Romain Dutreix reporter à la bibliothèque (1/3)

Depuis 2017, nous constituons progressivement  à  Bibliothèque Stanislas, au sein du fonds lorrain, une nouvelle collection. Celle-ci est  composée d’albums de bandes dessinées, de planches originales et de dessins de presse d’auteurs lorrains. Cette collection s’étoffe  peu à peu avec des pièces originales acquises auprès d’artistes de notre territoire.

Nous verrons en trois temps comment cet enrichissement a été effectué auprès de Romain Dutreix (2018), Frédéric Boilet (2019), puis Lefred Thouron (2021).

En premier lieu en effet, à l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine 2018 (JEP), nous avons effectué une commande à l’auteur dessinateur de bandes dessinées et dessinateur de presse Romain Dutreix. Après avoir imaginé ce que nous souhaitions lui demander, nous avons donné un intitulé à cette intervention artistique : Romain Dutreix sur le fil. Son premier travail a alors consisté à concevoir un dessin en couleurs pour notre campagne de communication mettant en avant l’opération.

Romain Dutreix, Sur le fil,  dessin conçu pour la communication de l’opération

 

Qui est Romain Dutreix ?

Né en 1976, Romain Dutreix grandit en région parisienne. En 2010, il décide de quitter Paris pour Nancy où il s’installe avec sa famille. Présent dans la sélection officielle du festival d’Angoulême cette même année avec l’album Allegretto deprimoso (Fluide Glacial), il développe un style rigoureux et tranchant. Dans Impostures (2 volumes parus chez Fluide Glacial en 2013 et 2015), il tourne en dérision et dessine à sa manière les personnages les plus connus de la bande dessinée franco-belge : Spirou, Titeuf, Astérix, Gaston, ou encore Tintin pour ne citer qu’eux. La parodie des personnages créés par ses confrères dessinateurs devient la marque de fabrique de ce dessinateur à l’imagination débordante pour mettre en image les situations les plus improbables. Dans cette lignée, il est régulièrement édité par la librairie nancéienne La Parenthèse. Une collection de bandes dessinées en noir et blanc de petit format tirées à 500 exemplaires, justifiées et signées par l’auteur existe désormais : Niourk, les origines (2015), Groupies. Y en aura pour tout le monde (2016), Paul a un empêchement (2016), le Relou des mers (2017), et Traquemarge (2018). Ainsi, Traquemarge fait référence à Traquemage de Wilfrid Lupano et Relom. Le Relou des mers est, dès le titre le plagiat explicite d’une bande dessinée de Riff Reb’s, Le loup des mers. Romain Dutreix est aussi un des contributeurs de Quartiers libres, chroniques nancéiennes (2018), commandé par “La Parenthèse” à six auteurs dessinateurs nancéiens1.

En 2016, c’est Revue de presse : petite histoire des journaux satiriques et non-conformistes. Cet album regroupe l’intégralité des strips réalisés par Romain Dutreix et Toma Bletner autour de ce sujet. Leur parution a d’abord lieu dans le quotidien Libération en 2015, puis dans le mensuel satirique Fluide Glacial. Il s’agit là d’un travail documentaire dense et édifiant sur une caractéristique de la presse française : la satire journalistique. En 2018, Romain Dutreix nous surprend de nouveau en illustrant en couleurs Le Libéralisme, enquête sur une galaxie floue, dont les textes sont signés Pierre Zaoui, aux éditions Le Lombard.

Le dessin de presse représente une partie importante de l’activité de Romain Dutreix. Il fait partie de l’équipe du Canard enchaîné depuis février 2018, sur une suggestion de Lefred Thouron, dessinateur de presse renommé nancéien également, y collaborant depuis plus de 30 ans. A cela s’ajoute sa contribution régulière au mensuel Fluide Glacial, “magazine de bande dessinée à l’humour décomplexé”. Dans Spirou, Romain Dutreix signe la rubrique “La Leçon de BD”. Son dernier album , Madeleine, est à paraître au cours du premier semestre 2022 chez Fluide Glacial.

