Archives par mot-clé : fonds iconographique

Nouvelle acquisition : un recueil de dessins d’architecture du XVIIIe siècle

La Bibliothèque Stanislas vient de faire l’acquisition d’un exceptionnel recueil de dessins d’architecture dont la plupart sont de l’agence de l’architecte Germain Boffrand (1667-1754). Entré dans les collections grâce au don d’une famille d’origine lorraine, il vient aujourd’hui compléter le fonds de l’architecte Augustin-Charles Piroux (1749-1805), puisqu’il s’agit d’un recueil qui faisait partie de sa collection.

Histoire du recueil

Dans l’histoire de ce recueil, il y a parfois beaucoup de confusion. D’une part, parce que sa trace est difficile à pister et d’autre part, parce qu’il y a eu de nombreuses confusions avec d’autres volumes d’œuvres d’après ou contenant des œuvres de Germain Boffrand.

Demange, Joseph (1716-1781), Plan de la maison et de l’église projetée des dames religieuses de la Visitation avec le nouveau bâtiment des pensionnaires, 1755, dessin à l’encre, aquarelle sur papier vergé marouflé sur toile, M-PI-AL-00002-185.

L’histoire du recueil commence au début du XVIIIe siècle avec l’architecte lorrain Joseph Demange (1716-1781). Actif entre 1753 et 1781, il est l’auteur de plusieurs projets architecturaux à Nancy dont un projet de reconstruction pour le monastère de la Visitation de Nancy  pour le pensionnat des visitandines de Nancy vers 1760 et d’un projet pour l’église de la Visitation vers 1770. Durant sa carrière, l’architecte s’était constitué une documentation et une bibliothèque rassemblant des dessins des architectes et artistes de son temps. À sa mort en 1781, l’architecte lorrain Augustin-Charles Piroux rachète à la veuve Demange treize volumes de sa bibliothèque. Le recueil de dessins des « Oeuvres de Boffrand » figure parmi ces treize volumes et la mention de cet achat par Piroux est inscrite sur le contreplat supérieur du recueil1.

Mulnier Charles-Félix (1739-1792), Portrait d’Augustin Charles Piroux, 1787, huile sur toile, 82 x 67 cm, nouvelle acquisition, Musée du Château de Lunéville.

La collection et la bibliothèque d’Augustin Charles Piroux.

Dès son jeune âge, Augustin-Charles Piroux achète régulièrement des livres de science, de géométrie et d’architecture. Sa passion pour les livres l’amène à constituer une bibliothèque importante constituée de plus de 2 000 volumes. Ses livres de comptes montrent que les achats de livres tiennent la première place dans ses dépenses et cela pendant plus de vingt ans. Il ira même jusqu’à s’endetter auprès de son libraire pour en acquérir.

Sa collection est complétée d’ensembles documentaires en liasses et en feuilles, de plans, de dessins, de modèles.

Aujourd’hui, peu d’ouvrages de cette fameuse bibliothèque ont été retrouvés. Un seul figure à la bibliothèque de Nancy, portant son ex-libris manuscrit.

Les donateurs du recueil des Oeuvres de Boffrand possédaient également un recueil de gravures portant l’ex-libris de Piroux. La Bibliothèque Stanislas s’est portée acquéreuse de ce volume afin de compléter la collection Piroux. Ce recueil de gravures est un assemblage de différentes suites de modèles d’éléments d’architecture : modèles de cheminées, de fontaines, etc.

À partir de 1781, le recueil des Oeuvres de Boffrand fait donc partie de la collection de l’architecte Augustin-Charles Piroux. Il utilisera ce recueil dans le cadre de sa profession d’architecte et il en retirera même plusieurs dessins. Certains d’entre eux ont pu être localisés, dont l’un à la Bibliothèque Stanislas, dans le fonds Piroux entré à la fin du XIXe siècle, dans le Recueil des belles maisons, hôtels, châteaux executés en  Lorraine2.

Anonyme, Élévation du pavillon de la grande cascade à Lunéville, vers 1742-1743, dessin à l’encre et lavis d’encre sur papier vergé, M-PI-AL-00001-064

À la mort d’Augustin-Charles Piroux, son fils Joseph Piroux (1800-1884) conserve cette collection et cette bibliothèque remarquable. Il donnera toutefois accès aux documents et aux dessins à certains érudits lorrains du XIXe siècle, notamment à l’architecte nancéien Prosper Morey (1805-1886).

