3 Questions à Limédia mosaïque : 1. Naissance du projet et premiers bilans

En 2013, les bibliothèques du Sillon lorrain ont reçu de la part du Ministère de la Culture le label de « Bibliothèque numérique de référence » qui leur a permis, subventions à l’appui, de repenser leurs établissements à l’ère du numérique, et de réaliser 3 sites web distincts sous la marque commune Limédia. Mosaïque est le premier à voir le jour, le 14 avril 2018. C’est un site proposant des ressources sous droits – livres numériques, presse, musique, autoformation – aux abonnés des bibliothèques des collectivités du Sillon.

Pour en savoir plus sur la réalisation de ce projet, nous avons interrogé Fabien Vandamme-Schlimpert, conservateur des Bibliothèques de Nancy et chef de projet de Limédia mosaïque.

 

Fabien, qu’est-ce qui distingue Limédia mosaïque d’autres sites de ressources de bibliothèques ?

Limédia mosaïque a une double particularité. La première est que le site a été entièrement conçu et réalisé par des bibliothécaires avec Atol C & D pour la partie technique et les trois graphistes de l’espace My Monkey pour le design du site. La société Atol a développé les trois sites Limédia et leurs espaces administrateurs, extrêmement importants pour la bonne gestion au quotidien. Il s’agissait d’avoir la main sur le produit, entièrement en open source, tant dans la phase de conception que pour ses évolutions à venir ; là où les agrégateurs de ressources livrent des solutions clé en main certes prêtes à l’emploi, mais bien moins modulables.
La deuxième, c’est qu’il a fallu mener cette opération entre bibliothèques situées dans une zone géographique de 160 km de longueur, et qu’il a fallu pour cette raison imaginer un mode de collaboration inédit.

Limédia mosaïque est également consultable sur sur tablette

Une équipe projet a vu le jour avec des bibliothécaires de chaque collectivité, suite à la tenue de groupes de travail en amont pour lancer les premières pistes de réflexion. Les premières réunions avec Atol se sont tenues en juin 2016. Tout ce petit monde a dû apprendre à se connaître, à parler la même langue et développer de nouvelles compétences, ce qui a pris un peu de temps : les bibliothécaires de quatre collectivités distinctes, pas habitués à travailler ensemble et ayant des pratiques et des visions du métier parfois différentes, mais évidemment très complémentaires ; les bibliothécaires et les développeurs web, pour qui c’était le premier projet de ce type.

Que retenir de ces premiers 18 mois d’existence ?

Le choix de faire réaliser le site de A à Z demande à la fois du temps (beaucoup) et du personnel (idem). C’est un aspect important à prendre en compte si l’on souhaite se lancer dans ce genre de projet. Presque deux ans ont été nécessaires à la réalisation du site, mais le jeu en valait la chandelle car il correspond aujourd’hui à ce que nous avions imaginé pour nos abonnés, et les retours que nous avons jusqu’à maintenant sont globalement positifs, tant pour le choix et la richesse des contenus que pour l’ergonomie du site. Même si nous devons faire face, comme toute la profession, à certaines difficultés techniques liées aux modes de téléchargement et de navigation qui nous sont imposés.

Page d’accueil de Limédia Mosaïque

Les premiers bilans de fréquentation sont satisfaisants. Voici quelques statistiques mensuelles : il y a en moyenne 5000 visiteurs, 10 000 sessions et 50 000 pages vues. Environ 2000 livres sont téléchargés, 3000 titres de presse lus, 6000 morceaux écoutés. L’autoformation est plus difficile à évaluer car les espaces administrateurs des fournisseurs sont encore insuffisants. En bref, ce sont des chiffres encourageants pour un site encore jeune et des ressources que le public français commence à peine à s’approprier. Je pense en particulier aux livres numériques qui rencontrent globalement moins de succès en France que dans les pays anglo-saxons ou germaniques. Nous continuons donc de suivre avec intérêt les changements de pratiques, sur le site aussi bien qu’en dehors.

