Archives de catégorie : Médiation

Le parricide de Leyr : une websérie à partir des archives de presse

Après la mise en ligne des collections de presse numérisées sur le Kiosque Lorrain1, remplacé aujourd’hui par Limédia Kiosque, les bibliothèques réfléchissent à de nouvelles idées de valorisation de ce corpus. Il s’agit avant tout de rendre la presse ancienne attractive pour le grand public. C’est ainsi qu’est née l’idée de réaliser une websérie.

La presse ancienne en ligne sur Limédia Kiosque

En 2014, les Bibliothèques de Nancy mettent en ligne leurs collections de presse numérisées sur le Kiosque Lorrain. Ce site a vocation à offrir les archives de la presse quotidienne régionale numérisées à la recherche, mais aussi de la rendre accessible et intelligible par le grand public.

La presse ancienne, écrite dans un style différent de celle d’aujourd’hui, et très peu illustrée, est parfois difficile à appréhender. Quelle valeur ajoutée peuvent apporter les bibliothèques pour faciliter l’accès à ce contenu ?

Une de l'Est Républicain de 1898
Exemple de une d’un journal ancien : l’Est Républicain du 27 mars 1898

Nous décidons donc de réfléchir à différents modes d’accès aux collections de presse. La découverte de cette masse d’archives passe par les thèmes, mis en avant par le biais de petites expositions, qui trouvent leur illustration dans les images de la presse de l’époque ou encore par la sélection d’articles intéressants.

Nous sélectionnons des articles évoquant par exemple les faits significatifs d’une époque, (couvre-feu des Nancéiens en temps de guerre), qui traitent de problématiques du quotidien (prix du pain), des événements locaux majeurs (exposition internationale de l’Est de la France), des petites annonces, des publicités, ou encore, des affaires judiciaires ayant défrayé la chronique.

Un nouveau produit culturel

Les Bibliothèques de Nancy se sont essayées à l’invention de différents produits culturels pour promouvoir le patrimoine auprès du grand public : jeux, gifs animés, expositions virtuelles, cahiers de coloriage …

Mais cette fois, nous décidons de réaliser un outil de médiation diffusable en ligne qui témoignerait d’une réappropriation possible de ce corpus de presse.

C’est alors qu’émerge l’idée de créer une websérie, autour d’un événement relaté dans les journaux d’époque. Nous voulons la rendre attrayante, et imaginons un remake lorrain de l’émission de télévision « Faites entrer l’Accusé ».

Illustration du périodique "L'Assiette au beurre", 755 403, Bibliothèques de Nancy
Troupe de gendarmes, illustration extraite du périodique “L’Assiette au beurre”, 1901-1902, cote 755 403, Bibliothèques de Nancy

Choix du corpus

Notre choix se penche sur un fait divers « à sensation ». Un drame local qui a eu un retentissement particulier dans la presse quotidienne régionale de l’époque répondait à ces critères : le parricide de Leyr.

Cette histoire offre tous les éléments indispensables à une série à succès : un meurtre macabre, une histoire familiale sordide, une enquête pleine de rebondissements, le tout planté dans un décor typique de nos campagnes lorraines.

«1898. Leyr, un petit village de Meurthe-et-Moselle, est le théâtre d’une macabre découverte. Un paquet contenant des restes humains en morceaux, est repêché dans le lac. En l’absence de tête, l’identification de la victime est impossible… Menez l’enquête, dans une websérie en 10 épisodes ! »

Au-delà de l’enquête, c’est le traitement de l’affaire dans les journaux de l’époque qui rend cet événement singulier et intéressant à utiliser. En effet, des titres vendeurs et des articles évoquant tout à fait la presse à sensation d’aujourd’hui étaient publiés dans les principaux quotidiens d’information régionaux de l’époque, notamment dans l’Est Républicain, qui entend bien rapporter à ses lecteurs tous les rebondissements de cette affaire.

Article concernant le parricide de Leyr extrait de l’Est Républicain du 27 mars 1898

On y révèle tous les détails de l’enquête, les noms des suspects, leur adresse, mais surtout, on parle déjà de parricide, alors même qu’aucun suspect n’est encore interpellé. Les rumeurs des villageois et les réactions parfois très virulentes des témoins influencent l’enquête, ainsi que les récits des journalistes.