L’étude et la copie partielle du recueil par Prosper Morey

En 1865, Prosper Morey, architecte et érudit nancéien publie une étude dans les Mémoires de l’Académie de Stanislas 1865 intitulée « Notice sur la vie et les œuvres de Germain Boffrand »3. Dans son article, il recense les œuvres attribuées à l’architecte et décrit les dessins existants. Il explique très clairement avoir eu accès à la plupart des dessins originaux de Boffrand grâce à Joseph Piroux, fils de l’architecte Augustin-Charles Piroux : « Nous devons à l’extrême obligeance de M. Piroux, fondateur et directeur de l’établissement des sourds-muets de cette ville, fils d’un architecte lorrain du plus grand mérite, la communication de la plupart des dessins originaux de Germain Boffrand4.

Agence de Germain Boffrand, Grand cabinet de son altesse royale Madame dans l’angle du côté de Nancy, côté de la cheminée, vers 1710-1711, dessin au crayon graphite, encre, lavis d’encre et aquarelle sur papier vergé, M-PI-AL-00002-002.

Lors de la consultation de ces œuvres, il fera réaliser par ses dessinateurs des calques de certains des dessins5. Il constitue avec ces calques  un recueil de 101 dessins d’architectes tirés de l’œuvre de Boffrand. Ce recueil intitulé « Recueil des œuvres inédites de Boffrand » figurait dans la bibliothèque de Prosper Morey (il porte son ex-libris). Passé en vente à Drouot en 1920, il a été acquis par le Musée Lorrain. Il porte le numéro d’inventaire III.619.

Après la mort de Joseph Piroux en 1884, le recueil reste conservé dans la famille Piroux, par sa fille Pauline Violet-Piroux (18..-1919). Elle travaillait à l’institut des sourds muets de Nancy avec son frère et son père. Elle donne toutefois l’accès au recueil en 1908 à Paul Perdrizet (1870-1938) pour une étude comparative.

L’étude du recueil par Paul Perdrizet et Pierre Boyé.

En 1908, Paul Perdrizet, archéologue et professeur à l’université de Nancy, avait expertisé le recueil des dessins de l’architecte lorrain Jean-Nicolas Jadot (1710-1761) pour René-Jean (1879-1951), historien d’art en charge de la bibliothèque Jacques Doucet. Il met en parallèle ces dessins avec ceux de Boffrand et dans ses échanges avec René Jean, il évoque ce recueil des dessins de Boffrand qui lui a été signalé par Pierre Boyé. Il demande alors à se faire envoyer à Nancy le recueil Jadot pour le comparer directement avec le recueil des œuvres de Boffrand. Le recueil de Boffrand était conservé alors par Mme Violet-Piroux à Nancy, et, en janvier 1909, dans une lettre conservée à l’INHA dans le fonds René Jean6, elle autorise Paul Perdrizet et Pierre Boyé à venir voir le recueil de Boffrand afin de faire la comparaison sur pièce avec le recueil de Nicolas Jadot.

Le recueil des Œuvres de Boffrand a ensuite été donné par Mme Pauline Violet-Piroux en 1915 à M. Paul Pillement, médecin à Nancy et membre de l’Académie de Stanislas. Conservé par ses descendants depuis cette date, il a été donné en 2020 à la bibliothèque Stanislas.

Description du recueil

Le recueil mesure 42 cm de hauteur sur 28 cm de largeur et 7 cm d’épaisseur. La reliure est en veau brun tachetée, le dos est orné à 6 nerfs, les gardes sont en papier marbré, la pièce de titre est sur maroquin rouge. La reliure est d’origine de la constitution du recueil. La tranche est peinte en rouge.

Dos du recueil des Oeuvres de Boffrand

Il y avait à l’origine au total 201 folios dans le volume. Il manque 11 folios : les planches 146, 160, 165 à 169 inclus, 173, 186, 188, 188 bis. Le recueil contient aujourd’hui 5 gravures et 191 dessins.

