Archives de catégorie : Littérature lorraine

Le polar lorrain à travers quelques exemples

Au gré des acquisitions effectuées pour le fonds lorrain de la bibliothèque Stanislas, il ressort depuis quelques années, une tendance manifeste : la parution régulière de polars dont l’action se déroule en Lorraine. Intrigués par ce phénomène, et dans l’idée de nourrir notre site Sur les pas des écrivains en Lorraine, nous avons eu envie de connaître cet univers. Notre démarche, présentée ici, aboutit à une rapide typologie de références évocatrices d’une tendance. 

D’un point de vue national, le roman policier recueille la faveur des lecteurs de manière grandissante . Babelio a mené en 2017 une enquête représentative laissant apparaître les tendances suivantes :  93% des personnes interrogées ont affirmé lire des polars. Ils font partie de la catégorie des lecteurs assidus (lisant au moins un livre par mois) et le roman policier représente en moyenne la moitié de ce qu’ils lisent.

Sélection de polars lorrains. Collections Bibliothèque Stanislas

Polar,  ou roman noir ?

Le roman policier est un genre littéraire dont la trame est constituée par l’élucidation d’un crime. Il est en principe composé de six éléments : le crime, l’enquête, le coupable, une ou plusieurs victimes, un mode opératoire, et enfin, un mobile.

Lecture inspirante, glaçante, intrigante ?

Le roman noir lui, peut être construit selon des caractéristiques différentes, mais la nuance entre les deux genres s’avère parfois subtile. Dans ce dernier, l’ambiance est celle du crime organisé, d’un environnement mafieux, et d’un climat violent. La narration est sous-tendue par un regard tragique et pessimiste sur la société. L’histoire est la plupart du temps ancrée dans le contexte social et politique d’une époque et reflète par son évocation subjective les convictions de l’auteur en la matière.

Choix partial de quelques auteurs lorrains

Il n’est nullement dans notre intention de dresser ici une liste exhaustive des auteurs de romans policiers lorrains ou ayant ancré leur intrigue en Lorraine. Notre choix est purement subjectif et permettra d’illustrer notre propos. S’agissant de littérature régionale, les auteurs sont naturellement, dans la majorité des cas, originaires de Lorraine.

Pour les Vosges, nous retenons Nicolas Mathieu avec d’une part son roman noir Aux Animaux la guerre et d’autre part la novella Rose Royale. Originaire d’Épinal et vivant désormais à Nancy, il est devenu écrivain professionnel depuis sa consécration au prix Goncourt en 2018 pour son roman Leurs enfants après eux.  Sous le pseudonyme Éric Todenne, le vosgien Éric Damien et Teresa Todenhoefer,  allemande, ont écrit ” à quatre mains ” Un travail à finir et Terres brûlées. Pierre Pelot est le plus connu des écrivains Vosgiens. Avec environ 200 livres à son actif depuis 50 ans, il a, tout au long de sa carrière, écrit des polars.  Nous choisissons de lui pour notre deux romans noirs,  Braves Gens du purgatoire, et le récent Jardins d’Eden. En Moselle, intéressons-nous à Serge Radochévitch avec Une ville sous influence, Mortels desseins et Coupable. Et dans un tout autre autre genre, celui du roman policier historique avec là encore une auteure mosellane, arrêtons-nous sur Anne Villemin-Sicherman et ses ” Enquêtes d’Augustin Duroch, artiste vétérinaire à Metz au XVIIIe siècle “. Enfin, pour la Meurthe-et -Moselle, voyons Sylvain Sellier pour Faubourg des Trois-Maisons. En outre, Philippe Malaisé dans Entrailles, et André Faber, dans La Quiche était froide, ancrent leurs intrigues dans le Pays Haut.

Auteurs lorrain d’origine et d’inspiration

Pierre Pelot a toujours vécu de sa plume, tout en développant depuis quelques années une activité de peintre. Comme évoqué plus haut, Nicolas Mathieu est devenu écrivain professionnel depuis 2018. Les autres auteurs ont gardé en parallèle une activité professionnelle, ils sont respectivement instituteur, illustrateur de presse et graphiste, médecin, et fonctionnaire.

Le personnage récurrent de l’enquêteur

Nombre d’auteurs de romans policiers créent un personnage d’enquêteur récurrent que le lecteur va pouvoir suivre, voir évoluer d’un roman à l’autre . Par sa personnalité, ses failles ou ses faiblesses et sa manière de démêler les fils d’une intrigue complexe,  un attachement se crée entre le personnage et le lectorat. Ainsi, Simon Bielik, écrivain et journaliste, est le personnage pivot menant l’enquête autour des crimes, et des disparitions mystérieuses des polars de Serge Radochévitch.

