Archives de catégorie : L’histoire des collections

Estampes anciennes : florilège

À l’occasion de la fête de l’estampe qui sera célébrée partout en France le 26 mai, la Bibliothèque Stanislas offre à découvrir ses collections d’estampes. Si les œuvres contemporaines ont souvent été mises en avant, les gravures anciennes ne sont pas moins présentes dans les collections : écoles française, italienne, allemande, gravures sur métal ou sur bois. Voici une sélection des quelques œuvres.

Schongauer, Martin (vers1445/1450-1491)

“La sépulture” ou “La mise au tombeau”, gravure au burin sur papier vergé, 167 x 116 mm, Mehl-2-157.

L’art de la gravure sur cuivre est né vers 1430 dans le sud de l’Allemagne. Martin Schongauer est un peintre et graveur allemand considéré comme un des premiers maîtres de la gravure allemande. Très admiré par Albrecht Dürer (1471-1528), son œuvre compte une centaine de gravures. Parmi elles, la série consacrée à la passion du Christ, composée de douze scènes allant de l’agonie au jardin des oliviers jusqu’à la résurrection. Cette scène, intitulée La sépulture ou La mise au tombeau, présente le corps du Christ mis au tombeau. Autour du tombeau, la Vierge, saint Jean et trois saintes femmes dont Marie-Madeleine qui embrasse la main du Christ. On aperçoit en arrière-plan la croix et  son échelle sur la colline.

Lucas de Leyde (1494?-1533)

“Jésus Christ portant sa croix”, gravure au burin sur papier vergé, 1515, 79 x 104 mm, inv. 690 559 folio 49bis.

Lucas de Leyde est un peintre et graveur hollandais incontournable de la première moitié du XVIe siècle. Son œuvre compte un peu plus de 170 gravures. Cette estampe illustre la passion du Christ. Il est représenté à genoux, succombant sous le fardeau de la croix et tournant la tête vers une femme qui lui présente un suaire. La date de 1515 apparaît en haut à droite au dessus de la femme.

Caraglio, Gian Giacomo (1505?-1565)

“Saturne dévorant son enfant”, gravure au burin sur papier vergé, 1526, 218 x 113 mm, inv. 690 559 folio 92. Éditée par Antonio Salamanca (1478-1562).

Gian Giacomo Caraglio est un graveur italien élève de Marcantonio Raimondi (1480?-1534?). Il a également été graveur de médailles et de gemmes. Cette gravure fait partie d’une suite de vingt estampes représentant des divinités de la mythologie, debout dans des niches avec les attributs qui les caractérisent. Ici, on retrouve Saturne dévorant l’un de ses enfants. Selon la tradition, calquée sur le mythe grec de Cronos, pour éviter que ne s’accomplisse la prédiction selon laquelle il serait détrôné par l’un de ses enfants, Saturne dévora chacun d’eux à leur naissance.

Maître IB (école allemande, début du XVIe siècle)

“Emblèmes avec espoir, tribulation, envie et tolérance”, gravure au burin sur papier vergé, 1529, 145 x 84 mm, inv. 690 559 folio 114.

Cette gravure a été réalisée par un artiste allemand du début du XVIe siècle qui n’a pas encore été identifié. Son monogramme reste utilisé pour mentionner son nom. L’espérance debout entre la vie et la tribulation. Celle-là, à droite, bat avec un marteau triplé le cœur d’un homme vertueux que l’envie tient sur une enclume posée sur la tolérance qui est couchée à terre. Ces quatre passions sont exprimées par des figures de femmes, dans une forme de médaillon ménagé dans une table qui est suspendue à une colonne, au pied de laquelle sont assis deux génies. La beauté de cette gravure réside dans l’utilisation d’un fonds entièrement gravé, hachuré, donnant un rendu totalement noir. Ainsi, le motif apparaît très en volume, comme un élément sculpté, un bas-relief.

Pomedelli, Giovanni Maria (1478?-1537?)

[Animaux de basse cour], gravure au burin sur papier vergé, 1534, 143 x 144 mm, inv. 690 559 folio 20.
Giovanni Maria Pomedelli est un orfèvre, peintre, graveur et médailleur italien qui a travaillé dans la région de Vérone. Seules six gravures sont connues de cet artiste. Trois sont signalées au British Museum, une au cabinet des estampes de la bibliothèque nationale de France. Cette gravure représente de nombreuses volailles, canards, coqs, poules, probablement dans une basse cour. Le monogramme de l’artiste figure en bas au centre : une poire traversée par un paraphe (sorte de Z par dessus le fruit).

Pencz, Georg (1500?-1550)

“Joseph vendu à des marchands Ismaëlites”, gravure au burin sur papier vergé, 1546, 124 x 86 mm, inv. 690 559 folio 116.

George Pencz est un peintre et graveur allemand de style maniériste. Formé à l’atelier d’Albrecht Dürer il voyage en Italie où il est profondément marqué par l’art de Marcantonio Raimondi. Cette gravure fait partie d’une suite de quatre estampes illustrant l’histoire de Joseph dans l’Ancien Testament. Joseph, debout à gauche, est vendu par ses frères à des marchands Ismaëlites.

Delaune, Etienne (1518?-1583)

“Mêlée de guerriers nus”, gravure au burin sur papier vergé, 70 x 223 mm, Rés. 4176 folio 1.

Etienne Delaune est un orfèvre et graveur français de la renaissance. Son œuvre gravé est important. Cette estampe fait partie d’une suite de douze gravures en forme de frise sur fonds noir. Celle-ci présente des guerriers nus armés de massues et d’arcs qui se précipitent les uns contre les autres. Certains d’entre eux portent des panaches de plumes sur la tête et à la ceinture. On remarque  en bas à gauche la signature du graveur dont la première lettre est gravée à l’envers “Stephanus Fecit”.

Leu, Thomas de (1555?-1612?) d’après Antoine Caron (1521-1599)

“Ajax Locrien”, gravure au burin sur papier vergé, 239 x 192 mm, Rés. 4154 folio 45.

Thomas de Leu est un graveur et éditeur d’estampes d’origine néerlandaise. Il est des grands représentant de la gravure française du XVIe siècle. Son œuvre est volumineux notamment les portraits. Ici, c’est un thème  de la mythologie grecque qui est illustré, un épisode de la guerre de Troie : Ajax, fils du roi de Locride, qui a éveillé la colère des dieux, est représenté écrasé sous le rocher sur lequel il s’était réfugié, fendu d’un coup de trident par le dieu Apollon. La composition a été gravée par Thomas de Leu d’après une œuvre d’Antoine Caron, peintre français de la Renaissance.

Joannes Wierix (1549?-16..) d’après Albrecht Dürer (1471-1528)

“Melencolia I” gravure au burin sur papier vergé, 1602, 243 x 193 mm, 690 559 folio 44.

Joannes Wierix est un illustre graveur flamand issus d’une grande dynastie de graveurs. Les Wierix ont beaucoup gravé d’après Dürer. Joannes reprend ici une œuvre très célèbre créée par Albrecht Dürer en 1514, Melencolia I. Cette œuvre est composée de multiples objets et éléments symboliques : un livre, un compas, une bourse, des clés, un sablier, une cloche, un cadran solaire, un carré magique, un polyèdre, etc. À droite de la composition, l’ange par sa posture et l’expression de son regard, exprime avec force le tempérament de la mélancolie. Cette œuvre a été très étudiée par les historiens de l’art et sa complexité laisse, aujourd’hui encore, de nombreuses hypothèses différentes quant à sa signification.

Saenredam, Jan Pietersz (1565?-1607)  d’après Goltzius, Hendrick (1558-1617)

“Les trois sortes de mariage (n°1 et n°2)”, gravure au burin sur papier vergé, 235 x 164 et 236 x 164 mm, inv. 699 033.

Jean Saenredam est un peintre, dessinateur et graveur maniériste hollandais. Il a été formé dans l’atelier d’Hendrick Goltzius, un autre peintre et graveur néerlandais célèbre. Il a beaucoup gravé d’après Goltzius et son œuvre compte un peu plus d’une centaine d’estampes. Les deux gravures présentées ici font partie d’une suite de trois estampes illustrant trois sortes de mariages : à gauche, le mariage qui se fait dans la seule vue du plaisir, et auquel préside l’Amour. A droite, le mariage dont le principal motif sont les richesses, et qui est l’ouvrage du démon. Le traitement des drapés, des figures et des corps illustre parfaitement le courant maniériste.

Reni, Guido (1575-1642) d’après Parmigianino (1503-1540)

“La fille portant le coussin”, eau-forte sur papier vergé (1590-1642), 168 x 83 mm, inv. 690 558 folio 134.

Guido Reni est un peintre et graveur italien, figure dominante de l’École de Bologne. Son œuvre gravé compte une soixantaine d’estampes. Il grave d’après ses propres dessins mais aussi ceux d’autres maîtres de son temps. Ainsi il réalise ici la gravure d’une jeune femme regardant un coussin qu’elle tient dans ses bras d’après le dessins de Parmigianino conservé aujourd’hui à la Galerie Nationale de Parme (Inv. n°510/25).

Une bibliothèque moderne : les travaux de 1932

Saviez-vous que la salle des boiseries de la Bibliothèque Stanislas n’a pas toujours été la salle de lecture ? C’est entre 1930 et 1932 qu’a eu lieu l’aménagement qui prévaut encore de nos jours.

Sous la pression du public

Depuis l’ouverture de la bibliothèque municipale en 1803, les usagers étaient reçus dans une petite salle de lecture d’une vingtaine de places située au premier étage, à l’entrée de la salle des boiseries. La salle des boiseries elle-même était fermée au public, sinon pour des visites de type muséal, car elle servait de magasin principal de livres. Ceux-ci étaient issus des bibliothèques de maisons religieuses confisquées pendant la Révolution française, ainsi que des dons et des acquisitions courantes réalisées tout au long du XIXe siècle.

Vue de la salle des boiseries avant 1932
Vue de la salle des boiseries avant 1932

La création d’une université à Nancy (1850) puis l’arrivée massive de réfugiés alsaciens-mosellans entre 1871 et 1873 transforment le paysage intellectuel local : il y a désormais davantage de « travailleurs du savoir » qui ont besoin à la fois de documentation actualisée et d’un lieu d’étude. La bibliothèque publique, tout indiquée pour jouer ce rôle, s’adapte une première fois en aménageant en rez-de-chaussée la grande salle polyvalente (ayant servi pour des meetings politiques ou des banquets républicains) en salle de lecture dotée d’une centaine de places et d’un éclairage au gaz.

Dès 1909, les locaux sont qualifiés de trop exigus. Un rapport de l’inspection préconise l’installation dans la salle des boiseries de rayonnages en fer pour créer des linéaires supplémentaires. La fréquentation de la salle de lecture est saturée pratiquement chaque jour durant l’année universitaire, car la bibliothèque s’ouvre progressivement aux enseignantes et enseignants des premier et second degrés, des écoles professionnelles, mais aussi aux élus et à une quantité toujours plus importante de professions juridiques, administratives et de services.

Une bibliothèque provinciale mais moderne

C’est en 1929 que le comité de surveillance et d’acquisition de la bibliothèque soumet à la municipalité, sa tutelle, un projet audacieux de réaménagement qui est finalement accepté et mis en œuvre. Deux ans durant, les collections sont tout d’abord déménagées, puis les locaux entrent dans les phases de travaux les plus importantes jamais connues.

Vue de la salle des boiseries avec le sol en béton armé
Pose du sol en béton armé dans la salle des boiseries (1930)

La salle des boiseries devient la salle de lecture principale, dotée de 160 places. On lui adjoint une « salle des travailleurs » de 60 places, ouverte seulement en 1934 dans la salle conservant le buste du roi Stanislas. Les armoires et la corniche sont rénovées pour accueillir un éclairage électrique. Le sol est démoli pour la pose d’un plancher en béton armé qui sera aussi le plafond du niveau inférieur, et un tapis de caoutchouc de 5 mm est déroulé pour assurer le confort auditif des utilisateurs.

Un vestiaire vide
Vue du vestiaire aménagé en 1932

Aile Dombasle, une estrade est prévue pour la présidence de salle et l’accès aux nécessités logistiques : monte-livres électrique, monte-charges, escalier de fer. Au premier étage de l’aile Visitation, à droite de l’escalier, sont localisés un vestiaire et des commodités d’une capacité suffisante pour le public attendu.

La salle du rez-de-chaussée devient le magasin à livres principal, d’une capacité estimée alors à 6 km linéaires ou 200 000 ouvrages. Le système retenu est celui de rayonnages Lipman à tablettes mobiles formant ossature, un plancher métallique garni de dalles de verre auto-porté séparant les deux niveaux de magasin. La desserte en est assurée par un escalier situé à chaque extrémité de la structure, l’un menant directement à la salle de lecture.

Publicité pour les rayonnages Lipman
Bibliothèques : organisation, technique, outillage : [exposition présentée au Palais du Trocadéro dans le cadre de l’]Exposition internationale des arts et techniques Paris 1937 / introd. de Julien Cain, Paris : Ed. Denoël, 1938, p. 76.

