Archives par mot-clé : catalogue

La collection des incunables de la Bibliothèque Stanislas

Gaétan Carlier, élève archiviste paléographe de deuxième année à l’École nationale des Chartes, a procédé au récolement et au catalogage des incunables conservés la Bibliothèque Stanislas au printemps 2019. L’article qui suit est le produit de son travail.

 La Bibliothèque municipale de Nancy est riche d’une collection de 158 incunables, comprenant un ensemble de 209 titres. Cet écart entre le nombre d’unités bibliographiques et le nombre de titres s’explique par la présence de « recueils factices », ensembles de titres reliés dans une même unité.

Ce travail de catalogage avait déjà été réalisé à la fin du xix e siècle, par le bibliothécaire Justin Favier, qui publia un premier catalogue en 18831. Mais depuis, alors que la collection des incunables s’était enrichie, et que d’autres titres avaient été repérés en tant qu’incunables, c’est-à-dire imprimés avant 1501, au sein des collections de la bibliothèque, ce travail n’avait jamais pu être mené à son terme.

Pour mener à bien cette tâche ambitieuse, il s’est tout d’abord agi de repérer au sein des livres le nom de l’auteur et le titre, éléments de base pour la description d’un ouvrage. Puis viennent le lieu d’impression, le nom de l’imprimeur et la date. Si ces derniers éléments sont en général repérables en fin d’ouvrage, au colophon2.

Colophon incunable BM Nancy 105
Colophon du Quadragesimale de J. Gritsch, Nuremberg, Anton Koberger, 1483. Inc. 105.

Ce n’est pas toujours le cas, et l’on peut pour les identifier s’aider des bases de données en ligne et des éventuelles numérisations mises à disposition par des bibliothèques du monde entier. Ces bases de données (l’Incunabula Short Title Catalogue développé par la British Library, ou ISTC, et le Gesamtkatalog der Wiegendrucke de la Staatsbibliothek zu Berlin, ou GW) nous fournissent souvent les éléments manquants, et permettent d’identifier chaque édition par un numéro propre. Une fois ce travail de repérage accompli, c’est l’étude de l’exemplaire en lui-même qu’il a fallu mener, pour détecter d’éventuelles lacunes ou manques de pages (grâce à la collation et au relevé de signatures3. ), des particularités d’exemplaire comme les lettrines ou les enluminures, mais également la reliure et les marques de provenance qui nous renseignent sur l’histoire des ouvrages.

D’où viennent ces livres ?

Les incunables ne sont pas arrivés par hasard dans la bibliothèque : la plupart proviennent des « saisies révolutionnaires » ; d’autres sont arrivés par dons ; d’autres encore restent muets sur leur origine.

Les saisies révolutionnaires

Le 2 novembre 1789, l’Assemblée nationale décrète la mise à disposition de l’État de l’ensemble des propriétés et revenus ecclésiastiques du royaume. Au départ, seules les propriétés foncières et immobilières étaient visées ; mais une fois la confiscation prononcée, les nouvelles autorités se trouvèrent soudainement en charge de tout le mobilier, et en particulier des très importantes bibliothèques des maisons religieuses, auxquelles personne n’avait songé. Le 14 novembre 1789, un décret enjoint alors aux chapitres et monastères de déposer aux greffes des sièges royaux ou des municipalités les catalogues des livres et manuscrits de leurs bibliothèques et archives. Les catalogues peinant à arriver, les officiers municipaux reçurent en mars 1790 l’ordre de se rendre dans toutes les maisons religieuses de leur territoire pour dresser eux-mêmes les inventaires des bibliothèques ecclésiastiques. Dans un premier temps, après inventaire, les livres furent mis sous scellés et placés sous la garde d’un religieux ou d’un habitant du quartier. Ce n’est qu’en mai 1791 qu’on prit le parti de réunir toutes ces bibliothèques dans un seul lieu central.

À Nancy, l’abbé Marquet, sous-bibliothécaire de la Société royale des Sciences et Belles-Lettres – actuelle Académie de Stanislas –, et Claude Fachot, un homme de loi, furent nommés « commissaires bibliographes » le 17 mai 1791, pour transporter les livres dans la grande salle de l’Université de Nancy et en dresser les états. Marquet n’en était pas à son coup d’essai, puisqu’il avait été chargé en 1766 de dresser le catalogue des livres de la Bibliothèque publique de Nancy fondée par le roi Stanislas4. En six ans, ce furent près de 75 000 volumes provenant de 36 bibliothèques de maisons religieuses et de 112 maisons d’émigrés ou de détenus qui furent recueillis, installés et catalogués par les deux bibliothécaires dans les locaux de l’actuelle Bibliothèque Stanislas, tout en conservant l’ordre dans lesquels ces livres avaient été trouvés, et en séparant bien distinctement chaque bibliothèque d’origine dans la salle de dépôt5. Les registres établis à cette date sont toujours conservés à la Bibliothèque de Nancy, et listent, bibliothèque après bibliothèque, les ouvrages saisis, classés par auteur.

Même si la description des ouvrages est réduite au minimum, ce sont des sources d’une richesse formidable pour l’histoire des bibliothèques d’Ancien Régime.

Inventaire des saisies révolutionnaires BM Nancy, page de titre
Page de titre du 1er volume de l’inventaire des livres saisis dans les communautés religieuses de Nancy, 1791, ms. 743 (1).

