Archives de catégorie : numérique

Raconter la guerre de 1870-1871 au jour le jour depuis Nancy : le projet Louis Lacroix

Le projet Louis Lacroix constitue la contribution des Bibliothèques de Nancy aux commémorations liées à la guerre franco-allemande de 1870-1871, qui a vu pour la France le changement définitif de régime politique (passage de la monarchie à la république) et l’annexion de trois départements, la Moselle, le Bas-Rhin et le Haut-Rhin, jusqu’en 1918, par l’Allemagne.

Nancy pendant la guerre de 1870-1871 et après

Nancy, qui ne se trouve alors pas dans une région frontalière, a vu l’arrivée des troupes françaises rejoignant le front, puis leur retour piteux. Elle s’est rendue aux Prussiens sans combat et relativement rapidement, ce qui lui a été beaucoup reproché quand Toul, Metz et les Vosges ont résisté plus longtemps. L’occupation a été immédiate et totale, substituant aux institutions françaises un régime militaire puis administratif allemand. Mais la Meurthe n’a finalement pas fait partie des territoires annexés alors que la crainte en était vive et durable parmi la population et les élites. Devenue la « capitale de l’Est de la France », le terme « Lorraine » ayant été privilégié pour la Moselle perdue, Nancy voit à partir de 1872 arriver un flot important d’optants, ces Alsaciens-Mosellans qui ont souhaité garder la nationalité française avec pour conséquence de devoir quitter leurs terres natales. C’est le démarrage d’une exceptionnelle embellie économique, industrielle, commerciale, intellectuelle (avec le transfert de l’Université de Strasbourg) et artistique pour cette ancienne capitale d’un duché souverain un peu endormie par la Restauration, d’où naîtra notamment l’Alliance provinciale des industries d’art, c’est-à-dire le mouvement de l’Ecole de Nancy. Ainsi, les Nancéiens ont préféré tirer des conséquences positives de la défaite française, tout en hébergeant jusqu’en 1914 de forts contingents militaires et entretenant l’idée de revanche.

Page de couverture du journal imprimé
Journal d’un habitant de Nancy pendant l’invasion de 1870-1871, par Louis Lacroix. Nancy : Vagner, 1873.

Les témoignages documentaires précisément sur la période 1870-1871 n’abondent pas, et la concentration intellectuelle est mise sur l’après-guerre, la reconstruction, l’Art nouveau et le développement d’idées patriotiques de la fin du siècle. Pas d’histoire bilingue comme à Metz, pas d’imagerie populaire exaltant l’armée ou fixant par l’image des combats survenus à quelques dizaines de kilomètres, car ils appartiennent à la mémoire des territoires annexés.

L’ouvrage publié en 1873 par le professeur d’histoire Louis Lacroix (1817-1881) chez Vagner à Nancy réunissait toutes les qualités du témoignage : un intellectuel décidant consciemment de tenir son journal de guerre, puis s’efforçant d’en faire publier une version allégée mais suffisamment copieuse pour, très peu de temps après les événements, servir de source et d’élément de débat dans la recherche de responsabilités qui s’en est ensuivie. Le livre imprimé a été numérisé et mis en ligne sur Limédia galeries.

Le journal de guerre d’un intellectuel en rétro-live Twitter

Capture du profil Twitter de Louis Lacroix, professeur d'université à Nancy en 1870
Profil fictif de Louis Lacroix sur le réseau Twitter (@Louis_Lacroix_)

Cependant, la mise en ligne d’un témoignage, aussi intéressant soit-il, n’est pas suffisante pour rencontrer le public, les populations vivant sur les territoires concernés, à propos d’un événement que l’historiographie française ne met guère à l’honneur, lui préférant les débuts de la IIIe République et la Commune de Paris. Les Bibliothèques de Nancy ont pris l’habitude d’accompagner leurs campagnes de numérisations patrimoniales par des dispositifs éditoriaux qui apportent des éléments de médiation, de contextualisation et de facilitation pour l’appropriation du passé par le « grand public ». C’est en cela que le travail des bibliothécaires rejoint les problématiques de l’histoire publique : faire de l’histoire, sourcée, sérieuse, accessible à un large public qui ne dispose pas de compétences préalables en méthode critique, en proposant sous une enveloppe attrayante et proche des contenus fiables, et en contribuant à lutter contre les rumeurs et les idées reçues…

Lorsqu’il s’est agi de réfléchir à la manière dont le témoignage de Louis Lacroix pouvait être porté publiquement, le « rétro-live » Twitter est apparu comme la voie la plus pertinente eu égard à la source et à l’événement : une parole individuelle et personnelle, quasi-quotidienne, pendant un temps long (9 mois, de juillet 1870 à mars 1871). Les exemples de rétro-live existent déjà abondamment, @RealTimeWWII et @digitalpast en étant les exemples les plus connus. L’équipe s’était déjà entraînée à l’exercice en 2016, rappelant heure par heure l’agonie de Stanislas Leszczynski, roi de Pologne déchu et duc de Lorraine, en 1766, également relayé sur Twitter.

« Rétro-tweeter » le journal de Louis Lacroix implique un effort concentré dans le temps. A l’été 2020, lire les 550 pages, repérer les citations « twittables », synthétiser la prose abondante du professeur d’université en réflexions inférieures à 280 signes. A mesure, programmer les tweets, pour autant que les outils utilisés (interface Twitter et Hootsuite) y autorisent. Enfin, de l’été 2020 au printemps 2021, activer les réseaux grâce au compte principal, @bmnpatrimoine, et aux retweets, réagir aux interactions et promouvoir ce projet.

Louis Lacroix, un intellectuel catholique engagé

Louis Lacroix, qui vit à Nancy depuis une vingtaine d’années avec sa mère, dans le faubourg Saint-Georges au nord de la ville, est l’un des premiers à voir arriver l’armée d’occupation. Sa position universitaire et sa sociabilité lui donnent un accès relativement aisé au pouvoir municipal, à la magistrature et aux services préfectoraux. Il consigne avec minutie les échanges de nouvelles, la vie sous l’occupation prussienne, les difficultés à se procurer nourriture et nouvelles fiables, les réquisitions qui laissent les campagnes exsangues, les grandes bravoures et petites lâchetés qu’il observe. Lacroix n’est pas un progressiste : dès la chute de l’Empire, il se déclare entièrement pour la restauration d’une monarchie bourbonnienne, appelant de ses vœux la réconciliation entre comte de Chambord et comte de Paris. Fervent catholique, il dénonce une défaite avant tout morale et une forme de punition divine, prêche la résignation digne plutôt que la résistance désordonnée.

Ces positions politiques sont aussi très intéressantes à faire apparaître, car tout Twittos est personne de son temps et fait part de ses réflexions, parfois à l’emporte-pièce.

Enfin, comme professeur d’histoire et proche ami de nombreux patrons de journaux à Nancy comme Vagner, rédacteur en chef du quotidien catholique L’Espérance et son futur éditeur, Lacroix est très sensible aux fausses nouvelles, qu’il relate et décortique avec soin. En des temps où l’éducation aux médias et à l’information (EMI) est enseignée à l’école, un exemple venu du passé est toujours bon à prendre.