D’autres aménagements sont réalisés les mois suivants : un accueil / salle des catalogues à la sortie de l’escalier, des rayonnages métalliques dans les combles pour accueillir les collections de périodiques, l’installation du chauffage central dans l’ensemble du bâtiment et de sanitaires pour le personnel, ainsi que de 8 postes téléphoniques permettant au personnel de communiquer d’un étage à l’autre. Le conservateur fait aménager entièrement son bureau dans le goût Art déco.

Bureau du conservateur
Jean Colin, conservateur de la bibliothèque, dans son bureau Art déco

Au chapitre des innovations techniques non suivies, on trouve des discussions à propos d’un appareil de reproduction des livres et manuscrits et d’une armoire de désinfection des livres.

Publicité pour appareil de désinfection
Bibliothèques : organisation, technique, outillage : [exposition présentée au Palais du Trocadéro dans le cadre de l’]Exposition internationale des arts et techniques Paris 1937 / introd. de Julien Cain, Paris : Ed. Denoël, 1938, p. 72.

Premiers retours publics

Un inévitable lot d’aléas accompagne les deux années de travaux. Un service de prêt provisoire est prévu dans la salle de l’Académie de Stanislas, totalement insuffisant par rapport aux besoins. L’installation du chauffage central, s’il supprime le danger des feux de cheminée, occasionne tant de fuites et de pannes successives que l’on renonce, par prudence, à le faire passer pour l’instant dans la réserve précieuse, de même que l’électricité. Des portes blindées coupe-feu seront par ailleurs montées à certains endroits judicieux afin d’enclore et limiter le risque d’incendie.

Néanmoins, la bibliothèque rouvre en janvier 1932. Le 15 janvier, le maire de Nancy Marie-Joseph Malval (1866-1933) conduit avec le conservateur Jean Colin une visite inaugurale pour la presse et les officiels, au cours de laquelle le recteur Louis Bruntz (1877-1944) souligne l’immense service rendu à la communauté universitaire par cette complète transformation du service municipal, alors même que la première pierre de la nouvelle bibliothèque universitaire sera posée en novembre de la même année par le président de la République Albert Lebrun.

L’ouverture au public a lieu le 28 janvier 1932. L’accès est toujours gratuit. L’accent promotionnel est mis sur le chauffage et l’éclairage des lieux, ainsi que la mise à disposition de nouveautés. Les horaires d’ouverture couvrent de 9 à 22 h, avec un service réduit entre 20 et 22 h aux usuels ou aux documents préalablement commandés par les lecteurs.

Une salle de lecture pleine de lectrices et lecteurs
La foule se presse à la bibliothèque pour sa réouverture.

Avec une ironie affectueuse, André Gain (1897-1977), titulaire de la chaire d’histoire de l’Est de la France à l’université, détaille dans Les Annales de l’Est le luxe de la nouveauté, les « splendeurs étincelantes » du vestiaire où l’on « sert à goûter », des sanitaires à gâter « un empereur romain », le « passage en chicanes » des lecteurs dans la salle des catalogues, et « l’enclos réservé à la science » constitué par la petite salle de lecture surveillée par un Stanislas « hautain, à la lippe dédaigneuse ».

Cette bibliothèque de 1933 est celle que personnel et public de la bibliothèque connaissent encore aujourd’hui. Les boiseries ont été restaurées en 2005. Des travaux d’adaptation aux usages du numérique et une petite salle de formation ont été réalisés en 2015. Deux siècles et demi après sa construction, près d’un siècle après son dernier chantier majeur de modernisation, le bâtiment répond toujours grosso modo aux attentes de son public habituel. Mais il commence à accuser son âge, et une réhabilitation plus globale sera bientôt nécessaire, prélude probable à une réflexion sur son positionnement et son ouverture dans la ville.

Voir le portfolio complet des travaux de 1930 à 1932 sur Limédia Galeries.

Sources

– Gutton et Maire E., Les Origines de la Bibliothèque de la Ville de Nancy, tapuscrit, Nancy, 15 janvier 1932., 7 fol.

– L. G., « Visite inaugurale de la nouvelle Bibliothèque de la ville de Nancy », L’Est républicain, Nancy, 16 janvier 1932, p. 3.

« Les transformations de la Bibliothèque de Nancy : historique des différents projets », L’Est républicain, Nancy, 21 janvier 1932.

« Demain jeudi la bibliothèque publique rouvrira ses portes », L’Est républicain, Nancy, 27 janvier 1932, p. 3.

– Gain André, « Nos bibliothèques », Annales de l’Est, 1934, p. 126.

Enrichissement des collections : la Lorraine au prisme d’un voyage impérial pendant les fêtes séculaires de la réunion à la France

L’année 2021 a vu les collections lorraines s’enrichir de très nombreuses pièces acquises en vente aux enchères, en librairie, ou encore par don. Elles feront l’objet d’une présentation individuelle dans une publication séparée. L’une d’entre elles a bénéficié du soutien financier du FRRAB (Fonds Régional de Restauration et d’Acquisition pour les Bibliothèques). Il s’agit d’un rarissime livret-programme autographié du voyage en Lorraine organisé pour la famille impériale du 14 au 19 juillet 1866.

Tiré à une douzaine d’exemplaires par le Service du Grand Écuyer, il servit de carnet de route aux membres du service d’honneur de Leurs Majestés : 

Voyage de leurs Majestés et de Son Altesse le Prince Impérial en Lorraine. Paris : Imp. Monrocq Maison Longuer Lancre succr., 1866. In-4, entièrement monté sur onglets, percaline verte gaufrée, titre doré au premier plat, dos lisse, tranches dorées.

Le livret fut établi par le général Émile-Félix de Fleury (1815-1884), Grand Écuyer, chef du service d’honneur de la famille impériale, en charge de l’organisation des déplacements pour les voyages et cérémonies officielles. Le général, diplomate bonapartiste de la première heure, décrit l’établissement de ces programmes dans ses Souvenirs :

“Lorsque enfin toutes ces dispositions étaient établies, je faisais établir une douzaine de programmes définitifs, comprenant l’itinéraire, l’emploi des journées et des heures, fixant les séjours et les arrêts dans les stations désignées, donnant la carte partielle des différents départements traversés, des notes historiques sur chaque localité visitée. Ces programmes étaient distribués aux personnes appelées à faire partie du service d’honneur, afin que tout le monde fut bien au courant des obligations du voyage. En dehors de ce livret-programme, je remettais à Leurs Majestés un carnet particulier […]”

La famille impériale visita Épernay, Châlons-sur-Marne, Vitry-le-Français, Bar-le-Duc, Toul, Nancy et Lunéville.

Itinéraire du voyage de la famille impériale du 14 au 19 juillet 1866

Ce voyage fut effectué dans le contexte des fêtes séculaires de la réunion de la Lorraine à la France, célébrée à Nancy du 15 au 17 juillet 1866 par un important programme de manifestations officielles et d’événements à destination du grand public. Il s’agissait également de réaffirmer le pouvoir de l’Empereur dans une région et dans une ville traversée par un fort sentiment régionaliste prônant la décentralisation. C’est l’un des aspects du lotharingisme.

 

Le défilé des populations lorraines. Composition de Meissonnier gravée à l’eau forte par Jacquemart.

Tout au long de l’ouvrage, il est fait mention de Leurs Majestés, incluant Napoléon III. Les tâches réservées à l’Empereur comme la présentation des clés des villes traversées ou la présentation de notables à Épernay sont précisément décrites. Or, Napoléon III annula sa participation au voyage par une dépêche télégraphique du Grand Écuyer envoyée le 12 juillet, soit deux jours avant le départ. L’état de santé de l’Empereur ou la défaite autrichienne de Sadowa furent peut-être à l’origine de cette annulation. L’Impératrice Eugénie et le Prince Impérial assurèrent donc seuls l’incarnation du pouvoir.

Le cortège impérial et la foule des lorrains sur la Place Stanislas. Photographie originale d’époque jointe à l’ouvrage.

Ce livret-programme vient heureusement compléter l‘édition officielle, richement illustrée, qui paraît huit mois plus tard. Trois exemplaires de cette édition figurent dans les collections de la Bibliothèque Stanislas :

Voyage en Lorraine de Sa Majesté l’Impératrice et de S. A. I. le Prince Impérial. précédé du Voyage de S. M. l’Impératrice à Amiens / texte par Félix Ribeyre. – Paris : H. Plon, 1867. – 58 p.-[8] p. de planches ; 33 X 45 cm.

L’ouvrage est enrichi des portraits de S.M. l’Impératrice et de S.A.I. le Prince Impérial, dessinés par H. de Montaut, gravés au burin par A. Nargeot, d’un dessin de Meissonnier, gravé à l’eau forte par Jacquemart et de quarante et un dessins de Philippoteaux, Giacomotti, Compte-Calix, Henry de Montaut, Émile Bayard, Gustave Janet, Hubert Clerget, Férat, Cattenacci, Reiber et Thérond qui ont été gravés par Gauchard, Chapon, Linton, Dumont, L. Sargent, Huyot, Barbant, Verdeil, Dupré, Deschamps, Charlot, Tazzini, Thénard, et Mme O. Brux.

Le cartonnage brun est orné d’un décor doré à l’aigle impérial avec le titre de l’ouvrage et 4 fers couronnés au chiffre E, initiale de l’impératrice Eugénie, dans les angles.

Bibliographie

Com’finement

Après le moment de sidération engendré par l’annonce du premier confinement le 13 mars 2020, la fermeture des établissements au public, l’instauration du télétravail pour le personnel et l’interruption de toutes les actions programmées, les Bibliothèques de Nancy ont rapidement réagi pour communiquer au mieux. Trois phases de communication ont rythmé cette période si particulière.

Phase 1 : communication de crise

Des trois phases, la première a été la plus brutale. L’annonce de la fermeture des établissements étant de fait actée, il a été nécessaire de prévenir et répondre aux questions pratiques du public.

Annonce de la fermeture des Bibliothèques

Nous nous sommes fixé deux objectifs. Le premier, purement pratico-pratique, avec les annonces de la fermeture, de la prolongation des emprunts (dans les Bibliothèques plus de 50 000 documents étaient empruntés à la date du 13 mars) et de l’annonce de l’annulation de toute la programmation d’action culturelle.

Le second objectif a été mis en place dès la première semaine du confinement : proposer une offre de substitution au public . En effet, dès les premiers jours du confinement, il a été décidé d’offrir 3 mois d’abonnement gratuits à notre bibliothèque numérique Limédia mosaïque en coordination avec les autres bibliothèques du Sillon lorrain((Metz, Communauté de communes d’Épinal et Thionville)). Avec du recul, on ne peut que souligner la diligence avec laquelle la coordination- validation par les villes, création d’un formulaire d’inscription, organisation des équipes pour la saisie des demandes d’inscription, communication.- entre les 4 établissements partenaires a été mise en place.

Phase 2 : assurer un lien avec nos usagers et entre les professionnels des Bibliothèques

Parallèlement à cette offre numérique, notre présence quotidienne sur les réseaux sociaux a été actée. Une grille hebdomadaire de publication sur Facebook a été établie :

Lundi : recommandation jeunesse
Mardi : recommandation d’un site culturel
Mercredi : heure du conte
Jeudi : coup de cœur des bibliothécaires
Vendredi : histoire audio lue par un.e bibliothécaire
Samedi : recommandation d’une ressource en ligne
Dimanche : vidéo d’un.e bibliothécaire

Recommandation pour les enfants et leurs parents publiée le 23 mars 2020.

Sans le concours de tous les professionnels des Bibliothèques de Nancy qui ont assuré une veille et une sélection parmi l’offre pléthorique de ressources apparues en ligne, rédigé des critiques d’ouvrages ou enregistré depuis leur domicile, et avec leur propres moyens, heures du conte, lectures audios, tutoriels variés, cette présence quotidienne n’aurait pas été possible.

Pour agréger toutes ces ressources, des outils collaboratifs en ligne ont été mis en place. Cette organisation a été grandement facilitée par la pratique régulière de ces outils au quotidien dans notre réseau de 4 établissements.

L’ organisation interne

Pendant toute la durée de ce premier confinement, le travail de l’équipe de direction a été rythmé par des réunions quotidiennes en visioconférence permettant la gestion des dossiers. Parallèlement à la communication à destination du public, des messages d’information réguliers ont été postés sur le blog interne des Bibliothèques afin d’informer l’ensemble du personnel et d’organiser le travail à distance.

Entre le 13 et le 16 mars pas moins de 10 messages d’information ont été postés, auxquels il faut adjoindre la création d’un dossier partagé « Les Bibs de Nancy en télétravail » dans lequel on trouvait notamment un tableau avec l’organisation des missions maintenues, poursuivies ou renforcées pour cette période.

La majorité des collègues naturellement connectée n’a eu aucun problème pour être informée. Pour d’autres, la situation s’est révélée plus compliquée. Souvent seul.e, sans connexion internet , le téléphone a été le moyen privilégié pour maintenir un lien professionnel mais aussi social que ce soit par leur responsable hiérarchique ou spontanément par les collègues .