Nancy et sa région étaient alors riches en couvents et monastères, qui possédaient pour certains de grandes et belles bibliothèques. L’une des plus renommées – Dom Calmet la considérait comme la meilleure de la région –, celle des Bénédictins de Saint-Léopold, fut saisie dès le 23 mai 1791 : il fallut quinze jours pour transporter les 3098 volumes de la bibliothèque du couvent à l’Université. Nous avons pu repérer dix incunables provenant de cette bibliothèque dans les collections de la Bibliothèque de Nancy. Mais la plus importante en nombre était celle des Bénédictins de Saint-Firmin de Flavigny-sur-Moselle. Désormais rodés à leur nouvelle occupation, les deux commissaires mirent cette fois cinq jours à déménager les quelque 4565 volumes de la bibliothèque. Nous avons pu identifier 6 incunables portant cette provenance. Quant aux 2240 volumes des Tiercelins de Nancy, ils furent saisis à partir du 19 septembre 1791. Ce sont cette fois 19 incunables qui ont pu être repérés. Parmi les autres bibliothèques religieuses possédant des incunables présents aujourd’hui à la Bibliothèque, on peut citer la communauté des chanoines de Justemont, en Moselle (8 volumes) ou encore le couvent des Capucins de Nancy (6 volumes). Les livres proviennent également de localités comme Domèvre-sur-Vezouze (chanoines réguliers), Saint-Nicolas-de-Port (capucins et bénédictins), Baccarat (carmes), Salival (prémontrés), Vic-sur-Seille (carmes). Ce sont les principales provenances religieuses que nous avons pu identifier. Les bibliothèques des couvents féminins et des émigrés étaient moins riches en livres.

Exlibris Saint-Firmin de Flavigny
Ex-libris des bénédictins de Saint-Firmin de Flavigny-sur-Moselle sur Stultifera navis, Sebastian Brant, Johann Bergmann, Bâle, 1497. Inc. 20.

Les autres modes d’acquisition

Les saisies révolutionnaires ne furent cependant pas le seul mode d’entrée des incunables à la bibliothèque. Un volume (Inc. 115) était déjà présent dans les collections de la bibliothèque publique fondée par le roi Stanislas, et porte l’ex-libris de celle-ci : il s’agit d’un recueil de littérature classique (Macrobe, Virgile, Pline, Suétone)6. Certains sont également entrés par dons (provenances Haldat, Mathis, Carpe, Marchal, Vagner). Les volumes de la bibliothèque de Pont-à-Mousson sont également arrivés à la fin du xix e siècle, et sont eux-mêmes issus des fonds de l’Abbaye Sainte-Marie-Majeure ou du Collège Saint-Louis.

Les saisies faisant suite à la loi de 1905 amenèrent d’autres livres à la bibliothèque, en particulier ceux du couvent des Dominicains de Nancy, premier couvent dominicain refondé par le père Lacordaire, en 1843, qui avait bénéficié d’un legs important de 12 000 volumes de la part de l’abbé Michel, ancien curé de la cathédrale7.

Ce sont en tout près de 90 incunables sur 158 dont l’origine religieuse est clairement établie. Si certains ne portent pas de marque de provenance, nombreux sont ceux dont l’origine est difficile à identifier malgré les inscriptions. Ils portent la marque de leurs propriétaires successifs, mais le biais par lequel ils sont arrivés à la bibliothèque reste souvent inconnu.

Des provenances intéressantes

On peut cependant remarquer quelques provenances sortant du lot. C’est le cas de quatre volumes en particulier :

  • L’incunable 69 est particulièrement intéressant, car c’est un livre qui a beaucoup changé de mains. Il s’agit d’un commentaire de la Règle de Saint Benoît (Expositio regulae S. Benedicti) par le dominicain Juan de Torquemada (1388-1468), imprimé à Paris, par Pierre Levet pour Nicolaus Militis, le 4.V.1491 (ISTC it00516000). Il appartint dans un premier temps à Dom Nicolas Loupvent (v. 1490-1550), célèbre pour son voyage en Terre Sainte au début xvi e siècle8, puis prieur de l’abbaye Saint-Mihiel à partir de 1543. On trouve ensuite l’ex-libris de l’abbaye Saint-Laurent de Liège et de son abbé Oger de Loncin (1586-1633). Suivent les ex-libris de l’abbaye Saint-Evre de Toul, de Saint-Léopold de Nancy, et enfin de Saint-Firmin de Flavigny.

    4 marques de propriété sur un même incunable
    Marques de provenance successives sur Expositio regulae Sancti Benedicti, Juan de Torquemada, Pierre Levet pour Nicolaus Militis, Paris, 1491. Inc. 69.
  • L’incunable 37, lui, provient de Jacques des Fours et de la famille des Moines9 (recueil factice composé du Physiologus de Theobald, du De proprietatibus de Cicéron et d’Auctoritates) (ISTC it00140000, ic00671000 et ia01189000).
Ex-libris et essais de plume
Marques de provenance sur un recueil factice. Inc. 37.
  • L’incunable 101 aurait appartenu à Jean Bleyer de Bariscord, peintre à Nancy à la fin du xvi e siècle, et qui travailla aux peintures de la Galerie des Cerfs et aux appartements du palais ducal10 – on retrouve dans le livre une devise (la sienne ?), « Amour, honneur et foy mouront avec moy » –  mais aussi à Melchior de La Vallée, premier aumônier du duc Henri II de Lorraine, et brûlé pour sorcellerie en 163111. Il s’agit d’une Légende dorée de Jacques de Voragine, par Georg Husner, Strasbourg, 1479 (ISTC ij00092000).
Ex-libris de Jean Bleyer de Bariscord, peintre
Ex-libris de Jean Bleyer de Bariscord sur une Légende dorée, Georg Husner, Strasbourg, 1479. Inc. 101.
Ex-libris de Melchior de La Vallée
Ex-libris de Melchior de La Vallée sur la Légende dorée, Georg Husner, Strasbourg, 1479. Inc. 101.
  • L’incunable 20, enfin, porte les armoiries de Nicolas Vassart, célèbre bibliophile lorrain du xvii e siècle, avocat au siège de Bar et poète. À sa mort, ses livres furent vendus à Dom Charles de Vassimont, prieur de Saint-Firmin de Flavigny, dont on peut voir l’ex-libris dans l’ouvrage. Il s’agit du célébrissime ouvrage de Sebastian Brant, La Nef des fous, imprimé à Bâle par Johann Bergmann le 1.VIII.1497 (ISTC ib01090000). L’exemplaire possède, comme nombre de livres de Vassart, une belle reliure en veau fauve, avec filets dorés et aux armes, au chevron d’or accompagné de trois fleurs de lys, avec pour cimier un vase qui arde et qui est enflammé12.

