Archives par mot-clé : botanique

Hubert-Félix Soyer-Willemet, le « catalogue vivant » de la Bibliothèque de Nancy

Aujourd’hui oublié, Hubert-Félix Soyer-Willemet (1791-1867) est pourtant un personnage incontournable du xix e siècle nancéien et a beaucoup fait pour le développement de la Bibliothèque Publique. Membre d’une trentaine de sociétés savantes françaises et étrangères, botaniste passionné, bibliothécaire en chef infatigable, Soyer-Willemet a consacré sa vie au savoir. Le fonds d’archives Soyer-Willemet, principalement de la correspondance, ainsi que de nombreux documents dispersés dans les archives de la Bibliothèque Stanislas ont permis de retracer sa vie. Un second billet sera centré sur son action à la Bibliothèque Publique.

Ces articles ont été préparés par Sarah Cabadet, étudiante en Patrimoine, Art et Histoire de l’Université de Lorraine (2018-2019), dans le cadre de son stage de M1 en établissement culturel.

Une enfance studieuse

Hubert-Félix Soyer est né à Nancy le 3 juin 1791. Son père, Jean-Baptiste Soyer (1752-1828), était peintre miniaturiste1 et sa mère, Anne-Marie Willemet (1764-1855), était la fille du célèbre apothicaire et botaniste Pierre-Rémy Willemet (1735-1807). C’est ce dernier qui a établi la réputation des Willemet à Nancy. Il était doyen des apothicaires, premier professeur de chimie en Lorraine, professeur et démonstrateur en botanique et en histoire naturelle au Collège royal de médecine puis à l’École centrale, directeur du Jardin Botanique de Nancy, membre de plusieurs sociétés savantes et académies, et a publié plusieurs traités de botanique et de médecine. A sa mort, le botaniste Necker lui dédie la plante Willemetia Hieracioides2.

Calligramme en forme de cerf
« Calligramme » en forme de cerf provenant des papiers de jeunesse de Soyer-Willemet.

Hubert-Félix avait également quatre sœurs : Marguerite, Pauline, Sophie et Emilie. Des notices biographiques3 et des miniatures réalisées par son père nous apprennent que Hubert-Félix est né dans une famille heureuse et unie4. Il a donc grandi dans un environnement propice à l’épanouissement culturel. Hubert-Félix se plaisait même à jouer du flageolet pour ses sœurs et leurs amis5.

 

Pour organiser ses études, Soyer-Willemet se fixait un programme quotidien.

Dès son enfance, il s’intéresse aux sciences, à la littérature, ou encore à l’art. Il se fait des « programmes d’études » afin d’organiser ses journées. Probablement influencé par son grand-père, et son oncle Pierre-Rémy-François-de-Paule (1762-1790) qui était médecin et botaniste, Hubert-Félix s’est passionné pour la botanique. Mais il était aussi intéressé par la pharmacie, la médecine, l’histoire naturelle et la musique. Malheureusement, il a une santé fragile et est atteint au début de l’âge adulte par une dartre qui le dévisage presque entièrement et l’oblige à se couvrir le visage lors de sortie en public. C’est peut-être en partie ce qui l’a poussé à se diriger vers les études et la lecture.

Hubert-Félix était proche de sa famille, et surtout de son grand-père. À la mort de ce dernier en 1808, il ajoute le nom de Willemet à son patronyme. Il est l’héritier d’une bibliothèque de 750 livres qui appartenaient à son grand-père. Ils sont identifiés car mentionnés dans un catalogue de sa bibliothèque qu’il a réalisé en 1820, bibliothèque qui comprenait alors un peu plus d’un millier de livres. Certains de ses ouvrages sont aujourd’hui conservés à la Bibliothèque Stanislas et sont repérés grâce à l’ex-libris de Soyer-Willemet. Il a d’ailleurs repris l’ex-libris de son grand-père gravé par Dominique Collin (1725-1781). Il semblerait que Soyer-Willemet ait décollé l’ex-libris de son grand-père pour y apposer le sien lorsqu’il a récupéré ses livres.

En 1811, Soyer-Willemet obtient son diplôme de pharmacie à Strasbourg. Cela lui permet de reprendre la pharmacie de Willemet au 29 rue des Dominicains (actuellement la pharmacie du Ginkgo). Soyer-Willemet y exerce la profession de pharmacien jusque vers 1824 mais conserve ensuite l’appartement où il vit jusqu’à sa mort en 1867.

