Archives de catégorie : Billets

Une acquisition exceptionnelle d’œuvres de Claude Weisbuch

Les Bibliothèques de Nancy souhaitent acquérir un ensemble de gravures de l’artiste lorrain Claude Weisbuch. Un lot de 79 estampes très rares, datant de sa période nancéienne, et avant 1961, année de sa consécration critique. Cette opportunité nécessite le montage d’un projet de financement exceptionnel, car le montant de l’acquisition dépasse les possibilités budgétaires de la bibliothèque. Cette acquisition s’inscrit dans un projet global qui concerne les graveurs lorrains contemporains, mené par les Bibliothèques de Nancy sur les années 2017 à 2019.

 

Le projet « Graveurs lorrains contemporains ».

 

La bibliothèque Stanislas conserve une collection remarquable de livres illustrés et d’œuvres gravées permettant de retracer toute l’histoire de la gravure, en particulier l’histoire de la gravure en Lorraine. Terre de graveurs, la Lorraine a vu naître de grands talents tels Jacques de Bellange, Jacques Callot, Sébastien Leclerc, Victor Prouvé ou encore Etienne Cournault. La bibliothèque Stanislas conserve les chefs d’œuvres de ces maîtres et, a à cœur de valoriser cette collection de gravure. Depuis toujours, la bibliothèque entretient des liens privilégiés avec les artistes lorrains contemporains. D’une part en organisant des expositions mettant en valeur leurs travaux, mais aussi en continuant d’acquérir leurs œuvres. Le projet « graveurs lorrains contemporains », qui se déroule sur plusieurs années, a pour objectif de compléter les collections, documenter et valoriser les œuvres de ces artistes. En 2017-2018 trois graveurs sont à l’honneur : Jacques Hallez, Roland Grunberg et Claude Weisbuch.

Les grandes glaneuses de Sion, lithographie

Pour Jacques Hallez et Roland Grunberg une acquisition de plusieurs œuvres, permettant de compléter les collections déjà présentes dans les institutions lorraines, est en cours. Des séances d’interview filmées et enregistrées ont déjà été réalisées et seront disponibles sur le futur site de la bibliothèque numérique du Sillon Lorrain. Les droits d’utilisation, pour la reproduction et la mise en ligne des œuvres, ont été négociés directement auprès des artistes. Ainsi, la création graphique contemporaine lorraine pourra être accessible au plus grand nombre, faisant ainsi connaître le talent de ces artistes. L’artiste Michel Jamar, dont le fonds d’atelier est entré à la bibliothèque en 2012, fait aussi parti de ce programme, mais pour la partie documentaire, mise en ligne des collections et valorisation. Un travail qui se poursuivra pendant plusieurs années pour cet artiste.

 

Claude Weisbuch

 

Né à Thionville en 1927, Claude Weisbuch a passé son enfance à Nancy. Formé à l’Ecole des Beaux-Arts de Nancy par Camille Hilaire et André Vahl, il montre rapidement son intérêt et sa maîtrise des techniques de la gravure. Récompensé en 1956 par le Grand Prix National du Dessin et en 1961 par le Prix de la Critique, il s’inscrit rapidement parmi les grands artistes contemporains, exposant ses œuvres dans le monde entier. Si de son œuvre on retient surtout les musiciens ou les acteurs de Kabuki, ses œuvres de jeunesse offrent une vision totalement différente de son travail. Des œuvres réalisées entre 1948 et 1959 qui témoignent des influences artistiques de son temps, de son attachement à sa Lorraine natale et de ses recherches plastiques et techniques.

Femmes de Nomeny, lithographie, 8/15

L’opportunité d’acquérir ce lot d’œuvres rares nécessite le montage d’un projet de financement exceptionnel, car le montant de l’acquisition dépasse l’ordinaire budgétaire de la bibliothèque. Une partie de l’acquisition peut être financée par les aides publiques mais elles ne seront pas suffisantes et les mécènes doivent être sollicités. C’est avec l’aide de la Fondation Lotharingie que la bibliothèque tente d’acquérir les œuvres de Claude Weisbuch. Elle a accepté de soutenir ce projet, de le présenter sur son site, de recueillir les dons et fournir les documents nécessaires pour la déduction fiscale.