L’intérêt de la collection

Des sujets d’étude variés

De par leurs provenances variées, de bibliothèques religieuses comme laïques, les incunables de la bibliothèque de Nancy sont assez représentatifs des grands domaines de la pensée traités par l’imprimerie au xv e siècle. On peut les regrouper en grands champs de la pensée, selon la classification Brunet-Parguez13 :

  • La religion, avec 89 titres, représente 43% des titres ;
  • Le droit et la jurisprudence, avec 21 titres, 10% ;
  • Les sciences et arts, dominés par la philosophie et la médecine, avec 47 titres, 22,5% ;
  • Les belles lettres, avec 24 titres, 11,5% ;
  • L’histoire et ses sciences auxiliaires, avec 28 titres, 13%.

 Des livres rares et moins rares

Si la bibliothèque de Nancy ne possède pas d’édition non référencée dans les bases, elle dispose en revanche d’éditions rares, voire très rares. On citera en particulier, parmi les exemplaires dont nous n’avons pas trouvé de numérisation en ligne :

  • pour la religion : L’aiguillon d’amour divine de Saint Bonaventure traduit par Jean Gerson, Paris, Jean Lambert pour André Bocard, 1.III.1493 (Inc. 25, ISTC ib00969300), un Manuale Tullense imprimé à Bamberg par Johann Sensenschmidt (Inc. 26, ISTC im00212760), les Formalitates d’Etienne Brulefer imprimées à Paris (Inc. 32 b, ISTC non déterminé) ;
  • pour le droit : une très rare édition du Processus judiciarius de Johannes de Auerbach, imprimé à Paris par Antoine Chappiel pour Claude Jaumar le 10.X.1500 (Inc. 1, ia01212400) et les Cautelae de Bartolomeo Cipolla imprimées à Lyon par Hémon David le 10.VII.1495 (Inc. 51, ISTC ic00383400) ;
  • pour les sciences, arts et philosophie, une édition des Destructiones modorum significandi de Pierre d’Ailly imprimée à Paris par Georges Mittelhus à Paris (Inc. 42 h, ISTC ia00471500), ainsi que le Textus abbreviatus in cursum totius logices Aristotelis de Thomas Bricot imprimé à Lyon le 10.V.1494 (Inc. 50, ISTC ib01201300) ;
  • pour les belles-lettres, le De eloquentia de Gasparin de Bergame imprimé à Paris par Antoine Caillaut (Inc. 38 b, ISTC ib00260400) ou le Modus epistolandi de Francesco Negri, imprimé à Strasbourg par Georges Mittelhus le 14.VIII.1490 (Inc. 38 e, ISTC in00235000) ;
  • pour l’histoire, un Breviarium historiarum de Landulphe Sagax imprimé à Poitiers par Jean Bouyer le 14.VIII.1479 (Inc. 12, ISTC ic00783000). Il s’agit du premier livre imprimé à Poitiers.

La bibliothèque possède même un unicum, en l’occurrence l’Interpretatio in Laurentii Vallae Elegantias latinae linguae de grammairien Guy Jouenneaux, imprimé à Paris par Pierre Levet le 4.VII.1491 (Inc. 38 a, ISTC ij00667850). Il s’agit d’un commentaire sur l’œuvre de l’humaniste Lorenzo Valla (De Latinae Linguae Elegantiis, 1444), défenseur du latin classique contre la maladresse du latin médiéval.

L’incunable le plus ancien de la bibliothèque est le De arte praedicandi de Saint Augustin, quatrième livre de la Doctrine chrétienne, véritable manuel pour l’orateur chrétien, imprimé à Mayence par Johann Fust et Peter Schöffer, successeurs de Gutenberg, daté d’avant 1467, mais sans la célèbre marque typographique (Inc. 84, ISTC ia01227000).

Incipit d'un ouvrage de grammaire unicum de la BM de Nancy
Guy Jouenneaux, Interpretatio in Laurentii Vallae Elegantias latinae linguae, Pierre Levet, Paris, 1491. Inc. 38a

La bibliothèque possède également des ouvrages très célèbres et répandus à l’époque incunable, mais qui nous surprennent toujours par leur aspect spectaculaire. On a déjà cité la Nef des Fous de Sébastien Brant imprimée à Bâle par Bergmann le 1.VIII.1497, à laquelle on peut ajouter la première édition de la fameuse Chronique de Nuremberg d’Hartmann Schedel imprimée par Koberger le 12.VII.1493, portant l’ex-libris du couvent des Bénédictins de Saint-Léopold de Nancy (Inc. 148, ISTC is00307000).

Extrait du registre des saisies révolutionnaires
Notice de la « Chronique de Nuremberg » dans l’inventaire des livres saisis dans les maisons religieuses de Nancy. Ms. 743 (1).

On citera également les superbes éditions des œuvres de Térence et d’Horace, imprimées en 1498 et 1499 par Johann Grüninger à Strasbourg, abondamment illustrées (Inc. 112 a et b, ISTC it00101000 et ih00461000).

Incipit de Térence
Térence, Johann Grüninger, Strasbourg, 1499. Inc. 112b

Une base de référence pour faire l’histoire des premiers livres imprimés

La collection des incunables de la Bibliothèque de Nancy est assez représentative de la production imprimée du xv e siècle. On notera cependant une plus forte proportion de livres imprimés dans l’espace français. Les lieux d’impression se répartissent comme suit : 83 titres sur 209 ont été imprimés dans l’espace germanique (dont 31 en Alsace), soit 40%, 79 dans l’espace francophone, soit 37.5%, 46 en Italie, soit 22%, et un titre à Louvain (Pays-Bas). Les villes d’imprimerie les plus représentées sont Paris (57 titres), Venise (31), Strasbourg (28), Lyon (27), Nuremberg (14), Bâle (13) et Cologne (13).

