La Bibliothèque publique sous la direction de Soyer-Willemet

Sans doute à cause de son application intransigeante du règlement et de son faciès disgracieux, Soyer-Willemet a eu la réputation d’être un « gardien jaloux » voire le « dragon » de la bibliothèque. Il n’a pourtant jamais abusé de sa position de bibliothécaire en chef de la Bibliothèque Publique et a toujours agi dans l’intérêt des collections. C’est pourquoi Soyer-Willemet a été soutenu et apprécié, sauf par les lecteurs déçus de n’avoir pu jouir des collections comme ils l’auraient souhaité.

Cet article est le second préparé par Sarah Cabadet.

La Commission de Surveillance de la Bibliothèque Publique (1840-1868)

 L’actuelle Bibliothèque Stanislas est certes très différente de la Bibliothèque Publique du xix e siècle, mais elle repose sur les institutions de cette période. Il s’agit d’une période de réflexion sur le fonctionnement de la bibliothèque et sur la gestion des collections. Cela est déterminé d’une part par les volontés de la municipalité et du Ministère de l’Instruction Publique, mais aussi par l’action et la personnalité du Bibliothécaire en Chef. Le tout est contrôlé par la Commission de Surveillance de la Bibliothèque Publique.

La Commission de surveillance se compose de cinq ou six académiciens et se réunit en moyenne une fois tous les deux mois. Le bibliothécaire en chef informe les membres de l’avancée de ses travaux, présente les dons et achats de livres ou de médailles, soumet des demandes pour de prochaines acquisitions ou sur la nécessité de réaliser des travaux et résume l’activité des sous-bibliothécaires. La Commission examine également les demandes de dérogation pour des emprunts de documents à domicile. Une fois par an, la Commission dresse un bilan sur l’accroissement des collections. Tous les comptes-rendus de réunions sont consignés dans un registre depuis la refonte de la Commission en 18401.

En 1843, une circulaire de la Mairie demande un rapport annuel à tous les établissements municipaux afin d’être informée de leur évolution.  La Commission de surveillance résume le contenu des différentes réunions et en fait un rapport destiné à la municipalité concernant l’état des collections et leur enrichissement, de l’avancée du catalogue, des changements ou des absences de personnel ainsi que des besoins matériels et financiers de la Bibliothèque Publique2. Par conséquent, cela en fait une source très riche qui permet de suivre le développement de la bibliothèque.

Soyer-Willemet, bibliothécaire en chef

La correspondance, les registres de délibérations de la Commission de surveillance et surtout les rapports envoyés annuellement à la Mairie sont des sources sur l’intervention remarquable de Soyer-Willemet en faveur de la bibliothèque.

Hubert-Félix Soyer-Willemet arrive à la Bibliothèque Publique en 1821 en tant qu’assistant  du bibliothécaire en chef, l’abbé Lesoing3. Il prend ensuite la direction de la bibliothèque à la mort de ce dernier, en 1824.

La bibliothèque recèle alors les saisies révolutionnaires, des ouvrages mais aussi des objets anciens et précieux. Rien n’a encore été vraiment catalogué et les objets sont très souvent mal conservés. La tâche principale de Soyer-Willemet est de rédiger un catalogue raisonné des ressources de la bibliothèque, catalogue vivement réclamé par la Mairie et le Ministère de l’Instruction Publique. Il doit également assurer l’ouverture de la bibliothèque au public, trois jours par semaine en 1824, puis cinq jours à partir de 1831 et six jours par semaine en 1865. Pour cela, le bibliothécaire en chef est aidé par deux sous-bibliothécaires. Cependant, de nombreux impératifs le déconcentrent et ralentissent sa besogne première.

