Archives par mot-clé : don

Accueillir les archives d’un écrivain (très) vivant : Pierre Pelot  

Pierre Pelot, écrivain vosgien fortement attaché à son village natal, Saint-Maurice-sur-Moselle, né en 1945, a à son actif presque 200 publications : romans de genre varié, pièces de théâtre et nouvelles. À cela s’ajoutent des nouvelles radiophoniques, des scénarios de films, ou encore des nouvelles pour la presse. L’homme ne s’arrête jamais, et ce depuis ses 18 ans.

Non contents d’avoir acquis les archives et le tapuscrit de son œuvre  majeure, C’est ainsi que les hommes vivent (1re édition chez Denoël, en 2003), nous avons eu l’honneur de gagner la confiance de M. Grosdemange, dit Pelot. L’écrivain à l’œuvre phénoménale a en effet fait don en 2022 de l’intégralité de ses archives.

Une œuvre gigantesque

Sur la piste du Dakota est le premier livre édité de Pierre Pelot, en 1966. Cette année-là, il en publie neuf.  Le tout dernier, en août 2023 est un recueil de nouvelles : Madame Grise s’est levée au milieu de la nuit. En considérant tous les genres, c’est un parcours sans équivalent que celui de cet écrivain prolixe, puisque son œuvre représente plus de deux cents publications. 

Conscientes qu’une carrière ne suffirait pas à découvrir, lire et comprendre les processus d’écriture de cet écrivain touche à tout aux multiples talents, nous avons eu le plaisir de le rencontrer et d’échanger avec lui à plusieurs reprises.

La première rencontre a lieu durant le Livre sur la Place, en septembre 2021, alors que Pierre Pelot dédicace son dernier roman Les Jardins d’Eden, un roman noir, glacial et sombre, se déroulant dans les Vosges. 

Quelques semaines plus tard, nous sommes chaleureusement accueillies chez lui, à Saint-Maurice-sur-Moselle, dans une maison unique, dans les bois, un cadre authentique pour un récit de vie passionnant. Pierre Pelot se montre favorable à notre proposition : céder à titre onéreux l’ensemble des épreuves et documents préparatoires à son roman majeur, C’est ainsi que les hommes vivent.

S’ensuivent plusieurs semaines de démarches administratives pour concrétiser ce projet, et, en particulier, acquérir, l’adhésion du FRRAB1 afin d’obtenir son soutien financier.

Portrait de l’écrivain Pierre Pelot dans le jardin de sa propriété à Saint Maurice Sur Moselle dans le département des Vosges. 9 décembre 2013 ( crédits photo Mathieu Cugnot )

L’acquisition d’un roman majeur

Aboutissement de dix années de recherches, ce roman colossal est celui auquel Pierre Pelot tient le plus. Il est donc apparu fondamental d’effectuer l’acquisition des notes, plans, fiches des personnages et de ses épreuves d’éditeur, soit 42 dossiers au total. Il s’agit d’une fresque historique monumentale sur deux époques, au cœur des Vosges, le chef-d’œuvre de Pierre Pelot. Il a été dit que ce roman constituait « un des très grands textes français parus depuis la guerre »2.

Jean-Christophe Rufin, membre de l’Académie française, écrit dans la préface de cette 3e édition :

« son livre est une manière de faire éclater dans le présent la force tirée de l’Histoire ».

Pierre Pelot a reçu en 2003 pour ce roman le Prix de la Feuille d’Or de la Ville de Nancy et de France Bleu Sud Lorraine, ainsi que le Prix Erckmann-Chatrian.

Cet opus raconte le destin d’un enfant né d’une sorcière en 1599. Quatre siècles plus tard, Lazare Grosdemange — au patronyme évocateur —, journaliste, décide de retourner sur les traces de sa famille. Ce sont donc deux histoires parallèles, dans une vallée des Vosges. Une vallée qui a vu pendant la Guerre de Trente Ans de terribles massacres, mais aussi des êtres engagés pour protéger leurs prochains. Pierre Pelot déclare en 2023 être toujours attaché aux trois principaux protagonistes, Apolline, Dolat et Lazare. Dans l’ensemble de son parcours, son rapport aux personnages issus de son imagination est très fort, et touchant.

Pierre Pelot et ses manuscrits,  été 2022
Le retrait de l’acquisition a lieu chez Pierre Pelot, nouvelle occasion de passer un moment convivial, au cours duquel l’écrivain annonce son intention de verser l’intégralité de ses archives à la bibliothèque !
 