Lire la suite de l’interview : CONSTITUER UNE COLLECTION DE LIVRES NUMÉRIQUES

Balzac et Grandville : une fantaisie mordante

La maison parisienne de Balzac, nichée sur les hauteurs de Passy, dans le 16e arrondissement, a rouvert ses portes le 23 juillet 2019, après un an de travaux d’accessibilité, de rénovation du jardin et de modernisation. Pour sa première exposition, l’institution a choisi de mettre en avant les liens d’amitié qui unissaient l’écrivain Honoré de Balzac (1799-1850) et l’illustrateur Jean-Ignace Gérard dit Grandville (1803-1847). Une exposition présentée du 26 septembre 2019 au 13 janvier 2020, pour laquelle la Bibliothèque Stanislas et le Musée des beaux-arts de Nancy ont prêté plus d’une cinquantaine d’œuvres.

 

La maison de Balzac se situe un peu en contrebas de la rue, son jardin offre une vue imprenable sur la Tour Eiffel.

Dans les salles de presse

Étrennes au peuple, dessin à l’encre sur traits au crayon graphite, Bibliothèques de Nancy, P-TS-DE-00157

Les premiers journaux illustrés  du début du XIXe siècle font une large place aux gravures et aux commentaires qui les accompagnent. Dans les salles de rédaction, illustrateurs et rédacteurs se côtoient. C’est ainsi que Jean-Ignace Gérard dit Grandville et Honoré de Balzac se rencontrent. Grandville est alors connu pour ses caricatures animalières et les premiers dessins qu’il fournit aux journaux restent dans cette veine. À ces fantaisies succèdent des caricatures politiques d’abord contre Charles X puis contre le gouvernement de Louis Philippe. Les divergences politiques de Grandville, plutôt républicain, et de Balzac, plutôt monarchiste, vont entraîner leur éloignement progressif, à partir de 1831.

Digestion du budget. Travail administratif, politique, moral et surtout économique, dessin à l’encre sur traits au crayon graphite, Bibliothèques de Nancy, P-TS-DE-00156

Balzac commentateur de Grandville

Balzac est l’un des seuls écrivains de son temps à s’intéresser aux dessinateurs. Les relations entre Balzac et Grandville sont certainement excellentes car Balzac écrit trois articles où il vante les œuvres du jeune artiste. Ce sont les œuvres Voyage pour l’Éternité, Mœurs aquatiques et Bacchanales qui retiennent l’attention de l’écrivain.

Vitrine pour Voyage pour l’Éternité

À propos de Voyage pour l’Éternité, publié en 1830, Balzac dira : « Un homme naît avec une jolie figure ou laid comme un Osage, et l’on meurt bien ou mal, voilà toute la question : mourir jeune c’est se trouver en bonne fortune. Telle est l’analyse du délicieux album de M. Grandville. Nous en avons faiblement traduit la spirituelle moralité, les tableaux comiques. De la profondeur philosophique et de la caricature, voilà ce qu’on ne fait qu’en France et qu’à Paris. M. Grandville avait donné de la bêtise aux hommes, de l’esprit aux animaux, il vient de donner de la gaieté à la mort. »[[ extrait de l’article « Voyage pour l’Éternité […]. Album funéraire, par Grandville […] » La Silhouette, 15 avril 1830]]

La Mort en Cupidon tire du lit un haut dignitaire, dessin à la plume et encre brune sur traits de crayon graphite, 138 x 181 mm, Musée des beaux-arts de Nancy, inv. 877.643

Grandville illustrateur de Balzac

Les lois sur la presse rétablissent la censure à partir de 1835, mettant fin ainsi à la caricature politique. Aussi, Grandville est-il contraint de se reconvertir dans l’illustration. A partir de 1840, il participe à deux grandes entreprises éditoriales réunissant des textes d’écrivains connus : Les Français peints par eux-mêmes et les Scènes de la vie privée et publique des animaux.

Scènes de la vie privée et publique des animaux, dessin à l’encre sur traits aux crayon graphite, Bibliothèques de Nancy, P-TS-DE-00171

Pour Scènes de la vie privée et publique des animaux, Honoré de Balzac fourni cinq textes qui seront illustrés par Grandville. Cet ensemble de soixante et onze gravures caricature la vie publique et l’actualité parisienne au travers du monde animal.