Une commémoration franco-allemande

Lancé le 15 juillet 2020, sans avis préalable, le compte @Louis_Lacroix_ compte à ce jour une centaine d’abonnés.  Il a d’ailleurs suscité immédiatement l’intérêt des spécialistes français et allemands de la guerre franco-prussienne, réunis à l’instigation du l’Institut historique allemand sur le carnet Guerre franco-allemande / Deutsch-französischer Krieg 1870-1871, où cet article a été publié pour la première fois.

Les ateliers numériques du patrimoine : humanités numériques, formation, médiation

La Bibliothèque Stanislas se transforme en 2015, à l’occasion de grands travaux de réhabilitation et de développements numériques. De nouveaux espaces et  services voient le jour. Parmi eux, l’atelier numérique du patrimoine : un espace de formation, de médiation, d’inclusion numérique et d’échanges.

Le contexte local en terme d’offre

Les ateliers numériques du patrimoine voient le jour dans un contexte local de forte demande, et d’une offre existante plutôt limitée.
La médiation numérique existante pour les Bibliothèques de Nancy était principalement organisée à la Médiathèque Manufacture qui proposait notamment des ateliers numériques en direction du grand public. Ces ateliers avaient vocation à dispenser à tous les bases de la pratique informatique : navigation, web, utilisation des réseaux sociaux, etc…

Ces pratiques autrefois dispensées par les cyberbases1 n’ont pas trouvé d’autre relais depuis la fermeture de ce service à part les ateliers Google2.

Mise en place d’un atelier numérique du patrimoine

Les humanités numériques et la médiation culturelle numérique au centre du projet

L’idée pour la Bibliothèque Stanislas est de compléter cette offre, avec des ateliers de médiation numérique cette fois en direction des chercheurs, qu’ils soient professionnels ou amateurs. En quoi consiste une recherche dans la presse ancienne ? Vers quels documents en ligne dois-je me tourner pour trouver telle information ? Trouver un acte de naturalisation ou une référence biographique peut se révéler impossible pour une personne non acculturée à la recherche. C’est donc sur cet accompagnement spécifique que nous décidons de nous positionner.

Mise en place du service

Équipement

La salle est petite, elle peut accueillir au maximum 10 personnes et propose six ordinateurs. Nous concevons donc l’espace comme un atelier où les utilisateurs pourront travailler confortablement sur un ordinateur, tout en ayant la possibilité de voir une projection sur un mur.
Nous installons également une imprimante et un scanner qui sera utilisé pour la numérisation que nous effectuons en interne.
Un vidéo projecteur est mis en place, mais il sera rapidement remplacé par un téléviseur de nouvelle génération, positionné sur un pied mobile. Cela présente l’avantage d’offrir une image nette (port hdmi), et d’être utilisé pour d’autres types de besoins : nous la déplaçons facilement pour les accueils de groupes, scolaires ou autres animations.

Un parc sous Linux

Les ordinateurs sont déployés sous système d’exploitation Linux, ce qui nous paraît cohérent avec la philosophie que nous voulons donner à ce lieu : les alternatives libres aux logiciels propriétaires, la diffusion et le partage des données, mais aussi la pédagogie pour une adaptabilité à de nouveaux outils ou de nouveaux environnements numériques.
Nous prévoyons toutefois la possibilité d’une juxtaposition de Linux avec Windows (en double boot), notamment pour l’utilisation de certains matériels (scanner), ou de certains logiciels.

Ce parc est installé avec les crédits BNR. Les ordinateurs ne sont pas administrés par notre DSI, et sont reliés à un réseau distinct. Nous avons donc le champ libre pour installer et expérimenter de nouveaux logiciels, de nouveaux outils, puisque nous sommes administrateurs des postes.

Espace de formation interne

Nous décidons d’utiliser aussi cette salle comme lieu de formation interne, notamment dans le cadre des formations aux contributeurs et des cafés numériques. Les collègues peuvent également venir travailler sur les ordinateurs librement (s’ils veulent suivre un Mooc, travailler à la rédaction d’un texte), ou sur des créneaux encadrés, durant lesquels un collègue « formateur » leur propose de les accompagner dans la prise en main d’un outil, d’un logiciel…
Comme la salle permet de projeter un ordinateur sur la télévision, nous pouvons aussi faire des démonstrations (Bibale, Limédia, …).

Accueil du public : une offre variée

Préparation

Les ateliers sont libres, gratuits, et ouverts à tous, sur réservation. Ils ont lieu d’ordinaire le samedi matin, de 10h30 à 11h30.

La salle ne pouvant accueillir plus de 10 personnes simultanément, les ateliers se font sur inscription. Nous utilisons un site gratuit de gestion de billetterie, la plate-forme Evenbrite, pour gérer les réservations des usagers.
Les ateliers sont annoncés sur l’agenda culturel des Bibliothèques et de la ville, et nous faisons aussi leur promotion sur nos réseaux sociaux et notre newsletter.
Pour promouvoir nos ateliers, nous utilisons des titres parlants et attractifs, afin de ne pas décourager d’éventuels curieux par un sujet qui paraîtrait trop technique. Nous tentons de mettre en avant sa finalité en proposant un thème ou un usage. Nous ne communiquons pas sur « utiliser Limédia » mais plutôt « Trouver facilement des images anciennes et locales libres de droits ».

Lorsqu’une première programmation a été conçue en 2015 à l’ouverture du service, elle s’adressait en premier lieu aux chercheurs, professionnels ou amateurs, aux curieux possédant déjà un bagage minimum en informatique. Les ateliers numériques du patrimoine n’ont pas vocation à former le public à la découverte d’internet, mais plutôt à accompagner ceux qui possèdent déjà ces bases pour aller un peu plus loin dans la pratique, sans perdre de vue notre thématique centrale : le patrimoine et les humanités numériques. Cependant nous nous apercevons bien vite qu’il n’est pas possible de se tenir à ce « public cible » initialement défini, et qu’il va nous falloir composer avec un public très varié.

Une programmation variée

  • sélections et pratique de bases de données ou moteurs de recherche

Nous essayons de proposer aux usagers des sélections de sites pertinents et de ressources en ligne sur lesquelles ils vont pouvoir s’appuyer pour mener à bien leurs recherches :  panorama des sites incontournables pour retracer l’histoire de sa ville, tour d’horizon des blogs patrimoniaux les plus originaux, de sites web consacrés aux manuscrits… Nous les aidons à les explorer et à les prendre en main.  L’idée est de montrer aux participants les outils qu’ils peuvent utiliser et comment. Nous proposons des démonstrations concrètes de recherche dans des bases de données telles que Joconde, Gallica, Europeana, le CCFr etc…

Nous nous proposons aussi d’accompagner les gens dans les premières étapes de leur projet de recherche personnel. Par exemple, les étapes incontournables pour bien démarrer sa généalogie.

  • pratique de logiciels

Il nous semblait également intéressant de proposer une alternative libre aux outils généralement utilisés par les chercheurs. Pour cela, nous devons installer en amont de l’atelier les logiciels quand cela est nécessaire, sur les ordinateurs (Gimp, Xnview, Gramps, etc…)
L’atelier consiste alors à la prise en main de l’outil proposé, ou tout au moins sa découverte.

  • Patrimoine remix

Nous avons également à coeur de sensibiliser le grand public à la diffusion et à la réutilisation des collections patrimoniales en ligne. Nous évoquons les grands principes de la dissémination, et tentons d’acculturer les curieux à la réappropriation, par exemple avec des ateliers de création de gifs animés à partir des documents numérisés, ou de découverte d’appli patrimoniales ludiques comme BDnF.

