Archives de catégorie : Médiation

Une sélection dans le web lorrain : un parcours guidé dans les archives de l’internet du dépôt légal.

En 2017, en partenariat avec le service du Dépôt Légal de l’internet,  une collecte lorraine avait permis de cibler des sites web lorrains qui échappaient à la collecte systématisée du robot. Déjà, à l’époque, nous déplorions l’absence de visibilité de ce travail qui avait permis de moissonner 150 sites lorrains absents du DL web. En 2019, la conception d’un « parcours guidé » du web lorrain est actée. Elle permet, à partir de septembre 2021, de jouir d’ une visibilité sur la page d’accueil du dépôt légal du web.

D’une collecte ciblée …

Le travail de la collecte ciblée a pour objet de vérifier que le robot capture bien les sites qui ont un intérêt local pour nous. Le premier travail consiste en une sélection de sites pertinents localement dont il faudra vérifier la présence dans les archives de l’internet. En l’absence de capture, le bibliothécaire crée une fiche sur la plateforme pro BCweb, afin que le site soit bien moissonné dans la prochaine collecte. Cet ensemble de sites n’échappe donc plus à la collecte systématisée et se trouve dans l’immense réservoir documentaire du web que permet l’archivage du dépôt légal. Pour autant, ce travail réalisé demeure invisible.

… vers un parcours guidé

Terminologie utilisée sur la page d’accueil du DL web, le parcours guidé est la valorisation d’une thématique dans un plan documentaire avec des documents web. C’est bien une démarche de bibliothécaire : un thème, des documents qui sont des sites web, un plan de classement qui apporte du sensDe nombreux parcours guidés, réalisés par la BnF, comme le Web gourmand ou le Web de la Grande Guerre sont déjà en ligne . Un parcours guidé est une invitation à découvrir une thématique à travers une sélection de sites : le bibliothécaire est force de proposition, il opère des choix dans un travail de veille documentaire de sites web. Le parcours guidé réalisé est mis en avant sur le site par un onglet : le travail des BDLI1 devient donc visible.

Le web lorrain mis en avant sur la page d’accueil du DL web de la BNF.

Un travail collaboratif pour la proposition d’un plan de classement générique d’une région à l’autre

Peu de BDLI en région se sont lancées dans ce travail de sélection ciblée. Il nous a semblé intéressant de réfléchir à la conception d’un parcours guidé dont le plan permettrait à chaque région de s’emparer facilement du classement avec des items génériques s’inscrivant dans une logique de territoire. Nous avons passé en revue tous les sites sélectionnés pour la collecte ciblée afin d’élaborer un plan et des titres de parties pertinents dont les autres BDLI pourront facilement se saisir.

Le plan de classement générique a été pensé pour s’adapter aux spécificités de toutes les régions.

Un parcours guidé régional : l’expérience de la Bibliothèque Stanislas

En élaborant son parcours guidé régional, le bibliothécaire confronte ses idées aux « stocks » de sites dont il dispose dans ses repérages. L’idée d’un tel parcours n’étant pas d’aligner une succession de thématiques exhaustives, couvertes par wikipédia, mais bien au contraire d’opérer une sélection à valeur documentaire, de chercher des blogs, des sites pertinents, spécifiques et particuliers. Il mobilise donc une veille active sur le web et implique la participation de collègues pour étoffer cet ensemble.

Le bibliothécaire doit aussi se questionner sur ce qui fait territoire : qu’est ce qui fait la particularité de son territoire à la fois  du point de vue géographique, culturel, historique, culinaire, architectural, et économique … Chaque région a ses grandes manifestations sportives mais il n’y a qu’un unique Trail des tranchées et il se passe à Verdun en Lorraine, il n’y a qu’un seul Musée Georges de la Tour et il se trouve dans le département de la Moselle, les madeleines sont une spécialité culinaire lorraine…

Une spécialité culinaire locale est expliquée dans ce blog : la confiture de groseilles épépinée à la plume d’oie.

Nous n’avons pas fait l’impasse sur le ballon rond dans la rubrique Sports et évènements sportifs locaux, tant l’identité du territoire se révèle dans le derby local.

Nous avons éprouvé des difficultés à finaliser la thématique des personnages locaux illustres ; rubrique que nous avons rebaptisée « Who’s who local ». Nous ne voulions pas nous contenter de faire l’inventaire des personnes renommées en Lorraine. Notre connaissance des sites sélectionnés ultérieurement nous a permis d’en identifier plusieurs proposant des rubriques « biographies » ( site sur l’histoire de la médecine à Nancy) ou  se consacrant aux écrivains (par exemple La Lorraine des écrivains). 

Parallèlement, nous avons trouvé des sites dévolus à un personnage illustre (Albert Bergeret) ou un personnage insolite de notre territoire (Julie-Victoire Daubié). Ce panachage entre  sites thématiques, apportant énormément d’éléments biographiques, et sites consacrés à une seule personne nous a semblé être la bonne mesure, sans toutefois avoir la prétention de faire découvrir tous les personnages importants de notre territoire.

Ainsi, 152 sites dont la lecture apporte un contenu documentaire ont été retenus pour ce parcours. Une présentation de chacun d’eux  ainsi qu’une partie introductive pour chaque thème, complétés par  un propos liminaire  ont été rédigés.

Le dépôt légal du web est uniquement consultable dans la salle patrimoniale de la bibliothèque sur deux ordinateurs dédiés.

Contraintes éditoriales et techniques dans la réalisation du parcours

La réalisation de ce parcours documentaire web s’est confrontée à des contraintes dont il a fallu tenir compte en s’en accommodant ou en les contournant.

Des exigences dans l’écriture éditoriale et dans l’illustration :

La feuille de route fournie par la BnF, demande une éditorialisation importante en cascade : « À propos de ce parcours guidé », « À propos de la thématique », puis une présentation de chacun des sites sélectionnés  : nombres de caractères, phrase introductive sur le site impérative pour chaque sélection, visuel en adéquation avec l’angle de rédaction du descriptif.

Une présentation de chaque site accompagne la sélection.

Des contraintes techniques liées aux captures robotisées :

Nous disposons de deux types de capture : les captures que nous pouvons appeler « autonomes » du robot et les captures ciblées faites par le robot après notre travail de sélection dans l’outil Bcweb. La fréquence et la profondeur des captures sont deux éléments sur lesquels nous pouvons intervenir. Pour les évènements à caractère annuel comme les grandes manifestations sportives par exemple, il peut y avoir un intérêt à ce que la capture se fasse avant, pendant et après l’évènement.

Interface pro de l’outil de collecte du web

En ce qui concerne la profondeur des sites, l’expérience nous a montré que la capture des sites « Page+2clics » que nous propose Bcweb n’est pas toujours pertinente et que la profondeur « Domaine » permet une meilleure collecte. Tout au long du projet, la mauvaise qualité de la capture de certains sites nous a contraint à changer de profondeur pour avoir un meilleur rendu (choix du « Domaine » mais malgré ce choix le moissonnage n’était pas toujours complet).

Nous constatons enfin que les sites  développent de plus en plus des mises en pages dynamiques avec diaporama, visite virtuelle, audio… Une technicité avancée qui échappe à la collecte robotisée. Il nous a fallu très souvent faire le choix de sélectionner des archives plus anciennes ou de modifier notre présentation de site qui faisait la promotion d’une visite virtuelle présente sur le web mais absente de la collecte du robot.

Pour chaque sélection, il s’avère donc indispensable de vérifier la qualité et la profondeur de la collecte et d’engager une rédaction qui soit en congruence avec le lien Ark sélectionné.

Ce parcours guidé a mobilisé notre capacité de veille documentaire sur le web et  d’éditorialisation. Il est utile de circonscrire le temps de cette veille documentaire. Un parcours guidé se construit avec les sites pertinents au moment de la collecte. C’est une démarche documentaire close : il n’est pas prévu d’abonder le dossier.

Enfin ce parcours n’aurait pu aboutir sans l’aide de notre stagiaire et l’accompagnement technique et rédactionnel de la BnF.

  1. bibliothèque dépositaire du dépôt légal imprimeur []

Sur les pas des écrivains en Lorraine et à Nancy

Nancy, et plus  largement la Lorraine, sont des territoires d’inspiration pour nombre d’écrivains. Ce phénomène n’est pas récent, si l’on considère que Michel de Montaigne a fait l’éloge de plusieurs contrées de notre région dans son Journal de Voyage,  alors qu’il parcourait les villes d’eau dès 1580 pour soigner sa maladie de la pierre. Le fait que des écrivains contemporains ancrent leur intrigue sur le territoire avec souvent force détails a retenu notre attention et  nous a incité à imaginer des formes de valorisation de ce patrimoine littéraire.

Le site créé en 2015

En premier lieu, c’est un site répertoriant et géolocalisant des extraits d’œuvres littéraires qui a été créé en 2015 : La Lorraine des écrivains.

Le cahier des charges de ce premier site était le suivant :

« La Bibliothèque Stanislas réalise un site internet proposant de courts extraits de textes géolocalisés en Lorraine. L’idée est de mettre en place un site attractif permettant d’aller de point en point selon des géolocalisations. Ces extraits sont présentés en format sonore et retranscrit, avec mention systématique de  la source. Il est possible d’y accéder par la carte, ou en faisant une recherche à l’auteur, au lieu, par mot-clé. »

Ce site a été dévoilé lors de l’édition 2015 du célèbre salon de la rentrée littéraire de Nancy, le Livre sur la Place. Il est hébergé sur WordPress et a été entièrement réalisé en interne : sélection, lecture, enregistrement, géolocalisation, graphisme, publication, par une cheffe de projet, quelques lecteurs et lectrices parmi les équipes des bibliothèques, et l’aide de l’informaticien des Bibliothèques de Nancy. Tous les extraits audio sont téléchargeables.

