Françoise de Graffigny et Nicolas Durival

Lors de la poursuite de notre enquête sur les lectures de Nicolas Durival est apparue de manière inattendue la figure littéraire  de Françoise de Graffigny. Par l’intermédiaire de François-Antoine, dit Panpan, Devaux, elle rencontre Durival à l’époque de son secrétariat auprès du chancelier de Lorraine. Pétri d’admiration pour son talent, Nicolas Durival en fait sa principale pourvoyeuse de livres et de nouvelles politiques. Une trop grande disparité sociale et intellectuelle empêche cependant une véritable relation d’amitié de se nouer.

Contrairement à ce que l’on pouvait penser de prime abord, les notations du Journal relatives à l’achat et à la lecture de livres par Nicolas Durival sont absentes. S’il se montre particulièrement précis sur les pièces de théâtre qu’il voit à la Comédie de Nancy et sur les dissertations lues ou écoutées en séance de l’Académie royale, il ne dit pas un mot de ses découvertes et de ses goûts littéraires. Il fallait donc porter le regard ailleurs : soit dans son œuvre (l’article précédent en montrant des aperçus), soit en exploitant la bibliographie rassemblée sur le personnage.

Comme souvent, c’est une citation qui nous met sur la piste prometteuse de Mme de Graffigny1 :

Tu es admirable avec tes commissions pour Durival. Tu crois donc que je puis avancer deux louis au moins par semaine ? J’ai bien de la peine à être exacte sur les nouveautés que je t’envoie parce qu’il faut les payer comptant, qu’elles sont hors de prix, et voilà encore pour Durival que tu me demandes pour plus de deux louis. Sais-tu bien que les Malheurs de l’amour coûtent six francs ? […] Tout est hors de prix. Ces misérables Chars que j’envoyais hier coûtent quarante sols. Tu seras surpris de tes mémoires, je t’en réponds. Insinue doucement à ton Durival d’écrire à Verdun. Il me donnera de l’argent qu’il lui rendra en Lorraine, et les commissions ne me tourmenteront pas et seront bientôt faites.

Françoise de Graffigny s’y adresse à son âme sœur et confident de toute une vie François (dit Panpan) Devaux. On y lit qu’elle sert manifestement de courtier en libraire pour Nicolas Durival. Quelles sont les relations entre ces trois personnages ? Le dépouillement systématique de l’abondante correspondance échangée entre Mme de Graffigny et Devaux nous en apprendrait-il davantage sur les livres acquis et lus par Nicolas Durival ?

Mme de Graffigny, Devaux et Durival

Françoise de Graffigny (1695-1758) est une femme de lettres d’origine lorraine dont la carrière se déroule dans les salons parisiens après le départ de la cour de François III. À Devaux, resté en Lorraine, elle raconte dans une correspondance quasi-quotidienne ses relations dans le monde littéraire et ses vicissitudes d’écrivain. Assidue au salon de Mme Quinault, elle y rencontre quantité de beaux esprits du temps : Buffon, Réaumur, Piron, Montcrif ou encore Marivaux et l’abbé Prévost pour les plus célèbres. Familière de l’écriture épistolaire et de la poésie de salon, elle écrit des romans et pièces de théâtre dont les Lettres d’une Péruvienne (1747), qui lui apportent la gloire, et Cénie (1750).

Portrait de Mme de Graffigny; Par D'Agoty d'après Garand.
Portrait de Mme de Graffigny; Par D’Agoty d’après Garand.

François-Antoine Devaux (1712-1796), d’origine plus modeste, conjugue un certain talent de poète et littérateur de salon à la nécessité d’exercer un office pour vivre — à l’époque, receveur des finances à Lunéville. À coté de la gazette littéraire et curiale, sa correspondance avec « Abelle » est d’ailleurs parsemée de questions et conseils des deux côtés pour gagner sa vie et investir au mieux. Panpan Devaux est légataire universel des papiers de sa grande amie. A sa mort, il les transmet à Louise-Elisabeth Dufresne, qui n’est autre que la belle-soeur de Nicolas Durival, épouse de son frère Jean-Baptiste2, signe d’une proximité avec les Durival.

C’est le 11 novembre 1743 que Devaux mentionne pour la première fois à Mme de Graffigny l’existence de Nicolas Durival : elle peut utiliser le truchement de celui qui est alors l’un des deux secrétaires du chancelier de Lorraine Antoine-Martin Chaumont de La Galaizière (1697-1783) pour faire parvenir à son ami des fils d’argent qu’il souhaite offrir en cadeau3. Ce rôle de facteur d’ouvrages et menus objets entre Devaux et Mme de Graffigny est rempli par Durival tout au long de leurs relations, jusqu’au départ de ce dernierl pour l’office de greffier en chef du conseil d’État et secrétaire du conseil royal des finances4.

En décembre de la même année, Devaux informe Mme de Graffigny que Durival accompagne le chancelier à Paris et lui recommande de l’accueillir à dîner. Cette première visite laisse manifestement au Lorrain une forte impression5. Son admiration pour l’écrivaine ne se dément plus, et un profond respect imprègne toutes les commissions qu’il donne par la suite à Devaux pour elle.

Dès lors s’installe une relation à trois où Durival joue les intermédiaires pratiques en raison de sa position auprès du chancelier. Nicolas Durival a des rapports d’ordre amical avec Devaux  : ils dînent ensemble assez familièrement6, vont pique-niquer7, semblent s’entretenir très souvent de politique et de littérature, et surtout s’échangent des livres. Mme de Graffigny conseille aussi à son ami de recourir aux services de Durival pour obtenir des renseignements favorables sur sa carrière8. Une sincère affection semble les lier : Devaux s’inquiète d’une maladie grave de Durival en 17479, et Durival fait tuer un chien qui a mordu Devaux10.

Portrait de Devaux
Portrait de Devaux

L’écrivaine parisienne de son côté se résout à en passer par le secrétaire pour faire acheminer lettres et colis à Devaux à moindre coût, mais la construction de sa relation avec Durival est particulièrement lente et semble uniquement liée au fait que cela fait plaisir à Devaux. Elle le reçoit à dîner à chacun de ses voyages à Paris, essentiellement pour lui confier de nouveaux colis. Elle l’utilise comme agent de renseignement à propos de ses biens lorrains11. Après être passé par Devaux avec bienséance, Durival s’enhardit à lui écrire directement, ce qui paraît l’indisposer12. Il lui demande des livres, toujours des livres, et lui envoie en échange des confitures de Bar, dont Mme de Graffigny est friande, très onéreuses et introuvables à Paris, tant pour elle que pour offrir en cadeau. S’ensuit une comptabilité minutieuse où le montant des ouvrages le dispute au nombre de pots de confiture jusqu’à ce que, excédée par ces calculs, l’auteur des Lettres péruviennes lâche13 :

« tout ce que j’ai envoié de livre à Durival, je lui en fais don. Il ne me doit que les feuilles et ce qui a passé par tes mains. »

Consciente de la dépendance dans laquelle Devaux et Durival sont des nouvelles et des ouvrages qu’elle leur fait parvenir, et probablement de la vague jalousie ressentie par Durival devant la complicité qu’elle entretient avec « son Panpichon », Françoise de Graffigny en joue parfois, faisant remarquer à Devaux que le secrétaire est le seul à lui avoir fait « un petit compliment » de sa nouvelle Azerolle14, ou déroutant exceptionnellement un envoi du Journal de Trévoux par l’abbé de Solignac15 pour ne pas que Durival le lise avant Devaux16. Elle va même au-delà à propos d’Azerolle, en menaçant Devaux de l’obliger à donner à son ami nancéien l’exemplaire qu’elle a fait relier de maroquin jaune à son intention pour peine de l’avoir montré à Durival qui a réclamé un exemplaire identique depuis17.

Au gré des lettres passent des quantités impressionnantes de livres demandés, reçus, égarés, retrouvés. Quelles sont les demandes de Nicolas Durival ?

Un lecteur avide de nouveautés

Parmi tous les titres évoqués dans la correspondance entre 1744 et 1755, une cinquantaine d’œuvres ont à coup sûr été fournies à Durival par Mme de Graffigny, et quelques-unes ont transité du secrétaire à l’écrivaine18. Plus de la moitié d’entre elles ont été demandées en 1746-1747.

Durival est friand de « nouveautés », tant en littérature qu’en histoire et philosophie, dont il a connaissance soit par la conversation (avec Devaux, la cour, les informations transmises par Mme de Graffigny elle-même), soit par les journaux, que la comtesse essaie de faire parvenir à ses amis lorrains avec régularité (Le Mercure françois, le Journal de Trévoux). Cependant, il lui arrive de réclamer des ouvrages plus anciens que Mme de Graffigny peine à se procurer19.

Les ouvrages sont de genre varié :

  • 15 pièces de théâtre, recueils ou feuilles périodiques (Almanach des théâtres), principalement de Destouches et de Boissy ;
  • 9 romans
  • 6 ouvrages historiques
  • 6 ouvrages de philosophie
  • 4 recueils de poésie
  • 1 ouvrage de politique
  • 1 ouvrage scientifique

Il est intéressant de noter que les manuscrits circulent facilement en cette période. Durival est chargé de corriger les oeuvres du roi Stanislas Le Combat de la volonté et de la raison et Le Philosophe chrestien20, mais il a aussi accès au manuscrit de Phaza, que Mme de Graffigny fait tenir à Devaux21, à celui de Semiramis de Voltaire22, par l’intermédiaire de la marquise de Boufflers, et on lui a promis aussi celui d’Arsace et Isménie de Montesquieu23.

Deux tiers des ouvrages font l’objet d’une demande explicite de la part de Durival à Mme de Graffigny, soit directement par courrier, soit auprès de Devaux. Plusieurs sont demandés ou envoyés d’autorité en deux ou plus d’exemplaires, dont l’un est réservé à Durival. Cela peut expliquer en partie pourquoi Mme de Graffigny est souvent indécise dans ses comptes : tel ouvrage destiné à Devaux a atterri entre les mains du chancelier, Durival lui en demande un exemplaire pour lui-même, Devaux cherche le sien… L’échange de livres est fluide entre Devaux et Durival, ils se font profiter l’un l’autre de leurs trouvailles et discutent entre eux des mérites des œuvres.

Toujours à la recherche des livres de Nicolas Durival, nous avons compté que six titres parmi ceux demandés à Mme de Graffigny figurent au catalogue de la Bibliothèque publique fondée par le roi de Pologne en 1766 : Le Spectateur ou le Socrate moderne, feuille périodique, Le Contrôlleur du Parnasse de Destrées,  Jugemens sur quelques ouvrages nouveaux… de l’abbé Desfontaines, Nouvel abrégé chronologique de l’histoire de France du président Hénault revu par Prault, Histoire du Stadhouderat de l’abbé Raynal. Ces ouvrages couvrent deux thématiques dont on sait qu’elles suscitent l’intérêt de Durival : le théâtre et l’histoire.