Soyer-Willemet s’occupe du catalogage, de la conservation et de la gestion des collections, de la communication au public et de l’enrichissement des collections. Il doit répondre aux sollicitations des lecteurs qui souhaitent consulter les ouvrages de la bibliothèque et surtout il doit analyser les demandes d’emprunts de livres à domicile. Le règlement est très strict et Soyer-Willemet veille à ce qu’il soit respecté à la lettre. Les documents comportant de l’iconographie ne peuvent être consultés à domicile et les ouvrages de gros formats ne peuvent être que peu consultés pour en éviter l’usure. Toutefois, ce règlement vise uniquement à protéger les ressources précieuses et fragiles de la bibliothèque.

Ces contraintes s’expliquent également par le manque de matériel et la pauvreté du mobilier de la bibliothèque. C’est également l’un des combats du bibliothécaire en chef. Dès 1829 Soyer-Willemet obtient une autorisation du Maire afin de réaliser d’importants travaux dans les locaux4.  En 1839 il résout des problèmes de chauffage et d’éclairage. Le bibliothécaire en chef se bat également pour doter la bibliothèque de meubles supplémentaires pour conserver les médailles5 et de plus de tables et de chevalets afin de faciliter la consultation des documents6. Il envoie donc régulièrement des demandes de crédits à la Mairie. Par la même occasion, il essaie d’attirer l’attention de la municipalité sur l’état du bâtiment et réclame la réparation du plancher et du plafond. Il demande également à aménager l’aile occidentale de la bibliothèque et à sécuriser le Cabinet des médailles. Soyer-Willemet souhaite augmenter la surface de stockage en vue de supprimer les doubles rangées de livres sur les étagères et de pouvoir dégager les combles qui contiennent les brochures7. Malheureusement Soyer-Willemet ne verra jamais se réaliser ces travaux, ils n’auront lieu qu’à partir de 1869 sous la direction de l’architecte Prosper Morey.

Les acquisitions majeures

La capacité de stockage de la bibliothèque est également un enjeu fondamental : cela permet aux collections d’être conservées dans de bonnes conditions, mais aussi de faire de la place pour l’enrichissement dû à Soyer-Willemet. Il est, par conséquent, en relation avec des libraires parisiens à qui il demande de trouver les ouvrages manquants à la Bibliothèque Publique. Sur ce point Soyer-Willemet est très exigeant, il n’accepte que les livres en bon état et refuse les ouvrages lavés. Il demande régulièrement un budget afin de relier les ouvrages qui ne sont que brochés8.  Le bibliothécaire en chef est aussi très à l’écoute des suggestions et des demandes des lecteurs, notamment les demandes venant des professeurs des facultés de droit et de médecine. Il réclame aussi l’augmentation du budget d’acquisitions à 2 000 francs9.

Soyer-Willemet entretient une correspondance régulière avec le Général Drouot10. Dès 1824, il lui communique des livres et le général en fait une étude. Cette bonne entente a sûrement influencé le général dans sa décision de faire don de ses cartes militaires à la bibliothèque lorsqu’il perd la vue en 1832.

Portrait du général Drouot
Portrait du général Drouot (cote provisoire : FG3 Drouot).

En 1834, Soyer-Willemet accueille un dépôt des livres de la Société royale des sciences, arts et lettres, et en 1836 l’École de médecine fait don de sa bibliothèque. A la mort du Général Drouot, en 1847, ses livres sont donnés à la Bibliothèque Publique. En 1849, les démarches de Soyer-Willemet aboutissent à d’importantes acquisitions de cartes et d’œuvres de Jacques Callot.

Le bibliothécaire en chef cherche également à acquérir des bibliothèques d’érudits locaux, si ces derniers n’en font pas eux-mêmes don. Ainsi, après des demandes répétées à la Mairie, Soyer-Willemet obtient en 1855 3 000 francs pour acheter des imprimés et manuscrits précieux de M. Noël11.  Il obtient ensuit 5 000 francs en 1857 afin d’acheter les manuscrits restants. En 1858 la Bibliothèque Publique reçoit le legs des manuscrits de Justin Lamoureux12. Enfin en 1862 et 1863 Soyer-Willemet réceptionne et installe des livres de Henri Boulay de la Meurthe13,  dans le local qui leur est destiné.

