Petit vade-mecum du mécénat en bibliothèque (épisode 1)

Jusqu’à très récemment mener une opération de mécénat était l’apanage des musées et des grands établissements. Lorsque la Bibliothèque Stanislas a décidé de se lancer son premier crowdfunding, peu d’établissements de taille similaire s’y étaient aventurés. Peu d’exemple, peu de littérature étaient alors disponibles sur le sujet.

 Nous nous proposons de partager notre cheminement et les nombreuses questions que nous nous sommes posées pour mener à bien notre mécénat.

La genèse du projet

Si la première opération de mécénat menée par les Bibliothèques de Nancy a débuté officiellement  le 21 décembre 2017. Elle a pris corps dans nos esprits plus d’une année auparavant.

Astrid Mallick, responsable du cabinet d’art graphique a souhaité lors de la mort du graveur lorrain Claude Weisbuch compléter notre collection de l’artiste. Le galeriste lui a présenté, à cette occasion, une série de 79 estampes de jeunesse de l’artiste dont il ne souhaitait pas se défaire ou uniquement dans sa globalité, l’ensemble formant un tout cohérent expliquant le cheminement de l’artiste jusqu’au style qui a fait sa renommée.

Dépassant le budget consacré annuellement aux acquisitions patrimoniales, cet achat, d’un montant de 49 600 €, nécessitait un montage financier exceptionnel. Une année a été nécessaire pour que nous nous familiarisions avec les rouages du crowdfunding.

 4 questions avant d’agir.

Il est nécessaire de se poser un certain nombre de questions afin de confirmer la pertinence de se lancer dans une telle opération.


Pourquoi le mécénat ?
Par qui ? Qu’est ce que le mécénat exactement ? Comment ?

Nous pouvons apporter une réponse rapide aux deux premières questions.

Pourquoi ?

 Il est nécessaire de s’interroger sur la pertinence de se lancer dans l’aventure du mécénat. Dans notre cas l’achat des 79 œuvres de jeunesse de Claude Weisbuch est-il justifié par rapport à la politique d’acquisitions patrimoniales de la bibliothèque ?

Par qui ?

Porté un projet de mécénat est une tâche lourde, énergivore, mangeuse de temps, nécessitant une grande disponibilité. Aussi, il est nécessaire de prévoir au moins un binôme afin de pouvoir se compléter, se relayer, s’épauler et se motiver mutuellement.

Qu’est-ce que le mécénat[1] ?

« Il n’existe pas de définition précise du mécénat et du parrainage notamment en raison de la diversité des opérations qu’ils peuvent concerner. » selon le site association.gouv.fr

 Cependant, le mécénat est défini par l’arrêté du 6 janvier 1989 comme étant le « soutien matériel apporté,sans contrepartie directe de la part du bénéficiaire, à une œuvre ou à une personne pour l’exercice d’activités présentant un intérêt général « .

Par ailleurs et conformément à la loi du 1er août 2003, dite loi Aillagon,  relative au mécénat, aux associations et aux fondations, les collectivités territoriales sont éligibles au mécénat ouvrant droit à avantage fiscal. Elles doivent cependant répondre comme pour toutes entités éligibles au mécénat, aux critères de l’intérêt général c’est à dire n epas agir au profit d’un cercle restreint de personnes, avoir une gestion désintéressée et avoir une activité non lucrative. Ces avantages représentent :

  • Pour un particulier : une réduction d’impôt de 66 % du montant de leur don effectué en numéraire ou en nature (le don d’une œuvre à un musée de France, par exemple), et retenu dans la limite de20 % du revenu imposable, avec la possibilité, en cas de dépassement de ce plafond, de reporter l’excédent au titre des cinq exercices suivants.((articles 200 et 200 bis du CGI[2])
  • Pour une entreprise : une réduction d’impôt de 60 % du montant de leur don effectué en numéraire, en compétence ou en nature, et retenu dans la limite de 0,5 % du chiffre d’affaires HT, avec la possibilité, en cas de dépassement de ce plafond, de reporter l’excédent au titre des cinq exercices suivants. (article 238 bis – 1 du CGI)

A ces réductions d’impôt peuvent s’ajouter une contrepartie en nature qui doit demeurer dans une disproportion marquée avec le montant du don. Elle ne doit pas dépasser 25% du montant du  don,avec, pour les particuliers, une limitation forfaitaire de 60 €.

