Une bibliothèque moderne : les travaux de 1932

Saviez-vous que la salle des boiseries de la Bibliothèque Stanislas n’a pas toujours été la salle de lecture ? C’est entre 1930 et 1932 qu’a eu lieu l’aménagement qui prévaut encore de nos jours.

Sous la pression du public

Depuis l’ouverture de la bibliothèque municipale en 1803, les usagers étaient reçus dans une petite salle de lecture d’une vingtaine de places située au premier étage, à l’entrée de la salle des boiseries. La salle des boiseries elle-même était fermée au public, sinon pour des visites de type muséal, car elle servait de magasin principal de livres. Ceux-ci étaient issus des bibliothèques de maisons religieuses confisquées pendant la Révolution française, ainsi que des dons et des acquisitions courantes réalisées tout au long du XIXe siècle.

Vue de la salle des boiseries avant 1932
Vue de la salle des boiseries avant 1932

La création d’une université à Nancy (1850) puis l’arrivée massive de réfugiés alsaciens-mosellans entre 1871 et 1873 transforment le paysage intellectuel local : il y a désormais davantage de « travailleurs du savoir » qui ont besoin à la fois de documentation actualisée et d’un lieu d’étude. La bibliothèque publique, tout indiquée pour jouer ce rôle, s’adapte une première fois en aménageant en rez-de-chaussée la grande salle polyvalente (ayant servi pour des meetings politiques ou des banquets républicains) en salle de lecture dotée d’une centaine de places et d’un éclairage au gaz.

Dès 1909, les locaux sont qualifiés de trop exigus. Un rapport de l’inspection préconise l’installation dans la salle des boiseries de rayonnages en fer pour créer des linéaires supplémentaires. La fréquentation de la salle de lecture est saturée pratiquement chaque jour durant l’année universitaire, car la bibliothèque s’ouvre progressivement aux enseignantes et enseignants des premier et second degrés, des écoles professionnelles, mais aussi aux élus et à une quantité toujours plus importante de professions juridiques, administratives et de services.

Une bibliothèque provinciale mais moderne

C’est en 1929 que le comité de surveillance et d’acquisition de la bibliothèque soumet à la municipalité, sa tutelle, un projet audacieux de réaménagement qui est finalement accepté et mis en œuvre. Deux ans durant, les collections sont tout d’abord déménagées, puis les locaux entrent dans les phases de travaux les plus importantes jamais connues.

Vue de la salle des boiseries avec le sol en béton armé
Pose du sol en béton armé dans la salle des boiseries (1930)

La salle des boiseries devient la salle de lecture principale, dotée de 160 places. On lui adjoint une « salle des travailleurs » de 60 places, ouverte seulement en 1934 dans la salle conservant le buste du roi Stanislas. Les armoires et la corniche sont rénovées pour accueillir un éclairage électrique. Le sol est démoli pour la pose d’un plancher en béton armé qui sera aussi le plafond du niveau inférieur, et un tapis de caoutchouc de 5 mm est déroulé pour assurer le confort auditif des utilisateurs.

Un vestiaire vide
Vue du vestiaire aménagé en 1932

Aile Dombasle, une estrade est prévue pour la présidence de salle et l’accès aux nécessités logistiques : monte-livres électrique, monte-charges, escalier de fer. Au premier étage de l’aile Visitation, à droite de l’escalier, sont localisés un vestiaire et des commodités d’une capacité suffisante pour le public attendu.

La salle du rez-de-chaussée devient le magasin à livres principal, d’une capacité estimée alors à 6 km linéaires ou 200 000 ouvrages. Le système retenu est celui de rayonnages Lipman à tablettes mobiles formant ossature, un plancher métallique garni de dalles de verre auto-porté séparant les deux niveaux de magasin. La desserte en est assurée par un escalier situé à chaque extrémité de la structure, l’un menant directement à la salle de lecture.

