Archives de catégorie : L’histoire des collections

Les ambassadeurs des Bibliothèques

Depuis 2015 les Bibliothèques de Nancy s’attachent à mieux faire connaître leurs établissements et les services proposés aux nancéiens. Campagne de pub au cinéma, affichage en ville ou paper kraft dans le bulletin municipal de la ville ont permis de toucher largement la population. En 2017, deux initiatives voient le jour et permettent de toucher le public de façon plus ciblée : l’accueil de groupes privilèges et les ambassadeurs.

L’accueil de groupes privilèges

En 2016, la Médiathèque Manufacture ouvrait de nouveau ses portes après plusieurs mois de travaux. Nouvelle offre, nouveaux espaces dont un espace jeux vidéo alors un des plus grands en France, la nouvelle Manu avait des atouts pour attirer un nouveau public. Aussi avons nous conçu une offre privilège à destination de groupes déjà constitués.

Catalogue des offres d’accueil privilèges.
Exemple de thématique proposée pour un accueil privilège

Le choix des groupes

Chacun dans son entourage connaît ou fait partie de groupes, associations. Forts de ce précepte, nous avons sollicité nos collègues pour établir une liste de groupes susceptibles d’être accueillis. Plus de 45 groupes ont été recensés.

Une offre privilège

Les accueils se déroulaient en deux temps : la visite de la Médiathèque Manufacture suivie ou précédée d’un « moment » privilégié sélectionné dans le catalogue que nous avions élaboré. Soit le choix se portait sur une des propositions- rencontre privée avec les artistes d’un des concerts du dimanche, heure du conte privatisée , soit le groupe pouvait choisir une thématique à sa convenance : découverte du circuit du document, visite du pôle Manufacture …

Cette expérience a duré une année. Entre démarchage, relance et accueil proprement dit, 8 bibliothécaires ont participé à cette opération et accueilli 21 groupes. Si le public était ravi de ce moment privilégié , nous n’avons pas constaté un retour sur investissement important : peu de personnes se sont au final vraiment inscrites en dehors de la période de gratuité de 3 mois offerte à l’issue de la visite.

Les ambassadeurs des Bibliothèques

Qui mieux que les usagers pour parler des bibliothèques ? C’est sur ce postulat que nous avons bâti cette initiative originale : «  recruter » 16 ambassadeurs culturels, chargés de promouvoir des services et activités de nos établissements auprès de leur entourage familial, amical ou professionnel.

“Nous sommes à l’ère du participatif. Les gens sont très désireux de s’investir dans ce type de démarche.” observe Isabelle Huber, responsable de la médiathèque Manufacture.

11 mars 2017 : accueil du premier groupe d’ Ambassadeurs des Bibliothèques.

Recrutés par voie d’affichage dans les bibliothèques, les ambassadeurs sont représentatifs de nos abonnés : jeunes, actifs, retraités, à la recherche d’un emploi … Ils ont suivi une “courte formation” à leur nouveau rôle, une visite approfondie des bibliothèques, et reçu des fiches détaillant les collections et les services de chaque établissement, ainsi que les supports de communication habituels du réseau (plaquettes de présentation, programme culturel).

En contrepartie de leur investissement, les ambassadeurs ont bénéficié d’avantages, basés sur des services “premiums” :

  • la remise d’un « pack ambassadeur » comprenant un tote bag « Bibliothèques de Nancy », un dossier sur les Bibliothèques de Nancy, des goodies.
  • la gratuité de leur abonnement annuel
  • la réservation premium de nouveauté à leur demande
  • le parrainage d’une personne pour un abonnement annuel gratuit
    un parcours culturel :
    • visite de la Ville de Nancy
    • visite de l’Opéra National de Lorraine et de ses coulisses
    • invitation à deux pièces de théâtre par le Théâtre CDN Manufacture
  • Invitations privilégiées : les ambassadeurs sont inscrits sur le listing des invitations des Bibliothèques de Nancy, des Musées de la Ville de Nancy, du Théâtre de la Manufacture et du Conservatoire Régional et sont à ce titre invités à toutes les inaugurations.
Visite à l’Opéra National de Lorraine.

À leur demande, les ambassadeurs sont rapidement associés à nos animations , par exemple, en 2017, ils nous accompagnent dans des opérations « hors les murs », en assurant des lectures pour les enfants dans notre bibliothèque éphémère « Place des petits lecteurs » au centre commercial Saint Sébastien.

Ils assurent des binômes avec les bibliothécaires lors du Livre sur la Place pour faire la promotion des Bibliothèques auprès du public : en tant qu ‘usagers, leur manière de présenter nos établissements est complémentaire de la nôtre et ces moments d’échange sont toujours riches.

Chaque année, ils viennent en renfort des équipes lors de la Nuit de la lecture ou de l’après-midi récréative « En attendant Saint-Nicolas » à la Bibliothèque Stanislas…

Depuis 2018, les Bibliothèques ont créé un comité de lecture « les Ambassadeurs des Bibliothèques » pour participer au jury du Prix Horizon du 2e roman, organisé à Marche en Famenne en Belgique. Après avoir lu, échanger autour des 5 romans sélectionnés, le comité se rend en Belgique pour participer aux rencontres avec les 5 auteurs en lice et voter.

Samedi 19 mai 2018, premier voyage à Marche-en-Famenne des Ambassadeurs pour le Prix horizon

En 2022 nous y participions pour la troisième fois et faisions pour la deuxième fois le déplacement en Belgique, le vote et la remise du Prix en 2020 ayant eu lieu à distance en raison de la situation sanitaire.

Les animations, les rencontres annuelles où nous évoquons avec eux nos projets, les voyages en Belgique pour le Prix Horizon ou les moments conviviaux informels sont autant d’occasions de créer des liens avec nos ambassadeurs. Rapidement ils sont devenus plus que des usagers, des amis dont on s’inquiète lorsque les nouvelles se raréfient et qu’on est heureux de retrouver.

François, Sylvain, Isabelle, Anne-Laure, Francine et Stéphanie à Marche-en-Famenne pour le Prix Horizon 2018.

Cinq ans après

Parmi les 16 personnes« recrutées » en 2017, certaines sont restées quelques mois, d’autres, plus de la moitié du groupe, est restée fidèle et suit toujours nos projets. D’autres encore sont venus les rejoindre.

Cette année, les ambassadeurs ont fusionné avec l’association des Amis des Bibliothèques de Nancy. Cette dernière, malmenée par la crise sanitaire, retrouve un nouveau souffle. Le nouveau bureau récemment élu veut davantage s’investir aux côtés des équipes, comme par exemple pour la Nuit de la lecture 2023. Les envies des uns et des autres étant désormais voisines, le rapprochement nous a semblé évident.

Un nouvel élan pour écrire tous ensemble une nouvelle page de la vie des Bibliothèques.

Les dessinateurs de presse et de bande dessinée contemporains (3/3) : Lefred Thouron, l’actualité sur le vif

Plusieurs dessins originaux et estampes sont venus rejoindre la collection de la Bibliothèque Stanislas. Dans la lignée des acquisitions réalisées auprès d’André Faber, Romain Dutreix, Jochen Gerner puis Frédéric Boilet, nous avons poursuivi notre démarche avec les  dessins de presse du nancéien Lefred Thouron.

Lefred Thouron, dessinateur de presse

Résumer le parcours de Lefred Thouron s’avère difficile et à coup sûr réducteur. Il commence très jeune avec ses pairs dans des fanzines et journaux satiriques nancéiens créés et conçus par eux : Marengo, Santiag, ou encore Le Lorgnon. Puis il frappe aux portes des rédactions parisiennes et collabore avec plusieurs journaux satiriques comme Hara-Kiri (1984), La grosse Bertha, Charlie Hebdo, mais aussi avec la presse d’information quotidienne et hebdomadaire, L’événement du jeudi, 7 à Paris, Libération, pour ne citer que ces titres. Il fait ensuite son entrée à Fluide Glacial, Le Canard Enchaîné et L’Équipe Magazine. La plupart de ses dessins sont aussi publiés dans une vingtaine d’albums aux titres les plus divers, tels que : Bernadette priez pour nous (2004), Coloscopie de la France au xxie siècle (2009), ou encore, Le football n’est plus ce qu’il est (2015). Lefred Thouron intervient également occasionnellement en tant que scénariste : avec Yan Lindingre pour Les carottes sont crues (2004), Diego Aranega  pour  Casiers judiciaires (2008).  Pour  Devenir riche sans effort ! Avec la méthode du célèbre Professeur Kervern (2016) de Gustave Kervern, il est exclusivement illustrateur.

Lefred Thouron par Gérard Viry-Babel

Le dessin de presse et sa postérité

La première étape a consisté à rencontrer Lefred Thouron. Ce dernier s’est d’abord montré réservé quant à notre démarche de conservation. En effet, le dessin de presse, selon lui, perd vite de son sens s’il est sorti de son contexte et des évènements socio-économiques de son élaboration. En tant que bibliothécaire dans un établissement de conservation, notre point de vue est différent pour plusieurs raisons. En premier lieu, cette acquisition serait étayée par un entretien avec le dessinateur. Cette démarche se justifiait pour comprendre son travail. Comment, en effet, un dessinateur de presse publié dans plusieurs journaux pendant de longues années, parvient continuellement à trouver l’inspiration ? Comment sélectionner l’actualité, avec quels outils pour faire réagir, ou rire selon le contexte ?

Acquérir des dessins de presse nous permet de mener des actions de médiation et d’offrir au public une approche différente d’une situation historique donnée1. En effet, consulter en 2022, plus d’un siècle après leur parution,  des journaux satiriques tels que Le Cri de Nancy n’est pas dénué de sens. Nous y reconnaissons des faits ou personnages ayant marqué leur époque, nous sommes face à des dessins satiriques ou des caricatures certes datés mais réellement évocateurs d’une actualité, d’un contexte politique ou de faits défrayant la chronique et matière à controverse tels que l’affaire Dreyfus. Autrement dit, l’intérêt documentaire de cette acquisition s’ajoute à l’idée de compléter notre collection locale et contemporaine.

Après un temps de réflexion, Lefred Thouron a proposé un ensemble de dessins relatifs à la crise sanitaire générée par la COVID qui, selon lui, marquera les esprits sur le long terme. Ce premier ensemble de pièces originales comporte 14 éléments pour le Canard enchaîné, et 2 pour l’hebdomadaire local La Semaine : des notes, des brouillons, des dessins au feutre noir, des épreuves scannées non nettoyées puis définitives. L’acquisition en a été réalisée avec le soutien du Fonds Régional de Restauration et d’Acquisition des Bibliothèques, structure co-financée par la Région Grand-Est et l’État (Direction Régionale des Affaires Culturelles).