Source : https://galeries.limedia.fr/ark:/18128/d4phg4wtnvvm54sn/
Vue générale de Bussang, Vosges. Carte postale (source galeries.limedia.fr)

La reprise du site initial

Nous avons pensé en 2018 qu’il était nécessaire de continuer les recherches et de les axer sur la littérature contemporaine, cet aspect-là étant trop peu présent dans les sélections mises en lecture. Reprendre les recherches pour trouver de nouveaux textes était sans doute aussi le moyen de donner une nouvelle dynamique au site et de rappeler son existence.

Sur les pas des écrivains en Lorraine, le nouvel intitulé, accentue la dimension de promenades littéraires à Nancy et dans le Sillon lorrain, nos partenaires messins, spinaliens et thionvillois ayant été invités à participer à l’enrichissement d’un site qui pourrait exister sous la marque Limédia1.

La reconfiguration du site pendant le confinement

La place Saint Epvre à Nancy, est un point clé des balades littéraires

Après plusieurs mois de recherches et la collecte de nombreux extraits littéraires, le confinement est apparu comme le moment opportun pour reconfigurer ce site.

Il s’agit de lui donner davantage d’ergonomie et de le rendre plus attractif pour les utilisateurs, avant de l’enrichir considérablement en termes de références littéraires.

Les enregistrements à distance

Cette démarche collective a été un moment fort de cette période particulière où nous étions coupés les uns des autres et confinés chez nous. Nous avons fait un appel aux volontaires sur notre blog interne. Très vite, plusieurs collègues se sont manifestés.  Ainsi, le nombre de contributeurs a considérablement augmenté, pour les lectures des extraits à voix haute : nous sommes passés, pour les Bibliothèques de Nancy, de trois à treize voix, et cet aspect collaboratif est particulièrement intéressant car, outre le bel élan et l’esprit d’équipe qu’il révèle, il procure à l’auditeur de la variété dans son parcours auditif.

Se posait la question de l’outil à utiliser pour enregistrer les textes depuis chez soi. Nous avons opté pour un logiciel en ligne libre de droits permettant de convertir les fichiers au format mp3 en toute simplicité : online convert. Ce confinement a donc permis l’enregistrement de 55 nouveaux extraits d’une trentaine de secondes chacun.

Les façades de l’Opéra de Nancy, place Stanislas, de nuit.

La mise en forme

Le travail de mise en page a été effectué parallèlement, l’outil mis en place étant simplement  un tableau partagé sur le serveur drive des Bibliothèques de Nancy, permettant d’une part la collecte de l’ensemble des informations par nos soins ainsi que la réception des fichiers audio et la vérification de leur conformité, et d’autre part, la mise en ligne par son concepteur technique. Une fois la mise en ligne effectuée, une vérification a été faite afin de s’assurer qu’il n’y avait pas d’erreur.

La part la plus compliquée en cette période de confinement a été celle des visuels : ceux de la version de 2015 avaient été fournis par le service photo de la ville de Nancy, mais les fichiers en haute définition ne sont pas en notre possession.

Pour cette nouvelle version, nous avons travaillé avec des photos personnelles, des photos libres de droits trouvées sur Internet (la plupart du temps par wikipedia) et avec quelques sites dont les concepteurs ont accepté de nous céder leurs droits gracieusement.

Désormais, la sélection d’extraits se fait en continu et donne lieu à des campagnes annuelles d’enregistrement et d’enrichissement. Pour ce faire, les lectrices et lecteurs de textes utilisent en majorité le matériel du service, ce qui permet une harmonisation du volume sonore, aspect sur lequel nous avons eu quelques difficultés durant le confinement.

La reprise du site n’est pas encore achevée . Les biographies des écrivains dont les œuvres sont citées restent à faire, et l’ergonomie d’ensemble est encore amenée à évoluer. Un travail d’harmonisation est également en cours pour présenter de manière identique les sélections de la première version et les actuelles.

 

La communication

De très belles vidéos réalisées en interne et diffusées sur la page Facebook des Bibliothèques de Nancy ont permis la mise en avant de ce travail.

Extrait de la vidéo de présentation et lecture d'un extrait de Léon Schwab, "Nancy"
Extrait de la vidéo de présentation et lecture d’un extrait de Léon Schwab, « Nancy »

Les réseaux sociaux étaient au cœur du quotidien de bien des Français durant le confinement et cela a été profitable pour faire connaître notre démarche.

Mettre ses pas sur les pas des écrivains… en vrai : les promenades littéraires de l’été

L’idée des promenades a germé avant même que nous connaissions le confinement. Une fois les recherches de textes effectuées, il s’agissait de faire valoir les collections du fonds lorrain, et plus particulièrement les collections littéraires contemporaines, hors les murs dans une formule originale.

La rue des écuries, extrait d’un texte de Michel Guillet , Nancy royale et familière »

Le format mis en place a été le suivant : une promenade à deux voix dans le quartier le plus littérairement riche de Nancy. Plusieurs circuits étaient envisageables mais l’intérêt consistait à démarrer de la bibliothèque. Proposer une formule à deux voix répondait à plusieurs objectifs. D’abord,  jouer la complémentarité des compétences mais aussi  rendre l’action plus dynamique pour le public : une lectrice, une guide, prises dans les équipes des bibliothèques.

Après la cour de la bibliothèque, nous allions Place Stanislas, puis Place de la Carrière, rue des Écuries, Parc de la Pépinière, Porte de la Craffe, devant le Palais Ducal, rue Pierre Gringoire , rue du Maure qui Trompe, Grand Rue, rue des Maréchaux pour finir Place Stanislas.

A l’issue de la promenade, les participants se voyaient remettre un livret comportant la bibliographie des extraits lus.

Le  tout devait tenir en une heure trente grand maximum. Cinq dates ont été programmées, en juillet et août 2020. La jauge, d’abord limitée à 10 personnes a pu être montée à 15. L’originalité de la formule et le contexte sanitaire ont valu un franc succès à ces promenades. Les réservations ont vite été complètes et deux dates ont été ajoutées en fin de saison.

Les retours étaient les suivants : propos novateur, approche de Nancy originale, complémentarité des deux intervenantes agréable. Malgré notre prétention à l’exactitude, nous avons pu ajouter quelques pointes d’humour, et parmi les douze extraits sélectionnés, certains étaient hauts en couleur.

Nous avons apprécié la diversité du public, des étudiants  venus spécifiquement pour le propos, des habitués de nos établissements, mais aussi des personnes ne fréquentant jamais les Bibliothèques de Nancy. Ces promenades ont donné lieu à plus de vingt nouvelles inscriptions.

Un bel article dans la presse a propulsé les réservations

Laurence Dupeyron et Graziella Favorito lisent un extrait de La Lisière de Patrick Grainville

Et après ?

Le site va continuer à évoluer et à être enrichi. Les promenades peuvent reprendre l’été prochain avec de nouvelles lectures, le choix en la matière est large.

Elles peuvent aussi être déclinées selon des thématiques. Un point nous semble intéressant pour l’avenir : envisager un partenariat de façon à terminer le parcours dans un endroit frais où les participants pourraient consommer une boisson. Cela permettrait de prolonger un peu l’échange et d’avoir des retours constructifs pour améliorer encore l’offre au public.

  1. Par ailleurs, un projet scientifique de l’Université de Lorraine avait employé en 2016 le même nom que notre modeste site, ce qui prêtait à confusion. []

La bibliothèque de saint Nicolas, un projet de médiation pour le périscolaire

4000 enfants, 300 animateurs, 60 mallettes pédagogiques : l’année 2020 nous a permis de concevoir une nouvelle formule de médiation de notre icône locale, saint Nicolas. Avec les mallettes pédagogiques de la bibliothèque de saint Nicolas, la bibliothèque est active dans la construction du patrimoine de notre territoire.

Notre intention : une mallette pour les enfants

Formule éprouvée mais efficace, la mallette de livres reste un outil dont nous maîtrisons bien la réalisation. La constitution de notre collection d’albums sur la thématique de Saint Nicolas  depuis bientôt 4 ans, nous permet de développer des compétences dans la sélection de documents retenus dans la mallette. Les collègues du service Jeunesse sont également associées dans ce choix, en raison de leur habitude de raconter à haute voix.

Cassant les usages, puisque le public scolaire ne vient encore que trop peu dans notre institution patrimoniale, la mallette doit entrer directement à l’école par le biais des animateurs des activités périscolaires de la ville.

La décision de réaliser des mallettes distinctes pour les classes de maternelles et les classes élémentaires est validée dès le départ de notre réflexion. Et cela est rendu possible par la diversité des titres dont nous disposons.

Mobiliser les énergies et partager l’idée de ce projet avec d’autres services municipaux

La réalisation de ces mallettes a été un moment de mobilisation collective dans notre établissement : compétences transversales dans la sélection des documents, savoir-faire dans la réalisation matérielle  de la mallette.

La ville dispose d’un service dédié aux manifestations populaires comme les fêtes de Saint Nicolas. Les années précédentes ont permis de réaliser différents supports de médiation comme un disque, des vidéos du défilé… autant de typologies de supports qui pourraient trouver place dans la mallette. Une clé USB, des CD exclusifs viennent ainsi compléter la sélection d’albums.

L’idée portée par la bibliothèque s’étoffe des propositions d’autres services et devient donc un projet qui mutualise les compétences et les énergies des acteurs de la ville.