Les différents types de mécénat

  • Le mécénat fiduciaire

Il consiste pour un particulier ou une entreprise à faire un d’une somme d’argent.

  • Le mécénat de compétence

Il consiste à mettre, pour une entreprise,  à disposition des collaborateurs sur leur temps de travail pour réaliser des actions d’intérêt général mobilisant ou non leurs compétences.Ces mises à disposition peuvent être évaluées et donner lieu à un avantage fiscal.

  • Le mécénat en nature

Il consiste à donner, pour une entreprise, des biens acquis à titre onéreux par elle ou de biens produits par l’entreprise elle-même et destinés à la vente.

Comment ?

La Ville de Nancy pouvant émettre des reçus fiscaux, nous aurions pu mener notre crowdfunding sans passer par une plateforme participative cependant la visibilité qu’offre les plateformes a emporté notre adhésion. C’est alors présentée une foultitude de nouvelles interrogations :

Choix d’une plateforme

  • Quelle plateforme participative choisir ?
  • Y-a-t’il des plateformes spécialisées pour le domaine culturel ?
  • Quel type de crowdfunding la plateforme propose-t-elle ?
  • Quel secteur la plateforme couvre-t-elle majoritairement ?
  • Nombre de projets proposés en 2016 ? Taux de réussite ?
Présentation du mécénat sur le site de la Fondation du Patrimoine

Mise en ligne

  •  Après validation du projet quels sont les délais de mise en ligne ?
  • Quels sont les outils de promotion, de mise en valeur du projet ?
  • Mise en avant sur la page d’accueil du site ?
  • Mise en avant dans une newsletter ?
  • Mise en avant sur les réseaux sociaux ?
  • Autre …
  • Quelle est la durée de la mise en ligne du projet
  • Durée minimale ?
  • Durée maximale ?
  • La plateforme apporte-t-elle un accompagnement éditorial pour une mise en ligne de qualité ?

Gestion

  • Quel est le montant des frais de gestion ?
  • Que se passe-t-il dans le cas où le montant souhaité n’ait pas été atteint ? Des frais sont-ils applicables ? Dans l’affirmative quel en est le montant ?
  • Que se passe-t-il quand le montant à  atteindre pour la collecte n’est pas atteint ? L’argent récolté est-il quand même acquis au projet ? Dans la négative l’argent est-il redonné aux souscripteurs ? Sous quel délai ?
  • Prise en charge de l’émission de reçus fiscaux
  • Quels moyens de paiement sont proposés aux souscripteurs : carte bancaire, paypal, autre ?
  • Quel est le délai de versement des fonds récoltés ?
  • Un abondement (aide financière complémentaire) peut-il être apporté par la plateforme ?
Plateforme Domaine couvert Durée Frais Émission de reçus fiscaux Objectif de collecte non atteint Contreparties en nature
Ulule Généraliste 90 jours maximum Variable selon les fonds collectés <100 000 € : de 6,67% HT pour les fonds collectés par Cartes Bancaires, et de 4,17% HT pour les fonds collectés par Paypal ou chèques ou virements oui Remboursement des participants possible
Kiss kiss bang bang Généraliste 60 jours maximum 5 % sur les fonds collectés + 3% de frais de transactions bancaires sécurisées non Remboursement des participants possible
Commeon Prédominance culturelle et sociétale ? 8 % HT ou 4% si abonnement mensuel de 330 € HT /mois oui Don irrévocable possible
La fondation du patrimoine Patrimoine (bâti principalement) 5 ans 6 % oui Prolongation de l’opération, possibilité d’un soutien financier de la fondation possible

Les contreparties en nature

La loi permet  d’offrir des contreparties en nature venant compléter  la réduction d’impôt.  Il ne faut pas oublier dans l’organisation du mécénat d’inclure le temps et le coût qu’elles peuvent représenter. La réalisation et l’envoi de goodies peuvent être rapidement onéreux. Il est intéressant de privilégier les contreparties en nature : visite VIP, anciens catalogues édités par la bibliothèque….

Actualité du projet sur le site de la Fondation du Patrimoine

Nous avons choisi de différencier les contreparties pour les particuliers et celles des entreprises.