Une étude pourrait être consacrée aux reliures, souvent d’époque, ou encore aux enluminures de ces ouvrages. Les livres sont la plupart du temps décorés à la main, rubriqués en rouge en général. On trouve également de belles lettrines ornées, ou des miniatures : le livre imprimé s’est en effet longtemps inspiré du manuscrit, en imitant ses codes. L’étude sérielle nous a permis de faire des analogies, notamment entre des lettrines ornant des livres sortis de l’atelier d’Anton Koberger (1443-1513), l’un des plus grands imprimeurs de l’époque incunable. Grâce à la numérisation, il a été possible de rapprocher les lettrines du Quadragesimale de Johann Gritsch, 7.III.1483 (Inc. 105, ISTC ig00499000) avec celles de deux exemplaires du Summa de casibus conscientiae d’Astesano imprimés par le même Koberger le 11.V.1482 (ISTC ia01170000) et conservés à Jérusalem et à Cologne. Cela corrobore les propos de Henri-Jean Martin, qui parle de véritable travail en série pour la production de Koberger, lui autour duquel s’affairaient « une centaine de compositeurs, de pressiers, de correcteurs, de graveurs et de relieurs »14. Ces lettrines très caractéristiques se reconnaissent à leur encadrement à huit compartiments de couleurs différentes, au fond d’or orné de petites roses, et à la simplicité des lignes.

Lettrine caractéristique des décors de Koberger
Johann Gristch, Quadragesimale, Anton Koberger, Nuremberg, 1483. Inc. 105.

On pourrait évidemment trouver bien d’autres choses à dire sur la riche collection des incunables de la Bibliothèque de Nancy. Une étude plus générale à l’échelle de la Lorraine serait très intéressante, et nous attendons avec impatience le travail des autres bibliothèques de la région sur leurs incunables, en appelant de nos vœux la future publication du catalogue régional des incunables de Lorraine15.

Gaétan Carlier

Les notices de catalogage des incunables mises à jour sont en cours d’intégration dans la base Co-libris. L’index « fonds patrimonial » de la fonction de recherche avancée permet de trouver la collection complète avec le mot « incunables ».

Claire Haquet

  1. Favier, Justin, Catalogue des incunables de la bibliothèque publique de Nancy, Paris et Nancy, 1883. Ce catalogue ne contient que 157 titres. Un supplément a été ajouté à la main dans l’exemplaire du cabinet du conservateur de la Bibliothèque, mais présente quelques inexactitudes, et est partiellement complet. []
  2. Colophon : « formule relativement développée où sont consignés le lieu et la date de l’impression et le nom de l’imprimeur, parfois aussi celui de l’auteur, placée à la fin du texte. […] Parfois la date manque (c’est le cas pour près de la moitié des incunables), d’où l’importance du travail de datation. […] Très fréquents dans les incunables, les colophons tendent à disparaître au cours du xvi e siècle, à partir du moment où se développe la page de titre et où la date et l’adresse du libraire y sont portées. » (Dictionnaire encyclopédique du Livre, Editions du Cercle de la Librairie, 2002). []
  3. Signature : système de numérotation des cahiers et des feuillets au sein de ces cahiers. « C’est pour aider le relieur à disposer dans le bon ordre les cahiers d’un livre que les imprimeurs ont pris l’habitude de désigner chaque cahier par une lettre de l’alphabet, imprimée normalement en bas à droite, et de faire suivre ces lettres d’un chiffre indiquant la succession des feuillets » (Dictionnaire encyclopédique du Livre, Editions du Cercle de la Librairie, 2002). Le relevé de signatures permet d’identifier précisément une édition, car le système varie d’une édition à l’autre, et donc de distinguer facilement une édition d’une autre. []
  4. [Marquet, Abbé], Catalogue des livres de la Bibliothèque royale de Nancy, fondée par le Roi de Pologne, Duc de Lorraine et de Bar, Nancy, 1766. []
  5. Favier, Justin, Coup d’œil sur les bibliothèques des couvents du district de Nancy pendant la Révolution, Nancy, 1883. []
  6. [Marquet, Abbé], Catalogue…, p. 177, n° 1516. []
  7. Varry, Dominique (dir.), Histoire des bibliothèques françaises, Tome III : Les bibliothèques de la Révolution et du xix e siècle, 1789-1914, 1991, p. 467. []
  8. Lanher, Jean et Martin, Philippe, Dom Loupvent, Récit d’un voyageur lorrain en Terre Sainte au xvi e siècle, Editions Place Stanislas, 2007. []
  9. Bibliothèque municipale de Nancy, Un livre d’heures nancéien : le manuscrit des Fours, 2003. Sur la famille des Fours, voir p. 119 sqq. []
  10. Lepage, Henri, Quelques notes sur des peintres lorrains des xv e, xvi e et xvii e siècles, Nancy, 1853 et Jacquot, Albert, Essai de répertoire des artistes lorrains, Paris, 1900. []
  11. Un fac-similé de l’écriture de La Vallée se trouve dans l’article d’Henri Lepage, « Melchior de La Vallée et une gravure de Jacques Bellange », Mémoires de la société d’archéologie lorraine et du musée historique lorrain, Nancy, 1882. []
  12. Favier, Justin, « Les livres de Nicolas Vassart à la Bibliothèque publique de Nancy », Journal de la société d’archéologie lorraine et du musée historique lorrain, Nancy, 1882. []
  13. Classification élaborée par Henri-Jean Martin et Guy Parguez en 1969 à la Bibliothèque de Toulouse, se basant sur le cadre de la Table méthodique du Manuel du libraire de Jacques-Charles Brunet (1865), reprenant l’ancienne classification des libraires où les sujets étaient répartis en cinq classes : théologie, droit, sciences et arts, belles-lettres, histoire. Elle est disponible ici : http://documentation.abes.fr/sudoc/autres/BrunetParguez.pdf. []
  14. Febvre, Lucien, et Martin, Henri-Jean, L’apparition du livre, Paris, 1958, réed. 1999, p. 185. []
  15. Une enquête rapide auprès des bibliothèques patrimoniales lorraines montre que le chantier a commencé un peu partout, et les premières comparaisons entre collections trahissent des résultats particulièrement disparates.  Après les travaux d’Albert Ronsin sur l’imprimerie, une étude de la circulation des livres dans l’espace lorrain serait intéressante. [C. H.] []

