier vergé, M-PI-AL-00002-191

De nouvelles pistes de recherches

Le retour aux dessins originaux permet en outre de réinterroger certains projets. C’est le cas pour une coupe sur deux niveaux montrant le vestibule d’un escalier et un salon de réception à l’étage [M-PI-AL-00002-176]. Les ouvertures en plein cintre reliées par des écoinçons chantournés avaient conduit les historiens à voir dans cette composition attribuée à Boffrand l’une des sources pour le salon ovale de la princesse de Soubise, chef-d’œuvre de la rocaille parisienne du milieu des années 1730. Sur la base du calque de Morey, Bruno Pons a publié ce dessin comme « un projet pour le grand cabinet de La Malgrange », le proposant comme un jalon majeur dans l’évolution des arts du décor. L’examen de l’original nous incite à infirmer cette hypothèse. Les deux pièces associées à un escalier ne correspondent en rien aux différents plans de La Malgrange. En revanche, elles s’inscrivent jusque dans la disposition des accès dans ceux fournis peu après 1754 par Jean-Nicolas Jadot pour le château de Mariemont, demeure de plaisance du prince Charles-Alexandre de Lorraine, dernier fils de Léopold alors gouverneur des Pays-Bas autrichiens13. Si l’architecte lorrain devait finalement s’orienter vers le néoclassicisme précoce pour les projets suivants, il aurait rendu hommage à Boffrand dans une première proposition qui ne ferait que décliner les courbes du célèbre décor parisien diffusé par le Livre d’Architecture.

Attribué à Jean-Nicolas Jadot, Premier projet pour le salon central et l’escalier du château de Mariemont en Belgique, vers 1754-1760, dessin au crayon graphite, encre et lavis d’encre sur papier vergé, M-PI-AL-00002-176

Aux noms de Boffrand et sans doute de Jadot s’ajoute celui de plusieurs sculpteurs. Une étude reste à mener sur les projets de tombeaux destinés à la dépouille de Charles V (1643-1690), père de Léopold, où les initiales de Nicolas Renard (1654-17..) et celles de Barthélemy Mesny se superposent parfois. Le volume conserve une belle composition à la sanguine pour le tympan du fronton de l’hôtel de la Monnaie [M-PI-AL-00002-187]. Sous les armes de Lorraine flanquées d’alérions, une inscription dit l’hostilité qui oppose l’auteur du dessin à Rémy-François Chassel. L’écriture heurtée pourrait être celle de Jean Vallier, l’un des principaux artistes actifs sur les chantiers ducaux. Les tensions peuvent y être vives, ce que confirme de façon encore plus spectaculaire une feuille dessinée à l’encre. Devant le château de La Malgrange, on voit un sculpteur à l’air farouche qui achève son ouvrage sur un groupe allégorique figurant le Temps qui dévoile la Vérité [M-PI-AL-00002-134]. Rien n’atteste de pareille commande dans les comptes. Entre mensonge et ressentiment, le sujet même de cette charge vengeresse laisse entrevoir le contexte humain des travaux voulus par Léopold.

Anonyme, La Vérité dévoilée par le Temps, vers 1715-1720, dessin au crayon graphite, encre, lavis d’encre, gouache blanche et fusain sur papier vergé, M-PI-AL-00002-134

Le recueil contient une dernière énigme, qui nous mène sur les traces d’un projet méconnu de ce prince bâtisseur, sans doute lié à l’histoire galante de sa cour. Morey avait reproduit l’élévation d’un édifice avec l’inscription le désignant comme un projet pour l’abbatiale d’Autrey. Mais l’examen de l’original prouve que l’annotation est apocryphe, peut-être de la main de Demange ou de Piroux [M-PI-AL-00002-193]. La localisation elle-même interroge car rien ne semble relier l’abbaye vosgienne aux velléités de construction du pouvoir. Avec la croix de Lorraine qui surmonte le lanternon et les esquisses de doubles L et de fleurs de lis sur l’entablement, la façade paraît bien porter la marque des commandes de Léopold et de son épouse Élisabeth-Charlotte d’Orléans. Quant à la qualité de la composition, elle plaide en faveur d’une attribution à Boffrand. Pourrait-il s’agir d’un projet pour l’hôtel de ville de Nancy, comme l’indique une mention rayée dans la table des matières ? L’édifice n’a pas la monumentalité attendue pour un bâtiment public. La présence au verso de l’inscription « pour Autray » pourrait ouvrir la voie à une autre hypothèse. Depuis le XVIIe siècle le domaine ducal intègre au sud de Nancy la terre et le château d’Autrey-sur-Madon. Le duc y missionne en 1702 son jardinier Yves des Hours pour en lever le plan14, avant qu’un incendie frappe le logis en 171115. Léopold aurait-il alors confié à Boffrand l’idée d’une reconstruction ? Ce choix serait justifié par la proximité d’Haroué, chef-lieu d’un marquisat pour lequel le duc a justement engagé en 1711 une procédure destinée à y établir son ami Marc de Beauvau-Craon, et peut-être plus encore l’épouse de ce dernier, favorite en titre. Le dessin garderait alors le souvenir du rêve fugace d’un duc de Lorraine éperdument amoureux, désireux de se faire bâtir une nouvelle maison de campagne à quelques kilomètres seulement du séjour de la maîtresse de son cœur.

  1. Cette mention de l’achat du recueil par Piroux figure également dans l’article de Georges Hottenger publié en 1928 dans la revue Le Pays Lorrain (p. 197-198) : «Piroux achète 13 volumes de la veuve Demange architecte» et dans la revue Nancy-artiste du …. 1885 : «L’architecte Demange avait réuni un recueil de plans et dessins des architectes Antoine, Baligand, Goupil, Héré, du peintre provençal, qui avait décoré lui-même sa maison de campagne du Charmois, près Vandoeuvre, des sculpteurs Chassel, Dieudonné, Le Menuet, Mesny et N. Renard. À la mort de Demange en 1781, ce recueil passa à l’architecte Piroux, père du fondateur de l’établissement des sourds et muets.» []
  2. il s’agit du dessin de la façade du pavillon de la cascade de Lunéville, M-PI-AL-00001-064 []
  3. « Notice sur la vie et les œuvres de Germain Boffrand », dans Mémoires de l’Académie de Stanislas 1865, Nancy, 1866, p.203-282 []
  4. Morey (P.), « Notice sur la vie et les œuvres de Germain Boffrand », dans Mémoires de l’Académie de Stanislas 1865, Nancy, 1866, p.213-214». []
  5. seulement la moitié des dessins du recueil ont été copiés. Les titres et certains éléments d’identification n’ont parfois pas été repris sur les calques ou sont parfois erronés []
  6. INHA, Fonds René Jean, lettre 605 []
  7. Je souhaite remercier Yann Vaxelaire, architecte au service de la ville de Nancy pour le secteur sauvegardé, doctorant sur l’histoire de la ville de Nancy, Raphaël Tassin, docteur en histoire de l’art, auteur d’une thèse intitulée « Giovan Betto (1642-1722) et les architectes italiens en Lorraine (fin XVIIe-début XVIIIe siècle) » et Pierre-Hippolyte Pénet, conservateur au palais des ducs de Lorraine-Musée Lorrain, pour l’aide scientifique à l’identification et à la datation de certains dessins []
  8. Cf. notre thèse en cours, Les résidences ducales de Lorraine sous les règnes de Léopold et François III (1698-1737). Architecture, arts et usages de cour, préparée à l’université de Lorraine sous la direction du professeur Pierre Sesmat. []
  9. Bruno Pons, « Germain Boffrand et le décor intérieur », dans Michel Gallet, Jörg Garms (dir.), Germain Boffrand 1667-1754. L’aventure d’un architecte indépendant, Paris, Herscher/Délégation à l’Action Culturelle de la Ville de Paris, 1986, p. 187-252. []
  10. Thierry Franz, « Les appartements ducaux au château de Lunéville sous Léopold et François III (1698-1737) », Annales de l’Est, 2011, n°1, p. 223-252. []
  11. Mathieu-Prosper Morey, « Notice sur la vie et les œuvres de Germain Boffrand, premier architecte de Léopold duc de Lorraine et de Bar », Mémoires de l’Académie de Stanislas, 1866, p. 203-282. []
  12. Thierry Franz, « Le palais ducal de Nancy dans la première moitié du XVIIIe siècle. Architecture et vie de cour », Le Pays lorrain, 2017, n°3, p. 199-214. []
  13. Paris, Bibliothèque de l’INHA, Recueil Jadot, fol. 107 et 109. []
  14. Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, B 1556. []
  15. Jacques Choux (dir.), Dictionnaire des châteaux de France. Lorraine, Paris, Berger-Levrault, 1978, p. 33. []

Kraft, emprunter autrement en temps de Covid (et après…)

La pandémie du Covid-19 a contraint les bibliothèques, comme beaucoup de commerces et de services, à revoir leur fonctionnement pour garantir une offre minimale à leur public, dans un contexte de restrictions sanitaires. Presque toutes ont développé le click&collect au moment du premier déconfinement fin mai 2020. Les Bibliothèques de Nancy n’ont pas échappé à ce mouvement, et y ont même vu l’opportunité de rebondir sur les nouvelles habitudes prises par les Français et d’imaginer des services d’emprunt distants.

Confinement / déconfinement (mars-juin 2020) : où l’on conçoit et démarre Kraft

Samedi 14 mars 2020, 20h. Le Premier Ministre annonce le confinement et la fermeture le soir même des établissements recevant du public. Les Bibliothèques de Nancy ferment donc sans préavis et suspendent tous leurs services pendant de longues semaines.
Les équipes sont en télétravail, et profitent de cette période pour mettre au point plusieurs scénarios de service au public en prévision du déconfinement. Le click&collect1 en est un, dans l’hypothèse d’un protocole sanitaire où les bibliothèques ne seraient pas autorisées à rouvrir tout de suite leurs portes mais où le personnel pourrait retravailler in situ.
Or, dès 2019, bien avant la crise sanitaire, l’équipe avait commencé à réfléchir à une offre d’emprunts distants, basée sur des commandes de documents à retirer ailleurs que dans les bibliothèques. L’idée envisagée alors était de créer des partenariats avec des commerçants et de disséminer des casiers dans des points stratégiques de la ville.
C’est avec cette perspective en tête que les équipes conçoivent le click&collect, pour répondre aux contraintes sanitaires, bien sûr et avant tout, mais aussi à titre d’expérimentation d’un service futur.

Visuel de communication du service Kraft, réalisé par Fabien Veançon.

Le click&collect à la mode Covid n’est donc pas à Nancy le pis-aller que nombre de bibliothèques y ont vu et c’est pourquoi il est « packagé » dès sa conception pour le rendre attractif, via un nom, un visuel et un site internet :

  • Il est baptisé Kraft, un nom métonymique et facilement déclinable (emprunter un kraft, Krafts surprise, comptoir Kraft etc…)
  • Un visuel assorti d’un logo est commandé au graphiste attitré des Bibliothèques, Fabien Veançon.
  • Un site internet est réalisé en interne, assez souple pour s’adapter aux organisations de service qui vont se succéder au gré des confinements et autres couvre feux : http://kraftnancy.fr/

Sur cette base, des supports de communication sont créés (vidéo FB, panneau d’affichage…), dans une stratégie de promotion conjointe avec le service patrimonial SARA , porté dans le même contexte que Kraft par la Bibliothèque Stanislas, et le site Limédia Mosaïque.

Le nom et le visuel sont également déclinés sur des supports fonctionnels. Une tonnelle aux couleurs de Kraft est installé à la Manufacture au droit de la porte tambour pour signaler l’accès au service. Les étiquettes apposées par les bibliothécaires sur les sacs sont formatées et soignées, et déclinées avec des codes couleurs pour les différents établissements.

Le barnum où les usagers viennent retirer leur commande de sac Kraft

La création d’une identité globale percutante a permis une information rapide puis une appropriation du service par le public. Lorsqu’au déconfinement, la préconisation est de ne pas rouvrir les bibliothèques françaises, Nancy est prête en termes d’organisation et de communication, et lance le 3 juin son service de click&collect2.

Kraft permet alors aux usagers de réserver à l’avance jusqu’à 6 documents, via le catalogue du réseau Co-libris, paramétré pour permettre la réservation des documents en rayon. Les commandes sont préparées et mises en sac par les bibliothécaires, pour un retrait, confirmé par mail, à J+2 en moyenne. Ce type de commande est appelé « Kraft à la carte ». Il est également proposé aux usagers d’emprunter des « Krafts surprise » avec des documents sélectionnés par les bibliothécaires et suivant des catégories : genres, classes d’âge…

Les Krafts surprise connaissent un vrai succès !


Pour le retrait des krafts, la Médiathèque Manufacture ouvre un comptoir dans le sas de son entrée, peuvent y être retirés ses propres documents et ceux de la Bibliothèque Stanislas, acheminés par navette. La Médiathèque Haut-du-Lièvre ouvre également un comptoir pour son public et ses documents. 250 commandes hebdomadaires en moyenne sont passées au cours du mois de juin.

Préparation des sacs Kraft à distribuer aux usagers

Dans la cour de la Manufacture, un autre accès au bâtiment est aménagé pour recevoir les retours déposés par les usagers, évitant ainsi le croisement des flux de publics. Ces documents sont mis en quarantaine pendant 3 jours avant d’être retirés des cartes des usagers. 50 000 documents sont « dehors » au moment du confinement en mars, un afflux important a donc lieu en juin, pour ne pas dire une ruée, pour rendre les documents détenus depuis février ou mars, et qui avaient été prolongés globalement jusqu’au 30 juin.