Une table se trouve dans le recueil. La table descriptive qui liste les dessins est bien de la main d’Augustin Charles Piroux. En comparant l’écriture de ce recueil et du recueil des châteaux de Lorraine déjà conservé à la Bibliothèque Stanislas, elles correspondent parfaitement. On y trouve dans la partie gauche les titres ou sujets des dessins et sur la partie droite des chiffres. Cette table pourrait être une comptabilité pour établir un prix d’achat du volume. On distingue des nombres de feuilles ou de pièces et des valeurs en sols ou livres.

Table manuscrite écrite par Piroux se trouvant au début du recueil, M-PI-AL-00002-001.

Les numéros dans la colonne de gauche correspondent à un numéro indiqué pour le dessin (numéro repris sur les pages du recueil original et qu’on retrouve sur les calques faits par Prosper Morey).

Certains dessins sont pliés pour pouvoir entrer dans le format du volume. Son état de conservation est plutôt bon, malgré la fragilité générale de l’ensemble.

Un nouveau regard sur l’histoire de l’art et de l’architecture en Lorraine.

L’examen approfondi de ce recueil de dessins a permis de faire des découvertes importantes sur l’histoire de nombreux monuments et édifices lorrains. Plusieurs chercheurs ont été associés aux recherches7 notamment une première étude approfondie, menée en collaboration avec Thierry Franz, responsable du musée du château de Lunéville, doctorant en histoire de l’art préparant une thèse intitulée « Les résidences ducales de Lorraine sous les règnes de Léopold et de François III (1698-1737). Architecture, arts et usages de cour » et coorganisateur d’un colloque international en 2017 consacré à l’œuvre de Germain Boffrand. Cette étude a permis d’identifier et de dater la plupart des dessins du recueil. L’analyse proposée dans la suite de cet article est le fruit de ses recherches.

Attribué à Giacomo Barilly, Perspective architecturale en quadrattura, vers 1707-1709, dessin au crayon graphite, aquarelle, encre et lavis d’encre sur papier vergé, M-PI-AL-00002-118

Des découvertes précieuses pour les grands chantiers lorrains du XVIIIe siècle

L’entrée de ce recueil dans les fonds de la bibliothèque constitue un exceptionnel enrichissement, doublé d’une opportunité rare de faire avancer l’histoire des entreprises architecturales du duc de Lorraine et de son entourage dans la première moitié du XVIIIe siècle.

Se distingue tout d’abord une soixantaine de dessins richement rehaussés de lavis en rapport avec le château de La Malgrange et le projet de reconstruction engagé par le duc Léopold. Si Morey avait copié une petite partie de ceux proposés pour le décor des appartements, leur redécouverte éclaire d’un jour nouveau ce premier grand chantier confié en Lorraine à l’architecte Germain Boffrand (1667-1754). Ils appartiennent en effet à la campagne initiale de travaux lancée en mai 1711. L’édifice prévu ne comporte pas encore les pavillons latéraux qui lui seront adjoints, après la demande du duc d’étendre le projet au début de 17128. C’est bien à ce premier état que renvoie la distribution des appartements du rez-de-chaussée, telle que la révèle l’analyse des dessins et des indications manuscrites, celles-ci permettant de reconnaître l’écriture de Louis-François Guesnon, architecte en charge de la conduite des travaux.

Tous les dessins parlent ce langage décoratif que Boffrand a mis en œuvre quelques années plus tôt à Paris, à l’hôtel de Mayenne pour le prince de Vaudémont, cousin du duc de Lorraine, et au Petit-Luxembourg, résidence de la veuve du prince de Condé. Bruno Pons avait replacé dans leur contexte les propositions de l’architecte pour La Malgrange, sur la base des calques du XIXe siècle, démontrant sa capacité à intégrer les nouvelles orientations du goût parisien, sans renier un regard très personnel9. L’usage des arcades pour unifier les parois des grands cabinets est caractéristique de sa manière [M-PI-AL-00002-002], tout comme la concentration de la sculpture décorative en certains points structurants, au-dessus des cheminées, des portes et sur les frises soulignant les plafonds. Celles-ci déploient leurs arabesques ponctuées de saynètes, afin de rythmer leur déroulement en apparence continu. Les figures d’amours facétieux et de jeunes Léda avec leur cygne visibles dans l’antichambre de la duchesse [M-PI-AL-00002-22] devaient être reprises peu après dans la chambre de la duchesse à Lunéville. Car La Malgrange va servir de laboratoire pour l’introduction en Lorraine des expériences décoratives qui s’opèrent dans le Paris de la fin du règne de Louis XIV.