  • Wikipédia

La programmation propose également très régulièrement des thématiques autour de Wikipédia : des ateliers pratiques, où nous proposons au public d’apprendre à contribuer dans Wikipédia, des ateliers d’initiation, et des ateliers découvertes de l’univers Wikimédia etc…

L’équipe des médiateurs

Les bibliothécaires

Ce sont les bibliothécaires qui animent les ateliers numériques du patrimoine à tour de rôle. Aussi, chacun propose une thématique dans laquelle il va se sentir à l’aise : cela va donc créer une programmation naturellement très variée. Et les thématiques reflètent parfaitement la grande diversité et complémentarité des compétences dans nos équipes. Les usagers quant à eux, reconnaissent les agents derrière les thèmes et aiment parfois assister au prochain atelier de tel ou tel bibliothécaire. Cela rend ces rendez-vous conviviaux.

Les intervenants extérieurs

Nous  sollicitons l’aide d’intervenants extérieurs, et créons des partenariats autour de certaines thématiques. Ainsi, avec l’Université de Lorraine, ou les archives municipales de Nancy. Nous avons également invité des représentants de la communauté OSM (open street map) locale, pour qu’ils présentent leur travail, ou encore des membres de la communauté Wikipédia.

Nous avons également donné la possibilité à certains intervenants extérieurs d’utiliser l’atelier en autonomie, s’il existe un lien avec les collections et – ou les projets des Bibliothèques.  Il est par exemple arrivé à des enseignants de l’université d’organiser des TD dans l’atelier, autour de collections.

Préparation d’un atelier consacré au patrimoine remix

Bilans

Une émulation dans l’équipe… et dans le public

Il a fallu dépasser une première appréhension pour certains collègues qui ne se sentaient pas de prime abord suffisamment légitimes pour aborder sous un angle pédagogique un sujet numérique. L’enjeu des ateliers n’étant pas la formation informatique,  mais l’accès en ligne au patrimoine, nous nous sommes vite aperçus que toutes les thématiques étaient systématiquement bien reçues, par un public avide d’informations, mais très conscient que nous ne nous positionnons pas en tant que formateurs à l’informatique. Nous partageons nos connaissances, et elles ne sont pas illimitées. Cela crée une dynamique d’entraide et d’échange au cours des ateliers durant lesquels certains usagers vont parfois partager des informations ou répondre à une question pour laquelle nous sommes parfois démunis.

Des échanges se créent dans le groupe, des conversations démarrent, des sujets sont débattus. Il arrive souvent que le public s’attarde à la fin de l’atelier pour continuer à discuter. Il apparaît clairement qu’une communauté peut se former autour de certains thèmes.

Une communication difficile

La stratégie de communication doit être adaptée en fonction de la thématique abordée, ce qui est très difficile à organiser, en terme de temps et de ressources. Ainsi, les généalogistes seront plus facilement atteints par un affichage dans les salles des archives et dans les groupes Facebook dont ils font partie, les personnes intéressées par les fonds de la Bibliothèque seront ciblées par un affichage dans nos salles de lectures et nos « marque-pages-agenda »…

Une fréquentation mitigée.

Malgré les retours presque systématiquement positifs du public, nous peinons à augmenter notre fréquentation. Si nous avons bien des inscrits à chaque fois ou presque, nous ne remplissons que rarement l’atelier. Nous sentons que certains chercheurs amateurs pourraient tirer beaucoup de bénéfices de certains de nos ateliers, mais il n’est pas facile de les atteindre. Notre public change en fonction des thématiques. Cela nous réserve aussi parfois des surprises, comme par exemple un atelier sur la réalisation de gifs animés à partir d’images patrimoniales où les inscrits étaient un groupe de retraitées.

Ainsi se côtoient à l’atelier des personnes accompagnées de leurs enfants, des enseignants, des étudiants, des curieux, des chercheurs, des amateurs d’histoire… Le public présent n’a pas forcément envie de participer non plus, et il aime parfois simplement écouter, regarder, sans être actif lors de la prise en main. Il faut alors jongler avec cet élément dans le déroulé de l’atelier, et faire en sorte que chacun trouve son compte. Les groupes s’en trouvent peu homogènes, et l’attente de chacun est différente. Cela signifie souvent que l’objectif de l’atelier n’a pas été compris, ou a été ignoré ; en tout cas pour nous animateurs,  qu’il doit s’adapter au public présent.

Les évolutions du service

L’ offre telle qu’elle existe actuellement tente de s’adapter à une réalité, un besoin que nous constatons. Mais si le public présent n’est pas forcément celui qui est attendu, il démontre qu’il existe tout de même une demande réelle. Les personnes qui ont besoin d’un accompagnement dans la simple prise en main de l’outil informatique peuvent se présenter aux ateliers numériques du patrimoine parce qu’elles sont intéressées par les thématiques historiques ou patrimoniales.  Notre rôle est alors de les accompagner. L’atelier numérique du patrimoine participe ainsi d’un dispositif d’inclusion numérique culturelle. Il permet la médiation d’usages culturels d’outils numériques, avec le patrimoine au centre.

Les futures programmations demanderont peut-être des prérequis à l’inscription, afin de créer des groupes plus homogènes. Nous pourrions envisager des ateliers consacrés à la découverte, et d’autres à la pratique plus poussée.

Nous allons également tester prochainement une nouvelle forme d’ateliers : les « rendez-vous avec le bibliothécaire ». Ils prendront la forme d’accompagnement plus personnalisés, où les gens choisiront eux-même leur thématique, dans une liste prédéfinie et des créneaux proposés. Cette idée répond ainsi au souhait de créer des accueils personnalisés pour des chercheurs (des permanences avaient été organisées en 2015-2016, mais sans succès) et de proposer un accompagnement le plus individualisé possible, selon les attentes et besoins de chacun en terme d’horaires, sujets, outils.  Un nouveau défi enthousiasmant à relever !

  1. Ces ateliers d’initiation au numérique en direction du grand public pilotés par la communauté d’agglomérations, et qui rencontraient un vif succès, vont subir des restrictions budgétaires. Le public de la région nancéienne resté sans offre a cependant toujours besoin d’être accueilli et formé. []
  2. Les ateliers Google proposent, indépendamment de la collectivité, des ateliers de formation numérique en direction du grand public. Ces ateliers, gratuits et extrêmement bien pensés, sont animés par des médiateurs qui initient les gens à la pratique concrète du numérique :  réalisation de CV, de vidéos, promotion de son image sur les réseaux sociaux, et tout un ensemble de sujets au coeur des préoccupations des concitoyens. Leur programmation, efficace et calée sur des dates et créneaux horaires pertinents, qui fait bien sûr la part belle à l’utilisation des outils Google, provoque clairement une inquiétude du côté des bibliothécaires, qui s’interrogent sur l’avenir. La formation et l’inclusion numérique, si elles sont confiées à de tels organismes, peuvent- elles garantir l’indépendance des utilisateurs, pour des sujets tels que la préservation des données personnelles ou l’acculturation à des outils ? []

Des jeux vidéo à la médiathèque ?