Contreparties pour le grand public

  • 10 € et plus : une carte double représentant une gravure de Claude Weisbuch
  • 50 € et plus : au choix un exemplaire d’un catalogue d’exposition des Bibliothèques de Nancy (et une carte double représentant une gravure de Claude Weisbuch ou une place de concert le 22 septembre.
  • 120 € et plus : au choix un exemplaire du catalogue d’exposition A livres couverts (150 contreparties) ou Le manuscrit Des Fours (100 contreparties) et une carte double
  •  400 € et plus : 2 places à une présentation privée en très petit comité des œuvres de Claude Weisbuch autour du verre de l’amitié et au choix un exemplaire d’un catalogue d’exposition des Bibliothèques de Nancy et une carte double représentant une gravure de Claude Weisbuch .
  • 1 000 € et plus : une sérigraphie numérotée  « Hommage à  Claude Weisbuch » réalisée par un graveur contemporain remise autour du verre de l’amitié à  la Bibliothèque Stanislas. (48 disponibles)

Contreparties pour les entreprises

  • 500 € et plus : une sérigraphie numérotée « Hommage à  Claude Weisbuch »  réalisée par un graveur contemporain remise autour du verre de l’amitié à  la Bibliothèque Stanislas.  (48 disponibles)
  • 1000 € et plus : deux sérigraphies numérotées « Hommage à  Claude Weisbuch »  réalisées par un graveur contemporain remise autour du verre de l’amitié à  la Bibliothèque Stanislas.  (48 disponibles)
  •  5000 € et plus : 10 invitations à offrir aux collaborateurs, clients à une soirée semi privée (50 personnes)  des œuvres de Claude Weisbuch autour de petits fours et d’un verre de l’amitié. Chaque invité se verra offrir une carte double en souvenir.
  • 10 000 € et plus : découverte de la Bibliothèque Stanislas, de ses trésors  la nuit au cours d’une soirée privée pour 50 personnes autour d’un buffet. Le programme de la soirée sera établi conjointement entre le mécène et les bibliothécaires. Chaque invité se verra offrir une carte double en souvenir de la soirée

 


[1] http://www.culture.gouv.fr/Thematiques/Mecenat/Qu-est-ce-que-le-mecenat

[2] Code général des impôts

Petit vade-mecum du mécénat en bibliothèque (épisode 2)

Nous avons vu dans un premier temps les questionnements qui ont accompagné notre démarche. Revenons ici sur les différentes actions qui ont rythmé notre mécénat.

Bilan de « notre » mécénat

Neuf mois ont été nécessaires pour mener à bien notre entreprise. Une telle opération n’est pas un long fleuve tranquille. Si, dans un premier temps, tout un chacun s’intéresse à vous et à votre projet, il est nécessaire, au fil du temps, de susciter l’intérêt par différentes actions. Chaque action peut être classifiée dans un type de mécénat : de compétence, en nature …

Trois temps forts ont ponctué notre mécénat.
9 mars : création de « la glaneuse», un macaron chocolat par la Fédération des pâtissiers.

6 avril : un dîner d’exception à la Bibliothèque Stanislas.

Vendredi 6 avril 2018 : la salle de lecture transformée en salle de réception.

22 septembre : un concert d’exception par l’Ensemble Stanislas à la Bibliothèque

Le mécénat grand public

120 particuliers ont abondé à la souscription. Ils sont répartis sur l’ensemble du territoire et pour les 3/4 n’ont aucun lien avec les Bibliothèques de Nancy.Les dons des particuliers s’échelonnent entre 10 € et 150 €.
Afin de sensibiliser le grand public, nous avons accueilli plusieurs groupes par exemple. Une grande disponibilité a été nécessaire car ces accueils ont eu lieu, pour la plupart en soirée, en dehors des horaires de travail habituel.

Le mécénat de compétence

  • La création d’un gâteau par la Fédération des pâtissiers de Meurthe-et-Moselle

Créé spécialement en soutien à notre mécénat, La glaneuse, délicieux macaron chocolat au cœur praliné et mousse au chocolat a été mis en vente le 9 mars dans 10 pâtisseries de Meurthe-et-Moselle. Création éphémère, elle n’est plus commercialisée à  la fin du mécénat.

Chaque pâtissier s’est engagé à verser 1 € sur chaque glaneuse vendue avec un minimum 250 €.