Henri-Georges Boulay de la Meurthe
Portrait de Henry-Georges Boulay de la Meurthe (cote provisoire FG3 Boulay).
Vue d'un magasin Boulay de la Bibliothèque de Nancy
Vue d’un magasin conservant la collection Boulay de la Meurthe

Il en termine le catalogue en 1865. En effet, à chaque acquisition, d’ouvrages ou de collections, il faut réceptionner les livres, les installer et les cataloguer. Cela prend énormément de temps et ralentit donc le catalogue général.

Soyer-Willemet est aussi responsable du Cabinet des Médailles et du Cabinet d’Histoire Naturelle situés dans les locaux de la bibliothèque. La collection du Cabinet des Médailles est assez modeste mais il l’enrichit régulièrement en monnaies, médailles et jetons de toutes époques. Il fait notamment l’acquisition de l’importante collection de médailles de M. Gillet en 1864.

Soyer-Willemet étoffe également  les possessions du Cabinet d’Histoire Naturelle en réceptionnant divers objets et en réalisant des campagnes de chasses afin d’obtenir les spécimens manquants14. La bibliothèque reçoit par exemple une peau de serpent en 183115 et des momies égyptiennes en 184616.

Un « dragon » conciliant

Les seules plaintes à l’encontre de Soyer-Willemet sont des reproches concernant son excès de zèle. En effet, il existe plusieurs courriers de lecteurs mécontents de n’avoir pu consulter ou emporter les ouvrages désirés. Cependant, comme il ne fait qu’appliquer le règlement, le Maire et la Commission de surveillance de la bibliothèque lui ont toujours donné raison17. Aussi, lorsqu’il le peut, et surtout si cela ne porte pas atteinte aux documents, il essaye d’accorder des dérogations afin de rendre service aux lecteurs. Il a plusieurs fois autorisé des professeurs à emporter des livres à domicile car ils ne peuvent venir aux heures d’ouverture de la Bibliothèque Publique à cause de leur emploi.

Soyer-Willemet s’est dévoué à sa fonction de bibliothécaire en chef, mais il est toujours demeuré un homme modeste. Il n’avait, dans un premier temps, qu’un traitement de 1 200 francs par an. En 1831, la Mairie décide de l’augmenter à 2 000 francs car la bibliothèque est passée à cinq jours d’ouverture par semaine. Cette même année Soyer-Willemet refuse un poste d’enseignant à Paris, en partie à cause de sa santé fragile. Pendant les trente années suivantes, il a conservé son salaire relativement bas de 2 000 francs. Toutefois, en 1863 il s’est résigné à demander une augmentation de 1 000 francs dans l’unique but de pouvoir payer le régime fortifiant que sa santé l’oblige à prendre18. Son traitement, ainsi que celui des sous-bibliothécaires, est une nouvelle fois augmenté lorsque la Bibliothèque Publique passe à six jours d’ouverture par semaine.

La Mairie accepte la demande d’augmentation de Soyer-Willemet car elle ne peut se permettre de perdre un bibliothécaire en chef si efficace. De plus, comme le Maire le dit lui-même, un autre bibliothécaire demanderait un traitement bien supérieur.

Soyer-Willemet est indispensable au bon fonctionnement de la bibliothèque, le président de l’Académie dira de lui qu’il est « le catalogue vivant et méthodique des richesses de la bibliothèque publique de Nancy  »19. Malheureusement, il a une santé fragile et les hivers sont rudes à la Bibliothèque Publique, qui n’est pas chauffée. Soyer-Willemet est donc malade presque tous les hivers. Cela participe à lenteur de la rédaction du catalogue, mais ni les conditions météorologiques, ni ses problèmes de santé ne l’empêchent d’assumer les responsabilités du poste de bibliothécaire en chef. Ainsi, même lorsque sa maladie se fait trop grave et le contraint à rester chez lui, des réunions de la Commission de Surveillance de la Bibliothèque Publique se tiennent à son domicile20. Toutefois, Soyer-Willemet n’est pas seul à entretenir la bibliothèque, il a toujours été secondé par deux sous-bibliothécaires et un intendant. Ils ont également, quelquefois, dû pallier l’absence du bibliothécaire en chef. Ce dernier ne manque jamais de féliciter ni de souligner l’importance du travail de ses assistants lors des réunions de la Commission de surveillance de la Bibliothèque Publique.