Un soin particulier est apporté aux procédures internes de Kraft, pour fluidifier les circuits, et permettre aux agents de se concentrer sur ce qui est l’essence du service (et du travail d’un bibliothécaire) : la sélection de documents. La bonne information des utilisateurs est une préoccupation constante, qui passe par la multiplicité des moyens de communication : par exemple une ligne téléphonique dédiée est créée pour les usagers peu à l’aise avec l’informatique.

C’est un moment intense, dense et relativement joyeux, où les équipes se retrouvent autour d’un défi opérationnel collectif après des semaines de conception en distanciel, et où, enfin, elles renouent avec leur public.

Accalmie estivale (juillet-septembre 2020) : où l’on teste, pratique, expérimente…

Fin juin les bibliothèques françaises sont autorisées à rouvrir avec des contraintes sanitaires fortes, mais l’étau sanitaire se desserre avec la montée des températures. La plupart des établissements abandonnent le click&collect, mais pas Nancy, pour les raisons déjà évoquées : continuer le service permet d’évaluer si un besoin existe hors crise sanitaire.
Mécaniquement, la réouverture des Bibliothèques fait chuter les commandes Kraft. Toutefois, bon an mal an, les usagers continuent d’utiliser le service tout au long de l’été, alors même que les chiffres de fréquentation physique peinent à reprendre un cours normal. Une vingtaine de commandes sont passées en moyenne par semaine. Un formulaire dédié sur kraftnancy.fr3 remplace le catalogue Co-libris pour effectuer les commandes : la réouverture de tous les établissements du réseau Co-libris créant en effet des conflits de paramétrage au niveau des réservations sur les documents en prêt et en rayon. De plus, le formulaire permet de proposer, via une liste déroulante, des retraits en tous points du réseau nancéien : commander un document du Haut-du-Lièvre et se le faire livrer à Stanislas, etc. La navette quotidienne entre tous les sites est désormais également chargée de véhiculer les krafts. Les usagers utilisent largement cette nouvelle possibilité qui s’ouvre à eux.
Un sondage est effectué fin août 2020, 60 utilisateurs réguliers du service y répondent.
– 91 % des usagers se déclarent satisfaits du service, 9 % moyennement satisfaits.
– Le sondage propose trois motifs d’utilisation, plusieurs réponses sont possibles : la raison sanitaire est la plus citée (40 occurrences), mais seulement 17 fois en raison unique. Les autres raisons (pour gagner du temps, pour profiter de la sélection des bibliothécaires) font de bons scores : 22 occurrences chacune.
– 65% indiquent qu’ils continueront de l’utiliser s’il est pérennisé au-delà de la crise, 18% ne l’utiliseraient plus, 20% n’ont pas d’avis. 50% sont intéressés par des points de retrait autres que les Bibliothèques et 25% déclarent explicitement qu’ils préféreraient venir retirer leurs krafts en bibliothèque.


Une nouvelle occasion d’expérimentation se présente en septembre avec le Livre sur la Place, contraint lui aussi de revoir drastiquement son fonctionnement : pas de chapiteau, et donc pas de stand pour les Bibliothèques ! Un partenariat avec les commerçants du marché central, via l’animatrice du Centre Ville, permet d’assurer une présence des Bibliothèques pendant ce temps fort de la vie culturelle nancéienne. Un stand est mis à notre disposition au marché central pendant 2 semaines et nous y installons un comptoir Kraft. Customisé par les bons soins du service Insertion de la Ville et avec le soutien de certains maraîchers, le stand a fière allure. Ce lieu de retrait est ajouté au formulaire de commande de documents et des krafts surprise sont proposés sur place. Il est également possible pour les passants de s’inscrire. Le stand, tenu par des bibliothécaires et des Ambassadeurs4 est l’occasion de faire connaître le service aux clients habituels du marché.
L’opération a permis d’inscrire 85 nouvelles personnes et 140 sacs ont été prêtés, certains usagers habituels de Kraft l’ont choisi comme point de retrait ou sont venus chercher des krafts surprise.

Le comptoir Kraft permet aux usagers de retirer leurs sacs Kraft en coeur de ville, au marché central de Nancy.

Du reconfinement au couvre-feu (octobre 2020 – janvier 2021) : où l’on imagine le futur de Kraft

En novembre, au deuxième confinement, les Bibliothèques ferment, et la Bibliothèque Stanislas ouvre à son tour un comptoir Kraft, en plus des médiathèques Manufacture et Haut-du-Lièvre. Il est toujours possible de commander et retirer indistinctement dans chacun de ces sites. Les horaires des trois comptoirs sont étudiés pour offrir quotidiennement le plus de possibilités à l’usager : le Haut-du-Lièvre est ouvert de 11h à 13h, la Manufacture de 13h à 16h, et Stanislas de 16h à 18h.

L’usage et la satisfaction exprimée par les usagers confortent notre intuition qu’il existe une vraie demande de modes d’emprunts alternatifs.
L’équipe se mobilise donc à l’automne sur un projet de développement de Kraft, en reprenant la réflexion où elle s’était arrêtée en mars 2020. La Covid est passée par là : l’idée des casiers est abandonnée au profit de solutions moins lourdes logistiquement et surtout plus… chaleureuses.


Deux dispositifs sont envisagés pour améliorer la desserte des quartiers où les bibliothèques municipales sont absentes, de manière légère (sans construction de nouveaux équipements ni recrutement supplémentaire) :

– le déploiement de points de retrait (comptoirs) Kraft chez des commerçants, dans des structures institutionnelles, associatives ou de service (centres sociaux, mairies de quartier, MJC…), pour le retrait de krafts à la carte.
Une première expérimentation est mise en place en décembre 2020 avec l’ONPA en direction des personnes âgées isolées.
– la tournée d’un véhicule baptisé « Kraftruck », chaque jour dans un quartier différent, à des endroits stratégiques et animés (parcs, places, aires de jeu…). Seront proposés à l’emprunt des krafts surprise, très appréciés en particulier des enfants et des familles. Ce sera aussi l’occasion de faire connaître les Bibliothèques aux personnes de passage.

Pour le véhicule, le choix se porte sur un triporteur vintage, l’Ape Piaggio, aménagé pour se déployer en comptoir de distribution, aux couleurs du service, et d’aspect attrayant et ludique. Le collectif nancéien La Cagette est retenu pour le projet d’aménagement.

Dessin préparatoire du projet « Kraft truck »
Dessin préparatoire du projet « Kraft truck »

En janvier 2021 le projet est proposé aux élus culture et aux élus de territoire de Nancy. Ils le valident et apportent leur éclairage sur le choix des emplacements de desserte du Kraftruck et de comptoirs.
En offrant la possibilité à chaque habitant d’emprunter « dans son pâté de maison », ou plus précisément à moins de 10 minutes à pied de son domicile, Kraft s’adresse particulièrement
– aux publics éloignés de la lecture, qui trouveront là une alternative moins intimidante à l’institution bibliothèque ;
– aux personnes empêchées par leur âge ou leur handicap, qui pourront plus facilement se rendre ou envoyer un aidant (professionnel ou proche) au point de retrait ;
– aux actifs, qui peinent parfois à concilier travail, vie de famille et loisirs et n’ont pas toujours le temps de se déplacer jusqu’aux bibliothèques durant leurs heures d’ouverture.

 

De la contrainte naît la créativité, dit-on… Indispensable pendant toute la durée de la crise sanitaire, Kraft s’avère une piste efficace et innovante pour développer l’emprunt en circuit court. Avec une économie de moyens, il se veut un complément agile des bâtiments bibliothèques-bâtiments, et permettra une amplitude horaire diversifiée et élargie, en jouant notamment sur le lundi, jour de fermeture dans le réseau. L’usager pourra à sa guise puiser dans les différentes possibilités offertes par Kraft, en alternative ponctuelle, régulière ou permanente à l’emprunt classique sur place dans les Bibliothèques.
Le lancement est prévu en mai 2021, on en reparle dans quelques mois sur Epitomé !


Paroles de krafteurs :

« J’ai trouvé l’idée lumineuse et vraiment extra. J’espère que cela va continuer, je souhaite vraiment emprunter les sacs surprise tellement les sélections étaient chouettes. »
« Très très satisfaite : choix pertinent et très intéressant, des découvertes que je n’aurais pas faites autrement, ni ma fille. A poursuivre SVP »
« Malgré le côté pratique des sacs krafts je préfère mille fois la déambulation dans les rayonnages…feuilleter, lire quelques lignes et l échange également avec personnels des médiathèques. Cette formule ne peut être utilisée qu’ exceptionnellement »
« Service très pratique qui n’exclut pas le choix direct à la bibliothèque »

  1. Appelé aussi « cliquez et emportez ». []
  2. Les autres bibliothèques du réseau Co-libris mettent en place également des services similaires, et une communication sur le site du réseau en détaille le fonctionnement pour chacune. []
  3. framaforms.org, solution open source, est choisi pour sa robustesse, les possibilités de paramétrage (envois de mails) et son outil statistique. []
  4. Depuis janvier 2017, les Bibliothèques de Nancy ont créé les Ambassadeurs culturels, une équipe d’usagers volontaires, chargés de promouvoir les activités des bibliothèques auprès de leur entourage, et de participer aux actions de promotion du service. []

Sur les pas des écrivains en Lorraine et à Nancy

Nancy, et plus  largement la Lorraine, sont des territoires d’inspiration pour nombre d’écrivains. Ce phénomène n’est pas récent, si l’on considère que Michel de Montaigne a fait l’éloge de plusieurs contrées de notre région dans son Journal de Voyage,  alors qu’il parcourait les villes d’eau dès 1580 pour soigner sa maladie de la pierre. Le fait que des écrivains contemporains ancrent leur intrigue sur le territoire avec souvent force détails a retenu notre attention et  nous a incité à imaginer des formes de valorisation de ce patrimoine littéraire.

Le site créé en 2015

En premier lieu, c’est un site répertoriant et géolocalisant des extraits d’œuvres littéraires qui a été créé en 2015 : La Lorraine des écrivains.

Le cahier des charges de ce premier site était le suivant :

« La Bibliothèque Stanislas réalise un site internet proposant de courts extraits de textes géolocalisés en Lorraine. L’idée est de mettre en place un site attractif permettant d’aller de point en point selon des géolocalisations. Ces extraits sont présentés en format sonore et retranscrit, avec mention systématique de  la source. Il est possible d’y accéder par la carte, ou en faisant une recherche à l’auteur, au lieu, par mot-clé. »

Ce site a été dévoilé lors de l’édition 2015 du célèbre salon de la rentrée littéraire de Nancy, le Livre sur la Place. Il est hébergé sur WordPress et a été entièrement réalisé en interne : sélection, lecture, enregistrement, géolocalisation, graphisme, publication, par une cheffe de projet, quelques lecteurs et lectrices parmi les équipes des bibliothèques, et l’aide de l’informaticien des Bibliothèques de Nancy. Tous les extraits audio sont téléchargeables.

Source : https://galeries.limedia.fr/ark:/18128/d4phg4wtnvvm54sn/
Vue générale de Bussang, Vosges. Carte postale (source galeries.limedia.fr)

La reprise du site initial

Nous avons pensé en 2018 qu’il était nécessaire de continuer les recherches et de les axer sur la littérature contemporaine, cet aspect-là étant trop peu présent dans les sélections mises en lecture. Reprendre les recherches pour trouver de nouveaux textes était sans doute aussi le moyen de donner une nouvelle dynamique au site et de rappeler son existence.

Sur les pas des écrivains en Lorraine, le nouvel intitulé, accentue la dimension de promenades littéraires à Nancy et dans le Sillon lorrain, nos partenaires messins, spinaliens et thionvillois ayant été invités à participer à l’enrichissement d’un site qui pourrait exister sous la marque Limédia1.

La reconfiguration du site pendant le confinement

La place Saint Epvre à Nancy, est un point clé des balades littéraires

Après plusieurs mois de recherches et la collecte de nombreux extraits littéraires, le confinement est apparu comme le moment opportun pour reconfigurer ce site.

Il s’agit de lui donner davantage d’ergonomie et de le rendre plus attractif pour les utilisateurs, avant de l’enrichir considérablement en termes de références littéraires.

Les enregistrements à distance

Cette démarche collective a été un moment fort de cette période particulière où nous étions coupés les uns des autres et confinés chez nous. Nous avons fait un appel aux volontaires sur notre blog interne. Très vite, plusieurs collègues se sont manifestés.  Ainsi, le nombre de contributeurs a considérablement augmenté, pour les lectures des extraits à voix haute : nous sommes passés, pour les Bibliothèques de Nancy, de trois à treize voix, et cet aspect collaboratif est particulièrement intéressant car, outre le bel élan et l’esprit d’équipe qu’il révèle, il procure à l’auditeur de la variété dans son parcours auditif.

Se posait la question de l’outil à utiliser pour enregistrer les textes depuis chez soi. Nous avons opté pour un logiciel en ligne libre de droits permettant de convertir les fichiers au format mp3 en toute simplicité : online convert. Ce confinement a donc permis l’enregistrement de 55 nouveaux extraits d’une trentaine de secondes chacun.

Les façades de l’Opéra de Nancy, place Stanislas, de nuit.

La mise en forme

Le travail de mise en page a été effectué parallèlement, l’outil mis en place étant simplement  un tableau partagé sur le serveur drive des Bibliothèques de Nancy, permettant d’une part la collecte de l’ensemble des informations par nos soins ainsi que la réception des fichiers audio et la vérification de leur conformité, et d’autre part, la mise en ligne par son concepteur technique. Une fois la mise en ligne effectuée, une vérification a été faite afin de s’assurer qu’il n’y avait pas d’erreur.

La part la plus compliquée en cette période de confinement a été celle des visuels : ceux de la version de 2015 avaient été fournis par le service photo de la ville de Nancy, mais les fichiers en haute définition ne sont pas en notre possession.