En complément, dès les premiers jours du confinement, des groupes ©Whatsapp propres à chacun des établissements ont été créés spontanément par les bibliothécaires. À ce jour, deux groupes perdurent, même si la nature des échanges a évolué différemment. À Stanislas , la conversation est désormais plus professionnelle, même si régulièrement on y retrouve un coin de verdure par le biais de photos postées. À la Manufacture, la teneur des échanges est toute autre, elle est restée plus ludique et régulièrement des défis sont lancés : une photo avec un élément vestimentaire à carreaux … Tous les deux sont maintenant le trait d’union entre les membres des équipes.

Phase 3 : préparer la réouverture

Bandeau Facebook créé par Fabien Veançon pour la réouverture des Bibliothèques en juin 2020.

Dès l’organisation du maintien des liens avec le public mise en place, s’est posée la question de l’après confinement et des services à y associer. Des groupes de travail ont été organisés à distance et ont formalisé les offres à venir des Bibliothèques : le clic & collect avec Kraftnancy.fr et un service de recherche et renseignements dans les collections patrimoniales avec Saranancy.fr.

Carte mentale pour la gestion des supports de communication pour la réouverture.

En complément du travail d’organisation de ces deux services par les équipes dédiées, l’équipe de Communication a travaillé pour concevoir les supports : identité des services, création de sites, design par nos deux graphistes et gestion des aspects techniques : achat de sacs, d’un barnum pour Kraftnancy.fr…

Outre ces aspects pratiques, se sont ajoutés la création de supports de communication : vitrophanie pour annoncer le service Kraft à la Médiathèque Manufacture, déclinaison du visuel pour le barnum Kraft, de panneaux installés sur les grilles de la Bibliothèque Stanislas et les relations avec la presse…

Page d'accueil du service SARA

Tout le temps, jusqu’en haut du nez ! Graphisme de Fabien Veançon.

Dans un second temps, en prévision du retour du public dans les établissements, nous avons passé commande à Fabien Veançon((https://station-v.com/)), un de nos deux graphistes, d’autocollants rappelant le port du masque obligatoire «  jusqu’en haut du nez » et une signalétique matérialisant les places accessibles.

Enfin , nous avons décliné en interne tous les supports concernant les consignes sanitaires pour l’ensemble de nos établissements.

Pour répondre au mieux à toutes les sollicitations engendrées par cette situation inédite, la petite équipe de communication des Bibliothèques -2 personnes- a mené de front la publication de messages quotidiens via les réseaux sociaux pour le public, la coordination des ressources proposées par les bibliothécaires et la préparation de tous les supports de communication en prévision de la réouverture des établissements. Cette période intense a été ponctuée de moments de doute, de stress mais également de grande satisfaction au vu des résultats.

Les périodiques : un chantier au long cours

Dans le cadre d’un chantier d’ensemble sur les collections de la Bibliothèque Stanislas démarré en 2013, se pose la question de la restructuration des collections de périodiques. L’entreprise est motivée par la nécessité de réorganiser les magasins soumis à la fois à l’accroissement des collections et à des classements et rangements semi-topographiques devenus inopérants et obsolètes. L’équipe réfléchit alors à une rationalisation de la politique documentaire et à la conservation des périodiques sachant que le projet va s’étendre sur plusieurs années car il implique, suivant les cas, une relocalisation, un traitement et une stabilisation des collections.

État des lieux de départ

Le personnel impliqué

Supervisé par Claire Haquet, directrice de la Bibliothèque Stanislas, le projet est mené par l’ensemble de l’équipe responsable du pôle des périodiques, soit trois agents assurant l’identification et le suivi des collections.

En complément, deux magasiniers interviennent pour le dépoussiérage et le reconditionnement des collections, notamment sur les ensembles patrimoniaux que sont les journaux anciens, lorrains et du dépôt légal.

Enfin, lors du désherbage proprement dit, la présence de trois à quatre agents s’avère nécessaire soit pour les gros convoyages en station de recyclage papier, soit pour les déplacements éventuels des collections d’un site à un autre.

L’étendue des titres

L’ensemble des publications à traiter compte environ 7 100 titres – le nombre comprend des collections Bis, voire Ter d’un même titre  -, localisés en divers endroits sur près de 6 400 mètres de rayonnages. Deux kilomètres de rayonnages se situent dans un magasin extérieur au site Stanislas, le reste étant réparti dans cinq espaces différents au sein de la bibliothèque.

Rayonnage d'un magasin avant le chantier des périodiques
Ancien magasin des journaux officiels avant chantier.

Les états de collection

Au démarrage du chantier, ce qui est catalogué, voire bulletiné en ligne, est constitué  essentiellement par les abonnements en cours, les publications – en cours également – reçues au titre du dépôt légal ainsi que des journaux lorrains et anciens titres rétroconvertis en 1994.
Les publications en série n’ont pas été récolées lors de la dernière grande campagne, en 1994, consacrée aux monographies.

La mise en œuvre du chantier

Une réflexion préalable en équipe permet de déterminer les critères d’aide à la décision pour conserver ou éliminer chaque titre. La méthodologie proposée s’inspire de celle utilisée à la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris avec l’établissement d’une grille d’identification et d’analyse suivant l’ordre des cotes et comportant les critères suivants :

  • Cote
  • Titre
  • Classement de base propre à la Bibliothèque Stanislas : FG1, FA2, FL3, DLI.4
  • Provenance / Origine : fonds ancien (avant 1830), abonnement, don/leg (donateur privé, institution), dépôt légal imprimeur, dépôt de l’État, dépôt de l’Académie Stanislas.
  • État de collection effectif : titre mort, collection arrêtée, abonnement en cours à titre gratuit ou onéreux.
  • Métrage.
  • Vérification de la présence du titre dans les bases de données nationales SUDOC / CCFR, plus précisément par rapport aux collections des institutions de Meurthe-et-Moselle, puis élargie à celles de la région Grand-Est (principalement les Bibliothèques Universitaires, car leur état de collection est scrupuleusement suivi dans ces catalogues nationaux).
  • Existence d’une numérisation de la publication, avec accès à une consultation libre et gratuite.
  • Vérification de la présence du titre dans le SIGB de l’établissement.
  • Devenir : conservation, désherbage pour don ou pilon.

Blouse et masque pour un suivi chirurgical des critères de sélection !
Blouse et masque pour un suivi chirurgical des critères de sélection !

Le suivi de la démarche et les outils utilisés

Sont conservés :

– titres FA,
– titres DLI, exceptés les exemplaires bulletinés en double, voire en triple (Bis et Ter),
–  titres FL,
– titres imprimés en Lorraine avant l’instauration du DL régional en 1943,
– titres dont le contenu éditorial a trait à une localisation limitrophe à la région Lorraine,
– titres en don, legs d’anciens possesseurs particuliers ou institutionnels,
– titres déposés par l’Académie Stanislas, sauf les revues de sociétés savantes non limitrophes à la Lorraine, ainsi que les revues étrangères,
– titres FG peu ou pas représentés sur le territoire Grand-Est,
–  journaux et revues d’art au regard de leur importance tant qualitative que quantitative dans l’établissement depuis le XIXe siècle. Ces publications font écho aux collections de monographies d’art et d’iconographie qui constituent d’ores et déjà un pôle d’excellence au sein de la bibliothèque. À cette occasion, ces revues relatives aux Beaux-arts sont reconditionnées en boîte de conservation.

Un tableau est élaboré d’après les registres manuscrits pour chaque local où sont conservés les revues et journaux. Chaque tableau reprend les critères définis précédemment et précisant :
– le type de support au moment du récolement (volumes reliés, liasse de fascicules, fascicules rangés en boîte),
– toute information utile : nom et ville des imprimeurs lorrains, titre existant sous différentes cotes, état de collection différent des registres et inventaires manuscrits.

Tableau suivant la méthodologie d'identification.
Tableau suivant la méthodologie d’identification.

Nécessité d’un matériel adapté                                                                                  Ordinateur portable, prise réseau, câble réseau mobile de 15 m minimum connecté dans les magasins sont nécessaires pour la saisie directe des informations de récolement.

Traitement informatique in situ indispensable pour un gain de temps non négligeable.
Traitement informatique in situ indispensable pour un gain de temps non négligeable.

Le récolement effectif a lieu à raison de 3 h à 6 h par semaine avec 2 agents in situ, documents en main : le fonds auquel chaque titre appartient est alors matérialisé par une bande de couleur différente fixée au rayonnage et portant la mention FA, FL, DL, ACA ou FG, à laquelle est ajoutée l’indication « à conserver », « don » ou « pilon ».

Code couleur pour le repérage.
Code couleur pour le repérage des titres et leur destination ultérieure.

Suivi des publications éliminées :

Des prises de contact régulières avec les institutions locales présentes dans le SUDOC permettent de concrétiser les propositions de dons (les bibliothèques de l’Université Lorraine essentiellement, soit Nancy / Metz, et les bibliothèques des écoles d’ingénieurs locales). S’ensuit alors le conditionnement et l’envoi vers l’établissement preneur. Concernant les BU nancéiennes, nous déposons les dons, leur situation géographique étant proche de notre établissement. Dans le cas de dons à la BU de Metz, nous profitons du système de convoyage interne des BU de l’Université de Lorraine, ainsi les BU Nancy effectuent elles-mêmes les envois en Moselle. Les écoles d’ingénieurs se déplacent, en général, pour récupérer les dons acceptés.

Concernant le transfert des titres appartenant à l’Académie Stanislas sortis des collections de la bibliothèque, les documents sont redirigés vers un local dédié. En 2021, le chantier est toujours en cours et on compte environ 600 titres retirés des collections pour une volumétrie et une masse de manutention très importantes (environ 6 tonnes) auxquelles il faut ajouter la procédure d’élimination des titres des divers catalogues.

Le pilon définitif représente également une manutention non négligeable : mise en cartons, déplacements, chargements des camions, et déchargements en station de recyclage papier à Toul située à 15 km de Nancy correspondent à plus de 10 tonnes pour les années 2016-2017.
Depuis, les collections destinées au pilon sont éliminées dans les conteneurs de tri sélectif in situ.

Suivi des catalogues selon la conservation ou l’élimination :

  • catalogue du SIGB
    – suppressions d’exemplaires et de notices bibliographiques,
    – récupération de notices bibliographiques dans BnF lorsque la notice est absente du SIGB et ajout des états de collection,
    – ajout des liens de numérisation pour les périodes non comprises dans les états de collection de l’établissement,
    – ajout des liens de changements de titres si nécessaire,
    – nouvelle cotation pour les titres migrant d’un fonds à un autre.
  • catalogue papier : si celui-ci n’est plus alimenté depuis 2000, son contenu informatif reste toutefois utile pour les titres en attente d’intégration dans la base SIGB.
  • catalogue des périodique lorrains
    accessible en ligne depuis le site Co-libris pour tout changement effectué (cotation, état de collection actualisés).
  • catalogue SUDOC : élimination des publications désherbées et intégration des titres peu représentés sur le territoire national.

Des chantiers dans le chantier

Les périodiques lorrains morts

Les collections conservées ont vocation à être rassemblées selon leur statut, car, sur les rayonnages, les périodiques sont mélangés au gré des abonnements ou des catalogages.

Ceci s’applique particulièrement au cas des périodiques lorrains morts dispersés dans la maison.

Le métrage de cet ensemble trouve concrètement ici son application puisqu’il s’agit alors de le déplacer dans un lieu de conservation plus adéquat, et aussi de le rassembler et de le recoter de façon à constituer une collection cohérente.  Cette opération permet de rendre visible, dans les rayons,  la vie du périodique.

Ceci implique :

– recote, catalogage, exemplarisation de chaque volume,
– dépoussiérage,
– réparations éventuelles pour les titres de presse lorraine dont la numérisation est prévue,
– reconditionnement et étiquetage.

Les réparations sur les journaux et leur reliure sont essentielles lors des campagnes de numérisation de la presse locale. Ces interventions matérielles apportent une plus-value à ce chantier de relocalisation, en plus du traitement informatique.

Avant...
Avant…

... Après
… Après

Les périodiques issus du Dépôt Légal Imprimeur

Ces titres font aussi l’objet d’un traitement particulier : en effet, ils sont repérés dans les différents magasins et sont déplacés dans des compactus installés en magasins distants, dans lesquels ne figure aucune collection Bis. Cela représente actuellement 227, 88 mètres de linéaires.

Le déplacement de ces collections nécessite :

– la vérification et le rassemblement des titres, la vérification de l’état de collection, et la complétude des notices bibliographiques,
– la recote, le catalogage ou la  récupération de notices bibliographiques de la BnF,
– la modification dans les différents catalogues,
– la mise à jour du SUDOC,
– le reconditionnement et l’étiquetage,
– la manutention vers ces magasins distants.

Compactus périodiques du Dépôt Légal imprimeur
Compactus périodiques du Dépôt Légal imprimeur

Conclusion

En 2013, le premier chantier initié visait à transformer un magasin occupé en partie par le Journal Officiel et des annuaires/almanachs lorrains en une nouvelle réserve pour les manuscrits.

De 2014 à 2015, ce sont les publications en série occupant les sous-sols de l’établissement qui ont fait l’objet d’un important travail de tri, de désinfection, dépoussiérage et reconditionnement.

En 2016 et 2017, le travail a été effectué sur les 2 km de rayonnages du magasin extérieur à l’établissement, poursuivi en 2018 par le récolement sur site des titres vivants, reçus par abonnement ou par DL.