Représentation d'un jury, illustration extraite de "l'Assiette au Beurre"
Représentation d’un jury, illustration extraite de “l’Assiette au Beurre” 1901-1904, cote 755 403, Bibliothèques de Nancy

Un travail collectif

Une fois le sujet choisi, nous proposons le projet à nos partenaires du Sillon lorrain. Le site Limédia Kiosque ayant vocation à accueillir les collections de presse numérisées des bibliothèques de Nancy, Metz, Épinal et Thionville, nous souhaitons réaliser cette websérie tous ensemble, afin que tous puissent par la suite s’en servir comme outil de diffusion des collections, comme objet de communication et comme exemple de réappropriation possible des collections patrimoniales par le public.

Chacun se chargera d’une partie : constitution du dossier documentaire et iconographique, prise de vue, réalisation d’un prompteur, montage, fabrication des pages de crédits, sélection de musique libres de droits.

La réalisation

Réécriture

Le dossier documentaire est finalisé. Il contient notamment tous les articles de journaux ayant trait à l’affaire, mais aussi toutes les monographies qui ont été écrites autour de ce meurtre23, ainsi que les pièces juridiques en notre possession. Nous proposons de fournir la sélection documentaire à un journaliste, qui saura construire une narration passionnante autour de ces informations documentaires.

Illustration

Vue de Leyr, carte postale, Bibliothèques de Nancy
Vue de Leyr, carte postale, cote P-FG-CP-00194, Bibliothèques de Nancy

La Bibliothèque Stanislas conserve des documents iconographiques qui peuvent nous servir à illustrer le déroulé de l’intrigue. Nous manquons toutefois d’images documentaires. En revanche, les images d’illustrations ne manquent pas. Nous trouvons des images colorées et qui peuvent représenter l’ambiance de l’époque notamment dans le Bulletin de la société géographique lorraine, ainsi que dans la fameuse revue l’Assiette au beurre, dont les volumes reliés cachent des reproductions de dessins caricaturaux et colorés. Cela semble parfait pour égayer un peu le sujet et insérer une pointe d’humour. En effet, la websérie n’est pas une enquête policière, elle doit être vue au second degré, et a pour vocation de divertir avant tout.

Illustration extraite de "l'Assiette au Beurre"
Illustration extraite de “l’Assiette au Beurre” 1901-1904, cote 755 403 , Bibliothèques de Nancy

Narration

Il nous faut maintenant un narrateur ! Nous prenons contact avec Jérôme Prod’Homme, qui est journaliste pour la radio locale France Bleu Sud Lorraine. Nous le savons intéressé par l’histoire régionale, il sait plaire au public et parler face à la caméra. Il se prête volontiers au jeu !

Nous réalisons également un teaser pour lancer l’opération sur les réseaux sociaux.

Mise en ligne

Nous décidons de laisser toutes les bibliothèques partenaires publier la websérie sur leurs propres réseaux. Chacune choisit ainsi son média de prédilection : facebook, youtube, etc… Les Bibliothèques de Nancy postent la vidéo sur leur chaîne Youtube, qui héberge déjà les vidéos de différentes actions culturelles.

Teaser de la websérie, raconté par Jérôme Prod’homme.

Le premier chapitre est mis en ligne le 22 mars 2019.
Les épisodes suivants sont mis en ligne tous les mardis et les vendredis à 17h pendant 5 semaines. Accompagnée d’un résumé personnalisable par les partenaires, la publication est ensuite relayée sur les réseaux sociaux de chaque bibliothèque.

Premier bilan

À ce jour, le chapitre 1 a été vu plus de 5000 fois via notre Facebook, plus de 800 fois sur notre compte Twitter, plus de 130 fois sur notre chaîne Youtube, et relayé 80 fois . Mais surtout, nous avons réussi à créer un produit culturel à part entière, qui demeurera accessible et pourra être réutilisé plus tard.

La création de cette websérie est aussi un exemple de réappropriation possible des archives de presse. Elle nous a également servi de support à une soirée exceptionnelle, où nous avons rejoué, à la Bibliothèque Stanislas, la reconstitution du procès en assises du parricide de Leyr avec la participation du public (à découvrir prochainement sur Épitomé).