Le chantier des collections atteint sa vitesse de croisière

Après trois années d’élaboration de projet et surtout d’intenses réorganisations de locaux entiers, tant de stockage que publics, l’année 2016 a vu l’achèvement de certaines phases de chantier et le passage en production des nouveaux services. La poursuite des réaffectations de locaux s’effectue de manière plus ciblée grâce à de nouveaux outils.

La conversion rétrospective permet de faire émerger des collections particulières du XIXe siècle telles que la bibliothèque de Henri-Georges Boulay de la Meurthe
La conversion rétrospective permet de faire émerger des collections particulières du XIXe siècle telles que la bibliothèque de Henri-Georges Boulay de la Meurthe

L’achèvement de la conversion rétrospective des catalogues

Entamée en 2014 avec le soutien financier et logistique de la Bibliothèque nationale de France, la conversion rétrospective du catalogue des ouvrages imprimés (1811-1970) s’est terminée à l’été 2016. Après la phase de validation, plus de 80 000 notices ont fait leur entrée au catalogue Co-libris au dernier trimestre 2016 et seront bientôt visibles au sein du Catalogue collectif de France.

Le succès pour les nouveaux services liés aux collections

Le passage en libre-accès des périodiques récents et des monographies acquises pour le fonds d’étude s’est traduit par une augmentation de leur utilisation sur place et en prêt à domicile de l’ordre de 10 %. Cela peut paraître faible mais le public visé est nettement moins large qu’en médiathèque.

L'accueil de la Bibliothèque Stanislas lors de la présentation d'une nouvelle acquisition
L’accueil de la Bibliothèque Stanislas lors de la présentation d’une nouvelle acquisition

La mise en ligne via Gallica d’ouvrages de référence sur l’histoire de Nancy et les nouveaux chargements effectués sur le Kiosque lorrain et sur Flickr n’ont pas eu d’impact négatif sur la fréquentation de la salle patrimoniale. Au contraire, peut-être, le nombre de documents physiques consultés a bondi de 30 % et le courrier scientifique (incluant les demandes de reproduction) de 15 %.

La poursuite de la réaffectation des magasins

Collections du dépôt légal

La rétroconversion des notices permet de repérer et relocaliser plus rapidement les monographies qui sont concernées par le changement de magasin. La politique à suivre est désormais formalisée.

Périodiques

Le repérage des différents fonds dispersés a été effectué. Les titres patrimoniaux ont vocation à être rassemblés dans des locaux particuliers. Ainsi, l’abandon du magasin de sous-sol a été l’occasion de réaffecter un autre lieu à l’accueil des journaux locaux morts. Ceux-ci ont fait l’objet auparavant d’une campagne soignée de catalogage, d’informatisation des fascicules, de conditionnement voire de réparation.

Vue du petit grenier
Vue du petit grenier

Les collections de revues académiques font actuellement l’objet d’une sélection serrée menée en lien étroit avec l’Université de Lorraine et les autres institutions documentaires de conservation du Grand-Est.

Enfin, les collections d’échanges de publications de sociétés savantes déposées par l’Académie de Stanislas sont en cours de réunion pour analyse de leur intérêt au regard de la politique de grande ampleur menée par la BnF.

Le fonds du Dépôt Légal dans les fonds de la Bibliothèque : d’un agrégat complexe vers un nouveau parti pris.

Au début du chantier des collections, il nous a paru évident que nous ne ferions pas l’économie d’analyser l’existant pour dessiner les contours de l’organisation de nos collections. Cette réalité organisationnelle mise à plat, des paradoxes sont identifiés, des questions sont soulevées qui nous ont conduits vers un nouveau parti pris.

Les registres papier des trois fonds
Les registres papier des trois fonds

Organisation des fonds contemporains de la Bibliothèque Stanislas jusqu’en 2015

La cartographie des monographies après 1945 en début de chantier : état des lieux

À la Bibliothèque Stanislas, nous distinguons trois grandes entités :

  • le fonds d’étude ;
  • le fonds des beaux-arts ;
  • le fonds local.

Chacun de ces fonds disposait de tranches de cotes en fonction du format (petit/moyen/grand).

Le fonds d’étude

Autrement dénommé fonds général, il comprend les ouvrages de 1945 à aujourd’hui dont le sujet n’entre ni dans le fonds des beaux-arts ni dans le fonds local lorrain. Il est empruntable à domicile ; il se veut dynamique et son accroissement doit être maîtrisé. Il n’a pas vocation à être conservé : les documents peuvent être désherbés ou requalifiés si besoin. Il dispose de cotes dédiées et d’un espace en magasin.

Le fonds des beaux-arts

Des tranches de cotes spécifiques lui confèrent un statut particulier qui le distingue du fonds général. En considérant son antériorité, sa volumétrie et sa spécificité, il est considéré comme un fonds de qualité reconnu sur le territoire lorrain. Cependant, sa logique de gestion est celle d’un fonds courant, empruntable à domicile, qui n’a pas vocation à être conservé.

Le fonds local

Ce fonds local contemporain enrichit un fonds lorrain ancien, riche, relatif au territoire de la Lorraine. Celui-ci est patrimonialisé de fait : les documents ont vocation à être conservés et l’exhaustivité est recherchée. Il dispose de tranches de cotes et d’espaces de rangement dédiés.