Enfin, depuis 2019, le récolement du dernier local situé sous la charpente fait l’objet d’arrêts momentanés, liés à la pandémie en 2020, mais aussi aux aléas climatiques.
Les températures dans cet espace étant excessivement hautes en été et très basses en hiver, cela réduit le temps de travail accordé au traitement des collections, tout en justifiant le déplacement des fonds.

En cette fin 2021, le chantier se poursuit : de 7 100 titres de périodiques au départ, il reste aujourd’hui 4 400 titres.

  1. fonds général []
  2. fonds ancien []
  3. fonds lorrain []
  4. dépôt légal imprimeur []

Vertiges d’écriture en Lorraine, une résidence d’auteure associée à la Bibliothèque Stanislas

Une première expérience réussie de résidence en 2019 nous a ouvert la voie à d’autres projets d’accueil d’auteurs. En 2020, la Bibliothèque Stanislas accueille Sophie Loubière, romancière, journaliste, productrice de radio et nancéienne d’origine.

Le point de départ

La Bibliothèque Stanislas occupe une place particulière en tant qu’établissement historique du réseau des Bibliothèques de Nancy. Elle conserve un fonds patrimonial important, constitué d’ouvrages anciens et précieux et de documents reçus au titre du dépôt légal des imprimeurs. Elle constitue aussi un fonds plus spécifique entièrement tourné vers la Lorraine.

La bibliothèque enrichit ce fonds régulièrement depuis plus de deux siècles, mais ce n’est que depuis quelques années qu’elle a développé une politique d’acquisition et de valorisation volontariste tournée vers la création contemporaine des auteurs lorrains, tous
domaines confondus (littérature, bande-dessinée, littérature jeunesse, gravures).

Sophie Loubière est née en Lorraine. Bien qu’elle vive à Paris depuis 1995, elle a gardé un attachement à sa région d’origine que l’on retrouve au détour de ses romans. La Lorraine est parfois le point de départ du récit. Elle glisse des clins d’œil culinaires ou culturels à sa région d’enfance… C’est  parce qu’elle fait vivre la Lorraine que ses livres sont conservés à la bibliothèque.

Espace dédié à la sélection, à l’accueil de la bibliothèque durant toute la résidence.

En 2019, Sophie sollicite la bibliothèque. Elle souhaite développer un projet d’écriture plus introspectif, autour de sa jeunesse et de ses souvenirs à Nancy et en Lorraine. Elle choisit d’être accompagnée dans son projet par le photographe Yves Quemener. Elle souhaite également approcher des éditeurs lorrains pour la publication de deux ouvrages pour la jeunesse.

Séduits par ce projet qui trouve sa place dans les actions de médiation que nous souhaitons mener pour valoriser notre fonds local, nous décidons  de monter un projet de résidence subventionné par la DRAC et la Région Grand Est.

Six mois de résidence et un programme ambitieux

Le format de la résidence s’est rapidement imposé sur un temps long de 6 mois, temps nécessaire au développement du projet d’écriture, mais aussi à un programme très dense d’actions culturelles. Ce dernier a été pensé en lien étroit avec Sophie Loubière pour correspondre à ses souhaits  de rencontres et de partages avec le public.

Le programme s’est finalement articulé autour de plusieurs types d’action :

  • des rencontres avec le public,

Ces rencontres ont pour objectif de faire connaître le travail de l’auteure et ses sujets de prédilection, et de construire un lien entre la romancière et ses lecteurs. Elles sont organisées au sein de la Bibliothèque Stanislas, mais aussi dans les deux bibliothèques de proximité, Mairie-Médiathèque Saint-Pierre et Médiathèque Haut-du-Lièvre, en direction d’un public varié,  allant du milieu scolaire aux adultes.

  • un atelier d’écriture,

Mené au sein de la bibliothèque à destination des adultes, il a réuni une vingtaine de participants. Huit séances leur permettent de travailler sur deux nouvelles, la première s’inspirant d’un souvenir d’enfance, la seconde partant d’un fait divers, technique narrative fréquemment utilisée par Sophie Loubière.  L’atelier a abouti à l’édition d’un petit recueil.

Atelier d’écriture, première séance en novembre, à la bibliothèque. ©Photo Ville de Nancy droits protégés

  • des invitations d’auteurs et artistes,

L’écrivain Serge Joncour, le compositeur Jérôme Lemonnier, ou le photographie Raymond Depardon ont été envisagés pour des rencontres-interviews avec Sophie afin d’éclairer son parcours et ses influences, mais aussi de mener les publics vers d’autres horizons.

  • un évènement : la Nuit de la Lecture

Le théâtre de la Roële, dont a fait partie Sophie dans sa jeunesse, propose une lecture théâtralisée de ses nouvelles, pendant une soirée.

L’auteure, résidant en région parisienne, ne pouvait être présente 6 mois en continu. Nous avons donc choisi une présence en intermittence, d’au moins une semaine par mois.

Et la crise sanitaire est passée par là…

Participant à l’atelier d’écriture ©Photo Ville de Nancy droits protégés

La crise sanitaire a sérieusement mis à mal le programme de la résidence. La fermeture des lieux culturels, l’impossibilité de réunir du public nous ont contraints à renoncer à plusieurs rencontres, à en déplacer d’autres, ou à modifier la forme de certaines actions.

Table ronde La Nouvelle, un genre à remettre en lumière ! , organisée lors du festival 12 000 signes, réunissait Benoît Fourchard, Sophie Loubière et Nicolas Mathieu.

La vidéo à distance a été, comme pour beaucoup d’institutions culturelles, un moyen de remplacer la rencontre physique sur place. Ainsi les ateliers d’écriture, prévus initialement sur 6 séances, ont été en grande partie menés en visio-conférence, et prolongés par 2 séances supplémentaires. La rencontre autour de la nouvelle, programmée avec le Festival 12 000 signes, a eu lieu en direct sur les réseaux sociaux et a ensuite fait l’objet d’un replay sur notre chaîne Youtube.
La durée de la résidence s’est allongée de 3 mois, pour profiter, entre deux confinements des possibilités d’un certain retour à la normale.

Rencontre Du fait divers à la fiction à la Mairie-Médiathèque Saint-Pierre

La crise a également impacté le projet d’écriture de Sophie Loubière ; il était difficile pour elle de se projeter dans une ville masquée, fermée, sans possibilité de déambulations. Elle a finalement réorienté son projet dans une direction différente.

Mais une crise moteur d’innovation

L’impossibilité à rencontrer notre public sur place nous a obligé à tester de nouveaux supports de médiation comme le format vidéo et le direct sur les réseaux sociaux pour un bilan finalement plutôt positif.

La semaine de sensibilisation autour de la dyslexie est un bon exemple de la résilience due à l’épidémie. En effet, nous avions envisagé, lors de l’établissement du programme, une rencontre en présentiel sur une seule journée constituée de plusieurs ateliers et d’un interview-témoignage de Sophie Loubière. Nous aurions accueilli une quarantaine de participants maximum. Ne pouvant organiser l’évènement sur place, nous nous sommes tournés vers des webinaires que nous avons proposés chaque jour pendant une semaine. Nous avons enregistré plusieurs centaines d’inscriptions, venues de toute la France et même de l’étranger, ce qui aurait été impossible en format traditionnel. Les vidéos sont aujourd’hui encore visibles sur notre page Youtube et continuent à toucher un public.

Webinaire “Dyslexie et bibliothèque, collections et services adaptés”, animé par Stéphanie Renaud et Emilie Brasseur, chargées des publics handicapés à la Médiathèque Manufacture.

Les retours du public, très positifs et nombreux, ont été comme une révélation pour Sophie Loubière qui a témoigné de son histoire de dyslexique. Elle a donc décidé d’écrire un livre de témoignage sur cet aspect de sa vie de romancière.

D’abord conçu comme un outil de communication, le blog Vertiges d’écriture en Lorraine  a fait plus que partager un programme culturel : il a également permis de garder le lien entre les publics et l’auteure, tout au long de la résidence confinée. Sophie Loubière et les bibliothécaires ont ainsi proposé des recommandations, des extraits de textes, des lectures. L’ensemble des nouvelles écrites par les participants à l’atelier d’écriture a été publié sur ce blog.

Le blog Vertiges d’écriture en Lorraine.

Ce blog restera accessible quelques années, pour témoigner de l’histoire de cette résidence.

La situation sanitaire nous a contraint à réviser sans cesse la programmation. Pour autant, les actions que nous avons pu mener ont trouvé leur public. La dynamique territoriale  qui s’est développée autour de l’accueil d’une romancière originaire de Lorraine a été réelle, en témoignent la couverture presse et radio et l’augmentation des prêts de titres de l’auteure à la bibliothèque.

Accueillir des auteurs en résidence dont les écrits sont conservés dans le fonds local donne de la visibilité à nos missions et nous engage à long terme dans une relation de coopération avec eux, ce qui nous permet d’enrichir notre fonds avec les ouvrages qui ne sont plus commercialisés ou même leurs archives.

Une sélection dans le web lorrain : un parcours guidé dans les archives de l’internet du dépôt légal.

En 2017, en partenariat avec le service du Dépôt Légal de l’internet de la Bibliothèque nationale de France,  une collecte lorraine avait permis de cibler des sites web lorrains qui échappaient à la collecte systématisée du robot. Déjà, à l’époque, nous déplorions l’absence de visibilité de ce travail qui avait permis de moissonner 150 sites lorrains absents du DL web. En 2019, la conception d’un « parcours guidé » du web lorrain est actée. Elle permet, à partir de septembre 2021, de jouir d’ une visibilité sur la page d’accueil du dépôt légal du web.

D’une collecte ciblée …

Le travail de la collecte ciblée a pour objet de vérifier que le robot de la BnF capture bien les sites qui ont un intérêt local. Le premier travail consiste en une sélection de sites pertinents dont il faudra vérifier la présence dans les archives de l’internet. En l’absence de capture antérieure, le bibliothécaire crée une fiche sur la plateforme pro BCweb, afin que le site soit bien moissonné dans la prochaine collecte. Cet ensemble de sites n’échappe ainsi plus à la collecte systématisée et se trouve dans l’immense réservoir documentaire du web que permet l’archivage du dépôt légal. Pour autant, ce travail réalisé demeure invisible.

… vers un parcours guidé

Terminologie utilisée sur la page d’accueil du DL web, le parcours guidé est la valorisation d’une thématique dans un plan documentaire avec des documents web. C’est bien une démarche de bibliothécaire : un thème, des documents qui sont des sites web, un plan de classement qui apporte du sensDe nombreux parcours guidés, réalisés par la BnF, comme le Web gourmand ou le Web de la Grande Guerre sont déjà en ligne . Un parcours guidé est une invitation à découvrir une thématique à travers une sélection de sites : le bibliothécaire est force de proposition, il opère des choix dans un travail de veille documentaire de sites web. Le parcours guidé réalisé est mis en avant sur le site par un onglet : le travail des BDLI1 devient donc visible.

Le web lorrain mis en avant sur la page d’accueil du DL web de la BNF.

Un travail collaboratif pour la proposition d’un plan de classement générique d’une région à l’autre

Peu de BDLI en région se sont lancées dans ce travail de sélection ciblée. Il nous a semblé intéressant de réfléchir à la conception d’un parcours guidé dont le plan permettrait à chaque région de s’emparer facilement du classement avec des items génériques s’inscrivant dans une logique de territoire. Nous avons passé en revue tous les sites sélectionnés pour la collecte ciblée afin d’élaborer un plan et des titres de parties pertinents dont les autres BDLI pourront facilement se saisir.

Le plan de classement générique a été pensé pour s’adapter aux spécificités de toutes les régions.

Un parcours guidé régional : l’expérience de la Bibliothèque Stanislas

En élaborant son parcours guidé régional, le bibliothécaire confronte ses idées aux « stocks » de sites dont il dispose dans ses repérages. L’idée d’un tel parcours n’étant pas d’aligner une succession de thématiques exhaustives, couvertes par wikipédia, mais bien au contraire d’opérer une sélection à valeur documentaire, de chercher des blogs, des sites pertinents, spécifiques et particuliers. Il mobilise donc une veille active sur le web et implique la participation de collègues pour étoffer cet ensemble.

Le bibliothécaire doit aussi se questionner sur ce qui fait territoire : qu’est ce qui fait la particularité de son territoire à la fois  du point de vue géographique, culturel, historique, culinaire, architectural, et économique … Chaque région a ses grandes manifestations sportives mais il n’y a qu’un unique Trail des tranchées et il se passe à Verdun en Lorraine, il n’y a qu’un seul Musée Georges de la Tour et il se trouve dans le département de la Moselle, les madeleines sont une spécialité culinaire lorraine…

Une spécialité culinaire locale est expliquée dans ce blog : la confiture de groseilles épépinée à la plume d’oie.

Nous n’avons pas fait l’impasse sur le ballon rond dans la rubrique Sports et évènements sportifs locaux, tant l’identité du territoire se révèle dans le derby local.

Nous avons éprouvé des difficultés à finaliser la thématique des personnages locaux illustres, rubrique que nous avons rebaptisée « Who’s who local ». Nous ne voulions pas nous contenter de faire l’inventaire des personnes renommées en Lorraine. Notre connaissance des sites sélectionnés ultérieurement nous a permis d’en identifier plusieurs proposant des rubriques « biographies » ( site sur l’histoire de la médecine à Nancy) ou  se consacrant aux écrivains (par exemple La Lorraine des écrivains). 

