Archives par mot-clé : archives

A la découverte de la musique à Nancy au premier vingtième siècle : le don Louis Thirion et le fonds Gaston Stoltz

Le 22 septembre 2018, Louis-Claude Thirion remettait à la Ville de Nancy les archives de son père, le compositeur et professeur de musique Louis Thirion (1879-1966). Cet événement s’inscrivait dans le cadre du concert hommage à Claude Weisbuch proposé par l’Ensemble Stanislas qui a joué pour l’occasion l’adagio du Quatuor à cordes op. 10 de Louis Thirion.

Louis Thirion et la musique en Lorraine au début du xxe siècle

Louis Thirion vers 1910 (Louis-Claude Thirion [CC BY-SA 4.0]).
Louis Thirion est né en 1879 à Baccarat dans une famille de musiciens. Il poursuit des études au Conservatoire de Nancy sous la direction de Guy Ropartz (1864-1955). A l’âge de vingt ans, il est nommé professeur d’orgue et de piano dans ce même Conservatoire où il effectue toute sa carrière. Jeune compositeur avant-gardiste, il apprécie la musique de Debussy et de Chabrier. Ses compositions sont primées et jouées à Paris avant la Première guerre mondiale : Prix de la Société des compositeurs pour des œuvres pour piano (1906 et 1909), prix Cressant pour sa 1re symphonie (1909)1, dirigée par le Messin Gabriel Pierné (1863-1936), à la tête des Concerts Colonne, en 1911.

Louis Thirion figure au programme du festival de musique lorraine de Lunéville en 1902, organisé par René d’Avril (1875-1966) et Guy Ropartz, aux côtés de Gustave Charpentier et Gabriel Pierné 2. Il est encensé par le professeur d’histoire de la musique et journaliste dans les colonnes de La Lorraine artiste, tant pour ses interprétations au piano que pour ses propres compositions 3. L’historien et folkloriste Charles Sadoul (1872-1930) fait appel à lui pour noter des chants populaires lorrains publiés dans Le Pays lorrain 4.

Sa carrière de compositeur s’arrête brutalement lorsque l’armée allemande incendie sa maison de Baccarat en 1914, avec toutes ses partitions à l’intérieur sauf deux, qui se trouvaient alors dans un coffre bancaire. Il figure parmi les jeunes musiciens cités pendant le conflit, avec mention de sa deuxième symphonie tout juste achevée en 1914 5.

A la sortie de la guerre, veuf avec de jeunes enfants, la nécessité de trouver une position stable à partir de ses compétences musicales l’incite à se tourner vers l’enseignement au conservatoire de Nancy plutôt qu’une carrière incertaine de compositeur. Par deux fois directeur intérimaire du Conservatoire, en 1919 et 1944-1945, il lui est préféré à chaque fois un autre candidat pour le poste de titulaire.

Dans les années 1920-1930, il est toujours joué à Paris, notamment aux Concerts Colonne, et entretient des relations courtoises avec des personnalités de renom dans le monde de la musique, tels les Lorrains Gabriel Pierné, Florent Schmitt (1870-1958) et Alfred Bachelet (1864-19446), mais aussi Paul Dukas (1865-1935) et Vincent d’Indy (1851-1931) qui le recommandent pour des directions de conservatoire.

A la fin de sa vie, il continue de s’intéresser à la musique moderne, particulièrement celle de Stravinski qu’il admire depuis longtemps 7.

Contenu du don

Le don de son fils cadet Louis-Claude Thirion peut être divisé en deux ensembles 8.

Le premier lot se compose des partitions d’orchestre manuscrites des deux symphonies de Louis Thirion. La copie de la Première symphonie, en mi bémol, op. 12, est dédiée à Paul Dukas et à « Michou », Micheline Moris, pianiste, seconde épouse du compositeur et mère de Louis-Claude Thirion. Elle est élégamment reliée en maroquin rouge et porte la date de 1934. La copie de la Deuxième symphonie, en si mineur, op. 17, est peut-être plus émouvante par sa dédicace « À la mémoire de Pierre B., tué le 14 octobre 1915 à l’épine de Védegrange » (bien que la partition ait été terminée avant guerre) 9.