Labellisées Bibliothèque numérique de référence avec les autres bibliothèques du Sillon Lorrain en juillet 2013, les Bibliothèques de Nancy lancent  un vaste programme de développement numérique de leurs services. Objectifs : aménager des espaces à la Bibliothèque Stanislas et à la Médiathèque Manufacture,  créer de nouveaux services, proposer des actions culturelles en lien avec les technologies, accueillir de nouvelles pratiques culturelles. C’est ainsi que la création d’un espace dédié au jeu vidéo voit le jour.

Constituer et former une équipe

Rapidement un noyau dur s’est constitué autour de ce projet. Des fans de jeux vidéo, certes, mais pas que : des collègues qui n’y connaissaient rien se sont lancés dans cette aventure.
L’hétérogénéité des connaissances dans ce secteur était telle dans ce groupe qu’une première phase de formation s’imposait.

Chaque membre de ce noyau était destiné à devenir un « référent ». Pour ce faire nous avons suivi des formations en externe, ce qui nous a permis de rencontrer des collègues bibliothécaires (notamment de Paris) déjà impliqués dans ce genre de projet.
Des formations en interne étaient également organisées (café numérique) où les plus aguerris partageaient leur savoir.
La veille et le partage de sites internet venaient parfaire nos connaissances.

Jeu en démo à l’espace jeux vidéos et arcade de rétrogaming.

La conception du service et de l’espace

Nous sommes partis de ce qui existait ailleurs : certaines médiathèques ne faisaient que du prêt de jeux, d’autres que de la consultation sur place, parmi celles-ci beaucoup ouvraient leur espace de façon ponctuelle. Des établissements avaient opté pour un seul type de console, d’autres s’étaient équipés de bornes d’arcade, très peu s’étaient lancés dans l’acquisition de PC gamer. Nous voulions tout cela, mais en mieux. Avec deux idées directrices : proposer une expérience à haute valeur ajoutée  et montrer la diversité des expériences de jeux vidéo à tous les publics.

Les différents espaces se suivent, créant des ambiances différentes dans chaque box.

Nous disposions d’une mezzanine de 100 m2, à l’époque cela représentait l’un des plus grand « espace jeux-vidéo » dans une médiathèque. Mais ça nous paraissait encore insuffisant pour tout ce que ne voulions y installer. En effet, dans cet espace nous voulions mettre à disposition du public : une borne d’arcade, des box avec plusieurs générations de consoles, un siège baquet pour optimiser l’immersion dans les jeux de course, un espace debout pour utiliser la technologie « kinect » caméra de détection de mouvement, un casque de réalité virtuelle et des PC gamer. Des collections de jeux sont également disponibles.
Nous n’avons pas pu pousser les murs, mais nous avons tout de même réussi à tout faire entrer dans ces 100 m2.
Nous disposions donc d’un matériel varié et high tech pour explorer et découvrir toutes les facettes du jeu vidéo.

Course en ligne.

Le fonctionnement

Même si notre public cible était les adolescents, nous voulions un espace où chacun pourrait trouver sa place : adulte, adolescent, enfant, famille, inscrit, non inscrit…
Pour que cet espace ne soit pas identifié comme un « espace jeunesse » bis, nous avons décidé de réserver l’accès aux PC gamer aux adultes.
Pour sécuriser les manettes (sans fil), les jeux qui ne nécessitent pas de manette sont accessibles aux inscrits et non inscrits. Alors que les jeux qui nécessitent des manettes ne sont accessibles qu’aux inscrits, en effet celles-ci sont empruntées avec les cartes d’abonnement le temps du jeu.
Nous avons défini des créneaux de jeu de 50 minutes, renouvelables si le box n’est pas réservé pour le créneau suivant. Mais nous limitons à trois créneaux par jour les jours d’affluence et à trois réservations sur sept jours.

Le siège baquet est toujours apprécié pour les jeux de courses.

La programmation culturelle

Afin de faire vivre ce service et de le valoriser auprès du public, nous avons mis en place une programmation culturelle variée, destinée à répondre aux demandes des différents publics.

Même si l’espace « jeux vidéo » est un lieu en permanence animé, nous avons souhaité le ponctuer d’animations régulières :

– des expositions jouables, pour faire le lien avec nos autres supports (romans de Lovecraft, bandes dessinées…) ;

– des conférences pour briser les tabous (Le jeu vidéo est-il un objet culturel ? Le jeu vidéo, les ados et les parents …) ;

– la mise en avant de jeux indépendants, de contemplation, atypiques… ;

– des démonstrations de réalité virtuelle ;

– des tournois de jeux vidéo, qui plongent tout le premier étage de la médiathèque dans des ambiances dignes d’une finale de foot. Les Bibliothèques ont même été jusqu’à remplir l’Opéra national de Lorraine à Nancy lors d’une opération exceptionnelle,  le ciné-gaming-orchestra, qui réunit plus de 700 personnes le 26 octobre 2018.

Une sélection de jeux vidéos sont empruntables à domicile.

En conclusion

Nous avons ouvert l’espace « jeux vidéo » en janvier 2016. Les adolescents ont rapidement investi ce lieu. La fréquentation des adultes a été timide au début puis a vite progressé. Mais pour nous, la cerise sur le gâteau, c’est de voir des parents ou grands-parents jouer avec les enfants et petits enfants. Les événements remportent toujours un large succès.
Depuis l’ouverture le taux de fréquentation ne cesse d’augmenter.

3 Questions à Limédia mosaïque : 2. Constituer une collection de livres numériques

Nous avons évoqué précédemment la construction du projet Limédia mosaïque. Nous souhaitions revenir sur la constitution de cette médiathèque virtuelle, qui propose quelques 1500 titres de presse écrite consultables en ligne, un catalogue de 8000 livres téléchargeables et plus d’un million de titres musicaux en streaming.

Pour cela, nous avons interrogé Stéphanie Renaud-Sterbé, qui coordonne l’acquisition des livres numériques des Bibliothèques de Nancy pour Limédia mosaïque.

Stéphanie, comment constituer une collection de livres numériques à l’échelle du Sillon lorrain ?

Avec un catalogue de presque 8000 livres numériques, Limédia mosaïque propose une offre variée de contenus fictionnels et documentaires. Cette riche collection est proposée en complémentarité de l’offre de presse, musique et de ressources en autoformation.

Dès les premières acquisitions en 2017, une organisation spécifique a été mise en place collectivement. Chaque bibliothèque du Sillon Lorrain effectue une ou plusieurs commandes dans l’année, à hauteur d’un montant déterminé par une clé de répartition entre ces mêmes collectivités. Un calendrier, défini annuellement, fixe la période de commande pour chaque bibliothèque. Ainsi, en 2019, Metz a effectué ses commandes en début d’année, Épinal au printemps, le réseau de bibliothèques Co-libris Nancy en été/automne et Thionville clôture l’année.
A tour de rôle, un administrateur de livres numériques par site est responsable des acquisitions. Il coordonne les acquéreurs, fixe les dates des commandes, gère le budget et veille au respect de la politique documentaire.

Interface professionnelle des nouveautés chez e-Pagine

Administratrice des livres numériques pour le réseau Co-libris, je remplis ces missions et m’assure également de la cohérence des choix des titres qui sont faits ainsi que de leur complémentarité avec les collections papiers. La connaissance d’un nouveau paysage éditorial avec son langage numérique propre et ses spécificités a dû être assimilé par les bibliothécaires (prêt simultané, durée d’une licence, type de protection, utilisateurs simultanés). Au cours de formations et réunions, ces aspects ont été abordés en équipe afin de se familiariser progressivement et développer de nouvelles compétences.