Parallèlement, nous avons trouvé des sites dévolus à un personnage illustre (Albert Bergeret) ou un personnage insolite de notre territoire (Julie-Victoire Daubié). Ce panachage entre  sites thématiques, apportant énormément d’éléments biographiques, et sites consacrés à une seule personne nous a semblé être la bonne mesure, sans toutefois avoir la prétention de faire découvrir tous les personnages importants de notre territoire.

Ainsi, 152 sites dont la lecture apporte un contenu documentaire ont été retenus pour ce parcours. Une présentation de chacun d’eux  ainsi qu’une partie introductive pour chaque thème, complétées par un propos liminaire ont été rédigées.

Le dépôt légal du web est uniquement consultable dans la salle patrimoniale de la bibliothèque sur deux ordinateurs dédiés.

Contraintes éditoriales et techniques dans la réalisation du parcours

La réalisation de ce parcours documentaire web s’est confrontée à des contraintes dont il a fallu tenir compte en s’en accommodant ou en les contournant.

Des exigences dans l’écriture éditoriale et dans l’illustration :

La feuille de route fournie par la BnF, demande une éditorialisation importante en cascade : « À propos de ce parcours guidé », « À propos de la thématique », puis une présentation de chacun des sites sélectionnés  : nombres de caractères, phrase introductive sur le site impérative pour chaque sélection, visuel en adéquation avec l’angle de rédaction du descriptif.

Une présentation de chaque site accompagne la sélection.

Des contraintes techniques liées aux captures robotisées :

Nous disposons de deux types de capture : les captures que nous pouvons appeler « autonomes » du robot et les captures ciblées faites par le robot après notre travail de sélection dans l’outil Bcweb. La fréquence et la profondeur des captures sont deux éléments sur lesquels nous pouvons intervenir. Pour les évènements à caractère annuel comme les grandes manifestations sportives par exemple, il peut y avoir un intérêt à ce que la capture se fasse avant, pendant et après l’évènement.

Interface pro de l’outil de collecte du web

En ce qui concerne la profondeur des sites, l’expérience nous a montré que la capture des sites « Page+2clics » que nous propose Bcweb n’est pas toujours pertinente et que la profondeur « Domaine » permet une meilleure collecte. Tout au long du projet, la mauvaise qualité de la capture de certains sites nous a contraint à changer de profondeur pour avoir un meilleur rendu (choix du « Domaine » mais malgré ce choix le moissonnage n’était pas toujours complet).

Nous constatons enfin que les sites  développent de plus en plus des mises en pages dynamiques avec diaporama, visite virtuelle, audio… Une technicité avancée qui échappe à la collecte robotisée. Il nous a fallu très souvent faire le choix de sélectionner des archives plus anciennes ou de modifier notre présentation de site qui faisait la promotion d’une visite virtuelle présente sur le web mais absente de la collecte du robot.

Pour chaque sélection, il s’avère donc indispensable de vérifier la qualité et la profondeur de la collecte et d’engager une rédaction qui soit en congruence avec le lien Ark sélectionné.

Ce parcours guidé a mobilisé notre capacité de veille documentaire sur le web et  d’éditorialisation. Il est utile de circonscrire le temps de cette veille documentaire. Un parcours guidé se construit avec les sites pertinents au moment de la collecte. C’est une démarche documentaire close : il n’est pas prévu d’abonder le dossier, qui a donné lieu à une publication papier sous la forme d’un Cahiers d’Épitomé.

Enfin ce parcours n’aurait pu aboutir sans l’aide de notre stagiaire et l’accompagnement technique et rédactionnel de la BnF.

  1. bibliothèque dépositaire du dépôt légal imprimeur []

Israël Silvestre (1621-1691) : les 400 ans de sa naissance.

Cette année, Nancy fête les 400 ans de la naissance de l’un de ses célèbres artistes : Israël Silvestre. Dessinateur et graveur de talent, il a réalisé des milliers de vues topographiques et de paysages. Une exposition-dossier, réalisée par les équipes du Musée des Beaux-arts, du Musée lorrain et des Bibliothèques de Nancy,  présente du 02 juillet au 03 octobre 2021 une quarantaine de gravures de l’artiste.

Qui est Israël Silvestre ?

 

Gérard Edelinck (Anvers, 1640 – Paris, 1707) d’après Charles Le Brun (Paris, 1619 – Paris, 1690) Portrait d’Israël Silvestre après 1670 ? Eau-forte et burin, 3ème état Bibliothèques de Nancy, TS 10 Silvestre 1
Gérard Edelinck (Anvers, 1640 – Paris, 1707) d’après Charles Le Brun (Paris, 1619 – Paris, 1690), Portrait d’Israël Silvestre, après 1670 ?, eau-forte et burin, 3ème état, Bibliothèques de Nancy, TS 10 Silvestre 1

Né en 1621 à Nancy, Israël Silvestre est baptisé le 15 août 1621 à la paroisse Saint-Epvre. Son père, Gilles Silvestre, était devenu peintre à la suite de son mariage avec Élisabeth Henriet, fille du peintre du duc de Lorraine Claude Henriet (v.1590/1594-1661). Son parrain fut son oncle Israël Henriet, éditeur de gravures de Jacques Callot (1592-1635).

Israël Silvestre, âgé d’une dizaine d’années, part rejoindre son oncle à Paris après la mort de son père. Israël Henriet lui apprend d’abord à dessiner à la plume d’après les dessins de Callot, puis lui enseigne la gravure à l’eau-forte. Comme d’autres artistes, il fait son voyage à Rome, à plusieurs reprises. Le premier séjour a lieu entre 1638 et 1641. De cette période datent plusieurs dessins et gravures.

À Paris, Israël Silvestre se lie d’amitié avec un autre graveur, Stefano della Bella (1610-1664), qui travaille alors dans l’atelier de son oncle. En 1661, Israël Henriet décède et fait de son neveu son unique héritier. Israël Silvestre récupère donc à cette occasion l’intégralité du fonds d’éditeur de son oncle, dont les matrices des œuvres de Jacques Callot.

Excellent dessinateur et graveur, Israël Silvestre est nommé graveur ordinaire le 20 mars 1663. Il participe alors à la grande entreprise du Cabinet du Roi, destinée à propager la gloire du roi à travers des gravures illustrant les victoires, les grandes batailles mais aussi les fêtes, les châteaux et maisons royales françaises.

Israël Silvestre (Nancy, 1621 – Paris, 1691), Vue de l’hôtel de Soissons, autour de 1650, feuille d’une suite de 16 pièces dessinées et gravées par Silvestre, présentant des vues de Paris et des environs, eau-forte, Bibliothèques de Nancy, P-FG-ES-07148

Agréé à l’Académie royale de peinture et de sculpture en 1666, il reçoit toujours plus de commandes royales et son succès n’est plus à faire. En 1674, Louis XIV le nomme maître à dessiner de monseigneur le Dauphin, il est alors chargé d’apprendre le dessin au jeune prince, et il l’initie à l’art de la gravure à l’eau-forte.

Israël Silvestre meurt le 11 octobre 1691 à l’âge de 70 ans, laissant derrière lui un œuvre gravé important de plus d’un millier d’œuvres.

Dessinateur, graveur, éditeur et marchand

Excellent dessinateur et graveur, Israël Silvestre connaît le succès rapidement de son vivant. Si son corpus de gravures est relativement bien connu, son travail de dessinateur a fait l’objet en 2018 d’une exposition au musée du Louvre permettant de mettre en lumière ce pan moins connu de son talent.

Gabriel Pérelle (Vernon, 1604 – Paris, 1677), d’après Israël Silvestre (Nancy, 1621 – Paris, 1691), Vue des jardins et parterres de la Maison de Gondy à Saint-Cloud, feuille appartenant à un ensemble de 2 pièces dessinées et gravées par Silvestre, présentant des vues du château de Saint-Cloud, eau-forte, Bibliothèques de Nancy, P-FG-ES-07198

Silvestre fut aussi éditeur et marchand. Il possédait non seulement ses propres plaques mais aussi le fonds de matrices de son oncle Israël Henriet, parmi lesquelles celles de Jacques Callot ou de Stefano della Bella. Dès 1659, il obtient du roi la permission exclusive d’imprimer ses propres ouvrages et, en 1661, d’imprimer les planches de Jacques Callot. À partir de 1662, il les imprime après y avoir apposé son « excudit ». En 1684, il obtient la permission d’imprimer les cuivres de Stefano della Bella.

Son travail est recherché et collectionné dès le XVIIe siècle. Après sa mort, Silvestre continue à être très apprécié et ses œuvres suscitent toujours l’engouement des collectionneurs.

Les œuvres de Silvestre à la Bibliothèque Stanislas

La commémoration de l’anniversaire de la naissance d’Israël Silvestre a été l’occasion de faire le point sur son œuvre au sein des collections de la bibliothèque.

L’œuvre de Silvestre figure dans différents classements à la bibliothèque :  par artiste, par localité, par fonds de collectionneur et dans les recueils factices d’estampes. Le fait que les œuvres ne soient pas rassemblées empêche d’avoir une vison d’ensemble de la collection. La préparation de l’exposition a permis de mettre en lumière un ensemble de plus de 1100 gravures concernant l’artiste.

Israël Silvestre (Nancy, 1621 – Paris, 1691), Nancy, eau-forte, dessinée et gravée par Silvestre, Nicolas Cochin (Troyes 1610 – Paris 1686) et Adam Perelle (Paris 1640 – Paris 1695), Bibliothèques de Nancy, H-FG-ES-00003

La collection d’estampes « en feuille » se compose d’environ 450 gravures. Une centaine d’entre elles font partie de la collection Thiéry-Solet. Pour les recueils factices de gravure, cinq contiennent exclusivement des estampes de l’artiste et deux,  de nombreuses gravures d’auteurs différents, parmi lesquels, Israël Silvestre. Au total, les recueils contiennent environ 650 gravures d’Israël Silvestre.

  • M-FG-AL-00028 : recueil factice de gravures ayant appartenu à un collectionneur lorrain du XVIIIe siècle, libraire, Jean-François Nicolas (1710-17..). Composé de gravures de différentes écoles, il avait cependant rassemblé dans ce volume plus de 300 œuvres du lorrain Israël Silvestre.
  • P-FG-AL-00038 et 00039 : ensemble de deux volumes de gravures d’Israël Silvestre constitués au XVIIIe siècle contenant 259 estampes.
  • P-FG-AL-00037 : recueil factice constitué des 13 vues de Nancy et de la Lorraine.
  • M-TS-AL-00002 : recueil ayant appartenu au collectionneur lorrain Jean-Baptiste Thiéry-Solet (1803-1889). Il avait rassemblé dans ce volume 17 gravures de grand format concernant le château de Versailles.

Israël Silvestre (Nancy, 1621 – Paris, 1691), Vue en partie du Palais de Nancy, eau-forte, Bibliothèques de Nancy, P-FG-ES-00066

  • M-TS-AL-00003 : recueil de gravures ayant d’abord appartenu à la collection de Philippe d’Orléans (1674-1723), régent du royaume de France, avant d’être acquis par le collectionneur lorrain Jean-Baptiste Thiery-Solet (1803-1889). Il se compose d’une sélection de 31 gravures de grand format représentant les maisons royales et villes de France.

La mise en ligne des œuvres d’Israël Silvestre est en cours. Certaines épreuves et recueils sont déjà accessibles sur le site Limédia Galeries. Une exposition virtuelle y reprend en partie l’exposition présentée au Musée des Beaux-arts du 02 juillet au 03 octobre 2021.

Bibliographie :

Gady (B.) et Trey (J.), La France vue du grand siècle, dessins d’Israël Silvestre (1621-1691), catalogue de l’exposition présentée au Louvre du 15 mars au 25 juin 2018, Paris : Musée du Louvre, 2018.

Grivel (M.), « Éloge d’un « graveur paresseux », Israël Silvestre (1621-1691)» dans « Fort docte aux lettres et en l’architecture » Mélanges en l’honneur de Claude Mignot, Paris : Sorbonne Université presses, 2019, p. 459-513.

 

Nouvelle acquisition : un recueil de dessins d’architecture du XVIIIe siècle

La Bibliothèque Stanislas vient de faire l’acquisition d’un exceptionnel recueil de dessins d’architecture dont la plupart sont de l’agence de l’architecte Germain Boffrand (1667-1754). Entré dans les collections grâce au don d’une famille d’origine lorraine, il vient aujourd’hui compléter le fonds de l’architecte Augustin-Charles Piroux (1749-1805), puisqu’il s’agit d’un recueil qui faisait partie de sa collection.

Histoire du recueil

Dans l’histoire de ce recueil, il y a parfois beaucoup de confusion. D’une part, parce que sa trace est difficile à pister et d’autre part, parce qu’il y a eu de nombreuses confusions avec d’autres volumes d’œuvres d’après ou contenant des œuvres de Germain Boffrand.