Les registres papier des trois fonds
Les registres papier des trois fonds

Le traitement des monographies du  fonds du dépôt légal en début de chantier

Dans cette cartographie des ouvrages après 1945, quelle place pour les monographies reçues au titre du dépôt légal ? Comment ce fonds patrimonial s’agrège-t-il dans l’ensemble des fonds de la Bibliothèque ?

L’ensemble des documents reçus au titre du dépôt légal constitue un fonds caractérisé par sa provenance : on parlera du fonds du dépôt légal.

Lorsque nous entamons cette cartographie en 2013, l’usage en cours à la Bibliothèque Stanislas ne tient pas compte du fonds du dépôt légal en tant qu’entité patrimoniale spécifique. Au contraire, celui-ci est éclaté dans les fonds courants de la bibliothèque en fonction d’un intérêt supposé du public pour son contenu intellectuel.

Quatre cas de figures différents se dégagent

Cas de figure 1 et 2

Après son enregistrement dans le registre du dépôt légal, si le document est un livre beaux-arts, il rejoint le fonds des beaux-arts. Si le document apporte une plus-value au fonds d’étude, il rejoindra cet ensemble. L’environnement pour ces deux ouvrages est celui d’un fonds courant,  susceptible donc d’être désherbé. Le statut patrimonial des documents du dépôt légal qui se trouvent donc dans ces deux fonds ne les isole pas physiquement en tant que documents patrimoniaux. Comment dans ces conditions garantir leur inaliénabilité, comment garantir les conditions de conservation qu’exige tout document patrimonial ?

Cas de figure 3

Le sujet de la monographie réceptionnée au titre du dépôt légal entre dans la problématique du fonds lorrain : le document ira rejoindre le fonds local lorrain. Il participe pleinement à l’enrichissement de cet ensemble. Cet environnement patrimonialisé le préserve totalement : documents conservésconditions de préservation garanties.

Cas de figure 4

Le document n’entre dans aucun des 3 cas de figure précédents, il est relégué dans des magasins distants dont une partie est destinée à recevoir uniquement les ouvrages du dépôt légal. Il est catalogué mais c’est le numéro d’enregistrement du dépôt légal qui sert de cote de rangement.

Questions et paradoxes soulevés par cette cartographie.

En même temps que cette analyse, le chantier de désherbage des collections se mettait en mouvement. Seuls les monographies du fonds d’étude après 1945 étaient concernées par ce chantier. La problématique  des ouvrages du dépôt légal dans ce fonds courant a très vite été mise en évidence : quelle logique de gestion pouvons-nous mettre en place alors que des documents patrimoniaux cohabitent avec des documents non patrimoniaux ? Comment les préserver d’un désherbage trop précipité ? Comment garantir leur valeur patrimoniale : la gestion d’un fonds courant ne peut distinguer donc protéger les documents patrimoniaux ? Toutes ces questions nous ont amenés à la décision  de distinguer et de traiter les documents en fonction de leur destination patrimoniale ou non.

Le parti pris aujourd’hui pour les monographies du dépôt légal

Les signets rouges identifiant les ouvrages du dépôt légal mêlés au fonds général.
Les signets rouges identifiant les ouvrages du dépôt légal mêlés au fonds général.

Pour les monographies du dépôt légal qui ont rejoint le fonds local de la Bibliothèque.

Le fonds local de la Bibliothèque constitue comme nous l’avons vu un fonds d’excellence, patrimonial. Aucun retrait de monographies ne s’opère dans cet espace. Les documents patrimoniaux du dépôt légal qui s’y trouvent sont donc totalement préservés. Les conditions de conservation sont garanties. Ce fonds est également celui qui est le plus consulté de la Bibliothèque.

Tous ces éléments posés, il nous parait pertinent de maintenir ce choix puisque cet environnement répond à toutes les  conditions d’un fonds patrimonial. De plus, sa localisation dans le bâtiment principal permet d’accéder rapidement à une demande de consultation formulée par un usager ce qui est un élément positif pour notre mission de service public.

Pour les monographies du dépôt légal qui ont été intégrées soit au fonds des beaux-arts soit au fonds général.

Que des documents patrimoniaux comme les monographies du dépôt légal cohabitent avec des documents non patrimoniaux, sans exigence de conservation, nous a paru être une attitude  qui ne garantit pas notre mission patrimoniale envers ce fonds.

La question particulière du fonds des beaux-arts dans notre bibliothèque nous a interrogé un certain temps mais ne nous a pas fait modifier notre décision. Ce fonds de qualité reconnue, n’est pas pour le moment un fonds patrimonial.

Ces constats faits, une possibilité organisationnelle s’offre à nous. En effet nous disposons dans des magasins distants d’un espace de compactus de 2 km linéaires de rayonnage offrant toutes les garanties de conservation.

Il est décidé de retirer des rayons des deux fonds (fonds général et beaux-arts) les documents issus du dépôt légal dont nous ne pouvions garantir les conditions de conservation et de consultation. Ce nouveau parti pris nous permet également d’en mesurer l’accroissement ce qui ne pouvait être fait auparavant. Il nous permet enfin de mieux l’appréhender pour mieux l’étudier.

Les compactus : magasin dédié au dépôt légal
Les compactus : magasin dédié au dépôt légal

Le chantier des collections : un travail toujours en cours

Ce travail de relocalisation et les premiers déménagements nous ont confortés dans notre décision : quatre fonds bien distincts (fonds général, fonds des beaux-arts, fonds local, fonds du dépôt légal), rassemblés dans des espaces dédiés et qui garantissent un environnement selon leur destination patrimoniale ou courante.

250 mètres linéaires de monographies de moins de 25 cm ont déjà été retirés du fonds d’étude et relocalisés dans les magasins distants dédiés au dépôt légal. Ce travail se poursuit avec les documents de plus grand format et s’achèvera avec les documents du dépôt légal des beaux-arts.