Une sélection plus large

Cette sélection avait du sens mais demeurait réductrice par rapport à ses nombreuses collaborations avec la presse. En plus des 14 dessins achetés, une trentaine de pièces supplémentaires réalisées pour Fluide Glacial et L’Équipe Magazine –brouillons, notes, esquisses, dessins et planches, ont été généreusement offertes par le dessinateur. Cela constitue un ensemble cohérent et représentatif des titres de presse pour lesquels il a fourni le plus de dessins. Lefred Thouron a en effet conçu  une planche pour le magazine hebdomadaire de l’Équipe entre 1988 et 2017. Il participe tous les mois et tous les trimestres à Fluide Glacial depuis 1998. Il contribue aussi systématiquement au Canard Enchaîné depuis 1994 avec 4 à 6 dessins par semaine. Cela représente les dessins publiés, le travail nécessaire en amont s’avérant souvent plus conséquent encore.

Avec un trait précis, rapide, un style bien à lui et une dérision sans pareil, Lefred Thouron manie depuis des années l’actualité sociale et politique de manière simple et sarcastique. 

Le dessin de presse  : une inspiration du quotidien

Ce rapide passage en revue du parcours de Lefred Thouron amène à se demander comment, en 2022, l’inspiration continue d’être suffisante pour dessiner au gré de l’actualité et de la ligne éditoriale des journaux pour lesquels il travaille. Différents réflexes et supports permettent de saisir idées et situations. L’information tient une place essentielle. Mais pas seulement : l’observation des scènes du quotidien, des dialogues entendus, des quiproquos pouvant prêter à rire sont comme des réflexes. Allié du dessinateur, le carnet de notes :  une idée vient, il note, voire élabore un premier croquis en disposant ses cases et ses personnages très esquissés. Les dialogues s’ébauchent, ils seront peaufinés ensuite.

Nous avons pris le temps, au cours d’un entretien enregistré, de nous pencher sur la façon dont travaille Lefred Thouron.

“Je me balade toujours à peu près avec un carnet comme celui-ci, parce que je ne suis pas trop porté sur la prise de notes par téléphone, ça m’enquiquine. Je peux avoir des croquis comme ça sur des dos de facturette si je n’ai pas le carnet sous la main. Et puis quand je suis à la maison, au bureau, les trucs viennent au fur et à mesure sur des carnets de note, ils sont dévolus à ça, uniquement à ça.”

Voir ces documents est intéressant et aide à comprendre cette réactivité au moindre détail et cet à propos pour retranscrire des moments décalés en si peu de cases et de dialogues.

Ich bin gland, planche originale retouchée. Feutre noir et aquarelle, format A3, Fluide Glacial, octobre 2008

“On lit la presse et on s’informe. Que ça soit de la politique, de l’économie, du social ou du sport, c’est exactement pareil. Simplement, si on met le cul sur le tabouret sans avoir rien préparé, ça va être un peu plus difficile que si on a passé la semaine à emmagasiner des choses. Évidemment, avec les années, y’a un peu d’intuition, y’a un peu de pif, y’a un peu de bol aussi des fois.”

Les personnages

Les traits et expressions que Lefred Thouron attribue à ses personnages sont reconnaissables. Qu’il s’agisse de personnalités de la sphère politique ou de citoyens lambdas, les façons de les caractériser demeurent, et les dialogues fusent, les mots ont leur importance. Enfin, la chute : sur un strip de trois ou quatre cases (Le Canard Enchaîné), ou sur un dessin unique, la méthode diffère. Dans le premier cas, la dernière case est celle de la consternation ou du rire quant à la réaction des personnages. Dans le second, le titre est primordial, et de là découle le reste.

Pour Fluide Glacial, dans le cas d’une page complète,  le quotidien observé est le point de départ. La mise en couleurs reste discrète, l’interaction entre personnages prédomine. Le contexte décalé, les personnages excessifs mais convaincus créent une situation cocasse et consternante. La réalité de la vie est toujours proche de ces scènes du quotidien.

Pour l’Équipe magazine, les coulisses du sport ou les scandales ont constitué un terrain d’idées. Le domaine est complexe, les polémiques monnaie courante.

Le Marathon de Paris, dessin original au feutre noir pour l’Équipe Magazine n°533, non daté

“Le Marathon de Paris, c’est un des marronniers. C’est à dire que tous les ans, Marathon, Jeux olympiques, si on veut évoquer les faits sportifs, on est vite limité. Donc ce sont les à côtés qui sont intéressants. Et les à côtés, c’est Paris est dégueulasse. Mais le dessin doit dater d’une époque où il y avait une polémique sur les motocrottes, donc ça tombe là-dessus. Après, je me souviens avoir fait des choses un peu plus … euh, sur les Kenyans, leurs prédispositions, c’est des mecs archicamés, 42 kilomètres en 2 heures en restant frais, faut pas rigoler ! Et pareil pour le Tour de France. Alors que les journalistes en savaient bien plus que moi, ils étaient au cœur du truc. Je ne veux pas dire que j’étais là pour dire des choses à leur place, mais j’étais presque un alibi. C’est à dire que moi j’y allais franco sur le dopage.”

Êtes-vous considéré ou vous considérez-vous comme un journaliste ?

“Je ne sais pas. La carte de presse en donne le statut. Elle permet surtout l’accès gratuit aux musées. Mais je me sens plus observateur que journaliste, plus journaliste qu’artiste. Et ainsi de suite…”

Du carnet de notes au dessin.

Est-ce que vous vous bloquez des jours particuliers pour réfléchir ?

” Il y a une discipline imposée par le jour de bouclage. Au Canard, on rend les dessins le lundi soir. Exceptionnellement en cas de grosse actualité, il y a un rattrapage possible le mardi matin à l’imprimerie, jusqu’à 13 ou 14 heures. Les pages partent à l’impression au fur et à mesure, d’abord les pages culturelles, puis les informations générales, puis la page 2 et enfin la 8 et la une. Évidemment, tout se fait dans une excitation croissante, et un dessin qui arrive très tard en envoie fatalement un autre à la poubelle puisqu’on ne peut plus tout casser ni reprendre. Donc pour être prêt le lundi, il faut allumer la chaudière le vendredi. Pour L’Équipe Magazine, j’envoyais ma page le mardi matin pour qu’elle paraisse le samedi suivant. Avec là encore, possibilité d’en changer jusqu’au mercredi, grâce à Internet.”

La personnalité de Lefred Thouron semble nourrir les dessins et les choix qu’il opère pour traiter des différents sujets. On est étonnés, on rit – ou pas- on réfléchit, et c’est là sans doute l’effet escompté. La bibliothèque Stanislas compte désormais dans ses collections une belle série de cet artiste, nancéien attaché à ses origines tout en travaillant à l’échelon national.

Affiche de Dylan Pelot pour “Les grands succès du cinéma introuvable”, 2014 (avec Lefred Thouron et Yan Lindingre)

  1. En 2015, un livret pédagogique constitué d’après le contenu de nos collections intitulé La caricature de presse, rire, réagir, réfléchir, a été édité suite à l’attentat du 7 janvier 2015 []

Dans la bibliothèque du couvent des Cordeliers

Un chantier de recherche de provenances entamé à la Bibliothèque, un ouvrage historique conçu par nos collègues de Nancy Musées et la Société d’histoire de la Lorraine, deux raisons d’étudier la bibliothèque du couvent des Cordeliers, intimement liée à la Maison de Lorraine1.

Brève histoire de la bibliothèque du couvent des Cordeliers

Le nécrologe des cordeliers rend précisément hommage au fondateur du couvent, le duc René II, pour la dotation d’un certain nombre d’ouvrages, notamment les magnifiques livres de choeur2.  Au xviie siècle, la bibliothèque est déjà notable, comme le montre le guide touristique et historique du père Jacob : « Dans le convent des Religieux de l’Observance de S. François de Nancy est conservée la très splendide bibliothèque des Ducs de Lorraine, depuis un long temps : la quelle est abundante en bons et rares livres, qui y ont esté mis avec de grands soins. On y void aussi quelques manuscrits »3. On sait qu’en 1611, maître Pierre Lancelot, maçon en la Ville-Neuve, reçut 154 fr. pour la confection de vingt-huit fenêtres.4.

Une salle d'archives, à gauche des fenêtres en berceau, à droite un chartrier, au milieu une table de travail et un siège
Le chartrier idéal du frère Vuillemin ? (ms. 380 fol. 72).

Dans un manuscrit du père Vuillemin à la fin du xviiie siècle, nous avons une petite représentation d’un local d’archives, dans lequel on aimerait bien voir l’illustration des locaux de conservation des cordeliers. En termes de mobilier, on sait aussi que la bibliothèque comportait, outre des armoires, un bureau, des échelles et un globe terrestre « de Jansen », dans lequel on ne manquera pas de reconnaître un globe de Blaeu. Ces informations nous sont données par les inventaires révolutionnaires, le premier réalisé par Willemet, Crampel et Lejeune le 5 février 1790 :

« Le vaisseau de la bibliothèque des pères Cordeliers est fort beau, bien éclairé, bien boisé, parqueté et plafonné. Ses livres, enfermés dans seize armoires closes par des châssis de fil de fer et par des serrures sont bien entretenus et bien soignés. Cette bibliothèque renferme plusieurs ouvrages de chaque classe ou faculté bibliographique, beaucoup dans la classe de Théologie, moins en proportion dans les autres classes savoir Jurisprudence, Belles-lettres, Sciences et Arts et Histoire. Plusieurs ouvrages sont incomplets, plusieurs réputés bouquins, il n’y aucun manuscrit rare et de prix. (…) Total des volumes de tous les formats : 4500. »((Arch. dép. de la Meurthe-et-Moselle 1 Q157/Cordeliers/ p. 6.)).

Le second, réalisé en 1793, est un inventaire détaillé de la bibliothèque, avec la liste des 3658 volumes alors subsistant. La bibliothèque reste en place au couvent jusqu’à fin 1793, date à laquelle elle est transférée au dépôt littéraire à l’université. Aucun manuscrit n’y est mentionné. Justin Favier dans son article de synthèse sur les saisies révolutionnaires dans les couvents de Nancy, rappelant ces événements, précise que peu d’exemplaires des cordeliers ont été conservés, car ils ont été déménagés tardivement. S’ils faisaient doublon avec des ouvrages déjà entrés dans les collections, ils étaient éliminés5. En effet, un seul ex-libris des cordeliers a été trouvé parmi les 150 premiers titres de l’inventaire testés au catalogue de la bibliothèque de Nancy dernièrement.

Le contenu de la bibliothèque

Les franciscains entretiennent un rapport ambigu au savoir6. Au cours de l’époque moderne s’opère chez les cordeliers un renversement dans la valeur des études livresques et de l’importance de la lecture. La figure de saint Bonaventure, premier franciscain docteur en théologie, est ainsi portée au pinacle, au détriment même de la pauvreté prêchée par François d’Assise. Nancy, couvent d’étude en philosophie et théologie, détient une bibliothèque pour l’apprentissage de la prédication. La formation y dure entre 2 et 5 ans selon le cursus poursuivi par les meilleurs étudiants franciscains.