Demange, Joseph (1716-1781), Plan de la maison et de l’église projetée des dames religieuses de la Visitation avec le nouveau bâtiment des pensionnaires, 1755, dessin à l’encre, aquarelle sur papier vergé marouflé sur toile, M-PI-AL-00002-185.

L’histoire du recueil commence au début du XVIIIe siècle avec l’architecte lorrain Joseph Demange (1716-1781). Actif entre 1753 et 1781, il est l’auteur de plusieurs projets architecturaux à Nancy dont un projet de reconstruction pour le monastère de la Visitation de Nancy  pour le pensionnat des visitandines de Nancy vers 1760 et d’un projet pour l’église de la Visitation vers 1770. Durant sa carrière, l’architecte s’était constitué une documentation et une bibliothèque rassemblant des dessins des architectes et artistes de son temps. À sa mort en 1781, l’architecte lorrain Augustin-Charles Piroux rachète à la veuve Demange treize volumes de sa bibliothèque. Le recueil de dessins des “Oeuvres de Boffrand” figure parmi ces treize volumes et la mention de cet achat par Piroux est inscrite sur le contreplat supérieur du recueil1.

Mulnier Charles-Félix (1739-1792), Portrait d’Augustin Charles Piroux, 1787, huile sur toile, 82 x 67 cm, nouvelle acquisition, Musée du Château de Lunéville.

La collection et la bibliothèque d’Augustin Charles Piroux.

Dès son jeune âge, Augustin-Charles Piroux achète régulièrement des livres de science, de géométrie et d’architecture. Sa passion pour les livres l’amène à constituer une bibliothèque importante constituée de plus de 2 000 volumes. Ses livres de comptes montrent que les achats de livres tiennent la première place dans ses dépenses et cela pendant plus de vingt ans. Il ira même jusqu’à s’endetter auprès de son libraire pour en acquérir.

Sa collection est complétée d’ensembles documentaires en liasses et en feuilles, de plans, de dessins, de modèles.

Aujourd’hui, peu d’ouvrages de cette fameuse bibliothèque ont été retrouvés. Un seul figure à la bibliothèque de Nancy, portant son ex-libris manuscrit.

Les donateurs du recueil des Oeuvres de Boffrand possédaient également un recueil de gravures portant l’ex-libris de Piroux. La Bibliothèque Stanislas s’est portée acquéreuse de ce volume afin de compléter la collection Piroux. Ce recueil de gravures est un assemblage de différentes suites de modèles d’éléments d’architecture : modèles de cheminées, de fontaines, etc.

À partir de 1781, le recueil des Oeuvres de Boffrand fait donc partie de la collection de l’architecte Augustin-Charles Piroux. Il utilisera ce recueil dans le cadre de sa profession d’architecte et il en retirera même plusieurs dessins. Certains d’entre eux ont pu être localisés, dont l’un à la Bibliothèque Stanislas, dans le fonds Piroux entré à la fin du XIXe siècle, dans le Recueil des belles maisons, hôtels, châteaux executés en  Lorraine2.

Anonyme, Élévation du pavillon de la grande cascade à Lunéville, vers 1742-1743, dessin à l’encre et lavis d’encre sur papier vergé, M-PI-AL-00001-064

À la mort d’Augustin-Charles Piroux, son fils Joseph Piroux (1800-1884) conserve cette collection et cette bibliothèque remarquable. Il donnera toutefois accès aux documents et aux dessins à certains érudits lorrains du XIXe siècle, notamment à l’architecte nancéien Prosper Morey (1805-1886).

L’étude et la copie partielle du recueil par Prosper Morey

En 1865, Prosper Morey, architecte et érudit nancéien publie une étude dans les Mémoires de l’Académie de Stanislas 1865 intitulée « Notice sur la vie et les œuvres de Germain Boffrand »3. Dans son article, il recense les œuvres attribuées à l’architecte et décrit les dessins existants. Il explique très clairement avoir eu accès à la plupart des dessins originaux de Boffrand grâce à Joseph Piroux, fils de l’architecte Augustin-Charles Piroux : « Nous devons à l’extrême obligeance de M. Piroux, fondateur et directeur de l’établissement des sourds-muets de cette ville, fils d’un architecte lorrain du plus grand mérite, la communication de la plupart des dessins originaux de Germain Boffrand4.

Agence de Germain Boffrand, Grand cabinet de son altesse royale Madame dans l’angle du côté de Nancy, côté de la cheminée, vers 1710-1711, dessin au crayon graphite, encre, lavis d’encre et aquarelle sur papier vergé, M-PI-AL-00002-002.

Lors de la consultation de ces œuvres, il fera réaliser par ses dessinateurs des calques de certains des dessins5. Il constitue avec ces calques  un recueil de 101 dessins d’architectes tirés de l’œuvre de Boffrand. Ce recueil intitulé « Recueil des œuvres inédites de Boffrand » figurait dans la bibliothèque de Prosper Morey (il porte son ex-libris). Passé en vente à Drouot en 1920, il a été acquis par le Musée Lorrain. Il porte le numéro d’inventaire III.619.

Après la mort de Joseph Piroux en 1884, le recueil reste conservé dans la famille Piroux, par sa fille Pauline Violet-Piroux (18..-1919). Elle travaillait à l’institut des sourds muets de Nancy avec son frère et son père. Elle donne toutefois l’accès au recueil en 1908 à Paul Perdrizet (1870-1938) pour une étude comparative.

L’étude du recueil par Paul Perdrizet et Pierre Boyé.

En 1908, Paul Perdrizet, archéologue et professeur à l’université de Nancy, avait expertisé le recueil des dessins de l’architecte lorrain Jean-Nicolas Jadot (1710-1761) pour René-Jean (1879-1951), historien d’art en charge de la bibliothèque Jacques Doucet. Il met en parallèle ces dessins avec ceux de Boffrand et dans ses échanges avec René Jean, il évoque ce recueil des dessins de Boffrand qui lui a été signalé par Pierre Boyé. Il demande alors à se faire envoyer à Nancy le recueil Jadot pour le comparer directement avec le recueil des œuvres de Boffrand. Le recueil de Boffrand était conservé alors par Mme Violet-Piroux à Nancy, et, en janvier 1909, dans une lettre conservée à l’INHA dans le fonds René Jean6, elle autorise Paul Perdrizet et Pierre Boyé à venir voir le recueil de Boffrand afin de faire la comparaison sur pièce avec le recueil de Nicolas Jadot.

Le recueil des Œuvres de Boffrand a ensuite été donné par Mme Pauline Violet-Piroux en 1915 à M. Paul Pillement, médecin à Nancy et membre de l’Académie de Stanislas. Conservé par ses descendants depuis cette date, il a été donné en 2020 à la bibliothèque Stanislas.

Description du recueil

Le recueil mesure 42 cm de hauteur sur 28 cm de largeur et 7 cm d’épaisseur. La reliure est en veau brun tachetée, le dos est orné à 6 nerfs, les gardes sont en papier marbré, la pièce de titre est sur maroquin rouge. La reliure est d’origine de la constitution du recueil. La tranche est peinte en rouge.

Dos du recueil des Oeuvres de Boffrand

Il y avait à l’origine au total 201 folios dans le volume. Il manque 11 folios : les planches 146, 160, 165 à 169 inclus, 173, 186, 188, 188 bis. Le recueil contient aujourd’hui 5 gravures et 191 dessins.

Une table se trouve dans le recueil. La table descriptive qui liste les dessins est bien de la main d’Augustin Charles Piroux. En comparant l’écriture de ce recueil et du recueil des châteaux de Lorraine déjà conservé à la Bibliothèque Stanislas, elles correspondent parfaitement. On y trouve dans la partie gauche les titres ou sujets des dessins et sur la partie droite des chiffres. Cette table pourrait être une comptabilité pour établir un prix d’achat du volume. On distingue des nombres de feuilles ou de pièces et des valeurs en sols ou livres.

Table manuscrite écrite par Piroux se trouvant au début du recueil, M-PI-AL-00002-001.

Les numéros dans la colonne de gauche correspondent à un numéro indiqué pour le dessin (numéro repris sur les pages du recueil original et qu’on retrouve sur les calques faits par Prosper Morey).

Certains dessins sont pliés pour pouvoir entrer dans le format du volume. Son état de conservation est plutôt bon, malgré la fragilité générale de l’ensemble.

Un nouveau regard sur l’histoire de l’art et de l’architecture en Lorraine.

L’examen approfondi de ce recueil de dessins a permis de faire des découvertes importantes sur l’histoire de nombreux monuments et édifices lorrains. Plusieurs chercheurs ont été associés aux recherches7 notamment une première étude approfondie, menée en collaboration avec Thierry Franz, responsable du musée du château de Lunéville, doctorant en histoire de l’art préparant une thèse intitulée “Les résidences ducales de Lorraine sous les règnes de Léopold et de François III (1698-1737). Architecture, arts et usages de cour” et coorganisateur d’un colloque international en 2017 consacré à l’œuvre de Germain Boffrand. Cette étude a permis d’identifier et de dater la plupart des dessins du recueil. L’analyse proposée dans la suite de cet article est le fruit de ses recherches.

Attribué à Giacomo Barilly, Perspective architecturale en quadrattura, vers 1707-1709, dessin au crayon graphite, aquarelle, encre et lavis d’encre sur papier vergé, M-PI-AL-00002-118

Des découvertes précieuses pour les grands chantiers lorrains du XVIIIe siècle

L’entrée de ce recueil dans les fonds de la bibliothèque constitue un exceptionnel enrichissement, doublé d’une opportunité rare de faire avancer l’histoire des entreprises architecturales du duc de Lorraine et de son entourage dans la première moitié du XVIIIe siècle.

Se distingue tout d’abord une soixantaine de dessins richement rehaussés de lavis en rapport avec le château de La Malgrange et le projet de reconstruction engagé par le duc Léopold. Si Morey avait copié une petite partie de ceux proposés pour le décor des appartements, leur redécouverte éclaire d’un jour nouveau ce premier grand chantier confié en Lorraine à l’architecte Germain Boffrand (1667-1754). Ils appartiennent en effet à la campagne initiale de travaux lancée en mai 1711. L’édifice prévu ne comporte pas encore les pavillons latéraux qui lui seront adjoints, après la demande du duc d’étendre le projet au début de 17128. C’est bien à ce premier état que renvoie la distribution des appartements du rez-de-chaussée, telle que la révèle l’analyse des dessins et des indications manuscrites, celles-ci permettant de reconnaître l’écriture de Louis-François Guesnon, architecte en charge de la conduite des travaux.

Tous les dessins parlent ce langage décoratif que Boffrand a mis en œuvre quelques années plus tôt à Paris, à l’hôtel de Mayenne pour le prince de Vaudémont, cousin du duc de Lorraine, et au Petit-Luxembourg, résidence de la veuve du prince de Condé. Bruno Pons avait replacé dans leur contexte les propositions de l’architecte pour La Malgrange, sur la base des calques du XIXe siècle, démontrant sa capacité à intégrer les nouvelles orientations du goût parisien, sans renier un regard très personnel9. L’usage des arcades pour unifier les parois des grands cabinets est caractéristique de sa manière [M-PI-AL-00002-002], tout comme la concentration de la sculpture décorative en certains points structurants, au-dessus des cheminées, des portes et sur les frises soulignant les plafonds. Celles-ci déploient leurs arabesques ponctuées de saynètes, afin de rythmer leur déroulement en apparence continu. Les figures d’amours facétieux et de jeunes Léda avec leur cygne visibles dans l’antichambre de la duchesse [M-PI-AL-00002-22] devaient être reprises peu après dans la chambre de la duchesse à Lunéville. Car La Malgrange va servir de laboratoire pour l’introduction en Lorraine des expériences décoratives qui s’opèrent dans le Paris de la fin du règne de Louis XIV.

Agence de Germain Boffrand, Antichambre de son Altesse Royale madame coté de la cheminée, vers 1710-1711, dessin au crayon graphite, encre et lavis d’encre, aquarelle sur papier vergé, M-PI-AL-00002-022

L’opportunité de pouvoir désormais embrasser la presque totalité du rez-de-chaussée de La Malgrange confirme le soin que Boffrand donne à deux notions fondamentales pour l’aménagement intérieur en France : le progrès en richesse au fil des espaces et l’adéquation du décor à l’usage de la pièce. C’est ce que révèle la découverte des dessins conçus pour l’appartement « à droite sur la cour » que Morey n’avait pas reproduits. Destinée aux hôtes du château, cette enfilade symétrique au logement du duc se distingue par des proportions réduites et surtout par une ornementation plus discrète, et donc convenable au statut de l’occupant des lieux [M-PI-AL-00002-010].

La Malgrange confirme ainsi sa valeur de champ d’expérimentation autour du goût parisien le plus moderne, grâce à cette série de dessins sans doute destinés à être soumis au commanditaire. Leur qualité remarquable ne peut que faire regretter qu’ils soient restés dans les cartons, Léopold renonçant à faire achever La Malgrange vers 1720. D’autres projets de décor se rencontrent dans le volume, mais cette fois pour les appartements officiels de Lunéville. Nous avons pu préciser la chronologie de la nouvelle aile ducale construite par Boffrand côté jardin à partir de l’été 1712 puis reprise après l’incendie de 1719, quand les appartements de Léopold et de son épouse passèrent de l’étage au rez-de-chaussée10. Nous pensons reconnaître dans une belle étude au crayon pour deux parois lambrissées une première idée pour le cabinet d’angle, mais sans pouvoir la dater avec plus de précision [M-PI-AL-00002-048]. On retrouve l’original d’un calque de Morey montrant le mur de la cheminée de la chambre de la duchesse. La découverte d’une feuille supplémentaire dédiée à la face des croisées permet d’associer cette proposition à l’état d’avant l’incendie de 1719, quand les ouvertures de l’étage étaient encore rectangulaires [M-PI-AL-00002-046].

