Archives par mot-clé : bibliothèque numérique

Devenir contributeur

Le lancement de Limédia Galeries, la bibliothèque numérique patrimoniale du Sillon lorrain, appelle de nouvelles missions pour les bibliothécaires de Nancy, puisque le site propose un accès éditorialisé aux collections. Il a donc fallu intégrer cette nouvelle pratique aux profils, se former pour la mener à bien et organiser ce travail de publication. Car derrière les expositions, les billets de blog et les albums, se cache toute une équipe de contributeurs.

L’éditorialisation des collections, nouveau défi pour les bibliothécaires

Si le rôle des bibliothèques publiques a toujours été la démocratisation du savoir, l’enjeu pour elles se situe aujourd’hui au- delà de l’acquisition et de la classification de l’information : il se situe dans sa diffusion. L’éditorialisation joue un rôle de publication et d’accessibilité à l’information : elle donne du sens au document.

L’éditorialisation de contenu se pratique depuis longtemps dans les bibliothèques, notamment à travers des sélections, des coups de cœur, des bibliographies, qui sont une valorisation d’une collection ou d’un corpus. Avec le web comme interface de médiation, les fonctions traditionnelles d’aide à la recherche de documents ou d’informations glissent vers l’organisation des informations et l’interprétation des résultats. L’enrichissement des métadonnées est déterminant dans ce processus. A ces pratiques purement bibliothéconomiques s’ajoutent des pratiques documentaires de médiation, puisque les bibliothécaires créent maintenant du contenu. Ils deviennent « les journalistes de leurs collections » (Dujol, 2011).

C’est donc bien aux bibliothécaires que revient le soin d’éditorialiser leurs collections patrimoniales.

Limedia Galeries : mettre en ligne les collections patrimoniales du Sillon Lorrain et les rendre accessibles

Les milliers de documents disponibles sur Limedia sont aisément accessibles aux chercheurs, qui manient avec aisance recherche avancée, facettes et filtres de résultats. Le véritable enjeu est de rendre cette base de données accessible à un public non spécialiste, moins familier de ces outils.  

Une interface éditoriale

Nous avons choisi de privilégier l’accès aux documents par le thème et par l’image. Nous proposons donc à l’internaute d’explorer les collections à travers des expositions, des albums, des cartes, des billets de blog. 

Chaque module éditorial peut servir une façon de parler des collections. Le contributeur choisit d’aborder un thème ou un document par l’image, par un détail, ou en livrant une explication plus dense ou plus scientifique.

Construire un site dans son intégralité s’est révélé fastidieux dans le suivi de projet, mais a permis de créer des modules éditoriaux sur mesure. Ainsi, nous avons opéré directement des choix de formats et gabarits en fonction de l’usage que nous souhaitions en faire.

L’accès aux sélections de documents se fait par le thème et par l’image.

Limédia galeries propose ainsi :

  • un module Expositions, qui se construit sur une grille d’alternance Texte Image classique, mais dont la continuité peut être interrompue par le mélange d’autres modules indépendants. Cela permet une lecture non plus linéaire, mais de butinage sur les sujets qui intéressent le lecteur.
  • un module Images, qui contient des albums d’images, proposant des descriptions simples et courtes pour le plaisir des yeux.
  • un module Cartes, qui positionne des contenus patrimoniaux sur un fond cartographique : le dénominateur commun du corpus sélectionné sera l’itinéraire, le déplacement dans l’espace.
  • un module Histoires, pouvant accueillir un texte dense sans que la lecture en soit laborieuse.
  • un module Blog, pour aborder les collections patrimoniales sur un ton léger et décalé.

Les bibliothécaires parlent de leurs collections

Les plus indiqués pour parler des collections patrimoniales qu’ils ont indexées, cataloguées, numérisées sont les bibliothécaires eux-mêmes, et c’est par ce prisme-là que nous leur demandons de transcrire leur travail, d’exprimer ce qu’ils font naturellement dans leurs tâches quotidiennes, de parler des documents qu’ils traitent. Loin de faire l’unanimité, cette proposition soulève un débat de la part des futurs contributeurs : il est question de légitimité académique, de (mé)connaissance scientifique des fonds, de maîtrise de la langue, de l’outil informatique, du vocabulaire, de l’expression…

Autant de points d’inquiétude qu’il convient de lever un à un.

Tous contributeurs !

La question de la légitimité est la plus vive parmi ceux qui n’appartiennent pas aux équipes du patrimoine « je ne me sens pas légitime pour parler des collections patrimoniales ». Aussi faut-il convaincre les contributeurs qu’ils connaissent les fonds et les documents et sont capables d’en parler au public. Il s’agit en fait de transposer à l’écrit, ce qu’ils font déjà tous les jours, en renseignant un usager en salle, lui conseillant de consulter ce document plutôt qu’un autre.