Quelle politique documentaire mettre en œuvre ?

La sélection des titres, parmi l’offre éditoriale de Prêt Numérique en Bibliothèque (PNB), est donc collégiale. Elle est orientée par une politique documentaire qui vise à offrir un contenu de qualité, éclectique et d’actualité aux usagers. Les grandes lignes en sont : une orientation en littérature adultes (romans, essais littéraires) et documentaires (dont une part belle faite aux guides pratiques), jeunesse (romans jeunesse et adolescents, documentaires, albums) et quelques bandes-dessinées (les formats de lecture étant peu adaptés aux liseuses et autres matériels de lecture, une suspension des acquisitions en 2019 a cependant été décidée pour les bandes-dessinées dans l’attente d’évolutions techniques). Nous avons aussi décidé de suivre les recommandations de l’association Réseau Carel en n’achetant pas de titres provenant de maisons d’édition dont les conditions ne nous semblent pas acceptables. Cette politique documentaire est susceptible d’évoluer en fonction de l’offre, du nombre de titres et des éditeurs présents.

Interface professionnelle des nouveautés chez e-Pagine

Pour constituer des paniers de commande, les acquéreurs abondent des paniers via l’interface mise en place par la librairie ayant remporté l’appel d’offre. Le fournisseur actuel est le Hall du Livre, librairie située à Nancy, et la plateforme e-Pagine en est l’interface. Elle permet notamment de faire le lien entre bibliothèques du Sillon Lorrain et librairie d’une part et entre librairie et Dilicom d’autre part. Cette plateforme a demandé de nombreuses adaptations afin de correspondre aux besoins du Sillon Lorrain et à l’organisation propre aux bibliothèques.

Création d’un panier d’acquisition sur e-Pagine

À l’heure actuelle, DILICOM a donné le coup d’envoi pour la mise en place de sa nouvelle interface dite API PNB V3. Les bibliothécaires devront alors faire face à des évolutions qui modifieront certainement les procédures mais visent à faciliter et améliorer le fonctionnement de PNB. Un nouveau défi pour janvier 2020 est donc à relever pour les équipes !

Lire la suite de l’interview : ÉDITORIALISER LES COLLECTIONS NUMÉRIQUES DE MOSAÏQUE

3 Questions à Limédia mosaïque : 1. Naissance du projet et premiers bilans

En 2013, les bibliothèques du Sillon lorrain ont reçu de la part du Ministère de la Culture le label de « Bibliothèque numérique de référence » qui leur a permis, subventions à l’appui, de repenser leurs établissements à l’ère du numérique, et de réaliser 3 sites web distincts sous la marque commune Limédia. Mosaïque est le premier à voir le jour, le 14 avril 2018. C’est un site proposant des ressources sous droits – livres numériques, presse, musique, autoformation – aux abonnés des bibliothèques des collectivités du Sillon.

Pour en savoir plus sur la réalisation de ce projet, nous avons interrogé Fabien Vandamme-Schlimpert, conservateur des Bibliothèques de Nancy et chef de projet de Limédia mosaïque.

 

Fabien, qu’est-ce qui distingue Limédia mosaïque d’autres sites de ressources de bibliothèques ?

Limédia mosaïque a une double particularité. La première est que le site a été entièrement conçu et réalisé par des bibliothécaires avec Atol C & D pour la partie technique et les trois graphistes de l’espace My Monkey pour le design du site. La société Atol a développé les trois sites Limédia et leurs espaces administrateurs, extrêmement importants pour la bonne gestion au quotidien. Il s’agissait d’avoir la main sur le produit, entièrement en open source, tant dans la phase de conception que pour ses évolutions à venir ; là où les agrégateurs de ressources livrent des solutions clé en main certes prêtes à l’emploi, mais bien moins modulables.
La deuxième, c’est qu’il a fallu mener cette opération entre bibliothèques situées dans une zone géographique de 160 km de longueur, et qu’il a fallu pour cette raison imaginer un mode de collaboration inédit.

Limédia mosaïque est également consultable sur sur tablette

Une équipe projet a vu le jour avec des bibliothécaires de chaque collectivité, suite à la tenue de groupes de travail en amont pour lancer les premières pistes de réflexion. Les premières réunions avec Atol se sont tenues en juin 2016. Tout ce petit monde a dû apprendre à se connaître, à parler la même langue et développer de nouvelles compétences, ce qui a pris un peu de temps : les bibliothécaires de quatre collectivités distinctes, pas habitués à travailler ensemble et ayant des pratiques et des visions du métier parfois différentes, mais évidemment très complémentaires ; les bibliothécaires et les développeurs web, pour qui c’était le premier projet de ce type.

Que retenir de ces premiers 18 mois d’existence ?

Le choix de faire réaliser le site de A à Z demande à la fois du temps (beaucoup) et du personnel (idem). C’est un aspect important à prendre en compte si l’on souhaite se lancer dans ce genre de projet. Presque deux ans ont été nécessaires à la réalisation du site, mais le jeu en valait la chandelle car il correspond aujourd’hui à ce que nous avions imaginé pour nos abonnés, et les retours que nous avons jusqu’à maintenant sont globalement positifs, tant pour le choix et la richesse des contenus que pour l’ergonomie du site. Même si nous devons faire face, comme toute la profession, à certaines difficultés techniques liées aux modes de téléchargement et de navigation qui nous sont imposés.

Page d’accueil de Limédia Mosaïque

Les premiers bilans de fréquentation sont satisfaisants. Voici quelques statistiques mensuelles : il y a en moyenne 5000 visiteurs, 10 000 sessions et 50 000 pages vues. Environ 2000 livres sont téléchargés, 3000 titres de presse lus, 6000 morceaux écoutés. L’autoformation est plus difficile à évaluer car les espaces administrateurs des fournisseurs sont encore insuffisants. En bref, ce sont des chiffres encourageants pour un site encore jeune et des ressources que le public français commence à peine à s’approprier. Je pense en particulier aux livres numériques qui rencontrent globalement moins de succès en France que dans les pays anglo-saxons ou germaniques. Nous continuons donc de suivre avec intérêt les changements de pratiques, sur le site aussi bien qu’en dehors.

Lire la suite de l’interview : CONSTITUER UNE COLLECTION DE LIVRES NUMÉRIQUES

3 Questions à Limédia mosaïque : 3. Éditorialiser les collections numériques de mosaïque

Après avoir abordé la construction du projet puis la constitution de la collection numérique, nous voulions en savoir plus sur le rôle des bibliothécaires dans ce travail de mise en valeur. Nous avons interrogé Cécile Bielli, qui est en charge de l’administration éditoriale de Limédia mosaïque pour les Bibliothèques de Nancy.

Cécile, en quoi consiste l’éditorialisation des contenus dans Limédia mosaïque ?

Dans un internet de l’hyperchoix et de la surabondance de contenus, la recommandation est essentielle. L’éditorialisation dans Limédia mosaïque consiste à éveiller la curiosité, susciter l’intérêt, provoquer la découverte avec un plus : l’accès direct au contenu contrairement aux sites web culturels généralistes.