Le second lot est formé par la correspondance musicale du compositeur. Elle peut être distribuée en plusieurs ensembles :

  • une correspondance soutenue et amicale avec Florent Schmitt, Guy Ropartz et Gustave Samazeuilh (1877-1967) ;
  • des lettres de recommandation pour la direction du Conservatoire de Nancy en 1919, de Paul Dukas, Vincent d’Indy, Florent Schmitt et André Gédalge (ms. Thirion 6) ;
  • une correspondance d’artiste, liée notamment à la reprise de la première symphonie par les Concerts Colonne en 1920 (ms. Thirion 7), mais aussi avec les musiciens et chanteurs amenés à jouer les œuvres de Louis Thirion 10.

Le traitement rapide du fonds, afin d’honorer le donateur, a rencontré l’initiative du Ministère de la Culture de combler le retard de signalement des fonds d’archives en bibliothèque. Dans la région Grand-Est, c’est l’agence Interbibly qui est chargée du projet. L’archiviste missionnée pour aider Nancy dans cette entreprise a donc logiquement commencé par le catalogage de ce fonds arrivé quelques jours avant elle, lui assurant une publication dès le mois de décembre 2018.

Le travail de signalement à réaliser a été l’occasion de cartographier les fonds d’archives non traités, ce qui a fait sortir deux fonds liés à la musique : les notes du docteur Rémy, un membre de l’Académie de Stanislas dans les années 1950-1960 « pour servir à l’histoire de la musique en Lorraine », et surtout le fonds Gaston Stoltz.

Gaston Stoltz et la vie musicale à Nancy entre les deux guerres mondiales

Gaston Stoltz (1890-1977), collègue de Louis Thirion au Conservatoire de Nancy pendant toute sa carrière et comme lui compositeur, a tout de suite suscité l’intérêt. Stoltz et Thirion ont même, à plusieurs reprises, joué ensemble au sein du Quatuor Jamar, dirigé par le violoniste Georges Jamar1 Travailler sur Gaston Stoltz après Thirion permettait de continuer le travail documentaire réalisé sur Louis Thirion.

Gaston Stoltz est né à Nancy d’une famille alsacienne optante. Son père, Guillaume Stoltz, est altiste, professeur de musique au lycée, et fondateur d’un orchestre. Il suit donc tout naturellement les traces familiales. Premier prix de trombone et d’alto au Conservatoire de Paris, il revient à Nancy en 1911. Pendant la guerre, il est blessé au Léomont. En 1918, il se voit offrir la suite de son père retraité au lycée et au conservatoire où il va enseigner l’alto et la musique de chambre. Il fonde l’orchestre et la chorale du lycée avec l’aide de plusieurs professeurs et de musiciens amateurs anciens élèves de son père. Un premier concert est donné salle Poirel fin 1919.

Gaston Stoltz donne l’image d’un pédagogue et chef d’orchestre infatigable. Entre les deux guerres, il enchaîne jurys du Conservatoire, représentations publiques de l’orchestre du lycée, concerts de la chorale Alsace-Lorraine et concerts populaires à la Pépinière. Le grand prix de l’enseignement lui est décerné à la fin des années 1940. Il dirige même en 1949 à Lyon le grand concert des orchestres et chœurs de l’enseignement public 11.

Son œuvre de compositeur est plus discrète, mais c’est la plus présente dans les archives transmises à la Bibliothèque Stanislas.

En effet, la différence entre le fonds Thirion et le fonds Stoltz est grande, car le fonds Stoltz se compose exclusivement de partitions, pour l’immense majorité manuscrites. Elles se répartissent en trois catégories :

  • les œuvres composées par Gaston Stoltz, notamment pour alto ;
  • les œuvres rassemblées, recopiées ou adaptées pour être jouées et chantées par les ensembles dont Gaston Stoltz était le chef ;
  • enfin quelques partitions relatives à l’enseignement de la musique : exercices notamment.

Le plan de classement adopté est sommaire pour l’instant : compositions de Stoltz, subdivisées entre musique pour orchestre, musique pour orchestre de chambre, pour alto, pour autres instruments (trombone et piano principalement), musique pour enfants, musique de circonstance (carnavals, mariage d’amis) ; et œuvres d’autres compositeurs. En l’absence de datation sur les œuvres, un classement alphabétique à l’intérieur des divisions a été adopté. De même, il n’a pas été possible de rechercher de manière suffisamment fine les conditions de représentation de chacune des partitions présentes (avec l’orchestre du lycée, le chœur Alsace-Lorraine, etc.)