La connaissance scientifique des fonds n’est pas la même pour tous. Qu’à cela ne tienne : chacun pourra trouver une façon de parler des documents à hauteur de ses connaissances. Il faut pour cela donner un outil éditorial capable de s’adapter au propos : la description détaillée et pointue pourra faire l’objet d’une exposition ; l’histoire que raconte un contributeur lorsqu’il ancre un document dans son contexte historique entrera dans un autre format. Car chaque type d’éditorialisation trouve son public : il y a autant de diversité dans les équipes des bibliothèques que dans les internautes.

La question de l’exercice de la rédaction, trouve aussi sa solution dans les différents modules éditoriaux puisque l’écriture web nous permet plusieurs niveaux de langage qui ne sont pas envisageables quand on écrit pour le papier.

Le choix des bibliothécaires qui font partie de l’équipe de contributeurs pour Limedia ne reposait donc que sur un seul critère : leur motivation. Et chaque membre de l’équipe avait manifestement envie de partager ses connaissances, et de faire partie de ce grand projet.

Les moyens mis en oeuvre

Le Mooc “Ecrire pour le web” mis en ligne par Rue 89.

Les formations

Nous avons donc commencé, deux ans avant la date prévue de lancement du site, à préparer les équipes. Il a fallu former les contributeurs aux notions essentielles.

La première étape était l’acculturation aux outils numériques. Il s’agissait d’intégrer le numérique dans les pratiques professionnelles de chacun. Nous nous sommes employés à le réaliser à travers des temps donnés en interne, pendant les cafés numériques, qui relevaient plus de l’échange convivial que de la formation stricte. L’intérêt étant que chacun pouvait aussitôt transposer les outils sur son environnement de travail.

Puis nous avons sensibilisé les contributeurs aux différents sites existants, et à ce que nos collègues faisaient déjà : le blog de Gallica, le blog gourmand de Dijon, les autres bibliothèques numériques que nous apprécions1, … et nous avons ainsi exploré les différents tons utilisés.

Nous avons aussi formé les contributeurs aux grands principes de l’écriture web, veillant à mettre à leur disposition des documents de référence, des modèles, des gabarits plutôt strictes pour commencer. Certains ont aussi suivi des Mooc2, et chacun pouvait ainsi se former à son rythme.

Bac à Sable !

La formation reste très théorique tant que les sites sont en construction, et il n’est pas aisé de demander aux novices de se projeter dans un outil qu’il ne connaissent pas encore. Afin d’aider chacun pour sa formation, nous avons ouvert un blog privé, qui permettait aux contributeurs de voir directement le résultat de leur travail.

Ils ont ainsi pu tester la prise en main d’un CMS de type WordPress, et se familiariser avec cet outil. Le recours au CMS dans la plupart des sites a l’inconvénient de standardiser les productions éditoriales : ils pouvaient ainsi s’entraîner à gérer les contraintes en terme notamment de mise en page.

Nous avons aussi pu nous entraîner à réexploiter des ressources déjà existantes, pour les adapter aux contraintes du web : anciennes expositions, supports d’animations …

Les ateliers contribution

Présentation aux collègues des calendriers de publications.

Nous avons choisi de banaliser une après-midi par semaine, dédiée à la contribution et aux formations. Installés dans notre salle de formation, l’Atelier numérique, nous nous rendons ainsi disponibles aux questions, et nous échangeons ensemble.

Certains contributeurs, déjà accoutumés à écrire pour nos différents sites peuvent aider les autres, en donnant des conseils : par exemple ce qu’il convient de regarder lorsque l’on décrit un document iconographique.

La mise en place de ces « Ateliers Contribution » permet de ménager une parenthèse éditoriale dans les tâches quotidiennes, le service public, tout en affirmant la priorité donnée en équipe au projet Limédia. Cela a également permis de créer une dynamique d’entraide et de collaboration dans l’équipe de contributeurs.


Premiers bilans

A l’ouverture du site, si l’heure n’est pas encore aux bilans, nous pouvons d’ors et déjà  constater de réels changements chez les contributeurs. Tous les retours que nous observons sont très positifs.

L’aisance avec laquelle certains réussissent aujourd’hui à écrire sur n’importe quel document témoigne de la confiance qu’ils ont réussi à acquérir.

Nous avons également vu se dessiner des personnalités dans l’écriture, des styles particuliers qui trahissent une « patte » de l’auteur et qui sont une plus-value pour l’éditorialisation en direction du grand public.

A force d’écrire des billets, les contributeurs ne s’arrêtent plus à la première lecture du document. Ils choisissent même parfois d’ignorer le sujet central d’un document iconographique, pour s’attacher à un détail du papier, à un détail en arrière plan, et nous livrent une lecture à chaque fois différente.