Sélections de documents dans Limédia mosaique

L’éditorialisation se fait de manière collective avec l’implication de nombreux bibliothécaires du réseau des médiathèques du Sillon Lorrain.
Je fais partie des quatre bibliothécaires responsables de l’administration technique et éditoriale du site, nous intervenons à tour de rôle de manière trimestrielle. Tous les autres bibliothécaires sont ensuite invités à proposer des contenus éditoriaux, allant du simple coup de cœur sur un document à une publication plus élaborée. À nous ensuite d’organiser et de veiller à la cohérence des publications.

On retrouve plusieurs types de publication sur Limédia mosaïque. Pour les extraits du jour, il s’agit de créer de la curiosité en proposant aux lecteurs d’entrer dans l’univers d’un roman par une simple phrase d’accroche qui donne envie d’en savoir plus. Libres à eux ensuite d’aller plus loin dans la découverte avec un extrait plus complet ou le téléchargement du livre.

Extrait du jour sur Limédia mosaique

Sont également proposées des sélections thématiques pour mettre en valeur les documents présents sur Limédia mosaïque dans toute leur diversité. Il peut s’agir de revues de presse, de regards sur l’actualité, de playlists musicales ou encore de sélection de romans. Plus de 250 articles ont été publiés à ce jour. Les plus consultés restants ceux sur la rentrée littéraire, les romans de terroirs lorrains ou, plus étonnant, une sélection décalée de romans humoristiques sur la vieillesse intitulée « les vieux se lâchent », preuve de la curiosité de nos lecteurs.

Quels constats peux-tu faire au bout d’un an de pratique ?

L’implication des bibliothécaires est essentielle pour faire vivre le site, elle s’effectue au quotidien. Le rôle du webmestre ne consiste donc pas seulement à veiller à la bonne administration du site mais également à créer une dynamique chez les contributeurs et à s’assurer qu’ils puissent avoir le temps et le savoir nécessaires pour publier les contenus.

Un temps de formation a été nécessaire auprès de mes collègues mais qui a été facilité par le back office développé par Atol C & D et les bibliothécaires en amont, répondant aux exigences demandées. Des développements sont toujours nécessaires mais un bon outil facilite la participation et l’engagement de collègues qui seraient effrayés par l’utilisation des outils numériques.

Interface professionnelle de sélection dans Limédia mosaique

C’est une mission très intéressante et valorisante, au cœur du métier de bibliothécaire dont le rôle principal reste la recommandation de contenus. La richesse et l’éclectisme des collections présentes dans Limédia mosaïque facilite cette recommandation et permet à chacun d’exprimer ses envies, au-delà même des collections dont il aurait la charge.

Le parricide de Leyr : une websérie à partir des archives de presse

Après la mise en ligne des collections de presse numérisées sur le Kiosque Lorrain1, remplacé aujourd’hui par Limédia kiosque, les bibliothèques réfléchissent à de nouvelles idées de valorisation de ce corpus. Il s’agit avant tout de rendre la presse ancienne attractive pour le grand public. C’est ainsi qu’est née l’idée de réaliser une websérie.

La presse ancienne en ligne sur Limédia kiosque

En 2014, les Bibliothèques de Nancy mettent en ligne leurs collections de presse numérisées sur le Kiosque Lorrain. Ce site a vocation à offrir les archives de la presse quotidienne régionale numérisées à la recherche, mais aussi de la rendre accessible et intelligible par le grand public.

La presse ancienne, écrite dans un style différent de celle d’aujourd’hui, et très peu illustrée, est parfois difficile à appréhender. Quelle valeur ajoutée peuvent apporter les bibliothèques pour faciliter l’accès à ce contenu ?

Une de l'Est Républicain de 1898
Exemple de une d’un journal ancien : l’Est Républicain du 27 mars 1898

Nous décidons donc de réfléchir à différents modes d’accès aux collections de presse. La découverte de cette masse d’archives passe par les thèmes, mis en avant par le biais de petites expositions, qui trouvent leur illustration dans les images de la presse de l’époque ou encore par la sélection d’articles intéressants.

Nous sélectionnons des articles évoquant par exemple les faits significatifs d’une époque, (couvre-feu des Nancéiens en temps de guerre), qui traitent de problématiques du quotidien (prix du pain), des événements locaux majeurs (exposition internationale de l’Est de la France), des petites annonces, des publicités, ou encore, des affaires judiciaires ayant défrayé la chronique.

Un nouveau produit culturel

Les Bibliothèques de Nancy se sont essayées à l’invention de différents produits culturels pour promouvoir le patrimoine auprès du grand public : jeux, gifs animés, expositions virtuelles, cahiers de coloriage …

Mais cette fois, nous décidons de réaliser un outil de médiation diffusable en ligne qui témoignerait d’une réappropriation possible de ce corpus de presse.

C’est alors qu’émerge l’idée de créer une websérie, autour d’un événement relaté dans les journaux d’époque. Nous voulons la rendre attrayante, et imaginons un remake lorrain de l’émission de télévision « Faites entrer l’Accusé ».

Illustration du périodique "L'Assiette au beurre", 755 403, Bibliothèques de Nancy
Troupe de gendarmes, illustration extraite du périodique « L’Assiette au beurre », 1901-1902, cote 755 403, Bibliothèques de Nancy

Choix du corpus

Notre choix se penche sur un fait divers « à sensation ». Un drame local qui a eu un retentissement particulier dans la presse quotidienne régionale de l’époque répondait à ces critères : le parricide de Leyr.

Cette histoire offre tous les éléments indispensables à une série à succès : un meurtre macabre, une histoire familiale sordide, une enquête pleine de rebondissements, le tout planté dans un décor typique de nos campagnes lorraines.

«1898. Leyr, un petit village de Meurthe-et-Moselle, est le théâtre d’une macabre découverte. Un paquet contenant des restes humains en morceaux, est repêché dans le lac. En l’absence de tête, l’identification de la victime est impossible… Menez l’enquête, dans une websérie en 10 épisodes ! »

Au-delà de l’enquête, c’est le traitement de l’affaire dans les journaux de l’époque qui rend cet événement singulier et intéressant à utiliser. En effet, des titres vendeurs et des articles évoquant tout à fait la presse à sensation d’aujourd’hui étaient publiés dans les principaux quotidiens d’information régionaux de l’époque, notamment dans l’Est Républicain, qui entend bien rapporter à ses lecteurs tous les rebondissements de cette affaire.

Article concernant le parricide de Leyr extrait de l’Est Républicain du 27 mars 1898

On y révèle tous les détails de l’enquête, les noms des suspects, leur adresse, mais surtout, on parle déjà de parricide, alors même qu’aucun suspect n’est encore interpellé. Les rumeurs des villageois et les réactions parfois très virulentes des témoins influencent l’enquête, ainsi que les récits des journalistes.

Représentation d'un jury, illustration extraite de "l'Assiette au Beurre"
Représentation d’un jury, illustration extraite de « l’Assiette au Beurre » 1901-1904, cote 755 403, Bibliothèques de Nancy

Un travail collectif

Une fois le sujet choisi, nous proposons le projet à nos partenaires du Sillon lorrain. Le site Limédia Kiosque ayant vocation à accueillir les collections de presse numérisées des Bibliothèques de Nancy, Metz, Épinal et Thionville, nous souhaitons réaliser cette websérie tous ensemble, afin que tous puissent par la suite s’en servir comme outil de diffusion des collections, comme objet de communication et comme exemple de réappropriation possible des collections patrimoniales par le public.