La glaneuse : une création des pâtissiers de Meurthe-et-Moselle

La Fédération, elle aussi, abonde au projet en fournissant gracieusement 250 petits carrés de chocolat blanc à l’effigie de la glaneuse à chaque pâtissier participant , en offrant les gâteaux lors de la présentation officielle qui a eu lieu vendredi 9 mars en présence de Laurent Hénart, maire de Nancy, d’André Rossinot , président de la Fondation Lotharingie et de Denis Grandjean, délégué régional adjoint de la Fondation du patrimoine.Elle s’associe au dîner de gala, vendredi 6 avril, en offrant le dessert. Les pâtissiers en assurent le service en tenue et toque blanche.

La glaneuse est offerte en dégustation par les pâtissiers lors de diverses manifestations prévues à Nancy.

Il est à noter que c’est la première fois que la Fédération des pâtissiers participe à  ce genre d’action.

  • Un dîner d’exception samedi 6 avril 2018 

Alain Marcotullio, traiteur et  la Maison Lelièvre, séduits par notre projet ont décidé de nous offrir la totalité de leur prestation –  repas, service et boissons. Ils sont rejoints par la Fédération des pâtissiers qui  offre le dessert. Les places sont proposées au prix de 150 € pour une personne, 275 € pour deux, soit 51€ et 93.50 € après déduction fiscale.

Cuvée spéciale pour un dîner d’exception

Cette soirée a rapporté 50 % de la somme nécessaire pour notre acquisition.

Le mécénat en nature

Pour compléter le dîner, des artistes contemporains, un galeriste et la famille de Claude Weisbuch nous ont offert des œuvres qui ont été vendues aux enchères.

  • 6 œuvres d’artistes contemporains en hommage à Claude Weisbuch

Dans le cadre du projet graveurs lorrains, 6 graveurs contemporains – Jean François Chevalier, Roland Grunberg, Jacques Hallez, Jean Charles Taillandier, Patrice Vermeille et Rarès Victor-  ont proposé 6 œuvres originales, imprimées en 10 exemplaires par l’imprimeur d’art Christin Georgel, installé à Gérardmer et estampillées d’un cachet spécifique à cet événement . Elles sont offertes en contreparties des dons les plus importants.

Œuvres en hommage à Claude Weisbuch
  • Un concert d’exception samedi 22 septembre 2018

Les nombreux musiciens réalisés par Claude Weisbuch témoignent de son intérêt pour la musique. Aussi L‘Ensemble Stanislas répond  immédiatement positivement à notre sollicitation pour l’organisation d’un concert à la bibliothèque, bientôt rejoint par la Brasserie Excelsior qui offre une collation pour agrémenter la soirée.

Samedi 22 septembre 2018 : concert de l’Ensemble Stanislas

Le mécénat fiduciaire

Plusieurs entreprises abondent à la souscription soit par des dons, soit en achetant des places pour notre repas. Par exemple les Vitrines de Nancy et le Centre Saint Sébastien ont acheté respectivement 8 places pour la soirée, places qui ont fait l’objet d’un concours pour être offertes au grand public.

Des dons sans contrepartie

Certaines personnes sont intervenues à nos côtés gracieusement par intérêt pour notre mécénat. Citons Sylvie Teitgen, commissaire priseur et Jérôme Prod’homme, animateur radio, qui ont animé la vente aux enchères et le dîner du 6 avril.

La communication

Sans communication pas de mécénat. En effet c’est grâce à  la presse, les réseaux sociaux, … que l’on peut de façon régulière maintenir l’intérêt du public pour le projet.

Nous avons bénéficié d’une couverture de presse importante, tant de la part de la presse locale que dans la presse professionnelle et des médias radio et TV.  Douze  articles parus dans la presse régionale et professionnelle, un reportage sur France 3, 2 interviews sur les ondes de France bleu, un passage dans la matinale du week-end sur RTL, de nombreux rédactionnels sur le web : Nancybuzz, Connaissance des arts, France 3 … nous ont permis d’être présents tout au long de notre mécénat.  

Conclusion

Notre mécénat a été l’occasion de mettre la Bibliothèque Stanislas sous les feux des projecteurs, de fédérer les mécènes autour du patrimoine lorrain et surtout de nous permettre de belles rencontres.