Dix de plus figurent aujourd’hui dans les collections, dans une édition plausiblement identique à celle probablement reçue par le secrétaire du chancelier via l’écrivaine parisienne. Malheureusement, ils ne portent pas de marque de provenance, et sont dépourvus au catalogue de la mention latine « ex dono domini Durival… » repérée sur d’autres références.

Il faudrait poursuivre l’enquête dans la bibliothèque de Panpan Devaux, puisque l’un des ouvrages mentionné dans sa correspondance avec Mme de Graffigny, figurant également dans les collections de la bibliothèque, porte effectivement l’ex-libris du poète de cour24.

Mention manuscrite de Devaux "Panpan"
Mention manuscrite de Devaux « Panpan »

Portrait de Durival par deux « personnes d’esprit »

Les lettres échangées par Mme de Graffigny et Devaux dressent un portrait de Durival où se mêlent l’affection et la raillerie. Il se dessine ainsi une personnalité d’intellectuel provincial au maintien incertain, à l’éducation indéniable mais non policée, aussi gauche physiquement que dans les relations courtoises de salon. Mme de Graffigny est la plus incisive, sans doute aussi parce que son caractère s’emporte facilement, comme le montrent ses lettres pleines d’excès en tous genres. Devaux la prévient avant sa première rencontre avec Durival25 :

« [Durival] meurt d’envie de vous voir. Je vous prie de le recevoir agréablement pour l’amour de moy. C’est une grande fluste assez maussade qui parle barisien comme un ange, qui a peu de monde et un ris assez niais, mais qui a beaucoup d’esprit, meme de bon et de celuy que vous aimés. C’est une machine a raisonnement. Philosophés un peu ensemble : vous en serez contente. »

Le personnage est campé, et l’opinion de Mme de Graffigny ne dérogera pas de ce portrait qu’elle confirme dans une lettre suivante26 :

« Ton grand flandrin vint. Je le reçu comme un député de mon Panpichon. Dieu sait la belle mine que je lui fis. Il ne resta guère et je ne le verai plus. Il me paroit avoir effectivement de l’esprit, mais dans l’emvelope lorraine. »

Elle est prompte à se plaindre de « négligence »27 dès que courrier et colis sont en retard, trouve le secrétaire rêveur28, mais surtout, elle ne lui passe rien : dès qu’il parle, il est « disserteur intolérable »29, et l’ennuie30 dès qu’il lui demande quelque chose, il la « tourmente »31. C’est un pauvre diable32, une bête qui se prend pour un homme de goût33, et qu’elle cherche parfois à éviter34.

Cependant elle lui fait globalement confiance comme intermédiaire : « du tems de Durival cela n’arrivoit pas. » fait-elle remarquer à Devaux en 175135 alors que le secrétaire est devenu greffier en chef et ne peut plus superviser les échanges. Maintes fois elle lui fait par l’entremise de Devaux des protestations d’amitié, surtout quand elle a besoin de lui36. Les jeunes frères de Nicolas Durival, Jean-Baptiste et Claude, lui sont adressés et elle a le goût de les trouver agréables « mais pas autant que [leur] frère »37.

Ce que Mme de Graffigny reproche avant tout à Nicolas, c’est sa pédanterie, confirmée par plusieurs témoignages directs et indirects. « Ah, que son goût pour les livres le sert mal ! » remarque-t-elle judicieusement assez tôt dans leur relation38. Les exemples abondent dans la correspondance : il prend « des fautes d’impression évidentes pour des fautes de l’auteur »39, il se permet de critiquer la dramaturgie de Voltaire dans La Mort de César40, il fait des contresens sur un « ton de connoisseur »41.

Surtout, début 1750, il fait une bourde énorme et devient la risée de la cour de Lunéville, et, par ricochet, de Mme de Graffigny et des gens du monde dont elle est entourée. L’arrivée du comte de Tressan dans l’entourage de Stanislas s’est accompagnée d’un assaut poétique, littéraire et savant qui fait les délices des courtisans. Devaux, qui a sa petite réputation, se voit gratifié par Tressan d’une épître, à laquelle il imagine de répondre avant même de l’avoir lue. Il rédige donc, et lit devant Durival et d’autres, une épître « à Tressanius ». Nicolas Durival, paraît-il, demande alors innocemment de quel savant étranger on parle…42

Ainsi est dressé le portrait d’un homme avide de connaissance mais maladroit dans ses relations avec un milieu auquel il rêve manifestement d’appartenir. Durival a trouvé en Mme de Graffigny l’un des courtiers qui peut lui procurer les ouvrages de Paris qu’il attend, et qu’il est heureux d’obliger. On le voit dans la proximité de Devaux avoir accès aux ouvrages en préparation de Voltaire et Montesquieu, qui sont des personnages considérables même en dehors de la cour de Lunéville. Enfin, son goût pour le théâtre et l’histoire, apparent dans son Journal et dans son œuvre historique, se trouve confirmé par le type de livres recherchés.

  1. Correspondance de Mme de Graffigny, E. Showalter (éd.), Oxford, The Voltaire Foundation, Taylor institution, 1985, t. VIII, lettre 1125, 6 mars 1747, p. 275 (désormais « CG » ; cité par F. Bessire, « Françoise de Graffigny », Revue de la BNF, n° 39, 2012, p. 28-37. []
  2. Victor Jacques, « Cérutti et le salon de la duchesse de Brancas à Fléville (1778-1784) », Annales de l’Est, 1888, p. 324-374. []
  3. CG, t. III, no 615 n 33. — Les notes de l’édition de la correspondance comprennent souvent des extraits de lettres de Devaux qui trouvent ainsi un début d’édition. []
  4. CG, t. XII, no 1733, 13 juillet 1751. []
  5. CG, t. IV, no 632, 24 décembre 1742. []
  6. CG, t. V, no 640, 10 janvier 1744. []
  7. CG t. IX, no 1364, 22 février 1749. []
  8. CG, t. VIII, no 1209, 24 septembre 1747 ; t. X, no 1392, 30 avril 1749, répété par la lettre no 1442, 23 août 1749 []
  9. CG t. VIII, no 1111, 3 février 1747. []
  10. CG t. XIII, no 1916, 7 septembre 1752. []
  11. CG t. XII, no 1849, 5 avril 1752. []
  12. au moins en 1745 CG t. VI no 853, 2 juin ; trois lettres en 1746, CG, t. VIII, no 1038, 17 août : « Mais pourquoi m’écrit-il tant ? ». []
  13. CG t. VII, nos 969, 970, 972, 973, 8 au 18 mars 1746. []
  14. CG t. VII, no 937, 26 décembre 1745. []
  15. Pierre-Joseph de La Pimpie, chevalier de Solignac (1687-1773), secrétaire personnel du roi Stanislas et premier secrétaire général de l’Académie royale. []
  16. CG t. IX, no 1266, 5 juillet 1746. []
  17. CG. t. VII, no 947, 16 janvier 1746. Quelques semaines plus tard, le 4 février, elle rassure Devaux sur sa préférence : « Il a eu beau m’envoier des confitures, il n’aura pas un pareil livre que le tien. (…) Il me semble que je t’aurois fait une infidélité si j’avois consenti à sa prière. ». []
  18. Des Recherches historiques. CG, t. X , no 1553, 27 mai 1750 ; Voltaire, Annales de l’Empire, Bâle [Colmar : Schöpflin], 1753. CG t. XIV no 2112, 20 mai 1754. []
  19. Louis Fuzelier, Momus fabuliste ou Les Noces de Vulcain, Paris : Veuve Ribou, 1720. CG, t. VIII, no 1129, 22 mars 1747. []
  20. CG, t. IX, no 1374, 19 mars 1749. []
  21. CG, t. IX, no 1376, 22 mars 1749 « s’il veut se taire ». []
  22. CG, t. IX, no 1481, 2 décembre 1749. []
  23. CG, t. VIII, no 1171, 28 juin 1747. []
  24. P.-F.G. Desfontaines, Histoire des révolutions de Pologne depuis le commencement de cette monarchie jusqu’à la mort d’Auguste II. Par l’Abbé Desfontaines, s.l.n.d., cote 300 860 (1-3). []
  25. CG, t. IV, no 629 n 22. []
  26. CG t. IV, no 632, 24 décembre 1743. []
  27. CG t. X, no 1502, 25 janvier 1750. []
  28. CG t. XI, no 1630, 19 novembre 1750. []
  29. CG t. VI, no 787, 25 décembre 1744. []
  30. CG t. VI, no 821, 15 mars 1745. []
  31. CG t. VI, no 846, 14 mai 1745. []
  32. CG t. VII, no 953, 30 janvier 1746. []
  33. CG t. VII, no 1025, 17 juillet 1746. []
  34. CG t. IX, no 1299, 22 septembre 1748 : « ne dis point à Durival que je suis à Paris. » []
  35. CG t. XII, no 1769, 5 octobre 1751. []
  36. CG t. VII, no 1008, 6 juin 1746. []
  37. CG t. X, no 1511, 15 février 1750. []
  38. CG t. VI, no 853, 30 mai 1745. []
  39. Ibid. []
  40. CG t. VII, no 1025, 17 juillet 1746. []
  41. CG t. XI, no 1623, 3 novembre 1750. []
  42. CG t. X, nos 1513, 1516, 1520, 15 février-8 mars 1750. []

Philippe Claudel polyglotte

A l’occasion de la 38e édition du Livre sur la Place dont il était le président, Philippe Claudel a fait don d’un ensemble de 150 de ses ouvrages à la Bibliothèque Stanislas. Ce serait une erreur que de penser que l’un des auteurs les plus emblématiques de Lorraine n’était pas présent dans les collections de la bibliothèque !

Couverture de Le rapport de Brodeck de Philippe Claudel édition tchèque
Couverture de Le rapport de Brodeck de Philippe Claudel édition tchèque

« Il est émouvant de voir les livres voyager dans des directions qu’on ne soupçonnerait pas ».

Le catalogue de la bibliothèque compte 52 références où le nom de Philippe Claudel apparaît soit en qualité d’auteur, soit de préfacier. Cependant aucun des ouvrages offerts n’était présent. En effet ces 150 ouvrages nous offrent un vaste tour du monde littéraire :  du Japon à l’Islande en passant par l’Irak  et le Portugal, près de 30 pays sont représentés.

Viennent en tête du nombre de traduction,  Le rapport de Brodeck, Les âmes grises et La petite fille de monsieur Linh avec respectivement 29, 27 et 22 éditions.