Agence de Germain Boffrand, Antichambre de son Altesse Royale madame coté de la cheminée, vers 1710-1711, dessin au crayon graphite, encre et lavis d’encre, aquarelle sur papier vergé, M-PI-AL-00002-022

L’opportunité de pouvoir désormais embrasser la presque totalité du rez-de-chaussée de La Malgrange confirme le soin que Boffrand donne à deux notions fondamentales pour l’aménagement intérieur en France : le progrès en richesse au fil des espaces et l’adéquation du décor à l’usage de la pièce. C’est ce que révèle la découverte des dessins conçus pour l’appartement « à droite sur la cour » que Morey n’avait pas reproduits. Destinée aux hôtes du château, cette enfilade symétrique au logement du duc se distingue par des proportions réduites et surtout par une ornementation plus discrète, et donc convenable au statut de l’occupant des lieux [M-PI-AL-00002-010].

La Malgrange confirme ainsi sa valeur de champ d’expérimentation autour du goût parisien le plus moderne, grâce à cette série de dessins sans doute destinés à être soumis au commanditaire. Leur qualité remarquable ne peut que faire regretter qu’ils soient restés dans les cartons, Léopold renonçant à faire achever La Malgrange vers 1720. D’autres projets de décor se rencontrent dans le volume, mais cette fois pour les appartements officiels de Lunéville. Nous avons pu préciser la chronologie de la nouvelle aile ducale construite par Boffrand côté jardin à partir de l’été 1712 puis reprise après l’incendie de 1719, quand les appartements de Léopold et de son épouse passèrent de l’étage au rez-de-chaussée10. Nous pensons reconnaître dans une belle étude au crayon pour deux parois lambrissées une première idée pour le cabinet d’angle, mais sans pouvoir la dater avec plus de précision [M-PI-AL-00002-048]. On retrouve l’original d’un calque de Morey montrant le mur de la cheminée de la chambre de la duchesse. La découverte d’une feuille supplémentaire dédiée à la face des croisées permet d’associer cette proposition à l’état d’avant l’incendie de 1719, quand les ouvertures de l’étage étaient encore rectangulaires [M-PI-AL-00002-046].

Agence de Germain Boffrand, Elévation de deux parois d’une même pièce, sans doute un cabinet d’angle, hypothèse de décors pour Lunéville, projet pour le cabinet d’angle des appartements ducaux de Lunéville, soit vers 1715 ou 1719. dessin au crayon graphite sur papier vergé, M-PI-AL-00002-048

Vers 1715, Boffrand mobilise ses talents de bâtisseur et de décorateur pour le chantier de l’hôtel de Marc de Beauvau-Craon sur la place de la Carrière à Nancy. Dans son étude sur l’architecte11, Morey avait mentionné la conservation de ces dessins pour la somptueuse demeure des favoris du duc. Il n’en avait copié qu’un seul, celui décrivant le mur de la cheminée du cabinet [M-PI-AL-00002-074]. La trentaine de feuilles originales autorise désormais le chercheur à parcourir tout le grand appartement ouvert sur la place ainsi que les lieux de retraite réservés aux commanditaires. Ces décors d’encre et de papier peuvent être rapprochés des éléments toujours en place dans les anciennes pièces de réception, comme les frises sur le thème des saisons ou des amours musiciens, ou encore le couronnement d’une cheminée « en arbalète » avec son trophée d’amour qui décline plus directement le dessin de Boffrand [M-PI-AL-00002-051]. Comme pour La Malgrange, l’étude de l’ensemble restitue la distribution originelle de l’étage noble, différente de celle visible sur les planches du Livre d’Architecture publié par Boffrand en 1745.