Pour cette nouvelle version, nous avons travaillé avec des photos personnelles, des photos libres de droits trouvées sur Internet (la plupart du temps par wikipedia) et avec quelques sites dont les concepteurs ont accepté de nous céder leurs droits gracieusement.

Désormais, la sélection d’extraits se fait en continu et donne lieu à des campagnes annuelles d’enregistrement et d’enrichissement. Pour ce faire, les lectrices et lecteurs de textes utilisent en majorité le matériel du service, ce qui permet une harmonisation du volume sonore, aspect sur lequel nous avons eu quelques difficultés durant le confinement.

La reprise du site n’est pas encore achevée . Les biographies des écrivains dont les œuvres sont citées restent à faire, et l’ergonomie d’ensemble est encore amenée à évoluer. Un travail d’harmonisation est également en cours pour présenter de manière identique les sélections de la première version et les actuelles.

 

La communication

De très belles vidéos réalisées en interne et diffusées sur la page Facebook des Bibliothèques de Nancy ont permis la mise en avant de ce travail.

Extrait de la vidéo de présentation et lecture d'un extrait de Léon Schwab, "Nancy"
Extrait de la vidéo de présentation et lecture d’un extrait de Léon Schwab, « Nancy »

Les réseaux sociaux étaient au cœur du quotidien de bien des Français durant le confinement et cela a été profitable pour faire connaître notre démarche.

Mettre ses pas sur les pas des écrivains… en vrai : les promenades littéraires de l’été

L’idée des promenades a germé avant même que nous connaissions le confinement. Une fois les recherches de textes effectuées, il s’agissait de faire valoir les collections du fonds lorrain, et plus particulièrement les collections littéraires contemporaines, hors les murs dans une formule originale.

La rue des écuries, extrait d’un texte de Michel Guillet , Nancy royale et familière »

Le format mis en place a été le suivant : une promenade à deux voix dans le quartier le plus littérairement riche de Nancy. Plusieurs circuits étaient envisageables mais l’intérêt consistait à démarrer de la bibliothèque. Proposer une formule à deux voix répondait à plusieurs objectifs. D’abord,  jouer la complémentarité des compétences mais aussi  rendre l’action plus dynamique pour le public : une lectrice, une guide, prises dans les équipes des bibliothèques.

Après la cour de la bibliothèque, nous allions Place Stanislas, puis Place de la Carrière, rue des Écuries, Parc de la Pépinière, Porte de la Craffe, devant le Palais Ducal, rue Pierre Gringoire , rue du Maure qui Trompe, Grand Rue, rue des Maréchaux pour finir Place Stanislas.

A l’issue de la promenade, les participants se voyaient remettre un livret comportant la bibliographie des extraits lus.

Le  tout devait tenir en une heure trente grand maximum. Cinq dates ont été programmées, en juillet et août 2020. La jauge, d’abord limitée à 10 personnes a pu être montée à 15. L’originalité de la formule et le contexte sanitaire ont valu un franc succès à ces promenades. Les réservations ont vite été complètes et deux dates ont été ajoutées en fin de saison.

Les retours étaient les suivants : propos novateur, approche de Nancy originale, complémentarité des deux intervenantes agréable. Malgré notre prétention à l’exactitude, nous avons pu ajouter quelques pointes d’humour, et parmi les douze extraits sélectionnés, certains étaient hauts en couleur.

Nous avons apprécié la diversité du public, des étudiants  venus spécifiquement pour le propos, des habitués de nos établissements, mais aussi des personnes ne fréquentant jamais les Bibliothèques de Nancy. Ces promenades ont donné lieu à plus de vingt nouvelles inscriptions.

Un bel article dans la presse a propulsé les réservations

Laurence Dupeyron et Graziella Favorito lisent un extrait de La Lisière de Patrick Grainville

Et après ?

Le site va continuer à évoluer et à être enrichi. Les promenades peuvent reprendre l’été prochain avec de nouvelles lectures, le choix en la matière est large.

Elles peuvent aussi être déclinées selon des thématiques. Un point nous semble intéressant pour l’avenir : envisager un partenariat de façon à terminer le parcours dans un endroit frais où les participants pourraient consommer une boisson. Cela permettrait de prolonger un peu l’échange et d’avoir des retours constructifs pour améliorer encore l’offre au public.

  1. Par ailleurs, un projet scientifique de l’Université de Lorraine avait employé en 2016 le même nom que notre modeste site, ce qui prêtait à confusion. []

La bibliothèque de saint Nicolas, un projet de médiation pour le périscolaire

4000 enfants, 300 animateurs, 60 mallettes pédagogiques : l’année 2020 nous a permis de concevoir une nouvelle formule de médiation de notre icône locale, saint Nicolas. Avec les mallettes pédagogiques de la bibliothèque de saint Nicolas, la bibliothèque est active dans la construction du patrimoine de notre territoire.

Notre intention : une mallette pour les enfants

Formule éprouvée mais efficace, la mallette de livres reste un outil dont nous maîtrisons bien la réalisation. La constitution de notre collection d’albums sur la thématique de Saint Nicolas  depuis bientôt 4 ans, nous permet de développer des compétences dans la sélection de documents retenus dans la mallette. Les collègues du service Jeunesse sont également associées dans ce choix, en raison de leur habitude de raconter à haute voix.

Cassant les usages, puisque le public scolaire ne vient encore que trop peu dans notre institution patrimoniale, la mallette doit entrer directement à l’école par le biais des animateurs des activités périscolaires de la ville.

La décision de réaliser des mallettes distinctes pour les classes de maternelles et les classes élémentaires est validée dès le départ de notre réflexion. Et cela est rendu possible par la diversité des titres dont nous disposons.

Mobiliser les énergies et partager l’idée de ce projet avec d’autres services municipaux

La réalisation de ces mallettes a été un moment de mobilisation collective dans notre établissement : compétences transversales dans la sélection des documents, savoir-faire dans la réalisation matérielle  de la mallette.

La ville dispose d’un service dédié aux manifestations populaires comme les fêtes de Saint Nicolas. Les années précédentes ont permis de réaliser différents supports de médiation comme un disque, des vidéos du défilé… autant de typologies de supports qui pourraient trouver place dans la mallette. Une clé USB, des CD exclusifs viennent ainsi compléter la sélection d’albums.

L’idée portée par la bibliothèque s’étoffe des propositions d’autres services et devient donc un projet qui mutualise les compétences et les énergies des acteurs de la ville.

Mallette classe élémentaire
Mallette de saint Nicolas

Auteurs lorrains, illustrateurs lorrains, maison d’édition lorraine : notre sélection reste profondément attachée au territoire

Plusieurs articles ont déjà évoqué la richesse de notre région quant à l’abondance d’auteurs et d’illustrateurs jeunesse. Et nous constatons qu’ils se sont bien appropriés cette thématique : le plasticien Philippe Morlot, l’auteure Christine Naumann-Villemenin, la maison d’édition Feuilles de Menthe. Pour compléter ce premier choix, ce sont les ouvrages à valeur ajoutée soit par l’illustration soit sur les possibilités de médiation qui ont été sélectionnés. Enfin quelques ouvrages de fiction sont riches d’une partie documentaire, les rendant pertinents pour notre choix.

La médiation par le jeu

Depuis que nous proposons des médiations vers un public scolaire, les bibliothécaires ont été force d’imagination pour créer des jeux de société à partir des collections patrimoniales . Lors de la réalisation du livre de coloriage sur la thématique de Saint Nicolas de l’année 2019, les droits cédés sur ces productions nous permettent d’utiliser les visuels pour la création de jeux : puzzles, memory notamment. L’intention reste de montrer que le patrimoine écrit et graphique garde une valeur d’usage pour son époque.

Avant la médiation scolaire, la médiation vers les animateurs de la ville

Nous ne souhaitons pas simplement déposer des mallettes dans les salles de garderie, mais bien donner aux animateurs toutes les clefs pour faire participer les enfants à la Saint Nicolas qui parcourt la ville, grâce à la lecture, à l’oralité et au jeu, et de contribuer à entretenir cet élément identitaire de notre région. Des séances de formation sont organisées pour faciliter une prise en main rapide du contenu de la mallette par le personnel périscolaire (300 agents).

Le support pédagogique accessible en ligne sur le personnage de Saint Nicolas réalisé en 2019 va être la porte d’entrée dans la thématique pour les animateurs. Il va permettre d’appréhender l’histoire de saint Nicolas par des éléments historiques factuels pour comprendre l’installation de la légende  dans l’espace géographique de notre territoire.

Médiation des animateurs du périscolaire de la ville de Nancy
Médiation des animateurs du périscolaire de la ville de Nancy

La présentation des albums en développant les diverses possibilités de médiations que peuvent induire la forme,  le texte, ou l’illustration permet aux animateurs de s’approprier rapidement les ouvrages.

Engagée par la constitution de la collection de livres jeunesses sur la thématique de Saint Nicolas, la mallette nous a semblé être un outil nomade de médiation qui s’inscrit dans notre volonté de créer des contenus patrimoniaux contemporains dans la dynamique de l’histoire de notre territoire. Elle nous permet également d’élargir nos actions de médiations vers le public scolaire éloigné de nos actions patrimoniales. Ce format de médiation autour du livre remplit la fonction ludique de la lecture ainsi que sa fonction documentaire ;  la thématique de cette mallette,  quant à elle, joue sur la notion d’identité de territoire.

Bibliothécaire et détective : les manuscrits non classés

Les fonds d’archives et manuscrits « vaguement ou non identifiés » constituent la partie la plus  difficile à appréhender dans une
collection patrimoniale. Beaucoup de bibliothécaires et d’archivistes aiment à se
raconter des histoires à faire frémir sur des tas au milieu desquels dorment des incunables photographiques ou des originaux de traités
ignorés depuis des siècles. À la bibliothèque Stanislas, on avait déjà retrouvé un portefeuille de lecteur dans une armoire du secrétariat, mais les archives et manuscrits avaient l’air un peu mieux connus.

L’impensé de la bibliothèque

À côté du fonds des manuscrits, des pièces cotées et décrites dans des catalogues rédigés selon des normes — sinon dépassées, du moins existantes — il existe des centaines de liasses non cotées pour
lesquelles l’instrument de recherche, quand toutefois il y en a un, se
borne à une liste sommaire du contenu. Faute de compétence
archivistique, personne dans les décennies passées ne s’était vraiment colleté à celles-ci, sinon pour en améliorer un peu le
conditionnement, et ce faisant, établir les listes sommaires.
Certaines boîtes sont numérotées (sous une double numérotation),
d’autres portent un nom de fonds, d’autres encore sont repérées comme appartenant au même ensemble par des étiquettes colorées.
Quelques-unes sont les antiques « custodes » de la bibliothèque, boîtes recouvertes de papier vert utilisées depuis le xixe siècle.
En rassemblant le savoir cumulé des bibliothécaires, des notices
succinctes avaient été rédigées en 2009-2010 pour certains fonds,
donnant un petit aperçu de l’effort à mettre en œuvre pour éclaircir
la situation.

Boîtes du fonds Herpin
Un échantillon d’un fonds connu au niveau 2.

La consultation de ces fonds est évidemment
quasi-inexistante, puisqu’elle ne repose que sur l’échange direct
entre un-e bibliothécaire connaissant leur existence et ayant une vague idée de leur contenu, avec un chercheur, dans la salle patrimoniale, menant au jaillissement d’une proposition de consultation quasi à l’aveugle.

Lorsqu’a été formulée la demande du Ministère de la Culture d’achever le Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques, il n’était plus possible de différer, et bien que l’équipe de la bibliothèque se soit en premier lieu consacrée à avancer sur les
ensembles de manuscrits les plus « simples » (comparativement), la nécessité d’aller plonger dans les boîtes non classées s’est faite pressante. Sans doute aurions-nous pu nous contenter de mettre en forme et publier les listes sommaires dont nous disposions, et peut-être nous y serions-nous résolues si une formation d’abord, la présence d’une catalogueuse spécialisée salariée de l’agence Interbibly ensuite, n’avaient libéré de l’esprit et du temps pour envisager un travail dans les règles de l’art1.

Le tamis

La première étape a été de constituer un tableau de bord des fonds en fonction de l’état d’avancement de leur classement, afin d’évaluer la situation et de programmer le travail de la catalogueuse. Il est
apparu en son sein un ensemble de liasses qui ont pu être rassemblées sous une numérotation quasi-continue de 1 à 1512 + 6 boîtes non numérotées, et concordant avec la liste sommaire principale. Le tableau d’assemblage entre les mentions portées sur les boîtes et les intitulés de la liste a permis de construire un deuxième tableau de bord par liasses. En l’absence d’espace suffisant pour étaler durablement et en toute sécurité les 151 liasses, il a fallu procéder ensuite par petits morceaux.
Tout d’abord, nous avons isolé les liasses consécutives qui avaient
manifestement un rapport entre elles, en vérifiant que les liasses
précédentes et suivantes n’en avaient pas, en se fondant sur le style
des conditionnements et la graphie. Ces liasses ont été identifiées
assez facilement, quoique qu’il y fallait une bonne connaissance de
l’histoire de la bibliothèque, notamment une fréquentation de ses
archives que peu de bibliothécaires dans l’équipe possèdent
suffisamment, et de l’érudition locale depuis le début du xixe siècle.

Deux « découvertes » motivantes

Nous avons réussi à isoler le « fonds Piroux »3, dont les plans sont anciennement connus et décrits au fonds iconographique et dont la numérisation était en cours en 2018-2019. Il apparaît que ces centaines de plans sont extraits de dossiers, le tout formant sans aucune hésitation possible le fonds de l’agence d’architecture d’Augustin Piroux (1749-1805), accompagné des archives de sa lieutenance de police à Lunéville. Parvenir à identifier clairement ce fonds, dont nous connaissions l’existence sans pouvoir l’appréhender vraiment, et d’une importance extraordinaire pour l’architecture et le génie civil en Lorraine au xviiie siècle, a été la source d’une grande motivation, en plus de retirer du vrac à traiter une dizaine de boîtes d’un coup. Un projet Piroux est ainsi programmé avec description à la pièce et numérisation
de ce fonds.