Publicité pour les rayonnages Lipman
Bibliothèques : organisation, technique, outillage : [exposition présentée au Palais du Trocadéro dans le cadre de l’Exposition internationale des arts et techniques Paris 1937 / introd. de Julien Cain, Paris : Ed. Denoël, 1938, p. 76.

D’autres aménagements sont réalisés les mois suivants : un accueil / salle des catalogues à la sortie de l’escalier, des rayonnages métalliques dans les combles pour accueillir les collections de périodiques, l’installation du chauffage central dans l’ensemble du bâtiment et de sanitaires pour le personnel, ainsi que de 8 postes téléphoniques permettant au personnel de communiquer d’un étage à l’autre. Le conservateur fait aménager entièrement son bureau dans le goût Art déco.

Bureau du conservateur
Jean Colin, conservateur de la bibliothèque, dans son bureau Art déco.

Au chapitre des innovations techniques non suivies, on trouve des discussions à propos d’un appareil de reproduction des livres et manuscrits et d’une armoire de désinfection des livres.

Publicité pour appareil de désinfection
Bibliothèques : organisation, technique, outillage : [exposition présentée au Palais du Trocadéro dans le cadre de l’]Exposition internationale des arts et techniques Paris 1937 / introd. de Julien Cain, Paris : Ed. Denoël, 1938, p. 72.

Premiers retours publics

Un inévitable lot d’aléas accompagne les deux années de travaux. Un service de prêt provisoire est prévu dans la salle de l’Académie de Stanislas, totalement insuffisant par rapport aux besoins. L’installation du chauffage central, s’il supprime le danger des feux de cheminée, occasionne tant de fuites et de pannes successives que l’on renonce, par prudence, à le faire passer pour l’instant dans la réserve précieuse, de même que l’électricité. Des portes blindées coupe-feu seront par ailleurs montées à certains endroits judicieux afin d’enclore et limiter le risque d’incendie.

Néanmoins, la bibliothèque rouvre en janvier 1932. Le 15 janvier, le maire de Nancy, Marie-Joseph Malval (1866-1933), conduit avec le conservateur Jean Colin une visite inaugurale pour la presse et les officiels, au cours de laquelle le recteur, Louis Bruntz (1877-1944), souligne l’immense service rendu à la communauté universitaire par cette complète transformation du service municipal, alors même que la première pierre de la nouvelle bibliothèque universitaire sera posée en novembre de la même année par le président de la République Albert Lebrun.

L’ouverture au public a lieu le 28 janvier 1932. L’accès est toujours gratuit. L’accent promotionnel est mis sur le chauffage et l’éclairage des lieux, ainsi que la mise à disposition de nouveautés. Les horaires d’ouverture courent de 9 à 22 h, avec un service réduit entre 20 et 22 h aux usuels ou aux documents préalablement commandés par les lecteurs.

Une salle de lecture pleine de lectrices et lecteurs
La foule se presse à la bibliothèque pour sa réouverture.

Avec une ironie affectueuse, André Gain (1897-1977), titulaire de la chaire d’histoire de l’Est de la France à l’université, détaille dans Les Annales de l’Est le luxe de la nouveauté, les « splendeurs étincelantes » du vestiaire où l’on « sert à goûter », des sanitaires à gâter « un empereur romain », le « passage en chicanes » des lecteurs dans la salle des catalogues, et « l’enclos réservé à la science » constitué par la petite salle de lecture surveillée par un Stanislas « hautain, à la lippe dédaigneuse ».

Cette bibliothèque de 1933 est celle que personnel et public de la bibliothèque connaissent encore aujourd’hui. Les boiseries ont été restaurées en 2005. Des travaux d’adaptation aux usages du numérique et une petite salle de formation ont été réalisés en 2015. Deux siècles et demi après sa construction, près d’un siècle après son dernier chantier majeur de modernisation, le bâtiment répond toujours grosso modo aux attentes de son public habituel. Mais il commence à accuser son âge, et une réhabilitation plus globale sera bientôt nécessaire, prélude probable à une réflexion sur son positionnement et son ouverture dans la ville.