Boffrand (Germain), Hôtel de Craon, grande chambre côté de la cheminée, 1715, dessin au crayon graphite, encre noire et brune à la plume et annotations à la sanguine sur papier vergé, M-PI-AL-00002-051

Le recueil contient plusieurs dessins pour différents chantiers nancéiens, en particulier pour l’achèvement de la primatiale, actuelle cathédrale. Un autre projet retient l’attention. Il s’agit d’un plan du rez-de-chaussée du palais ducal tel que le duc Léopold souhaite le moderniser à partir de 1717 [M-PI-AL-00002-191]. Son architecte a conçu un édifice imposant dont les bâtiments forment un rectangle autour d’une cour centrale. Le tout vient empiéter à l’est sur l’ancien palais, en partie abattu, notamment pour établir le nouveau logis ducal à l’extrémité nord de la place de la Carrière. Les travaux sont menés à un rythme soutenu jusqu’en 1719, lorsque l’incendie du château de Lunéville contraint le duc à davantage d’économies. Boffrand doit alors reprendre son projet. L’analyse des comptes nous a révélé la suppression de l’aile orientale, longeant le bastion des Dames12. C’est précisément ce moment du chantier qu’illustre le nouveau plan, qui montre une simple terrasse bordée d’une grille en place du bâtiment jugé désormais superflu. Le dessin témoigne ainsi par l’image du déclin des ambitions du duc de Lorraine pour son palais, finalement abandonné au profit de Lunéville au début des années 1720.

Agence de Germain Boffrand, Plan du rez de chaussée du palais de Nancy, , 1719, dessin au crayon graphite et encre sur papier vergé, M-PI-AL-00002-191

De nouvelles pistes de recherches

Le retour aux dessins originaux permet en outre de réinterroger certains projets. C’est le cas pour une coupe sur deux niveaux montrant le vestibule d’un escalier et un salon de réception à l’étage [M-PI-AL-00002-176]. Les ouvertures en plein cintre reliées par des écoinçons chantournés avaient conduit les historiens à voir dans cette composition attribuée à Boffrand l’une des sources pour le salon ovale de la princesse de Soubise, chef-d’œuvre de la rocaille parisienne du milieu des années 1730. Sur la base du calque de Morey, Bruno Pons a publié ce dessin comme « un projet pour le grand cabinet de La Malgrange », le proposant comme un jalon majeur dans l’évolution des arts du décor. L’examen de l’original nous incite à infirmer cette hypothèse. Les deux pièces associées à un escalier ne correspondent en rien aux différents plans de La Malgrange. En revanche, elles s’inscrivent jusque dans la disposition des accès dans ceux fournis peu après 1754 par Jean-Nicolas Jadot pour le château de Mariemont, demeure de plaisance du prince Charles-Alexandre de Lorraine, dernier fils de Léopold alors gouverneur des Pays-Bas autrichiens13. Si l’architecte lorrain devait finalement s’orienter vers le néoclassicisme précoce pour les projets suivants, il aurait rendu hommage à Boffrand dans une première proposition qui ne ferait que décliner les courbes du célèbre décor parisien diffusé par le Livre d’Architecture.

Attribué à Jean-Nicolas Jadot, Premier projet pour le salon central et l’escalier du château de Mariemont en Belgique, vers 1754-1760, dessin au crayon graphite, encre et lavis d’encre sur papier vergé, M-PI-AL-00002-176

Aux noms de Boffrand et sans doute de Jadot s’ajoute celui de plusieurs sculpteurs. Une étude reste à mener sur les projets de tombeaux destinés à la dépouille de Charles V (1643-1690), père de Léopold, où les initiales de Nicolas Renard (1654-17..) et celles de Barthélemy Mesny se superposent parfois. Le volume conserve une belle composition à la sanguine pour le tympan du fronton de l’hôtel de la Monnaie [M-PI-AL-00002-187]. Sous les armes de Lorraine flanquées d’alérions, une inscription dit l’hostilité qui oppose l’auteur du dessin à Rémy-François Chassel. L’écriture heurtée pourrait être celle de Jean Vallier, l’un des principaux artistes actifs sur les chantiers ducaux. Les tensions peuvent y être vives, ce que confirme de façon encore plus spectaculaire une feuille dessinée à l’encre. Devant le château de La Malgrange, on voit un sculpteur à l’air farouche qui achève son ouvrage sur un groupe allégorique figurant le Temps qui dévoile la Vérité [M-PI-AL-00002-134]. Rien n’atteste de pareille commande dans les comptes. Entre mensonge et ressentiment, le sujet même de cette charge vengeresse laisse entrevoir le contexte humain des travaux voulus par Léopold.

