Bibliothécaire et détective : les manuscrits non classés

Les fonds d’archives et manuscrits « vaguement ou non identifiés » constituent la partie la plus  difficile à appréhender dans une
collection patrimoniale. Beaucoup de bibliothécaires et d’archivistes aiment à se
raconter des histoires à faire frémir sur des tas au milieu desquels dorment des incunables photographiques ou des originaux de traités
ignorés depuis des siècles. À la bibliothèque Stanislas, on avait déjà retrouvé un portefeuille de lecteur dans une armoire du secrétariat, mais les archives et manuscrits avaient l’air un peu mieux connus.

L’impensé de la bibliothèque

À côté du fonds des manuscrits, des pièces cotées et décrites dans des catalogues rédigés selon des normes — sinon dépassées, du moins existantes — il existe des centaines de liasses non cotées pour
lesquelles l’instrument de recherche, quand toutefois il y en a un, se
borne à une liste sommaire du contenu. Faute de compétence
archivistique, personne dans les décennies passées ne s’était vraiment colleté à celles-ci, sinon pour en améliorer un peu le
conditionnement, et ce faisant, établir les listes sommaires.
Certaines boîtes sont numérotées (sous une double numérotation),
d’autres portent un nom de fonds, d’autres encore sont repérées comme appartenant au même ensemble par des étiquettes colorées.
Quelques-unes sont les antiques « custodes » de la bibliothèque, boîtes recouvertes de papier vert utilisées depuis le xixe siècle.
En rassemblant le savoir cumulé des bibliothécaires, des notices
succinctes avaient été rédigées en 2009-2010 pour certains fonds,
donnant un petit aperçu de l’effort à mettre en œuvre pour éclaircir
la situation.

Boîtes du fonds Herpin
Un échantillon d’un fonds connu au niveau 2.

La consultation de ces fonds est évidemment
quasi-inexistante, puisqu’elle ne repose que sur l’échange direct
entre un-e bibliothécaire connaissant leur existence et ayant une vague idée de leur contenu, avec un chercheur, dans la salle patrimoniale, menant au jaillissement d’une proposition de consultation quasi à l’aveugle.

Lorsqu’a été formulée la demande du Ministère de la Culture d’achever le Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques, il n’était plus possible de différer, et bien que l’équipe de la bibliothèque se soit en premier lieu consacrée à avancer sur les
ensembles de manuscrits les plus « simples » (comparativement), la nécessité d’aller plonger dans les boîtes non classées s’est faite pressante. Sans doute aurions-nous pu nous contenter de mettre en forme et publier les listes sommaires dont nous disposions, et peut-être nous y serions-nous résolues si une formation d’abord, la présence d’une catalogueuse spécialisée salariée de l’agence Interbibly ensuite, n’avaient libéré de l’esprit et du temps pour envisager un travail dans les règles de l’art1.

Le tamis

La première étape a été de constituer un tableau de bord des fonds en fonction de l’état d’avancement de leur classement, afin d’évaluer la situation et de programmer le travail de la catalogueuse. Il est
apparu en son sein un ensemble de liasses qui ont pu être rassemblées sous une numérotation quasi-continue de 1 à 1512 + 6 boîtes non numérotées, et concordant avec la liste sommaire principale. Le tableau d’assemblage entre les mentions portées sur les boîtes et les intitulés de la liste a permis de construire un deuxième tableau de bord par liasses. En l’absence d’espace suffisant pour étaler durablement et en toute sécurité les 151 liasses, il a fallu procéder ensuite par petits morceaux.
Tout d’abord, nous avons isolé les liasses consécutives qui avaient
manifestement un rapport entre elles, en vérifiant que les liasses
précédentes et suivantes n’en avaient pas, en se fondant sur le style
des conditionnements et la graphie. Ces liasses ont été identifiées
assez facilement, quoique qu’il y fallait une bonne connaissance de
l’histoire de la bibliothèque, notamment une fréquentation de ses
archives que peu de bibliothécaires dans l’équipe possèdent
suffisamment, et de l’érudition locale depuis le début du xixe siècle.