A ce titre, la théologie se taille évidemment la part belle dans le contenu des collections (54 %). Selon André de l’Auge, dans La Sainte Apocatastase (Paris, Fouet, 1623),

« Le couvent de Nancy est l’un des séminaires de ceste Province, où pour les aumonsnes journalières [du duc], [Son Altesse] entretient grand nombre de religieux pour estre instruicts ès sciences saintes et divines, afin de tirez des flancs de ceste Académie comme d’un Cheval troyen, ils se répandent en divers lieux, places et provinces, pour par leurs escripts et prédications combattre généreusement le vice et l’hérésie. »

On y trouve des ouvrages de controverse, ainsi des œuvres de Jean Calvin. La bibliothèque des cordeliers est une bibliothèque de travail, les pères doivent y trouver de quoi nourrir leur prédication. La connaissance de l’ennemi, soit le protestantisme sur la dorsale catholique, est indispensable.

Page de titre des Sermons de Jean Calvin sur Job
Sermons de M. Jean Calvin sur le livre de Job, A Genèvre, Jean de Laon pour Antoine Vincent, 1563 (cote 155 499).

Il est intéressant de constater que les cordeliers détenaient également des ouvrages profanes, scientifiques, artistiques, philosophiques, juridiques mais aussi qu’ils lisaient Martial et Flavius Josèphe.

Les modalités de prêt des ouvrages sont décrites : il faut l’autorisation du supérieur, faire une demande expresse au bibliothécaire, et s’inscrire sur un registre. Au xviiie siècle se développe la pratique des ouvrages ad usum, qui sont appropriés individuellement par des frères. Ce sont des supérieurs, des membres de l’encadrement du couvent, qui disposent de ce privilège. Ainsi frère Alexandre Collin qui privatise une histoire de l’Ancien testament en 1763, « cum licentia superiorum ». Ne serait-ce point également parce qu’elle est signée de Robert Arnauld ?

Page de titre de l'Histoire de l'Ancien testament par Arnauld
Robert Arnauld d’Andilly, Histoire de l’Ancient testament tirée de l’Ecriture sainte, Paris, P. Le Petit, 1675 (cote 101 524).

Les livres de choeur des cordeliers7

Les volumes sont reliés sur ais de bois, couverts de veau estampé à froid, et rehaussés de fermoirs en fer, de clous, et de bandes de laiton pour en assurer la solidité. Ils pèsent entre 13 et 15 kg chacun.

Le graduel, manuscrit musical utilisé pendant la messe, présente une année lissée qui commence au 1er dimanche de l’Avent, Pâques est fixé au 3 avril, et se termine à la saint André. Il comporte différents décors : lettres bicolores dues au rubricateur, lettres gothiques à la plume, dues au copiste et 6 lettres peintes : roi David, Adoration des bergers, Adoration des mages, Résurrection, Ascension, Pentecôte. Il est enrichi de directives écrites en plus petits caractères pour certaines fêtes : procession des Rameaux, les offices de la Semaine sainte, ici l’office de la croix le vendredi saint.

Dragon en forme d'initiale S sur fond rouge
Initiale S en forme de dragon, ms. 437 (4) p. 24.

L’antiphonaire, qui regroupe les incipits de chants des offices (des heures) est en 3 volumes. Son commanditaire est facilement identifiable : il s’agit de René ii. Cependant, les circonstances de la commande, de la rédaction et de la livraison, ainsi que les noms des copistes et décorateurs ne sont pas connus. On remarque une très grande variété dans les types de décor des lettrines : gothiques en grisaille ou camaieus, et encore des lettres peintes pour les grandes fêtes : Annonciation, Visitation, Nativité, Présentation etc.

Les épisodes importants de la théologie franciscaine sont évoqués par des lettres historiées comme ce Jésus enseignant qu’on peut rapprocher de l’image de Bonaventure. Evidemment une place d’honneur est réservée aux saintes et saints franciscains. Sainte Claire d’Assise, et les mémoires qui lui sont liées, occupe une place toute particulière dans l’antiphonaire franciscain. Et, à tout seigneur tout honneur, saint François d’Assise lui-même est fêté et représenté avec très grand soin, et l’évolution de la liturgie est patente à son propos.

sainte Claire d'Assise dans une initiale P
Lettrine P avec une sainte Claire en grisaille, ms. 437 (3) p. 278

Les décors de l’antiphonaire sont inépuisables dans le bestiaire et la botanique, et le mieux est de les découvrir par soi-même sur Limédia Galeries. On peut cependant attirer l’attention de notre lectorat sur de petits aperçus de la vie des frères au couvent. Outre des petits frères cachés  ça et là dans les lettrines ou les fleurs, on voit pour la fête du saint Sacrement une assemblée franciscaine autour d’un autel dans lequel Simone Collin suggérait de voir une représentation de l’autel des cordeliers au temps de René ii.

Des frères cordeliers autour d'un autel
Fête du Saint Sacrement, ms. 437 (3) p. 103.

Une rupture stylistique importante est constatée dans le 3e volume. Simone Collin émet l’hypothèse que les volumes ont été remplacés, à une époque indéterminée, par des antiphonaires imprimés, mais qu’on les a réutilisés au xviiie siècle. À ce moment, en raison de modifications qui avaient eu lieu dans la liturgie franciscaine, les pages ont été grattées et lavées pour être actualisées sans avoir à se lancer dans la confection d’un nouvel antiphonaire.

La provenance Cordeliers de Nancy dans les collections patrimoniales

Plusieurs manuscrits de nos collections ont un auteur cordelier. Il s’agit essentiellement de manuscrits historiographiques signés de grands franciscains lorrains, et qui ont entretenu des liens étroits avec la famille ducale. Au premier rang de ceux-ci figure Jean d’Aucy, dont l’Épitomé offert à Charles iii donne son nom à notre carnet de recherches. Son successeur au xviie siècle, y compris dans les égarements historiques, est Jacques Saleur, l’auteur de La Clef ducalle…

Aubert Roland, au xviiie siècle, revient précisément sur la figure fondatrice du duc René et celle de sa femme, Philippe de Gueldres avec des méthodes beaucoup plus critiques. Claude-Robert Husson, définiteur général de l’ordre franciscain, s’illustre autant dans la dévotion que dans l’histoire avec son fameux éloge historique de Jacques Callot. Enfin le père Vuillemin, bibliothécaire et polygraphe, s’intéresse à la science et à l’histoire du couvent.

Cependant ces oeuvres manuscrites ne font pas partie des saisies révolutionnaires. Propriété privée de leur auteur, ou déjà données avant la Révolution, elles sont entrées dans les collections municipales bien postérieurement, par dons  ou par achats. À l’heure actuelle, seulement 7 ouvrages figurant à l’inventaire de la bibliothèque des Cordeliers de 1793 ont été indubitablement identifiés dans les collections patrimoniales.

Le chantier d’identification des saisies révolutionnaires a été ouvert en 2022 grâce au stage de Manon Rabillard, élève de deuxième année à l’École nationale des Chartes. Cinq communautés religieuses de Nancy ont été entièrement traitées (Chapitre primatial, Dominicains, Augustins, Visitation et Refuge), établissant l’identification formelle de 208 titres sur un ensemble de près de 4000 figurant dans les inventaires, soit un taux de conservation de 5,2 % pour ces communautés. Pour les Cordeliers, comme le soulignait Justin Favier, les premiers tests sont bien en-deçà de ce taux (1 pour 150). L’enquête est donc à poursuivre.

  1. Cet article est la retranscription de la conférence donnée à la Bibliothèque Stanislas le 11 octobre 2022 []
  2. « librariamque omnium facultatum voluminibus mandans ornari » Pierre-Étienne Guillaume, Cordeliers et chapelle ducale de Nancy, Nancy, France : chez Peiffer, 1851, 279+lxiv. Lire en ligne. []
  3. L. JACOB, Traicté sur les plus belles bibliothèques..., t. II, p. 436. []
  4. P.-E. Guillaume, Cordeliers et chapelle…, p. 15. []
  5. Justin Favier, « Coup-d’oeil sur les bibliothèques des couvents du district de Nancy pendant la Révolution : ce qu´elles étaient, ce qu´elles sont devenues », Mémoires de la Société d´Archéologie lorraine, 1883, p. 60. []
  6. Je m’appuie ici sur le travail de Fabienne Henryot, Livres et lecteurs dans les couvents mendiants: Lorraine, xviexviiie siècles, Genève : Librairie Droz, 2013, 562 p. Sur le rapport des cordeliers aux manuscrits, Fabienne Henryot, « Le livre en héritage : les religieux mendiants face aux manuscrits médiévaux au xviie siècle », Lire en ligne []
  7. L’article de référence sur ces livres reste Simone Collin-Roset, « L’antiphonaire des Cordeliers de Nancy (Nancy, Bibliothèque municipale, manuscrits 22, 23, 24, 25 anc. 437). Etude codicologique et iconographique », Lotharingia, X, 2010, p. 49‑80. Attention, le titre de l’article comporte une erreur de cotation : les 4 livres de choeur sont bien regroupés sous la cote ms. 437 (1-4), (1) correspondant au graduel et (2-4) à l’antiphonaire. []

Estampes anciennes : florilège

À l’occasion de la fête de l’estampe qui sera célébrée partout en France le 26 mai, la Bibliothèque Stanislas offre à découvrir ses collections d’estampes. Si les œuvres contemporaines ont souvent été mises en avant, les gravures anciennes ne sont pas moins présentes dans les collections : écoles française, italienne, allemande, gravures sur métal ou sur bois. Voici une sélection de quelques œuvres.

Schongauer, Martin (vers1445/1450-1491)

“La sépulture” ou “La mise au tombeau”, gravure au burin sur papier vergé, 167 x 116 mm, Mehl-2-157.

L’art de la gravure sur cuivre est né vers 1430 dans le sud de l’Allemagne. Martin Schongauer est un peintre et graveur allemand considéré comme un des premiers maîtres de la gravure allemande. Très admiré par Albrecht Dürer (1471-1528), son œuvre compte une centaine de gravures. Parmi elles, la série consacrée à la passion du Christ, composée de douze scènes allant de l’agonie au jardin des oliviers jusqu’à la résurrection. Cette scène, intitulée La sépulture ou La mise au tombeau, présente le corps du Christ mis au tombeau. Autour du tombeau, la Vierge, saint Jean et trois saintes femmes dont Marie-Madeleine qui embrasse la main du Christ. On aperçoit en arrière-plan la croix et  son échelle sur la colline.

Lucas de Leyde (1494?-1533)

“Jésus Christ portant sa croix”, gravure au burin sur papier vergé, 1515, 79 x 104 mm, inv. 690 559 folio 49bis.

Lucas de Leyde est un peintre et graveur hollandais incontournable de la première moitié du XVIe siècle. Son œuvre compte un peu plus de 170 gravures. Cette estampe illustre la passion du Christ. Il est représenté à genoux, succombant sous le fardeau de la croix et tournant la tête vers une femme qui lui présente un suaire. La date de 1515 apparaît en haut à droite au dessus de la femme.