Anonyme, La Vérité dévoilée par le Temps, vers 1715-1720, dessin au crayon graphite, encre, lavis d’encre, gouache blanche et fusain sur papier vergé, M-PI-AL-00002-134

Le recueil contient une dernière énigme, qui nous mène sur les traces d’un projet méconnu de ce prince bâtisseur, sans doute lié à l’histoire galante de sa cour. Morey avait reproduit l’élévation d’un édifice avec l’inscription le désignant comme un projet pour l’abbatiale d’Autrey. Mais l’examen de l’original prouve que l’annotation est apocryphe, peut-être de la main de Demange ou de Piroux [M-PI-AL-00002-193]. La localisation elle-même interroge car rien ne semble relier l’abbaye vosgienne aux velléités de construction du pouvoir. Avec la croix de Lorraine qui surmonte le lanternon et les esquisses de doubles L et de fleurs de lis sur l’entablement, la façade paraît bien porter la marque des commandes de Léopold et de son épouse Élisabeth-Charlotte d’Orléans. Quant à la qualité de la composition, elle plaide en faveur d’une attribution à Boffrand. Pourrait-il s’agir d’un projet pour l’hôtel de ville de Nancy, comme l’indique une mention rayée dans la table des matières ? L’édifice n’a pas la monumentalité attendue pour un bâtiment public. La présence au verso de l’inscription « pour Autray » pourrait ouvrir la voie à une autre hypothèse. Depuis le XVIIe siècle le domaine ducal intègre au sud de Nancy la terre et le château d’Autrey-sur-Madon. Le duc y missionne en 1702 son jardinier Yves des Hours pour en lever le plan14, avant qu’un incendie frappe le logis en 171115. Léopold aurait-il alors confié à Boffrand l’idée d’une reconstruction ? Ce choix serait justifié par la proximité d’Haroué, chef-lieu d’un marquisat pour lequel le duc a justement engagé en 1711 une procédure destinée à y établir son ami Marc de Beauvau-Craon, et peut-être plus encore l’épouse de ce dernier, favorite en titre. Le dessin garderait alors le souvenir du rêve fugace d’un duc de Lorraine éperdument amoureux, désireux de se faire bâtir une nouvelle maison de campagne à quelques kilomètres seulement du séjour de la maîtresse de son cœur.