Chacun se chargera d’une partie : constitution du dossier documentaire et iconographique, prise de vue, réalisation d’un prompteur, montage, fabrication des pages de crédits, sélection de musiques libres de droits.

La réalisation

Réécriture

Le dossier documentaire est finalisé. Il contient notamment tous les articles de journaux ayant trait à l’affaire, mais aussi toutes les monographies qui ont été écrites autour de ce meurtre23, ainsi que les pièces juridiques en notre possession. Nous proposons de fournir la sélection documentaire à un journaliste, qui saura construire une narration passionnante autour de ces informations documentaires.

Illustration

Vue de Leyr, carte postale, Bibliothèques de Nancy
Vue de Leyr, carte postale, cote P-FG-CP-00194, Bibliothèques de Nancy

La Bibliothèque Stanislas conserve des documents iconographiques qui peuvent nous servir à illustrer le déroulé de l’intrigue. Nous manquons toutefois d’images documentaires. En revanche, les images d’illustrations ne manquent pas. Nous trouvons des images colorées et qui peuvent représenter l’ambiance de l’époque notamment dans le Bulletin de la société géographique lorraine, ainsi que dans la fameuse revue l’Assiette au beurre, dont les volumes reliés cachent des reproductions de dessins caricaturaux et colorés. Cela semble parfait pour égayer un peu le sujet et insérer une pointe d’humour. En effet, la websérie n’est pas une enquête policière, elle doit être vue au second degré, et a pour vocation de divertir avant tout.

Illustration extraite de "l'Assiette au Beurre"
Illustration extraite de « l’Assiette au Beurre » 1901-1904, cote 755 403 , Bibliothèques de Nancy

Narration

Il nous faut maintenant un narrateur ! Nous prenons contact avec Jérôme Prod’Homme, qui est journaliste pour la radio locale France Bleu Sud Lorraine. Nous le savons intéressé par l’histoire régionale, il sait plaire au public et parler face à la caméra. Il se prête volontiers au jeu !

Nous réalisons également un teaser pour lancer l’opération sur les réseaux sociaux.

Mise en ligne

Nous décidons de laisser toutes les bibliothèques partenaires publier la websérie sur leurs propres réseaux. Chacune choisit ainsi son média de prédilection : facebook, youtube, etc… Les Bibliothèques de Nancy postent la vidéo sur leur chaîne Youtube, qui héberge déjà les vidéos de différentes actions culturelles.

https://www.youtube.com/watch?v=bicHLgPB8r0&list=PLXIZDmThVvnTlaVV_ZcXi_m0_c8jm3cmX
Teaser de la websérie, raconté par Jérôme Prod’homme.

Le premier chapitre est mis en ligne le 22 mars 2019.
Les épisodes suivants sont mis en ligne tous les mardis et les vendredis à 17h pendant 5 semaines. Accompagnée d’un résumé personnalisable par les partenaires, la publication est ensuite relayée sur les réseaux sociaux de chaque bibliothèque.

Premier bilan

À ce jour, le chapitre 1 a été vu plus de 5000 fois via notre Facebook, plus de 800 fois sur notre compte Twitter, plus de 130 fois sur notre chaîne Youtube, et relayé 80 fois . Mais surtout, nous avons réussi à créer un produit culturel à part entière, qui demeurera accessible et pourra être réutilisé plus tard.

https://twitter.com/bmnpatrimoine/status/1110519791784206336

La création de cette websérie est aussi un exemple de réappropriation possible des archives de presse. Elle nous a également servi de support à une soirée exceptionnelle, où nous avons rejoué, à la Bibliothèque Stanislas, la reconstitution du procès en assises du parricide de Leyr avec la participation du public (à découvrir prochainement sur Épitomé).

La réalisation de ce produit a été une aventure enrichissante, qui nous a permis de tester avec succès de nouveaux circuits de médiation et de valorisation des collections patrimoniales.

  1. Consulter la capture du site en 2014 sur Web.Archive.org []
  2. Mangeot, Albert, Quelques affaires retentissantes : Une tragédie au village : le parricide de Leyr, Nancy : Société d’impressions typographiques, 1928. Cote : 80 304 (27) []
  3. Volot, Frédérique, Les grandes affaires criminelles de Meurthe-et-Moselle, Sayat : De Borée, 2009. Cote : 10 674 []

Devenir contributeur

Le lancement de Limédia Galeries, la bibliothèque numérique patrimoniale du Sillon lorrain, appelle de nouvelles missions pour les bibliothécaires de Nancy, puisque le site propose un accès éditorialisé aux collections. Il a donc fallu intégrer cette nouvelle pratique aux profils, se former pour la mener à bien et organiser ce travail de publication. Car derrière les expositions, les billets de blog et les albums, se cache toute une équipe de contributeurs.

L’éditorialisation des collections, nouveau défi pour les bibliothécaires

Si le rôle des bibliothèques publiques a toujours été la démocratisation du savoir, l’enjeu pour elles se situe aujourd’hui au- delà de l’acquisition et de la classification de l’information : il se situe dans sa diffusion. L’éditorialisation joue un rôle de publication et d’accessibilité à l’information : elle donne du sens au document.

L’éditorialisation de contenu se pratique depuis longtemps dans les bibliothèques, notamment à travers des sélections, des coups de cœur, des bibliographies, qui sont une valorisation d’une collection ou d’un corpus. Avec le web comme interface de médiation, les fonctions traditionnelles d’aide à la recherche de documents ou d’informations glissent vers l’organisation des informations et l’interprétation des résultats. L’enrichissement des métadonnées est déterminant dans ce processus. A ces pratiques purement bibliothéconomiques s’ajoutent des pratiques documentaires de médiation, puisque les bibliothécaires créent maintenant du contenu. Ils deviennent « les journalistes de leurs collections » (Dujol, 2011).

C’est donc bien aux bibliothécaires que revient le soin d’éditorialiser leurs collections patrimoniales.

Limedia Galeries : mettre en ligne les collections patrimoniales du Sillon Lorrain et les rendre accessibles

Les milliers de documents disponibles sur Limedia sont aisément accessibles aux chercheurs, qui manient avec aisance recherche avancée, facettes et filtres de résultats. Le véritable enjeu est de rendre cette base de données accessible à un public non spécialiste, moins familier de ces outils.  

Une interface éditoriale

Nous avons choisi de privilégier l’accès aux documents par le thème et par l’image. Nous proposons donc à l’internaute d’explorer les collections à travers des expositions, des albums, des cartes, des billets de blog. 

Chaque module éditorial peut servir une façon de parler des collections. Le contributeur choisit d’aborder un thème ou un document par l’image, par un détail, ou en livrant une explication plus dense ou plus scientifique.

Construire un site dans son intégralité s’est révélé fastidieux dans le suivi de projet, mais a permis de créer des modules éditoriaux sur mesure. Ainsi, nous avons opéré directement des choix de formats et gabarits en fonction de l’usage que nous souhaitions en faire.

L’accès aux sélections de documents se fait par le thème et par l’image.