Un important travail d’observation

La  thématique nationale des JEP étant en 2018, l’Art du partage, nous avons proposé à Romain Dutreix de croquer le personnel de la Bibliothèque Stanislas à l’oeuvre dans ses missions quotidiennes. Plusieurs visites des différents espaces – bureaux, magasins, atelier, réserves et autres parties réservées au personnel – lui ont permis d’observer et de capter les particularités des lieux et de nos pratiques professionnelles .

Romain Dutreix, La Coursive

 

Une mise en oeuvre très rapide

C’est de retour chez lui, entre  le samedi soir et le dimanche midi qu’il a concocté une histoire en quarante planches constituées d’une vignette chacune,  intitulée Une journée à la Bibliothèque Stanislas. La journée s’articule de L’Ouverture au Départ, en passant par le Catalogage, La Coursive, Le Conditionnement, La Presse, etc. Autant d’aspects qui ont marqué l’artiste au gré de ses observations. Il s’ingénue alors, selon son habitude, à transformer la réalité. Cela aboutit à  sa propre vision pleine d’humour de la vie et des moeurs à la Bibliothèque Stanislas. Comme dans beaucoup de ses bandes dessinées, il est l’acteur central de l’histoire qu’il imagine. Il y tient le rôle d’un reporter venant découvrir la bibliothèque en y rencontrant différents membres de l’équipe.

Romain Dutreix, L’ouverture

Quelle plus-value pour notre public et nos collections ?

Un accrochage des dessins sur un fil a été privilégié pour une présentation au public : véritable fil rouge de la vie à la bibliothèque, il mettait en valeur ces strips de façon originale.

Romain Dutreix accrochant ses dessins à la bibliothèque (cliché D. Comte)

L’ensemble des JEP était articulé autour des albums de bande dessinée et de jeunesse du fonds lorrain. En plus de la présence de l’artiste et de cette performance inédite, nous avions imaginé des jeux pour mettre en valeur ces collections. Le public s’est amusé de cette parodie et de la manière originale dont elle a été présentée. Le dimanche après-midi, nous avons connu une fréquentation sans précédent pour les Journées Européennes du Patrimoine. Les planches réalisées Romain Dutreix ont de ce fait profité au plus grand nombre.

En outre, cette création originale fait désormais partie des collections de la Bibliothèque Stanislas avec une cession intégrale des droits d’auteur à l’institution. Les 40 dessins peuvent dès lors être diffusés par nos soins sans restriction. Ils sont d’ores et déjà versés sur Limédia Galeries.

Le public découvrant les dessins (cliché D. Comte)

Cliquer ici pour voir le reportage photographique et vidéo de ces journées.

  1. Baru, Sylvie Bessard, Romain Dutreix, Thierry Martin, Olivier Romac, Zoé Thouron []

Enrichissement des collections : la Lorraine au prisme d’un voyage impérial pendant les fêtes séculaires de la réunion à la France

L’année 2021 a vu les collections lorraines s’enrichir de très nombreuses pièces acquises en vente aux enchères, en librairie, ou encore par don. Elles feront l’objet d’une présentation individuelle dans une publication séparée. L’une d’entre elles a bénéficié du soutien financier du FRRAB (Fonds Régional de Restauration et d’Acquisition pour les Bibliothèques). Il s’agit d’un rarissime livret-programme autographié du voyage en Lorraine organisé pour la famille impériale du 14 au 19 juillet 1866.

Tiré à une douzaine d’exemplaires par le Service du Grand Écuyer, il servit de carnet de route aux membres du service d’honneur de Leurs Majestés : 

Voyage de leurs Majestés et de Son Altesse le Prince Impérial en Lorraine. Paris : Imp. Monrocq Maison Longuer Lancre succr., 1866. In-4, entièrement monté sur onglets, percaline verte gaufrée, titre doré au premier plat, dos lisse, tranches dorées.