  1. Cette mention de l’achat du recueil par Piroux figure également dans l’article de Georges Hottenger publié en 1928 dans la revue Le Pays Lorrain (p. 197-198) : «Piroux achète 13 volumes de la veuve Demange architecte» et dans la revue Nancy-artiste du …. 1885 : «L’architecte Demange avait réuni un recueil de plans et dessins des architectes Antoine, Baligand, Goupil, Héré, du peintre provençal, qui avait décoré lui-même sa maison de campagne du Charmois, près Vandoeuvre, des sculpteurs Chassel, Dieudonné, Le Menuet, Mesny et N. Renard. À la mort de Demange en 1781, ce recueil passa à l’architecte Piroux, père du fondateur de l’établissement des sourds et muets. » []
  2. il s’agit du dessin de la façade du pavillon de la cascade de Lunéville, M-PI-AL-00001-064 []
  3. « Notice sur la vie et les œuvres de Germain Boffrand », dans Mémoires de l’Académie de Stanislas 1865, Nancy, 1866, p.203-282 []
  4. Morey (P.), ((« Notice sur la vie et les œuvres de Germain Boffrand », dans Mémoires de l’Académie de Stanislas 1865, Nancy, 1866, p.213-214 []
  5. seulement la moitié des dessins du recueil a été copiée. Les titres et certains éléments d’identification n’ont parfois pas été repris sur les calques ou sont parfois erronés. []
  6. INHA, Fonds René Jean, lettre 605 []
  7. Je souhaite remercier Yann Vaxelaire, architecte au service de la ville de Nancy pour le secteur sauvegardé, doctorant sur l’histoire de la ville de Nancy, Raphaël Tassin, docteur en histoire de l’art, auteur d’une thèse intitulée « Giovan Betto (1642-1722) et les architectes italiens en Lorraine (fin XVIIe-début XVIIIe siècle) » et Pierre-Hippolyte Pénet, conservateur au palais des ducs de Lorraine-Musée Lorrain, pour l’aide scientifique à l’identification et à la datation de certains dessins []
  8. Cf. notre thèse en cours, Les résidences ducales de Lorraine sous les règnes de Léopold et François III (1698-1737). Architecture, arts et usages de cour, préparée à l’université de Lorraine sous la direction du professeur Pierre Sesmat. []
  9. Bruno Pons, « Germain Boffrand et le décor intérieur », dans Michel Gallet, Jörg Garms (dir.), Germain Boffrand 1667-1754. L’aventure d’un architecte indépendant, Paris, Herscher/Délégation à l’Action Culturelle de la Ville de Paris, 1986, p. 187-252. []
  10. Thierry Franz, « Les appartements ducaux au château de Lunéville sous Léopold et François III (1698-1737) », Annales de l’Est, 2011, n°1, p. 223-252. []
  11. Mathieu-Prosper Morey, « Notice sur la vie et les œuvres de Germain Boffrand, premier architecte de Léopold duc de Lorraine et de Bar », Mémoires de l’Académie de Stanislas, 1866, p. 203-282. []
  12. Thierry Franz, « Le palais ducal de Nancy dans la première moitié du XVIIIe siècle. Architecture et vie de cour », Le Pays lorrain, 2017, n°3, p. 199-214. []
  13. Paris, Bibliothèque de l’INHA, Recueil Jadot, fol. 107 et 109. []
  14. Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, B 1556. []
  15. Jacques Choux (dir.), Dictionnaire des châteaux de France. Lorraine, Paris, Berger-Levrault, 1978, p. 33. []

Le chantier des collections (2013-2015)

La bibliothèque est un organisme vivant qui doit s’adapter aux changements de son environnement politique et documentaire.

Une étape normale dans la vie d’une bibliothèque historique

La Bibliothèque municipale de Nancy a déjà vécu plusieurs réorganisations profondes de ses collections :

  • entre 1793 et 1803, avec l’arrivée massive des confiscations révolutionnaires : inventaires, signalement, mises à disposition ;
  • dans les années 1890, sous la direction de Justin Favier, qui l’a introduite dans la modernité : rédaction de catalogues, recotation massive, réaménagement ;
  • dans les années 1950, pour se tourner vers la lecture publique : nouvelle recotation des magasins, ouverture des sections de lecture publique

Relativement protégée lors de l’ouverture de la Médiathèque de la Manufacture en 1992, la Bibliothèque Stanislas a vu il y a tout juste un an démarrer un nouveau « chantier des collections », s’inscrivant dans la continuité des précédents. Prévu pour durer au moins 3 ans, il se justifie par l’accumulation des collections et leur dispersion, due aux agrandissements, aménagements et choix successifs de ses directeurs.

Les signets matérialisent les ouvrages du DL éparpillés dans le fonds général
Les signets matérialisent les ouvrages du DL éparpillés dans le fonds général 

3 objectifs

Le premier objectif du chantier ainsi engagé consiste à repérer et rassembler les collections dispersées. Que ce soit par le biais du catalogue (conversion rétrospective, informatisation des collections spécialisées, numérisation des fonds) ou de manière tout à fait matérielle (pose de signets, isolement du dépôt légal), il s’agit d’un travail de fourmi qui requiert l’ensemble des compétences que l’on peut trouver dans une équipe de bibliothécaires, depuis la manutention jusqu’à l’identification d’un ex-libris.

Le deuxième objectif est de traiter les collections selon leur destination : collections patrimoniales ou collections courantes. Le repérage et le tri des collections non patrimoniales (collections courantes du fonds d’étude) permet de dégager des locaux dévolus aux fonds pérennes. Une nouvelle réserve précieuse est en cours d’aménagement pour les manuscrits (5 localisations actuellement) et les estampes (5 localisations également). Il est aussi prévu de rassembler physiquement toutes les collections lorraines dans un magasin et tout le dépôt légal dans un autre.