Mallette classe élémentaire
Mallette de saint Nicolas

Auteurs lorrains, illustrateurs lorrains, maison d’édition lorraine : notre sélection reste profondément attachée au territoire

Plusieurs articles ont déjà évoqué la richesse de notre région quant à l’abondance d’auteurs et d’illustrateurs jeunesse. Et nous constatons qu’ils se sont bien appropriés cette thématique : le plasticien Philippe Morlot, l’auteure Christine Naumann-Villemenin, la maison d’édition Feuilles de Menthe. Pour compléter ce premier choix, ce sont les ouvrages à valeur ajoutée soit par l’illustration soit sur les possibilités de médiation qui ont été sélectionnés. Enfin quelques ouvrages de fiction sont riches d’une partie documentaire, les rendant pertinents pour notre choix.

La médiation par le jeu

Depuis que nous proposons des médiations vers un public scolaire, les bibliothécaires ont été force d’imagination pour créer des jeux de société à partir des collections patrimoniales . Lors de la réalisation du livre de coloriage sur la thématique de Saint Nicolas de l’année 2019, les droits cédés sur ces productions nous permettent d’utiliser les visuels pour la création de jeux : puzzles, memory notamment. L’intention reste de montrer que le patrimoine écrit et graphique garde une valeur d’usage pour son époque.

Avant la médiation scolaire, la médiation vers les animateurs de la ville

Nous ne souhaitons pas simplement déposer des mallettes dans les salles de garderie, mais bien donner aux animateurs toutes les clefs pour faire participer les enfants à la Saint Nicolas qui parcourt la ville, grâce à la lecture, à l’oralité et au jeu, et de contribuer à entretenir cet élément identitaire de notre région. Des séances de formation sont organisées pour faciliter une prise en main rapide du contenu de la mallette par le personnel périscolaire (300 agents).

Le support pédagogique accessible en ligne sur le personnage de Saint Nicolas réalisé en 2019 va être la porte d’entrée dans la thématique pour les animateurs. Il va permettre d’appréhender l’histoire de saint Nicolas par des éléments historiques factuels pour comprendre l’installation de la légende  dans l’espace géographique de notre territoire.

Médiation des animateurs du périscolaire de la ville de Nancy
Médiation des animateurs du périscolaire de la ville de Nancy

La présentation des albums en développant les diverses possibilités de médiations que peuvent induire la forme,  le texte, ou l’illustration permet aux animateurs de s’approprier rapidement les ouvrages.

Engagée par la constitution de la collection de livres jeunesses sur la thématique de Saint Nicolas, la mallette nous a semblé être un outil nomade de médiation qui s’inscrit dans notre volonté de créer des contenus patrimoniaux contemporains dans la dynamique de l’histoire de notre territoire. Elle nous permet également d’élargir nos actions de médiations vers le public scolaire éloigné de nos actions patrimoniales. Ce format de médiation autour du livre remplit la fonction ludique de la lecture ainsi que sa fonction documentaire ;  la thématique de cette mallette,  quant à elle, joue sur la notion d’identité de territoire.

Enseigner l’histoire de la gravure en Lorraine

Depuis trois ans maintenant, la Bibliothèque Stanislas accueille les étudiants en master 1 d’histoire de l’art de l’Université de Lorraine dans le cadre de leur formation sur l’histoire de la gravure en Lorraine. Durant plusieurs séances, les étudiants découvrent à travers l’examen des œuvres originales, le talent des maîtres graveurs lorrains Jacques de Bellange (1575?-1616), Jacques Callot (1592-1635) et Sébastien Leclerc (1637-1714).

L’origine du projet

La bibliothèque de Nancy accueille tout au long de l’année les chercheurs et les étudiants pour les aider dans leurs travaux. Depuis une dizaine d’années, la Bibliothèque Stanislas cherche à établir un lien plus fort avec l’Université de Lorraine et plusieurs projets de recherche ont été menés en collaboration avec les professeurs d’histoire et d’histoire de l’art de l’université de Nancy1. Chaque année, au moment de la rentrée, la Bibliothèque Stanislas propose des sujets de recherche et des stages aux étudiants en histoire de l’art afin de faire avancer la recherche sur les collections. Depuis longtemps, l’idée de proposer des cours universitaires in situ a été discutée avec les professeurs mais par manque de temps ou à cause des difficultés d’organisation, le projet n’avait jamais pu aboutir.

Les étudiants assistent au cours en bénéficiant de la projection du diaporama sur écran et de l’examen des œuvres originales conservées à la bibliothèque.

Pierre Wachenheim, maître de conférences en histoire de l’art moderne, sensible à l’art de l’estampe, a souhaité que les étudiants de l’Université de Lorraine connaissent ce médium et qu’ils connaissent le nom de ces artistes lorrains qui ont fait la renommée de la gravure française. Il a donc délocalisé plusieurs de ses séances de cours à la Bibliothèque Stanislas.

Examen d’une gravure de Bellange avec un compte-fil

Des cours à deux voix

Durant les différentes séances la présentation s’est organisée à deux voix. Le cours s’articule autour de la présentation d’estampes, avec des apartés sur la conservation, le papier, la manipulation, les particularités d’exemplaires, etc. La présentation se fait à la fois par la projection d’un diaporama mais aussi par la présentation des gravures originales. Chaque étudiant a la possibilité d’examiner l’œuvre originale, de comparer parfois deux épreuves de la même gravure et d’en mesurer les nuances d’encrages, les différents états ou de se rendre compte de la taille réelle des œuvres (la diffusion sur écran est souvent trompeuse !)

Projection de deux états différents du portrait du graveur lorrain Sébastien Leclerc.

En parallèle, les ouvrages nécessaires à l’étude d’un artiste ou du sujet sont présentés pendant le cours et restent à disposition des étudiants à la Bibliothèque Stanislas pour une lecture plus approfondie.

Des livres utiles à l’étude des graveurs lorrains sont présentés lors de chaque séance. Ici, l’étude de l’œuvre gravé de Jacques Callot peut être abordée grâce aux usuels accessibles en permanence en salle de consultation patrimoniale.

Donner le goût de l’estampe

Les étudiants en histoire de l’art ont souvent préféré l’étude des « arts majeurs » aux « arts mineurs ». La peinture, la sculpture ou l’architecture ont souvent la faveur des jeunes chercheurs et peu d’entre eux se consacrent à l’histoire de la gravure. Est-ce par désintérêt ? Est-ce par méconnaissance ? Il faut dire que l’histoire de l’estampe est peu enseignée aux étudiants et la plupart de ceux reçus lors de ces séances ont totalement découvert cet art. La première séance était donc tout naturellement consacrée aux différentes techniques de l’estampe pour la période moderne. Découverte des outils, des matrices, des papiers, des filigranes, de l’encrage, de l’édition, etc.

Outils de gravure et matrice en bois (fonds Jamar)

 

Un étudiant regarde les détails de la gravure à l’aide d’un compte fil.

Puis les séances suivantes ont permis aux étudiants de découvrir les artistes lorrains les plus célèbres : Pierre Woeiriot de Bouzey (1532-1596?), Gabriel Salmon (14..-15..), Jacques de Bellange, Jacques Callot, Israël Silvestre (1621-1691) et Sébastien Leclerc. Des œuvres majeures ont également été présentées notamment la pompe funèbre de Charles III, série de gravures illustrant les cérémonies des obsèques du duc de lorraine Charles III en 1608, gravées par Mathieu Merian (1593-1650) et Friedrich Brentel (1580?-1651).

Recueil des œuvres de Sébastien Leclerc.

Cette médiation sur l’estampe porte ses fruits puisque dès la première année, plusieurs étudiants ont manifesté leur intérêt pour ce médium. Certains ont orienté leur sujet de master sur des graveurs ou des ensembles gravés conservés dans les institutions lorraines.

  1. Par exemple, plusieurs étudiants de licence d’histoire ont participé à l’identification des personnes citées sur le site « Le Journal de Durival  » []

Un artiste en résidence au coeur des collections Art Nouveau

En 2019, une expérience inédite a été menée dans le réseau des Bibliothèques de Nancy : l’accueil d’un artiste local, auteur illustrateur, en résidence.

À l’origine

La Mairie-Médiathèque Saint-Pierre de Nancy a ouvert ses portes au public à l’automne 2019.

Il existait à l’origine la Bibliothèque Bonsecours, implantée dans l’école primaire depuis 1954. Ce serait la plus ancienne bibliothèque de quartier de Nancy. Cette bibliothèque a été remplacée par la bibliothèque de proximité en 2017 temporaire, la Médiathèque Nabécor, parce que l’école fermait. En septembre 2019, selon une politique de mutualisation de services, la Médiathèque Saint-Pierre ouvrant dans des locaux regroupant aussi la mairie de quartier et des bureaux de proximité du CCAS.

Anne Charaud, sa responsable, fait part de l’incertitude de son public :

Nos lecteurs les plus fidèles ont été plusieurs fois bousculés en peu de temps et ont dû s’adapter à ces changements. Le projet de résidence était là pour favoriser leur appropriation du lieu.

Il est apparu intéressant de choisir comme point d’accroche la villa Bergeret, fleuron de l’École de Nancy implanté dans le quartier Saint-Pierre et merveilleuse opportunité pour mettre en avant les joyaux conservés à la Bibliothèque Stanislas sur ce courant artistique et, plus largement, l’Art Nouveau.

Nous avons saisi l’occasion d’élaborer un projet interactif entre les collections patrimoniales de la Bibliothèque Stanislas et le quartier Saint-Pierre de Nancy, tout en faisant appel à un artiste pour une résidence dans les Bibliothèques de Nancy.

 

Les illustrations de départ

Le choix de l’artiste

Olivier Romac, auteur illustrateur nancéien fait partie des artistes dont nous acquérons et conservons les ouvrages depuis la création en 2017 d’un fonds spécifique lorrain de bandes dessinées et albums illustrés destinés au jeune public.