Les bibliothécaires parlent des documents avec une émotion et une implication personnelle, et donnent vie à la plus sombre des cartes postales de guerre.

Contextualiser un document, c’est lui donner du sens, et c’est en lui donnant un point de vue qu’on l’enrichit.

Sources :

Arnaud Laborderie, « Éditorialisation des bibliothèques numériques : le cas des Essentiels de Gallica », dans
Documents et dispositifs informationnels à l’ère post-numérique [coll., CIDE 18],  Montpellier, Europia, 2015.

Xavier Delengaigne, Thomas Joubert, Ecrire pour le web : Vers une écriture multimédia , Territorial Éditions, 2013.


http://www.sens-public.org/article1184.html

  1. https://bibandclic.wordpress.com/, http://11km-patrimoine.grand-troyes.fr/, https://www.armarium-hautsdefrance.fr/, http://balises.bpi.fr/a-la-une []
  2. Apprenez à contribuer sur Wikipedia, Écrire pour le Web []

Co-libris, un réseau de lecture publique innovant

Depuis 2013, les habitants du Grand Nancy bénéficient d’un réseau de lecture publique, Co-libris, qui a démultiplié l’offre de collections, d’espaces et de services en ligne. Un portail commun, une carte commune… et pourtant, les bibliothèques du réseau sont restées municipales. Comment Co-libris a-t-il relevé ce défi sans passer par la case « intercommunalité » ?

Le réseau de lecture publique Co-libris est constitué de 5 bibliothèques municipales, pour un total de 9 sites (Nancy, Vandoeuvre-lès-Nancy, Laxou, Saint Max et Maxéville) et de 2 bibliothèques spécialisées (Musée des Beaux-Arts de Nancy et Conservatoire régional du Grand Nancy).
Il propose aux usagers de ces bibliothèques un bouquet de services :
– un portail commun, avec accès au catalogue, à des services en ligne et à des ressources numériques,
– une carte commune permettant d’emprunter en tous points du réseau
Si le Grand-Nancy est partie prenante dans le réseau, comme nous le verrons plus tard, il n’est pas l’échelon de tutelle administrative des bibliothèques, qui restent municipales, et c’est là toute l’originalité de Co-libris.

Page d’accueil du portail Co-libris

Avant Co-libris

Co-libris, réseau innovant dans sa forme administrative, est l’aboutissement de décennies de mutualisation et de travail en commun, initiés en 1989 par l’acquisition partagée du logiciel CLSI pour trois bibliothèques municipales : Nancy, Vandoeuvre-lès-Nancy et Laxou, et l’actuelle Médiathèque de Meurthe-et-Moselle, alors appelée BCP.
En 1996, à l’occasion du renouvellement du système d’information de gestion des bibliothèques, seules les trois communes confirment le choix de partager un catalogue et un système informatique communs. Le SIGB1 GEAC Plus est retenu.
Le système en place est progressivement modernisé, d’abord en 2002, par l’installation de dispositifs multimédia dans les médiathèques, puis en 2004, avec la mise en ligne du catalogue, chaque ville ouvrant ce service depuis son propre site internet.

La société INFOR rachète GEAC France et annonce l’arrêt de la maintenance du logiciel GEAC Plus pour fin 2009. Une nouvelle ré-informatisation s’impose donc au réseau. Le Grand-Nancy ayant entre-temps pris la compétence informatique au bénéfice des communes,  la Direction des systèmes d’information et de la télécommunication communautaire devient l’échelon de référence technique pour le projet.

Par ailleurs, plusieurs villes ou services ayant demandé à être associés à la démarche de mutualisation, cette ré-informatisation est l’occasion d’élargir le périmètre du projet à d’autres communes de l’agglomération, et surtout de bâtir un projet de lecture publique, allant bien au-delà d’un simple partage de logiciel et dépassant la seule logique d’optimisation financière.

Co-libris en projet

 Il apparaît rapidement que ce nouveau projet d’ampleur communautaire nécessite une étude préalable, sous l’angle technique bien sûr, mais également sous l’angle bibliothéconomique, afin de mieux appréhender les services à ouvrir aux usagers, et l’organisation à mettre en place.
La société Tosca Consultants est retenue pour cette étude. Elle doit proposer plusieurs scénarios permettant de répondre à la question « Quelle politique de lecture publique demain dans le Grand-Nancy ? ».
Dans sa note stratégique du 15 juin 2009, Tosca souligne :

« Les représentants des villes s’expriment sur l’intérêt de mettre en commun non seulement un outil informatique mais également un véritable projet de lecture publique avec ouverture de l’accès aux fonds des différentes bibliothèques pour tout lecteur appartenant au réseau, de développer l’accès aux documents électroniques tant sur place que chez les abonnés. En effet, la perte de 30 % de lecteurs en cinq ans montre que les bibliothèques doivent trouver de nouveaux outils afin d’attirer les lecteurs, surtout les plus jeunes. »

Et c’est vrai, la mutualisation minimale en œuvre depuis 1996, pour bénéfique qu’elle ait été en termes financiers et professionnels, a développé un sentiment de frustration chez les usagers, qui ont accès au catalogue d’autres bibliothèques sans pouvoir emprunter dans celles-ci. L’idée d’une carte commune apparaît alors comme l’élément indispensable d’un réseau repensé, mettant (enfin) l’usager au cœur du projet de mutualisation.