Caraglio, Gian Giacomo (1505?-1565)

“Saturne dévorant son enfant”, gravure au burin sur papier vergé, 1526, 218 x 113 mm, inv. 690 559 folio 92. Éditée par Antonio Salamanca (1478-1562).

Gian Giacomo Caraglio est un graveur italien élève de Marcantonio Raimondi (1480?-1534?). Il a également été graveur de médailles et de gemmes. Cette gravure fait partie d’une suite de vingt estampes représentant des divinités de la mythologie, debout dans des niches avec les attributs qui les caractérisent. Ici, on retrouve Saturne dévorant l’un de ses enfants. Selon la tradition, calquée sur le mythe grec de Cronos, pour éviter que ne s’accomplisse la prédiction selon laquelle il serait détrôné par l’un de ses enfants, Saturne dévora chacun d’eux à leur naissance.

Maître IB (école allemande, début du XVIe siècle)

“Emblèmes avec espoir, tribulation, envie et tolérance”, gravure au burin sur papier vergé, 1529, 145 x 84 mm, inv. 690 559 folio 114.

Cette gravure a été réalisée par un artiste allemand du début du XVIe siècle qui n’a pas encore été identifié. Son monogramme reste utilisé pour mentionner son nom. L’espérance debout entre la vie et la tribulation. Celle-là, à droite, bat avec un marteau triplé le cœur d’un homme vertueux que l’envie tient sur une enclume posée sur la tolérance qui est couchée à terre. Ces quatre passions sont exprimées par des figures de femmes, dans une forme de médaillon ménagé dans une table qui est suspendue à une colonne, au pied de laquelle sont assis deux génies. La beauté de cette gravure réside dans l’utilisation d’un fond entièrement gravé, hachuré, donnant un rendu totalement noir. Ainsi, le motif apparaît très en volume, comme un élément sculpté, un bas-relief.

Pomedelli, Giovanni Maria (1478?-1537?)

[Animaux de basse-cour], gravure au burin sur papier vergé, 1534, 143 x 144 mm, inv. 690 559 folio 20.
Giovanni Maria Pomedelli est un orfèvre, peintre, graveur et médailleur italien qui a travaillé dans la région de Vérone. Seules six gravures sont connues de cet artiste. Trois sont signalées au British Museum, une au cabinet des estampes de la Bibliothèque nationale de France. Cette gravure représente de nombreuses volailles, canards, coqs, poules, probablement dans une basse-cour. Le monogramme de l’artiste figure en bas au centre : une poire traversée par un paraphe (sorte de Z par dessus le fruit).

Pencz, Georg (1500?-1550)

“Joseph vendu à des marchands Ismaëlites”, gravure au burin sur papier vergé, 1546, 124 x 86 mm, inv. 690 559 folio 116.

George Pencz est un peintre et graveur allemand de style maniériste. Formé à l’atelier d’Albrecht Dürer, il voyage en Italie où il est profondément marqué par l’art de Marcantonio Raimondi. Cette gravure fait partie d’une suite de quatre estampes illustrant l’histoire de Joseph dans l’Ancien Testament. Joseph, debout à gauche, est vendu par ses frères à des marchands Ismaëlites.

Delaune, Étienne (1518?-1583)

“Mêlée de guerriers nus”, gravure au burin sur papier vergé, 70 x 223 mm, Rés. 4176 folio 1.

Étienne Delaune est un orfèvre et graveur français de la Renaissance. Son œuvre gravé est important. Cette estampe fait partie d’une suite de douze gravures en forme de frise sur fonds noir. Celle-ci présente des guerriers nus armés de massues et d’arcs qui se précipitent les uns contre les autres. Certains d’entre eux portent des panaches de plumes sur la tête et à la ceinture. On remarque  en bas à gauche la signature du graveur dont la première lettre est gravée à l’envers “Stephanus Fecit”.

Leu, Thomas de (1555?-1612?) d’après Antoine Caron (1521-1599)

“Ajax Locrien”, gravure au burin sur papier vergé, 239 x 192 mm, Rés. 4154 folio 45.

Thomas de Leu est un graveur et éditeur d’estampes d’origine néerlandaise. Il est un des grands représentants de la gravure française du XVIe siècle. Son œuvre est volumineux notamment les portraits. Ici, c’est un thème  de la mythologie grecque qui est illustré, un épisode de la guerre de Troie : Ajax, fils du roi de Locride, qui a éveillé la colère des dieux, est représenté écrasé sous le rocher sur lequel il s’était réfugié, fendu d’un coup de trident par le dieu Apollon. La composition a été gravée par Thomas de Leu d’après une œuvre d’Antoine Caron, peintre français de la Renaissance.

Joannes Wierix (1549?-16..) d’après Albrecht Dürer (1471-1528)

“Melencolia I” gravure au burin sur papier vergé, 1602, 243 x 193 mm, 690 559 folio 44.

Joannes Wierix est un illustre graveur flamand issu d’une grande dynastie de graveurs. Les Wierix ont beaucoup gravé d’après Dürer. Joannes reprend ici une œuvre très célèbre créée par Albrecht Dürer en 1514, Melencolia I. Cette œuvre est composée de multiples objets et éléments symboliques : un livre, un compas, une bourse, des clés, un sablier, une cloche, un cadran solaire, un carré magique, un polyèdre, etc. À droite de la composition, l’ange, par sa posture et l’expression de son regard, exprime avec force le tempérament de la mélancolie. Cette œuvre a été très étudiée par les historiens de l’art et sa complexité laisse, aujourd’hui encore, de nombreuses hypothèses différentes quant à sa signification.

Saenredam, Jan Pietersz (1565?-1607)  d’après Goltzius, Hendrick (1558-1617)

“Les trois sortes de mariage (n°1 et n°2)”, gravure au burin sur papier vergé, 235 x 164 et 236 x 164 mm, inv. 699 033.

Jean Saenredam est un peintre, dessinateur et graveur maniériste hollandais. Il a été formé dans l’atelier d’Hendrick Goltzius, un autre peintre et graveur néerlandais célèbre. Il a beaucoup gravé d’après Goltzius et son œuvre compte un peu plus d’une centaine d’estampes. Les deux gravures présentées ici font partie d’une suite de trois estampes illustrant trois sortes de mariage : à gauche, le mariage qui se fait dans la seule vue du plaisir, et auquel préside l’Amour. À droite, le mariage dont le principal motif est les richesses, et qui est l’ouvrage du démon. Le traitement des drapés, des figures et des corps illustre parfaitement le courant maniériste.

Reni, Guido (1575-1642) d’après Parmigianino (1503-1540)

“La fille portant le coussin”, eau-forte sur papier vergé (1590-1642), 168 x 83 mm, inv. 690 558 folio 134.

Guido Reni est un peintre et graveur italien, figure dominante de l’École de Bologne. Son œuvre gravé compte une soixantaine d’estampes. Il grave d’après ses propres dessins mais aussi ceux d’autres maîtres de son temps. Ainsi, il réalise ici la gravure d’une jeune femme regardant un coussin qu’elle tient dans ses bras d’après le dessin de Parmigianino conservé aujourd’hui à la Galerie Nationale de Parme (Inv. n°510/25).

Une bibliothèque moderne : les travaux de 1932

Saviez-vous que la salle des boiseries de la Bibliothèque Stanislas n’a pas toujours été la salle de lecture ? C’est entre 1930 et 1932 qu’a eu lieu l’aménagement qui prévaut encore de nos jours.

Sous la pression du public

Depuis l’ouverture de la bibliothèque municipale en 1803, les usagers étaient reçus dans une petite salle de lecture d’une vingtaine de places située au premier étage, à l’entrée de la salle des boiseries. La salle des boiseries elle-même était fermée au public, sinon pour des visites de type muséal, car elle servait de magasin principal de livres. Ceux-ci étaient issus des bibliothèques de maisons religieuses confisquées pendant la Révolution française, ainsi que des dons et des acquisitions courantes réalisées tout au long du XIXe siècle.

Vue de la salle des boiseries avant 1932
Vue de la salle des boiseries avant 1932

La création d’une université à Nancy (1850) puis l’arrivée massive de réfugiés alsaciens-mosellans entre 1871 et 1873 transforment le paysage intellectuel local : il y a désormais davantage de « travailleurs du savoir » qui ont besoin à la fois de documentation actualisée et d’un lieu d’étude. La bibliothèque publique, tout indiquée pour jouer ce rôle, s’adapte une première fois en aménageant en rez-de-chaussée la grande salle polyvalente (ayant servi pour des meetings politiques ou des banquets républicains) en salle de lecture dotée d’une centaine de places et d’un éclairage au gaz.

Dès 1909, les locaux sont qualifiés de trop exigus. Un rapport de l’inspection préconise l’installation dans la salle des boiseries de rayonnages en fer pour créer des linéaires supplémentaires. La fréquentation de la salle de lecture est saturée pratiquement chaque jour durant l’année universitaire, car la bibliothèque s’ouvre progressivement aux enseignantes et enseignants des premier et second degrés, des écoles professionnelles, mais aussi aux élus et à une quantité toujours plus importante de professions juridiques, administratives et de services.

Une bibliothèque provinciale mais moderne

C’est en 1929 que le comité de surveillance et d’acquisition de la bibliothèque soumet à la municipalité, sa tutelle, un projet audacieux de réaménagement qui est finalement accepté et mis en œuvre. Deux ans durant, les collections sont tout d’abord déménagées, puis les locaux entrent dans les phases de travaux les plus importantes jamais connues.

Vue de la salle des boiseries avec le sol en béton armé
Pose du sol en béton armé dans la salle des boiseries (1930)

La salle des boiseries devient la salle de lecture principale, dotée de 160 places. On lui adjoint une « salle des travailleurs » de 60 places, ouverte seulement en 1934 dans la salle conservant le buste du roi Stanislas. Les armoires et la corniche sont rénovées pour accueillir un éclairage électrique. Le sol est démoli pour la pose d’un plancher en béton armé qui sera aussi le plafond du niveau inférieur, et un tapis de caoutchouc de 5 mm est déroulé pour assurer le confort auditif des utilisateurs.

Un vestiaire vide
Vue du vestiaire aménagé en 1932

Aile Dombasle, une estrade est prévue pour la présidence de salle et l’accès aux nécessités logistiques : monte-livres électrique, monte-charges, escalier de fer. Au premier étage de l’aile Visitation, à droite de l’escalier, sont localisés un vestiaire et des commodités d’une capacité suffisante pour le public attendu.

La salle du rez-de-chaussée devient le magasin à livres principal, d’une capacité estimée alors à 6 km linéaires ou 200 000 ouvrages. Le système retenu est celui de rayonnages Lipman à tablettes mobiles formant ossature, un plancher métallique garni de dalles de verre auto-porté séparant les deux niveaux de magasin. La desserte en est assurée par un escalier situé à chaque extrémité de la structure, l’un menant directement à la salle de lecture.