Couverture des Ames grises de Philippe Claudel édition chinois
Couverture des Ames grises de Philippe Claudel édition chinois

La jaquette : reflet de la sensibilité d’un pays

Nous avons tous en mémoire les couvertures sobres du Rapport de Brodeck  ou des Âmes grises parues chez Stock.  Nous sommes parfois surpris de découvrir le parti pris des éditeurs étrangers  pour le visuel de leurs jaquettes. En Chine, une femme nue sortant d’un champ de blé illustre Les âmes grises, un herbier celle du Rapport de Brodeck  pour l’édition tchèque. L’éditeur russe, quant à lui a choisi des tableaux impressionnistes pour les illustrer.

Couverture des Ames grises de Philippe Claudel édition russe
Couverture des Ames grises de Philippe Claudel édition russe

Pour l’édition française de Parfums, Stock a fait le choix d’une jaquette illustrée d’un détail des « 3 âges de la femme »  de Gustav Klimt évoquant l’amour maternel. L’édition catalane, elle, mêle un timbre poste évoquant la Place Stanislas, un portrait d’un jeune adolescent une horloge à remonter le temps et naturellement une madeleine de Proust. Avec la jaquette coréenne nous voilà transportés dans une scène de rue que l’on pourrait situer dans une petite ville de Lorraine  si ce ne sont les panneaux indicateurs St John Gate, Farringdon …

Couverture des Parfums de Philippe Claudel
Couverture des Parfums de Philippe Claudel

Lors de la rencontre à l’Opéra avec Françoise Rossinot, l’écrivain expliquait qu’il fait confiance à l’éditeur pour la couverture car il connait son public. De même qu’il y a un lien, « une fatalité positive »  entre le traducteur et l’écrivain. Certains traducteurs entrent en contact avec lui, allant jusqu’à  se déplacer à  Dombasle. Parfois, d’autres traductions réservent de mauvaises surprises comme la première traduction des Âmes grises pour laquelle l’éditeur américain s’était arrangé avec le texte, coupant certains passages et allant même jusqu’à changer la fin.

Couverture des Parfums de Philippe Claudel édition coréenne
Couverture des Parfums de Philippe Claudel édition coréenne
Couverture de Le rapport de Brodeck de Philippe Claudel
Couverture de Le rapport de Brodeck de Philippe Claudel
Couverture de Le rapport de Brodeck de Philippe Claudel édition
Couverture de Le rapport de Brodeck de Philippe Claudel édition
Couverture des Parfums de Philippe Claudel édition catalane
Couverture des Parfums de Philippe Claudel édition catalane

Un lifting à 25 ans pour la Médiathèque Manufacture

Dans le cadre du projet Bibliothèque Numérique de Référence du Sillon lorrain, la Médiathèque Manufacture propose depuis début 2016, et après 6 mois de travaux, de nouveaux espaces d’accueil et services numériques : pour cet établissement ouvert en 1991, l’objectif est d’être davantage en adéquation avec les nouvelles attentes du public.

 

Médiathèque Manufacture
Médiathèque Manufacture

Avant / après…

En dehors des mémorables expositions qui ont rythmé son ancienne vie, l’accueil n’était qu’un lieu de passage, avec un guichet d’accueil dérobé, et aucune collection apparente…

Médiathèque Manufacture : le salon du hall d'entrée
Médiathèque Manufacture : le salon du hall d’entrée

Et maintenant, on peut voir, comme un inventaire à la Prévert, un retraité lire le journal du jour en buvant un café à une des tables bistrot de la cafet’, à côté d’un groupe de jeunes qui jouent aux cartes, un étudiant confortablement installé sur un fauteuil à tablette avec son portable connecté au wifi, des lecteurs de presse ayant trouvé le refuge « cocoon » de fauteuils hauts et enveloppants, des curieux testant l’installation du mois dans le salon numérique, une famille entière s’inscrivant sur la promesse du tout nouvel espace Jeux vidéo… Ah le nouvel espace Jeux vidéo ! Situé au même niveau que notre perchoir d’observation, il s’étire tout le long de la mezzanine qui auparavant abritait la presse, et par l’enfilade vitrée on peut percevoir tour à tour la concentration des joueurs de foot sur consoles, l’agitation des danseurs et des danseuses sur wii, et la détermination des « gamers » sur PC. Le planning de réservation est plein, créant la frustration propre à alimenter le buzz et à créer le désir. L’endroit est, étonnamment, plus calme que prévu. On peut y venir seul, on a toutes les chances de trouver un partenaire de jeu ; on peut y emprunter à domicile un jeu ou une revue spécialisée. Le week-end les parents jouent avec les enfants, tout le monde monte ensuite en section jeunesse emprunter des livres. La semaine les groupes de collégiens du Conservatoire en perm’ naviguent, en attendant leur créneau de jeu, entre le hall et les canapés confortables du Cube au 1er étage.

Médiathèque Manufacture : la borne d'arcade dans l'espace jeux vidéos
Médiathèque Manufacture : la borne d’arcade dans l’espace jeux vidéos

Mais revenons au hall

Désormais divisé (mais pas cloisonné) en de multiples zones bien différenciées grâce au mobilier et à l’éclairage, gardant toute sa hauteur et son volume, les éléments de sa structure remarquables ressurgissent, comme l’alignement des hautes fenêtres et l’escalier, enrichis et sublimés par de nouveaux gestes architecturaux : cube en suspension, salon numérique à la forme hardie mais intemporelle, banque d’accueil basse et élégante.
Un rouge profond, parcimonieusement réparti mais bien présent, habille le cube suspendu, quelques surfaces de la banque d’accueil et la tranche du salon numérique, il est repris sur une partie des fauteuils et canapés. Le complément d’assises, beige et taupe, achève de le mettre en valeur. Le mobilier fonctionnel est blanc (meubles presse et magazines) ou aluminium (banque d’accueil et meuble brochures, éléments réalisés sur mesure). Saluons ici le travail et l’implication de Jean-Mathieu Collard, du cabinet strasbourgeois Les Architectes SA, et la mémoire du concepteur du projet, Patrick Texier, disparu avant le début du chantier.

Médiathèque Manufacture : l'espace détente
Médiathèque Manufacture : l’espace détente

À part, mais ouvert sur le hall, la cafet’ propose un univers plus hautement coloré : framboise, vert anis et beige, dans un esprit bistrot. On peut y prendre un café ou une boisson fraîche grâce aux distributeurs mis à disposition. Des jeux de société sont sur le bord des fenêtres, sans aucune règle d’usage et il est fréquent de voir des familles jouer au scrabble, des amis aux échecs. Jeux sagement rangés, gobelets jetés, petits accidents nettoyés… l’autodiscipline est au rendez-vous.

Il faut dire que les nouveaux espaces ont également été pensés pour être pratiques, offrir des facilités d’usage pour tous : grand local à l’entrée pour déposer poussettes et trottinettes, porte-manteaux et dépose-sacs disposés partout, prises électriques disponibles, sans parler du wifi et de la boîte de retour accessible 24/7.

Nouveaux usages numériques

Le réaménagement, s’il a permis de mettre à disposition davantage d’ordinateurs (7 de plus dans le hall, 6 dans le cube du 2e étage) a surtout été l’occasion d’offrir de nouveaux usages numériques :
– Travailler en groupe sur une table collaborative permettant d’afficher en simultané deux écrans d’ordinateurs. Dans une salle fermée mais vitrée et ouverte sur le hall, disponible sur réservation jusqu’à 6 personnes, ce petit espace de co-working remporte du succès auprès des lycéens, étudiants, entrepreneurs et autres porteurs de projets.
– Connecter son appareil mobile sur grand écran, regarder un film à plusieurs sur la TV 4K dans le salon de loisirs.
– Se familiariser avec de nouveaux outils, applis, rencontrer les acteurs culturels numériques du territoire, grâce à la programmation du Salon numérique.

Médiathèque Manufacture : démonstration dans le salon numérique
Médiathèque Manufacture : démonstration dans le salon numérique

Enfin, la presse a naturellement trouvé toute sa place dans ce hall avec une offre de 160 titres environ. Disposant de plusieurs petits salons, les lecteurs sont nombreux à s’installer pour lire sur place journaux et revues, y compris sur des tablettes numériques dédiées à la presse, qui décuplent l’offre de titres « papier » proposée sur place. Ils peuvent également emporter des revues à la cafet’ ou dans le Cube du 1er étage, qui propose côté cour et côté quai, des canapés et chauffeuses confortables et au calme.

Médiathèque Manufacture : l'espace presse
Médiathèque Manufacture : l’espace presse

Les lieux n’ont en effet pas tous un usage identifié et contraint, il est possible de s’en emparer librement et les lecteurs ne s’en privent pas : travailler dans le Cube ou la cafet’, discuter dans le salon numérique, lire à l’espace Jeux vidéo…

Médiathèque Manufacture : l'espace jeux vidéos
Médiathèque Manufacture : l’espace jeux vidéos

Le signal de liberté envoyé par le hall et la mezzanine diffuse même dans les étages restés (pour l’instant) sagement « dans leur jus ». A l’espace BD adultes, sur une chauffeuse, un jeune homme a été vu en train de tricoter… Vous avez dit 3ème lieu ? On y est !

Paroles de lecteurs

« Oui, je trouve le lieu agréable. J’aime son architecture, l’ambiance, sorte de fourmilière silencieuse. Il nous arrive de prendre la médiathèque comme destination d’une promenade. C’est aussi parfois une activité que nous « faisons » avec des personnes en visite chez nous. »

« Dans les grandes villes, on n’a pas beaucoup de place pour stocker des livres, je viens à la médiathèque pour ça : alléger, désencombrer l’espace privé sans pour autant perdre cet accès à la culture et à l’actualité »

« Je m’y sens bien, et encore plus depuis la réouverture. Je viens pour travailler essentiellement car ça change de l’ambiance lourde, rigide des BU où tout le monde prépare ses partiels et concours. »

« Je n’emprunte rien, je viens uniquement pour les jeux vidéo. Mais hier pour la 1ère fois, j’ai emprunté un DVD. Je consulte la presse de temps en temps quand j’attends pour une connexion Internet quand les ordis sont tous occupés. »

« Espace très lumineux, confortable, convivial, ça donne envie de s’y installer. Oui ça a changé mes habitudes, je viens plus souvent : espace presse, espace jeux vidéo, le coin des ordinateurs, l’espace café, c’est génial !! La séparation des espaces est bien faite. »

«Je viens pour emprunter des romans, de la presse. Avant, je venais aussi les jeudis soirs pour
les animations (conférences, expos, lectures…) et aussi le samedi matin pour la projection de films en audio description. Je viens à la médiathèque pour voir le personnel qui est très agréable, pour discuter, prendre du temps, avoir un lien, pour parler. Je me suis réinscrite depuis peu, et même si le nouvel abonnement est plus cher, je suis contente car désormais j’emprunte beaucoup de DVD, chose que je ne faisais jamais.»

Article rédigé par Isabelle Huber

Le signalement des affiches du dépôt légal imprimeur

La réflexion concernant la collecte et le traitement des affiches s’est inscrite dans notre chantier des collections. Nous avons abouti à la priorisation de notre travail vers les affiches issues du dépôt légal.