Bras de lustre pour la synagogue de Nancy, Charles-Augustin Piroux.
Bras de lustre pour la synagogue de Nancy, Charles-Augustin Piroux.

L’histoire de l’identification du fonds des Tiercelins repose sur la
relecture fréquente de la liste de départ, pour essayer d’en extraire de nouveaux ensembles de liasses, et l’échange avec un chercheur. Avions-nous d’autres manuscrits à propos du duc Charles IV (1604-1675) que ceux mentionnés au catalogue ? Oui, justement, nos yeux voient passer cet intitulé : « matériaux pour l’histoire du duc Charles IV » sans description malheureusement. Le chercheur, qui n’a à perdre que 20 minutes, accepte de regarder cette boîte-mystère. Il revient en s’excusant presque : « ce n’est pas ce que je cherchais mais ça ressemble beaucoup aux travaux du père Donat »4. Nous courons de concert à nos meilleurs outils bibliographiques (Gallica, archive.org, l’Histoire de Nancy de Christian Pfister…). Victoire : dans un article aguicheur sur les maîtresses du duc Charles IV, Justin Favier lui-même passe une page à décrire les douze cartons du fonds dit « des Tiercelins », fonds qu’il a consulté pour son article mais qu’il n’a manifestement jamais pris la peine de classer, sauf peut-être la correspondance du père Donat, convenablement cotée dans le fonds des manuscrits depuis la fin du xixe siècle. Travail à moitié, donc, et l’autre moitié pas du tout identifiée comme lui étant reliée. Et surtout, fonds considéré comme réglé depuis lors. Les matériaux inédits rassemblés dans le « fonds des Tiercelins », contenant à la fois les archives du couvent et les papiers de l’historien, n’attendent désormais que leur chercheur.

Enfin, citons aussi l’exhumation des papiers Save et des papiers
Courbe, tous deux érudits de la fin du xixe siècle, l’un pour
Saint-Dié-des-Vosges, l’autre pour Nancy, et dont les archives
réputées « à la bibliothèque » prennent désormais consistance.

La pelote de laine

Tous ces fonds identifiés, et quelques autres, ne sont pas encore
classés ni leurs inventaires publiés, mais néanmoins ils ont permis de
restreindre d’un tiers le nombre de liasses à identifier. Les deux
derniers tiers ne sont pas les plus simples. Nous comptons sur la
patiente imprégnation des descriptions sommaires et le rapprochement des conditionnements, ainsi qu’une plongée plus fine encore dans le monde de l’érudition lorraine grâce au projet ERUDHILOR5 pour éliminer progressivement les zones d’ombre et rendre justice aux érudits du passé en leur attribuant correctement les archives dont ils ont bien voulu faire don à la bibliothèque depuis un siècle et demi en espérant être utiles au plus grand nombre.

  1. Le service remercie ici le conseil et les actions conjointes d’Émilie Chevalme, Estelle Schneider, Ariane Lepilliet et Manon Hue dans la réalisation de ce projet. []
  2. Double numérotation, abandonnée, 175 à 234. []
  3. La description actuelle ne prend en compte qu’une partie du fonds. []
  4. frère mineur, historiographe du duc, mort vers 1700. []
  5. Projet porté par Isabelle Guyot-Bachy et Jean-Christophe Blanchard, Centre de recherche universitaire lorrain d’histoire, Université de Lorraine, dont les Bibliothèques de Nancy sont partenaires. []

Raconter la guerre de 1870-1871 au jour le jour depuis Nancy : le projet Louis Lacroix

Le projet Louis Lacroix constitue la contribution des Bibliothèques de Nancy aux commémorations liées à la guerre franco-allemande de 1870-1871, qui a vu pour la France le changement définitif de régime politique (passage de la monarchie à la république) et l’annexion de trois départements, la Moselle, le Bas-Rhin et le Haut-Rhin, jusqu’en 1918, par l’Allemagne.

Nancy pendant la guerre de 1870-1871 et après

Nancy, qui ne se trouve alors pas dans une région frontalière, a vu l’arrivée des troupes françaises rejoignant le front, puis leur retour piteux. Elle s’est rendue aux Prussiens sans combat et relativement rapidement, ce qui lui a été beaucoup reproché quand Toul, Metz et les Vosges ont résisté plus longtemps. L’occupation a été immédiate et totale, substituant aux institutions françaises un régime militaire puis administratif allemand. Mais la Meurthe n’a finalement pas fait partie des territoires annexés alors que la crainte en était vive et durable parmi la population et les élites. Devenue la « capitale de l’Est de la France », le terme « Lorraine » ayant été privilégié pour la Moselle perdue, Nancy voit à partir de 1872 arriver un flot important d’optants, ces Alsaciens-Mosellans qui ont souhaité garder la nationalité française avec pour conséquence de devoir quitter leurs terres natales. C’est le démarrage d’une exceptionnelle embellie économique, industrielle, commerciale, intellectuelle (avec le transfert de l’Université de Strasbourg) et artistique pour cette ancienne capitale d’un duché souverain un peu endormie par la Restauration, d’où naîtra notamment l’Alliance provinciale des industries d’art, c’est-à-dire le mouvement de l’Ecole de Nancy. Ainsi, les Nancéiens ont préféré tirer des conséquences positives de la défaite française, tout en hébergeant jusqu’en 1914 de forts contingents militaires et entretenant l’idée de revanche.

Page de couverture du journal imprimé
Journal d’un habitant de Nancy pendant l’invasion de 1870-1871, par Louis Lacroix. Nancy : Vagner, 1873.

Les témoignages documentaires précisément sur la période 1870-1871 n’abondent pas, et la concentration intellectuelle est mise sur l’après-guerre, la reconstruction, l’Art nouveau et le développement d’idées patriotiques de la fin du siècle. Pas d’histoire bilingue comme à Metz, pas d’imagerie populaire exaltant l’armée ou fixant par l’image des combats survenus à quelques dizaines de kilomètres, car ils appartiennent à la mémoire des territoires annexés.

L’ouvrage publié en 1873 par le professeur d’histoire Louis Lacroix (1817-1881) chez Vagner à Nancy réunissait toutes les qualités du témoignage : un intellectuel décidant consciemment de tenir son journal de guerre, puis s’efforçant d’en faire publier une version allégée mais suffisamment copieuse pour, très peu de temps après les événements, servir de source et d’élément de débat dans la recherche de responsabilités qui s’en est ensuivie. Le livre imprimé a été numérisé et mis en ligne sur Limédia galeries.

Le journal de guerre d’un intellectuel en rétro-live Twitter

Capture du profil Twitter de Louis Lacroix, professeur d'université à Nancy en 1870
Profil fictif de Louis Lacroix sur le réseau Twitter (@Louis_Lacroix_)

Cependant, la mise en ligne d’un témoignage, aussi intéressant soit-il, n’est pas suffisante pour rencontrer le public, les populations vivant sur les territoires concernés, à propos d’un événement que l’historiographie française ne met guère à l’honneur, lui préférant les débuts de la IIIe République et la Commune de Paris. Les Bibliothèques de Nancy ont pris l’habitude d’accompagner leurs campagnes de numérisations patrimoniales par des dispositifs éditoriaux qui apportent des éléments de médiation, de contextualisation et de facilitation pour l’appropriation du passé par le « grand public ». C’est en cela que le travail des bibliothécaires rejoint les problématiques de l’histoire publique : faire de l’histoire, sourcée, sérieuse, accessible à un large public qui ne dispose pas de compétences préalables en méthode critique, en proposant sous une enveloppe attrayante et proche des contenus fiables, et en contribuant à lutter contre les rumeurs et les idées reçues…

Lorsqu’il s’est agi de réfléchir à la manière dont le témoignage de Louis Lacroix pouvait être porté publiquement, le « rétro-live » Twitter est apparu comme la voie la plus pertinente eu égard à la source et à l’événement : une parole individuelle et personnelle, quasi-quotidienne, pendant un temps long (9 mois, de juillet 1870 à mars 1871). Les exemples de rétro-live existent déjà abondamment, @RealTimeWWII et @digitalpast en étant les exemples les plus connus. L’équipe s’était déjà entraînée à l’exercice en 2016, rappelant heure par heure l’agonie de Stanislas Leszczynski, roi de Pologne déchu et duc de Lorraine, en 1766, également relayé sur Twitter.

« Rétro-tweeter » le journal de Louis Lacroix implique un effort concentré dans le temps. A l’été 2020, lire les 550 pages, repérer les citations « twittables », synthétiser la prose abondante du professeur d’université en réflexions inférieures à 280 signes. A mesure, programmer les tweets, pour autant que les outils utilisés (interface Twitter et Hootsuite) y autorisent. Enfin, de l’été 2020 au printemps 2021, activer les réseaux grâce au compte principal, @bmnpatrimoine, et aux retweets, réagir aux interactions et promouvoir ce projet.

Louis Lacroix, un intellectuel catholique engagé

Louis Lacroix, qui vit à Nancy depuis une vingtaine d’années avec sa mère, dans le faubourg Saint-Georges au nord de la ville, est l’un des premiers à voir arriver l’armée d’occupation. Sa position universitaire et sa sociabilité lui donnent un accès relativement aisé au pouvoir municipal, à la magistrature et aux services préfectoraux. Il consigne avec minutie les échanges de nouvelles, la vie sous l’occupation prussienne, les difficultés à se procurer nourriture et nouvelles fiables, les réquisitions qui laissent les campagnes exsangues, les grandes bravoures et petites lâchetés qu’il observe. Lacroix n’est pas un progressiste : dès la chute de l’Empire, il se déclare entièrement pour la restauration d’une monarchie bourbonnienne, appelant de ses vœux la réconciliation entre comte de Chambord et comte de Paris. Fervent catholique, il dénonce une défaite avant tout morale et une forme de punition divine, prêche la résignation digne plutôt que la résistance désordonnée.

Ces positions politiques sont aussi très intéressantes à faire apparaître, car tout Twittos est personne de son temps et fait part de ses réflexions, parfois à l’emporte-pièce.

Enfin, comme professeur d’histoire et proche ami de nombreux patrons de journaux à Nancy comme Vagner, rédacteur en chef du quotidien catholique L’Espérance et son futur éditeur, Lacroix est très sensible aux fausses nouvelles, qu’il relate et décortique avec soin. En des temps où l’éducation aux médias et à l’information (EMI) est enseignée à l’école, un exemple venu du passé est toujours bon à prendre.

Une commémoration franco-allemande

Lancé le 15 juillet 2020, sans avis préalable, le compte @Louis_Lacroix_ compte à ce jour une centaine d’abonnés.  Il a d’ailleurs suscité immédiatement l’intérêt des spécialistes français et allemands de la guerre franco-prussienne, réunis à l’instigation du l’Institut historique allemand sur le carnet Guerre franco-allemande / Deutsch-französischer Krieg 1870-1871, où cet article a été publié pour la première fois.

A propos du « Plan général des deux villes de Nancy » par Belprey

Parmi les nombreux plans de Nancy qui furent réalisés au xviiie siècle, celui de Belprey est probablement le plus célèbre. D’une taille impressionnante, il représente la ville en perspective et, est accompagné de douze vignettes illustrant les commandes ducales. Levé et gravé par un certain « Belprey » l’un des brigadiers des gardes du Roi Stanislas en 1754, il est attribué soit à Nicolas soit à Thomas.

Le plan général des deux villes de Nancy

Levé et gravé par Belprey en 1754, le plan mesure 86 cm de hauteur sur 124 cm de largeur. Gravé à l’eau-forte sur quatre matrices en cuivre, il se présente à l’origine sous la forme de quatre feuilles à assembler pour constituer le plan complet. Les feuilles sont alors découpées puis assemblées soigneusement pour que le motif soit parfaitement continu.

Belprey (Nicolas), Plan général des deux villes de Nancy et des nouveaux édifices que sa majesté le Roy de Pologne Duc de Lorraine et de Bar y a fait construire, gravure à l’eau-forte et au burin sur papier vergé, H-FG-ES-00040

Le plan est représenté en perspective et accompagné de douze vignettes illustrant les commandes ducales : hôpital Saint-Julien, portail de la primatiale, nouvelle intendance, Maison de la Mission Royale, portail de l’église de Notre-Dame de Bonsecours, ancien hôtel de l’intendance,  Bourse, un des quatre pavillons de la place Royale, façades opposées à l’Hôtel de ville, façade de l’Hôtel de ville, statue de Louis XV et Arc de triomphe ou porte Royale.

Certaines vignettes sont erronées car elles présentent des détails plus proches des vignettes gravées par Jean-Charles François (1717-1769) pour le Recueil de Héré, que de la réalité. Par exemple, on aperçoit deux travées de trop sur le bâtiment de l’ancienne intendance.

Publiées avant l’achèvement des travaux, elles peuvent montrer un projet non retenu (fronton à l’intendance, absence des allégories de la statue royale).

Nicolas ou Thomas Belprey ?

Dans le titre gravé il est fait mention de l’auteur de ce plan : « levé par Belprey, l’un des brigadiers de ses gardes en 1754 ». Cette phrase avait permis à Albert Jacquot dans son Essai de répertoire des artistes lorrains1d’attribuer ce plan à Thomas, s’appuyant pour cela sur les archives de Nancy publiées par Henri Lepage en 18652.