La donation du fonds Louis Thirion a permis de jeter un éclairage intéressant sur une période méconnue de l’histoire musicale de Nancy, où l’enseignement de la musique en lycée et au Conservatoire était très suivi et très considéré, et où les concerts amateurs et semi-professionnels faisaient l’objet de sérieuses recensions dans la presse locale. On y voit l’émergence des retransmissions radio, l’évolution du goût, mais aussi les relations entre les différents acteurs locaux de la musique de l’entre-deux-guerres : René d’Avril, le journaliste vulgarisateur ; Alfred Bachelet, le directeur du Conservatoire et compositeur admiré, nettement au-dessus de tous ; et les artistes et instigateurs de la musique enseignée et représentée que sont Thirion et Stoltz. Ce matériau est désormais rassemblé à la Bibliothèque Stanislas pour une étude approfondie, par un historien de la culture ou de la musique, de la vie musicale à Nancy entre 1900 et 1960.

Pour les bibliothécaires, la donation et le classement qui s’en sont suivis ont donné une motivation supplémentaire à la redécouverte des fonds d’archives non traités qui, d’amas de papiers vaguement listés et conservés dans des boîtes anonymes, émergent doucement avec leur singularité et les passionnants champs d’investigation nouveaux et inattendus à proposer au public et aux chercheurs. C’est bien cette curiosité et cette envie de transmission qui font tout le sel du métier de bibliothécaire patrimonial.

A écouter :

  • Louis Thirion, Symphonie no 2 en si mineur op. 17 (1913). Enregistré par l’orchestre de l’ORTF dirigé par Eugène Bigot.

    • Hommage à Gaston Stoltz : concert du 7 mars 2004, salle Poirel à Nancy. CD disponible à la médiathèque Manufacture cote 3 A HOM.

  1. « Feuilleton musical », La Critique indépendante : théâtres, concerts, arts, littérature : organe de la défense des intérêts et des droits du public, 1 déc. 1911 p. 2.
  2. Francfort Didier, « De l’histoire des frontières culturelles à à l’histoire culturelle des frontières et à l’histoire des cultures frontalières. pour une rupture de perspectives et de nouvelles approches », Eurolimes, 2010, vol. 9, p. 109‑129.
  3. Voir par exemple les chroniques musicales dans les numéros de La Lorraine artiste des 1er février 1902, 15 mars 1903 (où Thirion est qualifié de « génie » aux côtés de Vincent d’Indy), 10 mars 1904.
  4. « Les parlers et la littérature populaire de la Lorraine » dans Bibliographie lorraine, Nancy, Faculté des lettres de l’Université (coll. « Annales de l’Est »), 1933, vol.X., p. 308.
  5. « Louis Thirion », La Musique pendant la guerre : revue musicale mensuelle, 28 décembre 1916, p. 179.
  6. Celui-ci Lorrain d’adoption, directeur du Conservatoire de Nancy de 1919 à 1944.
  7. « Nécrologie », Le Pays lorrain, 1966, vol. 47, p. 137.
  8. Auxquels s’ajoutent les Œuvres complètes de Joris-Karl Huysmans, Paris : éd. Crès et Cie, 1930, 18 vol. tirage limité no 15/1500.
  9. Les deux symphonies portent les cotes ms. Thirion 1 et 2 dans le fonds Louis Thirion.
  10. voir l’inventaire complet du fonds Louis Thirion.
  11. Strauss René, « La vie et l’oeuvre de Gaston Stoltz (1890-1976), compositeur et chef d’orchestre », Le Pays lorrain, 1979, p. 221‑224.
  1. Père du graveur Michel Jamar. Le Nancy artistique est un petit milieu. []

La bibliothèque publique pendant la Première Guerre mondiale (1)

De 1914 à 1918, la Bibliothèque publique de Nancy accueille le public dans un environnement secoué par les bombardements et soumis à d’importantes difficultés d’approvisionnement. Dans ce premier billet, nous verrons comment la bibliothèque a réussi à rester ouverte malgré l’adversité. Un deuxième billet s’intéressera aux conditions d’acquisition et de conservation des collections pendant cette période troublée.

Étudier le fonctionnement de la bibliothèque municipale de Nancy pendant le premier conflit mondial revient à interroger la faculté d’adaptation d’un établissement culturel à vocation éducative très nette face à d’importantes difficultés d’approvisionnement, à l’insécurité menaçant régulièrement l’intégrité du bâtiment et des personnes, et à l’absence d’une majeure partie de son personnel et de son public.