Suite à cela, une première étape de valorisation du fonds Pelot se produit à l’occasion de la 44e édition du Livre sur la Place en septembre 2022 : l’auteur vient parler de son dernier roman, Se souvenir encore des orages, dans les murs de la Bibliothèque, devant un public nombreux attentif. L’interview, à la fois dense et drôle, est menée par la regrettée Élise Fischer.

Une quantité considérable pour un don généreux

Enfin, le retrait de l’ensemble de ses archives chez lui, à Saint-Maurice-sur-Moselle a lieu en octobre 2022.

Les dossiers préparés par Pierre Pelot

Des liasses d’archives pour le futur Fonds Pierre Pelot

Pierre Pelot a consacré deux semaines complètes à regrouper et préparer tout ce qu’il destinait au don. Le jour J, deux membres de l’équipe se sont rendus dans la vallée de Saint-Maurice pour conditionner en boîtes ce qui avait été scrupuleusement préparé en dossier ou sous enveloppe. Le titre de chaque liasse est en premier lieu reporté sur un formulaire. Une attestation de prise en charge de documents en dépôt provisoire est laissée au donateur à notre départ, avant la signature de la convention de don par le maire de Nancy d’une part, et le donateur d’autre part, qui intervient au bout de quelques mois d’inventaire et de parcours administratif.

Pierre Pelot le jour du déménagement de ses archives

Les boîtes sont peu à peu chargées dans l’utilitaire de service qui rejoint la bibliothèque Stanislas de Nancy en fin de journée. Pierre ne cache pas son émotion au moment de notre départ. Il avoue ressentir un grand vide, être à la fois content de cette décision mais aussi ému et un peu inquiet.

Le transfert des archives 

Les archives entreposées temporairement à la bibliothèque Stanislas
Les archives entreposées le soir-même dans les magasins de la bibliothèque Stanislas

Dès l’arrivée à Nancy, l’ensemble est transféré pour être transposé en sécurité avant l’étape de la vérification , du décompte du nombre de dossiers, et de l’inventaire qui aboutira à la rédaction de la fameuse convention de don. 

Un premier inventaire sommaire

Cette opération est de nouveau menée  en binôme pour faciliter les manipulations et éviter les erreurs. Deux ensembles sont constitués :

  • 204 chemises ou liasses comportant les types de documents suivants :
    • manuscrits et tapuscrits de romans, nouvelles, adaptations théâtrales, souvent annotés
    • épreuves d’éditeur et épreuves corrigées
    • scénarios de films
    • notes et documents préparatoires à des émissions de radio
    • documentation ayant servi à l’écriture des publications
    • les fascicules de l’Humanité dans lesquels est parue une nouvelle de Pelot sous forme de feuilleton en 2000
    • des notes diverses difficiles à rattacher une œuvre en particulier
  • 60 ouvrages imprimés venant compléter les acquisitions de romans de Pelot faites par la bibliothèque
Roman adapté pour un projet de scénario de  film

Et après ?

En septembre 2023, et durant 6 semaines, nous avons coorganisé une exposition de peintures et de dessins de Pierre Pelot, mettant en regard quelques manuscrits (en fac-similé), à la Galerie Z,  de la MJC Bazin3 de Nancy. Les arts graphiques constituent la seconde passion de notre donateur et une exposition à Nancy semblait logique.

Exposition Pierre Pelot, PEINDRE

À la toute fin de l’année 2023,  Baru, auteur de bandes dessinées,  a fait don à la bibliothèque Stanislas de l’intégralité des crayonnés qu’il a réalisés pour l’adaptation du roman de Pierre Pelot Pauvres Zhéros, ainsi que de l’adaptation du scénario4. Grâce au geste généreux de cette autre personnalité exceptionnelle, nous avons là un prolongement très cohérent pour l’enrichissement de nos collections.

Matériel de travail exceptionnel pour de futurs chercheurs, le fonds Pierre Pelot va faire l’objet de propositions de recherches aux universitaires dans les mois à venir. Au préalable, il convient d’en établir le plan de classement, en fonction de la chronologie de l’œuvre de Pierre Pelot et des nombreux genres abordés.

