Les serres municipales

C’est grâce à elles que nous avons la chance de bénéficier d’une ville fleurie tout au long de l’année et d’un jardin éphémère organisé sur la Place Stanislas tous les automnes. Le 15e, Japonica, se tient en 2018 .

Fonderval, Botanique du territoire de Nancy… 1715

Des serres au jardin botanique

La tradition horticole à Nancy  remonte à la décision du roi  Stanislas, en 1758,  de créer un jardin botanique alors situé au-delà de la porte Sainte Catherine et rattaché au Collège royal de médecine.

Plan du Jardin botanique

C’est Dominique-Alexandre Godron, doyen de la  faculté des sciences, qui réaménage le jardin en créant une grande école de botanique en 1868. Il rédige l’histoire du jardin botanique et évoque l’existence de la première serre en 17811.

Les suivantes, construites en 1822, menacent ruine, c’est pourquoi la municipalité décide de les remplacer . Ces dernières sont construites sur un modèle élaboré par l’architecte de la ville Prosper Morey en 1867 et alors approuvé par le conseil municipal. Dans le jardin botanique nouvellement organisé, les plantes sont classées par famille, dans des plates-bandes bordées de buis. Le jardin dispose alors d’un arboretum, d’une parcelle d’essais et de serres très modernes.

Plan, coupe et élévation d’une serre chaude à construire dans le Jardin botanique de Nancy, 1799

Les serres municipales

Les serres municipales, quant à elles,  sont initialement implantées en deux endroits de la commune.  A partir de la deuxième moitié du XIXe siècle, dans le Parc de la Pépinière, sur l’emplacement de l’actuelle Roseraie, d’une part, et dans le jardin Sauveget, situé le long du Canal, entre la rue Sébastien Leclerc et la rue César Bagard. Ce terrain a été acheté en 1908 par la ville aux Hospices pour permettre d’étendre le jardin fleuriste, -comme on appelait alors le service municipal des Parcs et Jardins- les serres du parc de la Pépinière et le petit terrain attenant étant devenus insuffisants en surface pour les besoins de fleurissement de la ville. Ce choix s’avère rapidement problématique en raison des crues fréquentes de la Meurthe située à proximité. Les avaries endommagent les semis et mettent en péril les serres construites en 1910, elles-mêmes trop petites. On y entasse palmiers, araucarias, bambous et aralias servant à décorer le salon de l’Hôtel de ville, le Théâtre, ou encore la Salle Poirel pour les grandes occasions.

Les dégradations subies par le jardin Sauveget, la difficulté à en chauffer les serres  ainsi que le piètre état de celles implantées à la Pépinière incitent la municipalité à mener une réflexion sur le devenir du jardin fleuriste2.

Ainsi, au début des années 1920, Paul Thirion, responsable du jardin fleuriste, obtient la possibilité de proposer une nouvelle configuration pour ce dernier. Il est alors envisagé de regrouper l’ensemble des équipements en un seul et même endroit. Un autre élément est déclencheur : les serres de la Pépinière sont de plus  plus critiquées pour leur état avancé de délabrement, il est dit  qu’elles nuisent à l’agrément des promeneurs. En outre, la guerre a achevé de les rendre hors d’usage, ce qui pose un véritable problème pour la conservation des plantes vivaces. Ce sont désormais des bâches qui remplacent les parties en verre pour la plupart détruites.

Dans cette perspective, le jardin Sauveget et sa maison servant d’hébergement pour les chefs jardiniers sont voués à être vendus, et les serres de la Pépinière à être remplacées par une roseraie (créée en 1927). Le Conseil municipal de 1924 décide de la destruction des trois serres de la Pépinière, dont l’orangerie. Elles sont vendues pour leurs matériaux à un négociant, installé rue Charles III, Monsieur Salomon, et rapportent à la commune la somme de 5 350 francs. La cession du jardin Sauveget et de son habitation se fait par adjudication en 1926 et rapporte 460 000 francs.

Bergamotte. Atlas du Traité historique des plantes qui croissent dans la Lorraine & les trois Evêchés

Les serres modernes

Un emplacement est disponible au 106 Boulevard Lobau car Achille Olry, amateur éclairé de plantes, a légué  à la ville en 1913 le vaste terrain de sa propriété, à condition qu’il devienne parc public. La guerre interrompt le projet.