Sa connaissance de la période École de Nancy transparaît dans plusieurs de ses créations, et ce, avec une précision et une esthétique très fidèle à l’esprit du temps. En outre, il avait déjà animé des ateliers de création, activité propre à notre avis à nouer le lien entre les habitants du quartier et leur nouvelle médiathèque.

Olivier Romac à la médiathèque Saint-Pierre, première séance avec les adultes
Olivier Romac à la médiathèque Saint-Pierre, première séance avec les adultes

C’est ainsi qu’une collaboration, fructueuse de part et d’autre, a commencé en novembre 2019, pour s’achever au tout début du mois de février 2020. Un dossier de demande de subvention au dispositif État-Région « résidence d’artiste-associé » est déposé mai 2019. Sans attendre le résultat, nous travaillons sur les collections, les publics pressentis pour nos actions, et avec l’artiste.

Dans un second temps, les recherches artistiques, l’élaboration des outils des ateliers et le travail de création ont été menés par Olivier Romac afin de créer 12 séances à la fois très pédagogiques et misant sur la créativité des participants et sur la convivialité, étalées sur 12 mois, pour deux types de publics.

Quels publics, quels objectifs ?

L’enjeu était de montrer que la nouvelle médiathèque est un lieu de rencontre, où il fait bon venir, échanger, partager, créer, et rencontrer les autres, en plus de se documenter.

Nous voulions aussi rapprocher les citoyens d’un artiste vivant sur le territoire, et de leur faire prendre conscience de la richesse patrimoniale de leur quartier. Il fallait ajouter à cela l’opportunité pour l’artiste de pouvoir réaliser une oeuvre comme aboutissement de la résidence.

Les publics étaient d’une part, des adultes volontaires résidents du quartier, et d’autre part, deux classes d’école élémentaire,  l’une de l’ensemble scolaire Émile Gallé qui est contigu à la médiathèque (une porte les sépare), et l’autre de l’École du Montet située rue de Saurupt.

Reproductions de planches d'albums des collections patrimoniales de la bibliothèque Stanislas
Reproductions de planches d’albums des collections patrimoniales de la bibliothèque Stanislas

L’École de Nancy sert de repère artistique et de support pour la création des participants, calendrier pour les élèves et marque-pages pour le public adulte.

Le premier atelier a été l’occasion de faire une présentation globale de notre démarche, puis une histoire illustrée du mouvement artistique. Par la même occasion, nous avons pu faire connaissance avec chacun, établir le dialogue et insister sur la relation exceptionnelle à développer avec un artiste au fil des séances.

À partir de la seconde rencontre, le travail de création a été exclusivement encadré par Olivier Romac, les collections de la Bibliothèque Stanislas étant source d’inspiration.

Les élèves, comme les adultes, ont d’abord réalisé à l’aide de pochoirs des motifs sous forme de frises. Ces pochoirs ont été spécialement conçus par l’artiste, qui en connaissait le potentiel en matière de rendu et l’usage à l’époque de l’Art Nouveau.

Les participants ont été guidés de manière à peaufiner leur travail au fil des séances avec les bibliothécaires en soutien. Cela se passait avec beaucoup d’application, d’amusement et d’émulation.

Réalisation de pochoirs
Réalisation de pochoirs

À l’issue, Olivier Romac a effectué la mise en page et le suivi de l’impression des calendriers et des marque-pages.

L’ultime séance a consisté en l’accueil de chacun des groupes à la Bibliothèque Stanislas en guise de restitution. A cette occasion, il a été montré au public les planches originales de style Art Nouveau, les ouvrages japonais de la collection Takashima, et des reliures École de Nancy exceptionnelles de nos collections.

Outre l’ébahissement devant ces joyaux, l’excitation était au rendez-vous pour les élèves à l’idée de recevoir des mains d’Olivier les calendriers. La tristesse aussi, de dire au revoir à ce compagnon de route avec qui la complicité s’était nouée au fil des semaines.

Remise des calendriers à la Bibliothèque Stanislas
Remise des calendriers à la Bibliothèque Stanislas

Les groupes ont pu également visiter l’intérieur de la Villa Bergeret, propriété de l’Université de Lorraine, grâce à une visite commentée effectuée par nos soins. Nous  avons mis l’accent sur les corrélations entre les collections, les ateliers de pratique artistique, et les spécificités architecturales, décoratives et mobilières de la demeure.

L’artiste et sa réalisation

Enfin, une séance publique avec Olivier Romac a été programmée à la Bibliothèque Stanislas. Deux heures durant, il a été donné à chacun de comprendre comment l’artiste conçoit son oeuvre, comment un auteur illustrateur élabore un contenu, dessine, assemble, privilégie telle planche, colorise, met en page…

En exclusivité, Olivier Romac a dévoilé des planches du livre écrit et illustré durant la résidence dont la sortie est imminente. Il en a présenté l’ensemble des planches à un public impatient de pouvoir acquérir cette nouvelle réalisation qui met bien en valeur le patrimoine nancéien.

En effet, parallèlement à ces actions de médiation, Olivier Romac s’est nourri de nos collections et de recherches en divers services de la ville pour travailler à la conception d’un album illustré sur la Villa Bergeret et les artistes de l’École de Nancy. Il reconnaît avoir trouvé matière à mettre en oeuvre un ouvrage sans précédent dans son parcours. Son livre très illustré, selon une esthétique rigoureusement conformes aux principes de l’École de Nancy, est aussi très documenté historiquement.

Olivier Romac dans la salle de l'Académie
Olivier Romac dans la salle de l’Académie

Une collaboration fructueuse

Travailler en équipe s’est avéré positif et enrichissant, chacun d’entre nous apportant compétences et savoir-faire personnel. Le contact et les échanges avec Olivier Romac se sont déroulés très simplement pour aboutir à la formalisation du projet. Enfants comme adultes ont beaucoup apprécié la personnalité de l’artiste qui s’est montré à la fois pédagogue et ouvert à l’échange. Lors des visites, à la bibliothèque et à la maison Bergeret, Olivier Romac  a enrichi le propos par des informations en contrepoint.

Un public conquis

Le public s’est montré très satisfait de l’ensemble des actions. Sur l’ensemble du déroulement du projet, il n’y a eu aucun désistement (ce qui était une de nos craintes avant de commencer) et un enthousiasme grandissant était perceptible chez les participants.

En ce qui concerne le public scolaire, le personnel encadrant, le personnel accompagnant et les enfants ont trouvé l’expérience très instructive et enrichissante et ont, au gré des séances d’atelier, découvert des pratiques de création artistique. En outre, ils se sont appropriés la Mairie-Médiathèque Saint-Pierre.

La notion de lien social a pris  réalité à travers tous les échanges s’étant opérés avec l’artiste d’une part, le personnel des Bibliothèques d’autre part, mais aussi entre les participants (entraides, conseils, échanges de techniques…). Certains d’entre eux restent en contact et organisent des sorties culturelles ensemble depuis lors.

Anne Charaud conclut :

Le fait d’avoir situé ces ateliers dans cette nouvelle médiathèque a donné une vraie visibilité à l’établissement de lecture publique. Il s’agissait par ces actions culturelles de type artistiques de faire connaître le nouvel établissement aux personnes du quartier, et également d’avoir un rayonnement plus large sur Nancy.

Des jeux vidéo à la médiathèque ?

Labellisées Bibliothèque numérique de référence avec les autres bibliothèques du Sillon Lorrain en juillet 2013, les Bibliothèques de Nancy lancent  un vaste programme de développement numérique de leurs services. Objectifs : aménager des espaces à la Bibliothèque Stanislas et à la Médiathèque Manufacture,  créer de nouveaux services, proposer des actions culturelles en lien avec les technologies, accueillir de nouvelles pratiques culturelles. C’est ainsi que la création d’un espace dédié au jeu vidéo voit le jour.

Constituer et former une équipe

Rapidement un noyau dur s’est constitué autour de ce projet. Des fans de jeux vidéo, certes, mais pas que : des collègues qui n’y connaissaient rien se sont lancés dans cette aventure.
L’hétérogénéité des connaissances dans ce secteur était telle dans ce groupe qu’une première phase de formation s’imposait.

Chaque membre de ce noyau était destiné à devenir un « référent ». Pour ce faire nous avons suivi des formations en externe, ce qui nous a permis de rencontrer des collègues bibliothécaires (notamment de Paris) déjà impliqués dans ce genre de projet.
Des formations en interne étaient également organisées (café numérique) où les plus aguerris partageaient leur savoir.
La veille et le partage de sites internet venaient parfaire nos connaissances.

Jeu en démo à l’espace jeux vidéos et arcade de rétrogaming.

La conception du service et de l’espace

Nous sommes partis de ce qui existait ailleurs : certaines médiathèques ne faisaient que du prêt de jeux, d’autres que de la consultation sur place, parmi celles-ci beaucoup ouvraient leur espace de façon ponctuelle. Des établissements avaient opté pour un seul type de console, d’autres s’étaient équipés de bornes d’arcade, très peu s’étaient lancés dans l’acquisition de PC gamer. Nous voulions tout cela, mais en mieux. Avec deux idées directrices : proposer une expérience à haute valeur ajoutée  et montrer la diversité des expériences de jeux vidéo à tous les publics.

Les différents espaces se suivent, créant des ambiances différentes dans chaque box.

