Archives par mot-clé : bibliothèque numérique

Les cafés numériques

Depuis 2013, les Bibliothèques de Nancy développent de nouveaux espaces  et bibliothèques numériques. Les bibliothécaires doivent relever plusieurs défis : inventer de nouveaux services, accomplir leurs missions avec de nouveaux outils, se familiariser avec certaines technologies. Comment se former et se mettre en capacité de ces transformations ? Pour tenter d’y répondre, un outil de formation interne a été mis en place : les cafés numériques. Retour sur 4 ans d’expérimentation.

Projet  et cafés numériques : une naissance conjointe

Labellisées Bibliothèque numérique de référence avec les autres bibliothèques du Sillon Lorrain en juillet 2013, les Bibliothèques de Nancy lancent  un vaste programme de développement numérique de leurs services. Objectifs : aménager des espaces à la Bibliothèque Stanislas et à la Médiathèque Manufacture,  créer de nouveaux services, proposer des actions culturelles en lien avec les technologies, mettre en ligne des bibliothèques numériques. Un grand plan de formation est lancé pour l’ensemble des équipes. Parmi ce dispositif, une proposition émerge et est mise en oeuvre au printemps 2014 : organiser  en interne des temps d’échanges réguliers pour se former aux outils numériques à partir de cas pratiques et concrets. Les cafés numériques sont nés.

 

Un concept…

Les premiers cafés numériques sont organisés selon le format suivant  : chaque jeudi, autour d’un café (et quelques sucreries…), les agents volontaires peuvent participer à cet atelier qui dure environ 45 minutes. La séance est animée par un ou plusieurs collègues en charge des projets numériques.  Il y a un café numérique sur chaque site.  Au début les sujets évoqués concernent surtout des aspects pratiques  : régler des problèmes informatiques, brancher des matériels, utiliser des outils en ligne . Un partage de veille sur des projets innovants en bibliothèque est effectué. A la Bibliothèque Stanislas, le besoin exprimé se concentre rapidement sur des outils professionnels. Il est ainsi proposé d’acquérir une expertise sur les catalogues, les bibliothèques numériques patrimoniales, l’environnement de travail, etc.

Café Numérique spécial Zotero.

…différentes formes.

Après un an d’expérience, les formats sont affinés pour répondre aux besoins exprimés par les bibliothécaires. A la Médiathèque Manufacture, le café numérique est doublé. Dorénavant il y a un « café expresso » de 45 minutes selon les modalités précédemment décrites, et un « café allongé » d’une heure et demie, organisé une fois par mois. Ce deuxième format est animé conjointement par un-e bibliothécaire et un-e animateur-ice multimédia de l’établissement public numérique alors présent dans les locaux de la médiathèque.1 On y aborde des sujets tels que l’utilisation d’Office, les logiciels libres, la gestion des tablettes, la lecture numérique, les objets connectés… Certains cafés numériques allongés spécifiques sont aussi dédiés aux jeux vidéo. A la Bibliothèque Stanislas, le format est moins régulier mais plus ciblé : les thématiques concrètes sont proposées en avance aux collègues. Les séances y ont aussi pris la forme d’un accompagnement plus personnalisé, et plus pratique . Par exemple  il s’agit d’apprendre à personnaliser son interface de travail en choisissant  ses navigateurs, en gérant autrement ses dossiers,  en installant ses plugins. Tout cela par rapport aux besoins spécifiques des bibliothécaires spécialisés dans la médiation du patrimoine.

Café Numérique : démo de Limedia Mosaique

Bilan positif : une montée en compétences collective au rythme de chacun

Au lancement des cafés numériques, il a été choisi de ne pas procéder à une évaluation des compétences par le biais d’un référentiel ou certificat. Cela afin de pas créer de pression et conserver à ces moments leur caractère non obligatoire et conviviaux.  Après plusieurs mois puis années d’expérimentation, comment évaluer les cafés numériques ?

Tout d’abord, au nombre d’idées et projets qui en est sorti. Les cafés numériques, en proposant des moments d’échange, de convivialité et d’entraide entre collègues permettent de susciter des envies et projets grâce à la réflexion collective . Plusieurs collègues ont, à partir d’outils présentés lors du café numérique,  inventé et imaginé des services ou actions culturelles et se sont appropriés des outils qu’ils connaissaient peu. Citons par exemple l’utilisation de tablettes pour des accueils de classe, des heures du conte numérique, des animations jeunesse ; ou la mise en place d’une chasse au trésor numérique dans la médiathèque, l’alimentation d’une bibliobox, la création d’une frise numérique pour la valorisation des collections emploi-formation, l’utilisation d’outils de présentations en ligne. ..

Ensuite, à l’autonomie gagnée par chacun-e dans ses missions quotidiennes, et  sur des postes de service public  situés à présent dans des salles de lecture et de vie, repensées et intégrant des technologies.