Brochures publicitaires pour « Scènes de la vie privée et publique des animaux »

L’intérêt de Grandville pour la caricature sociale le rapproche aussi d’Honoré de Balzac. L’artiste réalisera au cours de sa carrière plusieurs caricatures de Balzac mais des caricatures moins mordantes que ses charges politiques, témoignage de leurs relations amicales.

Merci aux équipes de la Maison de Balzac pour leur accueil et l’autorisation de dévoiler quelques éléments de l’exposition.

Saint Nicolas, fonds local, patrimoine mondial ?

Lorsqu’en 2017, le fonds local s’ouvre à la littérature jeunesse, la thématique de saint Nicolas  s’impose dans cette nouvelle collection. Elle vient enrichir un fonds local déjà riche d’ouvrages sur le sujet, elle va étendre la typologie des documents, elle va rendre proactive la dynamique de veille documentaire et enrichir l’offre de médiations vers un public large.

Saint vénéré, culture populaire locale, même la classification Dewey s’en mêle !

Lorsque dans nos chantiers, nous faisons en 2013 le choix de mettre une sélection d’ouvrages du fonds lorrain en accès libre pour le prêt direct, nous ne pouvons que constater le glissement des ouvrages sur saint Nicolas du classement en religion vers le champ des fêtes populaires. Le classement des livres est souvent considéré comme le reflet des savoirs et des opinions d’une époque donnée1. Cela se vérifie parfaitement avec Saint Nicolas. Si au début du XXe siècle, le point de vue développé dans les ouvrages est celui du religieux (hagiographie, pèlerinages  …), le culte qui s’exprime maintenant lors des festivités du mois de décembre s’en affranchit  pour entrer dans le champ de l’expression populaire et trouver sa place dans la classe Dewey en 390. Le basculement s’est fait progressivement et se vérifie dans la manière dont des journalistes couvrent les événements festifs dans la presse locale dès le début du XXe siècle.

A la Une de L’Est Illustré du 9 décembre 1928, publicité pour le magasin La Samaritaine, Bibliothèques de Nancy, cote 750 089

Saint Nicolas et le fonds local

Si la Bibliothèque Stanislas se place depuis fort longtemps comme la gardienne du patrimoine écrit (et graphique dans une certaine mesure) de son territoire, elle ne s’intéresse que depuis très peu de temps à l‘édition jeunesse. Le parti-pris pour constituer cette nouvelle collection va s’attacher à notre territoire et à ses acteurs. Ainsi, nous suivons la production littéraire de quelques auteurs illustrateurs actifs sur notre territoire.

Le personnage de saint Nicolas prend toute sa place dans notre projet. Ce sujet ô combien lorrain tient la place d’honneur avec enthousiasme dans les fêtes de fin d’année et fait partie de l’histoire religieuse puis populaire de notre espace géographique. En insérant la thématique Saint Nicolas dans sa politique documentaire du fonds local, en la déclinant dans ses typologies de documents, le bibliothécaire permet à cet imaginaire collectif et populaire d’entrer dans les collections patrimoniales.

Joyeux écoliers, mensuel scolaire de novembre 1931, Saint Nicolas à la Une, Bibliothèques de Nancy, cote 769 329

Dans le champ de l’édition pour la jeunesse, nous relevons une profusion de titres sur la thématique de saint Nicolas et cela quelle que soit la typologie des documents : albums, bandes dessinées et documentaires pour enfants. Objet littéraire et objet graphique, le livre jeunesse sur la thématique du saint patron des lorrains est une littérature à très faible espérance de vie. Le travail de constitution de l’ensemble thématique se fait par des acquisitions courantes et rétrospectives dans les éditions encore accessibles à la vente.

Collection de livres de littérature jeunesse sur la thématique de Saint Nicolas de la Bibliothèque Stanislas

En ce qui concerne les ouvrages qui ne sont plus commercialisés, une veille vers des sites de livres d’occasion pourrait être mise en place. Une veille active vers des livres plus anciens avec un financement sur le budget patrimonial est envisagé. C’est l’expérience qui nous conduit : lorsque en 1907 est édité à 275 exemplaires l’ouvrage Le miracle de Saint Nicolas illustré par Paul Claudin, la bibliothèque n’en fait pas l’acquisition, ce qui en 2019 nous paraît comme une lacune de taille pour la mémoire éditoriale sur le sujet. Il se trouve par bonheur dans les collections d’une autre institution nancéienne.

