Archives par mot-clé : Comédie

Comédien, bibliothécaire, professeur, écrivain : Joseph Uriot (1713-1788), un Lorrain au service de Charles Eugène de Wurtemberg

Mariette CUENIN-LIEBER, docteur ès lettres, signe cet article.

Arrivé à Stuttgart comme comédien en 1759, Uriot devint bibliothécaire personnel et lecteur du duc, puis responsable de la bibliothèque publique fondée en 1765 et enfin professeur de langue et littérature françaises à l’Académie Caroline. Il contribua aussi à la vie festive et intellectuelle de la cour par ses écrits, qui furent publiés. De la plupart d’entre eux, la Bibliothèque Stanislas conserve des exemplaires, dont certains, envoyés à Nancy par Uriot lui-même, portent des mentions écrites de sa main. Et dans le fonds patrimonial nancéien figurent aussi deux œuvres qu’il composa avant son entrée au service du duc et même une trace de sa scolarité.

 

 23 février 1729 : le jeune Uriot acteur

Les parents de Joseph – son père était garde du corps du duc Léopold – nourrissaient sans doute des ambitions pour leur fils : c’est au collège des Jésuites de Nancy qu’il fit ses études. Les Pères accordaient une grande importance au théâtre dans la formation de leurs élèves, qui se produisaient en public. Le 23 février 1729 eut ainsi lieu la représentation d’une tragédie, Thémistocle, et d’une comédie, Le Duelliste, sur la scène de l’Opéra, avec l’autorisation du duc Léopold, qui avait fait construire cette salle par un grand architecte italien, Francesco Galli. Uriot, qui allait avoir seize ans – il était né à Nancy le 17 mars 1713 –, interpréta un rôle dans la tragédie et participa comme danseur aux intermèdes. On le sait grâce au programme imprimé qui fut remis aux spectateurs et dont la Bibliothèque Stanislas conserve deux exemplaires.

Uriot dans la distribution de Thémistocle, tragédie, Le duelliste, comédie… représentées sur le Theatre de l’Opera de Nancy, Par les Humanistes du Collège de la Compagnie de Jesus… 702 034 (9) p. 3

1742 : Lettre d’un franc-maçon à Mr De Vaux

Elle parut à Francfort, où Uriot venait d’être reçu Maître dans la Loge de l’Union. Il était alors acteur. Ayant achevé ses études à l’Université de Pont-à-Mousson, il avait été nommé professeur d’histoire et bibliothécaire à l’Académie fondée par le duc Léopold à Lunéville. Mais cédant à l’attrait du théâtre, il avait quitté la Lorraine en 1741  à la recherche d’engagements. Il restait cependant attaché à ses amis lorrains, dont Mme de Graffigny et Devaux, auquel la Lettre est dédiée. Elle connut un grand succès et fut maintes fois rééditée dans sa version originale et sa traduction en allemand. La Bibliothèque Stanislas conserve un exemplaire de l’édition princeps.

Joseph Uriot. Lettre d’un franc-maçon à Mr. De Vaux… Francfort-sur-le-Main, 1742. 702 230 (30)

1752 : « L’Education. Ode »

En 1744, Uriot entra comme comédien au service du margrave de Bayreuth et de son épouse Wilhelmine, une sœur de Frédéric II de Prusse ; ils lui confièrent aussi l’instruction de leur fille unique Frédérique, alors fiancée à Charles Eugène de Wurtemberg. Gardant des liens avec la Lorraine, où il revenait de temps en temps, il savait ce qui s’y passait. Il eut ainsi connaissance de l’établissement par Stanislas d’une bibliothèque publique et de la fondation de deux prix, l’un pour récompenser un ouvrage scientifique, l’autre une œuvre littéraire. En 1752, il concourut avec l’ode « L’Education » pour le prix de littérature. Les meilleures strophes parurent dans les Mémoires de la Société Royale des Sciences et Belles Lettres de Nancy. Elles n’y sont pas signées, mais le poème est mentionné parmi les œuvres d’Uriot dans la Description de l’Académie-Caroline de Stouttgard, histoire de cette institution publiée en 1784.

L’Education. Ode qui a concouru pour le prix de Littérature l’an 1752.  In Mémoires de la Société Royale des Sciences, et Belles-Lettres de Nancy,   t. II 1755. 769 006,  p. 254

1763 et 1764 : Description des fêtes données […] à l’occasion du jour de naissance de Son Altesse Sérénissime Monseigneur le duc régnant de Wurtemberg

Uriot connaissait Charles Eugène pour l’avoir rencontré en 1748 à Bayreuth, où fut célébré son mariage avec Frédérique. Au début de l’année 1759, il quitta le service du margrave et se rendit à Stuttgart. Le duc donnait chaque année en février, dans ses châteaux de Stuttgart et Ludwigsburg, des fêtes somptueuses pour son anniversaire. Renommées bien au-delà des frontières du Wurtemberg, elles attiraient de nombreux visiteurs. Uriot publia un bref récit de celles de 1762 que suivirent les relations beaucoup plus amples des réjouissances de 1763 et 1764. Il envoya un exemplaire du volume de 1763 à Voltaire, qu’il avait rencontré au cours de ses voyages, et publia dans celui de 1764 la réponse qu’il en avait reçue. La Bibliothèque Stanislas conserve dans un même recueil les récits de 1763 et 1764.

