Un artiste en résidence au coeur des collections Art Nouveau

En 2019, une expérience inédite a été menée dans le réseau des bibliothèques de Nancy : l’accueil d’un artiste local, auteur illustrateur, en résidence.

À l’origine

La mairie-médiathèque Saint-Pierre de Nancy a ouvert ses portes au public à l’automne 2019.

Il existait à l’origine la bibliothèque Bonsecours, implantée dans l’école primaire depuis 1954. Ce serait la plus ancienne bibliothèque de quartier de Nancy. Cette bibliothèque a été remplacée par la bibliothèque de proximité en 2017 temporaire, la bibliothèque Nabécor, parce que l’école fermait. En septembre 2019, selon une politique de mutualisation de services, la médiathèque Saint-Pierre ouvrant dans des locaux regroupant aussi la mairie de quartier et des bureaux de proximité du CCAS.

Anne Charaud, sa responsable, fait part de l’incertitude de son public :

Nos lecteurs les plus fidèles ont été plusieurs fois bousculés en peu de temps et ont dû s’adapter à ces changements. Le projet de résidence était là pour favoriser leur appropriation du lieu.

Il est apparu intéressant de choisir comme point d’accroche la villa Bergeret, fleuron de l’École de Nancy implanté dans le quartier Saint-Pierre et merveilleuse opportunité pour mettre en avant les joyaux conservés à la Bibliothèque Stanislas sur ce courant artistique et, plus largement, l’Art Nouveau.

Nous avons saisi l’occasion d’élaborer un projet interactif entre les collections patrimoniales de la Bibliothèque Stanislas et le quartier Saint-Pierre de Nancy, tout en faisant appel à un artiste pour une résidence dans les Bibliothèques de Nancy.

 

Les illustrations de départ

Le choix de l’artiste

Olivier Romac, auteur illustrateur nancéien fait partie des artistes dont nous acquérons et conservons les ouvrages depuis la création en 2017 d’un fonds spécifique lorrain de bandes dessinées et albums illustrés destinés au jeune public.

Sa connaissance de la période École de Nancy transparaît dans plusieurs de ses créations, et ce avec une précision et une esthétique très fidèle à l’esprit du temps. En outre, il avait déjà animé des ateliers de création, activité propre à notre avis à nouer le lien entre les habitants du quartier et leur nouvelle médiathèque.

Olivier Romac à la médiathèque Saint-Pierre, première séance avec les adultes
Olivier Romac à la médiathèque Saint-Pierre, première séance avec les adultes

C’est ainsi qu’une collaboration, fructueuse de part et d’autre, a commencé en novembre 2019, pour s’achever au tout début du mois de février 2020. Un dossier de demande de subvention au dispositif Etat-Région « résidence d’artiste-associé » est déposé mai 2019. Sans attendre le résultat, nous travaillons sur les collections, les publics pressentis pour nos actions, et avec l’artiste.

Dans un second temps, les recherches artistiques, l’élaboration des outils des ateliers et le travail de création ont été menés par Olivier Romac afin de créer 12 séances à la fois très pédagogiques et misant sur la créativité des participants et sur la convivialité, étalées sur 12 mois, pour deux types de publics.

Quels publics, quels objectifs ?

L’enjeu était de montrer que la nouvelle médiathèque est un lieu de rencontre, où il fait bon venir, échanger, partager, créer, et rencontrer les autres, en plus de se documenter.

Nous voulions aussi rapprocher les citoyens d’un artiste vivant sur le territoire, et de leur faire prendre conscience de la richesse patrimoniale de leur quartier. Il fallait ajouter à cela l’opportunité pour l’artiste de pouvoir réaliser une oeuvre comme aboutissement de la résidence.

Les publics étaient d’une part, des adultes volontaires résidents du quartier, et d’autre part, deux classes d’école élémentaire  l’une de l’ensemble scolaire Emile Gallé qui est contigu à la médiathèque (une porte les sépare), et l’autre de l’École du Montet située rue de Saurupt.

Reproductions de planches d'albums des collections patrimoniales de la bibliothèque Stanislas
Reproductions de planches d’albums des collections patrimoniales de la bibliothèque Stanislas

L’École de Nancy sert de repère artistique et de support pour la création des participants, calendrier pour les élèves et marque-pages pour le public adulte.

Le premier atelier a été l’occasion de faire une présentation globale de notre démarche, puis une histoire illustrée du mouvement artistique. Par la même occasion, nous avons pu faire connaissance avec chacun, établir le dialogue et insister sur la relation exceptionnelle à développer avec un artiste au fil des séances.

À partir de la seconde rencontre, le travail de création a été exclusivement encadré par Olivier Romac, les collections de la Bibliothèque Stanislas étant source d’inspiration.

