Vu d’en haut : mécénat et développement de la lecture sur le plateau de Haye

Jusqu’en 2018, les Bibliothèques de Nancy n’avaient jamais monté d’opération de mécénat. C’est désormais chose faite avec deux projets différents : le patrimoine avec l’acquisition des estampes de Claude Weisbuch et l’accès à la culture avec Vu d’en haut.

 La genèse du projet

Vu d’en haut est né d’une envie : proposer durant 9 mois une série d’ateliers et d’événements artistiques et festifs autour de la lecture, de l’écriture et du dessin par et pour les habitants du quartier du Plateau de Haye (Haut-du-Lièvre), en prenant appui sur le riche réseau associatif  environnant pour trouver et faire se rencontrer ses quelques 70 participants, petits et grands.

La compagnie « Les fruits du hasard » donne le La pour une fête de la musique réussie, le 21 juin 2018 à la Médiathèque Haut-du-Lièvre.

Vu d’en haut est le fruit de la rencontre de 3 acteurs : les Bibliothèques de Nancy dans le rôle des conceptrices du projet, l’association des Amis des Bibliothèques de Nancy dans celui de porteuse et le Fonds de dotation Fontaine comme financeur.

Sollicitées pour mettre en place un projet en direction d’un public éloigné de la lecture, du livre et des arts, le choix du quartier Plateau de Haye s’est immédiatement imposé aux Bibliothèques, avec comme épicentre, la Médiathèque Haut-du-Lièvre, un lieu où se côtoient enfants, adolescents, mineurs isolés, adultes, migrants et personnes âgées. Le portage du projet est réalisé par l’association des Amis des Bibliothèques de Nancy.

Les objectifs

Les objectifs définis dans la bible du projet sont multiples :

  • Renforcer la cohésion sociale en valorisant la capacité de transmission des valeurs et des compétences de chacun à l’aide de différents moyens d’expression artistique ; envisager la création comme mode à la fois individuel et collectif d’échange, mettre au même niveau d’importance le processus et le résultat final.
  • Renforcer l’estime de soi et la dignité des personnes, en valorisant les capacités créatrices de chacun, en fonction de ses connaissances et de son éducation – mobilisation de différents modes d’expression, écrite, orale, plastique, musicale. Faire appel à des modes de médiation non discriminants : choix de la médiation animale.
  • Inscrire la médiathèque au cœur de la vie associative locale et du calendrier des fêtes prévues sur la période estivale, et bâtir des relations pérennes avec les associations partenaires pour faire de l’établissement le véritable poumon culturel d’un quartier en redéfinition.
  • Renforcer la parentalité. En travaillant cette notion, le bénéfice tiré par les enfants de ces moments de création et de partage pourra se diffuser à son tour dans la sphère familiale et privée : construction d’un projet dans un temps long ouvrant la voie à un désir de partage et à de nombreux retours, invitations à assister à de courtes restitutions aussi bien qu’à des moments forts où ses propres enfants seront sur le devant de la scène…

Ateliers et temps forts

La nuit à la médiathèque : jeux, musique;, lectures… Samedi 19 janvier 2019.

Des ateliers de lecture à haute voix, d’écriture et de création de bandes dessinées animés par la Compagnie les fruits du hasard , et des artistes en résidence1 accompagnés de Catherine Créhange, dessinatrice,  érigent la colonne vertébrale des temps forts.

Ils sont accompagnés d’une médiation animale . En effet, la présence animale apaisante et sans jugement est importante pour un enfant ou un adulte développant ses compétences en lecture. Les chiens, soigneusement sélectionnés et entraînés, encadrés par un professionnel spécialisé, mettent en confiance, rassurent et permettent au lecteur hésitant de s’essayer en toute tranquillité à l’exercice de la lecture à destination d’un auditoire. Rapidement les chiens guides Griotte et Mulan de notre ambassadrice Alexandra deviennent, à tour de rôle, les mascottes des ateliers.

Quatre temps forts rythment le projet et permettent d’apprécier le travail fait au cours des ateliers.

Acte 1 : la fête de la musique, 21 juin 2018

Des lectures musicales dessinées, sur des textes de Pierre Gripari, permettent aux 90 personnes présentes (habitants du plateau et partenaires) de faire connaissance avec les artistes en résidence.