Des dons complémentaires sont venus enrichir nos collections. Plusieurs œuvres de Claude Weisbuch offertes par la famille de l’artiste  mais aussi le dépôt des archives de Louis Thirion, compositeur lorrain du début du XXe siècle et directeur du conservatoire, rendu possible grâce à notre rencontre avec l’Ensemble Stanislas.

Il nous reste maintenant à maintenir l’intérêt du public qui nous a suivi sur le travail mené par la bibliothèque  et qui sait l’emmener avec nous sur un autre projet de mécénat.

Devenir contributeur

Le lancement de Limédia Galeries, la bibliothèque numérique patrimoniale du Sillon lorrain, appelle de nouvelles missions pour les bibliothécaires de Nancy, puisque le site propose un accès éditorialisé aux collections. Il a donc fallu intégrer cette nouvelle pratique aux profils, se former pour la mener à bien et organiser ce travail de publication. Car derrière les expositions, les billets de blog et les albums, se cache toute une équipe de contributeurs.

L’éditorialisation des collections, nouveau défi pour les bibliothécaires

Si le rôle des bibliothèques publiques a toujours été la démocratisation du savoir, l’enjeu pour elles se situe aujourd’hui au- delà de l’acquisition et de la classification de l’information : il se situe dans sa diffusion. L’éditorialisation joue un rôle de publication et d’accessibilité à l’information : elle donne du sens au document.

L’éditorialisation de contenu se pratique depuis longtemps dans les bibliothèques, notamment à travers des sélections, des coups de cœur, des bibliographies, qui sont une valorisation d’une collection ou d’un corpus. Avec le web comme interface de médiation, les fonctions traditionnelles d’aide à la recherche de documents ou d’informations glissent vers l’organisation des informations et l’interprétation des résultats. L’enrichissement des métadonnées est déterminant dans ce processus. A ces pratiques purement bibliothéconomiques s’ajoutent des pratiques documentaires de médiation, puisque les bibliothécaires créent maintenant du contenu. Ils deviennent « les journalistes de leurs collections » (Dujol, 2011).

C’est donc bien aux bibliothécaires que revient le soin d’éditorialiser leurs collections patrimoniales.

Limedia Galeries : mettre en ligne les collections patrimoniales du Sillon Lorrain et les rendre accessibles

Les milliers de documents disponibles sur Limedia sont aisément accessibles aux chercheurs, qui manient avec aisance recherche avancée, facettes et filtres de résultats. Le véritable enjeu est de rendre cette base de données accessible à un public non spécialiste, moins familier de ces outils.  

Une interface éditoriale

Nous avons choisi de privilégier l’accès aux documents par le thème et par l’image. Nous proposons donc à l’internaute d’explorer les collections à travers des expositions, des albums, des cartes, des billets de blog. 

Chaque module éditorial peut servir une façon de parler des collections. Le contributeur choisit d’aborder un thème ou un document par l’image, par un détail, ou en livrant une explication plus dense ou plus scientifique.

Construire un site dans son intégralité s’est révélé fastidieux dans le suivi de projet, mais a permis de créer des modules éditoriaux sur mesure. Ainsi, nous avons opéré directement des choix de formats et gabarits en fonction de l’usage que nous souhaitions en faire.

L’accès aux sélections de documents se fait par le thème et par l’image.

Limédia galeries propose ainsi :

  • un module Expositions, qui se construit sur une grille d’alternance Texte Image classique, mais dont la continuité peut être interrompue par le mélange d’autres modules indépendants. Cela permet une lecture non plus linéaire, mais de butinage sur les sujets qui intéressent le lecteur.
  • un module Images, qui contient des albums d’images, proposant des descriptions simples et courtes pour le plaisir des yeux.
  • un module Cartes, qui positionne des contenus patrimoniaux sur un fond cartographique : le dénominateur commun du corpus sélectionné sera l’itinéraire, le déplacement dans l’espace.
  • un module Histoires, pouvant accueillir un texte dense sans que la lecture en soit laborieuse.
  • un module Blog, pour aborder les collections patrimoniales sur un ton léger et décalé.