Les sources utilisées dans cet article ont été puisées dans les archives de l’établissement. En premier lieu, il s’agit des rapports annuels rédigés par le conservateur de la bibliothèque, sur le fondement d’un formulaire imposé par le Ministère de l’Instruction publique. La série ne connaît pas d’interruption pendant le conflit, et elle a été archivée avec les brouillons, de sorte qu’il est aisé de suivre l’évolution de l’activité de la bibliothèque municipale de 1914 à 1920, 1914 et 1919 étant qualifiées a posteriori d’ « années normales ». En second lieu, les registres de délibérations du comité d’inspection et d’achats de livres témoignent d’une grande régularité dans la tenue des réunions et la rédaction des comptes-rendus, confiés au secrétaire annuel, à défaut au conservateur. Les statistiques proviennent de ces rapports et des registres d’entrées de livres, mis à disposition du public.

Registre d'inspection
Registre du fonds Cabasse, donné en 1914.

En revanche, la bibliothèque n’apparaît pratiquement pas dans la presse quotidienne locale, et pas du tout dans un ouvrage publié immédiatement après-guerre relatant la vie locale pendant le conflit, celui d’Armand Vogt1.


Le fonctionnement de la bibliothèque publique pendant la guerre


Les moyens


Le personnel

La bibliothèque est dirigée par Justin Favier, une personnalité du monde intellectuel local, depuis 31 ans. Il y est fidèlement secondé par Casimir Pèlerin, conservateur adjoint2. Favier a coordonné la réalisation et la publication des deux catalogues de référence des collections patrimoniales, le Catalogue du Fonds lorrain (1898, avec le concours des frères Pèlerin et des commis Hacquard et Lapointe, toujours en fonction en 1914) et le volume du Catalogue général des manuscrits concernant la Bibliothèque municipale de Nancy (1886) et son premier supplément (1904).

Lorsque l’ordre de mobilisation générale est donné, le 2 août 1914, trois des huit membres du personnel sont immédiatement mobilisés : Casimir Pèlerin, capitaine de réserve au 69e régiment d’infanterie, Arthur Bilmayer, troisième commis, lieutenant de réserve au même régiment, et Camille Mouze, appariteur, adjudant maréchal ferrant au 8e régiment d’artillerie. Les cinq autres, dont le conservateur Justin Favier atteint par la limite d’âge, et Arthur Pèlerin, bibliothécaire en second, en mauvaise santé, restent fidèles à leur poste le plus longtemps possible pendant la durée du conflit.

Mobilisation générale (source BMI Épinal)

Arthur Bilmayer, après une glorieuse blessure et la promotion au grade de capitaine, est mort au combat en Artois le 13 mai 1915. Lapointe, deuxième commis, avait perdu son fils, engagé volontaire à 19 ans, quelques jours plus tôt. A cette occasion se manifeste une compassion sincère de la part du comité d’inspection, qui s’associe à la douleur du père, et à celle de la veuve et la fille du commis3.

En mars 1917, après une assez longue interruption pour cause de maladie, le bibliothécaire en second Arthur Pèlerin, qui remplaçait son frère Casimir, mobilisé, en qualité d’adjoint du conservateur, demande à être mis à la retraite, ce qui lui est immédiatement accordé4. Bilmayer n’étant pas remplacé, les deux autres mobilisés encore sous les drapeaux, l’effectif est alors réduit de 50 %.

De nouveaux agents arrivent vers la fin du conflit : un commis, réformé de guerre, au printemps 1917, puis début 1918 un autre commis et un appariteur, ainsi qu’un jeune chartiste, Maurice Rousset, tout juste démobilisé5. Rousset part au mois d’octobre ; il est remplacé par Fernand Thirion. René Thiéry vient compléter le nombre des commmis et la fille de l’appariteur Ernest Sonntag entre dans l’effectif en qualité de concierge. En sa toute fin de carrière, Favier retrouve son adjoint et futur successeur Casimir Pèlerin et une équipe nouvelle, qui réclame semble-t-il quelques ajustements, mais apte et désireuse de se mettre au service des lecteurs.


Le budget

Le budget annuel de la bibliothèque, incluant les dépenses de personnel, s’élève à 38 240 Fr. en 1914. Il est par la suite relativement maintenu mais les nécessités économiques et les difficultés d’approvisionnement, tant en livres qu’en abonnements et en reliure, pèsent lourdement en 1917 et 1918. Les dépenses autres que le personnel se répartissent entre acquisitions de livres (30 %), abonnements (22 %), reliure (19 %) et autres frais (29 %).