Un botaniste très occupé

La décennie 1820 marque le début de son dévouement envers la communauté. Dès 1821 il travaille à la Bibliothèque Publique. En 1822, il est nommé membre de la Société Royale des Sciences, Lettres et Arts de Nancy (aujourd’hui l’Académie de Stanislas). En 1823 il devient le Secrétaire-Archiviste-Trésorier de la Société Centrale d’Agriculture de Nancy et en 1825 Conservateur du Cabinet d’Histoire Naturelle jusqu’en 1840. C’est en 1824 qu’il prend le poste de Bibliothécaire en Chef de la Bibliothèque Publique. Et en 1828, le Ministère de l’Instruction Publique le nomme membre de la Commission pour la recherche des Antiquités départementales6. De 1831 à 1836 il enseigne l’histoire naturelle au Collège Royal7. En 1833 il devient membre de la Commission de surveillance du Jardin Botanique, en 1850 il est nommé membre honoraire de l’académie d’enseignement et en 1851 membre du comité du musée historique lorrain. Sans oublier qu’il est membre correspondant ou honoraire d’autres sociétés et académies françaises et étrangères.

 

Peu importe le poste qu’il occupe, son rôle semble toujours indispensable. De 1823 à sa mort, Soyer-Willemet est un membre inestimable pour la Société d’Agriculture. Il a été un soutien infaillible pour Mathieu de Dombasle (1777-1843), le fondateur de cette société. Soyer-Willemet participe à toutes les réunions, rédige des rapports et corrige les épreuves des différentes publications. Il gère également la partie administrative de la Société. En outre, il est le seul rédacteur de la revue Le Bon Cultivateur. Soyer-Willemet met régulièrement ses compétences de botaniste au service de la société. Il est consulté en cas de maladie des plantes et réalise des études afin de trouver les plantes fourragères les plus productives8.

Malgré toutes ses activités et une santé fragile, Soyer-Willemet parvient à consacrer du temps à ce qui restera sa passion toute sa vie, la botanique9. Il publie des brochures ou collabore à des ouvrages jusqu’en 1863.  Pour ses recherches en botanique et herboristerie, il utilise des ouvrages et des catalogues déjà publiés mais réalise lui aussi des voyages afin d’observer les plantes. Il recherche de nouvelles variétés et étudie leur fonctionnement10. Grâce à ses voyages et ses échanges avec d’autres botanistes, il a pu constituer un important herbier, qu’il a d’ailleurs assuré pour 8 000 francs en 185911. Les planches de cet herbier sont actuellement conservées au  Jardin Botanique de Nancy. Soyer-Willemet est une référence dans le monde de la botanique, il est membre de plusieurs sociétés savantes et correspond avec de nombreux botanistes en France et à l’étranger.  Il est sollicité pour des conseils, souvent mentionné (lui ou son herbier) et collabore à des ouvrages12.  Aujourd’hui encore, il est mentionné dans des revues récentes et ses publications sont conservées dans de nombreuses bibliothèques universitaires.

Liste de voyage de Soyer-Willemet
Préparation d’une expédition botanique.
Planche gravée en lien avec les études de botanique de Soyer-Willemet (coll. part.)

Contribution à l’histoire de la Lorraine

Es qualités de Bibliothécaire en Chef, membre de l’Académie de Stanislas et membre de la Commission pour la recherche des Antiquités départementale, Soyer-Willemet participe à l’enrichissement des connaissances sur l’histoire de la Lorraine et l’histoire de France.

En 1824, le Ministère de l’Instruction Publique décide de mener une campagne de recensement et de recherche afin de repérer toutes les antiquités (objets anciens) qui ont pu survivre aux destructions de la Révolution française. Il contacte donc tous les érudits locaux et les institutions conservant du savoir afin de leur demander de réaliser des recherches et de transmettre les faits ou objets paraissant importants.

Lettre du maire de Nancy à Soyer-Willemet
Courrier du maire de Nancy relatif au cabinet d’histoire naturelle

L’Académie répond à cette demande très sérieusement et finance des campagnes de fouilles et le transport des objets. Une fois de plus, c’est Soyer-Willemet qui s’occupe de la partie administrative et de l’envoi de l’argent. Il participe également lui même à cette campagne de recherches et réalise en 1840 des questionnaires qu’il fait parvenir aux curés du département13.

De plus, dans une volonté de valoriser les collections et de les conserver dans les meilleures conditions possibles, il collabore à la création et l’enrichissement des fonds des musées d’histoire lorraine et d’histoire naturelle. En 1851, il est nommé membre du Comité du Musée Historique Lorrain, mais à sa grande déception le poste qu’on lui a confié ne lui permet pas d’avoir un rôle actif. Le Comité s’en défend affirmant qu’ils n’ont pas voulu lui imposer une fonction supplémentaire à toutes celles qu’il assure déjà14.