Eric Todenne procède de la même manière avec le Lieutenant Andreani, policier attachant victime d’un système pour lequel il n’a pas le parfait profil. Ayant une fâcheuse tendance à outrepasser ses prérogatives, il a été mis au ban par sa hiérarchie.  Il évolue dans un environnement social ancré dans Nancy et  principalement composé de son acolyte, sa fille, une psychologue, et un patron de bistrot.  Les éloges de la presse ont été nombreux à la parution de ce polar. Citons en une : « Un travail à finir est une belle surprise. Mêlant portrait psychologique ciselé, enquête presque classique et personnages atypiques, le polar tient en haleine. » (L’Alsace).

Anne Villemin-Sichermann place au cœur de toutes ses intrigues l’enquêteur vétérinaire Augustin Duroch. Médecin de profession, elle est elle-même issue d’une famille de vétérinaires par delà les générations.

Du point de vue du lectorat, ce principe narratif fonctionne, les sondages révélant un attachement des lecteurs pour ces personnages.

Un langage cru, des univers interlopes, des milieux défavorisés voire mafieux, telles sont les autres constantes du roman policier que l’on retrouve bien chez nos auteurs lorrains. Parmi ceux que nous prenons ici en référence, André Faber, Nicolas Mathieu, Pierre Pelot et Sylvain Sellier sont des modèles du genre. Lorsque le patois local s’en mêle comme chez André Faber ou Pierre Pelot, cela ne fait qu’ajouter à l’atmosphère particulière.

L’ancrage dans le territoire

Outre l’attachement à un personnage récurrent, l’ancrage de l’intrigue dans le territoire joue un rôle important : reconnaître par exemple une ville ou une rue est un autre moyen d’adhérer au roman. Ainsi, André Faber, fils de mineur lorrain, situe l’intrigue de La quiche était froide dans une petite cité minière dans le Pays-Haut. Il narre dans un enchaînement rocambolesque l’enquête menée pour retrouver l’auteur de la mort accidentelle de la petite Jeanne. Le tout dans une cité minière en déclin, avec ” Le Gros “, syndicaliste, et une galerie de personnages qui ressemblent à s’y méprendre à ceux qu’il a réellement connus dans l’environnement social de sa jeunesse. Lieu d’échanges et de convivialité essentiel, le bistrot, où les informations circulent et la solidarité entre tous ressort,  est au cœur de plusieurs moments clé de l’intrigue. Aucun mépris sous sa plume, ses récits sont campés par des personnages spontanés et authentiques dans une région sinistrée aux paysages souvent hostiles. De ce contexte narratif émane le véritable attachement de l’auteur pour un lieu qu’il a vu évoluer depuis son enfance.

Fiction et réalité

De même, Pierre Pelot, originaire de Saint-Maurice-sur-Moselle,  ancre  les romans policiers qui nous intéressent ici dans un territoire vosgien qu’il connaît parfaitement. Les lieux ne sont pas toujours identifiables, mais il les décrit de telle sorte que l’atmosphère est toute trouvée.

Dans le roman noir de Nicolas Mathieu, Aux animaux la guerre, on est frappé par la précision des lieux choisis  et le réalisme teinté de pessimisme avec lequel il décrit le destin sans issue d’adolescents à la dérive. Ce dernier aspect relève certes de sa vision personnelle, et n’est pas sans rappeler un des auteurs de référence de Nicolas Mathieu en la matière : Jean-Patrick Manchette.

Lorsque les lieux sont évocateurs, l’intérêt du lecteur est grandissant. Dans Un travail à finir d’Éric Todenne, le lieutenant Andreani consomme régulièrement un café ou un repas Au Grand Sérieux à Nancy. Le patron du bistrot est tellement original, toujours prompt à déclamer des vers au lieutenant désabusé que l’on réserverait volontiers une table pour le soir tant cela semble plausible !

Pareillement, Éric Sellier, dans l’intrigue délicieusement loufoque du  Faubourg des Trois-Maisons, décrit avec perspicacité et sans ménagement les problèmes de circulation du quartier. Il nous emmène également dans des commerces que l’on peut identifier et dont les personnages existent réellement. Ce quartier de Nancy est resté authentique, et, à travers la fiction, l’auteur en témoigne.

Une mise en avant pour les lecteurs

Les parutions de nouveaux polars lorrains font l’objet, au même titre que les autres romans lorrains, d’une veille documentaire systématique. Cela nous permet d’avoir une vue d’ensemble sur les nouveautés et d’être, autant que faire se peut, exhaustive en matière d’acquisitions.

Sélection et valorisation pour les lecteurs

Ensuite, une sélection est faite. De là, nous proposons aux lecteurs les titres empruntables à domicile. Un label ” recommandé par les bibliothécaires ” matérialisé par un sticker positionné sur les livres aide l’usager à choisir. À cela s’ajoute un bref signet de commentaires.