Le budget 1918, réduit à 25 000 fr. n’est pas consommé entièrement. Le maire de Nancy a en effet réclamé de n’exécuter que les opérations budgétaires indispensables, et les bibliothécaires n’y voient guère d’inconvénient sur le moment. La paix retrouvée, ils ne manquent pas de réclamer un rattrapage des efforts consentis, en formulant pour 1919 une demande d’autorisation de dépenses à hauteur de 37 289, 99 Fr. (ce montant prévoit la rémunération en année incomplète d’un troisième commis et d’un second appariteur)6.


Le bâtiment

La Bibliothèque connaît quelques dommages, mais a été bien préservée par rapport aux maisons de la rue Gambetta, au lycée, situé juste derrière, et surtout à la Bibliothèque universitaire, incendiée le 1er novembre 1918, selon le constat dressé à la fin du conflit7.

« Dans la nuit du 16 au 17 juin 1917, un obus, tombé rue Gambetta devant la chapelle du Lycée, a brisé les vitres d’une quarantaine de nos fenêtres ; et quelques éclats ont légèrement éraflé les dos de quatre ou cinq volumes)8.

Le 12 août [1918], une bombe incendiaire est tombée sur la maison no 34 de la rue Gambetta, à 12 mètres de la Bibliothèque qui a couru le plus grand danger pendant tout le temps qu’a duré le feu. Nous en avons été quittes pour des dégâts, sérieux, il est vrai, mais qui n’atteignirent pas nos collections. Nos fenêtres de la rue de la Visitation ont été en grande partie démolies ; nos salles situées de ce côté ont été remplies de gravats et de décombres projetés par l’explosion et notre toiture a été tellement endommagée qu’il a fallu remettre à neuf plus de la moitié du toit de l’aile gauche.

Huit jours après, une torpille éventrait celui des bâtiments du Lycée qui est le plus rapproché de nous et par son explosion, faisait voler en éclats une grande partie de nos vitres sur la rue Gambetta et la place Dombasle. »9.

Image extraite de Nancy sous les obus, images de guerre (cote 80 329 (36))


L’accueil du public

L’établissement est largement ouvert dans l’année ; il ne compte que dix jours de fermeture à Pâques, à compter du samedi saint, et 3 jours fin septembre. L’année commence le 1er octobre : les séances quotidiennes s’étendent alors de 9 h à 22 h jusqu’au 31 juillet, avec une moyenne de 400 lecteurs par jour, ce qui est considérable pour une bibliothèque d’étude. Pendant l’été, la bibliothèque n’est ouverte que le matin, de 9 h à midi. Les statistiques de prêt et de fréquentation montrent que le rythme ordinaire de la bibliothèque est très saisonnier : au bourdonnement des mois d’hiver succède un courant plus apaisé, puis une décrue franche pendant l’été. En 1913, on avait compté 96 308 lecteurs annuels.

La première mesure prise pendant la conflit est la réduction des horaires d’ouverture en saison haute, introduisant une pause méridienne et une fermeture à six heures du soir, essentiellement pour compenser le départ des trois agents mobilisés. La fréquentation des derniers mois de 1914 se ressent à la fois de la désaffection du public, dans une ville cernée dès les premiers jours d’août par l’armée allemande, et sous le coup de bombardements, et de cette diminution du service. Le flux journalier de lecteurs tombe à 13 jusqu’au 1er octobre, remonte à 114 ensuite, soit le quart de la fréquentation habituelle.

Maintenir la bibliothèque ouverte aux lecteurs est une mission cruciale. Mais les usagers sont loin de fréquenter assidûment les locaux. Les étudiants et lycéens qui n’ont pas été mobilisés sont rentrés chez leurs parents, ou ont été évacués, tout comme les enseignants. Les représentants de professions libérales (avocats, médecins), les magistrats, fonctionnaires et savants constituant le reste du public sont eux aussi requis à d’autres tâches.