Un homme très apprécié

Soyer-Willemet était un homme apprécié et respecté. Les savants le consultaient pour recevoir des conseils dans différents domaines, et Soyer-Willemet les aidait au mieux. On lui demandait des informations sur la botanique, les lires, la minéralogie, conchyliologie ou même en musique15. Il recevait également beaucoup de lettre d’invitations et de remerciements. Soyer-Willemet a, visiblement, toujours été disposé à mettre ses connaissances aux services des autres.

Soyer-Willemet est aussi resté proche et précautionneux envers sa famille. Alors que ses parents ont déménagé à Saint-Nicolas-de-Port en 1825, Soyer-Willemet reste en contact avec eux. Il reçoit également des visites et du courrier de son neveu16.

Lettre de Soyer-Willemet en vue de protéger ses parents
Lettre de Soyer-Willemet au maire de Saint-Nicolas-de-Port au sujet du logement des dragons chez des particuliers.

Ainsi, contrairement à ce que l’on pourrait penser, sa disgrâce physique ne semble pas l’avoir empêché d’avoir une vie épanouissante et pleine d’échanges et de partage. L’engagement de Soyer-Willemet est reconnu et même récompensé puisqu’il reçoit la Légion d’Honneur en 1847 en tant qu’agronome.

Il décède finalement en 1867, à l’âge de 75 ans, des suites d’une maladie qui le maintenait cloîtré depuis quelques mois. Sa mort est ressentie comme une immense perte pour la communauté des savants, plusieurs éloges ont été rédigés et des notices nécrologiques diffusées. La bibliothèque et les sociétés nancéiennes perdent un érudit difficilement remplaçable.

L’arabette de Soyer-Willemet, plante alpine, par Hedwig Storch [CC BY-SA 3.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)]via Wikimédia Commons.
Les éloges et notices posthumes louent les qualités humaines et le savoir de Soyer-Willemet. Mais déjà de son vivant des notices complimentaient son travail. “Arabis Soyeri” et “Willemetia Brogniart” ((Plante herbacée des régions tropicales de la famille Rhamnaceae.)) ont été nommées d’après lui.

  1. voir Jaegy (Thierry), Theoleyre (Laurent), Charles-Gaffiot (Jacques), Jean-Baptiste Soyer, peintre miniaturiste lorrain (1752-1828), Les éditions du net, Saint-Ouen, 2017. []
  2. Lamoureux (Jean-Baptiste-Justin), Notice biographique sur Pierre-Rémy Willemet, professeur de botanique, directeur du Jardin des plantes de Nancy,… Par M. Justin-Lamoureux,…, A Bruxelles, Belgique, 1808. []
  3. Bécus (Edouard), Notice biographique sur Soyer-Willemet…, Nancy, 1877. Parisot (Robert), « Allocution », dans Mémoires de l’Académie de Stanislas, 1866, p. xciii. []
  4. Bécus (Edouard), Notice biographique sur Soyer-Willemet…, Nancy, 1877. 98019 (10). []
  5. Conigliano (Commandant de), Une famille : traditions, souvenirs, vieux portraits, vieilles demeures, généalogies, Lunéville, 1928. []
  6. ms. Soyer-Willemet 9, pièce 19. []
  7. ms. Soyer-Willemet 6, pièce 8. []
  8. Soyer-Willemet (Hubert-Félix ), Revue des trèfles de la section Chronosemium, Nancy, Grimblot et Raybois, 1847, 35 p. []
  9. voir le catalogue de sa bibliothèque personnelle consacré à la botanique sur Limedia Galeries  []
  10. Les articles de Soyer-Willemet ont été montés en recueils factices sous les cotes 2267 à 2269. []
  11. ms. Soyer-Willemet 9, pièce 11. []
  12. par exemple Godron (Dominique-Alexandre (1807-1880), Zoologie de la Lorraine, ou Catalogue des animaux sauvages observés jusqu’ici dans cette ancienne province / par D.-A. Godron,…, 1863. []
  13. Le produit de cette enquête est conservé sous la cote ms. 501. []
  14. Lettre du 8 juin 1850. Archives historiques de la bibliothèque, dossier D2d. []
  15. ms. Soyer-Willemet 8, pièce 40. []
  16. voir la correspondance privée dans ms. Soyer-Willemet 8, notamment pièces 1, 22 et 24. []

Des Andes au jardin potager : petite histoire de la pomme de terre

Le Musée de l’Image à Epinal a ouvert le 19 mai dernier une exposition consacrée à l’histoire du jardin potager. Pour cette occasion, la Bibliothèque Stanislas a prêté le célèbre ouvrage de Jean-Baptiste de la Quintinie, Instructions sur les jardins fruitiers publié en 1697.