Les affiches au Dépôt légal
Les affiches du dépôt légal

Etat des lieux en début de chantier : deux voies pour alimenter la collection des affiches

La collection des affiches de la Bibliothèque était jusqu’alors alimentée par deux voies :

  • les affiches issues du dépôt légal des imprimeurs lorrains
  • les affiches issues de la collecte volontaire de la part du personnel de la bibliothèque en toutes occasions professionnelles ou privées. L’accroissement se faisait également par les nombreux dépôts d’affiches par les acteurs locaux.

Les affiches du dépôt légal une fois enregistrées dans le registre d’entrée, étaient mêlées aux affiches de la collecte volontaire. Un plan de classement thématique a été conçu. La volumétrie des deux sources d’accroissement était à peu près identique : une moyenne de 800 affiches par an.

Les affiches au Dépôt légal
Boîte de conservation des  affiches du dépôt légal

Des priorités qui doivent s’adapter aux possibilités du service

La description et l’indexation des affiches est un travail long, qui se fait à la pièce et  demande des connaissances iconographiques. Même si la volumétrie à traiter n’est pas très importante, cette mission demande du personnel et du temps dont nous ne disposons plus. Nous aurions pu faire le choix de laisser en dormance cette collection qui n’a jamais bénéficié dans notre établissement d’une valorisation importante, mais notre statut de Bibliothèque de dépôt légal nous contraint à un travail de signalement.

Le plan de classement élaboré n’offrait pas non plus des moyens de recherche satisfaisants.

La décision est prise de formaliser un nouveau protocole :

  • trier le corpus des années antérieures en séparant les affiches du DLI (pour lesquelles nous avons mission de conservation) des affiches de la collecte volontaire. Ce travail a été confié à des vacataires ;
  • arrêter de rechercher et de traiter la collecte volontaire et porter nos forces vives uniquement sur le lot d’affiches du dépôt légal.
Les affiches au Dépôt légal
Meuble des affiches du dépôt légal

Nouveaux protocoles

Nous élaborons, en nous appuyant sur les grilles de signalement des collections iconographiques existantes, un nouveau tableau propre aux affiches, plus simple, que nous appliquons dès l’année 2016 pour les affiches réceptionnées dans l’année courante : 500 affiches reçues au titre du DLI ont été traitées courant 2016.

Ces affiches sont ensuite rangées par année dans un meuble et des espaces dédiés. La recherche sera possible pour les usagers dans la salle patrimoniale par le biais d’un disque externe en attendant une publication en ligne, par exemple sur le modèle lyonnais.

Le travail rétrospectif se fera en fonction des moyens humains dont nous disposerons  dans les années à venir. A terme, les affiches issues du dépôt légal seront  signalées et conservées dans de bonnes conditions, ce qui autorisera leur consultation.

Quant aux affiches de la collecte volontaire séparées du lot des affiches du dépôt légal, l’ébauche de classement n’a pas été bouleversée : des consultations sont donc possibles sur demande et pour une période chronologique limitée.

Des Andes au jardin potager : petite histoire de la pomme de terre

Le Musée de l’Image à Epinal a ouvert le 19 mai dernier une exposition consacrée à l’histoire du jardin potager. Pour cette occasion, la Bibliothèque Stanislas a prêté le célèbre ouvrage de Jean-Baptiste de la Quintinie, Instructions sur les jardins fruitiers publié en 1697.

 

Le Solanum tuberosum dans l'ouvrage de Bauhini, 1671 (154 755)
Le Solanum tuberosum dans l’ouvrage de Bauhini, 1671 (154 755)

De très nombreux autres ouvrages conservés à la bibliothèque permettent de retracer l’histoire de notre pratique potagère et fruitière. L’occasion de revenir sur l’histoire de ces légumes incontournables au jardin potager, à commencer par la pomme de terre.

Pomme de terre, qui es tu ?

Premier légume consommé en France et en Europe, la pomme de terre est une des bases de l’alimentation des habitants d’un grand nombre de pays tempérés. Pourtant, il y a 400 ans, elle était inconnue en Europe et en Asie.

Elle a été définitivement nommée par Linné en 1753 comme Solanum tuberosum. Elle appartient à la grande famille botanique des solanacées, qui comprend des espèces aussi variées que le tabac, le piment, la tomate, l’aubergine, le poivron, le pétunia, la mandragore, la morelle ou le physalis.

On connaît environ 200 espèces de solanacées tubéreuses. Toutes originaires d’Amérique du Sud, on trouve les variétés originelles dans les Andes (Pérou, Bolivie) où plus de 100 espèces sauvages on été recensées et où l’on connaît plus de 400 cultivars de pommes de terre indigènes.

C’est une plante vivace par ses tubercules, mais nous la cultivons surtout comme annuelle.

Histoire de la domestication de la pomme de terre.

On pense que la pomme de terre, comme d’autres plantes à tubercules, a été domestiquée au cours d’une période avoisinant 8 000 ans av. J-C. Il s’agissait d’abord d’espèces sauvages. Ces espèces sauvages ont souvent un goût amer et contiennent plus où moins de substance toxiques. Les amérindiens, par la cueillette, la sélection de tubercules moins amers, moins toxiques, ont commencé la domestication. Ce sont ces tubercules là que les Européens découvrent lors de la conquête de l’Amérique du Sud.

On retrouve les traces de la consommation de la pomme de terre en Amérique du Sud dans les fouilles archéologiques précolombiennes : des vases représentant la pomme de terre dans des tombes par exemple. Il y a aussi, dans le culte des civilisations précolombiennes, la déesse Axomama, mère de la pomme de terre (comme il y avait la mère du maïs ou du quinoa).

La découverte par les espagnols.

Les Espagnols après la découverte du nouveau monde, s’établirent dans les Caraïbes et en Amérique Centrale. Les premières pommes de terre ont probablement été découvertes autour de 1530-1540, mais c’est en 1553 qu’un conquistador va en faire pour la première fois la description. C’est Pèdro Cieza de Leon, qui, dans sa longue marche à travers les Andes, écrira dans sa Cronica del Peru publiée en 1553 : « Dans les lieux voisins de Quito les habitants ont, avec le maïs, deux autres plantes qui leur servent en grande partie à soutenir leur existence, savoir : les papas, à racines presque semblables à des truffes, dépourvues de toute enveloppe plus ou moins dure ; lorsqu’elles sont cuites, elles ont la pulpe presque aussi tendre que la purée de châtaignes ; séchées au soleil on les appelle Chuno et on les conserve pour l’usage… ».

Son introduction en Europe.

Il n’y a pas de date précise concernant l’arrivée de la pomme de terre en Europe. Par contre on pense que les tubercules sont arrivés par deux portes d’entrée : l’Espagne (à partir des îles Canaries, première mention de transport de pomme de terre vers Anvers en 1567) et les îles britanniques, car les britanniques avaient fondé à la fin du 16e une colonie en Virginie (introduction en Angleterre vers 1590).

La pomme de terre, dans l'ouvrage de Matthioli, 1598 (100 682)
La pomme de terre, dans l’ouvrage de Matthioli, 1598 (100 682)

Le personnage clé dans la diffusion de cette plante à travers les jardins européens fut incontestablement le botaniste français Charles de l’Ecluse. En 1588, il reçoit deux tubercules et un fruit de pomme de terre. Puis l’année suivante il reçoit une aquarelle représentant un pied de pomme de terre. Il correspondait avec de nombreux autres botanistes dont le suisse Caspar Bauhin qui en fit la première description en 1598 et John Gerarde qui en imprima les premières illustrations (1596) et lui donna le nom de Solanum tuberosum. La mise en culture de cette plante date d’au moins vingt ans avant ces premières descriptions. 

Portrait de Gaspard Bauhin, 1658 (100 737)
Portrait de Gaspard Bauhin, 1658 (100 737)

Les premières mentions de la culture en Irlande datent de 1606 et ne cessent de se développer tout au long du 17e siècle. En 1780, on signalait une consommation moyenne de 3,5 kg par personne.

Comme souvent c’est pendant les guerres et les conquêtes que les soldats et fantassins amènent de nouvelles plantes. Avec la guerre de Trente ans commencée en 1617, la pomme de terre se diffuse en Allemagne et en Prusse. Toutes les descriptions à cette époque parlent de truffe de terre.

La pomme de terre dans la Botanique du territoire de Nancy, par Fonderval, 1718 (Ms 1040)
La pomme de terre dans la Botanique du territoire de Nancy, par Fonderval, 1718 (Ms 1040)

Introduction en France.

C’est dans l’est de la France que l’on signale les premières cultures de pomme de terre. Probablement arrivées par la Suisse, on signale dès le début du 16e siècle des cultures en Bourgogne et en Ardèche. Puis à la fin du 16e siècle, dans les Vosges lorraines, venant probablement d’Alsace. Au 18e siècle de nombreux textes apparaissent et enseignent la culture de la pomme de terre, notamment Le bon jardinier, édition de 1785. La production commence à se développer dans certaines régions. A Saint-Dié des Vosges, en 1758, on atteint une production d’environ 2000 tonnes de pommes de terre. A cette époque, on considérait la production de pommes de terre comme destinée aux pauvres.

Portrait de Antoine Augustin Parmentier (FG3-Parmentier)
Portrait de Antoine Augustin Parmentier (FG3-Parmentier)

Les disettes et famines étaient encore fréquentes à l’époque, liées aux mauvaises récoltes céréalières. Au 18e siècle, avec l’engouement de l’élite pour l’agriculture, les scientifiques et agronomes cherchaient un moyen d’éliminer les disettes. En 1769 et 1770, une terrible famine toucha la France. L’Académie de Besançon proposa un concours scientifique : « Indiquez les végétaux qui pourraient suppléer en cas de disette à ceux que l’on emploie communément à la nourriture des hommes et quelle en devrait être la préparation ».  Parmentier obtient le premier prix en proposant la pomme de terre. Pour convaincre le roi, il offre à Louis XVI un panier de tubercules qui sera préparé à la table du roi. Pour convaincre les savants il offre un dîner où sont proposés plus de 20 plats à base de pomme de terre. Pour convaincre les citadins, il fait garder de jour, mais pas de nuit, un grand champ de culture de pommes de terre. Pensant cette plante précieuse, les citadins volent des tubercules la nuit. De cette manière, Parmentier réussit à convaincre l’ensemble de la population de la qualité alimentaire et culinaire de cette plante.

Recherche sur les végétaux nourrissans..., Parmentier, 1781 (303 209)
Recherche sur les végétaux nourrissans…, Parmentier, 1781 (303 209)
Traité sur la culture et les usages de la pomme de terre, Parmentier, 1789 (271 133)
Traité sur la culture et les usages de la pomme de terre, Parmentier, 1789 (271 133)

La création variétale.

