Jacques Callot : Études de chevaux

Célèbre artiste lorrain, Jacques Callot (1592-1635) a produit un nombre considérable de gravures mais aussi de dessins conservés dans les plus grandes collections et institutions du monde entier. Si les estampes sont bien connues, les dessins restent encore confidentiels pour le grand public. Pourtant, ceux-ci révèlent l’intimité créatrice de l’artiste, allant de la copie jusqu’aux travaux préparatoires aux grandes compositions gravées. La Bibliothèque Stanislas conserve un dessin de Jacques Callot, figurant des études de chevaux, qui témoigne du cheminement graphique de l’artiste.

Callot (Jacques), Études de chevaux et soldats, encre brune sur papier vergé, G-FG-AL-00001-019

L’oeuvre de Jacques Callot à la Bibliothèque Stanislas

La Bibliothèque Stanislas conserve la quasi totalité de l’œuvre gravé de Jacques Callot. Comptant plus de 1400 pièces, en différents états, ce sont au total plus de 3000 estampes de l’artiste qui y sont conservées.

Constituée dès le XVIIIe siècle, cette collection des œuvres de Jacques Callot s’est étoffée au cours des siècles par les achats, les legs et les dons de collectionneurs. Deux ensembles importants sont à signaler : les recueils de l’œuvre de Jacques Callot et la collection Thiéry-Solet.

Recueils de l’œuvre de Jacques Callot, anciennement référencés sous la cote Rés. 20, aujourdhui cotés G-FG-AL-00001 à 00003 pour les 3 volumes.

Les recueils de l’œuvre de Jacques Callot ont été constitués dans la seconde moitié du XIXe siècle à partir des œuvres en feuilles conservées à la bibliothèque. Sorte de recueils factices sur la thématique « Jacques Callot », ils contiennent à la fois les portraits de Jacques Callot, les œuvres originales, les copies, classées selon l’ordre et la numérotation proposée par Edouard Meaume en 18601. Ils forment un ensemble de trois volumes contenant plus de 1 000 œuvres.

La collection Thiéry-Solet est entrée à la Bibliothèque Stanislas en 1921. Composée d’une importante bibliothèque et d’une collection de gravures et de dessins, elle compte plus de 2000 œuvres de Jacques Callot. Jean-Baptiste Thiéry-Solet était un collectionneur éclairé de l’oeuvre de Jacques Callot, il possédait une très grande partie de son oeuvre gravé mais aussi plus de 300 matrices de ses gravures2. Il a d’ailleurs fait des retirages à partir des matrices qu’il possédait. La bibliothèque conserve également ces retirages du XIXe siècle.

Des gravures de Jacques Callot proviennent d’autres de collectionneurs mais la dispersion des feuilles dans différents recueils factices ne permet pas actuellement d’en appréhender la quantité et l’originalité. Le chantier des collections en cours permettra de répertorier en détail l’ensemble de cette collection.

Si la Bibliothèque Nationale de France a déjà numérisé et mis en ligne plus de 900 gravures de l’artiste, les bibliothèques du Sillon Lorrain s’apprêtent également à mettre en ligne l’oeuvre de Jacques Callot sur Limédia galeries, offrant ainsi au public une visibilité complète de son œuvre.

Études de chevaux

Dans le premier volume des recueils de l’œuvre de Jacques Callot se trouve un dessin de l’artiste figurant des études de chevaux, de cavaliers et d’hommes combattant à l’arme à feu. Ce dessin, monté sur un papier vergé épais, entouré de plusieurs liserés d’encadrement brun et beige faits à la main, a appartenu à plusieurs collectionneurs avant d’arriver à la Bibliothèque Stanislas. La première mention figure au bas du montage, au crayon graphite : “Don Hubert Magot”. Les recueils semblent avoir été constitués par la bibliothèque elle-même, durant la seconde moitié du XIXe siècle. Ce dessin serait donc entré par don avant cette date ou à la même date.

Il y a également une autre mention de collectionneur sur ce dessin ; en bas à gauche figure un cachet de collection, estampé à l’encre noire, de forme circulaire, figurant les lettres JG. Grâce à l’aide de Laurence Lhinares, chargée de recherche à la Fondation Custodia et au Département des arts graphiques du Musée du Louvre, ce cachet de collection a pu être identifié et son signalement a permis aux équipes de la fondation Custodia d’enrichir la notice Lugt de ce cachet. Il s’agit de la marque du collectionneur anglais James Gibbs (1804-1891) (L. 1164a). James Gibbs était libraire, relieur, vendeur d’estampes mais c’était, avant tout, un collectionneur compilateur. Plusieurs milliers de feuilles composaient sa collection. Il était également bibliophile.

Callot (Jacques), Études de chevaux et soldats, encre brune sur papier vergé, G-FG-AL-00001-019 : cachet de collection de James Gibbs (Lugt L.1164a)

Ce qui est intéressant dans cette découverte, c’est que, comme d’autres dessins d’études de chevaux répertoriés par Daniel Ternois dans son catalogue des dessins de Jacques Callot3 , ce dessin porte la marque d’un collectionneur anglais. L’œuvre de la bibliothèque n’avait pas été signalée par Daniel Ternois dans son catalogue raisonné, ni dans le supplément qu’il a publié 1998. Ce dessin ne figurait pas non plus à la grande exposition Jacques Callot en 1992 au Musée Lorrain à Nancy.

