Roméo, Juliette, Gigola et Sommariva

Une exposition consacrée à la naissance du romantisme en Italie, au musée Poldi Pezzoli de Milan (25 octobre 2018-19 mars 2019) est l’occasion d’étudier plus précisément un ouvrage rarissime, la Storia di due nobili amanti, illustré par Giovanni Battista Gigola au début du xix e siècle.

L’une des plus belles histoires d’amour de tous les temps

C’est en 1530 que Luigi da Porto, un écrivain de Vicence, compose l’Historia novellamente ritrovata di due nobili amanti qui décrit l’amour fatal que se portent Juliette Capulet et Roméo Montaigu. Si l’intrigue est ancienne – on peut la faire remonter au mythe de Pyrame et Thisbé –, les motifs principaux sont fixés dans le Décaméron de Boccace (vers 1350) puis dans Mariotto et Ganozza de Massucio Salernitano (1467). Mais c’est da Porto qui baptise définitivement les personnages, développe la rivalité entre les familles véronaises et introduit le sort final des deux amants.

Storia di due nobili amanti, détail : le bal où Roméo et Juliette se rencontrent pour la première fois

Son texte connaît une diffusion internationale : Pierre Boistuau l’adapte en français en 1559 dans les Histoires tragiques, et l’Anglais Arthur Brooke, qui a lu Boistuau, en tire en 1562 The Tragical History of Romeus and Juliet. Ce conte est la source principale de l’œuvre de Shakespeare, publiée pour la première fois en 1597.

A la fin du xviii e et au début du xix e siècle, les romantiques remettent au goût du jour cette histoire médiévale et tragique, propre à enflammer les imaginations1. Il n’est donc pas étonnant que le milieu à la mode dans lequel évolue G. B. Gigola s’y intéresse.

Un joyau de la miniature du xix e siècle

Le texte de Luigi da Porto, publié par Bindoni dans le premier tiers du xvi e siècle, fait l’objet d’une réédition sur les presses de l’imprimerie impériale de Milan en 1819. L’édition comprend 7 exemplaires imprimés sur parchemin et enrichis d’ornements et de miniatures dans le goût « troubadour » destinés à des personnalités et bibliophiles italiens et anglais.

Reliure maroquin rouge avec ornements aux petits fers sur les plats, dentelles et petits filets dorés à l’intérieur, dans un étui en veau brun.

 

L’ouvrage est mince, 38 feuillets, et de petit format (23,5 × 14 cm). L’édition comporte un avis au lecteur, orné dans notre cas. Une dédicace manuscrite rehaussée d’un portrait médaillon du comte Sommariva, le suit.

Storia di due nobili amanti, détail : dédicace

 

Les décors sont rehaussés d’or. Très délicate, l’enluminure témoigne d’un souci archéologique dans la représentation des éléments architecturaux et des costumes, alors que les visages et les expressions corporelles sont tout à fait « modernes ».

Les scènes peintes diffèrent dans chaque exemplaire. Celui de la bibliothèque de Nancy comprend :

  • p. 14 : le bal où Roméo et Juliette se rencontrent pour la première fois ;
  • p. 20 : le franciscain Leonardo marie les deux amants en secret ;
  • p. 22 : duel de Roméo et de Tébaldo ;
  • p. 28 : Capeletto veut forcer Juliette à se marier ;
  • p. 40 : Juliette prétendue morte est portée en cortège au caveau de ses ancêtres ;
  • p. 42 : désespoir de Roméo découvrant le corps de Juliette ;
  •  p. 48 : réveil et désespoir de Juliette découvrant le corps de Roméo ;
  • p. 54 : les deux familles réunies devant les dépouilles des amants.
Storia di due nobili amanti, détail : désespoir de Roméo découvrant Juliette morte

 

L’artiste est Giovanni Battista Gigola (1767-1841). C’est un portraitiste et miniaturiste formé à Milan et à Rome. Favorable aux idées révolutionnaires, il rejoint Paris sous le Consulat ; on le voit exposer aux salons de 1802 et 1804. Il s’agit d’une époque de choix pour la miniature, dont témoigne le très grand succès dont jouit le Lorrain Jean-Baptiste Isabey (1757-1865) avant, pendant et après la Révolution 2. Les spécialistes ne s’accordent pas sur la présence de Gigola dans l’atelier parisien d’Isabey, bien qu’une historiographie ancienne l’ait fait penser3. De retour à Milan, il travaille pour le vice-roi d’Italie Eugène de Beauharnais, beau-fils de Napoléon Ier (1781-1824, vice-roi d’Italie de 1805 à 1814), dont il peint le portrait, conservé au Musée Marmottan Monet à Paris.