Sa première source figure dans le tome II p. 381, il est fait mention d’une somme payée pour l’année 1753-1754 « au sieur Belprey, brigadier des gardes-du-corps du roi de Pologne, pour dix exemplaires des plans des villes de Nancy ».

Sa seconde source se trouve dans le tome III p. 348 où il est fait mention, pour les baptêmes de la paroisse Notre-Dame de « 1701. 14 juillet. Louis, fils de Thomas Belprey, garde de S.A.R., et de Catherine Lafrené ».

Sa troisième source se trouve dans le tome IV appelé aussi « Documents inédits » mais elle ne fait que citer une épreuve du plan de Belprey tirée sur satin.

Il n’y a donc comme source qu’une seule mention d’un prénom attaché au nom de Belprey, mais la réalisation du plan de Nancy n’y est pas associée. D’autre part, si l’on considère l’âge de Thomas Belprey d’après les sources, âgé probablement entre 15 et 20 ans au minimum au moment de la naissance de son enfant, il aurait alors plus de 74 ans au moment de la gravure du plan. L’hypothèse de Thomas Belprey comme auteur du plan semble donc plutôt fragile.

Dans l’acte de baptême de 1701 de Louis Belprey, fils de Thomas Belprey, il est précisé que Thomas occupe la fonction de « garde de S.A.R ». Il s’agit donc de la fonction de garde au service du duc de Lorraine Léopold. Il ne peut pas, là encore, être rattaché à la fonction de « brigadier des gardes du corps du roi de Pologne ».

Nicolas Belprey

Sans lien de parenté apparent avec Thomas, Nicolas Belprey est né à Toul le 26 octobre 17133. Il est le fils de Laurent Belprey, marchand orfèvre à Toul et de Marie Guignot. Nicolas Belprey est un descendant d’une dynastie d’orfèvres,  enracinée à Toul, où quatre générations portant le nom de Belprey sont identifiées pour le XVIIe siècle.

Extrait de l’acte de naissance de Nicolas Belprey

Il est probable que le jeune Nicolas ait reçu une formation d’orfèvre dans l’atelier familial mais il a également fréquenté l’atelier du peintre Jean Girardet (1709-1778).

Dans son étude sur le peintre, Gérard Voreaux signalait que « Nicolas Belprey (1713-1786) a étudié dans l’atelier de Girardet »4. Les cours de peinture étaient dispensés au château de Lunéville à partir de 1752 puis dans l’atelier et la maison du peintre. À la mort de Girardet, Nicolas Belprey prononça sur la tombe du maître un émouvant hommage5.

Plusieurs anecdotes concernant la carrière artistique de Nicolas Belprey ont été rapportées au xixe siècle. Il semblerait qu’il ait été peintre — mais on ne connaît de lui aucun tableau —,  dessinateur et graveur.

En 1734, Nicolas Belprey et Françoise Ginet ont un enfant prénommé Nicolas qui naît à Ligny-en-Barrois. Nicolas et Françoise se marient en 1735 et donnent naissance à trois autres enfants tous nés à Lunéville en 1740, 1741 et 1742. Sur les registres des actes de baptêmes, il est précisé pour chacun des enfants le prénom et la fonction de leur père : « Nicolas Belprey, garde du corps de sa Majesté ».

Acte de décès de Nicolas Belprey

Nicolas Belprey décède à Lunéville le 8 avril 1786 à l’âge de 73 ans6. Il est inhumé au cimetière de la ville.

Les gravures de Nicolas Belprey

Il existe, à notre connaissance, deux autres gravures pouvant être attribuées à Nicolas Belprey. Il s’agit de deux vues du château du Prince Charles à Lunéville : Vue du château de monseigneur le duc Charles de Lorraine du côté des bosquets de Lunéville présenté à son altesse royale (M-PI-AL-00001-078) et Vue du même château du coté des jardins (M-PI-AL-00001-077).

Belprey (Nicolas), Vue du château de monseigneur le duc Charles de Lorraine du côté des bosquets de Lunéville présenté à son altesse royale, gravure à l’eau-forte et au burin sur papier vergé, M-PI-AL-00001-078
Belprey (Nicolas), Vue du même château du coté des jardins, gravure à l’eau-forte et au burin sur papier vergé, M-PI-AL-00001-077

Seule la première est signée dans l’estampe « par son très humble et très obéissant serviteur Belprey »  mais les deux gravures forment un ensemble numéroté. Le château du Prince Charles fut construit à la demande du duc Léopold pour son fils Charles-Alexandre (1712-1780) et les travaux furent terminés vers 1734. Ces deux gravures datent donc entre 1734 et 1786.

En 1882, la Société d’Archéologie lorraine et du Comité du Musée Lorrain rapporte une anecdote rappelant la carrière artistique de Nicolas Belprey. Il s’agit d’une lettre de M. Charles-François Guibal, descendant du sculpteur Barthélémy Guibal, qui raconte comment il a récupéré le portrait de son aïeul peint par Girardet et qui se trouvait dans les salles des séances de l’Académie de Stanislas, au moment des actes de vandalisme de 1792. Il précise alors que le portrait de Belprey figurait dans la galerie des portraits des membres de l’Académie de Stanislas et qu’il a pu être sauvé par son fils Nicolas au même moment que lui7

La mention de ce portrait figurant dans la galerie des portraits des membres de l’Académie de Stanislas prouve bien la reconnaissance du talent et de la notoriété de Nicolas Belprey. Malheureusement aucun tableau ou dessin de Nicolas Belprey n’est aujourd’hui connu.

Bibliographie :

Arbois de Jubainville (Paul d’), Dictionnaire biographique lorrain, Metz : Éditions Serpenoise, 2003, p. 45.

Gady (Alexandre) et Pérouse de Monclos (Jean-Marie), De l’Esprit des villes, Nancy et l’Europe urbaine au siècle des Lumières 1720-1770, Versailles : Éditions Artlys, 2005, p. 322, n° 52.

Jacquot (Albert), Essai de répertoire des artistes lorrains : les graveurs, Paris : librairie Plon, 1909, p. 8.

Voreaux (Gérard), Girardet : un peintre lorrain à la Cour du roi Stanislas, Nancy : Place Stanislas Editions, 2008, p.61 et 63.

Warin (Annie), « Nicolas Belprey, un artiste toulois au service de Stanislas », dans Études touloises, 2020, n°172, p. 23-30.

  1. Albert Jacquot, Essai de répertoire des artistes lorrains : les graveurs, Paris : librairie Plon, 1909. []
  2. Henri Lepage, Les Archives de Nancy ou documents inédits relatifs à l’histoire de cette ville, Nancy : Lucien Wiener, 1865. []
  3. Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, registre de la paroisse Saint-Jean du Cloître de Toul, BMS, 5Mi 2E 527/R 37 p. 85 []
  4. Gérard Voreaux, Girardet, un peintre lorrain à la Cour du roi Stanislas, Nancy : Place Stanislas Editions, 2008, p. 61. []
  5. G. Voreaux (G.), id., p. 63. []
  6. Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, Registre de la paroisse Saint-Jacques de Lunéville, 1776-1786, 5Mi 328/R24, p. 391. []
  7. voir les extraits publiés dans l’article d’Annie Warin, « Nicolas Belprey, un artiste toulois au service de Stanislas », dans Études touloises, 2020, n°172, p. 23-30. []

Un artiste en résidence au coeur des collections Art Nouveau

En 2019, une expérience inédite a été menée dans le réseau des Bibliothèques de Nancy : l’accueil d’un artiste local, auteur illustrateur, en résidence.

À l’origine

La Mairie-Médiathèque Saint-Pierre de Nancy a ouvert ses portes au public à l’automne 2019.

Il existait à l’origine la Bibliothèque Bonsecours, implantée dans l’école primaire depuis 1954. Ce serait la plus ancienne bibliothèque de quartier de Nancy. Cette bibliothèque a été remplacée par la bibliothèque de proximité en 2017 temporaire, la Médiathèque Nabécor, parce que l’école fermait. En septembre 2019, selon une politique de mutualisation de services, la Médiathèque Saint-Pierre ouvrant dans des locaux regroupant aussi la mairie de quartier et des bureaux de proximité du CCAS.

Anne Charaud, sa responsable, fait part de l’incertitude de son public :

Nos lecteurs les plus fidèles ont été plusieurs fois bousculés en peu de temps et ont dû s’adapter à ces changements. Le projet de résidence était là pour favoriser leur appropriation du lieu.

Il est apparu intéressant de choisir comme point d’accroche la villa Bergeret, fleuron de l’École de Nancy implanté dans le quartier Saint-Pierre et merveilleuse opportunité pour mettre en avant les joyaux conservés à la Bibliothèque Stanislas sur ce courant artistique et, plus largement, l’Art Nouveau.

Nous avons saisi l’occasion d’élaborer un projet interactif entre les collections patrimoniales de la Bibliothèque Stanislas et le quartier Saint-Pierre de Nancy, tout en faisant appel à un artiste pour une résidence dans les Bibliothèques de Nancy.

 

Les illustrations de départ

Le choix de l’artiste

Olivier Romac, auteur illustrateur nancéien fait partie des artistes dont nous acquérons et conservons les ouvrages depuis la création en 2017 d’un fonds spécifique lorrain de bandes dessinées et albums illustrés destinés au jeune public.

Sa connaissance de la période École de Nancy transparaît dans plusieurs de ses créations, et ce, avec une précision et une esthétique très fidèle à l’esprit du temps. En outre, il avait déjà animé des ateliers de création, activité propre à notre avis à nouer le lien entre les habitants du quartier et leur nouvelle médiathèque.

Olivier Romac à la médiathèque Saint-Pierre, première séance avec les adultes
Olivier Romac à la médiathèque Saint-Pierre, première séance avec les adultes

C’est ainsi qu’une collaboration, fructueuse de part et d’autre, a commencé en novembre 2019, pour s’achever au tout début du mois de février 2020. Un dossier de demande de subvention au dispositif État-Région « résidence d’artiste-associé » est déposé mai 2019. Sans attendre le résultat, nous travaillons sur les collections, les publics pressentis pour nos actions, et avec l’artiste.

Dans un second temps, les recherches artistiques, l’élaboration des outils des ateliers et le travail de création ont été menés par Olivier Romac afin de créer 12 séances à la fois très pédagogiques et misant sur la créativité des participants et sur la convivialité, étalées sur 12 mois, pour deux types de publics.

Quels publics, quels objectifs ?

L’enjeu était de montrer que la nouvelle médiathèque est un lieu de rencontre, où il fait bon venir, échanger, partager, créer, et rencontrer les autres, en plus de se documenter.

Nous voulions aussi rapprocher les citoyens d’un artiste vivant sur le territoire, et de leur faire prendre conscience de la richesse patrimoniale de leur quartier. Il fallait ajouter à cela l’opportunité pour l’artiste de pouvoir réaliser une oeuvre comme aboutissement de la résidence.

Les publics étaient d’une part, des adultes volontaires résidents du quartier, et d’autre part, deux classes d’école élémentaire,  l’une de l’ensemble scolaire Émile Gallé qui est contigu à la médiathèque (une porte les sépare), et l’autre de l’École du Montet située rue de Saurupt.

Reproductions de planches d'albums des collections patrimoniales de la bibliothèque Stanislas
Reproductions de planches d’albums des collections patrimoniales de la bibliothèque Stanislas

L’École de Nancy sert de repère artistique et de support pour la création des participants, calendrier pour les élèves et marque-pages pour le public adulte.

Le premier atelier a été l’occasion de faire une présentation globale de notre démarche, puis une histoire illustrée du mouvement artistique. Par la même occasion, nous avons pu faire connaissance avec chacun, établir le dialogue et insister sur la relation exceptionnelle à développer avec un artiste au fil des séances.

À partir de la seconde rencontre, le travail de création a été exclusivement encadré par Olivier Romac, les collections de la Bibliothèque Stanislas étant source d’inspiration.

Les élèves, comme les adultes, ont d’abord réalisé à l’aide de pochoirs des motifs sous forme de frises. Ces pochoirs ont été spécialement conçus par l’artiste, qui en connaissait le potentiel en matière de rendu et l’usage à l’époque de l’Art Nouveau.

Les participants ont été guidés de manière à peaufiner leur travail au fil des séances avec les bibliothécaires en soutien. Cela se passait avec beaucoup d’application, d’amusement et d’émulation.

Réalisation de pochoirs
Réalisation de pochoirs

À l’issue, Olivier Romac a effectué la mise en page et le suivi de l’impression des calendriers et des marque-pages.

L’ultime séance a consisté en l’accueil de chacun des groupes à la Bibliothèque Stanislas en guise de restitution. A cette occasion, il a été montré au public les planches originales de style Art Nouveau, les ouvrages japonais de la collection Takashima, et des reliures École de Nancy exceptionnelles de nos collections.

Outre l’ébahissement devant ces joyaux, l’excitation était au rendez-vous pour les élèves à l’idée de recevoir des mains d’Olivier les calendriers. La tristesse aussi, de dire au revoir à ce compagnon de route avec qui la complicité s’était nouée au fil des semaines.

Remise des calendriers à la Bibliothèque Stanislas
Remise des calendriers à la Bibliothèque Stanislas

Les groupes ont pu également visiter l’intérieur de la Villa Bergeret, propriété de l’Université de Lorraine, grâce à une visite commentée effectuée par nos soins. Nous  avons mis l’accent sur les corrélations entre les collections, les ateliers de pratique artistique, et les spécificités architecturales, décoratives et mobilières de la demeure.

L’artiste et sa réalisation

Enfin, une séance publique avec Olivier Romac a été programmée à la Bibliothèque Stanislas. Deux heures durant, il a été donné à chacun de comprendre comment l’artiste conçoit son oeuvre, comment un auteur illustrateur élabore un contenu, dessine, assemble, privilégie telle planche, colorise, met en page…

En exclusivité, Olivier Romac a dévoilé des planches du livre écrit et illustré durant la résidence dont la sortie est imminente. Il en a présenté l’ensemble des planches à un public impatient de pouvoir acquérir cette nouvelle réalisation qui met bien en valeur le patrimoine nancéien.