La glaneuse, pointe-sèche, 2ème état, 1957

Les particuliers et entreprises peuvent participer à l’enrichissement des collections de la bibliothèque en faisant un don financier pour cette opération. Ce don, déductible des impôts, est récompensé par de nombreuses contreparties. Les artistes lorrains contemporains se sont mobilisés autour de ce projet, ont créé et offert des œuvres pour les contreparties.

Des événements à ne pas manquer

 

Tout au long de l’année, des événements se succèderont pour venir enrichir ce projet. Le 6 avril 2018, un dîner de gala aura lieu à la Bibliothèque Stanislas. Appelé « Dîner des mécènes » il permet à chacun de participer à ce projet tout en se faisant plaisir. Une occasion unique de venir dîner dans la prestigieuse salle de lecture du XVIIIe siècle, classée au patrimoine mondial de l’Unesco. Pour un don de 150 euros minimum, vous pourrez bénéficier d’un repas pour une personne (coût réel du don après déduction fiscale de 66 % : 51 euros). Seulement 160 places seront disponibles pour ce repas.

Une vente aux enchères d’oeuvres d’art aura lieu à la fin du repas. L’intégralité des sommes perçues pour le repas et le vente des oeuvres ira à l’acquisition des 79 estampes de Claude Weisbuch.

Vous êtes gourmands ? Et bien vous pourrez également nous aider dans notre projet d’acquisition en vous faisant plaisir. Les pâtissiers de Moselle et ceux de Meurthe-et-Moselle ont accepté de réaliser et vendre un gâteau individuel nommé « Les Glaneuses ». Sur le prix de vente, 1 euro est reversé au projet Weisbuch. Une pâtisserie qui sera disponible toute l’année dès le mois de mars.

Pour participer à cette acquisition d’estampes de Claudes Weisbuch, faites un don par Internet sur le site de la Fondation du Patrimoine : https://www.fondation-patrimoine.org/52983 ou par courrier en renvoyant le bulletin de souscription à la Fondation Lotharingie.

Michel Jamar ….. 20 ans déjà !

Il y a tout juste 20 ans, Michel Jamar (1911-1997) nous quittait. Artiste lorrain de talent, il n’a cessé tout au long de sa vie de dessiner, graver et peindre. Grâce aux dons généreux et successifs de Michel Jamar en 1995, et de son fils Xavier en 2012, la bibliothèque Stanislas conserve aujourd’hui la mémoire de son œuvre.  Une collection d’œuvres qu’il faut faire vivre et mettre à disposition du public progressivement. C’est ce qui sera fait durant les prochaines années grâce à la Bibliothèque Numérique du Sillon Lorrain et du projet « Graveurs lorrains contemporains ».

En attendant, cet anniversaire est aussi l’occasion de dévoiler une des nombreuses œuvres de Michel Jamar conservées à la bibliothèque Stanislas.

 

Le Diable amoureux de Jacques Cazotte

 

 

Page de titre « Le diable amoureux », Fonds Jamar

Le Diable Amoureux est un roman de Jacques Cazotte publié en 1772. Le texte est considéré comme précurseur du récit fantastique. Un jeune homme, Alvare, décide de convoquer le diable en compagnie de deux amis. Le diable lui apparaît d’abord sous les traits d’un chameau, puis d’un épagneul et enfin sous les traits gracieux de Biondetta, dont il accepte les services. Alvare s’efforce de résister aux séductions et aux agaceries de Biondetta. Il décide enfin de présenter Biondetta à sa mère pour pouvoir l’épouser. En chemin, ils s’arrêtent pour participer à une noce et comme on les prend pour mari et femme, ils se retrouvent dans la même chambre. Au moment ultime, Biondetta jette le masque pour rappeler qu’elle est Belzébuth.