Une provenance illustre

A Milan, bien introduit dans le milieu pro-français, Gigola côtoie le comte Giambattista Sommariva (v. 1760-1826).

Cet avocat qui a fait fortune en faisant des affaires avec l’occupant a été le directeur de la république cisalpine (1799), puis est tombé en disgrâce aux yeux de Napoléon et des Milanais. Pour se refaire une réputation, il se consacre alors à réunir une magnifique collection d’œuvres d’art répartie dans ses nombreuses résidences en Italie et en Europe, dont la célèbre « Villa Carlotta » à Tremezzo sur les bords du lac de Côme4. C’est sans doute l’un des plus grands mécènes de son époque, qui commande des œuvres aux plus grands artistes de son temps : Prud’hon, Girodet, David, et surtout Canova.

Storia di due nobili amanti, détail : Juliette prétendue morte est portée en cortège au caveau de ses ancêtres

 

Sommariva a l’idée de réaliser un catalogue de sa collection en forme de miniatures sur émail, travail confié à Gigola. L’artiste réalise également des miniatures à son intention (L’Amour et le Temps et Nymphe piquée d’une flèche selon le catalogue de vente de la collection). Rien d’étonnant alors à ce que le miniaturiste lui fasse don de son propre exemplaire de la Storia di due nobili amanti. Bien que la collection de Sommariva soit vendue aux enchères après sa mort5, le livre demeure la propriété de son fils, Louis Gaétan, puis de la veuve de celui-ci, Catherine Thérèse Emilie Sellière, comtesse Sommariva, qui le lègue avec toute sa bibliothèque à la ville de Nancy après sa mort en 1888.

Storia di due nobili amanti, détail : les deux familles réunies devant les dépouilles des amants

 

Cinq autres exemplaires ont été localisés à ce jour : celui du grand-duc de Toscane à la Bibliothèque nationale de Florence6, celui du marquis de Trivulzio et celui de J. Poldi Pezzoli à la Biblioteca Trivulziana à Milan7, celui du comte Archinto à la Bibliothèque universitaire de Pavie8, et celui du comte de Spencer à la John Rylands Library de l’université de Manchester9. Celui offert à lord Gwydir n’a pas été localisé10.

Si les ouvrages imprimés sur parchemin sont recherchés des collectionneurs11, l’édition créée par Gigola et ses mécènes est d’un intérêt tout à fait majeur, à la fois pour l’étude du goût troubadour et pour les mécaniques de création d’un ouvrage de bibliophilie au début du xixe siècle.

  1. « romantique » vient du terme « roman », ces textes médiévaux écrits en langue vulgaire (romane) et non en latin. []
  2. Alain Pougetoux, Bernard Chevallier, Blandine Chavanne (éd.), Jean-Baptiste Isabey : 1767-1855 : portraitiste de l’Europe, Paris, Réunion des musées nationaux, 2005, 172 p. []
  3. Nathalie Lemoine-Bouchard, Les peintres en miniature actifs en France : 1650-1850, Paris, Éd. de l’Amateur, 2008, 567 p. []
  4. Francis Haskell, De l’Art et du goût, jadis et naguère, Paris, Gallimard, 1989, 510 p. (« Bibliothèque illustrée des histoires ». []
  5. Catalogue de la galerie du comte de Sommariva, comprenant la collection de tableaux de l’école d’Italie,…, Paris, [s.n.], 1839. []
  6. cote RARI.B.R. 128. []
  7. cotes Triv. G. 20, numéro d’inventaire 4386 et cote Triv. E. 22, numéro d’inventaire 21923. []
  8. cote MISC. 8. – T. 419 n. 22, no inventaire 145 133. []
  9. cote Spencer 18189. []
  10. Un ouvrage de 2002, Chiara Parisio, Giulietta e Romeo nella illustrazione di Giovanni Battista Gigola per Ferdinando III d’Asburgo-Lorena, Grafo edizioni, Brescia, 2002, que nous n’avons pu consulter, indique en connaître quatre seulement. []
  11. Voir notamment les répertoires de Joseph Van Praet immédiatement postérieurs : Joseph Van Praet, Catalogue des Livres imprimés sur vélin de la Bibliothèque du Roi, Paris, De Bure, 1822, et Catalogue de livres imprimés sur vélin: qui se trouvent dans des bibliothèques tant publiques que particulières…, Paris, De Bure frères, 1824. []

Les cafés numériques

Depuis 2013, les Bibliothèques de Nancy développent de nouveaux espaces  et bibliothèques numériques. Les bibliothécaires doivent relever plusieurs défis : inventer de nouveaux services, accomplir leurs missions avec de nouveaux outils, se familiariser avec certaines technologies. Comment se former et se mettre en capacité de ces transformations ? Pour tenter d’y répondre, un outil de formation interne a été mis en place : les cafés numériques. Retour sur 4 ans d’expérimentation.