Les bibliothécaires parlent de leurs collections

Les plus indiqués pour parler des collections patrimoniales qu’ils ont indexées, cataloguées, numérisées sont les bibliothécaires eux-mêmes, et c’est par ce prisme-là que nous leur demandons de transcrire leur travail, d’exprimer ce qu’ils font naturellement dans leurs tâches quotidiennes, de parler des documents qu’ils traitent. Loin de faire l’unanimité, cette proposition soulève un débat de la part des futurs contributeurs : il est question de légitimité académique, de (mé)connaissance scientifique des fonds, de maîtrise de la langue, de l’outil informatique, du vocabulaire, de l’expression…

Autant de points d’inquiétude qu’il convient de lever un à un.

Tous contributeurs !

La question de la légitimité est la plus vive parmi ceux qui n’appartiennent pas aux équipes du patrimoine « je ne me sens pas légitime pour parler des collections patrimoniales ». Aussi faut-il convaincre les contributeurs qu’ils connaissent les fonds et les documents et sont capables d’en parler au public. Il s’agit en fait de transposer à l’écrit, ce qu’ils font déjà tous les jours, en renseignant un usager en salle, lui conseillant de consulter ce document plutôt qu’un autre.

La connaissance scientifique des fonds n’est pas la même pour tous. Qu’à cela ne tienne : chacun pourra trouver une façon de parler des documents à hauteur de ses connaissances. Il faut pour cela donner un outil éditorial capable de s’adapter au propos : la description détaillée et pointue pourra faire l’objet d’une exposition ; l’histoire que raconte un contributeur lorsqu’il ancre un document dans son contexte historique entrera dans un autre format. Car chaque type d’éditorialisation trouve son public : il y a autant de diversité dans les équipes des bibliothèques que dans les internautes.

La question de l’exercice de la rédaction, trouve aussi sa solution dans les différents modules éditoriaux puisque l’écriture web nous permet plusieurs niveaux de langage qui ne sont pas envisageables quand on écrit pour le papier.

Le choix des bibliothécaires qui font partie de l’équipe de contributeurs pour Limedia ne reposait donc que sur un seul critère : leur motivation. Et chaque membre de l’équipe avait manifestement envie de partager ses connaissances, et de faire partie de ce grand projet.

Les moyens mis en oeuvre

Le Mooc « Ecrire pour le web » mis en ligne par Rue 89.

Les formations

Nous avons donc commencé, deux ans avant la date prévue de lancement du site, à préparer les équipes. Il a fallu former les contributeurs aux notions essentielles.

La première étape était l’acculturation aux outils numériques. Il s’agissait d’intégrer le numérique dans les pratiques professionnelles de chacun. Nous nous sommes employés à le réaliser à travers des temps donnés en interne, pendant les cafés numériques, qui relevaient plus de l’échange convivial que de la formation stricte. L’intérêt étant que chacun pouvait aussitôt transposer les outils sur son environnement de travail.

Puis nous avons sensibilisé les contributeurs aux différents sites existants, et à ce que nos collègues faisaient déjà : le blog de Gallica, le blog gourmand de Dijon, les autres bibliothèques numériques que nous apprécions1, … et nous avons ainsi exploré les différents tons utilisés.

Nous avons aussi formé les contributeurs aux grands principes de l’écriture web, veillant à mettre à leur disposition des documents de référence, des modèles, des gabarits plutôt strictes pour commencer. Certains ont aussi suivi des Mooc2, et chacun pouvait ainsi se former à son rythme.

Bac à Sable !

La formation reste très théorique tant que les sites sont en construction, et il n’est pas aisé de demander aux novices de se projeter dans un outil qu’il ne connaissent pas encore. Afin d’aider chacun pour sa formation, nous avons ouvert un blog privé, qui permettait aux contributeurs de voir directement le résultat de leur travail.

Ils ont ainsi pu tester la prise en main d’un CMS de type WordPress, et se familiariser avec cet outil. Le recours au CMS dans la plupart des sites a l’inconvénient de standardiser les productions éditoriales : ils pouvaient ainsi s’entraîner à gérer les contraintes en terme notamment de mise en page.

Nous avons aussi pu nous entraîner à réexploiter des ressources déjà existantes, pour les adapter aux contraintes du web : anciennes expositions, supports d’animations …

Les ateliers contribution

Présentation aux collègues des calendriers de publications.