Limédia galeries propose ainsi :

  • un module Expositions, qui se construit sur une grille d’alternance Texte Image classique, mais dont la continuité peut être interrompue par le mélange d’autres modules indépendants. Cela permet une lecture non plus linéaire, mais de butinage sur les sujets qui intéressent le lecteur.
  • un module Images, qui contient des albums d’images, proposant des descriptions simples et courtes pour le plaisir des yeux.
  • un module Cartes, qui positionne des contenus patrimoniaux sur un fond cartographique : le dénominateur commun du corpus sélectionné sera l’itinéraire, le déplacement dans l’espace.
  • un module Histoires, pouvant accueillir un texte dense sans que la lecture en soit laborieuse.
  • un module Blog, pour aborder les collections patrimoniales sur un ton léger et décalé.

Les bibliothécaires parlent de leurs collections

Les plus indiqués pour parler des collections patrimoniales qu’ils ont indexées, cataloguées, numérisées sont les bibliothécaires eux-mêmes, et c’est par ce prisme-là que nous leur demandons de transcrire leur travail, d’exprimer ce qu’ils font naturellement dans leurs tâches quotidiennes, de parler des documents qu’ils traitent. Loin de faire l’unanimité, cette proposition soulève un débat de la part des futurs contributeurs : il est question de légitimité académique, de (mé)connaissance scientifique des fonds, de maîtrise de la langue, de l’outil informatique, du vocabulaire, de l’expression…

Autant de points d’inquiétude qu’il convient de lever un à un.

Tous contributeurs !

La question de la légitimité est la plus vive parmi ceux qui n’appartiennent pas aux équipes du patrimoine « je ne me sens pas légitime pour parler des collections patrimoniales ». Aussi faut-il convaincre les contributeurs qu’ils connaissent les fonds et les documents et sont capables d’en parler au public. Il s’agit en fait de transposer à l’écrit, ce qu’ils font déjà tous les jours, en renseignant un usager en salle, lui conseillant de consulter ce document plutôt qu’un autre.

La connaissance scientifique des fonds n’est pas la même pour tous. Qu’à cela ne tienne : chacun pourra trouver une façon de parler des documents à hauteur de ses connaissances. Il faut pour cela donner un outil éditorial capable de s’adapter au propos : la description détaillée et pointue pourra faire l’objet d’une exposition ; l’histoire que raconte un contributeur lorsqu’il ancre un document dans son contexte historique entrera dans un autre format. Car chaque type d’éditorialisation trouve son public : il y a autant de diversité dans les équipes des bibliothèques que dans les internautes.

La question de l’exercice de la rédaction, trouve aussi sa solution dans les différents modules éditoriaux puisque l’écriture web nous permet plusieurs niveaux de langage qui ne sont pas envisageables quand on écrit pour le papier.

Le choix des bibliothécaires qui font partie de l’équipe de contributeurs pour Limedia ne reposait donc que sur un seul critère : leur motivation. Et chaque membre de l’équipe avait manifestement envie de partager ses connaissances, et de faire partie de ce grand projet.

Les moyens mis en oeuvre

Le Mooc « Ecrire pour le web » mis en ligne par Rue 89.

Les formations

Nous avons donc commencé, deux ans avant la date prévue de lancement du site, à préparer les équipes. Il a fallu former les contributeurs aux notions essentielles.

La première étape était l’acculturation aux outils numériques. Il s’agissait d’intégrer le numérique dans les pratiques professionnelles de chacun. Nous nous sommes employés à le réaliser à travers des temps donnés en interne, pendant les cafés numériques, qui relevaient plus de l’échange convivial que de la formation stricte. L’intérêt étant que chacun pouvait aussitôt transposer les outils sur son environnement de travail.

Puis nous avons sensibilisé les contributeurs aux différents sites existants, et à ce que nos collègues faisaient déjà : le blog de Gallica, le blog gourmand de Dijon, les autres bibliothèques numériques que nous apprécions1, … et nous avons ainsi exploré les différents tons utilisés.

Nous avons aussi formé les contributeurs aux grands principes de l’écriture web, veillant à mettre à leur disposition des documents de référence, des modèles, des gabarits plutôt strictes pour commencer. Certains ont aussi suivi des Mooc2, et chacun pouvait ainsi se former à son rythme.

Bac à Sable !

La formation reste très théorique tant que les sites sont en construction, et il n’est pas aisé de demander aux novices de se projeter dans un outil qu’il ne connaissent pas encore. Afin d’aider chacun pour sa formation, nous avons ouvert un blog privé, qui permettait aux contributeurs de voir directement le résultat de leur travail.

Ils ont ainsi pu tester la prise en main d’un CMS de type WordPress, et se familiariser avec cet outil. Le recours au CMS dans la plupart des sites a l’inconvénient de standardiser les productions éditoriales : ils pouvaient ainsi s’entraîner à gérer les contraintes en terme notamment de mise en page.

Nous avons aussi pu nous entraîner à réexploiter des ressources déjà existantes, pour les adapter aux contraintes du web : anciennes expositions, supports d’animations …

Les ateliers contribution

Présentation aux collègues des calendriers de publications.

Nous avons choisi de banaliser une après-midi par semaine, dédiée à la contribution et aux formations. Installés dans notre salle de formation, l’Atelier numérique, nous nous rendons ainsi disponibles aux questions, et nous échangeons ensemble.

Certains contributeurs, déjà accoutumés à écrire pour nos différents sites peuvent aider les autres, en donnant des conseils : par exemple ce qu’il convient de regarder lorsque l’on décrit un document iconographique.

La mise en place de ces « Ateliers Contribution » permet de ménager une parenthèse éditoriale dans les tâches quotidiennes, le service public, tout en affirmant la priorité donnée en équipe au projet Limédia. Cela a également permis de créer une dynamique d’entraide et de collaboration dans l’équipe de contributeurs.


Premiers bilans

A l’ouverture du site, si l’heure n’est pas encore aux bilans, nous pouvons d’ors et déjà  constater de réels changements chez les contributeurs. Tous les retours que nous observons sont très positifs.

L’aisance avec laquelle certains réussissent aujourd’hui à écrire sur n’importe quel document témoigne de la confiance qu’ils ont réussi à acquérir.

Nous avons également vu se dessiner des personnalités dans l’écriture, des styles particuliers qui trahissent une « patte » de l’auteur et qui sont une plus-value pour l’éditorialisation en direction du grand public.

A force d’écrire des billets, les contributeurs ne s’arrêtent plus à la première lecture du document. Ils choisissent même parfois d’ignorer le sujet central d’un document iconographique, pour s’attacher à un détail du papier, à un détail en arrière plan, et nous livrent une lecture à chaque fois différente.

Les bibliothécaires parlent des documents avec une émotion et une implication personnelle, et donnent vie à la plus sombre des cartes postales de guerre.

Contextualiser un document, c’est lui donner du sens, et c’est en lui donnant un point de vue qu’on l’enrichit.

Sources :

Arnaud Laborderie, « Éditorialisation des bibliothèques numériques : le cas des Essentiels de Gallica », dans
Documents et dispositifs informationnels à l’ère post-numérique [coll., CIDE 18],  Montpellier, Europia, 2015.

Xavier Delengaigne, Thomas Joubert, Ecrire pour le web : Vers une écriture multimédia , Territorial Éditions, 2013.


http://www.sens-public.org/article1184.html

  1. https://bibandclic.wordpress.com/, http://11km-patrimoine.grand-troyes.fr/, https://www.armarium-hautsdefrance.fr/, http://balises.bpi.fr/a-la-une []
  2. Apprenez à contribuer sur Wikipedia, Écrire pour le Web []