Enfin, le site Sur les pas des écrivains à Nancy, en perpétuelle évolution, recèle bon nombre d’extraits de romans policiers ou de romans noirs tous géolocalisés.

Sur les pas des écrivains en Lorraine et à Nancy

Nancy, et plus  largement la Lorraine, sont des territoires d’inspiration pour nombre d’écrivains. Ce phénomène n’est pas récent, si l’on considère que Michel de Montaigne a fait l’éloge de plusieurs contrées de notre région dans son Journal de Voyage,  alors qu’il parcourait les villes d’eau dès 1580 pour soigner sa maladie de la pierre. Le fait que des écrivains contemporains ancrent leur intrigue sur le territoire avec souvent force détails a retenu notre attention et  nous a incité à imaginer des formes de valorisation de ce patrimoine littéraire.

Le site créé en 2015

En premier lieu, c’est un site répertoriant et géolocalisant des extraits d’œuvres littéraires qui a été créé en 2015 : La Lorraine des écrivains.

Le cahier des charges de ce premier site était le suivant :

« La Bibliothèque Stanislas réalise un site internet proposant de courts extraits de textes géolocalisés en Lorraine. L’idée est de mettre en place un site attractif permettant d’aller de point en point selon des géolocalisations. Ces extraits sont présentés en format sonore et retranscrit, avec mention systématique de  la source. Il est possible d’y accéder par la carte, ou en faisant une recherche à l’auteur, au lieu, par mot-clé. »

Ce site a été dévoilé lors de l’édition 2015 du célèbre salon de la rentrée littéraire de Nancy, le Livre sur la Place. Il est hébergé sur WordPress et a été entièrement réalisé en interne : sélection, lecture, enregistrement, géolocalisation, graphisme, publication, par une cheffe de projet, quelques lecteurs et lectrices parmi les équipes des bibliothèques, et l’aide de l’informaticien des Bibliothèques de Nancy. Tous les extraits audio sont téléchargeables.

Source : https://galeries.limedia.fr/ark:/18128/d4phg4wtnvvm54sn/
Vue générale de Bussang, Vosges. Carte postale (source galeries.limedia.fr)

La reprise du site initial

Nous avons pensé en 2018 qu’il était nécessaire de continuer les recherches et de les axer sur la littérature contemporaine, cet aspect-là étant trop peu présent dans les sélections mises en lecture. Reprendre les recherches pour trouver de nouveaux textes était sans doute aussi le moyen de donner une nouvelle dynamique au site et de rappeler son existence.

Sur les pas des écrivains en Lorraine, le nouvel intitulé, accentue la dimension de promenades littéraires à Nancy et dans le Sillon lorrain, nos partenaires messins, spinaliens et thionvillois ayant été invités à participer à l’enrichissement d’un site qui pourrait exister sous la marque Limédia1.

La reconfiguration du site pendant le confinement

La place Saint Epvre à Nancy, est un point clé des balades littéraires

Après plusieurs mois de recherches et la collecte de nombreux extraits littéraires, le confinement est apparu comme le moment opportun pour reconfigurer ce site.

Il s’agit de lui donner davantage d’ergonomie et de le rendre plus attractif pour les utilisateurs, avant de l’enrichir considérablement en termes de références littéraires.

Les enregistrements à distance

Cette démarche collective a été un moment fort de cette période particulière où nous étions coupés les uns des autres et confinés chez nous. Nous avons fait un appel aux volontaires sur notre blog interne. Très vite, plusieurs collègues se sont manifestés.  Ainsi, le nombre de contributeurs a considérablement augmenté, pour les lectures des extraits à voix haute : nous sommes passés, pour les Bibliothèques de Nancy, de trois à treize voix, et cet aspect collaboratif est particulièrement intéressant car, outre le bel élan et l’esprit d’équipe qu’il révèle, il procure à l’auditeur de la variété dans son parcours auditif.

Se posait la question de l’outil à utiliser pour enregistrer les textes depuis chez soi. Nous avons opté pour un logiciel en ligne libre de droits permettant de convertir les fichiers au format mp3 en toute simplicité : online convert. Ce confinement a donc permis l’enregistrement de 55 nouveaux extraits d’une trentaine de secondes chacun.

Les façades de l’Opéra de Nancy, place Stanislas, de nuit.

La mise en forme

Le travail de mise en page a été effectué parallèlement, l’outil mis en place étant simplement  un tableau partagé sur le serveur drive des Bibliothèques de Nancy, permettant d’une part la collecte de l’ensemble des informations par nos soins ainsi que la réception des fichiers audio et la vérification de leur conformité, et d’autre part, la mise en ligne par son concepteur technique. Une fois la mise en ligne effectuée, une vérification a été faite afin de s’assurer qu’il n’y avait pas d’erreur.