Portrait de Soyer-Willemet
Portrait de Hubert-Félix Soyer-Willemet (cote 98 019 (15)).

Hubert-Félix Soyer-Willemet décède en janvier 1867 après avoir endossé le rôle de bibliothécaire en chef pendant plus de quarante ans. Il n’a pas pu achever le catalogue raisonné, mais il a considérablement enrichi les collections de la Bibliothèque Publique et a fait son possible pour les conserver au mieux et les rendre accessibles au public. Malgré l’âge et la maladie de Soyer-Willemet, sa succession n’avait pas encore été envisagée. C’est pourquoi, même si des candidatures sont envoyées dans les jours qui suivent sa mort, la Commission préfère attendre plusieurs mois avant de le remplacer.

  1. Gillet (Nicolas), Rapport à M. le maire de la ville de Nancy sur la situation de la bibliothèque publique au 1er janvier 1845…, 1846. Les registres de délibérations de la commission de surveillance sont conservés aux archives historiques de la Bibliothèque. []
  2. Rapport sur l’activité de la Bibliothèque de 1843 à 1868, Archives historiques. []
  3. Hubert Lesoing (1757-1845), ancien curé de Saint-Germain-l’Auxerrois et prédicateur à succès, est nommé vicaire de la cathédrale de Nancy au moment du Concordat puis bibliothécaire en chef en 1815. Il résigne sa charge en 1825 au profit de Soyer-Willemet pour entrer au chapitre cathédral. L’Espérance : courrier de Nancy, 30 décembre 1845, p. 3. []
  4. Lettre du 1er juin 1829. Archives historiques de la bibliothèque, dossier H1a. []
  5. Rapport sur l’activité de la bibliothèques, 1846. Archives historiques. []
  6. Rapports sur l’activité de la bibliothèque, 1850-1860. []
  7. Rapports sur l’activité de la bibliothèque, 1851-1852. []
  8. Gillet (Nicolas), Rapport à M. le maire de la ville de Nancy sur la situation de la bibliothèque publique au 1er janvier 1845, fait au nom de la commission de surveillance par M. Gillet,…, 1846. []
  9. Rapport sur l’activité de la bibliothèques, 1857. []
  10. Antoine Drouot (1774-1847), brillant mathématicien, est un général fidèle à Napoléon, retiré à Nancy sous la Restauration. Il appartient par ailleurs à une fratrie très aimée des Nancéiens. []
  11. François-Jean-Baptiste Noël (1783-1856), esprit libre et lotharingiste forcené, a réuni la plus belle collection de bibliophilie et d’archives lorraines de son époque. []
  12. Justin Lamoureux (1783-1859), avocat et magistrat mais surtout collectionneur. []
  13. Henri Boulay de la Meurthe (1797-1858) homme politique, vice-président de la IIe république []
  14. ms. Soyer-Willemet 6, pièce 9. []
  15. ms. Soyer-Willemet 6, pièce 7 []
  16. Registre des délibérations, 1846. Archives historiques. []
  17. Voir le traitement réservé à une plainte en 1848. Archives historiques, dossier F2. []
  18. Archives historiques, dossier F3. []
  19. Rapport sur l’activité de la bibliothèque, 1867 []
  20. Registre des délibérations…, 1863-1864. []

Roland Grünberg et le Nancy Jazz Pulsations

En 1973, une poignée de jeunes Nancéiens passionnés de jazz décident de monter un festival, à l’image du Festival Mondial du théâtre qui se tenait chaque été à Nancy. Une aventure qui  commence dans les greniers d’une ferme de Xirocourt, dans laquelle des groupes viennent régulièrement jouer. L’événement se déplace ensuite au Caveau de la Commanderie à Nancy. Il attire toujours plus de curieux et d’amateurs. L’idée de monter un festival est née.