 

Le Solanum tuberosum dans l'ouvrage de Bauhini, 1671 (154 755)
Le Solanum tuberosum dans l’ouvrage de Bauhini, 1671 (154 755)

De très nombreux autres ouvrages conservés à la bibliothèque permettent de retracer l’histoire de notre pratique potagère et fruitière. L’occasion de revenir sur l’histoire de ces légumes incontournables au jardin potager, à commencer par la pomme de terre.

Pomme de terre, qui es tu ?

Premier légume consommé en France et en Europe, la pomme de terre est une des bases de l’alimentation des habitants d’un grand nombre de pays tempérés. Pourtant, il y a 400 ans, elle était inconnue en Europe et en Asie.

Elle a été définitivement nommée par Linné en 1753 comme Solanum tuberosum. Elle appartient à la grande famille botanique des solanacées, qui comprend des espèces aussi variées que le tabac, le piment, la tomate, l’aubergine, le poivron, le pétunia, la mandragore, la morelle ou le physalis.

On connaît environ 200 espèces de solanacées tubéreuses. Toutes originaires d’Amérique du Sud, on trouve les variétés originelles dans les Andes (Pérou, Bolivie) où plus de 100 espèces sauvages on été recensées et où l’on connaît plus de 400 cultivars de pommes de terre indigènes.

C’est une plante vivace par ses tubercules, mais nous la cultivons surtout comme annuelle.

Histoire de la domestication de la pomme de terre.

On pense que la pomme de terre, comme d’autres plantes à tubercules, a été domestiquée au cours d’une période avoisinant 8 000 ans av. J-C. Il s’agissait d’abord d’espèces sauvages. Ces espèces sauvages ont souvent un goût amer et contiennent plus où moins de substance toxiques. Les amérindiens, par la cueillette, la sélection de tubercules moins amers, moins toxiques, ont commencé la domestication. Ce sont ces tubercules là que les Européens découvrent lors de la conquête de l’Amérique du Sud.

On retrouve les traces de la consommation de la pomme de terre en Amérique du Sud dans les fouilles archéologiques précolombiennes : des vases représentant la pomme de terre dans des tombes par exemple. Il y a aussi, dans le culte des civilisations précolombiennes, la déesse Axomama, mère de la pomme de terre (comme il y avait la mère du maïs ou du quinoa).

La découverte par les espagnols.

Les Espagnols après la découverte du nouveau monde, s’établirent dans les Caraïbes et en Amérique Centrale. Les premières pommes de terre ont probablement été découvertes autour de 1530-1540, mais c’est en 1553 qu’un conquistador va en faire pour la première fois la description. C’est Pèdro Cieza de Leon, qui, dans sa longue marche à travers les Andes, écrira dans sa Cronica del Peru publiée en 1553 : « Dans les lieux voisins de Quito les habitants ont, avec le maïs, deux autres plantes qui leur servent en grande partie à soutenir leur existence, savoir : les papas, à racines presque semblables à des truffes, dépourvues de toute enveloppe plus ou moins dure ; lorsqu’elles sont cuites, elles ont la pulpe presque aussi tendre que la purée de châtaignes ; séchées au soleil on les appelle Chuno et on les conserve pour l’usage… ».

Son introduction en Europe.

Il n’y a pas de date précise concernant l’arrivée de la pomme de terre en Europe. Par contre on pense que les tubercules sont arrivés par deux portes d’entrée : l’Espagne (à partir des îles Canaries, première mention de transport de pomme de terre vers Anvers en 1567) et les îles britanniques, car les britanniques avaient fondé à la fin du 16e une colonie en Virginie (introduction en Angleterre vers 1590).

La pomme de terre, dans l'ouvrage de Matthioli, 1598 (100 682)
La pomme de terre, dans l’ouvrage de Matthioli, 1598 (100 682)

Le personnage clé dans la diffusion de cette plante à travers les jardins européens fut incontestablement le botaniste français Charles de l’Ecluse. En 1588, il reçoit deux tubercules et un fruit de pomme de terre. Puis l’année suivante il reçoit une aquarelle représentant un pied de pomme de terre. Il correspondait avec de nombreux autres botanistes dont le suisse Caspar Bauhin qui en fit la première description en 1598 et John Gerarde qui en imprima les premières illustrations (1596) et lui donna le nom de Solanum tuberosum. La mise en culture de cette plante date d’au moins vingt ans avant ces premières descriptions. 