Enfin, la possibilité de solliciter des dons d’ouvrages pour compléter l’ensemble thématique est proposé comme une participation des Nancéiens à la mémoire collective sur le sujet. Cette proposition vers un large public est mise en œuvre sur le site de la ville de Nancy dédié à la saint Nicolas dans la Malle à souvenirs.

Proactive pour la constitution de cette collection spécifique et singulière, et cela autant pour les albums illustrés que pour les ouvrages d’érudition, la bibliothèque porte l’ambition de créer un fonds documentaire de référence sur saint Nicolas. Ce projet s’inscrit  dans le cadre de la candidature de la ville au patrimoine mondial de l’Unesco. La fête nancéienne qui célèbre saint Nicolas est inscrite à l’inventaire français du patrimoine culturel immatériel depuis le 30 novembre 2018, cette inscription est la première étape pour la candidature à l’Unesco.

La mise en œuvre de ce projet nous engage donc dans un premier temps à un travail rétrospectif pour constituer le cœur de la collection,  il sera poursuivi les années suivantes par des acquisitions courantes pour continuer à l’alimenter.

Des pains d’épices aux images d’Épinal, impressions de saint Nicolas

De tradition, le pain d’épices, comme dans de nombreuses régions,  est à l’honneur en Lorraine. On retrouve aussi un lien entre Stanislas et le pain d’épices en la personne du pain d’épicier Nicolas Stohrer qui fait son apprentissage dans les cuisines de Stanislas lorsqu’il était encore en Alsace à Wissembourg en 1725. Devenu le pâtissier favori de Marie Leszczynska, future reine de France, il la suit à Versailles.

Il est difficile de savoir de quand datent les premières images de saint Nicolas sur les pains d’épices, en tous les cas la collecte de cet imprimé nous semble avoir sa place dans notre collection.

Si cette démarche est neuve pour la bibliothèque, les Imageries d’Épinal, bien présentes dans nos collections iconographiques, laissent une part belle à saint Nicolas.

Médiation vers les publics : exposition, accueils scolaires, après-midi familiale, médiations web

La Bibliothèque comme lieu d’exposition 

Une exposition temporaire qui s’est tenue du 20 novembre 2018 au 25 janvier 2019, met en scène notre saint patron sous le pinceau de l’artiste lorrain Jean-François Chevalier.

Le grand tableau Légende Lorraine a été présenté en salle patrimoniale. L’artiste met en scène les fêtes de la Saint Nicolas en Lorraine. En 1979, à l’occasion de la fête de la saint Nicolas, Xavier (8 ans), fils de Jean-François Chevalier, participa à une animation au poney club de Millery (Meurthe et Moselle). Cette scène, en pleine rue, a servi de modèle à cette peinture. Ce moment fut bref mais il est représentatif des scènes traditionnelles dans les villages lorrains.

En 2019, c’est l’illustratrice Fabienne Martin et son travail sur des séries de fèves sur la thématique de Saint Nicolas qui est présenté en vitrine : fèves et mais aussi tout le travail préparatoire de l’artiste pour leur moulage.

Fabienne Martin, travail préparatoire du personnage du boucher pour la série de fèves sur la thématique de Saint Nicolas (collection personnelle de l’artiste)

En plus d’enrichir temporairement les visites saint Nicolas à la bibliothèque, ces partenariats avec des artistes locaux sont de belles occasions pour parler des actions de la bibliothèque envers les graveurs et illustrateurs lorrains.