  1. Fonds Régional de Restauration et d’Acquisition pour les Bibliothèques []
  2. Selon François Angelier, dans la chronique Les Émois de France culture, le 03 janvier 2017, à l’occasion de la 3e édition du roman, aux éditions des Presses de la cité []
  3. Dylan Pelot y fut professeur de monstres []
  4. Voir l’article Une collection de bandes dessinées contemporaines dans le fonds lorrain []

Le fonds patrimonial s’enrichit

La Bibliothèque-médiathèque poursuit depuis de nombreuses années l’enrichissement de son fonds patrimonial selon différentes modalités et a défini pour ce faire une politique d’acquisition du patrimoine écrit et graphique dont voici les grandes thématiques.

Continuer la lecture de Le fonds patrimonial s’enrichit

La donation Michel Jamar

Pour une institution culturelle, recevoir le fonds d’atelier d’un artiste reste un événement assez exceptionnel. En 2013, la Bibliothèque de Nancy a accueilli un ensemble conséquent d’œuvres et d’objets de l’artiste Michel Jamar. L’occasion pour nous de revenir sur les moments forts de la réception et de l’intégration de ce don aux collections.

L’enrichissement du patrimoine lorrain.

Portrait de femme. Gravure sur bois en couleurs.
Portrait de femme. Gravure sur bois en couleurs.

Artiste de talent, le graveur lorrain Michel Jamar (1911-1997) est l’auteur de nombreuses illustrations, gravures, peintures et ex-libris. Formé à L’Ecole des Beaux-Arts de Nancy où il est l’élève de Victor Prouvé, il allie les talents du peintre, du sculpteur, du céramiste, du décorateur, du buriniste mais c’est surtout comme graveur sur bois qu’il donne naissance à des œuvres des plus originales. Récompensé en 1981 par le grand prix de la gravure sur bois de l’Académie des beaux arts de France, son travail s’inscrit parmi l’œuvre des grands graveurs lorrains.

En 1995, Michel Jamar avait fait don à la Bibliothèque d’une partie de son travail. Un ensemble d’environ 300 dessins, estampes et ex-libris avait rejoint nos collections et une partie avait fait l’objet d’une exposition cette même année.
En 2012, Xavier Jamar, son fils, a souhaité compléter la donation par le fonds d’atelier de son père. Ce fonds volumineux se compose de dessins, estampes, matrices, lettres, mais s’accompagne également de ses outils et machines, telle la presse en taille-douce exposée à l’entrée de la bibliothèque. Grâce à ce don, la bibliothèque possède aujourd’hui une collection remarquable, représentative de l’œuvre de ce graveur et illustrateur lorrain.

 

 

 

Jamar au travail
Jamar au travail

L’enregistrement administratif du don.

Pour officialiser le don du fonds d’atelier, M. Xavier Jamar, seul enfant de l’artiste, ainsi que sa mère Anne Jamar, l’épouse de l’artiste, seuls héritiers, ont présenté au Maire de Nancy par courrier leur souhait de faire don de l’œuvre de Michel Jamar à la bibliothèque. Suite à cette demande, une convention de don a été établie afin d’en définir les modalités.

La réception du fonds d’atelier.

2013-05-28_BM_Fonds-Jamar_013
Le remontage de la presse à la bibliothèque

Le 28 mai 2013, un camion de déménagement est arrivé à la bibliothèque pour livrer l’ensemble des œuvres et objets. Ce sont au total 60 lots qui ont été recensés, comprenant une vingtaine de cartons, six cantines et la presse en taille-douce. Cette dernière, démontée depuis plusieurs années, a été réassemblée le jour même par l’équipe de la bibliothèque suivant les consignes de Xavier Jamar et placée à l’entrée de la bibliothèque.
L’ensemble des lots a été conservé à plusieurs endroits de la bibliothèque en attendant les séances de tri avec Christine et Xavier Jamar.

La sélection des œuvres.

B543956101_inventaire_jamar-002
Une séance de tri avec Christine et Xavier Jamar

Il avait été décidé avec M. Jamar, pour une question de place et pour un côté plus pratique, que la sélection des œuvres se ferait à la bibliothèque. Lors de séances de travail, une fois par semaine, pendant trois mois environ, Xavier Jamar, son épouse Christine et moi-même avons sélectionné les œuvres qui entreraient dans les collections de la bibliothèque.

Ce tri a été fait de manière à avoir une exhaustivité la plus complète. Ainsi, l’ensemble des matrices et des dessins ont intégré les collections, à l’exception de quelques œuvres que son fils souhaitait conserver. Les médailles, réalisées par l’artiste, ont également été sélectionnées. Tous les éléments du fonds sont complémentaires ; dessins préparatoires, dessins, matrices et estampes se répondent sur des sujets ou des motifs identiques.