Nous disposions d’une mezzanine de 100 m2, à l’époque cela représentait l’un des plus grand « espace jeux-vidéo » dans une médiathèque. Mais ça nous paraissait encore insuffisant pour tout ce que ne voulions y installer. En effet, dans cet espace nous voulions mettre à disposition du public : une borne d’arcade, des box avec plusieurs générations de consoles, un siège baquet pour optimiser l’immersion dans les jeux de course, un espace debout pour utiliser la technologie « kinect » caméra de détection de mouvement, un casque de réalité virtuelle et des PC gamer. Des collections de jeux sont également disponibles.
Nous n’avons pas pu pousser les murs, mais nous avons tout de même réussi à tout faire entrer dans ces 100 m2.
Nous disposions donc d’un matériel varié et high tech pour explorer et découvrir toutes les facettes du jeu vidéo.

Course en ligne.

Le fonctionnement

Même si notre public cible était les adolescents, nous voulions un espace où chacun pourrait trouver sa place : adulte, adolescent, enfant, famille, inscrit, non inscrit…
Pour que cet espace ne soit pas identifié comme un « espace jeunesse » bis, nous avons décidé de réserver l’accès aux PC gamer aux adultes.
Pour sécuriser les manettes (sans fil), les jeux qui ne nécessitent pas de manette sont accessibles aux inscrits et non inscrits. Alors que les jeux qui nécessitent des manettes ne sont accessibles qu’aux inscrits, en effet celles-ci sont empruntées avec les cartes d’abonnement le temps du jeu.
Nous avons défini des créneaux de jeu de 50 minutes, renouvelables si le box n’est pas réservé pour le créneau suivant. Mais nous limitons à trois créneaux par jour les jours d’affluence et à trois réservations sur sept jours.

Le siège baquet est toujours apprécié pour les jeux de courses.

La programmation culturelle

Afin de faire vivre ce service et de le valoriser auprès du public, nous avons mis en place une programmation culturelle variée, destinée à répondre aux demandes des différents publics.

Même si l’espace « jeux vidéo » est un lieu en permanence animé, nous avons souhaité le ponctuer d’animations régulières :

– des expositions jouables, pour faire le lien avec nos autres supports (romans de Lovecraft, bandes dessinées…) ;

– des conférences pour briser les tabous (Le jeu vidéo est-il un objet culturel ? Le jeu vidéo, les ados et les parents …) ;

– la mise en avant de jeux indépendants, de contemplation, atypiques… ;

– des démonstrations de réalité virtuelle ;

– des tournois de jeux vidéo, qui plongent tout le premier étage de la médiathèque dans des ambiances dignes d’une finale de foot. Les Bibliothèques ont même été jusqu’à remplir l’Opéra national de Lorraine à Nancy lors d’une opération exceptionnelle,  le ciné-gaming-orchestra, qui réunit plus de 700 personnes le 26 octobre 2018.

Une sélection de jeux vidéos sont empruntables à domicile.

En conclusion

Nous avons ouvert l’espace « jeux vidéo » en janvier 2016. Les adolescents ont rapidement investi ce lieu. La fréquentation des adultes a été timide au début puis a vite progressé. Mais pour nous, la cerise sur le gâteau, c’est de voir des parents ou grands-parents jouer avec les enfants et petits enfants. Les événements remportent toujours un large succès.
Depuis l’ouverture le taux de fréquentation ne cesse d’augmenter.

Le procès du parricide de Leyr, ou comment parler de la presse ancienne

L’ouverture de Limédia kiosque a permis de re-questionner la médiation et la valorisation d’un fonds de presse ancienne.
Pour l’inauguration officielle du site, en mars 2019, nous avons proposé au public de revivre un fait divers qui a défrayé la chronique à la fin du XIXe siècle : le parricide de Leyr.

 

Le meurtre de Leyr, par son atrocité et ses multiples rebondissements, a alimenté les conversations et occupé les esprits lorrains de la fin du XIXe siècle. Il a constitué un véritable feuilleton dans la presse quotidienne locale et a marqué durablement l’histoire du village de Leyr. C’est pour ces raisons que le choix des bibliothécaires s’est porté sur ce fait divers pour une « reconstitution » spectacle originale.

Véritable travail de collaboration, la reconstitution du procès a non seulement mobilisé l’équipe de bibliothécaires mais aussi plusieurs types d’acteurs : étudiants en droit, comédiens, et spectateurs !

Les étudiants en droit, membres de l’association AJEP, jouent le rôle de la Cour : Achille premier assesseur, Hugo, président de la Cour et Yacer 2e assesseur.

La « reconstitution » de la cour d’assises par les étudiants en droit de l’université de Lorraine

C’est une association d’étudiants en droit de Nancy, l’AJEP, Association Juridique Economique et Politique, dont la vocation est d’organiser chaque année des concours de plaidoirie, qui a travaillé à la reconstitution de la cour d’assises.  L’objectif n’était pas de faire une reconstitution historique et exacte du procès, tel qu’il a eu lieu en 1898, mais d’évoquer l’ambiance des procès de l’époque en respectant, autant que possible, le fonctionnement judiciaire de la fin du XIXe siècle. Ainsi nous retrouvons pour ce procès : une cour constituée d’un président et deux assesseurs, un jury de 6 personnes (spectateurs tirés au sort), un procureur et deux avocats.
Quelques libertés ont été prises par rapport au fonctionnement judiciaire de l’époque des faits : le jury, constitué de 6 personnes (et non pas 12), avait la charge d’établir la culpabilité de l’accusé mais aussi de définir la peine, alors que cette tâche incombait alors à la cour.

Le groupe d’étudiants s’est appuyé sur un travail documentaire d’archives de presse et de témoignages réalisé par les bibliothécaires pour construire le déroulé du procès : protagonistes, témoins invités à la barre, rebondissements et réception du procès.

Chaque étudiant avait un rôle : président du jury et assesseurs, avocats de la défense, procureur. Nous le verrons plus loin, les rôles des témoins et accusés étaient tenus par des acteurs d’une compagnie de théâtre amateur. L’équipe d’étudiants avait donc écrit une bonne partie de son intervention tout en laissant une place non négligeable à l’improvisation.

Maxime, étudiant en droit et président de l’AJEP, incarne le procureur avec beaucoup de conviction.

Voici un extrait du réquisitoire du procureur :

« Monsieur le Président, messieurs les assesseurs, mesdames messieurs les jurés, nous avons essayé tout au long de ce procès de découvrir la vérité quant aux faits qui se sont produits entre la nuit du 20 février, soir du meurtre et celle du 23 février, soir où le fils Ancion se débarrasse du corps en le découpant en 6 parties puis en le jetant dans l’étang de Quercigny.

Mais comme vous avez pu le remarquer, les incohérences des témoignages , les oublis du fils Ancion, l’absence regrettable de Madame Ancion sont autant d’obstacles qui nous éloignent de la vérité vraie. Aussi il incombe au ministère public de démêler le vrai du faux, de combler les trous de cette histoire sordide et ainsi se rapprocher de cette vérité vraie. Cependant, ne rêvez pas, si nous pourrons nous en approcher, jamais nous ne l’atteindrons, emportée en partie dans la tombe de la mère Ancion et pour l’autre dans le silence du fils.

La défense essaiera de vous faire douter, elle dressera du fils Ancion un portrait bienveillant, celui d’un jeune homme au passé difficile, celui d’un jeune homme sympathique, gentil et inoffensif et pourtant tant effrayé par son père… »

Noémie et Valentin, étudiants en droit, eux aussi membres de l’association AJEP, interprètent les avocats de la défense. Les dessins de Catherine Créhange sont projetés simultanément.

Voici un extrait de la plaidoirie de la défense :

« Notre client se tient devant vous pour avoir tué son père, l’avoir découpé en morceaux, et jeté dans un étang. Il se tient devant vous pour avoir donné la mort à son père, alors que son père était sur le point d’attenter à sa vie. Il se tient devant vous, seul, pour des faits d’assassinat, alors que sa mère a contribué de manière certaine à la mort de la victime. Il se tient devant vous, pour avoir prémédité cet assassinat, alors qu’aucun élément concret ne prouve qu’il ait planifié de tuer son père.

Nous allons reprendre la chronologie pour vous démontrer que notre client n’a pas pu préméditer cet acte, et qu’il a en réalité plutôt réalisé sous l’emprise de sa mère… »

Et comment imaginer un procès sans croquis d’audience ? Nous avons invité l’illustratrice et dessinatrice de presse Catherine  Créhange  à réaliser les dessins judiciaires, projetés en direct pendant le spectacle.

Catherine Créhange en dessinatrice judiciaire pour l’occasion.

L’approche de la compagnie de théâtre d’improvisation

Comme il était impossible de reconstituer le procès de manière exacte avec les documents que nous avions à disposition, nous avons choisi un parti pris décalé, en travaillant avec la compagnie de théâtre d’improvisation nancéienne Crache-Texte. Quatre comédiens se sont donc répartis les rôles des différents protagonistes du procès : l’accusé, Charles Ancion, qui est interprété, dans toute sa réserve, par Axel Goefper. L’ensemble des témoins, trois hommes et une femme, sont interprétés par un seul comédien, François Barthelemy, introduisant un caractère comique à la situation.

Les témoins, interprétés par François Barthelemy, de la Compagnie Crache-Texte : des personnages hauts en couleurs défilent à la barre, sous le regard de Tom, étudiant en droit et membre de l’AJEP, qui joue le rôle du greffier.

Enfin, la compagnie a proposé, pour rendre la reconstitution plus théâtrale, d’incarner aussi le père assassiné et la mère suicidée (interprétés par Yann Berriet et Magalie Beck). Ces derniers ont utilisé judicieusement la disposition de la salle de lecture et se sont installés sur une galerie surplombant l’espace où se trouvait la cour et le jury. Participant de manière extérieure au procès de leur fils, ils étaient ignorés des autres protagonistes, tels deux fantômes dont seul le public pouvait suivre les remarques.

Magalie Beck et Yann Berriet  interprètent les fantômes du père assassiné et de la mère suicidée.