Projet  et cafés numériques : une naissance conjointe

Labellisées Bibliothèque numérique de référence avec les autres bibliothèques du Sillon Lorrain en juillet 2013, les Bibliothèques de Nancy lancent  un vaste programme de développement numérique de leurs services. Objectifs : aménager des espaces à la Bibliothèque Stanislas et à la Médiathèque Manufacture,  créer de nouveaux services, proposer des actions culturelles en lien avec les technologies, mettre en ligne des bibliothèques numériques. Un grand plan de formation est lancé pour l’ensemble des équipes. Parmi ce dispositif, une proposition émerge et est mise en oeuvre au printemps 2014 : organiser  en interne des temps d’échanges réguliers pour se former aux outils numériques à partir de cas pratiques et concrets. Les cafés numériques sont nés.

 

Un concept…

Les premiers cafés numériques sont organisés selon le format suivant  : chaque jeudi, autour d’un café (et quelques sucreries…), les agents volontaires peuvent participer à cet atelier qui dure environ 45 minutes. La séance est animée par un ou plusieurs collègues en charge des projets numériques.  Il y a un café numérique sur chaque site.  Au début les sujets évoqués concernent surtout des aspects pratiques  : régler des problèmes informatiques, brancher des matériels, utiliser des outils en ligne . Un partage de veille sur des projets innovants en bibliothèque est effectué. A la Bibliothèque Stanislas, le besoin exprimé se concentre rapidement sur des outils professionnels. Il est ainsi proposé d’acquérir une expertise sur les catalogues, les bibliothèques numériques patrimoniales, l’environnement de travail, etc.

Café Numérique spécial Zotero.

…différentes formes.

Après un an d’expérience, les formats sont affinés pour répondre aux besoins exprimés par les bibliothécaires. A la Médiathèque Manufacture, le café numérique est doublé. Dorénavant il y a un « café expresso » de 45 minutes selon les modalités précédemment décrites, et un « café allongé » d’une heure et demie, organisé une fois par mois. Ce deuxième format est animé conjointement par un-e bibliothécaire et un-e animateur-ice multimédia de l’établissement public numérique alors présent dans les locaux de la médiathèque.1 On y aborde des sujets tels que l’utilisation d’Office, les logiciels libres, la gestion des tablettes, la lecture numérique, les objets connectés… Certains cafés numériques allongés spécifiques sont aussi dédiés aux jeux vidéo. A la Bibliothèque Stanislas, le format est moins régulier mais plus ciblé : les thématiques concrètes sont proposées en avance aux collègues. Les séances y ont aussi pris la forme d’un accompagnement plus personnalisé, et plus pratique . Par exemple  il s’agit d’apprendre à personnaliser son interface de travail en choisissant  ses navigateurs, en gérant autrement ses dossiers,  en installant ses plugins. Tout cela par rapport aux besoins spécifiques des bibliothécaires spécialisés dans la médiation du patrimoine.

Café Numérique : démo de Limedia Mosaique

Bilan positif : une montée en compétences collective au rythme de chacun

Au lancement des cafés numériques, il a été choisi de ne pas procéder à une évaluation des compétences par le biais d’un référentiel ou certificat. Cela afin de pas créer de pression et conserver à ces moments leur caractère non obligatoire et conviviaux.  Après plusieurs mois puis années d’expérimentation, comment évaluer les cafés numériques ?

Tout d’abord, au nombre d’idées et projets qui en est sorti. Les cafés numériques, en proposant des moments d’échange, de convivialité et d’entraide entre collègues permettent de susciter des envies et projets grâce à la réflexion collective . Plusieurs collègues ont, à partir d’outils présentés lors du café numérique,  inventé et imaginé des services ou actions culturelles et se sont appropriés des outils qu’ils connaissaient peu. Citons par exemple l’utilisation de tablettes pour des accueils de classe, des heures du conte numérique, des animations jeunesse ; ou la mise en place d’une chasse au trésor numérique dans la médiathèque, l’alimentation d’une bibliobox, la création d’une frise numérique pour la valorisation des collections emploi-formation, l’utilisation d’outils de présentations en ligne. ..