Dès 1923, il est décidé qu’une partie de ce terrain représentant 2.5 hectares sera dévolu au jardin fleuriste. Les travaux nécessaires à cet effet sont évalués à 500 000 francs, ce qui doit être en grande partie comblé par la vente de l’ancien terrain accueillant les serres. Le parc ouvre en 1924.

L’installation

C’est à partir de 1923 que s’effectue l’installation des serres sur le terrain. Il est envisagé dans un premier temps un transfert du mobilier existant à Sauveget et à la Pépinière, mais cette idée est en grande partie abandonnée en raison de son mauvais état. Cependant, trois  serres en bois du Jardin Sauveget sont transférées,  la dépense étant dix fois inférieure à la construction des nouveaux équipements.

Les premières nouvelles serres, de taille modeste,  sont construites par la Société Louis Malet, établie 42 rue du Hameau à Paris.

Puis sept serres sont réalisées par les Ateliers de construction Schwartz-Haumont, entreprise également parisienne, spécialisée dans la ferronnerie et la fabrication de châssis et de serres. Une serre centrale domine toutes les autres par ses dimensions.

Un couloir situé à l’extrémité de chacune d’elles permet de les distribuer toutes et régule par la même occasion la température. L’entreprise Schwartz-Haumont équipe également en chauffage cet ensemble avec un appareil de chauffage  longitudinal continu passant dans chacune d’entre elles. Les serres dites chaudes peuvent être chauffées de 20 à 25° lorsque la température descend à moins 5°. Les serres dites froides conservent une température de 10 à 15° dans les mêmes conditions.  Un atelier attenant avec un sous-sol dans lequel on pénètre par un large escalier en pierre abrite les deux chaudières alimentant les serres. Les deux systèmes de chauffage peuvent fonctionner indépendamment l’un de l’autre. L’ensemble de ce dispositif représente une surface totale de  1270 m2. Les travaux de maçonnerie pour les soubassements et d’acheminement en eau  sont commandés à Henri Pouteau établi rue des Tiercelins pour la somme de 25 000 francs.

Le fonctionnement

En 1934, les collections tropicales du jardin botanique sont transférées dans ces serres , le musée de zoologie étant construit sur l’emplacement des serres du jardin Saint-Catherine.

L’inauguration des nouvelles serres a lieu en septembre 1924. Un Article de l’Etoile de l’Est en fait une description assez détaillée, en vantant les prouesses techniques mises en oeuvre dans ce nouvel équipement.

Dans la presse locale, les compétences des jardiniers   sont soulignées à plusieurs reprises pour leur excellence. Ainsi, en 1934, à l’occasion d’un grand gala franco-italien, le Barbier de Séville est donné à l’Opéra. Le journaliste ne tarit par d’éloges sur le fleurissement de la salle de spectacle et évoque le fait que le « l’Opéra [est] illuminé brillamment du plus beau feuillage de nos serres municipales »

Un abri pour les habitants du quartier y est établi à la veille de la Seconde Guerre Mondiale3.

Les serres aujourd’hui

Au fil des années, l’entretien de fond semble poser problème. Deux remises en état sont programmées en 1947 et 1973.

Travailler au jardin fleuriste

A l’origine, on rempote, on effectue la rentrée hivernale des plantes d’orangerie. On conserve les bulbes, rhizomes et oignons constituant les collections florales de la ville, on entrepose les pots et godets. Les serres permettent par leurs températures différentes de cultiver des espèces variées. Elles fournissent l’intégralité des plantes ornant Nancy, ainsi que toutes les compostions des manifestations officielles. C’est aussi au sein de ce service désormais appelé le service des Parcs et Jardins que sont préparés tous les éléments du jardin éphémère. A partir de 1936, les serres municipales sont ouvertes au public tous les jeudis après-midi .

Au total, à l’heure actuelle, ce ne sont pas moins de 500 000 plantes qui sont cultivées en entretenues tout au long de l’année.

Aujourd’hui encore, en se promenant dans les serres historiques de la travée centrale, on peut s’émerveiller de la constance et de la qualité du travail des équipes municipales pour le fleurissement de la ville. Le public y est associé à l’occasion des Mardis aux serres.

Un atelier du rendez vous « Les mardis aux serres« 

 

  1. Godron, Dominique-Alexandre, Notice historique sur les jardins botaniques de Pont-à-Mousson et de Nancy, p.14 à 16 []
  2. l’Immeuble et la construction dans l’Est, 15 août 1921, p. 3-4 ; procès verbal des conseils municipaux de Nancy, 1920 et 1921. []
  3. délibération du conseil municipal du 23 mai 1939. []