La compagnie de théâtre a travaillé en amont de la représentation avec le déroulé fourni par les étudiants en droit, ainsi que les documents disponibles sur l’affaire du parricide. Tous ces éléments ont servi de cadre à leur improvisation.

La participation du public

Le dernier participant à ce procès, et non le moindre, était le public. D’emblée nous avons décidé qu’il serait intéressant d’impliquer les spectateurs dans cette reconstitution. Nous leur avons dévolu 5 rôles différents, par tirage au sort, à l’entrée de la salle.

Les jurés

Au nombre de 6, ils ont passé l’ensemble de la soirée derrière la cour, sur « l’espace scénique ». Comme pour un procès réel, leur rôle était de décider du sort de l’accusé, jugeant à partir des témoignages, plaidoirie et réquisitoire. L’issue du procès aurait pu être complètement différente de celle du procès d’origine !

Le jury, composé de 6 personnes, tirés au sort dans le public.

Les gendarmes

Au nombre de 6 également, coiffés d’un képi, ils assuraient « la sécurité » de l’accusé et des témoins appelés à la barre.

Charles Ancion est interprété par Axel Goefper de la compagnie théâtrale Crache-Texte, et les deux gendarmes qui l’accompagnent ont été tirés au sort dans le public.

Les journalistes

Une dizaine de spectateurs-journalistes étaient présents au-devant de la scène, pour rendre compte du déroulement du procès, coachés par une véritable journaliste de l’Est Républicain, Lysiane Ganousse.

Dans la salle, le public participe à cette reconstitution : gendarmes, journalistes, bourgeois ou paysans, chacun son rôle.

Les villageois et les bourgeois

Les autres spectateurs, la majorité, étaient installés indifféremment dans la salle et répartis en deux catégories : villageois et bourgeois.
Les spectateurs étaient invités à s’exprimer, en fonction de leur rôle, sur le procès se déroulant sous leurs yeux. Nous avons utilisé pour cela le stratagème des chauffeurs de salle, et confiés à deux bibliothécaires des grands panneaux sur lesquels étaient inscrits des interjections : Haaaaaaa, Diantre, Quelle horreur ! , chuuut, à mort ! Bravo !

Les bibliothécaires présents et déguisés dans la salle avaient pour mission d’animer la salle.

À l’issue du réquisitoire et de la plaidoirie, le jury se retire pour délibérer. Le public a également la possibilité de donner son avis sur le dénouement du procès en direct via une application de sondage.

Les bibliothécaires ont fait vivre cette soirée en jouant leur rôle jusqu’au bout.

Bilan

Cette expérience partenariale, inédite et pleine d’humour en dépit d’un sujet difficile, a permis aux participants (acteurs et spectateurs) de mieux comprendre le déroulement d’un procès mais aussi l’influence de la presse sur l’opinion publique. Chacun a pu faire des parallèles avec des affaires récentes où le scandale médiatique le dispute à l’horreur des faits. Une forme d’éducation aux médias et à l’information en utilisant le patrimoine local.

Saint Nicolas, fonds local, patrimoine mondial ?

Lorsqu’en 2017, le fonds local s’ouvre à la littérature jeunesse, la thématique de saint Nicolas  s’impose dans cette nouvelle collection. Elle vient enrichir un fonds local déjà riche d’ouvrages sur le sujet, elle va étendre la typologie des documents, elle va rendre proactive la dynamique de veille documentaire et enrichir l’offre de médiations vers un public large.

Saint vénéré, culture populaire locale, même la classification Dewey s’en mêle !

Lorsque dans nos chantiers, nous faisons en 2013 le choix de mettre une sélection d’ouvrages du fonds lorrain en accès libre pour le prêt direct, nous ne pouvons que constater le glissement des ouvrages sur saint Nicolas du classement en religion vers le champ des fêtes populaires. Le classement des livres est souvent considéré comme le reflet des savoirs et des opinions d’une époque donnée1. Cela se vérifie parfaitement avec Saint Nicolas. Si au début du XXe siècle, le point de vue développé dans les ouvrages est celui du religieux (hagiographie, pèlerinages  …), le culte qui s’exprime maintenant lors des festivités du mois de décembre s’en affranchit  pour entrer dans le champ de l’expression populaire et trouver sa place dans la classe Dewey en 390. Le basculement s’est fait progressivement et se vérifie dans la manière dont des journalistes couvrent les événements festifs dans la presse locale dès le début du XXe siècle.

A la Une de L’Est Illustré du 9 décembre 1928, publicité pour le magasin La Samaritaine, Bibliothèques de Nancy, cote 750 089

Saint Nicolas et le fonds local

Si la Bibliothèque Stanislas se place depuis fort longtemps comme la gardienne du patrimoine écrit (et graphique dans une certaine mesure) de son territoire, elle ne s’intéresse que depuis très peu de temps à l‘édition jeunesse. Le parti-pris pour constituer cette nouvelle collection va s’attacher à notre territoire et à ses acteurs. Ainsi, nous suivons la production littéraire de quelques auteurs illustrateurs actifs sur notre territoire.

Le personnage de saint Nicolas prend toute sa place dans notre projet. Ce sujet ô combien lorrain tient la place d’honneur avec enthousiasme dans les fêtes de fin d’année et fait partie de l’histoire religieuse puis populaire de notre espace géographique. En insérant la thématique Saint Nicolas dans sa politique documentaire du fonds local, en la déclinant dans ses typologies de documents, le bibliothécaire permet à cet imaginaire collectif et populaire d’entrer dans les collections patrimoniales.

Joyeux écoliers, mensuel scolaire de novembre 1931, Saint Nicolas à la Une, Bibliothèques de Nancy, cote 769 329

Dans le champ de l’édition pour la jeunesse, nous relevons une profusion de titres sur la thématique de saint Nicolas et cela quelle que soit la typologie des documents : albums, bandes dessinées et documentaires pour enfants. Objet littéraire et objet graphique, le livre jeunesse sur la thématique du saint patron des lorrains est une littérature à très faible espérance de vie. Le travail de constitution de l’ensemble thématique se fait par des acquisitions courantes et rétrospectives dans les éditions encore accessibles à la vente.

Collection de livres de littérature jeunesse sur la thématique de Saint Nicolas de la Bibliothèque Stanislas

En ce qui concerne les ouvrages qui ne sont plus commercialisés, une veille vers des sites de livres d’occasion pourrait être mise en place. Une veille active vers des livres plus anciens avec un financement sur le budget patrimonial est envisagé. C’est l’expérience qui nous conduit : lorsque en 1907 est édité à 275 exemplaires l’ouvrage Le miracle de Saint Nicolas illustré par Paul Claudin, la bibliothèque n’en fait pas l’acquisition, ce qui en 2019 nous paraît comme une lacune de taille pour la mémoire éditoriale sur le sujet. Il se trouve par bonheur dans les collections d’une autre institution nancéienne.

Enfin, la possibilité de solliciter des dons d’ouvrages pour compléter l’ensemble thématique est proposé comme une participation des Nancéiens à la mémoire collective sur le sujet. Cette proposition vers un large public est mise en œuvre sur le site de la ville de Nancy dédié à la saint Nicolas dans la Malle à souvenirs.

Proactive pour la constitution de cette collection spécifique et singulière, et cela autant pour les albums illustrés que pour les ouvrages d’érudition, la bibliothèque porte l’ambition de créer un fonds documentaire de référence sur saint Nicolas. Ce projet s’inscrit  dans le cadre de la candidature de la ville au patrimoine mondial de l’Unesco. La fête nancéienne qui célèbre saint Nicolas est inscrite à l’inventaire français du patrimoine culturel immatériel depuis le 30 novembre 2018, cette inscription est la première étape pour la candidature à l’Unesco.

La mise en œuvre de ce projet nous engage donc dans un premier temps à un travail rétrospectif pour constituer le cœur de la collection,  il sera poursuivi les années suivantes par des acquisitions courantes pour continuer à l’alimenter.

Des pains d’épices aux images d’Épinal, impressions de saint Nicolas

De tradition, le pain d’épices, comme dans de nombreuses régions,  est à l’honneur en Lorraine. On retrouve aussi un lien entre Stanislas et le pain d’épices en la personne du pain d’épicier Nicolas Stohrer qui fait son apprentissage dans les cuisines de Stanislas lorsqu’il était encore en Alsace à Wissembourg en 1725. Devenu le pâtissier favori de Marie Leszczynska, future reine de France, il la suit à Versailles.

Il est difficile de savoir de quand datent les premières images de saint Nicolas sur les pains d’épices, en tous les cas la collecte de cet imprimé nous semble avoir sa place dans notre collection.

Si cette démarche est neuve pour la bibliothèque, les Imageries d’Épinal, bien présentes dans nos collections iconographiques, laissent une part belle à saint Nicolas.

Médiation vers les publics : exposition, accueils scolaires, après-midi familiale, médiations web

La Bibliothèque comme lieu d’exposition 

Une exposition temporaire qui s’est tenue du 20 novembre 2018 au 25 janvier 2019, met en scène notre saint patron sous le pinceau de l’artiste lorrain Jean-François Chevalier.

Le grand tableau Légende Lorraine a été présenté en salle patrimoniale. L’artiste met en scène les fêtes de la Saint Nicolas en Lorraine. En 1979, à l’occasion de la fête de la saint Nicolas, Xavier (8 ans), fils de Jean-François Chevalier, participa à une animation au poney club de Millery (Meurthe et Moselle). Cette scène, en pleine rue, a servi de modèle à cette peinture. Ce moment fut bref mais il est représentatif des scènes traditionnelles dans les villages lorrains.