L’objectif est donc de mettre en œuvre un projet de lecture publique partagé, susceptible de contribuer à la reconquête des publics, notamment des jeunes générations. Pour cela, il faut :
– ouvrir l’accès aux fonds des bibliothèques pour tout lecteur appartenant au réseau ;
– développer l’accès aux ressources numériques sur place et à distance.

Un objectif soumis à quelques contraintes :
– la solution technique doit s’appuyer sur des logiciels communs ;
– le projet doit viser l’optimisation des subventions (par sa forte dimension de mutualisation, 70% ont été obtenus) ;
– l’accès élargi aux collections des bibliothèques ne doit pas présupposer une mise en cohérence des politiques tarifaires d’inscription ; chaque commune demeurant libre de la définition et de l’évolution de ces politiques.

Les contours du projet de lecture publique se dessinent donc autour de 3 axes :
– un même logiciel, un catalogue collectif et un portail commun ;
– une bibliothèque numérique et le partage d’abonnements ;
– une carte commune.

Courant 2009, sont lancés en parallèle :
– le travail en mode projet des bibliothécaires de Nancy, Vandoeuvre-lès-Nancy et Laxou, pour définir les besoins et fonctionnalités du futur SIGB, sous la houlette du conservateur en charge du numérique des Bibliothèques de Nancy. L’objectif est d’élaborer le cahier des charges de la future consultation en lien avec Tosca, puis de préparer la migration d’un SIGB à l’autre. Une dimension technique du projet que nous ne développerons pas ici, juste pour indiquer que le nouveau SIGB Vsmart, choisi à l’issue de la consultation, a été opérationnel le 24 avril 2012 ;
– et la réflexion sur le périmètre et l’organisation du futur réseau de lecture publique, qu’on n’appelle pas encore Co-libris.

Co-libris en chantier

 Le Grand Nancy consulte les maires de la communauté urbaine sur le projet de mutualisation du SIGB et plus largement du projet de lecture publique. Aux trois villes « historiques » s’ajoutent Maxéville et Saint-Max, qui exprime son intérêt mais indique vouloir intégrer le réseau plus tardivement, dans le cadre du projet de rénovation de sa médiathèque, prévu en 2013. La Ville de Nancy déclare vouloir intégrer le centre de documentation du Musée des Beaux-Arts et le Grand Nancy celui du Conservatoire. Le périmètre est fixé.

Par ailleurs, afin de préparer l’organisation du réseau dans toutes ses dimensions, des groupes de travail, composés de bibliothécaires des différentes villes, sont organisés selon les thématiques suivantes :
– Carte commune ;
– Portail et communication ;
– Ressources numériques.

De ce travail en mode projet découle la création d’une cellule technique, constituée d’un agent coordinateur du réseau (recruté début 2012 par le Grand Nancy, basé à la DSIT, et rémunéré par les Villes) et de référents dans chacune des bibliothèques.
L’ensemble des groupes se retrouvent lors de comités techniques réguliers, pour faire le point sur l’avancement des travaux. Un comité de pilotage réunissant élus et directeurs de bibliothèques des communes concernées, sous l’égide du vice-président du Grand-Nancy en charge des questions numériques, est organisé au moins deux fois par an. Lors de ces réunions, les modes d’organisation et les choix stratégiques sont présentés aux élus pour discussion et validation.

En 2012, la première convention triennale est établie, fixant les règles de fonctionnement, les droits et devoirs de chacune des parties. Elle est signée par tous les maires et par le Président du Grand Nancy.
Le service est lancé le 1er janvier 2013.