Cette œuvre littéraire a inspiré de très nombreux artistes au xixe et xxe siècle, que ce soit pour l’illustration des textes mais aussi dans son adaptation en pièce de théâtre, ballet ou opéra.

 

La version illustrée de Michel Jamar

 

Frontispice – Fonds Jamar

 

Michel Jamar se confronte ici à ce grand texte littéraire et propose une version illustrée éditée par  Le Cercle Grolier en 1968. Il réalise pour cette œuvre 16 burins originaux, dont un en frontispice, un dans le texte, 13 en pleine page hors-texte et un sur double page hors-texte. Dans le texte, 17 bois gravés par Gilbert Poilliot d’après des dessins de Michel Jamar viennent marquer les bandeaux et culs-de-lampe. Une suite de 32 dessins préparatoires reproduits selon des procédés photomécaniques vient compléter cette édition de bibliophilie.

L’ensemble est complété par une reliure exécutée par Engel à Malakoff et décorée d’un bronze de Michel Jamar, frappé par la Monnaie.

 

Une science qui enseigne à transformer les métaux et à réduire les esprits sous notre obéissance, gravure au burin – Fonds Jamar

 

La bibliothèque Stanislas conserve les dessins préparatoires pour l’ensemble des illustrations mais aussi des épreuves d’état et des épreuves non retenues pour ce projet. Des épreuves intéressantes qui permettent de comparer les différentes propositions et voir l’évolution du travail de l’artiste dans ce projet.

Les ruines de Portici, gravure au burin – Fonds Jamar

 

Les compositions de Michel Jamar peuvent également être comparées à celles de la première édition de cet ouvrage, conservée à la bibliothèque Stanislas (Rés. 10 412).

 

Alvare je suis le Diable… Gravure au burin, épreuve d’état complétée au crayon graphite sur le tirage et complétée de notes de Michel Jamar – Fonds Jamar

 

 

Alvare je suis le Diable… Gravure au burin, épreuve définitive qui se trouve dans l’édition illustrée – Fonds Jamar

Les dessins et gravures qu’il réalise sont fidèles à son univers où se mêlent sensualité, ésotérisme, symbolique et on y retrouve aussi son goût pour la construction architecturée et le paysage.

Michel Jamar offre ici une interprétation puissante de cette oeuvre « diabolique »…

Des Andes au jardin potager : petite histoire de la pomme de terre

Le Musée de l’Image à Epinal a ouvert le 19 mai dernier une exposition consacrée à l’histoire du jardin potager. Pour cette occasion, la Bibliothèque Stanislas a prêté le célèbre ouvrage de Jean-Baptiste de la Quintinie, Instructions sur les jardins fruitiers publié en 1697.

 

Le Solanum tuberosum dans l'ouvrage de Bauhini, 1671 (154 755)
Le Solanum tuberosum dans l’ouvrage de Bauhini, 1671 (154 755)

De très nombreux autres ouvrages conservés à la bibliothèque permettent de retracer l’histoire de notre pratique potagère et fruitière. L’occasion de revenir sur l’histoire de ces légumes incontournables au jardin potager, à commencer par la pomme de terre.

Pomme de terre, qui es tu ?

Premier légume consommé en France et en Europe, la pomme de terre est une des bases de l’alimentation des habitants d’un grand nombre de pays tempérés. Pourtant, il y a 400 ans, elle était inconnue en Europe et en Asie.

Elle a été définitivement nommée par Linné en 1753 comme Solanum tuberosum. Elle appartient à la grande famille botanique des solanacées, qui comprend des espèces aussi variées que le tabac, le piment, la tomate, l’aubergine, le poivron, le pétunia, la mandragore, la morelle ou le physalis.

On connaît environ 200 espèces de solanacées tubéreuses. Toutes originaires d’Amérique du Sud, on trouve les variétés originelles dans les Andes (Pérou, Bolivie) où plus de 100 espèces sauvages on été recensées et où l’on connaît plus de 400 cultivars de pommes de terre indigènes.