Enfin, dans l’élargissement des équipes en charge de services et d’actions culturelles numériques. A la Bibliothèque Stanislas, plusieurs collègues animent aujourd’hui des ateliers numériques du patrimoine. A la Médiathèque Manufacture, l’équipe jeux-vidéo est une équipe élargie, qui s’est formée progressivement.

Café numérique jeux vidéos : les bibliothécaires s’initient au casque de réalité virtuelle

Les écueils à éviter et défis à relever

Au début, la principale difficulté tient à l’hétérogénéité des profils et compétences des uns et des autres. Comment aborder au café numérique des sujets qui contentent tout le monde, sans ennuyer certains ou en décourager d’autres ? Il faut trouver un subtil équilibre. En même temps, la diversité des profils permet d’échanger et de partager dans un cadre plus décontracté et moins intimidant que dans une formation séparant clairement sachant et formés.

Il y a aussi des problèmes très pratiques : pas toujours facile à la Bibliothèque Stanislas de se dégager du temps de façon régulière. Cela a nécessité une adaptation du format avec des ateliers internes plus cadrés avec une thématique choisie et des inscriptions plutôt qu’un horaire fixe où vient qui veut sur des sujets surprises.

Comment rendre compte de ces cafés numériques ? Après le compte-rendu hebdomadaire sous forme de document écrit, l’option du blog a été retenue, avec intégration du flux RSS dans l’intranet des Bibliothèques. Il  faut tenir le rythme pour  mettre à jour cette base de connaissances !

Visuel du blog Café Numérique : les différentes rubriques.

L’organisation au sein du service et du projet

Le dispositif nécessite de dégager du temps d’organisation aux 3 assistant-es de l’équipe numérique qui ont organisé ces séances. Temps de préparation des échanges, de compte-rendus. Temps de coordination aussi pour susciter l’intervention d’autres collègues afin qu’ils-elles partagent leurs compétences.  Pour les animateurs-ices c’est également un positionnement fin au sein de l’établissement : à la fois bibliothécaires formateurs et expert-es, leur mission est d’expliquer à tous que leur expertise sur la technique et les outils est aussi au service de l’expertise culturelle possédée par l’ensemble des agents, eux compris.  Ou l’art d’être reconnu-e comme expert-e numérique tout en devant inclure les autres membres de l’équipe dans une dynamique collective et non excluante autour du numérique.

L’existence des cafés numériques ne dispense pas complètement d’un accompagnement au fil de l’eau et parfois personnalisé entre collègues sur des problèmes informatiques ou questions pratiques. Ce temps d’accompagnement hors café numérique est à prendre en compte aussi.

Les cafés numériques participent à la philosophie globale du projet. Les missions des bibliothécaires ne changent pas sur le fond mais seulement la façon de les exercer et c’est aux  bibliothécaires, experts culturels, de se former aux outils pour inventer de nouvelles façons d’accomplir les missions. Tout le monde est donc concerné et moteur de ces évolutions.2

Café numérique consacré au Dépôt Légal du Web.

Et aujourd’hui, en 2018 ?

Les services numériques sont en place et il faut continuer de les faire vivre et évoluer. La logique d’organisation apprenante se poursuit et avec elle les cafés numériques. A la Médiathèque Manufacture les rendez vous « allongés » se sont espacés car ils ne sont quasiment plus nécessaires. Les cafés numériques expresso du jeudi matin  sont un rendez-vous de démonstration pratique de nouveaux outils ou dispositifs numériques. C’est un espace de communication interne sur la programmation et les services. Le jeu vidéo a été introduit de manière plus régulière pour des démonstrations et des dispositifs comme le casque de réalité virtuelle.  A la Bibliothèque Stanislas le rythme des cafés numériques s’est ralenti mais des formations internes ad hoc sont organisées sur des sujets spécifiques, par exemple sur l’écriture et la contribution web en vue de la sortie des bibliothèques numériques patrimoniales.

 

Cécile Bielli, Cindy Hopfner, Malik Diallo

  1. la Cyber-base du Grand Nancy,  fermée en mars 2016 []
  2. Voir Diallo, Malik et Haquet, Claire. « Du passé ne faisons pas table rase ». Revue de l’Enssib [en ligne], 2016, n° 4 <http://bbf.enssib.fr/revue-enssib/consulter/revue-2016-04-014>. ISSN 2268-5790. []

Numériser la presse : la mise en ligne sur le Kiosque lorrain

La fin des opérations de contrôle des fichiers livrés par le prestataire de numérisation signe le début de la préparation de la mise en ligne (lire billet précédent).

 

Page d'accueil du Kiosque Lorrain
Page d’accueil du Kiosque Lorrain

La préparation des fichiers

Le Kiosque lorrain repose sur des fichiers image au format jpeg et des fichiers XML/ALTO1 (pour le mode texte et le moteur de recherche).

Pour la presse nous avons fait le choix de numériser en jpg non compressé, la numérisation est réalisée en 300 dpi, désormais en couleur. Le format tiff est trop lourd en terme d’archivage, c’est la principale raison de notre choix. Nous nous orientons probablement vers une alternative déjà pratiquée par la BNF, le choix du jpg 2000 (ratio poids qualité plus intéressant).