Logo Co-libris

 

 

Co-libris en action

 

  •  Une offre considérablement enrichie pour le public

Pour les habitants des communes concernées, le réseau ouvre des perspectives considérables d’accès à des espaces et des collections supplémentaires, ainsi que de nouveaux services en ligne.
Depuis chez soi, il devient par exemple possible de prolonger ses emprunts ou de réserver un document, autant de services qui ont été rapidement plébiscités. La consultation du catalogue est le service le plus utilisé sur le portail. Le service de questions/réponses en ligne BiblioSésame (devenu Eurêkoi en 2015) est proposé dès l’ouverture du site.
Chaque usager s’inscrit dans la bibliothèque de son choix, et bénéficie donc du tarif et des modalités d’emprunt de celle-ci. On lui remet une carte Co-libris, qui va également  lui permettre de se rendre dans chacune des autres bibliothèques du réseau pour y emprunter jusqu’à 4 documents.
La multi-fréquentation est ainsi facilitée et les statistiques le prouvent. En 2017, 17% des usagers sont multi-fréquentants, c’est-à-dire empruntent dans au moins une autre bibliothèque du réseau. En moyenne un multi-fréquentant emprunte 14 documents dans l’année dans un autre point du réseau.
Pour faciliter l’usage, certaines modalités d’emprunt ont été harmonisées : durée d’emprunt et de prolongation (28 jours), procédure de blocage des cartes en cas de retard, nombre de réservations. L’envoi de mails de courtoisie quelques jours avant l’échéance des emprunts et de l’abonnement est très apprécié par le public, et contribue à réduire le nombre de retards.
Environ 250 postes informatiques sont déployés sur l’ensemble du réseau, dont une centaine dédiée au public. Sur ces postes, les usagers s’identifient avec leur carte et peuvent surfer sur Internet, avoir accès à des logiciels de bureautique et imprimer.

  •  Du côté des communes

En tant que service support la DSIT du Grand-Nancy engage les dépenses liées au réseau (matériel, maintenance, acquisitions de ressources numériques, salaire du coordinateur de la cellule technique…) puis les refacture aux Villes, une fois par an, selon une clé de répartition composée, à part égale, du nombre de prêts, du nombre d’exemplaires et du nombre de postes informatiques. Cette mutualisation financière se révèle, en investissement comme en fonctionnement, bénéfique pour les finances des communes. Elles peuvent également se prévaloir d’améliorer le service de lecture publique pour leurs habitants, tout en « gardant la main » sur leur bibliothèque et en restant maîtresse de la politique tarifaire.

  •  Du côté des bibliothécaires

Le travail de coopération fourni a été important pour mettre en place l’ensemble des nouveaux services, tout autant que pour la ré-informatisation en tant que telle. Ainsi les groupes « projet » mis en place dès 2009 se sont-ils transformés en instances de coordination régulières : carte réseau, comité éditorial portail et ressources numériques (acquisitions partagées). En effet, même en rythme de croisière de constants réajustements sont nécessaires : harmonisation des modalités liées à la carte commune à l’épreuve de l’expérience, amélioration graphique du portail et de sa navigation, offre évolutive des ressources numériques.
Des freins sont apparus comme par exemple la réduction à mi-temps du poste de coordinateur de la  cellule technique au bout de 4 ans.

Co-libris réinventé ?

Avec la mise en œuvre du projet de Bibliothèque Numérique de Référence du Sillon Lorrain et des portails Limédia, les ressources numériques sous droits se trouvent transférées du portail Co-libris sur le site Limédia Mosaïque depuis avril 2018, dans une nouvelle échelle territoriale. Les usagers de Co-libris y accèdent en s’identifiant et bénéficient par ce biais d’une offre bien plus large et plus riche.

Page d’accueil de Limédia Mosaïque

Le portail Co-libris est actuellement en refonte, avec l’objectif d’améliorer l’expérience utilisateur et de devenir un vrai site de services en ligne et d’information sur l’actualité du réseau du Grand-Nancy. Cette nouvelle version devrait être proposée au public début 2019. Le site demeure bien sûr accessible dans sa version actuelle, ressources numériques en moins.

L’organisation administrative singulière de Co-libris montre parfois ses limites, lorsque certaines décisions municipales se heurtent au principe d’harmonisation, ou que les politiques tarifaires très différentes d’une ville à l’autre développent, à la marge, des comportements opportunistes chez les usagers. Toutefois cette organisation a permis d’élargir l’offre culturelle tout en maîtrisant les coûts, et elle recueille la satisfaction du public : le bilan est positif, en attendant un éventuel transfert à l’intercommunalité qui ouvrirait d’autres perspectives.

http://www.reseau-colibris.fr

https://mosaique.limedia.fr/

 

  1. Système intégré de gestion de bibliothèque. []

Les cafés numériques

Depuis 2013, les Bibliothèques de Nancy développent de nouveaux espaces  et bibliothèques numériques. Les bibliothécaires doivent relever plusieurs défis : inventer de nouveaux services, accomplir leurs missions avec de nouveaux outils, se familiariser avec certaines technologies. Comment se former et se mettre en capacité de ces transformations ? Pour tenter d’y répondre, un outil de formation interne a été mis en place : les cafés numériques. Retour sur 4 ans d’expérimentation.