En 2019, c’est l’illustratrice Fabienne Martin et son travail sur des séries de fèves sur la thématique de Saint Nicolas qui est présenté en vitrine : fèves et mais aussi tout le travail préparatoire de l’artiste pour leur moulage.

Fabienne Martin, travail préparatoire du personnage du boucher pour la série de fèves sur la thématique de Saint Nicolas (collection personnelle de l’artiste)

En plus d’enrichir temporairement les visites saint Nicolas à la bibliothèque, ces partenariats avec des artistes locaux sont de belles occasions pour parler des actions de la bibliothèque envers les graveurs et illustrateurs lorrains.

La proposition vers les scolaires

La médiation vers les publics scolaires a dû faire face à une gageure de taille pour rendre la thématique attractive pour les enseignants de l’école publique. C’est la richesse de nos collections qui nous a permis de monter un projet. À travers l’histoire de saint Nicolas, nous retraçons l’histoire du livre, le saint patron lorrain étant le prétexte de notre démonstration.  Saint Nicolas, évêque de Myre, a  vécu au IIe siècle mais c’est dans les livres et dans l’iconographie  que nous retrouvons sa trace. Du manuscrit de la Légende dorée de Jacques de Voragine du XIIIe siècle au livre de prières de Madeleine d’Azay (datant du XVe siècle, petit joyau de nos collections) en passant par les deux incunables de la Légende dorée que nous pouvons présenter ( inc. 54 et inc. 101 dans les collections de la Bibliothèque Stanislas), nous arrivons à retracer l’invention de l’imprimerie .  Dans les atlas du XVIIIe siècle nous pouvons suivre le chemin que firent les reliques du saint homme : de Myre à Bari en bateau, puis de Bari à Saint- Nicolas-de-Port avec le chevalier Arnaud de Varangéville.

Livre d’Heures de Madeleine d’Azay, Bibliothèques de Nancy, cote Ms 355,

Avec les collections iconographiques, nous abordons l’histoire des Imageries d’Épinal. Une série de numérisation permet aux scolaires d’apprendre à reconnaître le personnage et ses attributs comme dans toute démarche pédagogique de lecture d’image.

Ce parcours s’inscrit dans l’offre de médiation intergénérationnelle mis en place par la ville. Cette fête est une belle occasion pour faire se rencontrer les scolaires et les seniors des résidences : cette rencontre dans les murs de la bibliothèque autour de saint Nicolas est un moment d’échanges sur la tradition.

Un dossier pédagogique est en cours de rédaction, qui sera distribué en papier et téléchargeable en ligne avec une présentation interactive.

Une commande publique pour un livre de coloriages

Deux livres de coloriage ont déjà été réalisés à partir des images libres de droit de nos collections. Pour l’édition 2019, la démarche entreprise est un peu différente : la bibliothèque a commandé des dessins de Saint Nicolas à cinq illustrateurs lorrains qui participent déjà à la constitution du patrimoine jeunesse de la bibliothèque.  C’est à cette occasion que le plasticien nancéien Philippe Morlot nous livre sa démarche artistique pour la réalisation de son Saint Nicolas :

Pour ce coloriage de saint Nicolas, j’ai voulu conjuguer la tradition liée à cette légende et sa contemporanéité. j’ai choisi de mixer une technique de dessin vectoriel réalisé à l’aide d’un logiciel sur ordinateur et son coloriage manuel aux crayons de couleur … c’est ma vision de la saint Nicolas , fête qui dépasse toute référence à une religion particulière pour privilégier son origine légendaire.

Philippe Morlot, 2019, Saint Nicolas, Bibliothèques de Nancy

« En attendant saint Nicolas », une médiation vers un public familial au moment des fêtes populaires célébrant saint Nicolas

 « En attendant saint Nicolas » est une proposition familiale, le jour du défilé de la saint Nicolas dans les rues de Nancy. C’est aussi une manière de faire entrer le public familial dans la bibliothèque habituellement plutôt fréquentée par des étudiants et des chercheurs. Autour d’une boisson chaude et de pain d’épices, les jeunes lecteurs et leur familles peuvent partager un moment de lecture d’albums jouer à des jeux de tables ( memory, puzzle, et la nouveauté 2019 un jeu Qui est-ce ?) réalisés par les bibliothécaires. Chacun repart avec un badge artisanal aux couleurs de son saint Nicolas préféré choisi dans les collections.

Saint Nicolas à la Bibliothèque Stanislas, décembre 2018

Médiation web vers le grand public

Tous les outils de médiation numériques produits par les bibliothécaires sont activés : Limédia galeries, Limédia kiosque, Twitter, …

Comme pour tout projet porté par la bibliothèque, la presse locale est invitée à s’en emparer et à les faire connaître. Ainsi à la suite des articles parus dans la presse locale et de l’invitation portée par la ville de Nancy faite aux Nancéiens, des collectionneurs sont venus à notre rencontre. Pour l’un, une clé USB déposée avec tous les clichés des objets qui constituent sa collection ; un autre Nancéien fait don des ouvrages jeunesse qu’il a jusqu’alors collectionnés.

L’intention que nous portons dans ce projet s’inscrit dans nos missions de conservation, et participe pleinement à la construction du patrimoine local et plus précisément celui de Nancy.  Il fait partie intégrante du projet Unesco porté par la Ville de Nancy. L’orientation que nous souhaitons mettre en œuvre est celle d’un patrimoine toujours en construction et qui s’inscrit dans son époque.
L’imaginaire enthousiasmant et communicatif que les événements festifs de la Saint Nicolas suscitent, fournit l’occasion de faire se rencontrer le folklore local et les collections d’imprimés de toute sorte et ainsi favoriser les médiations vers le public le plus large.

  1. Corinne Gibello-Bernette, « A comme Alphabet, B comme Bibliothèque, C comme Clément… », Strenæ [En ligne URL : http://journals.openedition.org/strenae/97  ;  DOI : 10.4000/strenae.97 ], 1 | 2010, mis en ligne le 15 juin 2010, consulté le 15 mai 2019. []

Les journées européennes du patrimoine 2019 : un éventail de propositions

Les journées européennes du patrimoine sont une belle occasion pour inviter les auteurs illustrateurs que nous suivons dans le cadre de nos projets. L’artiste Karine Maincent nous a accompagné pour cette journée sous le signe de l’art et du divertissement, thème national pour ces 22 e journées. D’autres animations ont été mises en place  afin de  multiplier les propositions vers tous les publics.

La fresque participative réalisée avec le public et Karine Maincent lors des Journées Européennes du Patrimoine 2019

Proposition patrimoniale pour une artiste contemporaine

Comment se faire rencontrer ces deux univers ? Alors que dans le quotidien de notre établissement sont bannis colle et ciseaux, Karine invite les visiteurs du jour à découper, à déchirer, à coller pour réaliser une fresque participative.

Sur un grand support, Karine a peint les contours d’une bibliothèque et d’un bibliothécaire sous les traits de Stanislas,  Une vaste sélection de visuels choisis à partir de notre bibliothèque numérique Limédia Galeries et imprimés en format A3 et A4, est proposée au choix des participants. D’une tête ou d’une partie du corps, ils laisseront libre cours à leur imagination pour habiller ou transformer leur personnage. Il suffira ensuite de le coller sur cette grande fresque pour un rendu fort en couleurs.

Karine Maincent a dessiné les bases de la fresque.

Plus de 100 personnes, dont une cinquantaine d’enfants, se sont prises au jeu.

Le panneau réalisé va entrer dans les collections patrimoniales de la bibliothèque.

Petits et grands travaillent ensemble pour réaliser la fresque participative.

« Une Heure Avec » comme une occasion de présenter aux Nancéiens les dernières acquisitions patrimoniales

Tout au long de l’année, ce format de médiation permet aux bibliothécaires de présenter en une heure une thématique, un personnage local. A l’occasion de ces journées, ce sont les dernières acquisitions patrimoniales qui sont présentées dans le format conférence, puis exposés dans la salle patrimoniale pour les visites libres tout au long de la journée du dimanche.

Journées Européennes du patrimoine 2019
Les nouvelles acquisitions sont exposées en salle patrimoniale.

Jouons avec les collections patrimoniales 

L’objectif de nos propositions ludiques est de donner à voir le patrimoine autrement à des publics qui ne sont pas nos usagers captifs. Il nous permet aussi de parler de nos projets de façon détournée.

De multiples jeux sur table ou de jeux/questions sont proposés au public de ces journées comme une occasion de manipuler des supports déclinés à partir des collections patrimoniales : memory, puzzles.  Les nouveaux projets de la bibliothèque telle que l’intégration dans les fonds patrimoniaux  de collections de livres pour la jeunesse et de bande-dessinées sont découverts à travers des jeux en autonomie : les enfants manipulent, posent des questions et découvrent la vocation patrimoniale de notre établissement.

Journées Européennes du patrimoine 2019
Jeux sur table, coloriage et memorys à partir des documents patrimoniaux.

Des propositions attendues pour ces journées

Des accueils plus  classiques comme les visites guidées sont organisés durant tout le week-end.  Nous profitons également de la présence du public pour présenter les nouveaux sites sites Limédia qui mettent à l’honneur les collections patrimoniales des bibliothèques du Sillon Lorrain (Limédia Galeries et Limédia Kiosque).

Journées Européennes du patrimoine 2019
Journées Européennes du patrimoine 2019

Juliette Lenoir est également présente pour une séance de vente-dédicace du livre sur l’histoire du Camée de Nancy, encore une occasion de valoriser nos trésors auprès du public.

Le Camée de Nancy, monographie réalisée sous la direction de Julette Lenoir.