Nous avons choisi de banaliser une après-midi par semaine, dédiée à la contribution et aux formations. Installés dans notre salle de formation, l’Atelier numérique, nous nous rendons ainsi disponibles aux questions, et nous échangeons ensemble.

Certains contributeurs, déjà accoutumés à écrire pour nos différents sites peuvent aider les autres, en donnant des conseils : par exemple ce qu’il convient de regarder lorsque l’on décrit un document iconographique.

La mise en place de ces « Ateliers Contribution » permet de ménager une parenthèse éditoriale dans les tâches quotidiennes, le service public, tout en affirmant la priorité donnée en équipe au projet Limédia. Cela a également permis de créer une dynamique d’entraide et de collaboration dans l’équipe de contributeurs.


Premiers bilans

A l’ouverture du site, si l’heure n’est pas encore aux bilans, nous pouvons d’ors et déjà  constater de réels changements chez les contributeurs. Tous les retours que nous observons sont très positifs.

L’aisance avec laquelle certains réussissent aujourd’hui à écrire sur n’importe quel document témoigne de la confiance qu’ils ont réussi à acquérir.

Nous avons également vu se dessiner des personnalités dans l’écriture, des styles particuliers qui trahissent une « patte » de l’auteur et qui sont une plus-value pour l’éditorialisation en direction du grand public.

A force d’écrire des billets, les contributeurs ne s’arrêtent plus à la première lecture du document. Ils choisissent même parfois d’ignorer le sujet central d’un document iconographique, pour s’attacher à un détail du papier, à un détail en arrière plan, et nous livrent une lecture à chaque fois différente.

Les bibliothécaires parlent des documents avec une émotion et une implication personnelle, et donnent vie à la plus sombre des cartes postales de guerre.

Contextualiser un document, c’est lui donner du sens, et c’est en lui donnant un point de vue qu’on l’enrichit.

Sources :

Arnaud Laborderie, « Éditorialisation des bibliothèques numériques : le cas des Essentiels de Gallica », dans
Documents et dispositifs informationnels à l’ère post-numérique [coll., CIDE 18],  Montpellier, Europia, 2015.

Xavier Delengaigne, Thomas Joubert, Ecrire pour le web : Vers une écriture multimédia , Territorial Éditions, 2013.


http://www.sens-public.org/article1184.html

  1. https://bibandclic.wordpress.com/, http://11km-patrimoine.grand-troyes.fr/, https://www.armarium-hautsdefrance.fr/, http://balises.bpi.fr/a-la-une []
  2. Apprenez à contribuer sur Wikipedia, Écrire pour le Web []

La bibliothèque créatrice de contenu

L’un des grands enjeux des bibliothèques est la patrimonialisation, c’est-à-dire la conservation pérenne des contenus pertinents, par opposition au désherbage pour les contenus périmés. C’est une question centrale que les bibliothécaires abordent paradoxalement avec leur bon sens comme principal outil, en y ajoutant tout de même leur expérience, celle de générations de prédécesseurs et d’historiens qui savent où sont les mines d’information et ce qu’il faut garder pour documenter le présent (comme on dit en bon jargon).

Rassembler les savoirs

Dans les civilisations orales la conservation du savoir est assurée par la répétition, les contes et légendes ; depuis que nous avons adopté l’écriture nous déversons notre mémoire dans les textes, charge aux archivistes et aux bibliothécaires de les classer et de savoir les ressortir à l’envi. C’est imprégnés de cette nécessité qu’ils choisissent jour après jour ce qui doit entrer dans leurs collections et, plus fâcheux, ce qui doit en sortir. Ce filtre permanent est techniquement douloureux (les magasins sont pleins et les nouvelles publications innombrables), intellectuellement incertain (comment savoir à coup sûr ce qu’il faudra avoir gardé dans deux siècles) et politiquement délicat (le public ne comprend pas, à l’ère de l’infobésité, que l’on jette massivement des livres, il ignore qu’on en achète tout autant, et il feint d’ignorer tous ceux qu’on n’achète pas).