Séances de tri !

La volumétrie du fonds est telle (plus de 5300 dessins, 450 matrices, plus de 1000 estampes et 1 mètres linéaire d’archives) qu’il a fallu faire plusieurs séances de tri pour rassembler les estampes identiques. En plusieurs séances, par format, toutes les épreuves du même sujet ont été rassemblées, de façon à ne conserver que deux exemplaires de chaque. Lorsqu’un tirage était particulier (premier état, épreuve d’artiste, épreuve d’état, etc.) il a été conservé, en plus des deux exemplaires.

Une séance de tri en salle Stanislas

 

Dépoussiérage, conditionnement.

Les matrices ont été traitées en premier. Catalogage complet, dépoussiérage et conditionnement ont été effectués sur ces objets. Pour le conditionnement, il n’est pas le même selon le matériau de la matrice. Les bois et les linogravures ont été conditionnés dans des pochettes à rabat, en papier permanent, et les matrices en cuivre et en métal sur des plaques de carton permanent recouvertes de plastazote.

Conditionnement des plaque de cuivre
Conditionnement des matrices de cuivre

Pour les dessins et estampes, seules les œuvres se trouvant sur des montages abîmés ou contaminés ont été démontées, dépoussiérées et isolées.
Le dépoussiérage et le conditionnement se fera au fur et à mesure de la cotation des œuvres.

Prochaines étapes.

Les estampes et les dessins devront être dépoussiérés, puis cotés et catalogués. Ils seront ensuite rangés dans des pochettes et boites de conservation.
Pour valoriser cette donation, une première présentation aura lieu le samedi 26 avril prochain, dans le cadre des conférences « Une heure avec », à 10h30.
Nous envisagerons par la suite une cérémonie officielle de réception du don, en présence des élus de la Ville de Nancy.

 

 

Lisinka Poirel, la “femme hirondelle”

Au sein de la collection Victor Poirel de la Bibliothèque se trouve un album d’aquarelles remarquables et touchantes constitué par sa femme, Lisinka (1808-1885).1

Les Poirel, voyageurs et collectionneurs d’art

Petite-fille du sculpteur lorrain Barthélémy Guibal, Elisavetsa2, dite “Lisinka”, est née à Moscou où sa famille avait émigré à la mort de Stanislas. Très tôt sensibilisée à l’art grâce aux visites des galeries de l’Ermitage à Saint-Pétersbourg, elle a reçu ‘une éducation bien supérieure à celle des jeunes filles lorraines qu’elle côtoie, à compter de 1818, à Pont-à-Mousson et Lunéville, où ses parents sont rentrés en raison de la guerre franco-russe : elle maîtrise l’italien, la musique, le chant, le dessin et la peinture. A 25 ans, elle rencontre Victor Poirel, jeune et brillant  ingénieur des Ponts et Chaussées, alors en poste à Alger. Ils se marient en 1834.

Aussitôt, ils repartent pour l’Algérie où Victor est chargé de divers travaux portuaires à Alger, Bône et Oran. Les rues, les intérieurs et les harems d’Alger deviennent familiers à la jeune femme, qui a appris l’arabe et parvient à être accueillie au sein des familles. Elle excelle dans les portraits de Kabyles, Maures et émaille ses croquis d’annotations. Dans un petit atelier, elle réunit depuis 1837 un  groupe de jeunes peintres et dessinateurs3.

Dessin de Lisinka Poirel
Aquarelle originale de Lisinka Poirel, 29 mars 1853.

Une brève mission à Caen reconduit le couple en France en 1841. C’est à Ouistreham que Lisinka commence à rassembler ses dessins d’Algérie ; de retour à Alger, elle constitue alors une collection d’objets d’art oriental, dans le but de créer une “chambre mauresque” dans la demeure familiale de Rosières-aux-Salines. A nouveau en France en 1846, elle fait de cette pièce une évocation de la maison de campagne algéroise, qui avait pour nom Aïn Lezerach  “La source Bleue”. Elle inspirera leur ami Charles Cournault4 pour l’aménagement intérieur de sa demeure de Malzéville, La Douëra. En 1847-1748, Lisinka et Victor5 sillonnent la Turquie.