Première affiche du Nancy Jazz Pulsations créée en 1973 par Roland Grünberg, sérigraphie en deux couleurs, Sérica, Nancy, 1973, Bibliothèques de Nancy, nouvelle acquisition

Roland Grünberg, qui fait partie des amateurs de jazz et de musiques nouvelles, participe à la création de ce premier festival. Il crée toutes les affiches pour l’année 1973 mais également le journal du festival.

Le jazz envahit la ville et Roland Grünberg crée des chars, tous plus incroyables les uns que les autres, pour les parades dans Nancy.

Il réalise, tout au long de sa carrière, de nombreux portraits des plus grandes figures du jazz mais rend aussi hommage à de nombreux musiciens et artistes célèbres tels Chopin, Mozart ou encore Bob Marley, Bono et Mickael Jackson.

Hommage à King Buddy Bolden, sérigraphie en noir, Bibliothèques de Nancy, nouvelle acquisition

En 2016, les Bibliothèques de Nancy réalisent une interview de Roland Grünberg. Il leur raconte l’histoire du Nancy Jazz Pulsations. Voici la retranscription de cet interview.

– A la suite du théâtre, vous vous êtes intéressé à un autre festival, puisque vous avez été aussi un des fondateurs du Nancy Jazz Pulsations.

“Oui j’étais toujours amateur de jazz et à un moment les amateurs de jazz de Nancy se déplaçaient pour aller dans la campagne, dans un petit bled qui s’appelait Xirocourt […] et on faisait le festival dans […] une ferme qu’on avait loué, et les musiciens venaient et ils y dormaient. Comme ils y dormaient ils n’avaient pas à rentrer en voiture avec plus ou moins de consommation alcoolique. Ça a été vraiment une aventure assez intéressante. Jusqu’au jour où on s’est dit que ce serait peut-être bien de retourner sur Nancy et nous avons curé, récuré, vidé et réaménagé des caves rue de la Commanderie. Il y avait des caves des brasseries  : alors c’est là que nous avons créé un club, le Club de la Commanderie. Et on a fait venir sur contrat des musiciens qui se faisaient payer. Alors que quand on se produisait à Xirocourt, des musiciens il y en a qui se faisaient payer, et pour avoir ceux qui se faisaient payer il fallait qu’on ait beaucoup de choses autour et donc on a pris des gens qu’on ne payait pas. Ça a toujours été l’habitude dans ces premiers festivals de demander aux gens de se produire “gratis prodeo”.

Liste des artistes ayant participé au festival en 1973. Cette liste figure au verso du programme de 1973. Bibliothèques de Nancy, nouvelle acquisition

– C’est cela qui amenait de la diversité aussi ? C’est cela qui vous plaisait ?

“Oui c’est vrai. Et finalement comme j’ai continué de dessiner, j’ai fait des dessins, des bandes dessinées, des annonces.”

Programme pour le Nancy Jazz Pulsation de 1973, procédé d’impression en couleur sur papier, Bibliothèques de Nancy, nouvelle acquisition

– Vous avez fait pas mal de programmes, d’affiches, il y a de très belles affiches. On retrouve là votre style,  votre manière de dessiner, on retrouve votre univers qui se marie très bien avec cette manifestation, avec l’univers de la musique.

“Oui l’univers fantastique. Et il est même venu un moment des chars. Comme les chars de carnaval italien, des chars de 7 mètres, des chars que j’avais dessinés et réalisés en papier mâché sur grillage, mis en relief à la pince. Et ils ont paradé dans la ville de Nancy avec quelques milliers de personnes qui dansaient autour des chars. Les chars faisaient 7-8 mètres ils étaient tirés par des tracteurs. Et on ne les a même par gardés, on les a détruits.”