Ensuite, à l’autonomie gagnée par chacun-e dans ses missions quotidiennes, et  sur des postes de service public  situés à présent dans des salles de lecture et de vie, repensées et intégrant des technologies.

Enfin, dans l’élargissement des équipes en charge de services et d’actions culturelles numériques. A la Bibliothèque Stanislas, plusieurs collègues animent aujourd’hui des ateliers numériques du patrimoine. A la Médiathèque Manufacture, l’équipe jeux-vidéo est une équipe élargie, qui s’est formée progressivement.

Café numérique jeux vidéos : les bibliothécaires s’initient au casque de réalité virtuelle

Les écueils à éviter et défis à relever

Au début, la principale difficulté tient à l’hétérogénéité des profils et compétences des uns et des autres. Comment aborder au café numérique des sujets qui contentent tout le monde, sans ennuyer certains ou en décourager d’autres ? Il faut trouver un subtil équilibre. En même temps, la diversité des profils permet d’échanger et de partager dans un cadre plus décontracté et moins intimidant que dans une formation séparant clairement sachant et formés.

Il y a aussi des problèmes très pratiques : pas toujours facile à la Bibliothèque Stanislas de se dégager du temps de façon régulière. Cela a nécessité une adaptation du format avec des ateliers internes plus cadrés avec une thématique choisie et des inscriptions plutôt qu’un horaire fixe où vient qui veut sur des sujets surprises.

Comment rendre compte de ces cafés numériques ? Après le compte-rendu hebdomadaire sous forme de document écrit, l’option du blog a été retenue, avec intégration du flux RSS dans l’intranet des Bibliothèques. Il  faut tenir le rythme pour  mettre à jour cette base de connaissances !

Visuel du blog Café Numérique : les différentes rubriques.

L’organisation au sein du service et du projet

Le dispositif nécessite de dégager du temps d’organisation aux 3 assistant-es de l’équipe numérique qui ont organisé ces séances. Temps de préparation des échanges, de compte-rendus. Temps de coordination aussi pour susciter l’intervention d’autres collègues afin qu’ils-elles partagent leurs compétences.  Pour les animateurs-ices c’est également un positionnement fin au sein de l’établissement : à la fois bibliothécaires formateurs et expert-es, leur mission est d’expliquer à tous que leur expertise sur la technique et les outils est aussi au service de l’expertise culturelle possédée par l’ensemble des agents, eux compris.  Ou l’art d’être reconnu-e comme expert-e numérique tout en devant inclure les autres membres de l’équipe dans une dynamique collective et non excluante autour du numérique.

L’existence des cafés numériques ne dispense pas complètement d’un accompagnement au fil de l’eau et parfois personnalisé entre collègues sur des problèmes informatiques ou questions pratiques. Ce temps d’accompagnement hors café numérique est à prendre en compte aussi.

Les cafés numériques participent à la philosophie globale du projet. Les missions des bibliothécaires ne changent pas sur le fond mais seulement la façon de les exercer et c’est aux  bibliothécaires, experts culturels, de se former aux outils pour inventer de nouvelles façons d’accomplir les missions. Tout le monde est donc concerné et moteur de ces évolutions.2

Café numérique consacré au Dépôt Légal du Web.

Et aujourd’hui, en 2018 ?

Les services numériques sont en place et il faut continuer de les faire vivre et évoluer. La logique d’organisation apprenante se poursuit et avec elle les cafés numériques. A la Médiathèque Manufacture les rendez vous « allongés » se sont espacés car ils ne sont quasiment plus nécessaires. Les cafés numériques expresso du jeudi matin  sont un rendez-vous de démonstration pratique de nouveaux outils ou dispositifs numériques. C’est un espace de communication interne sur la programmation et les services. Le jeu vidéo a été introduit de manière plus régulière pour des démonstrations et des dispositifs comme le casque de réalité virtuelle.  A la Bibliothèque Stanislas le rythme des cafés numériques s’est ralenti mais des formations internes ad hoc sont organisées sur des sujets spécifiques, par exemple sur l’écriture et la contribution web en vue de la sortie des bibliothèques numériques patrimoniales.

 

Cécile Bielli, Cindy Hopfner, Malik Diallo

  1. la Cyber-base du Grand Nancy,  fermée en mars 2016 []
  2. Voir Diallo, Malik et Haquet, Claire. « Du passé ne faisons pas table rase ». Revue de l’Enssib [en ligne], 2016, n° 4 <http://bbf.enssib.fr/revue-enssib/consulter/revue-2016-04-014>. ISSN 2268-5790. []