Pour préparer la Nuit de la Lecture 2020, nous invitons les Nancéiens à choisir le document patrimonial qui leur plaît le plus  dans une liste de visuels sélectionnés : les documents plébiscités par le public seront présentés en « vrai » lors de ce prochain rendez-vous. Tout un chacun est invité à voter.

Bilan

L’édition 2019 des Journées Européennes du Patrimoine a attiré  1200 personnes à la Bibliothèque. Le public était très varié et en cela ces journées sont une réussite.  Le bâtiment a parfois même été découvert par des Nancéiens de longue date, qui n’avaient jamais poussé les portes de nos salles. Une belle occasion de sensibiliser tous ces visiteurs au patrimoine local, et valoriser nos projets.

Le parricide de Leyr : une websérie à partir des archives de presse

Après la mise en ligne des collections de presse numérisées sur le Kiosque Lorrain1, remplacé aujourd’hui par Limédia kiosque, les bibliothèques réfléchissent à de nouvelles idées de valorisation de ce corpus. Il s’agit avant tout de rendre la presse ancienne attractive pour le grand public. C’est ainsi qu’est née l’idée de réaliser une websérie.

La presse ancienne en ligne sur Limédia kiosque

En 2014, les Bibliothèques de Nancy mettent en ligne leurs collections de presse numérisées sur le Kiosque Lorrain. Ce site a vocation à offrir les archives de la presse quotidienne régionale numérisées à la recherche, mais aussi de la rendre accessible et intelligible par le grand public.

La presse ancienne, écrite dans un style différent de celle d’aujourd’hui, et très peu illustrée, est parfois difficile à appréhender. Quelle valeur ajoutée peuvent apporter les bibliothèques pour faciliter l’accès à ce contenu ?

Une de l'Est Républicain de 1898
Exemple de une d’un journal ancien : l’Est Républicain du 27 mars 1898

Nous décidons donc de réfléchir à différents modes d’accès aux collections de presse. La découverte de cette masse d’archives passe par les thèmes, mis en avant par le biais de petites expositions, qui trouvent leur illustration dans les images de la presse de l’époque ou encore par la sélection d’articles intéressants.

Nous sélectionnons des articles évoquant par exemple les faits significatifs d’une époque, (couvre-feu des Nancéiens en temps de guerre), qui traitent de problématiques du quotidien (prix du pain), des événements locaux majeurs (exposition internationale de l’Est de la France), des petites annonces, des publicités, ou encore, des affaires judiciaires ayant défrayé la chronique.

Un nouveau produit culturel

Les Bibliothèques de Nancy se sont essayées à l’invention de différents produits culturels pour promouvoir le patrimoine auprès du grand public : jeux, gifs animés, expositions virtuelles, cahiers de coloriage …

Mais cette fois, nous décidons de réaliser un outil de médiation diffusable en ligne qui témoignerait d’une réappropriation possible de ce corpus de presse.

C’est alors qu’émerge l’idée de créer une websérie, autour d’un événement relaté dans les journaux d’époque. Nous voulons la rendre attrayante, et imaginons un remake lorrain de l’émission de télévision « Faites entrer l’Accusé ».

Illustration du périodique "L'Assiette au beurre", 755 403, Bibliothèques de Nancy
Troupe de gendarmes, illustration extraite du périodique « L’Assiette au beurre », 1901-1902, cote 755 403, Bibliothèques de Nancy

Choix du corpus

Notre choix se penche sur un fait divers « à sensation ». Un drame local qui a eu un retentissement particulier dans la presse quotidienne régionale de l’époque répondait à ces critères : le parricide de Leyr.

Cette histoire offre tous les éléments indispensables à une série à succès : un meurtre macabre, une histoire familiale sordide, une enquête pleine de rebondissements, le tout planté dans un décor typique de nos campagnes lorraines.

«1898. Leyr, un petit village de Meurthe-et-Moselle, est le théâtre d’une macabre découverte. Un paquet contenant des restes humains en morceaux, est repêché dans le lac. En l’absence de tête, l’identification de la victime est impossible… Menez l’enquête, dans une websérie en 10 épisodes ! »

Au-delà de l’enquête, c’est le traitement de l’affaire dans les journaux de l’époque qui rend cet événement singulier et intéressant à utiliser. En effet, des titres vendeurs et des articles évoquant tout à fait la presse à sensation d’aujourd’hui étaient publiés dans les principaux quotidiens d’information régionaux de l’époque, notamment dans l’Est Républicain, qui entend bien rapporter à ses lecteurs tous les rebondissements de cette affaire.

Article concernant le parricide de Leyr extrait de l’Est Républicain du 27 mars 1898

On y révèle tous les détails de l’enquête, les noms des suspects, leur adresse, mais surtout, on parle déjà de parricide, alors même qu’aucun suspect n’est encore interpellé. Les rumeurs des villageois et les réactions parfois très virulentes des témoins influencent l’enquête, ainsi que les récits des journalistes.

Représentation d'un jury, illustration extraite de "l'Assiette au Beurre"
Représentation d’un jury, illustration extraite de « l’Assiette au Beurre » 1901-1904, cote 755 403, Bibliothèques de Nancy

Un travail collectif

Une fois le sujet choisi, nous proposons le projet à nos partenaires du Sillon lorrain. Le site Limédia Kiosque ayant vocation à accueillir les collections de presse numérisées des Bibliothèques de Nancy, Metz, Épinal et Thionville, nous souhaitons réaliser cette websérie tous ensemble, afin que tous puissent par la suite s’en servir comme outil de diffusion des collections, comme objet de communication et comme exemple de réappropriation possible des collections patrimoniales par le public.

Chacun se chargera d’une partie : constitution du dossier documentaire et iconographique, prise de vue, réalisation d’un prompteur, montage, fabrication des pages de crédits, sélection de musiques libres de droits.

La réalisation

Réécriture

Le dossier documentaire est finalisé. Il contient notamment tous les articles de journaux ayant trait à l’affaire, mais aussi toutes les monographies qui ont été écrites autour de ce meurtre23, ainsi que les pièces juridiques en notre possession. Nous proposons de fournir la sélection documentaire à un journaliste, qui saura construire une narration passionnante autour de ces informations documentaires.

Illustration

Vue de Leyr, carte postale, Bibliothèques de Nancy
Vue de Leyr, carte postale, cote P-FG-CP-00194, Bibliothèques de Nancy

La Bibliothèque Stanislas conserve des documents iconographiques qui peuvent nous servir à illustrer le déroulé de l’intrigue. Nous manquons toutefois d’images documentaires. En revanche, les images d’illustrations ne manquent pas. Nous trouvons des images colorées et qui peuvent représenter l’ambiance de l’époque notamment dans le Bulletin de la société géographique lorraine, ainsi que dans la fameuse revue l’Assiette au beurre, dont les volumes reliés cachent des reproductions de dessins caricaturaux et colorés. Cela semble parfait pour égayer un peu le sujet et insérer une pointe d’humour. En effet, la websérie n’est pas une enquête policière, elle doit être vue au second degré, et a pour vocation de divertir avant tout.

Illustration extraite de "l'Assiette au Beurre"
Illustration extraite de « l’Assiette au Beurre » 1901-1904, cote 755 403 , Bibliothèques de Nancy

Narration

Il nous faut maintenant un narrateur ! Nous prenons contact avec Jérôme Prod’Homme, qui est journaliste pour la radio locale France Bleu Sud Lorraine. Nous le savons intéressé par l’histoire régionale, il sait plaire au public et parler face à la caméra. Il se prête volontiers au jeu !

Nous réalisons également un teaser pour lancer l’opération sur les réseaux sociaux.

Mise en ligne

Nous décidons de laisser toutes les bibliothèques partenaires publier la websérie sur leurs propres réseaux. Chacune choisit ainsi son média de prédilection : facebook, youtube, etc… Les Bibliothèques de Nancy postent la vidéo sur leur chaîne Youtube, qui héberge déjà les vidéos de différentes actions culturelles.

https://www.youtube.com/watch?v=bicHLgPB8r0&list=PLXIZDmThVvnTlaVV_ZcXi_m0_c8jm3cmX
Teaser de la websérie, raconté par Jérôme Prod’homme.

Le premier chapitre est mis en ligne le 22 mars 2019.
Les épisodes suivants sont mis en ligne tous les mardis et les vendredis à 17h pendant 5 semaines. Accompagnée d’un résumé personnalisable par les partenaires, la publication est ensuite relayée sur les réseaux sociaux de chaque bibliothèque.

Premier bilan

À ce jour, le chapitre 1 a été vu plus de 5000 fois via notre Facebook, plus de 800 fois sur notre compte Twitter, plus de 130 fois sur notre chaîne Youtube, et relayé 80 fois . Mais surtout, nous avons réussi à créer un produit culturel à part entière, qui demeurera accessible et pourra être réutilisé plus tard.

https://twitter.com/bmnpatrimoine/status/1110519791784206336

La création de cette websérie est aussi un exemple de réappropriation possible des archives de presse. Elle nous a également servi de support à une soirée exceptionnelle, où nous avons rejoué, à la Bibliothèque Stanislas, la reconstitution du procès en assises du parricide de Leyr avec la participation du public (à découvrir prochainement sur Épitomé).

La réalisation de ce produit a été une aventure enrichissante, qui nous a permis de tester avec succès de nouveaux circuits de médiation et de valorisation des collections patrimoniales.

  1. Consulter la capture du site en 2014 sur Web.Archive.org []
  2. Mangeot, Albert, Quelques affaires retentissantes : Une tragédie au village : le parricide de Leyr, Nancy : Société d’impressions typographiques, 1928. Cote : 80 304 (27) []
  3. Volot, Frédérique, Les grandes affaires criminelles de Meurthe-et-Moselle, Sayat : De Borée, 2009. Cote : 10 674 []