Photographie montrant les chars créés par Roland Grünberg défiler sur la place Stanislas lors du Nancy Jazz Pulsation en 1973, photographie en noir et blanc, Bibliothèques de Nancy, nouvelle acquisition
Projet de char pour la street parade de Nancy Jazz pulsations 73, dessin à l’encre stylo et crayon graphite sur papier, Bibliothèques de Nancy, nouvelle acquisition
Projet de char pour la street parade du Nancy Jazz pulsations de 1973, dessin au crayon de couleur et stylo sur papier, Bibliothèques de Nancy, nouvelle acquisition
Projet de char pour la street parade du Nancy Jazz pulsations de 1973, dessin au feutre et stylo sur papier, Bibliothèques de Nancy, nouvelle acquisition

– Vous avez participé au festival pendant plusieurs années, il y a eu des groupes de jazz et des jazzmens que vous avez portraiturés ?

“Oui oui et j’en ai exposé aussi. C’est vrai j’étais devenu l’artiste du festival, l’artiste maison comme j’avais été l’artiste maison du festival de théâtre.”

Portrait de Louis Armstrong, dessin à l’encre sur papier, Bibliothèques de Nancy, nouvelle acquisition

Le Nancy Jazz Pulsation 2019 se déroule du 9 au 19 octobre dans différents lieux de Nancy. Comme chaque année, des milliers d’amateurs peuvent y découvrir des groupes nouveaux et différents styles musicaux. Un événement toujours très attendu des mélomanes.

Les journées européennes du patrimoine 2019 : un éventail de propositions

Les journées européennes du patrimoine sont une belle occasion pour inviter les auteurs illustrateurs que nous suivons dans le cadre de nos projets. L’artiste Karine Maincent nous a accompagné pour cette journée sous le signe de l’art et du divertissement, thème national pour ces 22 e journées. D’autres animations ont été mises en place  afin de  multiplier les propositions vers tous les publics.

La fresque participative réalisée avec le public et Karine Maincent lors des Journées Européennes du Patrimoine 2019

Proposition patrimoniale pour une artiste contemporaine

Comment se faire rencontrer ces deux univers ? Alors que dans le quotidien de notre établissement sont bannis colle et ciseaux, Karine invite les visiteurs du jour à découper, à déchirer, à coller pour réaliser une fresque participative.

Sur un grand support, Karine a peint les contours d’une bibliothèque et d’un bibliothécaire sous les traits de Stanislas,  Une vaste sélection de visuels choisis à partir de notre bibliothèque numérique Limédia Galeries et imprimés en format A3 et A4, est proposée au choix des participants. D’une tête ou d’une partie du corps, ils laisseront libre cours à leur imagination pour habiller ou transformer leur personnage. Il suffira ensuite de le coller sur cette grande fresque pour un rendu fort en couleurs.

Karine Maincent a dessiné les bases de la fresque.

Plus de 100 personnes, dont une cinquantaine d’enfants, se sont prises au jeu.

Le panneau réalisé va entrer dans les collections patrimoniales de la bibliothèque.

Petits et grands travaillent ensemble pour réaliser la fresque participative.

“Une Heure Avec” comme une occasion de présenter aux Nancéiens les dernières acquisitions patrimoniales

Tout au long de l’année, ce format de médiation permet aux bibliothécaires de présenter en une heure une thématique, un personnage local. A l’occasion de ces journées, ce sont les dernières acquisitions patrimoniales qui sont présentées dans le format conférence, puis exposés dans la salle patrimoniale pour les visites libres tout au long de la journée du dimanche.

Journées Européennes du patrimoine 2019
Les nouvelles acquisitions sont exposées en salle patrimoniale.

Jouons avec les collections patrimoniales 

L’objectif de nos propositions ludiques est de donner à voir le patrimoine autrement à des publics qui ne sont pas nos usagers captifs. Il nous permet aussi de parler de nos projets de façon détournée.

De multiples jeux sur table ou de jeux/questions sont proposés au public de ces journées comme une occasion de manipuler des supports déclinés à partir des collections patrimoniales : memory, puzzles.  Les nouveaux projets de la bibliothèque telle que l’intégration dans les fonds patrimoniaux  de collections de livres pour la jeunesse et de bande-dessinées sont découverts à travers des jeux en autonomie : les enfants manipulent, posent des questions et découvrent la vocation patrimoniale de notre établissement.