O. Von Corven, « The Great Library of Alexandria », in O. Von Corven — Tolzmann, Don Heinrich, Alfred Hessel and Reuben Peiss. The Memory of Mankind. New Castle, DE: Oak Knoll Press, 2001

Pour assurer l’empilement des sédiments, le bibliothécaire doit parfois œuvrer plus en amont jusqu’à susciter la création de contenu : il devient alors éditeur et parfois auteur lui-même. C’est une entreprise bien étrange à première vue, comme si le conservateur de musée peignait lui-même des tableaux à accrocher dans ses salles. Elle naît du souci de préserver l’immatérielle connaissance, peut-être redoublé en ces temps de contenus dématérialisés et mouvants. Elle témoigne du tiraillement de celui qui doit choisir (et donc renoncer) entre des livres trop nombreux et qui, simultanément, voit des connaissances se perdre.

Une illustration fréquente de cette urgence s’observe dans la pratique de bibliothécaires cultivés et rigoureux, qui connaissent leur fonds ou l’histoire locale comme personne, et qui, chercheurs eux-mêmes, sont des références inestimables pour les chercheurs (cet archétype peut aussi s’incarner dans le président de société savante familier des collections historiques) : souvent ils n’écrivent pas ou trop peu au regard de leur érudition, et tout se perdra lorsqu’ils s’en iront.

Épitomé, garder la trace

Couverture d’Épitomé 2015 (détail)

Depuis six ans les Bibliothèques de Nancy ont entrepris un programme de publication qui doit répondre à cet enjeu : pour conserver les recherches menées à l’occasion d’une question de correspondant, d’un prêt pour une exposition, d’un chantier du service, nous publions un carnet de recherche intitulé Épitomé, du nom d’un trésor de notre réserve précieuse. Il paraît au fil de l’eau sur la plateforme universitaire Hypothèse. Et puisque nous sommes bien placés pour savoir combien la conservation numérique est plus difficile que celle du bon vieux papier, nous en faisons un tirage annuel sous la forme d’une jolie revue – tant qu’à faire nous en distribuons quelques centaines d’exemplaires à nos partenaires.

La démarche d’Épitomé se distingue d’un projet éditorial en ce que la fabrication suit l’intention, et non pas le contraire. C’est lorsque surgit le besoin que le texte est écrit et les images choisies ; il n’y a pas de programme a priori. L’objectif n’est pas d’ajouter une fonction à la bibliothèque, mais d’étendre jusqu’à son travail interne sa mission d’archivage.

Une collection naissante

Cette année les Bibliothèques de Nancy engagent un nouveau programme avec l’édition d’une monographie sur le camée romain qu’elles conservent depuis la Révolution. Contrairement à Épitomé il s’agit là de produire spécialement du contenu pour le publier. Ces travaux ont vocation à être renouvelés pour constituer progressivement une collection sur nos collections. Répondant à toutes les conditions de l’édition scientifique, avec appareil de notes et bibliographie, ces livres sont aussi soigneusement illustrés, mis en page et imprimés, et vendus peu cher (15€) dans les librairies, pour donner à connaître nos trésors auprès du grand public.

Le camée de Nancy, couverture dépliée

La première livraison porte sur le camée de Nancy, qui est l’un de nos trésors les plus insignes et sûrement le plus mystérieux. Que représente-t-il ? Comment est-il arrivé entre nos mains ? Les questions s’imposaient. Nous avons d’abord rassemblé les notes et archives en notre possession, pour faire un état de l’art sur l’objet, ainsi qu’une bibliographie aussi complète que possible. Puis nous avons sollicité des contributions auprès de chercheurs à même d’éclairer, chacun dans sa spécialité, les différents aspects de l’histoire du camée. Tous ont répondu positivement, et disposant de notre texte liminaire ils ont envoyé leur chapitre et leurs suggestions d’illustrations. Lié à l’histoire de saint Nicolas, saint-patron de la Lorraine, et connu des savants nancéiens, le camée était tout désigné pour intéresser le public : de fait il se vend bien, ce qui nous encourage à mettre sur le métier une deuxième publication.


Dans leur bibliothèque patrimoniale numérique Limédia galeries, qui ouvrira en janvier 2019, les Bibliothèques de Nancy publieront une sélection de leur patrimoine écrit et graphique éditorialisée et scénarisée. Dans Épitomé elles rendent compte de leurs recherches et de la mise en œuvre de leurs projets de lecture publique. Avec leur nouvelle collection monographique elles produisent des connaissances sur leurs trésors. Pour concentrer et illuminer l’histoire de leur territoire elles mettent tous les fers au feu.