En effet, parallèlement à ces actions de médiation, Olivier Romac s’est nourri de nos collections et de recherches en divers services de la ville pour travailler à la conception d’un album illustré sur la Villa Bergeret et les artistes de l’École de Nancy. Il reconnaît avoir trouvé matière à mettre en oeuvre un ouvrage sans précédent dans son parcours. Son livre très illustré, selon une esthétique rigoureusement conformes aux principes de l’École de Nancy, est aussi très documenté historiquement.

Olivier Romac dans la salle de l'Académie
Olivier Romac dans la salle de l’Académie

Une collaboration fructueuse

Travailler en équipe s’est avéré positif et enrichissant, chacun d’entre nous apportant compétences et savoir-faire personnel. Le contact et les échanges avec Olivier Romac se sont déroulés très simplement pour aboutir à la formalisation du projet. Enfants comme adultes ont beaucoup apprécié la personnalité de l’artiste qui s’est montré à la fois pédagogue et ouvert à l’échange. Lors des visites, à la bibliothèque et à la maison Bergeret, Olivier Romac  a enrichi le propos par des informations en contrepoint.

Un public conquis

Le public s’est montré très satisfait de l’ensemble des actions. Sur l’ensemble du déroulement du projet, il n’y a eu aucun désistement (ce qui était une de nos craintes avant de commencer) et un enthousiasme grandissant était perceptible chez les participants.

En ce qui concerne le public scolaire, le personnel encadrant, le personnel accompagnant et les enfants ont trouvé l’expérience très instructive et enrichissante et ont, au gré des séances d’atelier, découvert des pratiques de création artistique. En outre, ils se sont appropriés la Mairie-Médiathèque Saint-Pierre.

La notion de lien social a pris  réalité à travers tous les échanges s’étant opérés avec l’artiste d’une part, le personnel des Bibliothèques d’autre part, mais aussi entre les participants (entraides, conseils, échanges de techniques…). Certains d’entre eux restent en contact et organisent des sorties culturelles ensemble depuis lors.

Anne Charaud conclut :

Le fait d’avoir situé ces ateliers dans cette nouvelle médiathèque a donné une vraie visibilité à l’établissement de lecture publique. Il s’agissait par ces actions culturelles de type artistiques de faire connaître le nouvel établissement aux personnes du quartier, et également d’avoir un rayonnement plus large sur Nancy.

Claude Weisbuch : les estampes de jeunesse

Les Bibliothèques de Nancy viennent d’acquérir un ensemble de gravures de l’artiste lorrain Claude Weisbuch (1927-2014). Un lot de 79 estampes très rares, datant de sa période nancéienne, et avant 1961, année de sa consécration critique. Une acquisition qui a nécessité le montage d’un projet de financement exceptionnel, un mécénat participatif, car le montant de l’acquisition dépassait l’ordinaire budgétaire de la bibliothèque. Une opération qui a eu un grand succès et que nous avons relatée dans plusieurs articles d’Epitomé. Cette acquisition s’inscrit dans un projet global qui concerne les graveurs lorrains contemporains, qui a été mené par les Bibliothèques de Nancy sur les années 2017 à 2019.

Claude Weisbuch dans son atelier en train de graver une plaque de cuivre à la pointe-sèche (droits réservés)

Le projet «Graveurs lorrains contemporains»

La Bibliothèque Stanislas conserve une collection remarquable de livres illustrés et d’œuvres gravées permettant de retracer toute l’histoire de la gravure, en particulier l’histoire de la gravure en Lorraine. Terre de graveurs, la Lorraine a vu naître de grands talents tels Jacques de Bellange (1575-1616), Jacques Callot (1592-1635), Sébastien Leclerc (1637-1714), Victor Prouvé (1858-1943) ou encore Étienne Cournault (1891-1948). La Bibliothèque Stanislas conserve les chefs-d’œuvres de ces maîtres et a à cœur de valoriser cette collection de gravures. La bibliothèque a toujours entretenu des liens privilégiés avec les artistes lorrains contemporains, d’une part en organisant des expositions mettant en valeur leurs travaux1, d’autre part en continuant d’acquérir leurs œuvres2. Le projet « graveurs lorrains contemporains », qui s’est déroulé sur plusieurs années, a pour objectif de compléter les collections, documenter et valoriser les œuvres de ces artistes. En 2017, trois graveurs ont été à l’honneur : Jacques Hallez (né en 1923), Roland Grunberg (né en 1933) et Claude Weisbuch.

Pour Jacques Hallez et Roland Grünberg, une acquisition de plusieurs œuvres est venue compléter les collections déjà présentes dans les institutions lorraines. Des séances d’interview filmées et enregistrées ont déjà été réalisées et seront disponibles à terme sur le site de la bibliothèque numérique du Sillon Lorrain3 : Limediagaleries. Les droits d’utilisation, pour la reproduction et la mise en ligne des œuvres, ont été négociés directement auprès des artistes. Ainsi, la création graphique contemporaine lorraine pourra être accessible au plus grand nombre, dès le départ, faisant connaître le talent de ces artistes. L’artiste Michel Jamar (1911-1997), dont le fonds d’atelier est entré à la bibliothèque en 2012, fait aussi partie de ce programme. Ce travail se poursuivra pendant plusieurs années.

La récolte, lithographie, 1953, M-FG-ES-00318 (droits réservés)

En 2018, les œuvres de jeunesse de Claude Weisbuch sont entrées dans les collections grâce à la réussite du mécénat participatif. D’autres acquisitions et donations sont venues enrichir les collections. Parmi les ensembles les plus importants : des gravures de Jean-François Chevalier, d’Elisabeth Poydenot d’Oro et des dessins de Jean-Charles Taillandier. En 2019, ce sont des œuvres du graveur Henri Lalevée et de Jacques Linard qui ont intégré les collections.

Claude Weisbuch

Né à Thionville en 1927, Claude Weisbuch a passé son enfance à Nancy. Né d’une mère lorraine et d’un père ingénieur d’origine roumaine, il grandit dans ce climat lourd et pesant des années 1930 où la crise économique, la montée des dictatures et du racisme annoncent un avenir incertain. Devant les menaces qui pèsent sur la communauté israélite, son père prend la décision de quitter Nancy pour passer en zone dite « libre ». Une période d’angoisse et de peur que l’artiste exprimera plus tard dans certaines de ses œuvres. Exilé à Roanne le temps de l’occupation allemande, Claude Weisbuch rencontre un professeur de français dont la personnalité va le marquer profondément, Georges Hacquard (1918-2014). Homme d’une vaste culture et d’une passion incroyable, capable de fédérer les énergies et d’attiser les jeunes intelligences, il lui transmet le goût de la culture et développe sa curiosité.

L’exode, lithographie, 1953, M-FG-ES-00336 (droits réservés)

Claude Weisbuch revient à Nancy en 1945, après la Libération, et s’inscrit à l’École des Beaux-Arts. Il suit avec assiduité les cours de dessin et de composition décorative de Camille Hilaire (1916-2004), nommé en 1947, et ceux d’André Vahl (1913-1983), professeur de gravure. Son amitié avec le peintre Camille Hilaire va durer quasiment un demi-siècle. Il lui enseigne les bases du dessin et l’encourage à trouver sa propre expression personnelle.

André Vahl, digne élève et successeur de Victor Prouvé, va également avoir une influence décisive sur Claude Weisbuch. André Vahl dirige l’un des ateliers les plus actifs et des mieux fréquentés, qui fournit en professeurs de gravure la plupart des grandes écoles d’art françaises. Il en est d’ailleurs ainsi pour Claude Weisbuch qui devient en 1953, à l’âge de 26 ans, professeur de gravure à l’École des Beaux-Arts de Saint-Étienne. A l’École des Beaux-Arts de Nancy, il rencontre certains grands artistes qui continuent à venir travailler de temps en temps. Ainsi, il a observé Étienne Cournault, qui donnait avec plaisir de nombreux conseils aux étudiants curieux4.

Hommage à Étienne Cournault, pointe-sèche (acquisition 2014), G-FG-ES-00119 (droits réservés)

Bercé dans la tradition de la gravure lorraine et celle des grands maîtres, Claude Weisbuch n’a de cesse d’explorer leur univers et de rendre hommage à ceux qui ont donné au cuivre toutes ses lettres de noblesse.


Premiers succès lorrains

Dès ses premières œuvres, on remarque que Claude Weisbuch s’intéresse à la figure humaine. Cette fascination l’occupera toute sa vie.

Il débute ses premières expositions à Nancy en 1951 où il présente des gravures au Club des Arts, puis en 1952, à la Librairie des Arts de Roger Mossovic. Il y présente essentiellement des dessins et des estampes. La lithographie est très présente dans ses travaux à travers des œuvres telles L’Exode ou L’Émeute, mais aussi de nombreux nus. Bien qu’il se soit éloigné de Nancy après sa nomination aux Beaux-Arts de Saint-Étienne en 1953, il est présent dans les grandes expositions consacrées aux peintres-graveurs lorrains, par la Société Lorraine des Amis des Arts, au musée des Beaux-Arts de Nancy. En 1956, il présente à l’exposition, une peinture, deux dessins et trois pointes sèches dont l’une intitulée Hommage à Victor Guillaume5. Victor Guillaume (1880-1942) faisait l’admiration de nombreux artistes lorrains car il figure parmi les novateurs et avant-gardistes. Son talent, son amour pour la Lorraine et ses paysans ont séduit Claude Weisbuch qui lui offre, par la gravure, son premier hommage.

Cette même année, il participe à un très bel ouvrage de bibliophilie édité par la Libraire des Arts et préfacé par Pierre Marot. Intitulé Paysages lorrains6, il rassemble dix estampes réalisées par des artistes lorrains. Denis Rouart, alors conservateur au musée de Nancy, dira d’ailleurs de cette estampe : « Dans sa scène des travaux des champs, il campe des paysannes dans un style expressionniste puissant qui dépasse la peine des glaneuses pour atteindre le drame de la condition humaine »7 ».

Claude Weisbuch participe encore aux expositions lorraines en 1959. D’abord au musée des Beaux-Arts de Nancy, lors de la grande rétrospective sur la gravure en Lorraine du XVIe au XXe siècle8, puis à la Librairie des Arts. Parmi les œuvres exposées on retrouve certaines thématiques qui lui sont chères comme Don Quichotte mais aussi les glaneuses.

Glaneuse, pointe sèche, M-FG-ES-00364 (droits réservés)

Du 10 au 31 octobre 1959, il présente à la Librairie des Arts un ensemble de peintures et de gravures revenant sur ses thèmes de prédilection.


Consécrations parisiennes

Le dessin occupe une part importante de son travail. On le dit déjà capable de dessiner avec une intensité d’expression rare. En 1956, il obtient le Grand Prix National de Dessin mais c’est surtout en 1957 que l’artiste va connaître son premier grand succès à Paris. Grâce aux recommandations de Camille Hilaire, il obtient la possibilité d’exposer à la galerie Saint-Placide à Paris. Une galerie importante, exposant sur deux niveaux, qui accueille en général deux artistes en même temps. Les œuvres de Claude Weisbuch sont exposées en même temps que celles du peintre Isis Kischka (1908-1973), qui n’est autre que le fondateur du Salon des Peintres Témoins de leur Temps9. Un peintre à succès et très influent qui a fait venir à la galerie nombre de grands artistes et collectionneurs. L’exposition de Claude Weisbuch est un succès et toutes ses œuvres sont vendues, dont certaines à de grands artistes comme Foujita (1886-1968). Une reconnaissance de ses pairs, des amateurs mais aussi des critiques qui ne tarissent pas d’éloges sur son travail.

La consécration arrive en 1961, avec le prestigieux Prix de la Critique10. À partir de cette date, la carrière de l’artiste connaît un succès considérable. Il participe à de nombreux projets et à des expositions dans le monde entier : Londres, Tokyo, Munich, Toronto.

La peinture prend une place plus importante dans son œuvre à partir des années 196011, mais elle garde cette particularité de l’importance du trait et de la ligne. Le dessin et la gravure sont toujours ses compagnons de route, et il choisit, dès 1966, l’illustration de grandes œuvres littéraires.

Le dormeur du val, lithographie, 1952, M-FG-ES-00319 (droits réservés)

Livres illustrés

Le premier ouvrage qu’il illustre n’est autre que le célèbre Chevalier de la Charrette, de Chrétien de Troyes, traduit de l’ancien français par Jean Frappier12. Il l’illustre de vingt-deux pointes sèches dont la virtuosité séduit le réalisateur Jean Rollin. Dans le commentaire des illustrations accompagnant l’ouvrage, Jean Rollin explique : « D’un trait tourbillonnant, le graveur projette sur le cuivre des volumes qui engendrent des êtres instinctifs et brutaux uniquement soucieux de réduire l’ennemi à merci. Ses mises en page s’équilibrent suivant une composition où tous les effets convergent pour donner à l’œuvre un brio saisissant […] Dans toutes ces gravures l’expression est portée à son point culminant d’intensité plastique et de chaleur humaine […] De Weisbuch au trait déchiqueté et dont la création s’inscrit dans le sillage de Claus Sluter, Ligier Richier, Francis Gruber, il n’y avait aucune concession à attendre. Conscient du raffinement sauvage de l’époque qui inspire son propos, il burine des personnages d’une naïveté déconcertante, animés par des sentiments simples mais énergiques. Et si la fertilité de son art leur ajoute quelque chose de grand, c’est qu’un chef-d’œuvre finit toujours par avoir l’illustrateur qu’il mérite ». Il continuera à illustrer d’autres grands auteurs comme Érasme, avec l’Éloge de la Folie en 196713, puis Machiavel en 1972 avec Le Prince14, mais encore bien d’autres auteurs tout au long de sa carrière. Un exercice qui lui plaît beaucoup car se confronter à ces textes « oblige à la réflexion ». Sensible à la beauté des grands textes littéraires, Claude Weisbuch use de sa culture et de son talent pour donner à l’œuvre une force supplémentaire à travers l’illustration. Un exercice qui demande une grande maîtrise afin d’appréhender à la fois l’esprit de l’ouvrage, les nuances de la pensée de l’écrivain tout en proposant sa propre interprétation.