La part la plus compliquée en cette période de confinement a été celle des visuels : ceux de la version de 2015 avaient été fournis par le service photo de la ville de Nancy, mais les fichiers en haute définition ne sont pas en notre possession.

Pour cette nouvelle version, nous avons travaillé avec des photos personnelles, des photos libres de droits trouvées sur Internet (la plupart du temps par wikipedia) et avec quelques sites dont les concepteurs ont accepté de nous céder leurs droits gracieusement.

Désormais, la sélection d’extraits se fait en continu et donne lieu à des campagnes annuelles d’enregistrement et d’enrichissement. Pour ce faire, les lectrices et lecteurs de textes utilisent en majorité le matériel du service, ce qui permet une harmonisation du volume sonore, aspect sur lequel nous avons eu quelques difficultés durant le confinement.

La reprise du site n’est pas encore achevée . Les biographies des écrivains dont les œuvres sont citées restent à faire, et l’ergonomie d’ensemble est encore amenée à évoluer. Un travail d’harmonisation est également en cours pour présenter de manière identique les sélections de la première version et les actuelles.

 

La communication

De très belles vidéos réalisées en interne et diffusées sur la page Facebook des Bibliothèques de Nancy ont permis la mise en avant de ce travail.

Extrait de la vidéo de présentation et lecture d'un extrait de Léon Schwab, "Nancy"
Extrait de la vidéo de présentation et lecture d’un extrait de Léon Schwab, “Nancy”

Les réseaux sociaux étaient au cœur du quotidien de bien des Français durant le confinement et cela a été profitable pour faire connaître notre démarche.

Mettre ses pas sur les pas des écrivains… en vrai : les promenades littéraires de l’été

L’idée des promenades a germé avant même que nous connaissions le confinement. Une fois les recherches de textes effectuées, il s’agissait de faire valoir les collections du fonds lorrain, et plus particulièrement les collections littéraires contemporaines, hors les murs dans une formule originale.

La rue des écuries, extrait d’un texte de Michel Guillet , Nancy royale et familière”

Le format mis en place a été le suivant : une promenade à deux voix dans le quartier le plus littérairement riche de Nancy. Plusieurs circuits étaient envisageables mais l’intérêt consistait à démarrer de la bibliothèque. Proposer une formule à deux voix répondait à plusieurs objectifs. D’abord,  jouer la complémentarité des compétences mais aussi  rendre l’action plus dynamique pour le public : une lectrice, une guide, prises dans les équipes des bibliothèques.

Après la cour de la bibliothèque, nous allions Place Stanislas, puis Place de la Carrière, rue des Écuries, Parc de la Pépinière, Porte de la Craffe, devant le Palais Ducal, rue Pierre Gringoire , rue du Maure qui Trompe, Grand Rue, rue des Maréchaux pour finir Place Stanislas.

A l’issue de la promenade, les participants se voyaient remettre un livret comportant la bibliographie des extraits lus.

Le  tout devait tenir en une heure trente grand maximum. Cinq dates ont été programmées, en juillet et août 2020. La jauge, d’abord limitée à 10 personnes a pu être montée à 15. L’originalité de la formule et le contexte sanitaire ont valu un franc succès à ces promenades. Les réservations ont vite été complètes et deux dates ont été ajoutées en fin de saison.

Les retours étaient les suivants : propos novateur, approche de Nancy originale, complémentarité des deux intervenantes agréable. Malgré notre prétention à l’exactitude, nous avons pu ajouter quelques pointes d’humour, et parmi les douze extraits sélectionnés, certains étaient hauts en couleur.

Nous avons apprécié la diversité du public, des étudiants  venus spécifiquement pour le propos, des habitués de nos établissements, mais aussi des personnes ne fréquentant jamais les Bibliothèques de Nancy. Ces promenades ont donné lieu à plus de vingt nouvelles inscriptions.

Un bel article dans la presse a propulsé les réservations

Laurence Dupeyron et Graziella Favorito lisent un extrait de La Lisière de Patrick Grainville

Et après ?

Le site va continuer à évoluer et à être enrichi. Les promenades peuvent reprendre l’été prochain avec de nouvelles lectures, le choix en la matière est large.

Elles peuvent aussi être déclinées selon des thématiques. Un point nous semble intéressant pour l’avenir : envisager un partenariat de façon à terminer le parcours dans un endroit frais où les participants pourraient consommer une boisson. Cela permettrait de prolonger un peu l’échange et d’avoir des retours constructifs pour améliorer encore l’offre au public.

  1. Par ailleurs, un projet scientifique de l’Université de Lorraine avait employé en 2016 le même nom que notre modeste site, ce qui prêtait à confusion. []