Acte 2 : journée festive autour de la montgolfière, 13 juillet 2018

Vu d’en haut, mon quartier est beau. Journée festive le 13 juillet 2018.

De 16 heures à 21 heures, plus de 400 personnes se pressent aux animations, atelier d’aquarelle, et spectacles de lectures musicales sur des textes de Dylan Pelot, Joël Egloff, Jacques Prévert et Benjamin, un participant. Fil rouge de cette après-midi festive : la présence d’une montgolfière captive permet de s’élever à 18 mètres du sol, de prendre de la hauteur et d’avoir un autre point de vue sur le quartier pour les habitants du plateau. 150 personnes profitent de ce baptême de l’air et repartent en possession de leur diplôme d’aérostier.

Acte 3 : spectacle musical et dessiné au théâtre de la Manufacture, 11 décembre 2018

15 apprentis comédiens se produisent sur la scène du théâtre de la Manufacture pour la restitution finale des ateliers. Pour les applaudir, 200 participants dont une grande partie est arrivée dans les 2 bus affrétés pour venir du Haut-du-Lièvre jusqu’au théâtre situé en centre ville.

La soirée est placée sous le signe de l’émotion pour les uns comme pour les autres : stress, dépassement de soi  pour les comédiens, fierté pour les parents présents.

Artistes d’un soir sur la scène du Théâtre de la Manufacture le 11 décembre 2018

Dernier acte : la nuit de la lecture, 19 janvier 2019

Tout au long des 9 mois, nombre de textes, de dessins ont été produits en atelier. Un livre souvenir est réalisé et remis à tous les participants au cours de la nuit de lecture. Dans une ambiance festive a lieu la dernière restitution  de cette aventure autour d’une lecture musicale, de jeux, de musique…

Vu d’en Haut en chiffres :

Les ateliers : 65 participants

  • 15 ateliers de lecture pour les enfants, dont 5 en compagnie des chiens médiateurs du Grand Est
  • 15 ateliers de lecture pour les adultes
  • 10 ateliers BD pour les enfants et les adolescents
  • 8 ateliers BD pour les adultes
  • 6 ateliers d’écriture pour les enfants et les adolescents
  • 7 ateliers d’écriture pour les adultes
  • 1 atelier d’aquarelle

Une conclusion encourageante

La médiathèque a connu une augmentation de 10 % de sa fréquentation en 2018. Elle est de plus en plus impliquée dans le réseau associatif du plateau.
Mais surtout, Vu d’en haut fait aujourd’hui encore pétiller les yeux de tous ceux, jeunes et moins jeunes, participants, spectateurs et bibliothécaires. Une folle envie de repartir vers une nouvelle aventure pointe le bout de son nez.

Pour aller plus loin

  1. Coco Bernardis comédienne et metteuse en scène , Benoît Fourchard, comédien et auteur, Annabelle Dodanne, altiste et Antoine Arlot, saxophoniste []
  2. https://www.facebook.com/vusdenhaut   et https://vudeno.blogspot.com/ []

3 Questions à Limédia mosaïque : 2. Constituer une collection de livres numériques

Nous avons évoqué précédemment la construction du projet Limédia mosaïque. Nous souhaitions revenir sur la constitution de cette médiathèque virtuelle, qui propose quelques 1500 titres de presse écrite consultables en ligne, un catalogue de 8000 livres téléchargeables et plus d’un million de titres musicaux en streaming.

Pour cela, nous avons interrogé Stéphanie Renaud-Sterbé, qui coordonne l’acquisition des livres numériques des Bibliothèques de Nancy pour Limédia mosaïque.

Stéphanie, comment constituer une collection de livres numériques à l’échelle du Sillon lorrain ?

Avec un catalogue de presque 8000 livres numériques, Limédia mosaïque propose une offre variée de contenus fictionnels et documentaires. Cette riche collection est proposée en complémentarité de l’offre de presse, musique et de ressources en autoformation.

Dès les premières acquisitions en 2017, une organisation spécifique a été mise en place collectivement. Chaque bibliothèque du Sillon Lorrain effectue une ou plusieurs commandes dans l’année, à hauteur d’un montant déterminé par une clé de répartition entre ces mêmes collectivités. Un calendrier, défini annuellement, fixe la période de commande pour chaque bibliothèque. Ainsi, en 2019, Metz a effectué ses commandes en début d’année, Épinal au printemps, le réseau de bibliothèques Co-libris Nancy en été/automne et Thionville clôture l’année.
A tour de rôle, un administrateur de livres numériques par site est responsable des acquisitions. Il coordonne les acquéreurs, fixe les dates des commandes, gère le budget et veille au respect de la politique documentaire.