Voir le portfolio complet des travaux de 1930 à 1932 sur Limédia Galeries.

Sources

– Gutton et Maire E., Les Origines de la Bibliothèque de la Ville de Nancy, tapuscrit, Nancy, 15 janvier 1932., 7 fol.

– L. G., « Visite inaugurale de la nouvelle Bibliothèque de la ville de Nancy », L’Est républicain, Nancy, 16 janvier 1932, p. 3.

« Les transformations de la Bibliothèque de Nancy : historique des différents projets », L’Est républicain, Nancy, 21 janvier 1932.

« Demain jeudi la bibliothèque publique rouvrira ses portes », L’Est républicain, Nancy, 27 janvier 1932, p. 3.

– Gain André, « Nos bibliothèques », Annales de l’Est, 1934, p. 126.

Une classe en résidence à la bibliothèque

En janvier 2022, la Bibliothèque a accueilli une classe de CM2 en résidence. L’occasion pour une vingtaine d’élèves d’investir le bâtiment et de découvrir le patrimoine écrit tout en travaillant sur une thématique riche et transversale : le voyage.

Contexte

La Bibliothèque Stanislas accueille en moyenne une quinzaine de classes par an, de l’école primaire au lycée, lors de parcours d’1h30 maximum. L’objectif de ces accueils est de donner aux élèves un accès au patrimoine écrit, à l’histoire du livre mais aussi à l’histoire de leur ville et de leur région.

En septembre 2021, le rectorat et la Délégation Académique à l’Action Culturelle nous soufflent l’idée d’accueillir une classe d’école primaire en résidence sur une période plus longue, comme le font déjà d’autres structures culturelles.

Défi relevé, nous proposons à une classe de CM2 du quartier de Beauregard à Nancy, quartier prioritaire éloigné de la bibliothèque, de venir passer une semaine complète dans nos murs.

Déroulement

La classe est installée dans la salle de consultation patrimoniale.

Le programme de la semaine est conçu en étroite collaboration avec l’enseignante, Mme Delphine Muller-Derhé, plusieurs semaines en amont de la résidence. Nous choisissons de placer cet accueil sous la thématique du voyage. Ce thème, exploité par les élèves dans le cadre d’un projet plus large, permet de montrer des documents patrimoniaux variés et représentatifs de nos collections. Il s’agit également d’un thème suffisamment transversal pour construire des ponts entre différentes disciplines.

Il est convenu dès la préparation du projet qu’il s’articulerait en trois temps : la classe aura des temps d’enseignement « classiques », des moments d’accueil consacrés à la découverte de la bibliothèque et de ses collections, ainsi que des ateliers avec des intervenants extérieurs.

Nous faisons donc appel à deux intervenants pendant la semaine pour enrichir le propos :

  • Katia Mourer, artiste plasticienne, propose de travailler avec les élèves à la réalisation d’une carte imaginaire,
  • Bruno Ricci, comédien, donne aux élèves l’opportunité d’apprendre à oraliser un texte.

Concernant la découverte du patrimoine écrit, la thématique du voyage est abordée à travers 3 aspects : l’histoire de la cartographie, le récit de voyage et les livres d’artiste.

La carte imaginaire réalisée par tous les élèves et Katia Mourer pendant la semaine, représente un lieu imaginaire qu’ils ont nommé “l’Archipel de Beauregard”.

La première journée est dédiée à la découverte du lieu. La semaine commençant un lundi, jour de fermeture de la bibliothèque, l’accueil se fait de manière ludique et relativement libre : une visite par petits groupes, une présentation de plusieurs documents représentatifs de nos collections pour finir par un mini jeu de piste dans les différents espaces du bâtiment du XVIIIe siècle. L’objectif est de permettre aux élèves de découvrir et comprendre les lieux dans lesquels ils vont passer une semaine, de se repérer dans les espaces et d’en prendre possession. Pari réussi, les élèves ont très vite été à l’aise pour circuler et se repérer dans ce grand bâtiment ancien.