La réalisation de ce produit a été une aventure enrichissante, qui nous a permis de tester avec succès de nouveaux circuits de médiation et de valorisation des collections patrimoniales.

  1. Consulter la capture du site en 2014 sur Web.Archive.org []
  2. Mangeot, Albert, Quelques affaires retentissantes : Une tragédie au village : le parricide de Leyr, Nancy : Société d’impressions typographiques, 1928. Cote : 80 304 (27) []
  3. Volot, Frédérique, Les grandes affaires criminelles de Meurthe-et-Moselle, Sayat : De Borée, 2009. Cote : 10 674 []

Les cafés numériques

Depuis 2013, les Bibliothèques de Nancy développent de nouveaux espaces  et bibliothèques numériques. Les bibliothécaires doivent relever plusieurs défis : inventer de nouveaux services, accomplir leurs missions avec de nouveaux outils, se familiariser avec certaines technologies. Comment se former et se mettre en capacité de ces transformations ? Pour tenter d’y répondre, un outil de formation interne a été mis en place : les cafés numériques. Retour sur 4 ans d’expérimentation.

Projet  et cafés numériques : une naissance conjointe

Labellisées Bibliothèque numérique de référence avec les autres bibliothèques du Sillon Lorrain en juillet 2013, les Bibliothèques de Nancy lancent  un vaste programme de développement numérique de leurs services. Objectifs : aménager des espaces à la Bibliothèque Stanislas et à la Médiathèque Manufacture,  créer de nouveaux services, proposer des actions culturelles en lien avec les technologies, mettre en ligne des bibliothèques numériques. Un grand plan de formation est lancé pour l’ensemble des équipes. Parmi ce dispositif, une proposition émerge et est mise en oeuvre au printemps 2014 : organiser  en interne des temps d’échanges réguliers pour se former aux outils numériques à partir de cas pratiques et concrets. Les cafés numériques sont nés.

 

Un concept…

Les premiers cafés numériques sont organisés selon le format suivant  : chaque jeudi, autour d’un café (et quelques sucreries…), les agents volontaires peuvent participer à cet atelier qui dure environ 45 minutes. La séance est animée par un ou plusieurs collègues en charge des projets numériques.  Il y a un café numérique sur chaque site.  Au début les sujets évoqués concernent surtout des aspects pratiques  : régler des problèmes informatiques, brancher des matériels, utiliser des outils en ligne . Un partage de veille sur des projets innovants en bibliothèque est effectué. A la Bibliothèque Stanislas, le besoin exprimé se concentre rapidement sur des outils professionnels. Il est ainsi proposé d’acquérir une expertise sur les catalogues, les bibliothèques numériques patrimoniales, l’environnement de travail, etc.

Café Numérique spécial Zotero.

…différentes formes.

Après un an d’expérience, les formats sont affinés pour répondre aux besoins exprimés par les bibliothécaires. A la Médiathèque Manufacture, le café numérique est doublé. Dorénavant il y a un “café expresso” de 45 minutes selon les modalités précédemment décrites, et un “café allongé” d’une heure et demie, organisé une fois par mois. Ce deuxième format est animé conjointement par un-e bibliothécaire et un-e animateur-ice multimédia de l’établissement public numérique alors présent dans les locaux de la médiathèque.1 On y aborde des sujets tels que l’utilisation d’Office, les logiciels libres, la gestion des tablettes, la lecture numérique, les objets connectés… Certains cafés numériques allongés spécifiques sont aussi dédiés aux jeux vidéo. A la Bibliothèque Stanislas, le format est moins régulier mais plus ciblé : les thématiques concrètes sont proposées en avance aux collègues. Les séances y ont aussi pris la forme d’un accompagnement plus personnalisé, et plus pratique . Par exemple  il s’agit d’apprendre à personnaliser son interface de travail en choisissant  ses navigateurs, en gérant autrement ses dossiers,  en installant ses plugins. Tout cela par rapport aux besoins spécifiques des bibliothécaires spécialisés dans la médiation du patrimoine.

Café Numérique : démo de Limedia Mosaique

Bilan positif : une montée en compétences collective au rythme de chacun

Au lancement des cafés numériques, il a été choisi de ne pas procéder à une évaluation des compétences par le biais d’un référentiel ou certificat. Cela afin de pas créer de pression et conserver à ces moments leur caractère non obligatoire et conviviaux.  Après plusieurs mois puis années d’expérimentation, comment évaluer les cafés numériques ?