Interface professionnelle des nouveautés chez e-Pagine

Administratrice des livres numériques pour le réseau Co-libris, je remplis ces missions et m’assure également de la cohérence des choix des titres qui sont faits ainsi que de leur complémentarité avec les collections papiers. La connaissance d’un nouveau paysage éditorial avec son langage numérique propre et ses spécificités a dû être assimilé par les bibliothécaires (prêt simultané, durée d’une licence, type de protection, utilisateurs simultanés). Au cours de formations et réunions, ces aspects ont été abordés en équipe afin de se familiariser progressivement et développer de nouvelles compétences.

Quelle politique documentaire mettre en œuvre ?

La sélection des titres, parmi l’offre éditoriale de Prêt Numérique en Bibliothèque (PNB), est donc collégiale. Elle est orientée par une politique documentaire qui vise à offrir un contenu de qualité, éclectique et d’actualité aux usagers. Les grandes lignes en sont : une orientation en littérature adultes (romans, essais littéraires) et documentaires (dont une part belle faite aux guides pratiques), jeunesse (romans jeunesse et adolescents, documentaires, albums) et quelques bandes-dessinées (les formats de lecture étant peu adaptés aux liseuses et autres matériels de lecture, une suspension des acquisitions en 2019 a cependant été décidée pour les bandes-dessinées dans l’attente d’évolutions techniques). Nous avons aussi décidé de suivre les recommandations de l’association Réseau Carel en n’achetant pas de titres provenant de maisons d’édition dont les conditions ne nous semblent pas acceptables. Cette politique documentaire est susceptible d’évoluer en fonction de l’offre, du nombre de titres et des éditeurs présents.

Interface professionnelle des nouveautés chez e-Pagine

Pour constituer des paniers de commande, les acquéreurs abondent des paniers via l’interface mise en place par la librairie ayant remporté l’appel d’offre. Le fournisseur actuel est le Hall du Livre, librairie située à Nancy, et la plateforme e-Pagine en est l’interface. Elle permet notamment de faire le lien entre bibliothèques du Sillon Lorrain et librairie d’une part et entre librairie et Dilicom d’autre part. Cette plateforme a demandé de nombreuses adaptations afin de correspondre aux besoins du Sillon Lorrain et à l’organisation propre aux bibliothèques.

Création d’un panier d’acquisition sur e-Pagine

À l’heure actuelle, DILICOM a donné le coup d’envoi pour la mise en place de sa nouvelle interface dite API PNB V3. Les bibliothécaires devront alors faire face à des évolutions qui modifieront certainement les procédures mais visent à faciliter et améliorer le fonctionnement de PNB. Un nouveau défi pour janvier 2020 est donc à relever pour les équipes !

Lire la suite de l’interview : ÉDITORIALISER LES COLLECTIONS NUMÉRIQUES DE MOSAÏQUE

Le procès du parricide de Leyr, ou comment parler de la presse ancienne

L’ouverture de Limédia kiosque a permis de re-questionner la médiation et la valorisation d’un fonds de presse ancienne.
Pour l’inauguration officielle du site, en mars 2019, nous avons proposé au public de revivre un fait divers qui a défrayé la chronique à la fin du XIXe siècle : le parricide de Leyr.

 

Le meurtre de Leyr, par son atrocité et ses multiples rebondissements, a alimenté les conversations et occupé les esprits lorrains de la fin du XIXe siècle. Il a constitué un véritable feuilleton dans la presse quotidienne locale et a marqué durablement l’histoire du village de Leyr. C’est pour ces raisons que le choix des bibliothécaires s’est porté sur ce fait divers pour une « reconstitution » spectacle originale.

Véritable travail de collaboration, la reconstitution du procès a non seulement mobilisé l’équipe de bibliothécaires mais aussi plusieurs types d’acteurs : étudiants en droit, comédiens, et spectateurs !

Les étudiants en droit, membres de l’association AJEP, jouent le rôle de la Cour : Achille premier assesseur, Hugo, président de la Cour et Yacer 2e assesseur.