Le chantier des collections a permis de progresser dans l’appréhension du fonds du dépôt légal des imprimeurs lorrains. Une démarche identique a été mise en place pour les périodiques du dépôt légal : les périodiques lorrains restent dans les magasins du fonds local, les autres périodiques  rejoignent les magasins distants.

De l’agrégat confus du début nous avons construit un projet qui nous semble plus pertinent, plus simple et bien plus justifié compte tenu de la destinée patrimoniale des ouvrages issus du dépôt légal.

 

Le chantier des collections (2013-2015)

La bibliothèque est un organisme vivant qui doit s’adapter aux changements de son environnement politique et documentaire.

Une étape normale dans la vie d’une bibliothèque historique

La Bibliothèque municipale de Nancy a déjà vécu plusieurs réorganisations profondes de ses collections :

  • entre 1793 et 1803, avec l’arrivée massive des confiscations révolutionnaires : inventaires, signalement, mises à disposition ;
  • dans les années 1890, sous la direction de Justin Favier, qui l’a introduite dans la modernité : rédaction de catalogues, recotation massive, réaménagement ;
  • dans les années 1950, pour se tourner vers la lecture publique : nouvelle recotation des magasins, ouverture des sections de lecture publique

Relativement protégée lors de l’ouverture de la Médiathèque de la Manufacture en 1992, la Bibliothèque Stanislas a vu il y a tout juste un an démarrer un nouveau « chantier des collections », s’inscrivant dans la continuité des précédents. Prévu pour durer au moins 3 ans, il se justifie par l’accumulation des collections et leur dispersion, due aux agrandissements, aménagements et choix successifs de ses directeurs.

Les signets matérialisent les ouvrages du DL éparpillés dans le fonds général
Les signets matérialisent les ouvrages du DL éparpillés dans le fonds général 

3 objectifs

Le premier objectif du chantier ainsi engagé consiste à repérer et rassembler les collections dispersées. Que ce soit par le biais du catalogue (conversion rétrospective, informatisation des collections spécialisées, numérisation des fonds) ou de manière tout à fait matérielle (pose de signets, isolement du dépôt légal), il s’agit d’un travail de fourmi qui requiert l’ensemble des compétences que l’on peut trouver dans une équipe de bibliothécaires, depuis la manutention jusqu’à l’identification d’un ex-libris.

Le deuxième objectif est de traiter les collections selon leur destination : collections patrimoniales ou collections courantes. Le repérage et le tri des collections non patrimoniales (collections courantes du fonds d’étude) permet de dégager des locaux dévolus aux fonds pérennes. Une nouvelle réserve précieuse est en cours d’aménagement pour les manuscrits (5 localisations actuellement) et les estampes (5 localisations également). Il est aussi prévu de rassembler physiquement toutes les collections lorraines dans un magasin et tout le dépôt légal dans un autre.

Enfin, le troisième objectif, à plus long terme, est d’entamer la phase suivante de l’histoire de la bibliothèque : l’étude approfondie de ses collections patrimoniales afin d’en proposer une meilleure valorisation.

Les fiches à trier en vue de la rétroconversion
Les fiches à trier en vue de la rétroconversion, soit plus de 340 tiroirs

5 équipes

Cette grande entreprise de remise en ordre a pu voir le jour grâce à la constitution de 5 équipes, impliquant l’ensemble du personnel de la Bibliothèque Stanislas, qui travaillent simultanément et souterrainement (car rien de tout cela n’est visible du public) à la réalisation des objectifs du chantier des collections :

  • l’équipe « rétroconversion », chargée de préparer et mener à bien l’informatisation de 90 000 notices d’imprimés qu’on ne trouve toujours pas dans le Catalogue collectif de France ;
  • l’équipe « monographies », chargée de chasser dans le fonds postérieur à 1945 tout ce qui ne doit pas s’y trouver, des ouvrages obsolètes aux rara du Fonds lorrain échouées là on ne sait pourquoi ;
  • l’équipe « périodiques », qui dénoue la tapisserie complexe des cotes enchevêtrées entre abonnements vivants, morts, titres du dépôt légal (ou pas, ou plus, ou partiellement) et périodiques régionaux ;
  • l’équipe « fonds lorrain », qui ravaude patiemment sa collection éparpillée au gré du vent, en dépit des quantités de cotes, de travées et de morceaux de magasins déjà identifiés1  ;
  • l’équipe « réserves », qui a pour mission de déployer les imprimés, les manuscrits et le Cabinet des Estampes dans les locaux existants et la meilleure proximité des recommandations concernant la conservation.

Il  s’y ajoute une méta-équipe « rationalisation », composée de l’ensemble des chefs d’équipe ainsi que de quelques collègues qualifiés (responsable du dépôt légal, responsable des collections de lecture publique du réseau) qui planifie, affecte, réaffecte et prévoit sur un plus long terme les déplacements de collections puis les priorités dans la politique documentaire du site et sa politique scientifique.

Les problèmes
Les boites à problèmes

Et dans la réalité…

Le chantier des collections est au quotidien un chantier où l’on fait des trouvailles, où l’on charrie des cartons, où l’on lève les yeux au Ciel, où l’on s’arrache les yeux sur un codage bizarroïde…

Mais on y rit beaucoup et souvent, aussi ; on célèbre les petites étapes franchies ; et bien qu’on soit encore loin d’une parité entre les tonnes de papier déplacées et la quantité de confiseries englouties, on est loin de s’y laisser mourir de faim !

 

 

  1. Le tiers des petits formats n’était pas à l’inventaire : 6000 numéros à ajouter aux registres ; 30% du fonds est passé à travers la campagne de rétroconversion pour des raisons inconnues : un chantier de catalogage de 4000 notices nous attend à partir de 2016. Et tout cela pour un fonds « très bien connu » []

Bibliothèque Nancy Renaissance (2013)

La BmN a participé au grand événement « Renaissance Nancy 2013 » autrement qu’en organisant une  exposition de ses trésors. Un peu déstabilisant au départ, ce parti pris s’est révélé particulièrement fécond car il a obligé les bibliothécaires à imaginer d’autres formes d’étude et de valorisation des collections du xvie siècle.