Projet  et cafés numériques : une naissance conjointe

Labellisées Bibliothèque numérique de référence avec les autres bibliothèques du Sillon Lorrain en juillet 2013, les Bibliothèques de Nancy lancent  un vaste programme de développement numérique de leurs services. Objectifs : aménager des espaces à la Bibliothèque Stanislas et à la Médiathèque Manufacture,  créer de nouveaux services, proposer des actions culturelles en lien avec les technologies, mettre en ligne des bibliothèques numériques. Un grand plan de formation est lancé pour l’ensemble des équipes. Parmi ce dispositif, une proposition émerge et est mise en oeuvre au printemps 2014 : organiser  en interne des temps d’échanges réguliers pour se former aux outils numériques à partir de cas pratiques et concrets. Les cafés numériques sont nés.

 

Un concept…

Les premiers cafés numériques sont organisés selon le format suivant  : chaque jeudi, autour d’un café (et quelques sucreries…), les agents volontaires peuvent participer à cet atelier qui dure environ 45 minutes. La séance est animée par un ou plusieurs collègues en charge des projets numériques.  Il y a un café numérique sur chaque site.  Au début les sujets évoqués concernent surtout des aspects pratiques  : régler des problèmes informatiques, brancher des matériels, utiliser des outils en ligne . Un partage de veille sur des projets innovants en bibliothèque est effectué. A la Bibliothèque Stanislas, le besoin exprimé se concentre rapidement sur des outils professionnels. Il est ainsi proposé d’acquérir une expertise sur les catalogues, les bibliothèques numériques patrimoniales, l’environnement de travail, etc.

Café Numérique spécial Zotero.

…différentes formes.

Après un an d’expérience, les formats sont affinés pour répondre aux besoins exprimés par les bibliothécaires. A la Médiathèque Manufacture, le café numérique est doublé. Dorénavant il y a un “café expresso” de 45 minutes selon les modalités précédemment décrites, et un “café allongé” d’une heure et demie, organisé une fois par mois. Ce deuxième format est animé conjointement par un-e bibliothécaire et un-e animateur-ice multimédia de l’établissement public numérique alors présent dans les locaux de la médiathèque.1 On y aborde des sujets tels que l’utilisation d’Office, les logiciels libres, la gestion des tablettes, la lecture numérique, les objets connectés… Certains cafés numériques allongés spécifiques sont aussi dédiés aux jeux vidéo. A la Bibliothèque Stanislas, le format est moins régulier mais plus ciblé : les thématiques concrètes sont proposées en avance aux collègues. Les séances y ont aussi pris la forme d’un accompagnement plus personnalisé, et plus pratique . Par exemple  il s’agit d’apprendre à personnaliser son interface de travail en choisissant  ses navigateurs, en gérant autrement ses dossiers,  en installant ses plugins. Tout cela par rapport aux besoins spécifiques des bibliothécaires spécialisés dans la médiation du patrimoine.

Café Numérique : démo de Limedia Mosaique

Bilan positif : une montée en compétences collective au rythme de chacun

Au lancement des cafés numériques, il a été choisi de ne pas procéder à une évaluation des compétences par le biais d’un référentiel ou certificat. Cela afin de pas créer de pression et conserver à ces moments leur caractère non obligatoire et conviviaux.  Après plusieurs mois puis années d’expérimentation, comment évaluer les cafés numériques ?

Tout d’abord, au nombre d’idées et projets qui en est sorti. Les cafés numériques, en proposant des moments d’échange, de convivialité et d’entraide entre collègues permettent de susciter des envies et projets grâce à la réflexion collective . Plusieurs collègues ont, à partir d’outils présentés lors du café numérique,  inventé et imaginé des services ou actions culturelles et se sont appropriés des outils qu’ils connaissaient peu. Citons par exemple l’utilisation de tablettes pour des accueils de classe, des heures du conte numérique, des animations jeunesse ; ou la mise en place d’une chasse au trésor numérique dans la médiathèque, l’alimentation d’une bibliobox, la création d’une frise numérique pour la valorisation des collections emploi-formation, l’utilisation d’outils de présentations en ligne. ..

Ensuite, à l’autonomie gagnée par chacun-e dans ses missions quotidiennes, et  sur des postes de service public  situés à présent dans des salles de lecture et de vie, repensées et intégrant des technologies.

Enfin, dans l’élargissement des équipes en charge de services et d’actions culturelles numériques. A la Bibliothèque Stanislas, plusieurs collègues animent aujourd’hui des ateliers numériques du patrimoine. A la Médiathèque Manufacture, l’équipe jeux-vidéo est une équipe élargie, qui s’est formée progressivement.