Le livret fut établi par le général Émile-Félix de Fleury (1815-1884), Grand Écuyer, chef du service d’honneur de la famille impériale, en charge de l’organisation des déplacements pour les voyages et cérémonies officielles. Le général, diplomate bonapartiste de la première heure, décrit l’établissement de ces programmes dans ses Souvenirs :

“Lorsque enfin toutes ces dispositions étaient établies, je faisais établir une douzaine de programmes définitifs, comprenant l’itinéraire, l’emploi des journées et des heures, fixant les séjours et les arrêts dans les stations désignées, donnant la carte partielle des différents départements traversés, des notes historiques sur chaque localité visitée. Ces programmes étaient distribués aux personnes appelées à faire partie du service d’honneur, afin que tout le monde fut bien au courant des obligations du voyage. En dehors de ce livret-programme, je remettais à Leurs Majestés un carnet particulier […]”

La famille impériale visita Épernay, Châlons-sur-Marne, Vitry-le-Français, Bar-le-Duc, Toul, Nancy et Lunéville.

Itinéraire du voyage de la famille impériale du 14 au 19 juillet 1866

Ce voyage fut effectué dans le contexte des fêtes séculaires de la réunion de la Lorraine à la France, célébrée à Nancy du 15 au 17 juillet 1866 par un important programme de manifestations officielles et d’événements à destination du grand public. Il s’agissait également de réaffirmer le pouvoir de l’Empereur dans une région et dans une ville traversée par un fort sentiment régionaliste prônant la décentralisation. C’est l’un des aspects du lotharingisme.

 

Le défilé des populations lorraines. Composition de Meissonnier gravée à l’eau forte par Jacquemart.

Tout au long de l’ouvrage, il est fait mention de Leurs Majestés, incluant Napoléon III. Les tâches réservées à l’Empereur comme la présentation des clés des villes traversées ou la présentation de notables à Épernay sont précisément décrites. Or, Napoléon III annula sa participation au voyage par une dépêche télégraphique du Grand Écuyer envoyée le 12 juillet, soit deux jours avant le départ. L’état de santé de l’Empereur ou la défaite autrichienne de Sadowa furent peut-être à l’origine de cette annulation. L’Impératrice Eugénie et le Prince Impérial assurèrent donc seuls l’incarnation du pouvoir.

Le cortège impérial et la foule des lorrains sur la Place Stanislas. Photographie originale d’époque jointe à l’ouvrage.

Ce livret-programme vient heureusement compléter l‘édition officielle, richement illustrée, qui paraît huit mois plus tard. Trois exemplaires de cette édition figurent dans les collections de la Bibliothèque Stanislas :

Voyage en Lorraine de Sa Majesté l’Impératrice et de S. A. I. le Prince Impérial. précédé du Voyage de S. M. l’Impératrice à Amiens / texte par Félix Ribeyre. – Paris : H. Plon, 1867. – 58 p.-[8] p. de planches ; 33 X 45 cm.

L’ouvrage est enrichi des portraits de S.M. l’Impératrice et de S.A.I. le Prince Impérial, dessinés par H. de Montaut, gravés au burin par A. Nargeot, d’un dessin de Meissonnier, gravé à l’eau forte par Jacquemart et de quarante et un dessins de Philippoteaux, Giacomotti, Compte-Calix, Henry de Montaut, Émile Bayard, Gustave Janet, Hubert Clerget, Férat, Cattenacci, Reiber et Thérond qui ont été gravés par Gauchard, Chapon, Linton, Dumont, L. Sargent, Huyot, Barbant, Verdeil, Dupré, Deschamps, Charlot, Tazzini, Thénard, et Mme O. Brux.

Le cartonnage brun est orné d’un décor doré à l’aigle impérial avec le titre de l’ouvrage et 4 fers couronnés au chiffre E, initiale de l’impératrice Eugénie, dans les angles.

Bibliographie