Deux « découvertes » motivantes

Nous avons réussi à isoler le « fonds Piroux »3, dont les plans sont anciennement connus et décrits au fonds iconographique et dont la numérisation était en cours en 2018-2019. Il apparaît que ces centaines de plans sont extraits de dossiers, le tout formant sans aucune hésitation possible le fonds de l’agence d’architecture d’Augustin Piroux (1749-1805), accompagné des archives de sa lieutenance de police à Lunéville. Parvenir à identifier clairement ce fonds, dont nous connaissions l’existence sans pouvoir l’appréhender vraiment, et d’une importance extraordinaire pour l’architecture et le génie civil en Lorraine au xviiie siècle, a été la source d’une grande motivation, en plus de retirer du vrac à traiter une dizaine de boîtes d’un coup. Un projet Piroux est ainsi programmé avec description à la pièce et numérisation
de ce fonds.

Bras de lustre pour la synagogue de Nancy, Charles-Augustin Piroux.
Bras de lustre pour la synagogue de Nancy, Charles-Augustin Piroux.

L’histoire de l’identification du fonds des Tiercelins repose sur la
relecture fréquente de la liste de départ, pour essayer d’en extraire de nouveaux ensembles de liasses, et l’échange avec un chercheur. Avions-nous d’autres manuscrits à propos du duc Charles IV (1604-1675) que ceux mentionnés au catalogue ? Oui, justement, nos yeux voient passer cet intitulé : « matériaux pour l’histoire du duc Charles IV » sans description malheureusement. Le chercheur, qui n’a à perdre que 20 minutes, accepte de regarder cette boîte-mystère. Il revient en s’excusant presque : « ce n’est pas ce que je cherchais mais ça ressemble beaucoup aux travaux du père Donat »4. Nous courons de concert à nos meilleurs outils bibliographiques (Gallica, archive.org, l’Histoire de Nancy de Christian Pfister…). Victoire : dans un article aguicheur sur les maîtresses du duc Charles IV, Justin Favier lui-même passe une page à décrire les douze cartons du fonds dit « des Tiercelins », fonds qu’il a consulté pour son article mais qu’il n’a manifestement jamais pris la peine de classer, sauf peut-être la correspondance du père Donat, convenablement cotée dans le fonds des manuscrits depuis la fin du xixe siècle. Travail à moitié, donc, et l’autre moitié pas du tout identifiée comme lui étant reliée. Et surtout, fonds considéré comme réglé depuis lors. Les matériaux inédits rassemblés dans le « fonds des Tiercelins », contenant à la fois les archives du couvent et les papiers de l’historien, n’attendent désormais que leur chercheur.

Enfin, citons aussi l’exhumation des papiers Save et des papiers
Courbe, tous deux érudits de la fin du xixe siècle, l’un pour
Saint-Dié-des-Vosges, l’autre pour Nancy, et dont les archives
réputées « à la bibliothèque » prennent désormais consistance.

La pelote de laine

Tous ces fonds identifiés, et quelques autres, ne sont pas encore
classés ni leurs inventaires publiés, mais néanmoins ils ont permis de
restreindre d’un tiers le nombre de liasses à identifier. Les deux
derniers tiers ne sont pas les plus simples. Nous comptons sur la
patiente imprégnation des descriptions sommaires et le rapprochement des conditionnements, ainsi qu’une plongée plus fine encore dans le monde de l’érudition lorraine grâce au projet ERUDHILOR5 pour éliminer progressivement les zones d’ombre et rendre justice aux érudits du passé en leur attribuant correctement les archives dont ils ont bien voulu faire don à la bibliothèque depuis un siècle et demi en espérant être utiles au plus grand nombre.

  1. Le service remercie ici le conseil et les actions conjointes d’Émilie Chevalme, Estelle Schneider, Ariane Lepilliet et Manon Hue dans la réalisation de ce projet. []
  2. Double numérotation, abandonnée, 175 à 234. []
  3. La description actuelle ne prend en compte qu’une partie du fonds. []
  4. frère mineur, historiographe du duc, mort vers 1700. []
  5. Projet porté par Isabelle Guyot-Bachy et Jean-Christophe Blanchard, Centre de recherche universitaire lorrain d’histoire, Université de Lorraine, dont les Bibliothèques de Nancy sont partenaires. []