Agence de Germain Boffrand, Elévation de deux parois d’une même pièce, sans doute un cabinet d’angle, hypothèse de décors pour Lunéville, projet pour le cabinet d’angle des appartements ducaux de Lunéville, soit vers 1715 ou 1719. dessin au crayon graphite sur papier vergé, M-PI-AL-00002-048

Vers 1715, Boffrand mobilise ses talents de bâtisseur et de décorateur pour le chantier de l’hôtel de Marc de Beauvau-Craon sur la place de la Carrière à Nancy. Dans son étude sur l’architecte11, Morey avait mentionné la conservation de ces dessins pour la somptueuse demeure des favoris du duc. Il n’en avait copié qu’un seul, celui décrivant le mur de la cheminée du cabinet [M-PI-AL-00002-074]. La trentaine de feuilles originales autorise désormais le chercheur à parcourir tout le grand appartement ouvert sur la place ainsi que les lieux de retraite réservés aux commanditaires. Ces décors d’encre et de papier peuvent être rapprochés des éléments toujours en place dans les anciennes pièces de réception, comme les frises sur le thème des saisons ou des amours musiciens, ou encore le couronnement d’une cheminée « en arbalète » avec son trophée d’amour qui décline plus directement le dessin de Boffrand [M-PI-AL-00002-051]. Comme pour La Malgrange, l’étude de l’ensemble restitue la distribution originelle de l’étage noble, différente de celle visible sur les planches du Livre d’Architecture publié par Boffrand en 1745.

Boffrand (Germain), Hôtel de Craon, grande chambre côté de la cheminée, 1715, dessin au crayon graphite, encre noire et brune à la plume et annotations à la sanguine sur papier vergé, M-PI-AL-00002-051

Le recueil contient plusieurs dessins pour différents chantiers nancéiens, en particulier pour l’achèvement de la primatiale, actuelle cathédrale. Un autre projet retient l’attention. Il s’agit d’un plan du rez-de-chaussée du palais ducal tel que le duc Léopold souhaite le moderniser à partir de 1717 [M-PI-AL-00002-191]. Son architecte a conçu un édifice imposant dont les bâtiments forment un rectangle autour d’une cour centrale. Le tout vient empiéter à l’est sur l’ancien palais, en partie abattu, notamment pour établir le nouveau logis ducal à l’extrémité nord de la place de la Carrière. Les travaux sont menés à un rythme soutenu jusqu’en 1719, lorsque l’incendie du château de Lunéville contraint le duc à davantage d’économies. Boffrand doit alors reprendre son projet. L’analyse des comptes nous a révélé la suppression de l’aile orientale, longeant le bastion des Dames12. C’est précisément ce moment du chantier qu’illustre le nouveau plan, qui montre une simple terrasse bordée d’une grille en place du bâtiment jugé désormais superflu. Le dessin témoigne ainsi par l’image du déclin des ambitions du duc de Lorraine pour son palais, finalement abandonné au profit de Lunéville au début des années 1720.

Agence de Germain Boffrand, Plan du rez de chaussée du palais de Nancy, , 1719, dessin au crayon graphite et encre sur papier vergé, M-PI-AL-00002-191

De nouvelles pistes de recherches

Le retour aux dessins originaux permet en outre de réinterroger certains projets. C’est le cas pour une coupe sur deux niveaux montrant le vestibule d’un escalier et un salon de réception à l’étage [M-PI-AL-00002-176]. Les ouvertures en plein cintre reliées par des écoinçons chantournés avaient conduit les historiens à voir dans cette composition attribuée à Boffrand l’une des sources pour le salon ovale de la princesse de Soubise, chef-d’œuvre de la rocaille parisienne du milieu des années 1730. Sur la base du calque de Morey, Bruno Pons a publié ce dessin comme « un projet pour le grand cabinet de La Malgrange », le proposant comme un jalon majeur dans l’évolution des arts du décor. L’examen de l’original nous incite à infirmer cette hypothèse. Les deux pièces associées à un escalier ne correspondent en rien aux différents plans de La Malgrange. En revanche, elles s’inscrivent jusque dans la disposition des accès dans ceux fournis peu après 1754 par Jean-Nicolas Jadot pour le château de Mariemont, demeure de plaisance du prince Charles-Alexandre de Lorraine, dernier fils de Léopold alors gouverneur des Pays-Bas autrichiens13. Si l’architecte lorrain devait finalement s’orienter vers le néoclassicisme précoce pour les projets suivants, il aurait rendu hommage à Boffrand dans une première proposition qui ne ferait que décliner les courbes du célèbre décor parisien diffusé par le Livre d’Architecture.

Attribué à Jean-Nicolas Jadot, Premier projet pour le salon central et l’escalier du château de Mariemont en Belgique, vers 1754-1760, dessin au crayon graphite, encre et lavis d’encre sur papier vergé, M-PI-AL-00002-176

Aux noms de Boffrand et sans doute de Jadot s’ajoute celui de plusieurs sculpteurs. Une étude reste à mener sur les projets de tombeaux destinés à la dépouille de Charles V (1643-1690), père de Léopold, où les initiales de Nicolas Renard (1654-17..) et celles de Barthélemy Mesny se superposent parfois. Le volume conserve une belle composition à la sanguine pour le tympan du fronton de l’hôtel de la Monnaie [M-PI-AL-00002-187]. Sous les armes de Lorraine flanquées d’alérions, une inscription dit l’hostilité qui oppose l’auteur du dessin à Rémy-François Chassel. L’écriture heurtée pourrait être celle de Jean Vallier, l’un des principaux artistes actifs sur les chantiers ducaux. Les tensions peuvent y être vives, ce que confirme de façon encore plus spectaculaire une feuille dessinée à l’encre. Devant le château de La Malgrange, on voit un sculpteur à l’air farouche qui achève son ouvrage sur un groupe allégorique figurant le Temps qui dévoile la Vérité [M-PI-AL-00002-134]. Rien n’atteste de pareille commande dans les comptes. Entre mensonge et ressentiment, le sujet même de cette charge vengeresse laisse entrevoir le contexte humain des travaux voulus par Léopold.

Anonyme, La Vérité dévoilée par le Temps, vers 1715-1720, dessin au crayon graphite, encre, lavis d’encre, gouache blanche et fusain sur papier vergé, M-PI-AL-00002-134

Le recueil contient une dernière énigme, qui nous mène sur les traces d’un projet méconnu de ce prince bâtisseur, sans doute lié à l’histoire galante de sa cour. Morey avait reproduit l’élévation d’un édifice avec l’inscription le désignant comme un projet pour l’abbatiale d’Autrey. Mais l’examen de l’original prouve que l’annotation est apocryphe, peut-être de la main de Demange ou de Piroux [M-PI-AL-00002-193]. La localisation elle-même interroge car rien ne semble relier l’abbaye vosgienne aux velléités de construction du pouvoir. Avec la croix de Lorraine qui surmonte le lanternon et les esquisses de doubles L et de fleurs de lis sur l’entablement, la façade paraît bien porter la marque des commandes de Léopold et de son épouse Élisabeth-Charlotte d’Orléans. Quant à la qualité de la composition, elle plaide en faveur d’une attribution à Boffrand. Pourrait-il s’agir d’un projet pour l’hôtel de ville de Nancy, comme l’indique une mention rayée dans la table des matières ? L’édifice n’a pas la monumentalité attendue pour un bâtiment public. La présence au verso de l’inscription « pour Autray » pourrait ouvrir la voie à une autre hypothèse. Depuis le XVIIe siècle le domaine ducal intègre au sud de Nancy la terre et le château d’Autrey-sur-Madon. Le duc y missionne en 1702 son jardinier Yves des Hours pour en lever le plan14, avant qu’un incendie frappe le logis en 171115. Léopold aurait-il alors confié à Boffrand l’idée d’une reconstruction ? Ce choix serait justifié par la proximité d’Haroué, chef-lieu d’un marquisat pour lequel le duc a justement engagé en 1711 une procédure destinée à y établir son ami Marc de Beauvau-Craon, et peut-être plus encore l’épouse de ce dernier, favorite en titre. Le dessin garderait alors le souvenir du rêve fugace d’un duc de Lorraine éperdument amoureux, désireux de se faire bâtir une nouvelle maison de campagne à quelques kilomètres seulement du séjour de la maîtresse de son cœur.

  1. Cette mention de l’achat du recueil par Piroux figure également dans l’article de Georges Hottenger publié en 1928 dans la revue Le Pays Lorrain (p. 197-198) : «Piroux achète 13 volumes de la veuve Demange architecte» et dans la revue Nancy-artiste du …. 1885 : «L’architecte Demange avait réuni un recueil de plans et dessins des architectes Antoine, Baligand, Goupil, Héré, du peintre provençal, qui avait décoré lui-même sa maison de campagne du Charmois, près Vandoeuvre, des sculpteurs Chassel, Dieudonné, Le Menuet, Mesny et N. Renard. À la mort de Demange en 1781, ce recueil passa à l’architecte Piroux, père du fondateur de l’établissement des sourds et muets. » []
  2. il s’agit du dessin de la façade du pavillon de la cascade de Lunéville, M-PI-AL-00001-064 []
  3. « Notice sur la vie et les œuvres de Germain Boffrand », dans Mémoires de l’Académie de Stanislas 1865, Nancy, 1866, p.203-282 []
  4. Morey (P.), ((« Notice sur la vie et les œuvres de Germain Boffrand », dans Mémoires de l’Académie de Stanislas 1865, Nancy, 1866, p.213-214 []
  5. seulement la moitié des dessins du recueil a été copiée. Les titres et certains éléments d’identification n’ont parfois pas été repris sur les calques ou sont parfois erronés. []
  6. INHA, Fonds René Jean, lettre 605 []
  7. Je souhaite remercier Yann Vaxelaire, architecte au service de la ville de Nancy pour le secteur sauvegardé, doctorant sur l’histoire de la ville de Nancy, Raphaël Tassin, docteur en histoire de l’art, auteur d’une thèse intitulée “Giovan Betto (1642-1722) et les architectes italiens en Lorraine (fin XVIIe-début XVIIIe siècle)” et Pierre-Hippolyte Pénet, conservateur au palais des ducs de Lorraine-Musée Lorrain, pour l’aide scientifique à l’identification et à la datation de certains dessins []
  8. Cf. notre thèse en cours, Les résidences ducales de Lorraine sous les règnes de Léopold et François III (1698-1737). Architecture, arts et usages de cour, préparée à l’université de Lorraine sous la direction du professeur Pierre Sesmat. []
  9. Bruno Pons, « Germain Boffrand et le décor intérieur », dans Michel Gallet, Jörg Garms (dir.), Germain Boffrand 1667-1754. L’aventure d’un architecte indépendant, Paris, Herscher/Délégation à l’Action Culturelle de la Ville de Paris, 1986, p. 187-252. []
  10. Thierry Franz, « Les appartements ducaux au château de Lunéville sous Léopold et François III (1698-1737) », Annales de l’Est, 2011, n°1, p. 223-252. []
  11. Mathieu-Prosper Morey, « Notice sur la vie et les œuvres de Germain Boffrand, premier architecte de Léopold duc de Lorraine et de Bar », Mémoires de l’Académie de Stanislas, 1866, p. 203-282. []
  12. Thierry Franz, « Le palais ducal de Nancy dans la première moitié du XVIIIe siècle. Architecture et vie de cour », Le Pays lorrain, 2017, n°3, p. 199-214. []
  13. Paris, Bibliothèque de l’INHA, Recueil Jadot, fol. 107 et 109. []
  14. Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, B 1556. []
  15. Jacques Choux (dir.), Dictionnaire des châteaux de France. Lorraine, Paris, Berger-Levrault, 1978, p. 33. []

Kraft, emprunter autrement en temps de Covid (et après…)

La pandémie du Covid-19 a contraint les bibliothèques, comme beaucoup de commerces et de services, à revoir leur fonctionnement pour garantir une offre minimale à leur public, dans un contexte de restrictions sanitaires. Presque toutes ont développé le click&collect au moment du premier déconfinement fin mai 2020. Les Bibliothèques de Nancy n’ont pas échappé à ce mouvement, et y ont même vu l’opportunité de rebondir sur les nouvelles habitudes prises par les Français et d’imaginer des services d’emprunt distants.