Quoi qu’il en soit, les formats livrés ne sont pas destinés à la mise en ligne, les fichiers doivent être réduits en taille et optimisés pour assurer une bonne qualité de lecture pour un poids moindre afin de ne pas surcharger le serveur pour garantir des temps de réponse satisfaisants.

Préparation du fichier de chargement

Pour éviter les erreurs sur des fichiers de tableurs très longs, on ne part pas du fichier de récolement que l’on a transmis au prestataire. D’autant que celui-ci a été retourné avec des corrections ou des indications qui correspondent aux problèmes rencontrés au cours de la numérisation (pages signalées dans le fichier mais en fait manquantes, pages oubliées dans le comptage etc.).

Les fichiers pdf, dont on demande également la génération au prestataire, ne sont pas utilisés directement pour la visualisation dans le Kiosque (ils sont proposés pour le téléchargement), ils servent de base au travail de préparation du versement. En effet dans le Kiosque un item correspond à un fascicule de presse (donc à un pdf). On utilise Exiftool pour extraire les métadonnées des fichiers pdf ainsi que le nombre de pages les composant et la racine de leur nom de fichier. Ces informations sont extraites sous forme de fichier csv. Celui-ci sera alors retravaillé pour devenir le fichier source du chargement en masse des fascicules :

  • ajout des métadonnées Dublin Core complémentaires ;
  • concaténation et transformation de certains champs pour les rendre compatibles au format DC ;
  • ajout éventuel de métadonnées.

Les contraintes du plugin Omeka Newspaper

Le plugin développé pour Omeka2 pour le chargement et la mise en ligne de la presse nous impose actuellement un certain nombre de contraintes.

  • nécessité de déclarer le ratio de réduction dans le fichier de chargement : pour que la fonction de surlignage fonctionne, il faut que la position de chaque mot renseigné dans le fichier alto soit recalculée en fonction de la nouvelle taille en pixel de l’image qui sera uploadée sur le Kiosque.
  • nécessité d’un nommage des fichiers rigoureux. Le plugin part du nom de fichier du pdf pour déterminer le chargement des jpg et des alto, ces trois types de fichiers doivent impérativement avoir la même structure pour que l’import fonctionne.
  • les métadonnées : le mapping est basé sur un fichier csv qui va contenir tous les éléments nécessaires d’une part au chargement des différents fichiers, d’autre part à la création de l’item et à sa notice en Dublin Core.

Le chargement sur la base

 

Interface de l'upload des fichiers dans le Kiosque
Interface de l’upload des fichiers dans le Kiosque

Une fois le chargement lancé, le plugin génère un fichier de log qui va contenir les erreurs rencontrées. Elles peuvent être de deux types :

  • les erreurs fatales : le chargement s’interrompt si les champs ne sont pas ceux attendus (format Dublin Core et deux champs techniques, un pour le ratio de réduction, l’autre pour le nombre de vues attendues) ;
  • les erreurs mineures : le chargement continue mais un message d’erreur signale le problème rencontré et indique soit que l’item est incomplet (nombre de pages attendu différent du nombre de jpg présent sur le serveur de chargement) : fichier alto considéré comme vide (ce n’est pas forcément une erreur si l’ocr n’a rien détecté, comme cela peut être le cas sur une page restaurée avec du papier japon opaque par exemple), fichier non chargé pour un problème de nommage.
Interfacede l'historique des imports
Interface de l’historique des imports

Ces logs vont permettre de revenir au cas par cas sur les problèmes rencontrés.

La publication

Une fois les contenus chargés et les corrections effectuées, les fascicules peuvent être rendus publics. Commence alors la phase d’éditorialisation : sélection des contenus en page d’accueil, rédaction de dossiers…


Orientation bibliographique :

  1. Voir article précédent pour en savoir plus sur le format ALTO []
  2. Développé par la société liverdunoise Moobee et disponible sur github. []

Numériser la presse : les coulisses

Depuis 2009 la bibliothèque de Nancy réalise une campagne de numérisation par an. En 2013 a commencé le long chantier de numérisation de la presse quotidienne régionale lorraine (PQR), avec dans la foulée la réalisation du Kiosque Lorrain1. La campagne 2014 va bientôt porter à 120 000 le nombre de vues disponibles en ligne. Retour sur ces prestations.

Continuer la lecture de Numériser la presse : les coulisses

  1. Voir à ce sujet ce Billet sur le Kiosque lorrain []

Les archives de l’internet : un patrimoine à préserver

Depuis le 23 janvier 2015, la Bibliothèque Stanislas, pôle associé de la Bibliothèque nationale de France pour le dépôt légal imprimeur, donne accès au patrimoine de l’internet français collecté et conservé par la BnF.

Continuer la lecture de Les archives de l’internet : un patrimoine à préserver