Journées Européennes du patrimoine 2019
Jeux sur table, coloriage et memorys à partir des documents patrimoniaux.

Des propositions attendues pour ces journées

Des accueils plus  classiques comme les visites guidées sont organisés durant tout le week-end.  Nous profitons également de la présence du public pour présenter les nouveaux sites sites Limédia qui mettent à l’honneur les collections patrimoniales des bibliothèques du Sillon Lorrain (Limédia Galeries et Limédia Kiosque).

Journées Européennes du patrimoine 2019
Journées Européennes du patrimoine 2019

Juliette Lenoir est également présente pour une séance de vente-dédicace du livre sur l’histoire du Camée de Nancy, encore une occasion de valoriser nos trésors auprès du public.

Le Camée de Nancy, monographie réalisée sous la direction de Julette Lenoir.

Pour préparer la Nuit de la Lecture 2020, nous invitons les Nancéiens à choisir le document patrimonial qui leur plaît le plus  dans une liste de visuels sélectionnés : les documents plébiscités par le public seront présentés en « vrai » lors de ce prochain rendez-vous. Tout un chacun est invité à voter.

Bilan

L’édition 2019 des Journées Européennes du Patrimoine a attiré  1200 personnes à la Bibliothèque. Le public était très varié et en cela ces journées sont une réussite.  Le bâtiment a parfois même été découvert par des Nancéiens de longue date, qui n’avaient jamais poussé les portes de nos salles. Une belle occasion de sensibiliser tous ces visiteurs au patrimoine local, et valoriser nos projets.

Le portefeuille du docteur Poirot

Ou De la nécessité de l’archivage administratif dans les bibliothèques

Les bibliothèques municipales, comme tout service de collectivité, doivent verser leurs archives au service compétent. Elles ne sont pas toujours les plus exactes dans cet exercice car il faut à la fois se mettre d’accord avec les archivistes sur le périmètre (les factures : oui, les décors : non) et, lorsque l’établissement est doté de collections patrimoniales, sur la destination des actes relatifs notamment au statut juridique des collections et de leurs annexes (registres d’entrées, inventaires de collections particulières qui sont une documentation irremplaçable et d’usage quasi-quotidien).

Une fois la répartition effectuée, la bibliothèque attaque le processus de tri, éliminations autorisées et versement des archives de ses activités. C’est l’occasion de benner des empilements de boîtes de correspondance sans valeur, de devis , de dossiers de personnel et de cahiers des charges avortés. D’aller faire un tour à la cave. Et de faire des trouvailles, comme cette machine à ronéotyper les fiches de catalogage1.

Le petit porte-cartes rouge

porte-carte rouge
Un objet publicitaire en simili-cuir.

Plus inattendu, et d’autant plus intriguant, ce portefeuille. Il n’est pas rare que les bibliothèques retrouvent des papiers égarés dans les salles de lecture et les stockent au secrétariat en attendant de les rendre à leur propriétaire. Mais depuis 1933 ?

Dans le porte-cartes rouge orné d’un blason Antar, une carte du G.E.C. (groupement des étudiants catholiques, célèbre foyer d’étudiants sur la place Carnot, qui ferme ses portes ces jours-ci, d’ailleurs), un badge, une carte d’identité tamponnée du commissariat de la Ville d’Epinal, une carte d’étudiant de la faculté des sciences, un permis de conduire les motocycles à deux roues, et une lettre datée du 10 novembre 1933, de Jean à Jean. Tous au nom de Jean Albert Poirot, né le 8 mars 1914 à Saulxures-sur-Moselotte.

Papiers de Jean Albert Poirot
Le contenu du porte-cartes.