La « reconstitution » de la cour d’assises par les étudiants en droit de l’université de Lorraine

C’est une association d’étudiants en droit de Nancy, l’AJEP, Association Juridique Economique et Politique, dont la vocation est d’organiser chaque année des concours de plaidoirie, qui a travaillé à la reconstitution de la cour d’assises.  L’objectif n’était pas de faire une reconstitution historique et exacte du procès, tel qu’il a eu lieu en 1898, mais d’évoquer l’ambiance des procès de l’époque en respectant, autant que possible, le fonctionnement judiciaire de la fin du XIXe siècle. Ainsi nous retrouvons pour ce procès : une cour constituée d’un président et deux assesseurs, un jury de 6 personnes (spectateurs tirés au sort), un procureur et deux avocats.
Quelques libertés ont été prises par rapport au fonctionnement judiciaire de l’époque des faits : le jury, constitué de 6 personnes (et non pas 12), avait la charge d’établir la culpabilité de l’accusé mais aussi de définir la peine, alors que cette tâche incombait alors à la cour.

Le groupe d’étudiants s’est appuyé sur un travail documentaire d’archives de presse et de témoignages réalisé par les bibliothécaires pour construire le déroulé du procès : protagonistes, témoins invités à la barre, rebondissements et réception du procès.

Chaque étudiant avait un rôle : président du jury et assesseurs, avocats de la défense, procureur. Nous le verrons plus loin, les rôles des témoins et accusés étaient tenus par des acteurs d’une compagnie de théâtre amateur. L’équipe d’étudiants avait donc écrit une bonne partie de son intervention tout en laissant une place non négligeable à l’improvisation.

Maxime, étudiant en droit et président de l’AJEP, incarne le procureur avec beaucoup de conviction.

Voici un extrait du réquisitoire du procureur :

« Monsieur le Président, messieurs les assesseurs, mesdames messieurs les jurés, nous avons essayé tout au long de ce procès de découvrir la vérité quant aux faits qui se sont produits entre la nuit du 20 février, soir du meurtre et celle du 23 février, soir où le fils Ancion se débarrasse du corps en le découpant en 6 parties puis en le jetant dans l’étang de Quercigny.

Mais comme vous avez pu le remarquer, les incohérences des témoignages , les oublis du fils Ancion, l’absence regrettable de Madame Ancion sont autant d’obstacles qui nous éloignent de la vérité vraie. Aussi il incombe au ministère public de démêler le vrai du faux, de combler les trous de cette histoire sordide et ainsi se rapprocher de cette vérité vraie. Cependant, ne rêvez pas, si nous pourrons nous en approcher, jamais nous ne l’atteindrons, emportée en partie dans la tombe de la mère Ancion et pour l’autre dans le silence du fils.

La défense essaiera de vous faire douter, elle dressera du fils Ancion un portrait bienveillant, celui d’un jeune homme au passé difficile, celui d’un jeune homme sympathique, gentil et inoffensif et pourtant tant effrayé par son père… »

Noémie et Valentin, étudiants en droit, eux aussi membres de l’association AJEP, interprètent les avocats de la défense. Les dessins de Catherine Créhange sont projetés simultanément.

Voici un extrait de la plaidoirie de la défense :

« Notre client se tient devant vous pour avoir tué son père, l’avoir découpé en morceaux, et jeté dans un étang. Il se tient devant vous pour avoir donné la mort à son père, alors que son père était sur le point d’attenter à sa vie. Il se tient devant vous, seul, pour des faits d’assassinat, alors que sa mère a contribué de manière certaine à la mort de la victime. Il se tient devant vous, pour avoir prémédité cet assassinat, alors qu’aucun élément concret ne prouve qu’il ait planifié de tuer son père.

Nous allons reprendre la chronologie pour vous démontrer que notre client n’a pas pu préméditer cet acte, et qu’il a en réalité plutôt réalisé sous l’emprise de sa mère… »

Et comment imaginer un procès sans croquis d’audience ? Nous avons invité l’illustratrice et dessinatrice de presse Catherine  Créhange  à réaliser les dessins judiciaires, projetés en direct pendant le spectacle.

Catherine Créhange en dessinatrice judiciaire pour l’occasion.