Les trois autres jours de la semaine sont partagés entre ateliers d’expression artistique, enseignements traditionnels et découverte des collections de la bibliothèque. Cela permet de travailler en groupes de 5 à 10 élèves maximum, favorisant les échanges et la participation de tous.

Les différents ateliers se répondent souvent : les enseignements fondamentaux sont préparés en lien avec la thématique du voyage, les découvertes de livres anciens viennent enrichir le vocabulaire plastique proposé par l’artiste pour la création de la carte.

Atelier d’arts plastiques

Un espace dédié en salle patrimoniale

Une classe en résidence, une semaine complète, est un accueil qui peut s’avérer lourd à prendre en charge. Si nos espaces de travail sont conçus pour des publics étudiants, lycéens ou enseignants, ils le sont moins pour des classes de primaire. Il faut donc s’adapter et anticiper les aspects logistiques : transports quotidiens, cantine, récréations.

 

https://twitter.com/bmnpatrimoine/status/1484098523398344704

Pour l’occasion, nous réservons la salle patrimoniale aux élèves afin qu’ils puissent s’y installer comme s’il s’agissait de leur propre salle de classe : les écoliers y laissent chaque soir une partie de leurs affaires, des paper-boards pallient l’absence de tableau blanc. Les collègues de la section jeunesse de la médiathèque ont préparé une sélection d’ouvrages, albums, documentaires et bandes dessinées, sur la thématique du voyage ; sélection installée dans un coin de la salle à la manière des BCD de classe. La ludothèque est également partie prenante, en sélectionnant plusieurs jeux sur la thématique. La salle patrimoniale est donc divisée en plusieurs petits espaces : espace de travail, espace de jeux et de détente, espace d’arts plastiques.

La salle de l’Académie, aimablement prêtée par l’Académie de Stanislas, permet d’ajouter un espace supplémentaire d’activités précieux pour travailler en petits groupes. Du fait de son acoustique, eIle sert particulièrement à l’atelier d’oralisation mené par Bruno Ricci.

Atelier d’oralisation dans la salle de l’Académie de Stanislas

Les récréations ont lieu dans la cour de la bibliothèque ; les élèves mangent chaque midi au restaurant universitaire situé à quelques centaines de mètres.

Un film témoignage

Afin de garder une trace pour les élèves mais aussi pour l’institution, nous capturons sons et images des ateliers à différents moments de la semaine. Le dernier jour, nous prenons le temps d’une restitution de l’atelier d’oralisation. Ce moment privilégié rend compte aux élèves du chemin parcouru durant toute la semaine.

Captation vidéo de la résidence

Conclusion

Les premiers retours des élèves et de l’enseignante ont été très positifs. Ils ont tout particulièrement apprécié l’immersion d’une semaine dans un lieu très différent de la classe. Les élèves ont globalement bien participé et sont apparus très rapidement à l’aise à la bibliothèque.

Les différents temps pédagogiques (découverte du patrimoine, ateliers et enseignements classiques) étaient bien articulés. Les contenus se répondaient bien, et avaient une bonne cohérence sur la semaine.

En accueillant une classe sur un temps long, nos pratiques internes ont été questionnées. Le bâtiment s’est prêté à un accueil de cette envergure. Les publics ont cohabité sans se gêner vraiment. Si le temps de préparation et d’investissement a été conséquent pour nous, celui-ci pourra être réinvesti dans une déclinaison de la résidence en parcours inscrit dans la programmation scolaire.

Le bilan réalisé avec les élèves, en présence du maire de Nancy et du recteur d’académie, a montré que cette expérience s’était révélée à la fois enrichissante et marquante dans leur cursus scolaire, en entremêlant la vie de la classe et celle de l’institution culturelle.

La classe quittant la salle de lecture.