Tout d’abord, au nombre d’idées et projets qui en est sorti. Les cafés numériques, en proposant des moments d’échange, de convivialité et d’entraide entre collègues permettent de susciter des envies et projets grâce à la réflexion collective . Plusieurs collègues ont, à partir d’outils présentés lors du café numérique,  inventé et imaginé des services ou actions culturelles et se sont appropriés des outils qu’ils connaissaient peu. Citons par exemple l’utilisation de tablettes pour des accueils de classe, des heures du conte numérique, des animations jeunesse ; ou la mise en place d’une chasse au trésor numérique dans la médiathèque, l’alimentation d’une bibliobox, la création d’une frise numérique pour la valorisation des collections emploi-formation, l’utilisation d’outils de présentations en ligne. ..

Ensuite, à l’autonomie gagnée par chacun-e dans ses missions quotidiennes, et  sur des postes de service public  situés à présent dans des salles de lecture et de vie, repensées et intégrant des technologies.

Enfin, dans l’élargissement des équipes en charge de services et d’actions culturelles numériques. A la Bibliothèque Stanislas, plusieurs collègues animent aujourd’hui des ateliers numériques du patrimoine. A la Médiathèque Manufacture, l’équipe jeux-vidéo est une équipe élargie, qui s’est formée progressivement.

Café numérique jeux vidéos : les bibliothécaires s’initient au casque de réalité virtuelle

Les écueils à éviter et défis à relever

Au début, la principale difficulté tient à l’hétérogénéité des profils et compétences des uns et des autres. Comment aborder au café numérique des sujets qui contentent tout le monde, sans ennuyer certains ou en décourager d’autres ? Il faut trouver un subtil équilibre. En même temps, la diversité des profils permet d’échanger et de partager dans un cadre plus décontracté et moins intimidant que dans une formation séparant clairement sachant et formés.

Il y a aussi des problèmes très pratiques : pas toujours facile à la Bibliothèque Stanislas de se dégager du temps de façon régulière. Cela a nécessité une adaptation du format avec des ateliers internes plus cadrés avec une thématique choisie et des inscriptions plutôt qu’un horaire fixe où vient qui veut sur des sujets surprises.

Comment rendre compte de ces cafés numériques ? Après le compte-rendu hebdomadaire sous forme de document écrit, l’option du blog a été retenue, avec intégration du flux RSS dans l’intranet des Bibliothèques. Il  faut tenir le rythme pour  mettre à jour cette base de connaissances !

Visuel du blog Café Numérique : les différentes rubriques.

L’organisation au sein du service et du projet

Le dispositif nécessite de dégager du temps d’organisation aux 3 assistant-es de l’équipe numérique qui ont organisé ces séances. Temps de préparation des échanges, de compte-rendus. Temps de coordination aussi pour susciter l’intervention d’autres collègues afin qu’ils-elles partagent leurs compétences.  Pour les animateurs-ices c’est également un positionnement fin au sein de l’établissement : à la fois bibliothécaires formateurs et expert-es, leur mission est d’expliquer à tous que leur expertise sur la technique et les outils est aussi au service de l’expertise culturelle possédée par l’ensemble des agents, eux compris.  Ou l’art d’être reconnu-e comme expert-e numérique tout en devant inclure les autres membres de l’équipe dans une dynamique collective et non excluante autour du numérique.

L’existence des cafés numériques ne dispense pas complètement d’un accompagnement au fil de l’eau et parfois personnalisé entre collègues sur des problèmes informatiques ou questions pratiques. Ce temps d’accompagnement hors café numérique est à prendre en compte aussi.

Les cafés numériques participent à la philosophie globale du projet. Les missions des bibliothécaires ne changent pas sur le fond mais seulement la façon de les exercer et c’est aux  bibliothécaires, experts culturels, de se former aux outils pour inventer de nouvelles façons d’accomplir les missions. Tout le monde est donc concerné et moteur de ces évolutions.2

Café numérique consacré au Dépôt Légal du Web.

Et aujourd’hui, en 2018 ?