Confinement / déconfinement (mars-juin 2020) : où l’on conçoit et démarre Kraft

Samedi 14 mars 2020, 20h. Le Premier Ministre annonce le confinement et la fermeture le soir même des établissements recevant du public. Les Bibliothèques de Nancy ferment donc sans préavis et suspendent tous leurs services pendant de longues semaines.
Les équipes sont en télétravail, et profitent de cette période pour mettre au point plusieurs scénarios de service au public en prévision du déconfinement. Le click&collect1 en est un, dans l’hypothèse d’un protocole sanitaire où les bibliothèques ne seraient pas autorisées à rouvrir tout de suite leurs portes mais où le personnel pourrait retravailler in situ.
Or, dès 2019, bien avant la crise sanitaire, l’équipe avait commencé à réfléchir à une offre d’emprunts distants, basée sur des commandes de documents à retirer ailleurs que dans les bibliothèques. L’idée envisagée alors était de créer des partenariats avec des commerçants et de disséminer des casiers dans des points stratégiques de la ville.
C’est avec cette perspective en tête que les équipes conçoivent le click&collect, pour répondre aux contraintes sanitaires, bien sûr et avant tout, mais aussi à titre d’expérimentation d’un service futur.

Visuel de communication du service Kraft, réalisé par Fabien Veançon.

Le click&collect à la mode Covid n’est donc pas à Nancy le pis-aller que nombre de bibliothèques y ont vu et c’est pourquoi il est « packagé » dès sa conception pour le rendre attractif, via un nom, un visuel et un site internet :

  • Il est baptisé Kraft, un nom métonymique et facilement déclinable (emprunter un kraft, Krafts surprise, comptoir Kraft etc…)
  • Un visuel assorti d’un logo est commandé au graphiste attitré des Bibliothèques, Fabien Veançon.
  • Un site internet est réalisé en interne, assez souple pour s’adapter aux organisations de service qui vont se succéder au gré des confinements et autres couvre-feux : http://kraftnancy.fr/

Sur cette base, des supports de communication sont créés (vidéo FB, panneau d’affichage…), dans une stratégie de promotion conjointe avec le service patrimonial SARA , porté dans le même contexte que Kraft par la Bibliothèque Stanislas, et le site Limédia Mosaïque.

Le nom et le visuel sont également déclinés sur des supports fonctionnels. Une tonnelle aux couleurs de Kraft est installée à la Manufacture au droit de la porte tambour pour signaler l’accès au service. Les étiquettes apposées par les bibliothécaires sur les sacs sont formatées et soignées, et déclinées avec des codes couleurs pour les différents établissements.

La tonnelle  où les usagers viennent retirer leur commande de sac Kraft

La création d’une identité globale percutante a permis une information rapide puis une appropriation du service par le public. Lorsqu’au déconfinement, la préconisation est de ne pas rouvrir les bibliothèques françaises, Nancy est prête en termes d’organisation et de communication, et lance le 3 juin son service de click&collect2.

Kraft permet alors aux usagers de réserver à l’avance jusqu’à 6 documents, via le catalogue du réseau Co-libris, paramétré pour permettre la réservation des documents en rayon. Les commandes sont préparées et mises en sac par les bibliothécaires, pour un retrait, confirmé par mail, à J+2 en moyenne. Ce type de commande est appelé « Kraft à la carte ». Il est également proposé aux usagers d’emprunter des « Krafts surprise » avec des documents sélectionnés par les bibliothécaires et suivant des catégories : genres, classes d’âge…

Les Krafts surprise connaissent un vrai succès !


Pour le retrait des krafts, la Médiathèque Manufacture ouvre un comptoir dans le sas de son entrée, peuvent y être retirés ses propres documents et ceux de la Bibliothèque Stanislas, acheminés par navette. La Médiathèque Haut-du-Lièvre ouvre également un comptoir pour son public et ses documents. 250 commandes hebdomadaires en moyenne sont passées au cours du mois de juin.

Préparation des sacs Kraft à distribuer aux usagers

Dans la cour de la Manufacture, un autre accès au bâtiment est aménagé pour recevoir les retours déposés par les usagers, évitant ainsi le croisement des flux de publics. Ces documents sont mis en quarantaine pendant 3 jours avant d’être retirés des cartes des usagers. 50 000 documents sont « dehors » au moment du confinement en mars, un afflux important a donc lieu en juin, pour ne pas dire une ruée, pour rendre les documents détenus depuis février ou mars, et qui avaient été prolongés globalement jusqu’au 30 juin.


Un soin particulier est apporté aux procédures internes de Kraft, pour fluidifier les circuits, et permettre aux agents de se concentrer sur ce qui est l’essence du service (et du travail d’un bibliothécaire) : la sélection de documents. La bonne information des utilisateurs est une préoccupation constante, qui passe par la multiplicité des moyens de communication : par exemple une ligne téléphonique dédiée est créée pour les usagers peu à l’aise avec l’informatique.

C’est un moment intense, dense et relativement joyeux, où les équipes se retrouvent autour d’un défi opérationnel collectif après des semaines de conception en distanciel, et où, enfin, elles renouent avec leur public.

Accalmie estivale (juillet-septembre 2020) : où l’on teste, pratique, expérimente…

Fin juin les bibliothèques françaises sont autorisées à rouvrir avec des contraintes sanitaires fortes, mais l’étau sanitaire se desserre avec la montée des températures. La plupart des établissements abandonnent le click&collect, mais pas Nancy, pour les raisons déjà évoquées : continuer le service permet d’évaluer si un besoin existe hors crise sanitaire.
Mécaniquement, la réouverture des Bibliothèques fait chuter les commandes Kraft. Toutefois, bon an mal an, les usagers continuent d’utiliser le service tout au long de l’été, alors même que les chiffres de fréquentation physique peinent à reprendre un cours normal. Une vingtaine de commandes sont passées en moyenne par semaine. Un formulaire dédié sur kraftnancy.fr3 remplace le catalogue Co-libris pour effectuer les commandes : la réouverture de tous les établissements du réseau Co-libris créant en effet des conflits de paramétrage au niveau des réservations sur les documents en prêt et en rayon. De plus, le formulaire permet de proposer, via une liste déroulante, des retraits en tous points du réseau nancéien : commander un document du Haut-du-Lièvre et se le faire livrer à Stanislas, etc. La navette quotidienne entre tous les sites est désormais également chargée de véhiculer les krafts. Les usagers utilisent largement cette nouvelle possibilité qui s’ouvre à eux.
Un sondage est effectué fin août 2020, 60 utilisateurs réguliers du service y répondent.
– 91 % des usagers se déclarent satisfaits du service, 9 % moyennement satisfaits.
– Le sondage propose trois motifs d’utilisation, plusieurs réponses sont possibles : la raison sanitaire est la plus citée (40 occurrences), mais seulement 17 fois en raison unique. Les autres raisons (pour gagner du temps, pour profiter de la sélection des bibliothécaires) font de bons scores : 22 occurrences chacune.
– 65% indiquent qu’ils continueront de l’utiliser s’il est pérennisé au-delà de la crise, 18% ne l’utiliseraient plus, 20% n’ont pas d’avis. 50% sont intéressés par des points de retrait autres que les Bibliothèques et 25% déclarent explicitement qu’ils préféreraient venir retirer leurs krafts en bibliothèque.


Une nouvelle occasion d’expérimentation se présente en septembre avec le Livre sur la Place, contraint lui aussi de revoir drastiquement son fonctionnement : pas de chapiteau, et donc pas de stand pour les Bibliothèques ! Un partenariat avec les commerçants du marché central, via l’animatrice du Centre Ville, permet d’assurer une présence des Bibliothèques pendant ce temps fort de la vie culturelle nancéienne. Un stand est mis à notre disposition au marché central pendant 2 semaines et nous y installons un comptoir Kraft. Customisé par les bons soins du service Insertion de la Ville et avec le soutien de certains maraîchers, le stand a fière allure. Ce lieu de retrait est ajouté au formulaire de commande de documents et des krafts surprise sont proposés sur place. Il est également possible pour les passants de s’inscrire. Le stand, tenu par des bibliothécaires et des Ambassadeurs4 est l’occasion de faire connaître le service aux clients habituels du marché.
L’opération a permis d’inscrire 85 nouvelles personnes et 140 sacs ont été prêtés, certains usagers habituels de Kraft l’ont choisi comme point de retrait ou sont venus chercher des krafts surprise.

Le comptoir Kraft permet aux usagers de retirer leurs sacs Kraft en coeur de ville, au marché central de Nancy.

Du reconfinement au couvre-feu (octobre 2020 – janvier 2021) : où l’on imagine le futur de Kraft

En novembre, au deuxième confinement, les Bibliothèques ferment, et la Bibliothèque Stanislas ouvre à son tour un comptoir Kraft, en plus des médiathèques Manufacture et Haut-du-Lièvre. Il est toujours possible de commander et retirer indistinctement dans chacun de ces sites. Les horaires des trois comptoirs sont étudiés pour offrir quotidiennement le plus de possibilités à l’usager : le Haut-du-Lièvre est ouvert de 11h à 13h, la Manufacture de 13h à 16h, et Stanislas de 16h à 18h.

L’usage et la satisfaction exprimée par les usagers confortent notre intuition qu’il existe une vraie demande de modes d’emprunts alternatifs.
L’équipe se mobilise donc à l’automne sur un projet de développement de Kraft, en reprenant la réflexion où elle s’était arrêtée en mars 2020. La Covid est passée par là : l’idée des casiers est abandonnée au profit de solutions moins lourdes logistiquement et surtout plus… chaleureuses.


Deux dispositifs sont envisagés pour améliorer la desserte des quartiers où les bibliothèques municipales sont absentes, de manière légère (sans construction de nouveaux équipements ni recrutement supplémentaire) :

– le déploiement de points de retrait (comptoirs) Kraft chez des commerçants, dans des structures institutionnelles, associatives ou de service (centres sociaux, mairies de quartier, MJC…), pour le retrait de krafts à la carte.
Une première expérimentation est mise en place en décembre 2020 avec l’ONPA en direction des personnes âgées isolées.
– la tournée d’un véhicule baptisé « Kraft truck », chaque jour dans un quartier différent, à des endroits stratégiques et animés (parcs, places, aires de jeu…). Seront proposés à l’emprunt des krafts surprise, très appréciés en particulier des enfants et des familles. Ce sera aussi l’occasion de faire connaître les Bibliothèques aux personnes de passage.

Pour le véhicule, le choix se porte sur un triporteur vintage, l’Ape Piaggio, aménagé pour se déployer en comptoir de distribution, aux couleurs du service, et d’aspect attrayant et ludique. Le collectif nancéien La Cagette est retenu pour le projet d’aménagement.

Dessin préparatoire du projet “Kraft truck”
Dessin préparatoire du projet “Kraft truck”

En janvier 2021 le projet est proposé aux élus culture et aux élus de territoire de Nancy. Ils le valident et apportent leur éclairage sur le choix des emplacements de desserte du Kraft truck et de comptoirs.
En offrant la possibilité à chaque habitant d’emprunter « dans son pâté de maison », ou plus précisément à moins de 10 minutes à pied de son domicile, Kraft s’adresse particulièrement
– aux publics éloignés de la lecture, qui trouveront là une alternative moins intimidante à l’institution bibliothèque ;
– aux personnes empêchées par leur âge ou leur handicap, qui pourront plus facilement se rendre ou envoyer un aidant (professionnel ou proche) au point de retrait ;
– aux actifs, qui peinent parfois à concilier travail, vie de famille et loisirs et n’ont pas toujours le temps de se déplacer jusqu’aux bibliothèques durant leurs heures d’ouverture.

 

De la contrainte naît la créativité, dit-on… Indispensable pendant toute la durée de la crise sanitaire, Kraft s’avère une piste efficace et innovante pour développer l’emprunt en circuit court. Avec une économie de moyens, il se veut un complément agile des bâtiments bibliothèques-bâtiments, et permettra une amplitude horaire diversifiée et élargie, en jouant notamment sur le lundi, jour de fermeture dans le réseau. L’usager pourra à sa guise puiser dans les différentes possibilités offertes par Kraft, en alternative ponctuelle, régulière ou permanente à l’emprunt classique sur place dans les Bibliothèques.
Le lancement est prévu en janvier 2022, on en reparle dans quelques mois sur Épitomé !


Paroles de krafteurs :

« J’ai trouvé l’idée lumineuse et vraiment extra. J’espère que cela va continuer, je souhaite vraiment emprunter les sacs surprise tellement les sélections étaient chouettes. »
« Très très satisfaite : choix pertinent et très intéressant, des découvertes que je n’aurais pas faites autrement, ni ma fille. À poursuivre SVP »
« Malgré le côté pratique des sacs krafts je préfère mille fois la déambulation dans les rayonnages…feuilleter, lire quelques lignes et l échange également avec personnels des médiathèques. Cette formule ne peut être utilisée qu’ exceptionnellement »
« Service très pratique qui n’exclut pas le choix direct à la bibliothèque »

  1. Appelé aussi « cliquez et emportez ». []
  2. Les autres bibliothèques du réseau Co-libris mettent en place progressivement des services similaires, et une communication sur le site du réseau en détaille le fonctionnement pour chacune. []
  3. framaforms.org, solution open source, est choisi pour sa robustesse, les possibilités de paramétrage (envois de mails) et son outil statistique. []
  4. Depuis janvier 2017, les Bibliothèques de Nancy ont créé les Ambassadeurs culturels, une équipe d’usagers volontaires, chargés de promouvoir les activités des bibliothèques auprès de leur entourage, et de participer aux actions de promotion du service. []