Au cours du siècle suivant, les scientifiques vont travailler progressivement à l’adaptation des variétés aux conditions de culture européennes et au goût des européens. Au XIX e siècle on assiste à une véritable explosion variétale. En 1777, on décrivait plus de 40 variétés, en 1810 110 variétés, en 1846 la catalogue Vilmorin en rassemble 177, celui de 1880 en propose 630. En 1920 on dépasse 2000 variétés. Avec l’industrialisation d’après-guerre, beaucoup ont disparu mais des spécimens sont conservés pour la création de nouvelles variétés.

Aujourd’hui on tend à retrouver ces variétés anciennes qui offrent une grande diversité de goûts, de couleurs, de formes ainsi que des résistances à des maladies ou des ravageurs.

Bibliographie :

Pitrat (Michel) et Foury (Claude), Histoires de légumes : des origines à l’orée du XXIe siècle, INRA, 2003. (cote DLI-467 067)

Peltre (Jean-Marie), Ces plantes que l’on mange, Chêne, 2009

Bloch-Dano (Evelyne), La fabuleuse histoire des fruits et légumes, Grasset, 2011

 

Le chantier des collections atteint sa vitesse de croisière

Après trois années d’élaboration de projet et surtout d’intenses réorganisations de locaux entiers, tant de stockage que publics, l’année 2016 a vu l’achèvement de certaines phases de chantier et le passage en production des nouveaux services. La poursuite des réaffectations de locaux s’effectue de manière plus ciblée grâce à de nouveaux outils.

La conversion rétrospective permet de faire émerger des collections particulières du XIXe siècle telles que la bibliothèque de Henri-Georges Boulay de la Meurthe
La conversion rétrospective permet de faire émerger des collections particulières du XIXe siècle telles que la bibliothèque de Henri-Georges Boulay de la Meurthe

L’achèvement de la conversion rétrospective des catalogues

Entamée en 2014 avec le soutien financier et logistique de la Bibliothèque nationale de France, la conversion rétrospective du catalogue des ouvrages imprimés (1811-1970) s’est terminée à l’été 2016. Après la phase de validation, plus de 80 000 notices ont fait leur entrée au catalogue Co-libris au dernier trimestre 2016 et seront bientôt visibles au sein du Catalogue collectif de France.

Le succès pour les nouveaux services liés aux collections

Le passage en libre-accès des périodiques récents et des monographies acquises pour le fonds d’étude s’est traduit par une augmentation de leur utilisation sur place et en prêt à domicile de l’ordre de 10 %. Cela peut paraître faible mais le public visé est nettement moins large qu’en médiathèque.

L'accueil de la Bibliothèque Stanislas lors de la présentation d'une nouvelle acquisition
L’accueil de la Bibliothèque Stanislas lors de la présentation d’une nouvelle acquisition

La mise en ligne via Gallica d’ouvrages de référence sur l’histoire de Nancy et les nouveaux chargements effectués sur le Kiosque lorrain et sur Flickr n’ont pas eu d’impact négatif sur la fréquentation de la salle patrimoniale. Au contraire, peut-être, le nombre de documents physiques consultés a bondi de 30 % et le courrier scientifique (incluant les demandes de reproduction) de 15 %.

La poursuite de la réaffectation des magasins

Collections du dépôt légal

La rétroconversion des notices permet de repérer et relocaliser plus rapidement les monographies qui sont concernées par le changement de magasin. La politique à suivre est désormais formalisée.

Périodiques

Le repérage des différents fonds dispersés a été effectué. Les titres patrimoniaux ont vocation à être rassemblés dans des locaux particuliers. Ainsi, l’abandon du magasin de sous-sol a été l’occasion de réaffecter un autre lieu à l’accueil des journaux locaux morts. Ceux-ci ont fait l’objet auparavant d’une campagne soignée de catalogage, d’informatisation des fascicules, de conditionnement voire de réparation.

Vue du petit grenier
Vue du petit grenier

Les collections de revues académiques font actuellement l’objet d’une sélection serrée menée en lien étroit avec l’Université de Lorraine et les autres institutions documentaires de conservation du Grand-Est.

Enfin, les collections d’échanges de publications de sociétés savantes déposées par l’Académie de Stanislas sont en cours de réunion pour analyse de leur intérêt au regard de la politique de grande ampleur menée par la BnF.

Le fonds du Dépôt Légal dans les fonds de la Bibliothèque : d’un agrégat complexe vers un nouveau parti pris.

Au début du chantier des collections, il nous a paru évident que nous ne ferions pas l’économie d’analyser l’existant pour dessiner les contours de l’organisation de nos collections. Cette réalité organisationnelle mise à plat, des paradoxes sont identifiés, des questions sont soulevées qui nous ont conduits vers un nouveau parti pris.

Les registres papier des trois fonds
Les registres papier des trois fonds

Organisation des fonds contemporains de la Bibliothèque Stanislas jusqu’en 2015

La cartographie des monographies après 1945 en début de chantier : état des lieux

À la Bibliothèque Stanislas, nous distinguons trois grandes entités :

  • le fonds d’étude ;
  • le fonds des beaux-arts ;
  • le fonds local.

Chacun de ces fonds disposait de tranches de cotes en fonction du format (petit/moyen/grand).

Le fonds d’étude

Autrement dénommé fonds général, il comprend les ouvrages de 1945 à aujourd’hui dont le sujet n’entre ni dans le fonds des beaux-arts ni dans le fonds local lorrain. Il est empruntable à domicile ; il se veut dynamique et son accroissement doit être maîtrisé. Il n’a pas vocation à être conservé : les documents peuvent être désherbés ou requalifiés si besoin. Il dispose de cotes dédiées et d’un espace en magasin.

Le fonds des beaux-arts

Des tranches de cotes spécifiques lui confèrent un statut particulier qui le distingue du fonds général. En considérant son antériorité, sa volumétrie et sa spécificité, il est considéré comme un fonds de qualité reconnu sur le territoire lorrain. Cependant, sa logique de gestion est celle d’un fonds courant, empruntable à domicile, qui n’a pas vocation à être conservé.

Le fonds local

Ce fonds local contemporain enrichit un fonds lorrain ancien, riche, relatif au territoire de la Lorraine. Celui-ci est patrimonialisé de fait : les documents ont vocation à être conservés et l’exhaustivité est recherchée. Il dispose de tranches de cotes et d’espaces de rangement dédiés.

Les registres papier des trois fonds
Les registres papier des trois fonds

Le traitement des monographies du  fonds du dépôt légal en début de chantier

Dans cette cartographie des ouvrages après 1945, quelle place pour les monographies reçues au titre du dépôt légal ? Comment ce fonds patrimonial s’agrège-t-il dans l’ensemble des fonds de la Bibliothèque ?

L’ensemble des documents reçus au titre du dépôt légal constitue un fonds caractérisé par sa provenance : on parlera du fonds du dépôt légal.

Lorsque nous entamons cette cartographie en 2013, l’usage en cours à la Bibliothèque Stanislas ne tient pas compte du fonds du dépôt légal en tant qu’entité patrimoniale spécifique. Au contraire, celui-ci est éclaté dans les fonds courants de la bibliothèque en fonction d’un intérêt supposé du public pour son contenu intellectuel.

Quatre cas de figures différents se dégagent

Cas de figure 1 et 2

Après son enregistrement dans le registre du dépôt légal, si le document est un livre beaux-arts, il rejoint le fonds des beaux-arts. Si le document apporte une plus-value au fonds d’étude, il rejoindra cet ensemble. L’environnement pour ces deux ouvrages est celui d’un fonds courant,  susceptible donc d’être désherbé. Le statut patrimonial des documents du dépôt légal qui se trouvent donc dans ces deux fonds ne les isole pas physiquement en tant que documents patrimoniaux. Comment dans ces conditions garantir leur inaliénabilité, comment garantir les conditions de conservation qu’exige tout document patrimonial ?

Cas de figure 3

Le sujet de la monographie réceptionnée au titre du dépôt légal entre dans la problématique du fonds lorrain : le document ira rejoindre le fonds local lorrain. Il participe pleinement à l’enrichissement de cet ensemble. Cet environnement patrimonialisé le préserve totalement : documents conservésconditions de préservation garanties.

Cas de figure 4

Le document n’entre dans aucun des 3 cas de figure précédents, il est relégué dans des magasins distants dont une partie est destinée à recevoir uniquement les ouvrages du dépôt légal. Il est catalogué mais c’est le numéro d’enregistrement du dépôt légal qui sert de cote de rangement.

Questions et paradoxes soulevés par cette cartographie.

En même temps que cette analyse, le chantier de désherbage des collections se mettait en mouvement. Seuls les monographies du fonds d’étude après 1945 étaient concernées par ce chantier. La problématique  des ouvrages du dépôt légal dans ce fonds courant a très vite été mise en évidence : quelle logique de gestion pouvons-nous mettre en place alors que des documents patrimoniaux cohabitent avec des documents non patrimoniaux ? Comment les préserver d’un désherbage trop précipité ? Comment garantir leur valeur patrimoniale : la gestion d’un fonds courant ne peut distinguer donc protéger les documents patrimoniaux ? Toutes ces questions nous ont amenés à la décision  de distinguer et de traiter les documents en fonction de leur destination patrimoniale ou non.

Le parti pris aujourd’hui pour les monographies du dépôt légal

Les signets rouges identifiant les ouvrages du dépôt légal mêlés au fonds général.
Les signets rouges identifiant les ouvrages du dépôt légal mêlés au fonds général.

Pour les monographies du dépôt légal qui ont rejoint le fonds local de la Bibliothèque.

Le fonds local de la Bibliothèque constitue comme nous l’avons vu un fonds d’excellence, patrimonial. Aucun retrait de monographies ne s’opère dans cet espace. Les documents patrimoniaux du dépôt légal qui s’y trouvent sont donc totalement préservés. Les conditions de conservation sont garanties. Ce fonds est également celui qui est le plus consulté de la Bibliothèque.

Tous ces éléments posés, il nous parait pertinent de maintenir ce choix puisque cet environnement répond à toutes les  conditions d’un fonds patrimonial. De plus, sa localisation dans le bâtiment principal permet d’accéder rapidement à une demande de consultation formulée par un usager ce qui est un élément positif pour notre mission de service public.

Pour les monographies du dépôt légal qui ont été intégrées soit au fonds des beaux-arts soit au fonds général.

Que des documents patrimoniaux comme les monographies du dépôt légal cohabitent avec des documents non patrimoniaux, sans exigence de conservation, nous a paru être une attitude  qui ne garantit pas notre mission patrimoniale envers ce fonds.

La question particulière du fonds des beaux-arts dans notre bibliothèque nous a interrogé un certain temps mais ne nous a pas fait modifier notre décision. Ce fonds de qualité reconnue, n’est pas pour le moment un fonds patrimonial.