La proposition vers les scolaires

La médiation vers les publics scolaires a dû faire face à une gageure de taille pour rendre la thématique attractive pour les enseignants de l’école publique. C’est la richesse de nos collections qui nous a permis de monter un projet. À travers l’histoire de saint Nicolas, nous retraçons l’histoire du livre, le saint patron lorrain étant le prétexte de notre démonstration.  Saint Nicolas, évêque de Myre, a  vécu au IIe siècle mais c’est dans les livres et dans l’iconographie  que nous retrouvons sa trace. Du manuscrit de la Légende dorée de Jacques de Voragine du XIIIe siècle au livre de prières de Madeleine d’Azay (datant du XVe siècle, petit joyau de nos collections) en passant par les deux incunables de la Légende dorée que nous pouvons présenter ( inc. 54 et inc. 101 dans les collections de la Bibliothèque Stanislas), nous arrivons à retracer l’invention de l’imprimerie .  Dans les atlas du XVIIIe siècle nous pouvons suivre le chemin que firent les reliques du saint homme : de Myre à Bari en bateau, puis de Bari à Saint- Nicolas-de-Port avec le chevalier Arnaud de Varangéville.

Livre d’Heures de Madeleine d’Azay, Bibliothèques de Nancy, cote Ms 355,

Avec les collections iconographiques, nous abordons l’histoire des Imageries d’Épinal. Une série de numérisation permet aux scolaires d’apprendre à reconnaître le personnage et ses attributs comme dans toute démarche pédagogique de lecture d’image.

Ce parcours s’inscrit dans l’offre de médiation intergénérationnelle mis en place par la ville. Cette fête est une belle occasion pour faire se rencontrer les scolaires et les seniors des résidences : cette rencontre dans les murs de la bibliothèque autour de saint Nicolas est un moment d’échanges sur la tradition.

Un dossier pédagogique est en cours de rédaction, qui sera distribué en papier et téléchargeable en ligne avec une présentation interactive.

Une commande publique pour un livre de coloriages

Deux livres de coloriage ont déjà été réalisés à partir des images libres de droit de nos collections. Pour l’édition 2019, la démarche entreprise est un peu différente : la bibliothèque a commandé des dessins de Saint Nicolas à cinq illustrateurs lorrains qui participent déjà à la constitution du patrimoine jeunesse de la bibliothèque.  C’est à cette occasion que le plasticien nancéien Philippe Morlot nous livre sa démarche artistique pour la réalisation de son Saint Nicolas :

Pour ce coloriage de saint Nicolas, j’ai voulu conjuguer la tradition liée à cette légende et sa contemporanéité. j’ai choisi de mixer une technique de dessin vectoriel réalisé à l’aide d’un logiciel sur ordinateur et son coloriage manuel aux crayons de couleur … c’est ma vision de la saint Nicolas , fête qui dépasse toute référence à une religion particulière pour privilégier son origine légendaire.

Philippe Morlot, 2019, Saint Nicolas, Bibliothèques de Nancy

« En attendant saint Nicolas », une médiation vers un public familial au moment des fêtes populaires célébrant saint Nicolas

 « En attendant saint Nicolas » est une proposition familiale, le jour du défilé de la saint Nicolas dans les rues de Nancy. C’est aussi une manière de faire entrer le public familial dans la bibliothèque habituellement plutôt fréquentée par des étudiants et des chercheurs. Autour d’une boisson chaude et de pain d’épices, les jeunes lecteurs et leur familles peuvent partager un moment de lecture d’albums jouer à des jeux de tables ( memory, puzzle, et la nouveauté 2019 un jeu Qui est-ce ?) réalisés par les bibliothécaires. Chacun repart avec un badge artisanal aux couleurs de son saint Nicolas préféré choisi dans les collections.

Saint Nicolas à la Bibliothèque Stanislas, décembre 2018

Médiation web vers le grand public

Tous les outils de médiation numériques produits par les bibliothécaires sont activés : Limédia galeries, Limédia kiosque, Twitter, …

Comme pour tout projet porté par la bibliothèque, la presse locale est invitée à s’en emparer et à les faire connaître. Ainsi à la suite des articles parus dans la presse locale et de l’invitation portée par la ville de Nancy faite aux Nancéiens, des collectionneurs sont venus à notre rencontre. Pour l’un, une clé USB déposée avec tous les clichés des objets qui constituent sa collection ; un autre Nancéien fait don des ouvrages jeunesse qu’il a jusqu’alors collectionnés.