Les services numériques sont en place et il faut continuer de les faire vivre et évoluer. La logique d’organisation apprenante se poursuit et avec elle les cafés numériques. A la Médiathèque Manufacture les rendez vous “allongés” se sont espacés car ils ne sont quasiment plus nécessaires. Les cafés numériques expresso du jeudi matin  sont un rendez-vous de démonstration pratique de nouveaux outils ou dispositifs numériques. C’est un espace de communication interne sur la programmation et les services. Le jeu vidéo a été introduit de manière plus régulière pour des démonstrations et des dispositifs comme le casque de réalité virtuelle.  A la Bibliothèque Stanislas le rythme des cafés numériques s’est ralenti mais des formations internes ad hoc sont organisées sur des sujets spécifiques, par exemple sur l’écriture et la contribution web en vue de la sortie des bibliothèques numériques patrimoniales.

 

Cécile Bielli, Cindy Hopfner, Malik Diallo

  1. la Cyber-base du Grand Nancy,  fermée en mars 2016 []
  2. Voir Diallo, Malik et Haquet, Claire. « Du passé ne faisons pas table rase ». Revue de l’Enssib [en ligne], 2016, n° 4 <http://bbf.enssib.fr/revue-enssib/consulter/revue-2016-04-014>. ISSN 2268-5790. []

Lire à l’ombre : histoire d’un club de lecture en détention

Le centre pénitentiaire de Nancy-Maxéville a ouvert ses portes en 2009. Il compte plus de 800 personnes détenues dont une trentaine de femmes. Depuis 2007, d’abord à la maison d’arrêt Charles III puis au centre pénitentiaire de Maxéville, les Bibliothèques de Nancy apportent leur soutien aux personnes détenues en mal de lecture. Une convention de partenariat les unit avec le SPIP (Service Pénitentiaire d’Insertion et de Probation), l’Administration Pénitentiaire et l’Association Dédale.

 

Mettre en place les quatre 4 bibliothèques du centre a été la priorité, mais très vite, il a fallu répondre à une soif de discussion autour des livres et créer une dynamique plus vaste en mettant en place un club de lecture, lieu de rencontres et rendez-vous d’hommes et de femmes qui se retrouvent régulièrement pour parler des livres qu’ils ont lus.

Ce club de lecture d’abord trimestriel, puis mensuel est devenu hebdomadaire. Il fonctionne grâce à l’énergie d’une équipe de bénévoles passionnés de littérature et il est coordonné par des agents des Bibliothèques de Nancy.

Bientôt dix ans de discussions passionnées, de rencontres fabuleuses et souvent surprenantes.

Notre dernier projet en date est parti d’une idée folle : candidater au jury du Livre Inter !

Que le club soit sélectionné ou pas, ce courrier coécrit par les participants du club de lecture traduit l’importance de la lecture dans cette parenthèse de la vie que représente l’incarcération.

Passés par la case prison, Olivier Brunhes, Philippe Claudel, Marie Darrieussecq et al., La Découverte, 2014

” Messieurs et Mesdames du Comité de Sélection du Jury du Livre Inter,

Privés de liberté, privés de quasiment tout, nous ne sommes cependant pas privés de lire et nous en profitons au maximum.

Ecrire, c’est soumettre aux autres, courageusement, ses opinions et ses idées. Lire, c’est accepter d’être pris par la main pour un univers qui peut ne pas être le nôtre. Lire, c’est aussi, pour nous, apprendre à exprimer ce que l’on pense des livres, ce que l’on pense de l’univers qu’on nous propose et trouver des mots que chacune et chacun puisse comprendre pour en parler. Lire, enfin, c’est encore plus particulièrement pour nous, s’évader de notre quotidien, du bruit, de la misère pour une bulle dans laquelle se réfugier quelques heures ou quelques jours.

Nous sommes un groupe mixte d’une vingtaine de lectrices et lecteurs, personnes détenues au Centre Pénitentiaire de Nancy-Maxéville, bénévoles et bibliothécaires des Bibliothèques de Nancy qui nous retrouvons chaque jeudi matin pour échanger sur nos lectures, loin des clés, des barreaux et des portes fermées.