Joseph Uriot. Description des fetes donnees pendant quatorze jours a l’occasion du jour de naissance de Son Altesse Serenissime Monseigneur le duc regnant de Wurtemberg et Teck…   Stuttgart, 1763. 258 571 (a)
Lettre de Mr. de Voltaire, 1763 parue dans Description des fetes donnees  a l’occasion du jour de naissance de Son Altesse Serenissime Monseigneur le duc regnant de Wurtemberg et Teck… Stuttgart, 1764. 258 571 (b) p. VII

1765 : Discours prononcé à l’ouverture d’une bibliothèque publique

Une lettre autographe d’Uriot (1) conservée à la BnF l’atteste : c’est à son instigation que Charles Eugène fonda une bibliothèque publique à Ludwigsburg, sans doute sur le modèle de celle de Nancy. Il chargea Uriot de la former et le nomma bibliothécaire. Fondé officiellement le 11 février 1765 – jour de l’anniversaire du duc – l’établissement fut inauguré le 13, en présence de la cour et d’invités de marque. Uriot prononça un discours sur l’utilité des bibliothèques. Ce discours fut publié dans un recueil qui contenait aussi les autres textes relatifs à la fondation. Aspirant à devenir membre correspondant de la Société Royale de Nancy, le nouveau bibliothécaire envoya un exemplaire du volume avec sa lettre de candidature. Le texte du discours suscita l’admiration, mais son auteur ne fut pas admis, « parce qu’il avoit été comédien », note Durival dans son Journal à la date du 2 mai 1765. En 1776, Charles Eugène transféra la bibliothèque à Stuttgart. C’est aujourd’hui la Württembergische Landesbibliothek (WLB), où le souvenir d’Uriot reste vivant : un article, « Rarität und Ästhetik. Die Sammlung Uriot », lui a été consacré dans Carl Eugens Erbe. 250 Jahre Württembergische Landesbibliothek, ouvrage publié en 2015. Son auteur, Christian Herrmann, conservateur à la WLB, y présente la riche bibliothèque personnelle d’Uriot, dont le catalogue, commencé à Lunéville, est conservé à Stuttgart, ainsi que des livres lui ayant appartenu.

Joseph Uriot. Discours prononcé a l’ouverture de la bibliotheque publique fondée par Son Altesse Serenissime Monseigneur le duc regnant de Wurtemberg et Teck… Stuttgard, 1765. 258 721

1770 : Discours sur la richesse et les avantages du duché de Würtemberg

Tous les ans, le 11 février, avait lieu à la bibliothèque, en présence de Charles Eugène, une assemblée solennelle, au cours de laquelle Uriot prononçait un discours. Celui de 1770 traita des richesses naturelles du duché et de l’œuvre bénéfique des ducs. Il fut publié avec d’abondantes notes explicatives. Uriot envoya un exemplaire relié aux armes des Wurtemberg et dédicacé aux membres de la Société Royale de Nancy, peut-être pour prouver qu’il n’aurait pas été indigne d’être des leurs.

Reliure aux armes des Wurtemberg sur  Discours sur la richesse et les avantages du duché de Würtemberg…  par Joseph Uriot.  Stuttgard, 1770. Rés. 10 270

 

Joseph Uriot. Dédicace autographe aux membres de la Société Royale des Sciences et Belles-Lettres de Nancy. Rés. 10 270

1782 : La Naissance de Félicité et Les Fêtes thessaliennes

Quand la bibliothèque publique fut transférée à Stuttgart, Uriot en quitta la direction pour se consacrer entièrement à sa charge de professeur à l’Académie Caroline, établissement fondé par le duc en 1770. Dans son enseignement, qui rappelait en cela celui qu’il avait reçu à Nancy, le théâtre jouait un rôle important. Uriot préparait avec les élèves auxquels il enseignait la littérature française les représentations théâtrales qui étaient données chaque année en décembre pour fêter l’anniversaire de la création de l’école. Mais il enseignait aussi l’art dramatique aux jeunes gens qui, dans une section spécialisée de l’établissement, se préparaient à une carrière d’acteurs et participaient aux fêtes ducales. Pour ces fêtes, il écrivit plusieurs livrets de spectacles musicaux. Il envoya à Nancy des exemplaires de deux d’entre eux – La Naissance de Félicité et Les Fêtes thessaliennes – qui comportent des ajouts de sa main. La Naissance de Félicité fut donnée en janvier 1782, pour l’anniversaire de la comtesse de Hohenheim, compagne de Charles Eugène, qui deviendrait son épouse en 1785. Le livret avait été publié sans nom d’auteur. Uriot écrivit pour Nancy son nom sur la page de titre, indication précieuse qui permet de lui attribuer le texte. Par Les Fêtes thessaliennes, il contribua aux grandes fêtes de septembre 1782, que le duc organisa en l’honneur de sa nièce Sophie Dorothée de Wurtemberg-Montbéliard et de son époux, le grand-duc Paul de Russie. Dans le volume nancéien, Uriot a apporté des corrections, ajoutant même une indication scénique sans doute omise lors de l’impression.

Joseph Uriot. La Naissance de Félicité. Stuttgard, 1782. Ajout autographe « Par Mr Uriot*, professeur de littérature française à l’Université caroline. * Né à Nancy ». 80 287 (35)
Joseph Uriot. Les Fêtes thessaliennes. Ajout de la main d’Uriot « Des Génies descendent entre les colonnes… ». 977  p. 127

Uriot fut actif jusqu’à ses derniers jours. Le 16 mars 1963, le quotidien Stuttgarter Zeitung lui consacra un article pour rappeler sa naissance à Nancy deux cent cinquante ans plus tôt et sa carrière de comédien, de bibliothécaire et de professeur.

________________________________________________

(1) NAF 15590- XII. Feuillet 37. Uriot, Joseph. Opuscules.

Indication bibliographique : Correspondance de Madame de Graffigny, Oxford, Voltaire Foundation, 1985-2016 (Bibliothèque Stanislas, 7991). Dans les lettres qu’échangèrent Mme de Graffigny et Devaux, il est souvent question d’Uriot, l’ami commun.