L’approche de la compagnie de théâtre d’improvisation

Comme il était impossible de reconstituer le procès de manière exacte avec les documents que nous avions à disposition, nous avons choisi un parti pris décalé, en travaillant avec la compagnie de théâtre d’improvisation nancéienne Crache-Texte. Quatre comédiens se sont donc répartis les rôles des différents protagonistes du procès : l’accusé, Charles Ancion, qui est interprété, dans toute sa réserve, par Axel Goefper. L’ensemble des témoins, trois hommes et une femme, sont interprétés par un seul comédien, François Barthelemy, introduisant un caractère comique à la situation.

Les témoins, interprétés par François Barthelemy, de la Compagnie Crache-Texte : des personnages hauts en couleurs défilent à la barre, sous le regard de Tom, étudiant en droit et membre de l’AJEP, qui joue le rôle du greffier.

Enfin, la compagnie a proposé, pour rendre la reconstitution plus théâtrale, d’incarner aussi le père assassiné et la mère suicidée (interprétés par Yann Berriet et Magalie Beck). Ces derniers ont utilisé judicieusement la disposition de la salle de lecture et se sont installés sur une galerie surplombant l’espace où se trouvait la cour et le jury. Participant de manière extérieure au procès de leur fils, ils étaient ignorés des autres protagonistes, tels deux fantômes dont seul le public pouvait suivre les remarques.

Magalie Beck et Yann Berriet  interprètent les fantômes du père assassiné et de la mère suicidée.

La compagnie de théâtre a travaillé en amont de la représentation avec le déroulé fourni par les étudiants en droit, ainsi que les documents disponibles sur l’affaire du parricide. Tous ces éléments ont servi de cadre à leur improvisation.

La participation du public

Le dernier participant à ce procès, et non le moindre, était le public. D’emblée nous avons décidé qu’il serait intéressant d’impliquer les spectateurs dans cette reconstitution. Nous leur avons dévolu 5 rôles différents, par tirage au sort, à l’entrée de la salle.

Les jurés

Au nombre de 6, ils ont passé l’ensemble de la soirée derrière la cour, sur « l’espace scénique ». Comme pour un procès réel, leur rôle était de décider du sort de l’accusé, jugeant à partir des témoignages, plaidoirie et réquisitoire. L’issue du procès aurait pu être complètement différente de celle du procès d’origine !

Le jury, composé de 6 personnes, tirés au sort dans le public.
Les gendarmes

Au nombre de 6 également, coiffés d’un képi, ils assuraient « la sécurité » de l’accusé et des témoins appelés à la barre.

Charles Ancion est interprété par Axel Goefper de la compagnie théâtrale Crache-Texte, et les deux gendarmes qui l’accompagnent ont été tirés au sort dans le public.
Les journalistes

Une dizaine de spectateurs-journalistes étaient présents au-devant de la scène, pour rendre compte du déroulement du procès, coachés par une véritable journaliste de l’Est Républicain, Lysiane Ganousse.

Dans la salle, le public participe à cette reconstitution : gendarmes, journalistes, bourgeois ou paysans, chacun son rôle.
Les villageois et les bourgeois

Les autres spectateurs, la majorité, étaient installés indifféremment dans la salle et répartis en deux catégories : villageois et bourgeois.
Les spectateurs étaient invités à s’exprimer, en fonction de leur rôle, sur le procès se déroulant sous leurs yeux. Nous avons utilisé pour cela le stratagème des chauffeurs de salle, et confiés à deux bibliothécaires des grands panneaux sur lesquels étaient inscrits des interjections : Haaaaaaa, Diantre, Quelle horreur ! , chuuut, à mort ! Bravo !

Les bibliothécaires présents et déguisés dans la salle avaient pour mission d’animer la salle.

À l’issue du réquisitoire et de la plaidoirie, le jury se retire pour délibérer. Le public a également la possibilité de donner son avis sur le dénouement du procès en direct via une application de sondage.

Les bibliothécaires ont fait vivre cette soirée en jouant leur rôle jusqu’au bout.

Bilan

Cette expérience partenariale, inédite et pleine d’humour en dépit d’un sujet difficile, a permis aux participants (acteurs et spectateurs) de mieux comprendre le déroulement d’un procès mais aussi l’influence de la presse sur l’opinion publique. Chacun a pu faire des parallèles avec des affaires récentes où le scandale médiatique le dispute à l’horreur des faits. Une forme d’éducation aux médias et à l’information en utilisant le patrimoine local.