Pour la plupart de ces gravures, il utilise la pointe sèche, technique la plus proche du dessin, permettant à l’artiste de travailler rapidement, sans hésitation, et d’apposer sa pensée sur la plaque de cuivre.

De l’admiration aux hommages

Dès son adolescence, Claude Weisbuch s’intéresse à certains artistes et hommes de lettres. Curieux de littérature, de théâtre, de musique, d’art et de bien d’autres domaines encore, il explore leur univers et, tout au long de sa carrière, rendra de nombreux hommages à ces hommes qui ont illuminé le monde des arts.

Jacques Callot, son compatriote lorrain, accompagne son œuvre durant toute sa vie. Passionné par l’artiste au point d’en collectionner les œuvres, il réalise, dès les années 1960, plusieurs séries rendant hommage au talent du graveur lorrain. En 1976, lors du Festival Mondial du Théâtre de Nancy, il expose à la galerie des Arts et Lettres un ensemble d’œuvres faisant écho aux personnages de la Commedia dell’Arte de Jacques Callot, eux-mêmes présentés au même moment au Musée des Beaux-Arts de Nancy. Le thème du festival cette année là étant le théâtre comique populaire, Claude Weisbuch a pu généreusement exprimer son intérêt pour l’œuvre de Callot et la Commedia dell’Arte.

Claude Weisbuch participe également à la grande rétrospective Callot de 1992. Un événement majeur pour la ville de Nancy, qui célèbre alors le 400e anniversaire de la naissance de Jacques Callot. Parmi les nombreuses manifestations, c’est l’exposition des œuvres de Claude Weisbuch qui a l’honneur d’ouvrir les festivités. Dans le catalogue de l’exposition, André Rossinot, maire de la ville, exprime toute son admiration pour son travail : « Après avoir accueilli la toute première exposition d’Art Nouveau de l’École de Nancy, les Galeries Poirel, aujourd’hui rénovées, vont abriter du 27 avril au 24 mai, 160 gravures inédites de Claude Weisbuch. Ce retour à Nancy de l’enfant prodige, chargé de la magie des nombreux succès que lui a valu son savoir-faire loin de sa Lorraine natale, constitue à lui seul un grand événement. Comme Jacques Callot, Claude Weisbuch fait partie de ces grands graveurs dont l’œuvre continue d’être diffusée internationalement […] La série d’estampes « sur Callot », que nous propose Claude Weisbuch, est sans doute la plus originale des façons de célébrer le 400e anniversaire de la naissance de Jacques Callot. C’est l’hommage d’un grand contemporain à celui qui a su révolutionner, au XVIIe siècle, l’art et les techniques de la gravure. Il était donc naturel que cette exposition soit la première inscrite à l’affiche du programme de l’année Callot. Nous ne pouvions pas mieux débuter15».

Hommage à Jacques Callot, pointe sèche, 2012 (Bibliothèques de Nancy, acquisition 2012) (droits réservés)

D’autres artistes suscitent son admiration tels Honoré Daumier (1808-1879), Tiepolo (1696-1770), Théodore Géricault (1791-1824), Eugène Delacroix (1798-1863), Gustave Courbet (1819-1877) et surtout Rembrandt (1606-1669) vont marquer une partie de son œuvre. En 1973, il organise une exposition Hommage à Rembrandt très remarquée.

Mouvements

Qualifié par de nombreux critiques comme l’artiste du mouvement, Claude Weisbuch a réalisé de nombreuses œuvres montrant la décomposition du mouvement de la figure humaine. Les violonistes, les chevaux, les danseurs et autres artistes se voient ainsi animés par un trait vif et dynamique.

Dès ses débuts, ses recherches plastiques témoignent de la volonté de traduire le mouvement. La pointe sèche, qui offre une souplesse technique proche du dessin, permet à l’artiste de donner du dynamisme à son travail. Le mouvement du trait est traduit avec toute la vigueur du geste de l’artiste. Il utilise également la lithographie, technique où la pierre remplace la feuille, qui lui permet de multiplier son dessin mais aussi de pousser cette technique jusqu’à ses limites graphiques. Certaines œuvres, graphiques ou picturales, témoignent de ce travail sur la décomposition du mouvement. La gravure intitulée Il bouge sans arrêt, exprime les préoccupations de l’artiste sur la difficulté de saisir le modèle vivant. Un mouvement du modèle qui se traduit, dans cette estampe, par le déplacement et la superposition des lignes. Dans ses peintures, l’huile sur toile nommée Il se lève, révèle également ses recherches sur la décomposition du mouvement, comme l’avaient fait au début du siècle Marcel Duchamp et Umberto Boccioni.

Des gens qui courent, 1er état, pointe sèche, P-FG-ES-06816 (droits réservés)

Les estampes de jeunesse

L’ensemble des œuvres acquises par la bibliothèque en 2018 concerne la période nancéienne de l’artiste, juste avant qu’il soit récompensé par le prix de la Critique de 1961 et donc juste avant qu’il soit célèbre. Il se compose de 79 estampes réalisées entre 1948 et 1959. Ces tirages, à très peu d’exemplaires, voire à tirage unique, témoignent d’une période de recherche plastique et technique de l’artiste.

Les deux lithographies, Le Coq d’Alicanthe et la tête de cheval (sans titre), datées de 1948, montrent une recherche esthétique intéressante de l’artiste : décomposition du motif en formes géométriques sur un plan simple où la perspective est absente. La mention de « 7e état », sur la tête de cheval, indique les nombreuses modifications faites, à travers des états successifs, pour aboutir au résultat escompté.

Sans titre [Tête de cheval], 7e état, lithographie, M-FG-ES-00332 (droits réservés)

Parmi les œuvres des années 1950, on trouve plusieurs lithographies aux motifs géométrisés mais traités à la manière de l’art cinétique. Le Cheval de Cirque, La Vague ou le Cheval des Milles douleurs sont présentés de profil, avec une architecture intérieure composée de lignes qui s’entrecroisent, colorées en noir et blanc, tel un damier en mouvement.

La figure humaine apparaît dans les estampes à partir de 1949 à travers les Toréadors noirs, L’Équilibriste, La Famille du clown ou encore les Pantomimes extraordinaires. Des œuvres réalisées dans des techniques différentes et des esthétismes très variables. Ainsi, on retrouve l’influence de la gravure d’Étienne Cournault dans au moins trois gravures de ce lot, notamment Clown ou Chevaux au bord de la mer. L’eau-forte et l’aquatinte sont très présentes, travaillées différemment, ce qui témoigne de l’expérimentation des techniques par l’artiste. L’eau-forte et l’aquatinte disparaîtront progressivement de l’œuvre de Claude Weisbuch au profit de la lithographie et surtout de la pointe sèche, techniques qui correspondent mieux à ce grand dessinateur.

Le lot d’estampes proposées à l’acquisition contient également toute une série d’œuvres, réalisées des années 1950 à 1954, s’apparentant au courant « misérabiliste » de cette période. Après la guerre, on voit apparaître en France deux courants artistiques qui s’opposent : l’abstraction et le réalisme figuratif. Ce dernier, appelé aussi réalisme social ou misérabilisme, tend à remettre la figure humaine au centre des préoccupations artistiques. Des artistes comme Francis Gruber (1912-1948)16, Bernard Buffet (1928-1999) ou Alberto Giacometti (1901-1966) en deviennent les grands représentants. Claude Weisbuch, inspiré par ce courant, va produire une grande quantité de paysannes et de paysans lorrains, marqués par le poids du labeur ou l’horreur de l’histoire. A travers des compositions épurées, mais très graphiques, un dessin anguleux, sans ombre, ni profondeur, il fait naître des personnages d’un expressionnisme puissant. Le crayon lithographique de Claude Weisbuch emprunte ici ce trait particulier, que l’on retrouve dans les compositions de Bernard Buffet et les dessins d’Alberto Giacometti.

Portrait d’homme, 3/18, lithographie, M-FG-ES-00328 (droits réservés)

Les œuvres des années 1955 à 1959 font la part belle à la pointe sèche et révèlent progressivement le style de l’artiste. Un trait fort et affirmé, une composition épurée mais puissante et une recherche incessante du mouvement de la figure. Ainsi, on retrouve la pureté et le velouté de la technique de la pointe sèche à travers Les Glaneuses ou Semeur. Des œuvres expressives comme Le portrait de Mme B. ou Le Nuage rappellent également l’influence de l’œuvre de Francis Bacon. La Peur du Noir, œuvre acquise par la Bibliothèque en 2014, en est un exemple parfait17.

Le travail sur le mouvement s’exprime à travers les œuvres comme Les Gens qui courent, Le Vent, Semeur ou Faucheur.

Le vent, pointe sèche, 1957, M-FG-ES-00351 (droits réservés)

L’ensemble de ces estampes témoignent des influences multiples dans l’œuvre de Claude Weisbuch. Imprégné de tous les courants artistiques qui ont constitué l’École de Paris, il trouve un style qui lui est propre dans les nuances du cubisme, du futurisme, ou du misérabilisme. L’histoire et les traditions lorraines occupent une place de choix dans ses œuvres : on y sent tout l’amour du maître pour sa terre natale.

  1. Parmi les expositions importantes, il faut citer celle de 1994, Les graveurs lorrains et l’art du Livre, où figuraient les œuvres de nombreux graveurs lorrains anciens et contemporains, dont Claude Weisbuch, et l’exposition intitulée Six graveurs à Nancy organisée en 2002. Il y a également eu quelques expositions monographiques, notamment celles consacrées à Jacques Hallez en 2007,  Roland Grünberg en 2004, Jean-Charles Taillandier en 2005 et Jean-François Chevalier en 1996. []
  2. Voir le catalogue Achats et Dons, quinze années d’enrichissement des collections de la bibliothèque 1993-2008, Nancy, 2009. []
  3. Une bibliothèque numérique de référence mettant en ligne les collections numérisées de quatre grandes bibliothèques du Sillon Lorrain : Nancy, Metz, Épinal et Thionville. []
  4. Je tiens à remercier Jacques Hallez et Henri Claude, qui m’ont beaucoup parlé de l’ambiance qu’il y avait à l’atelier de gravure de l’École des Beaux-Arts à cette époque, des liens entre les anciens élèves et les jeunes apprentis. []
  5. Peintres et graveurs lorrains, Société Lorraine des Amis des Arts, Nancy, 1956. []
  6. Paysages Lorrains : 10 gravures originales, présentées par Pierre Marot, 1956, Librairie des Arts, Nancy. []
  7. Rouart (Denis), Paysages lorrains, dans le Pays Lorrain, Nancy, 1957, p.29-30. []
  8. La Gravure sur cuivre en Lorraine du XVIe au XXe siècle, Société Lorraine des Amis des Arts, 1959. []
  9. Salon des peintres témoins de leur temps est une exposition d’art annuelle (mars-avril-mai) fondée par Isis Kischka en 1951 et se tenant au musée Galliera sur un thème particulier renouvelé chaque année. []
  10. Le Prix de la Critique est une récompense instaurée par la Galerie Saint-Placide à partir de 1942. Ce prix a contribué à la notoriété de cette galerie. []
  11. Exposition à la Galerie Hervé à Paris, en 1960, d’une trentaine de toiles rassemblées sous le titre Les Pantomimes extraordinaires ou Parade du mensonge []
  12. Chrétien De Troyes, Le Chevalier de la Charrette, traduit du vieux français par Jean Frappier, illustré de pointes-sèches par Claude Weisbuch, précédé d’un fascicule comprenant une présentation par Mr. Paul Imbs et un commentaire de l’illustration de Claude Weisbuch par Mr. Jean Rollin et remerciement de Jean Frappier, Beaux Livres Grands Amis, Paris, 1966. []
  13. Érasme, Éloge de la Folie, traduit par André Berry, lithographies de Claude Weisbuch., Bièvres, Paris, 1987. []
  14. Machiavel, Le Prince, illustré de 24 pointes sèches de Claude Weisbuch, Fogola, Turin, 1972. []
  15. Weisbuch, Exposition du 27 avril au 24 mai, Galeries Poirel, Nancy, 1992. Voir également Weisbuch, l’œuvre gravé autour d’un hommage à Jacques Callot, Galerie Visions Nouvelles, Nancy, 1992. []
  16. Claude Weisbuch avait beaucoup d’admiration pour Francis Gruber (1912-1948). Né à Nancy, fils du maître verrier Jacques Gruber, il fut l’un des grands représentant du « misérabilisme ». Mort prématurément à l’âge de 36 ans, il sera à l’honneur de l’exposition des graveurs lorrains de 1956 au Musée des Beaux-Arts, à laquelle participe Claude Weisbuch. []
  17. En 2014, année du décès de Claude Weisbuch, la Bibliothèque Stanislas a fait l’acquisition de huit œuvres de l’artiste dont La Peur du Noir. []

Les ateliers numériques du patrimoine : humanités numériques, formation, médiation

La Bibliothèque Stanislas se transforme en 2015, à l’occasion de grands travaux de réhabilitation et de développements numériques. De nouveaux espaces et  services voient le jour. Parmi eux, l’atelier numérique du patrimoine : un espace de formation, de médiation, d’inclusion numérique et d’échanges.