Les réalisations

Le site internet "Bibliothèque Renaissance à Nancy"
Le site internet « Bibliothèque Renaissance à Nancy »
  1. un site internet, Bibliothèque Nancy Renaissance, rassemblant à la fois des contenus destinés à un large public (une exposition virtuelle, des jeux) et des contenus scientifiques : une base de documents numérisés (1080 items à ce jour, tous sous Licence Ouverte), un inventaire scientifique des estampes lorraines du xvie siècle et une carte des imprimeurs lorrains.
  2. des ressources bibliographiques, sur un compte Zotero, et sous forme de livret pour présenter certains des ouvrages numérisés pour l’occasion.
  3. des contributions importantes aux différentes expositions organisées par les musées de Nancy et de Lorraine : expositions d’histoire au Musée lorrain, scientifiques au Muséum-Aquarium, au Jardin botanique et au Musée de l’Histoire du Fer de Nancy, artistiques aux musées de Toul et de Bar-le-Duc. Au total, près d’une centaine d’œuvres de nos collections ont été montrées au public.
  4. des contributions à la valorisation de l’événement sur internet et les réseaux sociaux : réalisation de reportages pour la page Facebook et le compte Flickr consacrés à l’événement, demande d’archivage du site événementiel auprès du service du Dépôt légal du Web à la BnF, la dissémination sur notre compte Flickr ou Pinterest de quelques pièces remarquables.
  5. un programme culturel varié destiné aux usagers du réseau des bibliothèques : concert, ateliers pour enfants, conférences, rencontres, présentations d’œuvres patrimoniales en quartier…
  6. à l’interne, un travail important sur les collections elles-mêmes : exploration du fonds par des statistiques, catalogage et conditionnement des œuvres (estampes, manuscrits et imprimés) manipulées, numérisées et/ou prêtées, conception et production du site internet, accueil et encadrement de stagiaires.

Le bilan

De nombreux points positifs

"L'annonce faite aux bergers", Livre de prières de la famille Des Fours (vers 1525), BmN ms. 1874. - Licence ouverte
« L’annonce faite aux bergers », Livre de prières de la famille Des Fours (vers 1525), BmN ms. 1874. – Licence ouverte

Cette année consacrée au xvie siècle a permis sur le plan scientifique de renforcer la connaissance du fonds du xvie siècle, au-delà des œuvres emblématiques, notamment dans le fonds iconographique (recherche et inventaire des estampes du xvie siècle dans les recueils factices disséminés dans les collections d’imprimés), ainsi que de nouer des collaborations avec des institutions de la région et des chercheurs locaux.

La gestion du fonds patrimonial s’est également améliorée grâce à cet événement : la quantité de documents numérisés et/ou prêtés en peu de temps a obligé à la mise en place de circuits de traitement (repérage/constat d’état/catalogage/conditionnement/départs/contrôle/retours) beaucoup plus formalisés. Par là même, davantage d’agents du service ont été impliqués, tant pour les tâches bibliothéconomiques que pour les relations avec les emprunteurs, prestataires et différents publics rencontrés.

Quelques regrets

Un certain manque d’anticipation a empêché de traiter l’intégralité de la collection des imprimés du xvie siècle (3 000 ouvrages) et de finaliser le catalogue des manuscrits des xvexvie siècles.

Certains emprunteurs ont semblé ne pas tenir compte l’existence de délais de traitement des œuvres écrites ou graphiques préalablement à un prêt, pourtant comparables à celles d’œuvres muséales, ainsi que du fait qu’elles n’étaient pas seules sur l’événement, et ont tardé à formuler leurs demandes, imposé des changements de dernière minute difficiles à satisfaire compte tenu du nombre d’œuvres traitées simultanément.

Enfin, l’offre culturelle proposée par le réseau des bibliothèques était de grande qualité, mais a dû être concentrée en peu de temps (l’événement Renaissance Nancy 2013 a duré de mai à juillet 2013) et a donc pâti du foisonnement de l’offre locale et régionale sur le même sujet.

De la traçabilité des livres

Une cote erronée au catalogue et voilà que le bibliothécaire doit recourir aux antiques registres d’inventaire et autres catalogues sur fiches. Signes divers, mentions biffées, autant de traces qu’il faut savoir décrypter pour s’en sortir. Souvent, le « nouveau » ne doit son salut qu’à la seule expérience de ses collègues. Exemple.

Détail du fichier matière.

Les registres systématiques

Issus d’un récolement datant du xixe siècle, les registres systématiques sont classés en dessous des fichiers autorités dans le hall de l’administration. Ils constituent un outil de recherche au même titre que les registres d’entrées d’acquisitions du xxe siècle, mais ils sont d’un usage délicat pour qui ne maîtrise pas bien l’histoire de la bibliothèque.

Mode d’emploi :

1- Les registres des numéros d’inventaires : 3 volumes
A l’aide du numéro d’inventaire du livre repérer dans ces registres, le volume et la page concernés par le document.
Dernier n° d’inventaire recensé : 148 671

2- Les registres systématiques : 9 volumes en 19 tomes
Repérer le n° d’inventaire dans le volume et la page concernés. Attention les numéros d’inventaire ne se suivent pas, il faut parcourir toute la page pour repérer le n° recherché.

Hourra, on a peut-être retrouvé la bonne cote !

Les fiches d’autorités

Ancienne fiche
Ancienne fiche

Le volume et la pagination du registre systématique se retrouvent également sur les fiches d’autorités, en bas à gauche.
Si cette mention n’est pas présente, le livre était déjà manquant lors du récolement du xixe siècle.
Si la mention est présente, le premier chiffre correspond au n° du volume, le suivant au numéro de la page.