Ces constats faits, une possibilité organisationnelle s’offre à nous. En effet nous disposons dans des magasins distants d’un espace de compactus de 2 km linéaires de rayonnage offrant toutes les garanties de conservation.

Il est décidé de retirer des rayons des deux fonds (fonds général et beaux-arts) les documents issus du dépôt légal dont nous ne pouvions garantir les conditions de conservation et de consultation. Ce nouveau parti pris nous permet également d’en mesurer l’accroissement ce qui ne pouvait être fait auparavant. Il nous permet enfin de mieux l’appréhender pour mieux l’étudier.

Les compactus : magasin dédié au dépôt légal
Les compactus : magasin dédié au dépôt légal

Le chantier des collections : un travail toujours en cours

Ce travail de relocalisation et les premiers déménagements nous ont confortés dans notre décision : quatre fonds bien distincts (fonds général, fonds des beaux-arts, fonds local, fonds du dépôt légal), rassemblés dans des espaces dédiés et qui garantissent un environnement selon leur destination patrimoniale ou courante.

250 mètres linéaires de monographies de moins de 25 cm ont déjà été retirés du fonds d’étude et relocalisés dans les magasins distants dédiés au dépôt légal. Ce travail se poursuit avec les documents de plus grand format et s’achèvera avec les documents du dépôt légal des beaux-arts.

Le chantier des collections a permis de progresser dans l’appréhension du fonds du dépôt légal des imprimeurs lorrains. Une démarche identique a été mise en place pour les périodiques du dépôt légal : les périodiques lorrains restent dans les magasins du fonds local, les autres périodiques  rejoignent les magasins distants.

De l’agrégat confus du début nous avons construit un projet qui nous semble plus pertinent, plus simple et bien plus justifié compte tenu de la destinée patrimoniale des ouvrages issus du dépôt légal.

 

Nabécor

Une des bibliothèques de proximité du réseau des Bibliothèques de Nancy est implantée depuis peu rue de Nabécor. L’occasion de faire un rapide historique de ce quartier et de ce nom aux consonances étranges !

Nabécor, une origine énigmatique

Longue d’environ 600 mètres, la rue de Nabécor est située dans un des anciens Faubourgs de Nancy. Elle permet de relier l’avenue de Strasbourg à la rue du maréchal Oudinot. La partie qui nous intéresse se trouve dans le Faubourg Saint-Pierre. Dans l’organisation de la ville à la fin du xixe siècle, on compte huit faubourgs.

Eglise Saint-Pierre, Nancy monumental et pittoresque (70 038)
Eglise Saint-Pierre, Nancy monumental et pittoresque (70 038)

Ce faubourg, situé aux limites de la ville, fonctionnait alors comme un village indépendant. Au xiiie siècle, il était majoritairement habité par les vignerons et les jardiniers de Nancy. Les Carmes et les prêtres de la Communauté de Saint-Sébastien y étaient propriétaires d’une partie des maisons d’habitation et des terrains . À l’époque moderne, ils furent rejoints par les jésuites et les prêtres de la mission. L’existence d’un ruisseau permettant de s’approvisionner en eau et d’irriguer les cultures explique sans doute l’installation de ces communautés.

L’origine de l’appellation « Nabécor» est matière à controverse. Selon Christian Pfister1, il s’agissait peut être d’une personne, Albert et d’un lieu planté de noisetiers, « corl » trouvant son étymologie dans le mot latin corylus : « le champ de noisetiers appartenant à Albert ».

Nabécor peut aussi s’expliquer par  l’emplacement géographique du lieu : Ambescote, « en bas de la côte », relativement à la position de quartier en contrebas du domaine de Saurupt situé sur une colline2.

D’autres historiens pensent que la rue tient son nom du ruisseau évoqué ci-dessus prenant sa source sur les hauteurs de Vandoeuvre, vers Rémicourt, contigu au château du Charmois.  Ce cours d’eau forme le long de la rue du Maréchal Oudinot l’extrême limite du territoire de Nancy3. Cette version semble la plus pertinente.

Le développement urbain

Dans la seconde moitié du xixe siècle, le faubourg s’étend à la faveur de deux infrastructures propices à son développement : le passage de la voie ferrée à proximité (quai de la Bataille et quai René ii), et la construction du Canal de la Marne au Rhin. L’annexion de l’Alsace-Moselle en 1871 favorise l’installation d’industriels dans ce secteur de la ville. Les maisons d’habitation voient alors le jour de part et d’autre de l’axe principal constitué par l’avenue de Strasbourg, rebaptisée par la suite dans sa seconde partie en avenue du maréchal de Lattre de Tassigny.

De nos jours, le quartier Saint-Pierre abrite plusieurs lieux ou édifices remarquables.

Les lieux remarquables du quartier

Un beau jardin public de deux hectares est accessible depuis l’avenue de Strasbourg, le Parc Olry. Il est situé sur une ancienne léproserie et appartient à Achille Olry (1821-1903), avocat de profession et amateur éclairé de botanique. En 1913, ce bien est légué à la ville, à condition que l’espace soit ouvert au public. Dans les années 20, Nancy fait l’acquisition de deux terrains contigus permettant d’étendre la surface du futur jardin public et d’implanter les serres municipales. Ouvert en 1924, son entrée monumentale  est constituée d’un imposant portail du  XVIIIe siècle provenant de l’Hôtel de Mahuet (rue Saint-Dizier).

 

Nancy, Eglise de Bonsecours (P-FG-CP-01079)
Nancy, église de Bonsecours (P-FG-CP-01079)

L’édifice emblématique du quartier est l’église Notre-Dame de Bonsecours. Elle a été érigée en lieu et place d’une chapelle datant de 1477, construite en mémoire des nombreux soldats ayant péri au cours de la bataille opposant René ii et ses troupes à l’armée bourguignonne de Charles Le Téméraire. L’actuelle église baroque de Bonsecours  est l’œuvre d’Emmanuel Héré, architecte de Stanislas. Ce dernier voulait faire de cet édifice religieux, dont il posa symboliquement la première pierre en 1738, la nécropole de sa famille. On y trouve en effet les sépultures de Stanislas  de son épouse Catherine Opalinska, et le cœur de leur fille, Marie Leszczynska.

Emmanuel Héré est également chargé par Stanislas de la conception d’un hôtel de la Mission Royale  connu également sous le nom  d’ ancien grand séminaire, situé face à l’église Saint-Pierre.

Grand séminaire de Nancy - cour d'honneur, Nancy monumental et
Grand séminaire de Nancy – cour d’honneur, Nancy monumental et pittoresque (70 038)

L’église Saint-Pierre, de style néogothique date de la fin du xixe siècle. Pour des raisons financières, le deuxième clocher n’a jamais été achevé. La pureté de ses lignes contraste fortement avec le milieu urbain.

De part et d’autre de l’avenue de Strasbourg, l’ancien faubourg Saint-Pierre est doté de plusieurs établissements hospitaliers.

Hôpital civil, Nancy monumental et pittoresque (70 038)
Hôpital civil, Nancy monumental et pittoresque (70 038)

L’Hôpital central, érigé en 1879 sur les plans de l’architecte Prosper Morey, a connu une importante extension en 1998. Initialement nommé Hôpital Civil, il change de désignation en 1931. Le projet d’origine vise à la fois la rationalisation de l’espace avec l’organisation de soins par secteurs et le respect des règles hygiénistes  prônées à cette époque. Il s’agit de faire la part belle à la luminosité en prévoyant de grandes ouvertures.

Nouvel hôpital de Nancy : plan du rez-de-chaussé. collection Archives municipales de Nancy

Quant à la maternité régionale qui ouvre en 1929, elle tient son nom de l’obstétricien renommé Adolphe Pinard (1844-1934).

 

 

  1. Histoire de Nancy, T.1, 1902, p. 25 . []
  2. Abbé Marchal, Origine probable du nom de Nabécor donné à un canton du Faubourg Saint-Pierre de Nancy, 1869. []
  3. Charles Courbe, Promenades historiques à travers les rues de Nancy au xviie siècle, à l’époque révolutionnaire et de nos jours : recherches sur les hommes et les choses de ces temps, Nancy, 1883 ; Émile Badel, Dictionnaire historique des rues de Nancy, 1904. []

Les papiers dominotés dans les collections nancéiennes

Les ouvrages dont on parlera ici arborent, le plus souvent, de modestes atours : de fragiles couvrures en papier décoré. Plus que de livres, c’est de couvertures dont il sera question.

 

L’origine et la nature des papiers dominotés méritent d’être rappelées. Si leur étude a donné lieu à peu de publications, les rares ouvrages qui leur sont consacrés1, récents pour l’essentiel, sont de qualité et s’imposent comme ouvrages de référence, pour l’historien comme pour le bibliophile. Pour les étudier, le corpus disponible est bien faible. Cette rareté, intimement liée à la nature des papiers, s’explique aisément, on le verra. Le bibliothécaire attentif à cet aspect pourra se questionner sur le sort réservé à ces collections. Cependant, en dépit de cette rareté, les exemples présentés ici, tirés des collections de la Bibliothèque Stanislas, offrent un échantillon représentatif des principaux types de papiers dominotés : ils s’offrent au regard sous les aspects les plus variés, allant de simples décors géométriques à de riches compositions bigarrées.

Origine et nature des papiers dominotés

Le terme domino, d’origine italienne, signifie « capuchon, masque, enveloppe ». On songe aussi à Dominus (Seigneur), figure souvent gravée sur les images des dominotiers. Dans Le Thresor de la langue francoyse, édition parisienne de 1606, Jean Nicot nous livre sa définition. A l’entrée Dominotier, nous lisons :

« Est celuy qui fait & qui vend des dominos, c’est à dire des images & œuvres de pourtraictures peintes & imprimées en papier, & gravées en bois ou cuivre, voyez Imager. »

L’un des premiers à évoquer le métier de dominotier et sa corporation est Étienne Boileau, le prévôt des marchands qui, dans son fameux Livre des métiers évoque « dominotiers, enlumineurs, sculpteurs et tailleurs en cruchefils ». Dès 1260 il leur octroie un blason. Nous avons donc des images et des fabricants d’images : c’est un métier. Dans le contexte de l’Ancien Régime, le métier a très vite été encadré. Les dominotiers opèrent dans un registre mineur, celui  des lettrines, bandeaux et culs-de-lampe pour l’illustration de livres, gravures et images populaires, qu’elles soient profanes ou religieuses. Une ordonnance donnée à Rouen en 1540 fixe les statuts du métier. Les imagiers appartiennent à la corporation des cartiers et, en tant que tels, ils ont le droit de fabriquer images en tous genres, papiers peints, papiers de fantaisie, comme les papiers marbrés, cartes à jouer et jeux de société. Cette réglementation a aussi pour but de protéger les imprimeurs-libraires. En effet, les dominotiers ont très tôt ajouté des parties légendées aux images : on parlait de « tailleurs d’histoires ». Dès lors, les imprimeurs craignent pour leurs privilèges et cherchent à contenir le domaine d’intervention des fabricants d’images en leur interdisant de posséder des caractères d’imprimerie. Les dominotiers obtiendront tout de même un privilège pour imprimer de très courts textes en lien avec les images. Tout au long du xviie siècle, des statuts revisités leur rappelleront le cadre strict d’exercice de ce type d’impression et les officiers royaux se chargeront de la police au sein des différentes communautés.