Publicité pour les rayonnages Lipman
Bibliothèques : organisation, technique, outillage : [exposition présentée au Palais du Trocadéro dans le cadre de l’Exposition internationale des arts et techniques Paris 1937 / introd. de Julien Cain, Paris : Ed. Denoël, 1938, p. 76.

D’autres aménagements sont réalisés les mois suivants : un accueil / salle des catalogues à la sortie de l’escalier, des rayonnages métalliques dans les combles pour accueillir les collections de périodiques, l’installation du chauffage central dans l’ensemble du bâtiment et de sanitaires pour le personnel, ainsi que de 8 postes téléphoniques permettant au personnel de communiquer d’un étage à l’autre. Le conservateur fait aménager entièrement son bureau dans le goût Art déco.

Bureau du conservateur
Jean Colin, conservateur de la bibliothèque, dans son bureau Art déco.

Au chapitre des innovations techniques non suivies, on trouve des discussions à propos d’un appareil de reproduction des livres et manuscrits et d’une armoire de désinfection des livres.

Publicité pour appareil de désinfection
Bibliothèques : organisation, technique, outillage : [exposition présentée au Palais du Trocadéro dans le cadre de l’]Exposition internationale des arts et techniques Paris 1937 / introd. de Julien Cain, Paris : Ed. Denoël, 1938, p. 72.

Premiers retours publics

Un inévitable lot d’aléas accompagne les deux années de travaux. Un service de prêt provisoire est prévu dans la salle de l’Académie de Stanislas, totalement insuffisant par rapport aux besoins. L’installation du chauffage central, s’il supprime le danger des feux de cheminée, occasionne tant de fuites et de pannes successives que l’on renonce, par prudence, à le faire passer pour l’instant dans la réserve précieuse, de même que l’électricité. Des portes blindées coupe-feu seront par ailleurs montées à certains endroits judicieux afin d’enclore et limiter le risque d’incendie.

Néanmoins, la bibliothèque rouvre en janvier 1932. Le 15 janvier, le maire de Nancy, Marie-Joseph Malval (1866-1933), conduit avec le conservateur Jean Colin une visite inaugurale pour la presse et les officiels, au cours de laquelle le recteur, Louis Bruntz (1877-1944), souligne l’immense service rendu à la communauté universitaire par cette complète transformation du service municipal, alors même que la première pierre de la nouvelle bibliothèque universitaire sera posée en novembre de la même année par le président de la République Albert Lebrun.

L’ouverture au public a lieu le 28 janvier 1932. L’accès est toujours gratuit. L’accent promotionnel est mis sur le chauffage et l’éclairage des lieux, ainsi que la mise à disposition de nouveautés. Les horaires d’ouverture courent de 9 à 22 h, avec un service réduit entre 20 et 22 h aux usuels ou aux documents préalablement commandés par les lecteurs.

Une salle de lecture pleine de lectrices et lecteurs
La foule se presse à la bibliothèque pour sa réouverture.

Avec une ironie affectueuse, André Gain (1897-1977), titulaire de la chaire d’histoire de l’Est de la France à l’université, détaille dans Les Annales de l’Est le luxe de la nouveauté, les « splendeurs étincelantes » du vestiaire où l’on « sert à goûter », des sanitaires à gâter « un empereur romain », le « passage en chicanes » des lecteurs dans la salle des catalogues, et « l’enclos réservé à la science » constitué par la petite salle de lecture surveillée par un Stanislas « hautain, à la lippe dédaigneuse ».

Cette bibliothèque de 1933 est celle que personnel et public de la bibliothèque connaissent encore aujourd’hui. Les boiseries ont été restaurées en 2005. Des travaux d’adaptation aux usages du numérique et une petite salle de formation ont été réalisés en 2015. Deux siècles et demi après sa construction, près d’un siècle après son dernier chantier majeur de modernisation, le bâtiment répond toujours grosso modo aux attentes de son public habituel. Mais il commence à accuser son âge, et une réhabilitation plus globale sera bientôt nécessaire, prélude probable à une réflexion sur son positionnement et son ouverture dans la ville.

Voir le portfolio complet des travaux de 1930 à 1932 sur Limédia Galeries.

Sources

– Gutton et Maire E., Les Origines de la Bibliothèque de la Ville de Nancy, tapuscrit, Nancy, 15 janvier 1932., 7 fol.

– L. G., « Visite inaugurale de la nouvelle Bibliothèque de la ville de Nancy », L’Est républicain, Nancy, 16 janvier 1932, p. 3.

« Les transformations de la Bibliothèque de Nancy : historique des différents projets », L’Est républicain, Nancy, 21 janvier 1932.

« Demain jeudi la bibliothèque publique rouvrira ses portes », L’Est républicain, Nancy, 27 janvier 1932, p. 3.

– Gain André, « Nos bibliothèques », Annales de l’Est, 1934, p. 126.

Enrichissement des collections : la Lorraine au prisme d’un voyage impérial pendant les fêtes séculaires de la réunion à la France

L’année 2021 a vu les collections lorraines s’enrichir de très nombreuses pièces acquises en vente aux enchères, en librairie, ou encore par don. Elles feront l’objet d’une présentation individuelle dans une publication séparée. L’une d’entre elles a bénéficié du soutien financier du FRRAB (Fonds Régional de Restauration et d’Acquisition pour les Bibliothèques). Il s’agit d’un rarissime livret-programme autographié du voyage en Lorraine organisé pour la famille impériale du 14 au 19 juillet 1866.

Tiré à une douzaine d’exemplaires par le Service du Grand Écuyer, il servit de carnet de route aux membres du service d’honneur de Leurs Majestés : 

Voyage de leurs Majestés et de Son Altesse le Prince Impérial en Lorraine. Paris : Imp. Monrocq Maison Longuer Lancre succr., 1866. In-4, entièrement monté sur onglets, percaline verte gaufrée, titre doré au premier plat, dos lisse, tranches dorées.

Le livret fut établi par le général Émile-Félix de Fleury (1815-1884), Grand Écuyer, chef du service d’honneur de la famille impériale, en charge de l’organisation des déplacements pour les voyages et cérémonies officielles. Le général, diplomate bonapartiste de la première heure, décrit l’établissement de ces programmes dans ses Souvenirs :

“Lorsque enfin toutes ces dispositions étaient établies, je faisais établir une douzaine de programmes définitifs, comprenant l’itinéraire, l’emploi des journées et des heures, fixant les séjours et les arrêts dans les stations désignées, donnant la carte partielle des différents départements traversés, des notes historiques sur chaque localité visitée. Ces programmes étaient distribués aux personnes appelées à faire partie du service d’honneur, afin que tout le monde fut bien au courant des obligations du voyage. En dehors de ce livret-programme, je remettais à Leurs Majestés un carnet particulier […]”

La famille impériale visita Épernay, Châlons-sur-Marne, Vitry-le-Français, Bar-le-Duc, Toul, Nancy et Lunéville.

Itinéraire du voyage de la famille impériale du 14 au 19 juillet 1866

Ce voyage fut effectué dans le contexte des fêtes séculaires de la réunion de la Lorraine à la France, célébrée à Nancy du 15 au 17 juillet 1866 par un important programme de manifestations officielles et d’événements à destination du grand public. Il s’agissait également de réaffirmer le pouvoir de l’Empereur dans une région et dans une ville traversée par un fort sentiment régionaliste prônant la décentralisation. C’est l’un des aspects du lotharingisme.

 

Le défilé des populations lorraines. Composition de Meissonnier gravée à l’eau forte par Jacquemart.

Tout au long de l’ouvrage, il est fait mention de Leurs Majestés, incluant Napoléon III. Les tâches réservées à l’Empereur comme la présentation des clés des villes traversées ou la présentation de notables à Épernay sont précisément décrites. Or, Napoléon III annula sa participation au voyage par une dépêche télégraphique du Grand Écuyer envoyée le 12 juillet, soit deux jours avant le départ. L’état de santé de l’Empereur ou la défaite autrichienne de Sadowa furent peut-être à l’origine de cette annulation. L’Impératrice Eugénie et le Prince Impérial assurèrent donc seuls l’incarnation du pouvoir.

Le cortège impérial et la foule des lorrains sur la Place Stanislas. Photographie originale d’époque jointe à l’ouvrage.

Ce livret-programme vient heureusement compléter l‘édition officielle, richement illustrée, qui paraît huit mois plus tard. Trois exemplaires de cette édition figurent dans les collections de la Bibliothèque Stanislas :

Voyage en Lorraine de Sa Majesté l’Impératrice et de S. A. I. le Prince Impérial. précédé du Voyage de S. M. l’Impératrice à Amiens / texte par Félix Ribeyre. – Paris : H. Plon, 1867. – 58 p.-[8] p. de planches ; 33 X 45 cm.

L’ouvrage est enrichi des portraits de S.M. l’Impératrice et de S.A.I. le Prince Impérial, dessinés par H. de Montaut, gravés au burin par A. Nargeot, d’un dessin de Meissonnier, gravé à l’eau forte par Jacquemart et de quarante et un dessins de Philippoteaux, Giacomotti, Compte-Calix, Henry de Montaut, Émile Bayard, Gustave Janet, Hubert Clerget, Férat, Cattenacci, Reiber et Thérond qui ont été gravés par Gauchard, Chapon, Linton, Dumont, L. Sargent, Huyot, Barbant, Verdeil, Dupré, Deschamps, Charlot, Tazzini, Thénard, et Mme O. Brux.

Le cartonnage brun est orné d’un décor doré à l’aigle impérial avec le titre de l’ouvrage et 4 fers couronnés au chiffre E, initiale de l’impératrice Eugénie, dans les angles.

Bibliographie

Com’finement

Après le moment de sidération engendré par l’annonce du premier confinement le 13 mars 2020, la fermeture des établissements au public, l’instauration du télétravail pour le personnel et l’interruption de toutes les actions programmées, les Bibliothèques de Nancy ont rapidement réagi pour communiquer au mieux. Trois phases de communication ont rythmé cette période si particulière.

Phase 1 : communication de crise

Des trois phases, la première a été la plus brutale. L’annonce de la fermeture des établissements étant de fait actée, il a été nécessaire de prévenir et répondre aux questions pratiques du public.

Annonce de la fermeture des Bibliothèques

Nous nous sommes fixé deux objectifs. Le premier, purement pratico-pratique, avec les annonces de la fermeture, de la prolongation des emprunts (dans les Bibliothèques plus de 50 000 documents étaient empruntés à la date du 13 mars) et de l’annonce de l’annulation de toute la programmation d’action culturelle.

Le second objectif a été mis en place dès la première semaine du confinement : proposer une offre de substitution au public . En effet, dès les premiers jours du confinement, il a été décidé d’offrir 3 mois d’abonnement gratuits à notre bibliothèque numérique Limédia mosaïque en coordination avec les autres bibliothèques du Sillon lorrain((Metz, Communauté de communes d’Épinal et Thionville)). Avec du recul, on ne peut que souligner la diligence avec laquelle la coordination- validation par les villes, création d’un formulaire d’inscription, organisation des équipes pour la saisie des demandes d’inscription, communication.- entre les 4 établissements partenaires a été mise en place.