Certains n’avaient jamais lu. D’autres étaient déjà lecteurs occasionnels ou assidus. Certains dévorent des dizaines de livres par an, d’autres se contentent parfois d’un ou deux, mais c’est autour d’une même table que nous échangeons nos avis dans le but et l’espoir de donner à d’autres l’opportunité d’apprécier à leur tour ce que nous avons, ou pas, aimé lire.

Anciens responsable des ventes, chauffeur routier, vendeur, chômeur, pharmacien, étudiant, … nous fédérons la richesse atypique et disparate de nos différences autour de l’un d’entre nous qui sera autorisé par le Parquet de Nancy à faire partie de votre Jury pour formuler, d’une unique voix, l’avis de lectrices et lecteurs assidus et reconnaissants. “

Mai 2017 : focus sur la littérature espagnole et latino-américaine avec un groupe motivé d’andalous, colombiens, chiliens et autres latinos…

Bruno – 48 ans :

Ancien pharmacien, directeur régional dans l’industrie, je n’avais lu, avant ma détention, que des manuels universitaires. C’est ici que j’ai rencontré Amélie Nothomb, Eric-Emmanuel Schmitt, Pierre Lemaitre… et ces auteurs ne m’ont, depuis, plus quitté. Je garderai ces rencontres avec moi, dorénavant, où que j’aille…

Frédéric – Détenu-bibliothécaire – 45 ans :

Ancien responsable des ventes, je suis maintenant bibliothécaire au Centre de Détention du Centre Pénitentiaire et je prends plaisir, tous les jeudis matins, à rencontrer les bénévoles et autres détenus pour échanger autour de nos différentes lectures. Avant d’être incarcéré, je ne lisais que des revues sportives et de loisirs. Je me surprends maintenant à apprécier la lecture de romans, notamment ceux d’Amélie Nothomb et je compte continuer la lecture, à mon rythme, une fois dehors. Voilà ce que m’aura au moins apporté ma détention, une ouverture d’esprit littéraire.

Sofiane – 26 ans :

J’aime lire tout simplement parce que cela me permet de voyager, de m’évader de derrière ces murs. Qui plus est, lire me permet, par moments, de me remémorer des souvenirs.

D’autres nous ont confié les témoignages suivants :

« J’ai toujours aimé lire, mais mes seules lectures étaient des histoires de vie, de témoignages. Je me suis inscrit au club de lecture où j’entends parler d’autres livres ce qui me permet d’agrandir mon champ de lecture. La lecture autorise l’évasion, de se mettre dans la peau d’un personnage et de ressentir différentes émotions. Partager nos ressentis est un moment agréable et enrichissant. »

« Lire, c’est s’évader entre ces quatre murs. Participer au groupe de lecture, cela m’a permis de me remettre à tourner les pages des livres, de rencontrer des écrivains, des libraires, des éditeurs, des illustrateurs, de participer à différents jurys de prix littéraires comme le Prix France-Québec, le Prix des 68 premières fois , le Prix de Trois pattes à un canard. Grâce à tous ces gens, nous passons de bons moments. »

Un autre ajoute :

« Le plaisir de rencontrer d’autres lecteurs et de partager des livres que je n’aurais certainement jamais lus ; cette année, j’ai particulièrement aimé ceux de Jean-Christophe Rufin Le collier rouge, Globalia, Rouge Brésil, Le tour du monde du roi Zibeline, Hiver à Sokcho de Elisa Shua Dusapin, Les grandes et petites choses de Rachel Kahn et j’en oublie tant d’autres ».

Septembre 2017 : Livre sur la Place, Jean-Christophe Rufin accepte de parrainer la bibliothèque du Centre de détention.

 

Isabelle Autissier,Sophie Loubière, Laure Adler, Hélène Gestern, Memona Hintermann, Gilles Laporte, Danny Laferrière (ci-dessus en 2014), Philippe Jaenada, (ci-dessous en 2013) Nicolas Mathieu, Brigitte Giraud, Miguel Bonnefoy, Philippe Claudel (parrain de la bibliothèque des femmes), Daniel Picouly (parrain de la bibliothèque des prévenus), Anaïs Barbeau-Lavalette et Catherine Leroux (lauréates du prix littéraire France Québec), Rachel Khan, Mathis, Joël Egloff, Fabrice Humbert, Rémi Checchetto, Alain Guyard, Miguel Bonnefoy…. Ils sont nombreux à être venus rencontrer les détenu(e)s.