Les techniques de fabrication ont bien sûr évolué dans le temps, avec celles de la gravure en général, mais, quel usage faisait-on de ces images ? Ces productions, modestes à l’origine, sont souvent le seul ornement d’un habitat pauvre. Suspendue dans une pièce, sur une porte ou une cheminée, collée dans le fond décoré d’un coffre de voyage ou assemblée à d’autres pour former la tapisserie d’un cagibi, ou d’une petite pièce, les dominos ont suivi les modes dans le domaine décoratif. Nous avons peu de chance de trouver trace de ces papiers. Cependant, l’usage particulier qui en a été fait dans les officines des libraires-imprimeurs nous offre aujourd’hui encore l’occasion de voir ces productions. En effet, ces papiers dominotés ont très tôt été utilisés pour couvrir les livres en attente d’une reliure plus sophistiquée ou plus personnalisée, au goût de l’acheteur. Rappelons que, jusqu’au début du xixe siècle, la plupart des livres se trouvent brochés sur les étals des imprimeurs-libraires, c’est-à-dire sans reliure, « quasi nus », ou, dans le meilleur des cas, avec une reliure d’attente, un cartonnage  simple qui protège l’ouvrage en attendant une véritable reliure.
C’est ce qui explique qu’on trouve sur quelques exemples de couvertures en papier dominoté, des maculatures d’imprimerie.

Papier dominoté avec maculatures d’imprimerie. XVIIIe s.
Papier dominoté avec maculatures d’imprimerie. XVIIIe s.

 

Certains exemplaires ont conservés une étiquette imprimée par le libraire faisant office de pièce de titre.

Pièce de titre imprimée à Bruyère par la Veuve Vivot, 1782
Pièce de titre imprimée à Bruyère par la Veuve Vivot, 1782

 

Compte tenu de la nature de ces couvrures, éphémères par vocation, le libraire ne prend pas toujours grand soin du choix du papier : il utilise ce dont il dispose, un décor imprimé de guingois fera bien l’affaire.

Doré gaufré imprimé en négatif sur papier bleu, imprimé de guingois. XVIIIe s.
Doré gaufré imprimé en négatif sur papier bleu, imprimé de guingois. XVIIIe s.

 

Au hasard des papiers conservés et des modes d’utilisation par les libraires, on en apprendra un peu plus sur l’origine des fabricants s’il se trouve que le nom, imprimé au bas de la feuille, est resté visible. Quelques exemples nous livrent le nom et quelquefois l’adresse du fabricant.

[A LUXEMBOURG] [C]HEE. A. G. KAEMPFF. XVIIIe s.
[A LUXEMBOURG] [C]HEE. A. G. KAEMPFF. XVIIIe s.

Où l’on réalise que certains fabricants référencent leurs décors et les numérotent, ce qui donne une idée de la richesse de leur offre et permet aussi, par comparaison, d’en identifier certains.

 

[A ORLEANS] CHEZ SEVESTRE LEBLOND N° 319. XVIIIe s.
[A ORLEANS] CHEZ SEVESTRE LEBLOND N° 319. XVIIIe s.
Papier dominoté
[A ORLEANS] CHEZ SEVESTRE LEBLOND N° 319. XVIIIe s. p. de garde
 

A ORLEANS CHEZ [LETOURMI]. Impression en noir, rouge jaune et bleu au patron. XVIIIe s.
A ORLEANS CHEZ [LETOURMI]. Impression en noir, rouge jaune et bleu au patron. XVIIIe s.
[A CHARTRES] GARNIER. ALLABRE. N° 11. Impression en bleu, rouge au patron. XVIIIe s.
[A CHARTRES] GARNIER. ALLABRE. N° 11. Impression en bleu, rouge au patron. XVIIIe s.
 

Rareté et fragilité des supports

Nous avons évoqué les livres imprimés comme documents ayant conservé leur couvrure en papier dominoté. Cette dernière n’a pas vocation exclusive à recouvrir les imprimés : on trouvera maints exemples de papiers protégeant des manuscrits, des cahiers d’écolier assez souvent, des thèses, mais bien d’autres types de documents.

Impression en noir, bleu au patron. XVIIIe s.
Impression en noir, bleu au patron. XVIIIe s.
Impression en noir. Jaune, rose, rouge et orange au pochoir. Cahier d’étudiant de l’Université de Pont-à-Mousson. XVIIIe s.
Impression en noir. Jaune, rose, rouge et orange au pochoir. Cahier d’étudiant de l’Université de Pont-à-Mousson. XVIIIe s.
Impression en noir. Rouge, bleu, vert et jaune au pochoir. Cahier d’étudiant de l’Université de Pont-à-Mousson. XVIIIe s.
Impression en noir. Rouge, bleu, vert et jaune au pochoir. Cahier d’étudiant de l’Université de Pont-à-Mousson. XVIIIe s.

 

Les papiers décorés en question pouvaient s’acheter chez les marchands, stationnés ou ambulants. Les ateliers de reliure des maisons religieuses pouvaient s’y fournir. Par exemple, les capucins de Nancy ont utilisé un papier dominoté à motif de feuilles de lierre stylisées sur un manuscrit scientifique du xviie s. (Analème et profil de la sphère par F. Jacques, ms. 310) ; on trouvera le même papier décoré sur une encyclopédie du xvie s. avec la même provenance. Les exemples ne sont pas abondants ; cette rareté même peut constituer un indice pour mieux cerner une provenance.

Décor à feuilles de lierre utilisé par les Capucins de Nancy. Variante des planches de Benoist Huquier à Orléans. XVIIIe s.
Décor à feuilles de lierre utilisé par les Capucins de Nancy. Variante des planches de Benoist Huquier à Orléans. XVIIIe s.

 

Certaines images sont parlantes : il faut bien l’avouer, ces couvrures en papier ont souvent été négligées, leur état est quelquefois attristant. Par essence fragiles et éphémères –celles qui subsistent sont celles qui n’ont pas été remplacées et qui ont survécu jusqu’à nous- elles ont rarement intéressé l’historien ou le bibliophile plus enclins à signaler les beaux maroquins reliés aux armes ou les décors artisanaux ou artistiques. Du côté des bibliothécaires, force est de constater que l’intérêt pour ces papiers décorés est venu tardivement : nous sommes pourtant bien placés pour repérer et décrire ces couvrures, faire des rapprochements à travers les collections. Il en va ainsi, les modes changent et font se déplacer les centres d’intérêt.

Les arts décoratifs suscitent aujourd’hui l’enthousiasme et nous réalisons tout le parti qu’on peut tirer de ces papiers décorés. L’exposition « Faire le mur » du Musée des Arts décoratifs de Paris,  consacrée à l’art du papier peint2 en montrait quelques exemples en guise de préambule historique.  les bibliothèques d’Epinal, de Toulouse et de Grenoble s’y intéressent tout autant.

La conservation des papiers dominotés

La question est de savoir si ces documents doivent ou non être placés en réserve précieuse. Méritent-ils ce traitement de faveur ? Il n’y a évidemment pas de réponse unique. Si le caractère esthétique n’a jusqu’ici pas été évoqué, et il n’entre pas pour rien dans la décision finale, rareté et fragilité à elles seules suffisent pour justifier de recoter un document et le placer en réserve précieuse. Cependant, si les magasins qui les conservent répondent aux normes élémentaires de conservation et, si les conditions de communication sont suffisamment exigeantes en terme de surveillance et de manipulation, il n’est peut être pas nécessaire de déplacer, recoter et placer en réserve les documents en question. D’autant que l’opération suppose souvent une intervention matérielle sur les documents : décoller une étiquette de cote sur les couvrures en papier peut être inopportun. A l’instar des timbres humides mal placés ou trop nombreux, les étiquettes de cote sont parfois malvenues. Profitons-en pour suggérer aux responsables des opérations de rondage en bibliothèque, que, dans la mesure du possible, on évitera de les coller directement sur l’ouvrage : une jaquette en papier de conservation fera très bien l’affaire pour cet usage. Si « le mal est déjà fait », inutile de rafraîchir l’étiquette, comme il a été fait sur ce beau papier du xviie siècle figurant une allégorie de fleuve et des cornes d’abondance. L’ancienne cote était certainement « passée » comme on dit, mais la nouvelle est par trop voyante.

Fragment de papier peint. Cornes d’abondance et allégorie de fleuve. XVIIe ou début XVIIIe s.
Fragment de papier peint. Cornes d’abondance et allégorie de fleuve. XVIIe ou début XVIIIe s.

Des papiers dominotés en gardes de reliure

Il est un endroit plus discret où les papiers dominotés ont trouvé un emploi légèrement différent mais toujours lié à la couvrure : il s’agit des gardes de reliure. Nous quittons le domaine des livres brochés, mais ne nous éloignons que peu. Par définition, les papiers de garde ont moins souffert des frottements mécaniques, de la poussière et des manipulations. Ils se présentent donc en meilleur état.

Impression en bleu sur papier blanc. Premières années du XIXe s.
Impression en bleu sur papier blanc. Premières années du XIXe s.
Impression en rouge, puis en vert. Premières années du XIXe s.
Impression en rouge, puis en vert. Premières années du XIXe s.

 

En ouvrant les livres, nous accédons aussi à d’autres types de papiers décorés, plus riches, plus flatteurs.

Variété des décors

On a vu que les fabricants de papiers dominotés pouvaient aussi fabriquer des papiers marbrés et d’autres types de papiers décorés. Aujourd’hui, l’appellation « dominotés » ne fait plus référence à ces types de papiers, ni aux papiers avec décors dits  « à la colle ».

Papier tiré, décor à la colle de style nuée. XVIIIe s.
Papier tiré, décor à la colle de style nuée. XVIIIe s.
Décor à la colle avec pigments noirs, dessiné au peigne, effet plume, réalisé par René Wiener après 1895.
Décor à la colle avec pigments noirs, dessiné au peigne, effet plume, réalisé par René Wiener après 1895.

 

Une typologie complète ne peut trouver place ici. Cependant, rappelons qu’à l’origine, les papiers dominotés sont fabriqués avec des bois gravés, utilisent des motifs simples et jouent de la répétition. Les impressions sont souvent faites en noir ou en une couleur unique, les couleurs supplémentaires ajoutées au patron.