Phase 2 : assurer un lien avec nos usagers et entre les professionnels des Bibliothèques

Parallèlement à cette offre numérique, notre présence quotidienne sur les réseaux sociaux a été actée. Une grille hebdomadaire de publication sur Facebook a été établie :

Lundi : recommandation jeunesse
Mardi : recommandation d’un site culturel
Mercredi : heure du conte
Jeudi : coup de cœur des bibliothécaires
Vendredi : histoire audio lue par un.e bibliothécaire
Samedi : recommandation d’une ressource en ligne
Dimanche : vidéo d’un.e bibliothécaire

Recommandation pour les enfants et leurs parents publiée le 23 mars 2020.

Sans le concours de tous les professionnels des Bibliothèques de Nancy qui ont assuré une veille et une sélection parmi l’offre pléthorique de ressources apparues en ligne, rédigé des critiques d’ouvrages ou enregistré depuis leur domicile, et avec leur propres moyens, heures du conte, lectures audios, tutoriels variés, cette présence quotidienne n’aurait pas été possible.

Pour agréger toutes ces ressources, des outils collaboratifs en ligne ont été mis en place. Cette organisation a été grandement facilitée par la pratique régulière de ces outils au quotidien dans notre réseau de 4 établissements.

L’ organisation interne

Pendant toute la durée de ce premier confinement, le travail de l’équipe de direction a été rythmé par des réunions quotidiennes en visioconférence permettant la gestion des dossiers. Parallèlement à la communication à destination du public, des messages d’information réguliers ont été postés sur le blog interne des Bibliothèques afin d’informer l’ensemble du personnel et d’organiser le travail à distance.

Entre le 13 et le 16 mars pas moins de 10 messages d’information ont été postés, auxquels il faut adjoindre la création d’un dossier partagé « Les Bibs de Nancy en télétravail » dans lequel on trouvait notamment un tableau avec l’organisation des missions maintenues, poursuivies ou renforcées pour cette période.

La majorité des collègues naturellement connectée n’a eu aucun problème pour être informée. Pour d’autres, la situation s’est révélée plus compliquée. Souvent seul.e, sans connexion internet , le téléphone a été le moyen privilégié pour maintenir un lien professionnel mais aussi social que ce soit par leur responsable hiérarchique ou spontanément par les collègues .

En complément, dès les premiers jours du confinement, des groupes ©Whatsapp propres à chacun des établissements ont été créés spontanément par les bibliothécaires. À ce jour, deux groupes perdurent, même si la nature des échanges a évolué différemment. À Stanislas , la conversation est désormais plus professionnelle, même si régulièrement on y retrouve un coin de verdure par le biais de photos postées. À la Manufacture, la teneur des échanges est toute autre, elle est restée plus ludique et régulièrement des défis sont lancés : une photo avec un élément vestimentaire à carreaux … Tous les deux sont maintenant le trait d’union entre les membres des équipes.

Phase 3 : préparer la réouverture

Bandeau Facebook créé par Fabien Veançon pour la réouverture des Bibliothèques en juin 2020.

Dès l’organisation du maintien des liens avec le public mise en place, s’est posée la question de l’après confinement et des services à y associer. Des groupes de travail ont été organisés à distance et ont formalisé les offres à venir des Bibliothèques : le clic & collect avec Kraftnancy.fr et un service de recherche et renseignements dans les collections patrimoniales avec Saranancy.fr.

Carte mentale pour la gestion des supports de communication pour la réouverture.

En complément du travail d’organisation de ces deux services par les équipes dédiées, l’équipe de Communication a travaillé pour concevoir les supports : identité des services, création de sites, design par nos deux graphistes et gestion des aspects techniques : achat de sacs, d’un barnum pour Kraftnancy.fr…

Outre ces aspects pratiques, se sont ajoutés la création de supports de communication : vitrophanie pour annoncer le service Kraft à la Médiathèque Manufacture, déclinaison du visuel pour le barnum Kraft, de panneaux installés sur les grilles de la Bibliothèque Stanislas et les relations avec la presse…

Page d'accueil du service SARA

Tout le temps, jusqu’en haut du nez ! Graphisme de Fabien Veançon.

Dans un second temps, en prévision du retour du public dans les établissements, nous avons passé commande à Fabien Veançon((https://station-v.com/)), un de nos deux graphistes, d’autocollants rappelant le port du masque obligatoire «  jusqu’en haut du nez » et une signalétique matérialisant les places accessibles.

Enfin , nous avons décliné en interne tous les supports concernant les consignes sanitaires pour l’ensemble de nos établissements.

Pour répondre au mieux à toutes les sollicitations engendrées par cette situation inédite, la petite équipe de communication des Bibliothèques -2 personnes- a mené de front la publication de messages quotidiens via les réseaux sociaux pour le public, la coordination des ressources proposées par les bibliothécaires et la préparation de tous les supports de communication en prévision de la réouverture des établissements. Cette période intense a été ponctuée de moments de doute, de stress mais également de grande satisfaction au vu des résultats.

Les périodiques : un chantier au long cours

Dans le cadre d’un chantier d’ensemble sur les collections de la Bibliothèque Stanislas démarré en 2013, se pose la question de la restructuration des collections de périodiques. L’entreprise est motivée par la nécessité de réorganiser les magasins soumis à la fois à l’accroissement des collections et à des classements et rangements semi-topographiques devenus inopérants et obsolètes. L’équipe réfléchit alors à une rationalisation de la politique documentaire et à la conservation des périodiques sachant que le projet va s’étendre sur plusieurs années car il implique, suivant les cas, une relocalisation, un traitement et une stabilisation des collections.

État des lieux de départ

Le personnel impliqué

Supervisé par Claire Haquet, directrice de la Bibliothèque Stanislas, le projet est mené par l’ensemble de l’équipe responsable du pôle des périodiques, soit trois agents assurant l’identification et le suivi des collections.

En complément, deux magasiniers interviennent pour le dépoussiérage et le reconditionnement des collections, notamment sur les ensembles patrimoniaux que sont les journaux anciens, lorrains et du dépôt légal.

Enfin, lors du désherbage proprement dit, la présence de trois à quatre agents s’avère nécessaire soit pour les gros convoyages en station de recyclage papier, soit pour les déplacements éventuels des collections d’un site à un autre.

L’étendue des titres

L’ensemble des publications à traiter compte environ 7 100 titres – le nombre comprend des collections Bis, voire Ter d’un même titre  -, localisés en divers endroits sur près de 6 400 mètres de rayonnages. Deux kilomètres de rayonnages se situent dans un magasin extérieur au site Stanislas, le reste étant réparti dans cinq espaces différents au sein de la bibliothèque.

Rayonnage d'un magasin avant le chantier des périodiques
Ancien magasin des journaux officiels avant chantier.

Les états de collection

Au démarrage du chantier, ce qui est catalogué, voire bulletiné en ligne, est constitué  essentiellement par les abonnements en cours, les publications – en cours également – reçues au titre du dépôt légal ainsi que des journaux lorrains et anciens titres rétroconvertis en 1994.
Les publications en série n’ont pas été récolées lors de la dernière grande campagne, en 1994, consacrée aux monographies.

La mise en œuvre du chantier

Une réflexion préalable en équipe permet de déterminer les critères d’aide à la décision pour conserver ou éliminer chaque titre. La méthodologie proposée s’inspire de celle utilisée à la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris avec l’établissement d’une grille d’identification et d’analyse suivant l’ordre des cotes et comportant les critères suivants :

  • Cote
  • Titre
  • Classement de base propre à la Bibliothèque Stanislas : FG1, FA2, FL3, DLI.4
  • Provenance / Origine : fonds ancien (avant 1830), abonnement, don/leg (donateur privé, institution), dépôt légal imprimeur, dépôt de l’État, dépôt de l’Académie Stanislas.
  • État de collection effectif : titre mort, collection arrêtée, abonnement en cours à titre gratuit ou onéreux.
  • Métrage.
  • Vérification de la présence du titre dans les bases de données nationales SUDOC / CCFR, plus précisément par rapport aux collections des institutions de Meurthe-et-Moselle, puis élargie à celles de la région Grand-Est (principalement les Bibliothèques Universitaires, car leur état de collection est scrupuleusement suivi dans ces catalogues nationaux).
  • Existence d’une numérisation de la publication, avec accès à une consultation libre et gratuite.
  • Vérification de la présence du titre dans le SIGB de l’établissement.
  • Devenir : conservation, désherbage pour don ou pilon.

Blouse et masque pour un suivi chirurgical des critères de sélection !
Blouse et masque pour un suivi chirurgical des critères de sélection !

Le suivi de la démarche et les outils utilisés

Sont conservés :

– titres FA,
– titres DLI, exceptés les exemplaires bulletinés en double, voire en triple (Bis et Ter),
–  titres FL,
– titres imprimés en Lorraine avant l’instauration du DL régional en 1943,
– titres dont le contenu éditorial a trait à une localisation limitrophe à la région Lorraine,
– titres en don, legs d’anciens possesseurs particuliers ou institutionnels,
– titres déposés par l’Académie Stanislas, sauf les revues de sociétés savantes non limitrophes à la Lorraine, ainsi que les revues étrangères,
– titres FG peu ou pas représentés sur le territoire Grand-Est,
–  journaux et revues d’art au regard de leur importance tant qualitative que quantitative dans l’établissement depuis le XIXe siècle. Ces publications font écho aux collections de monographies d’art et d’iconographie qui constituent d’ores et déjà un pôle d’excellence au sein de la bibliothèque. À cette occasion, ces revues relatives aux Beaux-arts sont reconditionnées en boîte de conservation.

Un tableau est élaboré d’après les registres manuscrits pour chaque local où sont conservés les revues et journaux. Chaque tableau reprend les critères définis précédemment et précisant :
– le type de support au moment du récolement (volumes reliés, liasse de fascicules, fascicules rangés en boîte),
– toute information utile : nom et ville des imprimeurs lorrains, titre existant sous différentes cotes, état de collection différent des registres et inventaires manuscrits.

Tableau suivant la méthodologie d'identification.
Tableau suivant la méthodologie d’identification.

Nécessité d’un matériel adapté                                                                                  Ordinateur portable, prise réseau, câble réseau mobile de 15 m minimum connecté dans les magasins sont nécessaires pour la saisie directe des informations de récolement.

Traitement informatique in situ indispensable pour un gain de temps non négligeable.
Traitement informatique in situ indispensable pour un gain de temps non négligeable.

Le récolement effectif a lieu à raison de 3 h à 6 h par semaine avec 2 agents in situ, documents en main : le fonds auquel chaque titre appartient est alors matérialisé par une bande de couleur différente fixée au rayonnage et portant la mention FA, FL, DL, ACA ou FG, à laquelle est ajoutée l’indication « à conserver », « don » ou « pilon ».

Code couleur pour le repérage.
Code couleur pour le repérage des titres et leur destination ultérieure.