 

D’après Antonio Tempesta

Les études de chevaux connues de Jacques Callot semblent toutes librement copiées par Callot d’après une suite gravée à l’eau-forte par Antonio Tempesta (1555-1630) à Rome en 1590 : Cavalli di differenti paesi […] ((Bartsch, 1803-1821, XVII, n°941-968)).

Van Panderen (E.), d’après Antonio Tempesta, Hic maculis […], planche n° 9, gravure à l’eau-forte et au burin sur papier vergé, Rés. 4119

Plusieurs de ces études, conservées au British Museum, au musée des Offices à Florence ou à l’Albertina de Vienne montrent effectivement que Jacques Callot s’est exercé à l’étude des différentes postures du cheval à partir de cette fameuses suite gravée de 1590. Cette suite a connu plusieurs éditions et a été largement diffusée. La Bibliothèque Stanislas conserve un exemplaire de cette suite, gravée d’après Tempesta par Egbert van Panderen (1581-1637), datée vers 1630 à priori. Les sujets sont fidèlement copiés en contrepartie, c’est à dire dans le sens inverse de l’original, et reprennent la légende en latin dans la partie basse de chaque planche. Chaque planche est numérotée de 1 à 30, y compris les pages de titre et dédicace. Cette suite gravée est entrée dans les collections de la Bibliothèque Stanislas suite aux saisies révolutionnaires, elle provient du Couvent des Tiercelins de Nancy.

Van Panderen (E.), d’après Antonio Tempesta, Hic maculis […], planche n°9, gravure à l’eau-forte et au burin sur papier vergé, Rés. 4119

 

Le portrait de Louis de Lorraine, Prince de Phalsbourg

Callot (Jacques), Louis de Lorraine, gravure à l’eau-forte rehaussée de burin sur papier vergé, M-TS-ES-00187

De nombreux personnages et postures de chevaux du dessin rappellent les éléments que l’on retrouve dans la gravure de Jacques Callot connue sous le nom « Portrait du Prince de Phalsbourg ». Le cheval cabré de la gravure se retrouve sur le dessin, avec exactement les mêmes caractéristiques de posture.

Callot (Jacques), Études de chevaux et soldats, encre brune sur papier vergé, G-FG-AL-00001-019 (détail)

Les soldats armés, tirant à feu, qui se trouvent sur le dessin, apparaissent également en arrière plan de ce portrait du Prince de Phalsbourg. On retrouve également la zone de fumée, en haut à droite sur le dessin, que l’on aperçoit à plusieurs endroits, dans la scène d’arrière plan, sur la gravure. Des groupes de cavaliers portant des étendards de la partie inférieure droite du dessin font écho aux mêmes groupes qui sont en arrière plan de la patte arrière du cheval.

Callot (Jacques), Études de chevaux et soldats, encre brune sur papier vergé, G-FG-AL-00001-019 (détail)
Callot (Jacques), Louis de Lorraine, gravure à l’eau-forte rehaussée de burin sur papier vergé, M-TS-ES-00187 (détail)
Callot (Jacques), Études de chevaux et soldats, encre brune sur papier vergé, G-FG-AL-00001-019 (détail)

On sait que les nombreux dessins d’études de chevaux et soldats ont été utilisés par Callot, tout au long de sa vie, pour plusieurs de ses gravures. Dans ses croquis, il travaille surtout sur les postures et les allures des chevaux. Il se sera resservi de ses propres modèles de croquis pour les inclure dans ses gravures. Ce dessin serait daté des années 1615-1617, par analogie aux autres études de chevaux dont Daniel Ternois situe la création vers le début de la période florentine (1615-1617).

Bibliographie

Ternois (D.), Jacques Callot : catalogue complet de son oeuvre dessiné, Paris : F. de Nobele, 1962.

Ternois (D.), Jacques Callot : catalogue complet de son oeuvre dessiné, Supplément (1962-1998), Paris : F. de Nobele, 1998.

Ternois (D.) (sous la direction de), Jacques Callot : 1592-1635 : actes du colloque organisé par le Service culturel du Musée du Louvre et la Ville de Nancy, à Paris et à Nancy les 25, 26 et 27 juin 1992, Paris : Klincksieck, 1993.

Choné (P.) (sous la direction de), Jacques Callot : 1592-1635. Musée historique lorrain, Nancy, 13 juin-14 septembre 1992, Paris : Réunion des musées nationaux, 1992.

  1. E. Meaume, Recherches sur la vie et les ouvrages de Jacques Callot, suite au Peintre-graveur français de M. Robert Dumesnil, Paris : Vve J. Renouard, 1860 (Nancy : impr. Raybois). []
  2. Les matrices en cuivre de Jacques Callot, de la collection Thiéry-Solet, sont conservées au Musée Lorrain []
  3. D. Ternois, Jacques Callot : catalogue complet de son oeuvre dessiné, Paris : F. de Nobele, 1962 et Supplément (1962-1998), Paris : F. de Nobele, 1998. []