C’est une plante vivace par ses tubercules, mais nous la cultivons surtout comme annuelle.

Histoire de la domestication de la pomme de terre.

On pense que la pomme de terre, comme d’autres plantes à tubercules, a été domestiquée au cours d’une période avoisinant 8 000 ans av. J-C. Il s’agissait d’abord d’espèces sauvages. Ces espèces sauvages ont souvent un goût amer et contiennent plus où moins de substance toxiques. Les amérindiens, par la cueillette, la sélection de tubercules moins amers, moins toxiques, ont commencé la domestication. Ce sont ces tubercules là que les Européens découvrent lors de la conquête de l’Amérique du Sud.

On retrouve les traces de la consommation de la pomme de terre en Amérique du Sud dans les fouilles archéologiques précolombiennes : des vases représentant la pomme de terre dans des tombes par exemple. Il y a aussi, dans le culte des civilisations précolombiennes, la déesse Axomama, mère de la pomme de terre (comme il y avait la mère du maïs ou du quinoa).

La découverte par les espagnols.

Les Espagnols après la découverte du nouveau monde, s’établirent dans les Caraïbes et en Amérique Centrale. Les premières pommes de terre ont probablement été découvertes autour de 1530-1540, mais c’est en 1553 qu’un conquistador va en faire pour la première fois la description. C’est Pèdro Cieza de Leon, qui, dans sa longue marche à travers les Andes, écrira dans sa Cronica del Peru publiée en 1553 : « Dans les lieux voisins de Quito les habitants ont, avec le maïs, deux autres plantes qui leur servent en grande partie à soutenir leur existence, savoir : les papas, à racines presque semblables à des truffes, dépourvues de toute enveloppe plus ou moins dure ; lorsqu’elles sont cuites, elles ont la pulpe presque aussi tendre que la purée de châtaignes ; séchées au soleil on les appelle Chuno et on les conserve pour l’usage… ».

Son introduction en Europe.

Il n’y a pas de date précise concernant l’arrivée de la pomme de terre en Europe. Par contre on pense que les tubercules sont arrivés par deux portes d’entrée : l’Espagne (à partir des îles Canaries, première mention de transport de pomme de terre vers Anvers en 1567) et les îles britanniques, car les britanniques avaient fondé à la fin du 16e une colonie en Virginie (introduction en Angleterre vers 1590).

La pomme de terre, dans l'ouvrage de Matthioli, 1598 (100 682)
La pomme de terre, dans l’ouvrage de Matthioli, 1598 (100 682)

Le personnage clé dans la diffusion de cette plante à travers les jardins européens fut incontestablement le botaniste français Charles de l’Ecluse. En 1588, il reçoit deux tubercules et un fruit de pomme de terre. Puis l’année suivante il reçoit une aquarelle représentant un pied de pomme de terre. Il correspondait avec de nombreux autres botanistes dont le suisse Caspar Bauhin qui en fit la première description en 1598 et John Gerarde qui en imprima les premières illustrations (1596) et lui donna le nom de Solanum tuberosum. La mise en culture de cette plante date d’au moins vingt ans avant ces premières descriptions. 

Portrait de Gaspard Bauhin, 1658 (100 737)
Portrait de Gaspard Bauhin, 1658 (100 737)

Les premières mentions de la culture en Irlande datent de 1606 et ne cessent de se développer tout au long du 17e siècle. En 1780, on signalait une consommation moyenne de 3,5 kg par personne.

Comme souvent c’est pendant les guerres et les conquêtes que les soldats et fantassins amènent de nouvelles plantes. Avec la guerre de Trente ans commencée en 1617, la pomme de terre se diffuse en Allemagne et en Prusse. Toutes les descriptions à cette époque parlent de truffe de terre.

La pomme de terre dans la Botanique du territoire de Nancy, par Fonderval, 1718 (Ms 1040)
La pomme de terre dans la Botanique du territoire de Nancy, par Fonderval, 1718 (Ms 1040)

Introduction en France.