Entre 1852 et 1862, les Poirel vivent entre la France, où Lisinka tient salon à Paris l’hiver, et se repose à Rosières l’été, et l’Italie, où Victor, chargé de l’aménagement du port de Livourne, amasse une magnifique collection de tableaux, principalement de l’École vénitienne, tels Titien, Véronèse, Le Tintoret. Plus d’une centaine de toiles seront installées à Rosières, dans une galerie spécialement aménagée. Quant à Lisinka, jusqu’en 1870, elle fréquente assidûment les galeristes et antiquaires parisiens, auprès desquels elle acquière des estampes rares, comme des gravures de Jacques Callot et des œuvres de Grandville.

Sans enfant, après la mort de Victor en 1881, Lisinka Poirel décide en 1884 de léguer une partie de ses biens à la Ville de Nancy : collection de tableaux, dotation pour la construction d’une salle de spectacles (inaugurée en 1889), collection de livres6, d’estampes et de photographies. Ces œuvres viennent enrichir les collections des musées et la bibliothèque de la ville. En  juillet 1885, s’éteint Lisinska Poirel, artiste voyageuse, femme indépendante et esprit curieux, surnommée par ses amis la “femme-hirondelle”.

Les albums de Lisinka

Dessin de Lisinka Poirel
Aquarelle originale de Lisinka Poirel, décembre 1848.

 

Aquarelle originale de Lisinka Poirel (Rés.  )
Aquarelle originale de Lisinka Poirel, 18 décembre 1847.

On trouve à la Bibliothèque nationale de France un album rassemblant les aquarelles de Lisinka, longtemps attribué au peintre orientaliste Théodore Leblanc7, et celles de ses amis peintres. Un autre album d’aquarelles d’Orient, de paysages et personnages de Turquie, d’Afrique et de Normandie est donné à la bibliothèque municipale de Nancy avec le reste de la collection de livres, d’estampes et de photographies des Poirel. Là aussi, les œuvres de Lisinka  sont mêlées à celles de Théodore Leblanc, Dieudonné-Barthélémy Guibal, son père, Louis Roguin, Dévéria, Valentin, Aimé de Lemud.

Ses aquarelles fixent les habitants et les rues d’Alger, et ses portraits sont d’une extraordinaire précision, exprimant en fresques hautes en couleur les premières étapes de la présence française en Algérie. Témoignages de l’engouement de la France pour l’orientalisme et l’exotisme en ce milieu du xixe siècle, elles trouvent un écho dans les toiles d’Eugène Delacroix, Horace Vernet, Eugène Fromentin, les gravures de Raffet, dans les romans et récits de voyage de Théophile Gautier et Gérard de Nerval.

Les aquarelles de Lisinka datent de son installation à Ouistreham. Loin de la vie agitée d’Alger, elle garde présentes à l’esprit les scènes colorées des rues de la cité, qu’elle retranscrit avec soin, d’après les indications portées au dos de ses croquis. Elle suit également les conseils avisés de Delacroix pour restituer la luminosité dans les paysages de cieux. C’est à son retour en France en 1849, après son voyage en Turquie qu’elle présentera à ses amis lorrains les Albums d’Afrique, où elle a rassemblé toutes ses aquarelles.

 

 

Pour en savoir plus sur Victor et Lisinka Poirel :

Marc GENY, Victor Poirel (1804-1881), Nancy, 1970 (2 vol. dactyl.).
Agnès GUIBAL, Album d’une vie : Lisinka Poirel, P.U.F. 1989. (consultable à la bibliothèque Stanislas, cote 8 261)
Laurence VINCENT et Eve SISMONDINI, Lisinka Poirel : la femme hirondelle [expos., Nancy, 2009]
Voir une sélection des dessins des Albums

 

  1. article réalisé à partir du travail de Laurence Vincent et Eve Sismondini []
  2. notice d’autorité BnF : Poirel, Lisinska (1808-1885); forme rejetée : Guibal, Lisinska Elisavetsa []
  3. Louis Roquin, Charles Mayer, François Mourre, Henri Reynaud… autour de Théodore Leblanc []
  4. Charles Cournault (1815-1904), artiste peintre, conservateur du Musée lorrain à Nancy, exécuteur testamentaire d’Eugène Delacroix; il en héritera “tous les objets venant d’Alger, […]” , où lui-même a séjourné. []
  5. Victor Poirel avait été pressenti pour un projet d’aménagement de la rivière Maritza, qui ne parviendra pas à réalisation []
  6. environ 800 ouvrages porteurs d’un ex-libris représentant la signature de Victor Poirel, au timbre humide []
  7. Lisinska Poirel n’a signé ni dessins, ni aquarelles, ce qui peut expliquer cette erreur d’attribution []