Philippe Jaenada

« J’ai commencé à lire petit : des bd (Astérix et Obélix) ; ensuite je me suis mis à lire des mangas (Naruto) et maintenant, je continue les mangas et quelques fois des romans fantastiques. J’ai toujours aimé lire ; j’ai moi même une petite bibliothèque chez moi. »

« La lecture me permet de redécouvrir des écritures de toutes sortes ; lire, c’est une invitation au voyage et à la découverte. On peut voir comment l’auteur fait vivre tous ses personnages et leur attribue des caractères bien différents par les attitudes et comportements. On peut aussi y découvrir les pensées intimes du narrateur. La lecture ouvre aussi aux débats avec d’autres lecteurs, l’échange et le partage de nos impressions. Je lis tout particulièrement la science fiction, les romans policiers et les œuvres historiques ainsi que le surréalisme. »

2017, première séance d’acquisitions participatives avec Marie Nardin Libraire à la Taverne du livre1.  Un principe simple : la libraire vient avec des nouveautés et les présente (rentrée et prix littéraires pour la 1ere séance, romans policiers pour la 2e). Ce sont les personnes détenues qui choisissent les livres pour leurs bibliothèques. Opération financée par l’association Dédale avec l’aide du CNL.

Février 2018, c’est au tour de Frédéric Jaffrenou de la librairie L’autre rive2 .

 

« La lecture et les ateliers d’écriture menés par Joël Egloff, Christophe Fourvel, Rémi Checchetto, Rachel Khan3, me permettent d’organiser ma pensée et d’enrichir mon vocabulaire en jouant avec les mots. »

« La lecture et les ateliers d’écriture menés par Joël Egloff, Christophe Fourvel, Rémi Checchetto, Rachel Khan, me permettent d’organiser ma pensée et d’enrichir mon vocabulaire en jouant avec les mots. »

Le poète Rémi Checchetto en 2017 intervient grâce à un nouveau partenariat avec la médiathèque départementale dans le cadre du festival Poéma.

« Dans cet espace clos, pour moi, lire c’est une véritable porte sur l’extérieur. Avant, je lisais plus de revues sportives ou des livres imposés à l’école comme les Fourberies de Scapin, Croc Blanc, Au bonheur des dames … Désormais, j’élargis ma lecture en m’intéressant à différentes lectures telles que Machiavel. »

Tous sont unanimes pour dire :

« Pour nous, faire partie du jury France Inter permettrait au grand public, aux journalistes, voire aux auteurs de voir les personnes détenues sous un autre jour. Lire nous permet d’apprendre, de nous divertir, de nous évader (la seule façon permise). Nous, membres du club de lecture avons à la fois le temps nécessaire, la motivation et le désir de faire partie du Jury du Prix du Livre Inter que l’on sait hétéroclite. Lorsque nous nous réunissons, chaque semaine, nous sommes déjà, en quelque sorte, une espèce de jury. Nous avons la chance d’être dans un centre de détention où la culture est offerte aux prisonniers sous différentes formes et nous souhaitons le mettre en valeur, le remercier pour cela. Nous aimerions vraiment montrer que nous sommes aussi, derrière nos barreaux, à même de savourer, juger avec objectivité, les romans qui feront partie de la sélection. »

PS : Nous espérons que vous aurez été touchés autant que nous par la lecture de ces déclarations d’amour à la littérature et à la lecture des personnes détenues avec lesquelles nous partageons nos coups de cœur littéraires dans des débats passionnés mais toujours respectueux et constructifs.

Remise de peine / Patrick Modiano

Les bénévoles de Dédale – Groupe de Lecture Dédale (Développement des actions de loisirs et d’éducation) a pour objet de proposer des activités socioculturelles aux personnes détenues au Centre Pénitentiaire de Nancy-Maxéville : Georges, Marie-Pierre, Laurence, Colette, Eveline et Anne / Les bibliothécaires des Bibliothèques de Nancy : Marie-Odile, Laurence, Amandine.

  1. http://www.taverne-du-livre.fr/ []
  2. http://librairielautrerive.hautetfort.com/ de présenter des livres de poésie []
  3. https://68premieresfois.wordpress.com/2017/01/19/aller-retour-par-rachel-kahn/ []