L’intention que nous portons dans ce projet s’inscrit dans nos missions de conservation, et participe pleinement à la construction du patrimoine local et plus précisément celui de Nancy.  Il fait partie intégrante du projet Unesco porté par la Ville de Nancy. L’orientation que nous souhaitons mettre en œuvre est celle d’un patrimoine toujours en construction et qui s’inscrit dans son époque.
L’imaginaire enthousiasmant et communicatif que les événements festifs de la Saint Nicolas suscitent, fournit l’occasion de faire se rencontrer le folklore local et les collections d’imprimés de toute sorte et ainsi favoriser les médiations vers le public le plus large.

  1. Corinne Gibello-Bernette, « A comme Alphabet, B comme Bibliothèque, C comme Clément… », Strenæ [En ligne URL : http://journals.openedition.org/strenae/97  ;  DOI : 10.4000/strenae.97 ], 1 | 2010, mis en ligne le 15 juin 2010, consulté le 15 mai 2019. []

3 Questions à Limédia mosaïque : 3. Éditorialiser les collections numériques de mosaïque

Après avoir abordé la construction du projet puis la constitution de la collection numérique, nous voulions en savoir plus sur le rôle des bibliothécaires dans ce travail de mise en valeur. Nous avons interrogé Cécile Bielli, qui est en charge de l’administration éditoriale de Limédia mosaïque pour les Bibliothèques de Nancy.

Cécile, en quoi consiste l’éditorialisation des contenus dans Limédia mosaïque ?

Dans un internet de l’hyperchoix et de la surabondance de contenus, la recommandation est essentielle. L’éditorialisation dans Limédia mosaïque consiste à éveiller la curiosité, susciter l’intérêt, provoquer la découverte avec un plus : l’accès direct au contenu contrairement aux sites web culturels généralistes.

Sélections de documents dans Limédia mosaique

L’éditorialisation se fait de manière collective avec l’implication de nombreux bibliothécaires du réseau des médiathèques du Sillon Lorrain.
Je fais partie des quatre bibliothécaires responsables de l’administration technique et éditoriale du site, nous intervenons à tour de rôle de manière trimestrielle. Tous les autres bibliothécaires sont ensuite invités à proposer des contenus éditoriaux, allant du simple coup de cœur sur un document à une publication plus élaborée. À nous ensuite d’organiser et de veiller à la cohérence des publications.

On retrouve plusieurs types de publication sur Limédia mosaïque. Pour les extraits du jour, il s’agit de créer de la curiosité en proposant aux lecteurs d’entrer dans l’univers d’un roman par une simple phrase d’accroche qui donne envie d’en savoir plus. Libres à eux ensuite d’aller plus loin dans la découverte avec un extrait plus complet ou le téléchargement du livre.

Extrait du jour sur Limédia mosaique

Sont également proposées des sélections thématiques pour mettre en valeur les documents présents sur Limédia mosaïque dans toute leur diversité. Il peut s’agir de revues de presse, de regards sur l’actualité, de playlists musicales ou encore de sélection de romans. Plus de 250 articles ont été publiés à ce jour. Les plus consultés restants ceux sur la rentrée littéraire, les romans de terroirs lorrains ou, plus étonnant, une sélection décalée de romans humoristiques sur la vieillesse intitulée « les vieux se lâchent », preuve de la curiosité de nos lecteurs.

Quels constats peux-tu faire au bout d’un an de pratique ?

L’implication des bibliothécaires est essentielle pour faire vivre le site, elle s’effectue au quotidien. Le rôle du webmestre ne consiste donc pas seulement à veiller à la bonne administration du site mais également à créer une dynamique chez les contributeurs et à s’assurer qu’ils puissent avoir le temps et le savoir nécessaires pour publier les contenus.

Un temps de formation a été nécessaire auprès de mes collègues mais qui a été facilité par le back office développé par Atol C & D et les bibliothécaires en amont, répondant aux exigences demandées. Des développements sont toujours nécessaires mais un bon outil facilite la participation et l’engagement de collègues qui seraient effrayés par l’utilisation des outils numériques.

Interface professionnelle de sélection dans Limédia mosaique

C’est une mission très intéressante et valorisante, au cœur du métier de bibliothécaire dont le rôle principal reste la recommandation de contenus. La richesse et l’éclectisme des collections présentes dans Limédia mosaïque facilite cette recommandation et permet à chacun d’exprimer ses envies, au-delà même des collections dont il aurait la charge.