Impression en noir, jaune et vert au patron. XVIIIe s.
Impression en noir, jaune et vert au patron. XVIIIe s.
[A Orléans chez Letourmi], XVIIIe s. Impression en bleu, rouge au patron. XVIIIe s.
[A Orléans chez Letourmi], XVIIIe s. Impression en bleu, rouge au patron. XVIIIe s.

Des techniques de gravure différentes voient le jour au dix-septième siècle et seront utilisées au siècle suivant pour des papiers d’un genre nouveau : les papiers gaufrés dorés. Ils viennent d’Allemagne pour la plupart, Augsbourg étant le centre de production le plus connu. Une plaque de cuivre incisée très profondément permet de créer des motifs nouveaux, plus fins, plus sophistiqués, suivant l’engouement de la mode des indiennes. Une feuille métallique, dorée ou argentée est placée entre la plaque d’impression et le papier pour donner un effet sans comparaison avec la couleur.

Papier doré gaufré, impression en négatif sur papier blanc et feuille orange intercallé. XVIIIe s
Papier doré gaufré, impression en négatif sur papier blanc et feuille orange intercallé. XVIIIe s

 

Cependant, rien n’interdit de mixer les techniques, et, au gaufrage doré, se mêlent couleurs posées au pochoir, comme on le faisait sur les motifs imprimés en noir à partir de planches de bois.

Doré gaufré, impression en négatif, orange, vert, rose et jaune à la poupée. XVIIIe s.
Doré gaufré, impression en négatif, orange, vert, rose et jaune à la poupée. XVIIIe s.

 

On le voit, le champ des possibles est très riche. Bien d’autres techniques pourraient être évoquées, comme celle des bronzefirnis (papiers dorés vernis) par exemple. Gageons que la mise en ligne de galeries d’images fera naître un intérêt grandissant pour ces papiers encore souvent ignorés.

 

 

 

  1. Jammes (André), Papiers dominotés : trait d’union entre l’imagerie populaire et les papiers peints (France / 1750-1820), Paris : Éd. des cendres, 2010 ; Kopylov (Marc), Papiers dominotés français ou L’art de revêtir d’éphémères couvertures colorées livres & brochures entre 1750 et 1820, Paris : Éd. des Cendres, 2012 ; Kopylov (Marc), Papiers dominotés italiens : un univers de couleurs, de fantaisie et d’invention : 1750-1850, Paris : Éd. des cendres, 2012 ; Doisy (Marie-Ange), De la dominoterie à la marbrure : histoire des techniques traditionnelles de la décoration du papier, Paris : Art et métiers du livre éd., 1996 ; Miura (Einen), L’art du papier marbré, Paris : A. Colin, 1991. []
  2. La Hougue (Véronique de, dir.), Faire le mur : 4 siècles de papiers peints, [exposition, Paris, 2016], Paris, les Arts décoratifs, 2016. []

Les Livres de Nicolas Durival

Bien que son Journal n’en fasse guère mention, Nicolas Durival est un grand lecteur et probablement un collectionneur de livres. Le Catalogue de la Bibliothèque royale imprimé en 1766 mentionne une douzaine d’ouvrages ex dono Dni Durival…. Son œuvre quant à elle est émaillée de références à des ouvrages d’histoire contemporains de la rédaction.

Super-libris de Nicolas Durival

Super-libris de Nicolas Durival sur Algèbre, effections géométriques… par François Viète, trad. par N. Duret… — Paris : Vve Moreau, 1644. Cote 273 511.

Une bibliothèque éclectique

C’est Justin Favier1 qui repère le premier dans le Catalogue de la Bibliothèque dressé par Solignac en 1766 et complété ensuite, la mention « ex dono D[omi]ni Durival aedil[is] praes[idii] »2. Onze ouvrages sont ainsi qualifiés : un du xvie siècle, six du xviie siècle et quatre du xviiie — dont deux postérieurs à 1766.

Aux deux extrémités de la chronologie, nous trouvons des ouvrages emblématiques. Nicolas Durival enrichit la bibliothèque d’une Nancéide, l’ouvrage de Pierre de Blarru imprimé en 1518 à Saint-Nicolas-de-Port par Pierre Jacobi, fondateur de l’historiographie ducale. Il fait également don d’un exemplaire de sa Description de la Lorraine et du Barrois, parue en 1778 après plus de vingt ans de recherches.

La Nanceide de Pierre de Blaru
Page de titre de La Nanceide de Pierre de Blarru imprimée à Saint-Nicolas-de-Port en 1518. Cote Rés. 4353.

Les autres ouvrages appartiennent à la littérature de dévotion (un traité de Claude Joly, l’Explication des maximes des saints de Fénelon), à la poliorcétique (une Nouvelle Manière de fortifier datée de 1666 et non identifiée pour l’instant) ou à la politique. On y voit un traité de démonomanie (Lettres de Mr de St André médecin ordinaire du roi au sujet de la magie, des maléfices et des sorciers, Paris, R.-M. Despilly, 1725), une algèbre de poche (François Viète, L’algèbre ou affections géometriques…, Paris, veuve Moreau, 1644) aussi bien qu’un ouvrage paru « sous le manteau », Les Moines empruntez de Pierre Joseph (1698).

Deux autres pièces actuellement conservées à la Bibliothèque portent la marque de leur ancien possesseur. Un exemplaire de l’éloge de Maupertuis prononcé par le comte de Tressan devant l’Académie royale des sciences, arts et belles lettres de Nancy en 1760 et publié par Leseure, porte sur la première garde volante la mention manuscrite « Mr. Durival » (cote 702 023 (6)). Il peut s’agir d’un ex dono de Tressan à Durival, ou simplement, puisque ces livrets étaient imprimés avec l’autorisation de l’Académie, de l’exemplaire destiné à l’un de ses membres. Un livre d’histoire, les Mémoires de Claude de Montrésor (Leyde, J. Sambix, 1667), est clairement marqué au plat supérieur d’un « DURIVAL. » aux petits fers à chaud.

Ce super libris se retrouve sur le Viète ci-dessus cité, à défaut des autres volumes mentionnés au catalogue. Nous pouvons cependant faire l’hypothèse que parmi ceux-ci, ceux qui correspondent à un volume actuellement présent à la Bibliothèque et dont la cote signale un ouvrage xviie-xviiie siècles sont bien les exemplaires donnés par le lieutenant général de police (le Joly, le Fénelon, le traité sur la magie…). Pour d’autres, l’identification n’est pas aisée, ou bien ils sont franchement manquants (un Claudien). L’application d’une marque d’appartenance n’était peut-être pas une préoccupation première de Durival, ou cette pratique a pris place à une époque particulière de sa vie, ou encore correspond-elle plutôt à des ouvrages qui lui ont été donnés, plutôt que d’ouvrages qu’il aurait acheté lui-même — ou le contraire, d’ailleurs (absence de marquage sur des ouvrages donnés et dont il n’avait pas l’usage, déposés à la Bibliothèque royale). L’examen des reliures ne nous apprend rien de probant.

Le fait est qu’aucun des livres donnés à la Bibliothèque ni portant la marque de Durival n’a de rapport proche ou lointain avec son œuvre d’historien, ce qui ne laisse pas d’étonner, car l’examen des sources utilisées dans la Description de la Lorraine montre un auteur très soucieux de la diversité et de la complétude de ses sources.

Page de titre, Durival, Mémoire sur la Lorraine et le Barrois
Page de titre du Mémoire sur la Lorraine et le Barrois. Suivi de la Table topographique des lieux. Par D[urival]. — A Nancy, chez Henry Thomas, imprimeur-libraire, à la Bible d’Or, [1753]. Cote 50 035.

Des sources contemporaines choisies

L’écriture de la Description de la Lorraine et du Barrois est l’œuvre de toute une vie. Alors qu’il fait paraître sans nom d’auteur son Mémoire en 1752, Durival travaille déjà à une géographie et une histoire des duchés qui inclue le règne de Stanislas. Conscient des besoins de la période contemporaine, il accumule dans son Journal manuscrit les faits marquants et les statistiques caractéristiques de son temps afin de les restituer par la suite. L’examen de ses ouvrages montre aussi qu’il a un accès aisé aux ouvrages d’histoire les plus récents, qu’il les a lus et sait les critiquer.

Dans le tome II de la Description (Nancy, veuve Leclerc, 1779), se trouvent les 50 pages de développement consacrées à la capitale des duchés. Il y renvoie à de nombreuses reprises le lecteur au premier tome de l’ouvrage afin d’éviter des répétitions dans son raisonnement ou pour trouver les preuves de ses assertions.

Classiquement, il utilise à de nombreuses reprises le Grand Dictionnaire historique de Moréri, les ouvrages de Dom Calmet3, avec lequel il a été en relations épistolaires, et de Dom Pelletier4, et les deux ouvrages de prestige de son règne, le « Recueil Héré »5 et les « Fondations du roi »6. Il se montre critique sa lecture des historiens qui l’ont précédé, comme François-Antoine Chevrier (1721-1762) « qu’il faut lire avec précaution », ou Charles Léopold Andreu de Bilistein, un ingénieur des Pays-Bas auteur d’un projet de canal entre Jarville et la ville vieille, et dont les considérations sont suivies par un arrêt royal de 1778, seize ans après leur publication. L’examen de ses références montre qu’il a accès à une bibliothèque récente et fournie en de nombreux domaines comme l’histoire de Nancy (Histoire de la congrégation du Refuge, publiée en 1716) ou les voyages — le Voyage en Italie de Jérôme de La Lande (1769) est cité comme source sur le peintre Le Lorrain. Où et comment consultait-il ses ouvrages ? À la bibliothèque publique fondée sous tutelle de l’Académie ? Auprès de ses amis ? Un prochain article montrera quelle importance pouvait avoir sa position de lieutenant général de police de Nancy dans le commerce du livre dans le duché et à Paris.

  1. Justin Favier, « Notice sur Nicolas Durival », dans Mémoires de la Société d’archéologie lorraine, 1880, p. 5-36. []
  2. Cette résolution nous paraît préférable à la plus classique aedil[is] praes[tantis] car plus conforme à la position de Durival. []
  3. Augustin Calmet, Bibliothèque lorraine ou Histoire des hommes illustres qui ont fleuri en Lorraine, Nancy, 1751. []
  4. Dom Ambroise Pelletier, Nobiliaire ou armorial général de la Lorraine et du Barrois, en forme de dictionnaire…, Nancy, Thomas, 1758). Ses propos trouvent fréquemment leur fondement dans les recueils des actes de Stanislas ((Recueil des ordonnances et réglemens de Lorraine…, Nancy, JB Cusson et al., 1759-1769. []
  5. Emmanuel Héré, Recueil des plans, elevations et coupes…, Paris, François, 172-1753. []
  6. Nicolas Michel, Recueil des fondations et établissemens faits par le Roi de Pologne..., Lunéville, CF Messuy, 1761-1762. []

Histoire et collections de la Bibliothèque de Nancy