Le contexte local en terme d’offre

Les ateliers numériques du patrimoine voient le jour dans un contexte local de forte demande, et d’une offre existante plutôt limitée.
La médiation numérique existante pour les Bibliothèques de Nancy était principalement organisée à la Médiathèque Manufacture qui proposait notamment des ateliers numériques en direction du grand public. Ces ateliers avaient vocation à dispenser à tous les bases de la pratique informatique : navigation, web, utilisation des réseaux sociaux, etc…

Ces pratiques autrefois dispensées par les cyberbases1 n’ont pas trouvé d’autre relais depuis la fermeture de ce service à part les ateliers Google2.

Mise en place d’un atelier numérique du patrimoine

Les humanités numériques et la médiation culturelle numérique au centre du projet

L’idée pour la Bibliothèque Stanislas est de compléter cette offre, avec des ateliers de médiation numérique cette fois en direction des chercheurs, qu’ils soient professionnels ou amateurs. En quoi consiste une recherche dans la presse ancienne ? Vers quels documents en ligne dois-je me tourner pour trouver telle information ? Trouver un acte de naturalisation ou une référence biographique peut se révéler impossible pour une personne non acculturée à la recherche. C’est donc sur cet accompagnement spécifique que nous décidons de nous positionner.

Mise en place du service

Équipement

La salle est petite, elle peut accueillir au maximum 10 personnes et propose six ordinateurs. Nous concevons donc l’espace comme un atelier où les utilisateurs pourront travailler confortablement sur un ordinateur, tout en ayant la possibilité de voir une projection sur un mur.
Nous installons également une imprimante et un scanner qui sera utilisé pour la numérisation que nous effectuons en interne.
Un vidéo projecteur est mis en place, mais il sera rapidement remplacé par un téléviseur de nouvelle génération, positionné sur un pied mobile. Cela présente l’avantage d’offrir une image nette (port hdmi), et d’être utilisé pour d’autres types de besoins : nous la déplaçons facilement pour les accueils de groupes, scolaires ou autres animations.

Un parc sous Linux

Les ordinateurs sont déployés sous système d’exploitation Linux, ce qui nous paraît cohérent avec la philosophie que nous voulons donner à ce lieu : les alternatives libres aux logiciels propriétaires, la diffusion et le partage des données, mais aussi la pédagogie pour une adaptabilité à de nouveaux outils ou de nouveaux environnements numériques.
Nous prévoyons toutefois la possibilité d’une juxtaposition de Linux avec Windows (en double boot), notamment pour l’utilisation de certains matériels (scanner), ou de certains logiciels.

Ce parc est installé avec les crédits BNR. Les ordinateurs ne sont pas administrés par notre DSI, et sont reliés à un réseau distinct. Nous avons donc le champ libre pour installer et expérimenter de nouveaux logiciels, de nouveaux outils, puisque nous sommes administrateurs des postes.

Espace de formation interne

Nous décidons d’utiliser aussi cette salle comme lieu de formation interne, notamment dans le cadre des formations aux contributeurs et des cafés numériques. Les collègues peuvent également venir travailler sur les ordinateurs librement (s’ils veulent suivre un Mooc, travailler à la rédaction d’un texte), ou sur des créneaux encadrés, durant lesquels un collègue « formateur » leur propose de les accompagner dans la prise en main d’un outil, d’un logiciel…
Comme la salle permet de projeter un ordinateur sur la télévision, nous pouvons aussi faire des démonstrations (Bibale, Limédia, …).

Accueil du public : une offre variée

Préparation

Les ateliers sont libres, gratuits, et ouverts à tous, sur réservation. Ils ont lieu d’ordinaire le samedi matin, de 10h30 à 11h30.

La salle ne pouvant accueillir plus de 10 personnes simultanément, les ateliers se font sur inscription. Nous utilisons un site gratuit de gestion de billetterie, la plate-forme Evenbrite, pour gérer les réservations des usagers.
Les ateliers sont annoncés sur l’agenda culturel des Bibliothèques et de la ville, et nous faisons aussi leur promotion sur nos réseaux sociaux et notre newsletter.
Pour promouvoir nos ateliers, nous utilisons des titres parlants et attractifs, afin de ne pas décourager d’éventuels curieux par un sujet qui paraîtrait trop technique. Nous tentons de mettre en avant sa finalité en proposant un thème ou un usage. Nous ne communiquons pas sur « utiliser Limédia » mais plutôt « Trouver facilement des images anciennes et locales libres de droits ».

Lorsqu’une première programmation a été conçue en 2015 à l’ouverture du service, elle s’adressait en premier lieu aux chercheurs, professionnels ou amateurs, aux curieux possédant déjà un bagage minimum en informatique. Les ateliers numériques du patrimoine n’ont pas vocation à former le public à la découverte d’internet, mais plutôt à accompagner ceux qui possèdent déjà ces bases pour aller un peu plus loin dans la pratique, sans perdre de vue notre thématique centrale : le patrimoine et les humanités numériques. Cependant nous nous apercevons bien vite qu’il n’est pas possible de se tenir à ce « public cible » initialement défini, et qu’il va nous falloir composer avec un public très varié.

Une programmation variée

  • sélections et pratique de bases de données ou moteurs de recherche

Nous essayons de proposer aux usagers des sélections de sites pertinents et de ressources en ligne sur lesquelles ils vont pouvoir s’appuyer pour mener à bien leurs recherches :  panorama des sites incontournables pour retracer l’histoire de sa ville, tour d’horizon des blogs patrimoniaux les plus originaux, de sites web consacrés aux manuscrits… Nous les aidons à les explorer et à les prendre en main.  L’idée est de montrer aux participants les outils qu’ils peuvent utiliser et comment. Nous proposons des démonstrations concrètes de recherche dans des bases de données telles que Joconde, Gallica, Europeana, le CCFr etc…

Nous nous proposons aussi d’accompagner les gens dans les premières étapes de leur projet de recherche personnel. Par exemple, les étapes incontournables pour bien démarrer sa généalogie.

  • pratique de logiciels

Il nous semblait également intéressant de proposer une alternative libre aux outils généralement utilisés par les chercheurs. Pour cela, nous devons installer en amont de l’atelier les logiciels quand cela est nécessaire, sur les ordinateurs (Gimp, Xnview, Gramps, etc…)
L’atelier consiste alors à la prise en main de l’outil proposé, ou tout au moins sa découverte.

  • Patrimoine remix

Nous avons également à coeur de sensibiliser le grand public à la diffusion et à la réutilisation des collections patrimoniales en ligne. Nous évoquons les grands principes de la dissémination, et tentons d’acculturer les curieux à la réappropriation, par exemple avec des ateliers de création de gifs animés à partir des documents numérisés, ou de découverte d’appli patrimoniales ludiques comme BDnF.

  • Wikipédia

La programmation propose également très régulièrement des thématiques autour de Wikipédia : des ateliers pratiques, où nous proposons au public d’apprendre à contribuer dans Wikipédia, des ateliers d’initiation, et des ateliers découvertes de l’univers Wikimédia etc…

L’équipe des médiateurs

Les bibliothécaires

Ce sont les bibliothécaires qui animent les ateliers numériques du patrimoine à tour de rôle. Aussi, chacun propose une thématique dans laquelle il va se sentir à l’aise : cela va donc créer une programmation naturellement très variée. Et les thématiques reflètent parfaitement la grande diversité et complémentarité des compétences dans nos équipes. Les usagers quant à eux, reconnaissent les agents derrière les thèmes et aiment parfois assister au prochain atelier de tel ou tel bibliothécaire. Cela rend ces rendez-vous conviviaux.

Les intervenants extérieurs

Nous  sollicitons l’aide d’intervenants extérieurs, et créons des partenariats autour de certaines thématiques. Ainsi, avec l’Université de Lorraine, ou les archives municipales de Nancy. Nous avons également invité des représentants de la communauté OSM (open street map) locale, pour qu’ils présentent leur travail, ou encore des membres de la communauté Wikipédia.

Nous avons également donné la possibilité à certains intervenants extérieurs d’utiliser l’atelier en autonomie, s’il existe un lien avec les collections et – ou les projets des Bibliothèques.  Il est par exemple arrivé à des enseignants de l’université d’organiser des TD dans l’atelier, autour de collections.

Préparation d’un atelier consacré au patrimoine remix

Bilans

Une émulation dans l’équipe… et dans le public

Il a fallu dépasser une première appréhension pour certains collègues qui ne se sentaient pas de prime abord suffisamment légitimes pour aborder sous un angle pédagogique un sujet numérique. L’enjeu des ateliers n’étant pas la formation informatique,  mais l’accès en ligne au patrimoine, nous nous sommes vite aperçus que toutes les thématiques étaient systématiquement bien reçues, par un public avide d’informations, mais très conscient que nous ne nous positionnons pas en tant que formateurs à l’informatique. Nous partageons nos connaissances, et elles ne sont pas illimitées. Cela crée une dynamique d’entraide et d’échange au cours des ateliers durant lesquels certains usagers vont parfois partager des informations ou répondre à une question pour laquelle nous sommes parfois démunis.

Des échanges se créent dans le groupe, des conversations démarrent, des sujets sont débattus. Il arrive souvent que le public s’attarde à la fin de l’atelier pour continuer à discuter. Il apparaît clairement qu’une communauté peut se former autour de certains thèmes.

Une communication difficile

La stratégie de communication doit être adaptée en fonction de la thématique abordée, ce qui est très difficile à organiser, en terme de temps et de ressources. Ainsi, les généalogistes seront plus facilement atteints par un affichage dans les salles des archives et dans les groupes Facebook dont ils font partie, les personnes intéressées par les fonds de la Bibliothèque seront ciblées par un affichage dans nos salles de lectures et nos « marque-pages-agenda »…

Une fréquentation mitigée.

Malgré les retours presque systématiquement positifs du public, nous peinons à augmenter notre fréquentation. Si nous avons bien des inscrits à chaque fois ou presque, nous ne remplissons que rarement l’atelier. Nous sentons que certains chercheurs amateurs pourraient tirer beaucoup de bénéfices de certains de nos ateliers, mais il n’est pas facile de les atteindre. Notre public change en fonction des thématiques. Cela nous réserve aussi parfois des surprises, comme par exemple un atelier sur la réalisation de gifs animés à partir d’images patrimoniales où les inscrits étaient un groupe de retraitées.

Ainsi se côtoient à l’atelier des personnes accompagnées de leurs enfants, des enseignants, des étudiants, des curieux, des chercheurs, des amateurs d’histoire… Le public présent n’a pas forcément envie de participer non plus, et il aime parfois simplement écouter, regarder, sans être actif lors de la prise en main. Il faut alors jongler avec cet élément dans le déroulé de l’atelier, et faire en sorte que chacun trouve son compte. Les groupes s’en trouvent peu homogènes, et l’attente de chacun est différente. Cela signifie souvent que l’objectif de l’atelier n’a pas été compris, ou a été ignoré ; en tout cas pour nous animateurs,  qu’il doit s’adapter au public présent.

Les évolutions du service

L’ offre telle qu’elle existe actuellement tente de s’adapter à une réalité, un besoin que nous constatons. Mais si le public présent n’est pas forcément celui qui est attendu, il démontre qu’il existe tout de même une demande réelle. Les personnes qui ont besoin d’un accompagnement dans la simple prise en main de l’outil informatique peuvent se présenter aux ateliers numériques du patrimoine parce qu’elles sont intéressées par les thématiques historiques ou patrimoniales.  Notre rôle est alors de les accompagner. L’atelier numérique du patrimoine participe ainsi d’un dispositif d’inclusion numérique culturelle. Il permet la médiation d’usages culturels d’outils numériques, avec le patrimoine au centre.

Les futures programmations demanderont peut-être des prérequis à l’inscription, afin de créer des groupes plus homogènes. Nous pourrions envisager des ateliers consacrés à la découverte, et d’autres à la pratique plus poussée.

Nous allons également tester prochainement une nouvelle forme d’ateliers : les « rendez-vous avec le bibliothécaire ». Ils prendront la forme d’accompagnement plus personnalisés, où les gens choisiront eux-même leur thématique, dans une liste prédéfinie et des créneaux proposés. Cette idée répond ainsi au souhait de créer des accueils personnalisés pour des chercheurs (des permanences avaient été organisées en 2015-2016, mais sans succès) et de proposer un accompagnement le plus individualisé possible, selon les attentes et besoins de chacun en terme d’horaires, sujets, outils.  Un nouveau défi enthousiasmant à relever !

  1. Ces ateliers d’initiation au numérique en direction du grand public pilotés par la communauté d’agglomérations, et qui rencontraient un vif succès, vont subir des restrictions budgétaires. Le public de la région nancéienne resté sans offre a cependant toujours besoin d’être accueilli et formé. []
  2. Les ateliers Google proposent, indépendamment de la collectivité, des ateliers de formation numérique en direction du grand public. Ces ateliers, gratuits et extrêmement bien pensés, sont animés par des médiateurs qui initient les gens à la pratique concrète du numérique :  réalisation de CV, de vidéos, promotion de son image sur les réseaux sociaux, et tout un ensemble de sujets au coeur des préoccupations des concitoyens. Leur programmation, efficace et calée sur des dates et créneaux horaires pertinents, qui fait bien sûr la part belle à l’utilisation des outils Google, provoque clairement une inquiétude du côté des bibliothécaires, qui s’interrogent sur l’avenir. La formation et l’inclusion numérique, si elles sont confiées à de tels organismes, peuvent- elles garantir l’indépendance des utilisateurs, pour des sujets tels que la préservation des données personnelles ou l’acculturation à des outils ? []