Que faisait-il là ? Jean Poirot pouvait être un (jeune) membre du personnel, mais ce nom ne nous disait rien. Plus probablement l’un de ces étudiants en médecine qui, depuis des temps immémoriaux, hantent chaque jour les tables d’étude. Le schéma est classique, et émouvant. Un jeune Vosgien qui vient d’arriver à Nancy, de prendre toutes ses inscriptions universitaires, son logement étudiant (comme en atteste la lettre), vient — pour la première fois ? — à la bibliothèque… et perd illico tous ses papiers. On imagine tout de suite son affolement. Mais l’on ne s’explique pas pourquoi il n’a pas pensé à venir s’en enquérir auprès de la bibliothèque. Peut-être cette histoire s’est-elle déroulée aux alentours du congé de Noël, et n’a-t-il pas pensé avoir laissé ses papiers à la bibliothèque.

L’enquête

Nous voici donc en possession de papiers d’identité appartenant à un habitant de la région. L’idée de rendre ces papiers, non pas sans doute à leur propriétaire lui-même, qui serait aujourd’hui âgé de 105 ans,  mais plutôt à sa famille, s’impose immédiatement. Les deux premiers mouvements sont :

  • écrire à la mairie de Saulxures-sur-Moselotte (Vosges) pour demander communication de l’acte de naissance, afin d’y vérifier la présence de mentions marginales de mariage et de décès ;
  • rechercher Jean Poirot sur Internet, au cas où : site généalogique, ou décès récent qui serait en ligne sur les mémoriaux de presse locale.

Les deux pioches sont bonnes : le registre d’état civil nous apprend que Jean Poirot est décédé en 1981 à Nancy, et la navigation qu’un Jean Albert Poirot (mêmes date et lieu de naissance) a été déporté pour faits de résistance dans le maquis de Corcieux au camp de Villingen d’où il a été libéré en avril 1945. Notre étudiant est donc un héros, mais décédé depuis longtemps.

Qu’a-t-il fait depuis 1945, et où trouver sa famille ?

La ressource la plus utile désormais serait l’avis de décès publié dans la presse. Quelques minutes de recherche dans les lourds volumes reliés de l’Est républicain suffisent pour découvrir directement des hommages. Héros de la résistance, le docteur Poirot fut par ailleurs psychiatre, l’un des pionniers de l’installation de structures d’accueil pour les enfants handicapés et atteints de troubles mentaux, conseiller général des Vosges et membre de nombreux comités liés au patrimoine culturel des Vosges2.

L’avis de décès publié par la famille nous oriente vers un gendre avocat assez connu à Nancy ces dernières décennies,  dont le cabinet a été repris par sa fille. Contact est pris avec la famille, confirmation donnée. Avec plaisir, les Vicq évoquent leur grand-père, le bon docteur Poirot, et son caractère insouciant : le jeune étudiant vosgien qui a perdu ses papiers à la bibliothèque de Nancy en a fait d’autres, et plus corsées3 !

Photo Est républicain
Le portefeuille et son contenu restitués à la fille et aux petites-filles de Jean Poirot (Photo L’Est républicain, Cédric Jacquot).

Le samedi 7 septembre 2019, une petite cérémonie en présence du maire de Nancy et du maire de Saulxures-sur-Moselotte se déroule pour rendre 86 ans plus tard le porte-cartes rouge à ses légitimes propriétaires, et rendre hommage à une figure chère au coeur des Lorrains. La presse s’en empare.

Revue de presse :

Le docteur Poirot a sa page sur Wikipédia depuis le 26 août 2019.

  1. Un jour, il y aura un article sur l’art du catalogage à travers les siècles. []
  2. L’article le plus complet est celui du 21 mai 1981, L’Est républicain, édition d’Epinal : « Avec la disparition de Jean Poirot, les Vosges pleurent l’humaniste et le médecin. » Un Institut médico-éducatif porte son nom à Fontenoy-le-Château (Vosges) depuis 1981. []
  3. Lysiane Ganousse, « Le Portefeuille du dr Poirot retrouvé 86 ans plus tard », dans L’Est républicain, édition de Nancy, 18 août 2019. []