Les élèves, comme les adultes, ont d’abord réalisé à l’aide de pochoirs des motifs sous forme de frises. Ces pochoirs ont été spécialement conçus par l’artiste, qui en connaissait le potentiel en matière de rendu et l’usage à l’époque de l’Art nouveau.

Les participants ont été guidés de manière à peaufiner leur travail au fil des séances avec les bibliothécaires en soutien. Cela se passait avec beaucoup d’application, d’amusement et d’émulation.

Réalisation de pochoirs
Réalisation de pochoirs

À l’issue, Olivier Romac a effectué la mise en page et le suivi de l’impression des calendriers et des marque-pages.

L’ultime séance a consisté en l’accueil de chacun des groupes à la Bibliothèque Stanislas en guise de restitution. A cette occasion, il a été montré au public les planches originales de style Art Nouveau, les ouvrages japonais de la collection Takashima, et des reliures École de Nancy exceptionnelles de nos collections.

Outre l’ébahissement devant ces joyaux, l’excitation était au rendez-vous pour les élèves à l’idée de recevoir des mains d’Olivier les calendriers. La tristesse aussi, de dire au revoir à ce compagnon de route avec qui la complicité s’était nouée au fil des semaines.

Remise des calendriers à la Bibliothèque Stanislas
Remise des calendriers à la Bibliothèque Stanislas

Les groupes ont pu également visiter l’intérieur de la Villa Bergeret, propriété de l’Université de Lorraine, grâce à une visite commentée effectuée par nos soins. Nous  avons mis l’accent sur les corrélations entre les collections, les ateliers de pratique artistique, et les spécificités architecturales, décoratives et mobilières de la demeure.

L’artiste et sa réalisation

Enfin, une séance publique avec Olivier Romac a été programmée à la Bibliothèque Stanislas. Deux heures durant, il a été donné à chacun de comprendre comment l’artiste conçoit son oeuvre, comment un auteur illustrateur élabore un contenu, dessine, assemble, privilégie telle planche, colorise, met en page…

En exclusivité, Olivier Romac a dévoilé des planches du livre écrit et illustré durant la résidence dont la sortie est imminente. Il en a présenté l’ensemble des planches à un public impatient de pouvoir acquérir cette nouvelle réalisation qui met bien en valeur le patrimoine nancéien.

En effet, parallèlement à ces actions de médiation, Olivier Romac s’est nourri de nos collections et de recherches en divers services de la ville pour travailler à la conception d’un album illustré sur la Villa Bergeret et les artistes de l’École de Nancy. Il reconnaît avoir trouvé matière à mettre en oeuvre un ouvrage sans précédent dans son parcours. Son livre très illustré, selon une esthétique rigoureusement conformes aux principes de l’École de Nancy, est aussi très documentée historiquement.

Olivier Romac dans la salle de l'Académie
Olivier Romac dans la salle de l’Académie

Une collaboration fructueuse

Travailler en équipe s’est avéré positif et enrichissant, chacun d’entre nous apportant compétences et savoir faire personnel. Le contact et les échanges avec Olivier Romac se sont déroulés très simplement pour aboutir à la formalisation du projet. Enfants comme adultes ont beaucoup apprécié la personnalité de l’artiste qui s’est montré à la fois pédagogue et ouvert à l’échange. Lors des visites, à la bibliothèque et à la maison Bergeret, Olivier Romac  a enrichi le propos par des informations en contrepoint.

Un public conquis

Le public s’est montré très satisfait de l’ensemble des actions. Sur l’ensemble du déroulement du projet, il n’y a eu aucun désistement (ce qui était une de nos craintes avant de commencer) et un enthousiasme grandissant était perceptible chez les participants.

En ce qui concerne le public scolaire, le personnel encadrant, le personnel accompagnant et les enfants ont trouvé l’expérience très instructive et enrichissante et a, au gré des séances d’atelier, découvert des pratiques de création artistique. En outre, il s’est approprié la Mairie-médiathèque Saint-Pierre.

La notion de lien social a pris une réalité à travers tous les échanges s’étant opérés avec l’artiste d’une part, le personnel des bibliothèques d’autre part, mais aussi entre les participants (entraides, conseils, échange de techniques…). Certains d’entre eux restent en contact et organisent des sorties culturelles ensemble depuis lors.

Anne Charaud conclut :

Le fait d’avoir situé ces ateliers dans cette nouvelle médiathèque a donné une vraie visibilité à l’établissement de lecture publique. Il s’agissait par ces actions culturelles de type artistiques de faire connaître le nouvel établissement aux personnes du quartier, et également d’avoir un rayonnement plus large sur Nancy.