C’est dans l’est de la France que l’on signale les premières cultures de pomme de terre. Probablement arrivées par la Suisse, on signale dès le début du 16e siècle des cultures en Bourgogne et en Ardèche. Puis à la fin du 16e siècle, dans les Vosges lorraines, venant probablement d’Alsace. Au 18e siècle de nombreux textes apparaissent et enseignent la culture de la pomme de terre, notamment Le bon jardinier, édition de 1785. La production commence à se développer dans certaines régions. A Saint-Dié des Vosges, en 1758, on atteint une production d’environ 2000 tonnes de pommes de terre. A cette époque, on considérait la production de pommes de terre comme destinée aux pauvres.

Portrait de Antoine Augustin Parmentier (FG3-Parmentier)
Portrait de Antoine Augustin Parmentier (FG3-Parmentier)

Les disettes et famines étaient encore fréquentes à l’époque, liées aux mauvaises récoltes céréalières. Au 18e siècle, avec l’engouement de l’élite pour l’agriculture, les scientifiques et agronomes cherchaient un moyen d’éliminer les disettes. En 1769 et 1770, une terrible famine toucha la France. L’Académie de Besançon proposa un concours scientifique : « Indiquez les végétaux qui pourraient suppléer en cas de disette à ceux que l’on emploie communément à la nourriture des hommes et quelle en devrait être la préparation ».  Parmentier obtient le premier prix en proposant la pomme de terre. Pour convaincre le roi, il offre à Louis XVI un panier de tubercules qui sera préparé à la table du roi. Pour convaincre les savants il offre un dîner où sont proposés plus de 20 plats à base de pomme de terre. Pour convaincre les citadins, il fait garder de jour, mais pas de nuit, un grand champ de culture de pommes de terre. Pensant cette plante précieuse, les citadins volent des tubercules la nuit. De cette manière, Parmentier réussit à convaincre l’ensemble de la population de la qualité alimentaire et culinaire de cette plante.

Recherche sur les végétaux nourrissans..., Parmentier, 1781 (303 209)
Recherche sur les végétaux nourrissans…, Parmentier, 1781 (303 209)
Traité sur la culture et les usages de la pomme de terre, Parmentier, 1789 (271 133)
Traité sur la culture et les usages de la pomme de terre, Parmentier, 1789 (271 133)

La création variétale.

Au cours du siècle suivant, les scientifiques vont travailler progressivement à l’adaptation des variétés aux conditions de culture européennes et au goût des européens. Au XIX e siècle on assiste à une véritable explosion variétale. En 1777, on décrivait plus de 40 variétés, en 1810 110 variétés, en 1846 la catalogue Vilmorin en rassemble 177, celui de 1880 en propose 630. En 1920 on dépasse 2000 variétés. Avec l’industrialisation d’après-guerre, beaucoup ont disparu mais des spécimens sont conservés pour la création de nouvelles variétés.

Aujourd’hui on tend à retrouver ces variétés anciennes qui offrent une grande diversité de goûts, de couleurs, de formes ainsi que des résistances à des maladies ou des ravageurs.

Bibliographie :

Pitrat (Michel) et Foury (Claude), Histoires de légumes : des origines à l’orée du XXIe siècle, INRA, 2003. (cote DLI-467 067)

Peltre (Jean-Marie), Ces plantes que l’on mange, Chêne, 2009

Bloch-Dano (Evelyne), La fabuleuse histoire des fruits et légumes, Grasset, 2011

 

Épitomé

Le carnet est consacré aux recherches sur l’histoire et les collections de la Bibliothèque municipale de Nancy.

Ce carnet est consacré aux recherches sur l’histoire et les collections de la Bibliothèque municipale de Nancy. Principalement alimenté par l’équipe de la Bibliothèque Stanislas, bibliothèque d’étude et du patrimoine, il se fait l’écho des travaux concertés, des découvertes inattendues et des projets culturels de l’établissement.