Le règlement intérieur s’adapte aux circonstances. Le prêt à domicile est ouvert à titre exceptionnel aux élèves (féminines) de l’École normale d’institutrices de la Meuse, transférée à Nancy pour la durée du conflit10. Début 1919, l’emprunt est ouvert aux étudiants : « en raison de la destruction d’une partie de la Bibliothèque universitaire et sur la demande des professeurs de la Faculté des lettres, demande présentée et appuyée par M. Souriau11, le Comité décide de faire bénéficier les étudiants de cette Faculté du prêt des livres, sous réserve que celui-ci ne se fera qu’au vu de bulletins spéciaux revêtus de la signature d’un professeur. »12

En 1917, six semaines de fermeture sont déplorées en raison, non pas des bombardements, mais d’une panne du calorifère, la température intérieure étant descendue à 10° en janvier et février131. La pénurie de matières premières aidant, la bibliothèque ferme à 4 h de l’après-midi à partir du mois d’octobre, afin d’économiser éclairage et combustible. L’étiage de fréquentation se situe en 1918, où moins de 10 000 lecteurs ont franchi les portes de la bibliothèque, soit 10 % d’une année d’avant-guerre.

Registre de fréquentation de la bibliothèque
Registre de fréquentation de la bibliothèque

Le véritable relèvement a lieu en 1919. La rentrée universitaire, soit le retour des professeurs et étudiants, donne un véritable élan à la fréquentation. Les horaires d’avant-guerre sont rétablis le 15 mai, lorsque l’équipe est au complet.


Les activités internes

L’avis du Ministère de l’Instruction publique à la lecture du rapport 1913 témoigne de préoccupations d’améliorations bibliothéconomiques et matérielles, en passant à la numérotation continue des nouvelles acquisitions, ce qui impliquerait l’abandon des séries thématiques héritées du xixe siècle, et en aménageant un nouveau magasin dans « les salles qui se trouvent au premier et au deuxième étage d’une des ailes du bâtiment. »14.

Pendant le conflit, désespérés devant leur salle de lecture vide et glaciale, les quelques employés de la bibliothèque trouvent à s’occuper dans des tâches catalographiques. Celles-ci cependant ne peuvent être que simples, les cadres intermédiaires manquant à l’appel. C’est pourquoi le temps est rempli par la transcription intégrale des prénoms sur les fiches auteurs pour réduire les homonymies15.

Article Est Républicain mars 1917
Coupures de presse dans le registre de fréquentation de la Bibliothèque, mars 1917.

Une salle de lecture ouverte aux usagers n’est rien sans la mise à disposition de documents. La suite de cet article montrera comment les bibliothécaires se sont employés à enrichir et sauvegarder les collections, courantes et patrimoniales, entre 1914 et 1918.

  1. Armand Vogt, Nancy pendant la guerre, 1914-1918, d’après les documents officiels, Nancy, Grandville, 1921, vi-385 p. Cote 50 749. []
  2. Casimir Pélerin (1867-1928). Entré commis à la bibliothèque en 1891. Il obtient en 1905 le certificat d’aptitude aux fonctions de bibliothécaire municipal. Il est le père de Jean Lionel-Pèlerin (1901-1954), maire de Nancy (1947-1953) et sénateur de Meurthe-et-Moselle. []
  3. Registre du comité d’inspection et d’achat des livres (dorénavant reg. comité), séance du 3.06.1915 (p. 192). []
  4. Reg. comité, 1.03.1917. []
  5. Maurice Rousset (1884-1931), alors conservateur des archives, de la bibliothèque et du musée de Lunéville. Il quitte la bibliothèque municipale de Nancy au bout de six mois pour aller diriger les archives départementales de la Corrèze (1919-1922) puis celles de la Meuse. Sur sa brève carrière, voir Henri Courteault, « Maurice Rousset », dans Bibliothèque de l’École des Chartes, no 92, 1931, p. 437-438. []
  6. Rapports annuels au Ministre de l’Instruction publique 1916, 1917 et 1918. []
  7. Voir le bilan dressé par Émile Badel, Les bombardements de Nancy : ville ouverte 1914-1918 : églises & monuments meurtris : les victimes, les dégâts, Nancy, Crépin-Leblond, 1919, 102 p. Cote 4 057. []
  8. Voir aussi reg. comité, 5.07.1917. []
  9. Rapport annuel au ministre de l’Instruction publique, 1918. []
  10. Reg. comité, 6.10.1915. []
  11. Paul Souriau (1852-1926), professeur de philosophie à la faculté des lettres de Nancy et adjoint au maire chargé de la bibliothèque. []
  12. Reg. comité, 6.03.1919. []
  13. Rapport au ministre de l’Instruction publique, 1917. []
  14. Reg. comité, 4.06.1914. []
  15. Rapport au ministre de l’Instruction publique, 1917. []