Portrait de Gaspard Bauhin, 1658 (100 737)
Portrait de Gaspard Bauhin, 1658 (100 737)

Les premières mentions de la culture en Irlande datent de 1606 et ne cessent de se développer tout au long du 17e siècle. En 1780, on signalait une consommation moyenne de 3,5 kg par personne.

Comme souvent c’est pendant les guerres et les conquêtes que les soldats et fantassins amènent de nouvelles plantes. Avec la guerre de Trente ans commencée en 1617, la pomme de terre se diffuse en Allemagne et en Prusse. Toutes les descriptions à cette époque parlent de truffe de terre.

La pomme de terre dans la Botanique du territoire de Nancy, par Fonderval, 1718 (Ms 1040)
La pomme de terre dans la Botanique du territoire de Nancy, par Fonderval, 1718 (Ms 1040)

Introduction en France.

C’est dans l’est de la France que l’on signale les premières cultures de pomme de terre. Probablement arrivées par la Suisse, on signale dès le début du 16e siècle des cultures en Bourgogne et en Ardèche. Puis à la fin du 16e siècle, dans les Vosges lorraines, venant probablement d’Alsace. Au 18e siècle de nombreux textes apparaissent et enseignent la culture de la pomme de terre, notamment Le bon jardinier, édition de 1785. La production commence à se développer dans certaines régions. A Saint-Dié des Vosges, en 1758, on atteint une production d’environ 2000 tonnes de pommes de terre. A cette époque, on considérait la production de pommes de terre comme destinée aux pauvres.

Portrait de Antoine Augustin Parmentier (FG3-Parmentier)
Portrait de Antoine Augustin Parmentier (FG3-Parmentier)

Les disettes et famines étaient encore fréquentes à l’époque, liées aux mauvaises récoltes céréalières. Au 18e siècle, avec l’engouement de l’élite pour l’agriculture, les scientifiques et agronomes cherchaient un moyen d’éliminer les disettes. En 1769 et 1770, une terrible famine toucha la France. L’Académie de Besançon proposa un concours scientifique : “Indiquez les végétaux qui pourraient suppléer en cas de disette à ceux que l’on emploie communément à la nourriture des hommes et quelle en devrait être la préparation”.  Parmentier obtient le premier prix en proposant la pomme de terre. Pour convaincre le roi, il offre à Louis XVI un panier de tubercules qui sera préparé à la table du roi. Pour convaincre les savants il offre un dîner où sont proposés plus de 20 plats à base de pomme de terre. Pour convaincre les citadins, il fait garder de jour, mais pas de nuit, un grand champ de culture de pommes de terre. Pensant cette plante précieuse, les citadins volent des tubercules la nuit. De cette manière, Parmentier réussit à convaincre l’ensemble de la population de la qualité alimentaire et culinaire de cette plante.

Recherche sur les végétaux nourrissans..., Parmentier, 1781 (303 209)
Recherche sur les végétaux nourrissans…, Parmentier, 1781 (303 209)
Traité sur la culture et les usages de la pomme de terre, Parmentier, 1789 (271 133)
Traité sur la culture et les usages de la pomme de terre, Parmentier, 1789 (271 133)

La création variétale.

Au cours du siècle suivant, les scientifiques vont travailler progressivement à l’adaptation des variétés aux conditions de culture européennes et au goût des européens. Au XIX e siècle on assiste à une véritable explosion variétale. En 1777, on décrivait plus de 40 variétés, en 1810 110 variétés, en 1846 la catalogue Vilmorin en rassemble 177, celui de 1880 en propose 630. En 1920 on dépasse 2000 variétés. Avec l’industrialisation d’après-guerre, beaucoup ont disparu mais des spécimens sont conservés pour la création de nouvelles variétés.

Aujourd’hui on tend à retrouver ces variétés anciennes qui offrent une grande diversité de goûts, de couleurs, de formes ainsi que des résistances à des maladies ou des ravageurs.

Bibliographie :

Pitrat (Michel) et Foury (Claude), Histoires de légumes : des origines à l’orée du XXIe siècle, INRA, 2003. (cote DLI-467 067)

Peltre (Jean-Marie), Ces plantes que l’on mange, Chêne, 2009

Bloch-Dano (Evelyne), La fabuleuse histoire des fruits et légumes, Grasset, 2011