Suivi des publications éliminées :

Des prises de contact régulières avec les institutions locales présentes dans le SUDOC permettent de concrétiser les propositions de dons (les bibliothèques de l’Université Lorraine essentiellement, soit Nancy / Metz, et les bibliothèques des écoles d’ingénieurs locales). S’ensuit alors le conditionnement et l’envoi vers l’établissement preneur. Concernant les BU nancéiennes, nous déposons les dons, leur situation géographique étant proche de notre établissement. Dans le cas de dons à la BU de Metz, nous profitons du système de convoyage interne des BU de l’Université de Lorraine, ainsi les BU Nancy effectuent elles-mêmes les envois en Moselle. Les écoles d’ingénieurs se déplacent, en général, pour récupérer les dons acceptés.

Concernant le transfert des titres appartenant à l’Académie Stanislas sortis des collections de la bibliothèque, les documents sont redirigés vers un local dédié. En 2021, le chantier est toujours en cours et on compte environ 600 titres retirés des collections pour une volumétrie et une masse de manutention très importantes (environ 6 tonnes) auxquelles il faut ajouter la procédure d’élimination des titres des divers catalogues.

Le pilon définitif représente également une manutention non négligeable : mise en cartons, déplacements, chargements des camions, et déchargements en station de recyclage papier à Toul située à 15 km de Nancy correspondent à plus de 10 tonnes pour les années 2016-2017.
Depuis, les collections destinées au pilon sont éliminées dans les conteneurs de tri sélectif in situ.

Suivi des catalogues selon la conservation ou l’élimination :

  • catalogue du SIGB
    – suppressions d’exemplaires et de notices bibliographiques,
    – récupération de notices bibliographiques dans BnF lorsque la notice est absente du SIGB et ajout des états de collection,
    – ajout des liens de numérisation pour les périodes non comprises dans les états de collection de l’établissement,
    – ajout des liens de changements de titres si nécessaire,
    – nouvelle cotation pour les titres migrant d’un fonds à un autre.
  • catalogue papier : si celui-ci n’est plus alimenté depuis 2000, son contenu informatif reste toutefois utile pour les titres en attente d’intégration dans la base SIGB.
  • catalogue des périodique lorrains
    accessible en ligne depuis le site Co-libris pour tout changement effectué (cotation, état de collection actualisés).
  • catalogue SUDOC : élimination des publications désherbées et intégration des titres peu représentés sur le territoire national.

Des chantiers dans le chantier

Les périodiques lorrains morts

Les collections conservées ont vocation à être rassemblées selon leur statut, car, sur les rayonnages, les périodiques sont mélangés au gré des abonnements ou des catalogages.

Ceci s’applique particulièrement au cas des périodiques lorrains morts dispersés dans la maison.

Le métrage de cet ensemble trouve concrètement ici son application puisqu’il s’agit alors de le déplacer dans un lieu de conservation plus adéquat, et aussi de le rassembler et de le recoter de façon à constituer une collection cohérente.  Cette opération permet de rendre visible, dans les rayons,  la vie du périodique.

Ceci implique :

– recote, catalogage, exemplarisation de chaque volume,
– dépoussiérage,
– réparations éventuelles pour les titres de presse lorraine dont la numérisation est prévue,
– reconditionnement et étiquetage.

Les réparations sur les journaux et leur reliure sont essentielles lors des campagnes de numérisation de la presse locale. Ces interventions matérielles apportent une plus-value à ce chantier de relocalisation, en plus du traitement informatique.

Avant...
Avant…

... Après
… Après

Les périodiques issus du Dépôt Légal Imprimeur

Ces titres font aussi l’objet d’un traitement particulier : en effet, ils sont repérés dans les différents magasins et sont déplacés dans des compactus installés en magasins distants, dans lesquels ne figure aucune collection Bis. Cela représente actuellement 227, 88 mètres de linéaires.

Le déplacement de ces collections nécessite :

– la vérification et le rassemblement des titres, la vérification de l’état de collection, et la complétude des notices bibliographiques,
– la recote, le catalogage ou la  récupération de notices bibliographiques de la BnF,
– la modification dans les différents catalogues,
– la mise à jour du SUDOC,
– le reconditionnement et l’étiquetage,
– la manutention vers ces magasins distants.

Compactus périodiques du Dépôt Légal imprimeur
Compactus périodiques du Dépôt Légal imprimeur

Conclusion

En 2013, le premier chantier initié visait à transformer un magasin occupé en partie par le Journal Officiel et des annuaires/almanachs lorrains en une nouvelle réserve pour les manuscrits.

De 2014 à 2015, ce sont les publications en série occupant les sous-sols de l’établissement qui ont fait l’objet d’un important travail de tri, de désinfection, dépoussiérage et reconditionnement.

En 2016 et 2017, le travail a été effectué sur les 2 km de rayonnages du magasin extérieur à l’établissement, poursuivi en 2018 par le récolement sur site des titres vivants, reçus par abonnement ou par DL.

Enfin, depuis 2019, le récolement du dernier local situé sous la charpente fait l’objet d’arrêts momentanés, liés à la pandémie en 2020, mais aussi aux aléas climatiques.
Les températures dans cet espace étant excessivement hautes en été et très basses en hiver, cela réduit le temps de travail accordé au traitement des collections, tout en justifiant le déplacement des fonds.

En cette fin 2021, le chantier se poursuit : de 7 100 titres de périodiques au départ, il reste aujourd’hui 4 400 titres.

  1. fonds général []
  2. fonds ancien []
  3. fonds lorrain []
  4. dépôt légal imprimeur []

Vertiges d’écriture en Lorraine, une résidence d’auteure associée à la Bibliothèque Stanislas

Une première expérience réussie de résidence en 2019 nous a ouvert la voie à d’autres projets d’accueil d’auteurs. En 2020, la Bibliothèque Stanislas accueille Sophie Loubière, romancière, journaliste, productrice de radio et nancéienne d’origine.

Le point de départ

La Bibliothèque Stanislas occupe une place particulière en tant qu’établissement historique du réseau des Bibliothèques de Nancy. Elle conserve un fonds patrimonial important, constitué d’ouvrages anciens et précieux et de documents reçus au titre du dépôt légal des imprimeurs. Elle constitue aussi un fonds plus spécifique entièrement tourné vers la Lorraine.

La bibliothèque enrichit ce fonds régulièrement depuis plus de deux siècles, mais ce n’est que depuis quelques années qu’elle a développé une politique d’acquisition et de valorisation volontariste tournée vers la création contemporaine des auteurs lorrains, tous
domaines confondus (littérature, bande-dessinée, littérature jeunesse, gravures).

Sophie Loubière est née en Lorraine. Bien qu’elle vive à Paris depuis 1995, elle a gardé un attachement à sa région d’origine que l’on retrouve au détour de ses romans. La Lorraine est parfois le point de départ du récit. Elle glisse des clins d’œil culinaires ou culturels à sa région d’enfance… C’est  parce qu’elle fait vivre la Lorraine que ses livres sont conservés à la bibliothèque.

Espace dédié à la sélection, à l’accueil de la bibliothèque durant toute la résidence.

En 2019, Sophie sollicite la bibliothèque. Elle souhaite développer un projet d’écriture plus introspectif, autour de sa jeunesse et de ses souvenirs à Nancy et en Lorraine. Elle choisit d’être accompagnée dans son projet par le photographe Yves Quemener. Elle souhaite également approcher des éditeurs lorrains pour la publication de deux ouvrages pour la jeunesse.

Séduits par ce projet qui trouve sa place dans les actions de médiation que nous souhaitons mener pour valoriser notre fonds local, nous décidons  de monter un projet de résidence subventionné par la DRAC et la Région Grand Est.

Six mois de résidence et un programme ambitieux

Le format de la résidence s’est rapidement imposé sur un temps long de 6 mois, temps nécessaire au développement du projet d’écriture, mais aussi à un programme très dense d’actions culturelles. Ce dernier a été pensé en lien étroit avec Sophie Loubière pour correspondre à ses souhaits  de rencontres et de partages avec le public.

Le programme s’est finalement articulé autour de plusieurs types d’action :

  • des rencontres avec le public,

Ces rencontres ont pour objectif de faire connaître le travail de l’auteure et ses sujets de prédilection, et de construire un lien entre la romancière et ses lecteurs. Elles sont organisées au sein de la Bibliothèque Stanislas, mais aussi dans les deux bibliothèques de proximité, Mairie-Médiathèque Saint-Pierre et Médiathèque Haut-du-Lièvre, en direction d’un public varié,  allant du milieu scolaire aux adultes.

  • un atelier d’écriture,

Mené au sein de la bibliothèque à destination des adultes, il a réuni une vingtaine de participants. Huit séances leur permettent de travailler sur deux nouvelles, la première s’inspirant d’un souvenir d’enfance, la seconde partant d’un fait divers, technique narrative fréquemment utilisée par Sophie Loubière.  L’atelier a abouti à l’édition d’un petit recueil.

Atelier d’écriture, première séance en novembre, à la bibliothèque. ©Photo Ville de Nancy droits protégés

  • des invitations d’auteurs et artistes,

L’écrivain Serge Joncour, le compositeur Jérôme Lemonnier, ou le photographie Raymond Depardon ont été envisagés pour des rencontres-interviews avec Sophie afin d’éclairer son parcours et ses influences, mais aussi de mener les publics vers d’autres horizons.

  • un évènement : la Nuit de la Lecture

Le théâtre de la Roële, dont a fait partie Sophie dans sa jeunesse, propose une lecture théâtralisée de ses nouvelles, pendant une soirée.

L’auteure, résidant en région parisienne, ne pouvait être présente 6 mois en continu. Nous avons donc choisi une présence en intermittence, d’au moins une semaine par mois.

Et la crise sanitaire est passée par là…

Participant à l’atelier d’écriture ©Photo Ville de Nancy droits protégés

La crise sanitaire a sérieusement mis à mal le programme de la résidence. La fermeture des lieux culturels, l’impossibilité de réunir du public nous ont contraints à renoncer à plusieurs rencontres, à en déplacer d’autres, ou à modifier la forme de certaines actions.

Table ronde La Nouvelle, un genre à remettre en lumière ! , organisée lors du festival 12 000 signes, réunissait Benoît Fourchard, Sophie Loubière et Nicolas Mathieu.

La vidéo à distance a été, comme pour beaucoup d’institutions culturelles, un moyen de remplacer la rencontre physique sur place. Ainsi les ateliers d’écriture, prévus initialement sur 6 séances, ont été en grande partie menés en visio-conférence, et prolongés par 2 séances supplémentaires. La rencontre autour de la nouvelle, programmée avec le Festival 12 000 signes, a eu lieu en direct sur les réseaux sociaux et a ensuite fait l’objet d’un replay sur notre chaîne Youtube.
La durée de la résidence s’est allongée de 3 mois, pour profiter, entre deux confinements des possibilités d’un certain retour à la normale.