Café numérique jeux vidéos : les bibliothécaires s’initient au casque de réalité virtuelle

Les écueils à éviter et défis à relever

Au début, la principale difficulté tient à l’hétérogénéité des profils et compétences des uns et des autres. Comment aborder au café numérique des sujets qui contentent tout le monde, sans ennuyer certains ou en décourager d’autres ? Il faut trouver un subtil équilibre. En même temps, la diversité des profils permet d’échanger et de partager dans un cadre plus décontracté et moins intimidant que dans une formation séparant clairement sachant et formés.

Il y a aussi des problèmes très pratiques : pas toujours facile à la Bibliothèque Stanislas de se dégager du temps de façon régulière. Cela a nécessité une adaptation du format avec des ateliers internes plus cadrés avec une thématique choisie et des inscriptions plutôt qu’un horaire fixe où vient qui veut sur des sujets surprises.

Comment rendre compte de ces cafés numériques ? Après le compte-rendu hebdomadaire sous forme de document écrit, l’option du blog a été retenue, avec intégration du flux RSS dans l’intranet des Bibliothèques. Il  faut tenir le rythme pour  mettre à jour cette base de connaissances !

Visuel du blog Café Numérique : les différentes rubriques.

L’organisation au sein du service et du projet

Le dispositif nécessite de dégager du temps d’organisation aux 3 assistant-es de l’équipe numérique qui ont organisé ces séances. Temps de préparation des échanges, de compte-rendus. Temps de coordination aussi pour susciter l’intervention d’autres collègues afin qu’ils-elles partagent leurs compétences.  Pour les animateurs-ices c’est également un positionnement fin au sein de l’établissement : à la fois bibliothécaires formateurs et expert-es, leur mission est d’expliquer à tous que leur expertise sur la technique et les outils est aussi au service de l’expertise culturelle possédée par l’ensemble des agents, eux compris.  Ou l’art d’être reconnu-e comme expert-e numérique tout en devant inclure les autres membres de l’équipe dans une dynamique collective et non excluante autour du numérique.

L’existence des cafés numériques ne dispense pas complètement d’un accompagnement au fil de l’eau et parfois personnalisé entre collègues sur des problèmes informatiques ou questions pratiques. Ce temps d’accompagnement hors café numérique est à prendre en compte aussi.

Les cafés numériques participent à la philosophie globale du projet. Les missions des bibliothécaires ne changent pas sur le fond mais seulement la façon de les exercer et c’est aux  bibliothécaires, experts culturels, de se former aux outils pour inventer de nouvelles façons d’accomplir les missions. Tout le monde est donc concerné et moteur de ces évolutions.2

Café numérique consacré au Dépôt Légal du Web.

Et aujourd’hui, en 2018 ?

Les services numériques sont en place et il faut continuer de les faire vivre et évoluer. La logique d’organisation apprenante se poursuit et avec elle les cafés numériques. A la Médiathèque Manufacture les rendez vous “allongés” se sont espacés car ils ne sont quasiment plus nécessaires. Les cafés numériques expresso du jeudi matin  sont un rendez-vous de démonstration pratique de nouveaux outils ou dispositifs numériques. C’est un espace de communication interne sur la programmation et les services. Le jeu vidéo a été introduit de manière plus régulière pour des démonstrations et des dispositifs comme le casque de réalité virtuelle.  A la Bibliothèque Stanislas le rythme des cafés numériques s’est ralenti mais des formations internes ad hoc sont organisées sur des sujets spécifiques, par exemple sur l’écriture et la contribution web en vue de la sortie des bibliothèques numériques patrimoniales.

 

Cécile Bielli, Cindy Hopfner, Malik Diallo

  1. la Cyber-base du Grand Nancy,  fermée en mars 2016 []
  2. Voir Diallo, Malik et Haquet, Claire. « Du passé ne faisons pas table rase ». Revue de l’Enssib [en ligne], 2016, n° 4 <http://bbf.enssib.fr/revue-enssib/consulter/revue-2016-04-014>. ISSN 2268-5790. []

Numériser la presse : la mise en ligne sur le Kiosque lorrain

La fin des opérations de contrôle des fichiers livrés par le prestataire de numérisation signe le début de la préparation de la mise en ligne (lire billet précédent).

 

Page d'accueil du Kiosque Lorrain
Page d’accueil du Kiosque Lorrain

La préparation des fichiers

Le Kiosque lorrain repose sur des fichiers image au format jpeg et des fichiers XML/ALTO1 (pour le mode texte et le moteur de recherche).

Pour la presse nous avons fait le choix de numériser en jpg non compressé, la numérisation est réalisée en 300 dpi, désormais en couleur. Le format tiff est trop lourd en terme d’archivage, c’est la principale raison de notre choix. Nous nous orientons probablement vers une alternative déjà pratiquée par la BNF, le choix du jpg 2000 (ratio poids qualité plus intéressant).