Rencontre Du fait divers à la fiction à la Mairie-Médiathèque Saint-Pierre

La crise a également impacté le projet d’écriture de Sophie Loubière ; il était difficile pour elle de se projeter dans une ville masquée, fermée, sans possibilité de déambulations. Elle a finalement réorienté son projet dans une direction différente.

Mais une crise moteur d’innovation

L’impossibilité à rencontrer notre public sur place nous a obligé à tester de nouveaux supports de médiation comme le format vidéo et le direct sur les réseaux sociaux pour un bilan finalement plutôt positif.

La semaine de sensibilisation autour de la dyslexie est un bon exemple de la résilience due à l’épidémie. En effet, nous avions envisagé, lors de l’établissement du programme, une rencontre en présentiel sur une seule journée constituée de plusieurs ateliers et d’un interview-témoignage de Sophie Loubière. Nous aurions accueilli une quarantaine de participants maximum. Ne pouvant organiser l’évènement sur place, nous nous sommes tournés vers des webinaires que nous avons proposés chaque jour pendant une semaine. Nous avons enregistré plusieurs centaines d’inscriptions, venues de toute la France et même de l’étranger, ce qui aurait été impossible en format traditionnel. Les vidéos sont aujourd’hui encore visibles sur notre page Youtube et continuent à toucher un public.

Webinaire “Dyslexie et bibliothèque, collections et services adaptés”, animé par Stéphanie Renaud et Emilie Brasseur, chargées des publics handicapés à la Médiathèque Manufacture.

Les retours du public, très positifs et nombreux, ont été comme une révélation pour Sophie Loubière qui a témoigné de son histoire de dyslexique. Elle a donc décidé d’écrire un livre de témoignage sur cet aspect de sa vie de romancière.

D’abord conçu comme un outil de communication, le blog Vertiges d’écriture en Lorraine  a fait plus que partager un programme culturel : il a également permis de garder le lien entre les publics et l’auteure, tout au long de la résidence confinée. Sophie Loubière et les bibliothécaires ont ainsi proposé des recommandations, des extraits de textes, des lectures. L’ensemble des nouvelles écrites par les participants à l’atelier d’écriture a été publié sur ce blog.

Le blog Vertiges d’écriture en Lorraine.

Ce blog restera accessible quelques années, pour témoigner de l’histoire de cette résidence.

La situation sanitaire nous a contraint à réviser sans cesse la programmation. Pour autant, les actions que nous avons pu mener ont trouvé leur public. La dynamique territoriale  qui s’est développée autour de l’accueil d’une romancière originaire de Lorraine a été réelle, en témoignent la couverture presse et radio et l’augmentation des prêts de titres de l’auteure à la bibliothèque.

Accueillir des auteurs en résidence dont les écrits sont conservés dans le fonds local donne de la visibilité à nos missions et nous engage à long terme dans une relation de coopération avec eux, ce qui nous permet d’enrichir notre fonds avec les ouvrages qui ne sont plus commercialisés ou même leurs archives.

Une sélection dans le web lorrain : un parcours guidé dans les archives de l’internet du dépôt légal.

En 2017, en partenariat avec le service du Dépôt Légal de l’internet de la Bibliothèque nationale de France,  une collecte lorraine avait permis de cibler des sites web lorrains qui échappaient à la collecte systématisée du robot. Déjà, à l’époque, nous déplorions l’absence de visibilité de ce travail qui avait permis de moissonner 150 sites lorrains absents du DL web. En 2019, la conception d’un « parcours guidé » du web lorrain est actée. Elle permet, à partir de septembre 2021, de jouir d’ une visibilité sur la page d’accueil du dépôt légal du web.

D’une collecte ciblée …

Le travail de la collecte ciblée a pour objet de vérifier que le robot de la BnF capture bien les sites qui ont un intérêt local. Le premier travail consiste en une sélection de sites pertinents dont il faudra vérifier la présence dans les archives de l’internet. En l’absence de capture antérieure, le bibliothécaire crée une fiche sur la plateforme pro BCweb, afin que le site soit bien moissonné dans la prochaine collecte. Cet ensemble de sites n’échappe ainsi plus à la collecte systématisée et se trouve dans l’immense réservoir documentaire du web que permet l’archivage du dépôt légal. Pour autant, ce travail réalisé demeure invisible.

… vers un parcours guidé

Terminologie utilisée sur la page d’accueil du DL web, le parcours guidé est la valorisation d’une thématique dans un plan documentaire avec des documents web. C’est bien une démarche de bibliothécaire : un thème, des documents qui sont des sites web, un plan de classement qui apporte du sensDe nombreux parcours guidés, réalisés par la BnF, comme le Web gourmand ou le Web de la Grande Guerre sont déjà en ligne . Un parcours guidé est une invitation à découvrir une thématique à travers une sélection de sites : le bibliothécaire est force de proposition, il opère des choix dans un travail de veille documentaire de sites web. Le parcours guidé réalisé est mis en avant sur le site par un onglet : le travail des BDLI1 devient donc visible.

Le web lorrain mis en avant sur la page d’accueil du DL web de la BNF.

Un travail collaboratif pour la proposition d’un plan de classement générique d’une région à l’autre

Peu de BDLI en région se sont lancées dans ce travail de sélection ciblée. Il nous a semblé intéressant de réfléchir à la conception d’un parcours guidé dont le plan permettrait à chaque région de s’emparer facilement du classement avec des items génériques s’inscrivant dans une logique de territoire. Nous avons passé en revue tous les sites sélectionnés pour la collecte ciblée afin d’élaborer un plan et des titres de parties pertinents dont les autres BDLI pourront facilement se saisir.

Le plan de classement générique a été pensé pour s’adapter aux spécificités de toutes les régions.

Un parcours guidé régional : l’expérience de la Bibliothèque Stanislas

En élaborant son parcours guidé régional, le bibliothécaire confronte ses idées aux « stocks » de sites dont il dispose dans ses repérages. L’idée d’un tel parcours n’étant pas d’aligner une succession de thématiques exhaustives, couvertes par wikipédia, mais bien au contraire d’opérer une sélection à valeur documentaire, de chercher des blogs, des sites pertinents, spécifiques et particuliers. Il mobilise donc une veille active sur le web et implique la participation de collègues pour étoffer cet ensemble.

Le bibliothécaire doit aussi se questionner sur ce qui fait territoire : qu’est ce qui fait la particularité de son territoire à la fois  du point de vue géographique, culturel, historique, culinaire, architectural, et économique … Chaque région a ses grandes manifestations sportives mais il n’y a qu’un unique Trail des tranchées et il se passe à Verdun en Lorraine, il n’y a qu’un seul Musée Georges de la Tour et il se trouve dans le département de la Moselle, les madeleines sont une spécialité culinaire lorraine…

Une spécialité culinaire locale est expliquée dans ce blog : la confiture de groseilles épépinée à la plume d’oie.

Nous n’avons pas fait l’impasse sur le ballon rond dans la rubrique Sports et évènements sportifs locaux, tant l’identité du territoire se révèle dans le derby local.

Nous avons éprouvé des difficultés à finaliser la thématique des personnages locaux illustres, rubrique que nous avons rebaptisée « Who’s who local ». Nous ne voulions pas nous contenter de faire l’inventaire des personnes renommées en Lorraine. Notre connaissance des sites sélectionnés ultérieurement nous a permis d’en identifier plusieurs proposant des rubriques « biographies » ( site sur l’histoire de la médecine à Nancy) ou  se consacrant aux écrivains (par exemple La Lorraine des écrivains). 

Parallèlement, nous avons trouvé des sites dévolus à un personnage illustre (Albert Bergeret) ou un personnage insolite de notre territoire (Julie-Victoire Daubié). Ce panachage entre  sites thématiques, apportant énormément d’éléments biographiques, et sites consacrés à une seule personne nous a semblé être la bonne mesure, sans toutefois avoir la prétention de faire découvrir tous les personnages importants de notre territoire.

Ainsi, 152 sites dont la lecture apporte un contenu documentaire ont été retenus pour ce parcours. Une présentation de chacun d’eux  ainsi qu’une partie introductive pour chaque thème, complétées par un propos liminaire ont été rédigées.

Le dépôt légal du web est uniquement consultable dans la salle patrimoniale de la bibliothèque sur deux ordinateurs dédiés.

Contraintes éditoriales et techniques dans la réalisation du parcours

La réalisation de ce parcours documentaire web s’est confrontée à des contraintes dont il a fallu tenir compte en s’en accommodant ou en les contournant.

Des exigences dans l’écriture éditoriale et dans l’illustration :

La feuille de route fournie par la BnF, demande une éditorialisation importante en cascade : « À propos de ce parcours guidé », « À propos de la thématique », puis une présentation de chacun des sites sélectionnés  : nombres de caractères, phrase introductive sur le site impérative pour chaque sélection, visuel en adéquation avec l’angle de rédaction du descriptif.

Une présentation de chaque site accompagne la sélection.

Des contraintes techniques liées aux captures robotisées :

Nous disposons de deux types de capture : les captures que nous pouvons appeler « autonomes » du robot et les captures ciblées faites par le robot après notre travail de sélection dans l’outil Bcweb. La fréquence et la profondeur des captures sont deux éléments sur lesquels nous pouvons intervenir. Pour les évènements à caractère annuel comme les grandes manifestations sportives par exemple, il peut y avoir un intérêt à ce que la capture se fasse avant, pendant et après l’évènement.

Interface pro de l’outil de collecte du web

En ce qui concerne la profondeur des sites, l’expérience nous a montré que la capture des sites « Page+2clics » que nous propose Bcweb n’est pas toujours pertinente et que la profondeur « Domaine » permet une meilleure collecte. Tout au long du projet, la mauvaise qualité de la capture de certains sites nous a contraint à changer de profondeur pour avoir un meilleur rendu (choix du « Domaine » mais malgré ce choix le moissonnage n’était pas toujours complet).

Nous constatons enfin que les sites  développent de plus en plus des mises en pages dynamiques avec diaporama, visite virtuelle, audio… Une technicité avancée qui échappe à la collecte robotisée. Il nous a fallu très souvent faire le choix de sélectionner des archives plus anciennes ou de modifier notre présentation de site qui faisait la promotion d’une visite virtuelle présente sur le web mais absente de la collecte du robot.

Pour chaque sélection, il s’avère donc indispensable de vérifier la qualité et la profondeur de la collecte et d’engager une rédaction qui soit en congruence avec le lien Ark sélectionné.

Ce parcours guidé a mobilisé notre capacité de veille documentaire sur le web et  d’éditorialisation. Il est utile de circonscrire le temps de cette veille documentaire. Un parcours guidé se construit avec les sites pertinents au moment de la collecte. C’est une démarche documentaire close : il n’est pas prévu d’abonder le dossier, qui a donné lieu à une publication papier sous la forme d’un Cahiers d’Épitomé.

Enfin ce parcours n’aurait pu aboutir sans l’aide de notre stagiaire et l’accompagnement technique et rédactionnel de la BnF.

  1. bibliothèque dépositaire du dépôt légal imprimeur []