Quoi qu’il en soit, les formats livrés ne sont pas destinés à la mise en ligne, les fichiers doivent être réduits en taille et optimisés pour assurer une bonne qualité de lecture pour un poids moindre afin de ne pas surcharger le serveur pour garantir des temps de réponse satisfaisants.

Préparation du fichier de chargement

Pour éviter les erreurs sur des fichiers de tableurs très longs, on ne part pas du fichier de récolement que l’on a transmis au prestataire. D’autant que celui-ci a été retourné avec des corrections ou des indications qui correspondent aux problèmes rencontrés au cours de la numérisation (pages signalées dans le fichier mais en fait manquantes, pages oubliées dans le comptage etc.).

Les fichiers pdf, dont on demande également la génération au prestataire, ne sont pas utilisés directement pour la visualisation dans le Kiosque (ils sont proposés pour le téléchargement), ils servent de base au travail de préparation du versement. En effet dans le Kiosque un item correspond à un fascicule de presse (donc à un pdf). On utilise Exiftool pour extraire les métadonnées des fichiers pdf ainsi que le nombre de pages les composant et la racine de leur nom de fichier. Ces informations sont extraites sous forme de fichier csv. Celui-ci sera alors retravaillé pour devenir le fichier source du chargement en masse des fascicules :

  • ajout des métadonnées Dublin Core complémentaires ;
  • concaténation et transformation de certains champs pour les rendre compatibles au format DC ;
  • ajout éventuel de métadonnées.

Les contraintes du plugin Omeka Newspaper

Le plugin développé pour Omeka2 pour le chargement et la mise en ligne de la presse nous impose actuellement un certain nombre de contraintes.

  • nécessité de déclarer le ratio de réduction dans le fichier de chargement : pour que la fonction de surlignage fonctionne, il faut que la position de chaque mot renseigné dans le fichier alto soit recalculée en fonction de la nouvelle taille en pixel de l’image qui sera uploadée sur le Kiosque.
  • nécessité d’un nommage des fichiers rigoureux. Le plugin part du nom de fichier du pdf pour déterminer le chargement des jpg et des alto, ces trois types de fichiers doivent impérativement avoir la même structure pour que l’import fonctionne.
  • les métadonnées : le mapping est basé sur un fichier csv qui va contenir tous les éléments nécessaires d’une part au chargement des différents fichiers, d’autre part à la création de l’item et à sa notice en Dublin Core.

Le chargement sur la base

 

Interface de l'upload des fichiers dans le Kiosque
Interface de l’upload des fichiers dans le Kiosque

Une fois le chargement lancé, le plugin génère un fichier de log qui va contenir les erreurs rencontrées. Elles peuvent être de deux types :

  • les erreurs fatales : le chargement s’interrompt si les champs ne sont pas ceux attendus (format Dublin Core et deux champs techniques, un pour le ratio de réduction, l’autre pour le nombre de vues attendues) ;
  • les erreurs mineures : le chargement continue mais un message d’erreur signale le problème rencontré et indique soit que l’item est incomplet (nombre de pages attendu différent du nombre de jpg présent sur le serveur de chargement) : fichier alto considéré comme vide (ce n’est pas forcément une erreur si l’ocr n’a rien détecté, comme cela peut être le cas sur une page restaurée avec du papier japon opaque par exemple), fichier non chargé pour un problème de nommage.

Interfacede l'historique des imports
Interface de l’historique des imports

Ces logs vont permettre de revenir au cas par cas sur les problèmes rencontrés.

La publication

Une fois les contenus chargés et les corrections effectuées, les fascicules peuvent être rendus publics. Commence alors la phase d’éditorialisation : sélection des contenus en page d’accueil, rédaction de dossiers…


Orientation bibliographique :

  1. Voir article précédent pour en savoir plus sur le format ALTO []
  2. Développé par la société liverdunoise Moobee et disponible sur github. []

Numériser la presse : les coulisses

Depuis 2009 la bibliothèque de Nancy réalise une campagne de numérisation par an. En 2013 a commencé le long chantier de numérisation de la presse quotidienne régionale lorraine (PQR), avec dans la foulée la réalisation du Kiosque Lorrain1. La campagne 2014 va bientôt porter à 120 000 le nombre de vues disponibles en ligne. Retour sur ces prestations.

Continuer la lecture de Numériser la presse : les coulisses

  1. Voir à ce sujet ce Billet sur le Kiosque lorrain []

Les archives de l’internet : un patrimoine à préserver

Depuis le 23 janvier 2015, la Bibliothèque Stanislas, pôle associé de la Bibliothèque nationale de France pour le dépôt légal imprimeur, donne accès au patrimoine de l’internet français collecté et conservé par la BnF.

Continuer la lecture de Les archives de l’internet : un patrimoine à préserver