Enfin, le troisième objectif, à plus long terme, est d’entamer la phase suivante de l’histoire de la bibliothèque : l’étude approfondie de ses collections patrimoniales afin d’en proposer une meilleure valorisation.

Les fiches à trier en vue de la rétroconversion
Les fiches à trier en vue de la rétroconversion, soit plus de 340 tiroirs

5 équipes

Cette grande entreprise de remise en ordre a pu voir le jour grâce à la constitution de 5 équipes, impliquant l’ensemble du personnel de la Bibliothèque Stanislas, qui travaillent simultanément et souterrainement (car rien de tout cela n’est visible du public) à la réalisation des objectifs du chantier des collections :

  • l’équipe « rétroconversion », chargée de préparer et mener à bien l’informatisation de 90 000 notices d’imprimés qu’on ne trouve toujours pas dans le Catalogue collectif de France ;
  • l’équipe « monographies », chargée de chasser dans le fonds postérieur à 1945 tout ce qui ne doit pas s’y trouver, des ouvrages obsolètes aux rara du Fonds lorrain échouées là on ne sait pourquoi ;
  • l’équipe « périodiques », qui dénoue la tapisserie complexe des cotes enchevêtrées entre abonnements vivants, morts, titres du dépôt légal (ou pas, ou plus, ou partiellement) et périodiques régionaux ;
  • l’équipe « fonds lorrain », qui ravaude patiemment sa collection éparpillée au gré du vent, en dépit des quantités de cotes, de travées et de morceaux de magasins déjà identifiés1  ;
  • l’équipe « réserves », qui a pour mission de déployer les imprimés, les manuscrits et le Cabinet des Estampes dans les locaux existants et la meilleure proximité des recommandations concernant la conservation.

Il  s’y ajoute une méta-équipe « rationalisation », composée de l’ensemble des chefs d’équipe ainsi que de quelques collègues qualifiés (responsable du dépôt légal, responsable des collections de lecture publique du réseau) qui planifie, affecte, réaffecte et prévoit sur un plus long terme les déplacements de collections puis les priorités dans la politique documentaire du site et sa politique scientifique.

Les problèmes
Les boites à problèmes

Et dans la réalité…

Le chantier des collections est au quotidien un chantier où l’on fait des trouvailles, où l’on charrie des cartons, où l’on lève les yeux au Ciel, où l’on s’arrache les yeux sur un codage bizarroïde…

Mais on y rit beaucoup et souvent, aussi ; on célèbre les petites étapes franchies ; et bien qu’on soit encore loin d’une parité entre les tonnes de papier déplacées et la quantité de confiseries englouties, on est loin de s’y laisser mourir de faim !

 

 

  1. Le tiers des petits formats n’était pas à l’inventaire : 6000 numéros à ajouter aux registres ; 30% du fonds est passé à travers la campagne de rétroconversion pour des raisons inconnues : un chantier de catalogage de 4000 notices nous attend à partir de 2016. Et tout cela pour un fonds « très bien connu » []

La donation Michel Jamar

Pour une institution culturelle, recevoir le fonds d’atelier d’un artiste reste un événement assez exceptionnel. En 2013, la Bibliothèque de Nancy a accueilli un ensemble conséquent d’œuvres et d’objets de l’artiste Michel Jamar. L’occasion pour nous de revenir sur les moments forts de la réception et de l’intégration de ce don aux collections.

L’enrichissement du patrimoine lorrain.

Portrait de femme. Gravure sur bois en couleurs.
Portrait de femme. Gravure sur bois en couleurs.

Artiste de talent, le graveur lorrain Michel Jamar (1911-1997) est l’auteur de nombreuses illustrations, gravures, peintures et ex-libris. Formé à L’Ecole des Beaux-Arts de Nancy où il est l’élève de Victor Prouvé, il allie les talents du peintre, du sculpteur, du céramiste, du décorateur, du buriniste mais c’est surtout comme graveur sur bois qu’il donne naissance à des œuvres des plus originales. Récompensé en 1981 par le grand prix de la gravure sur bois de l’Académie des beaux arts de France, son travail s’inscrit parmi l’œuvre des grands graveurs lorrains.

En 1995, Michel Jamar avait fait don à la Bibliothèque d’une partie de son travail. Un ensemble d’environ 300 dessins, estampes et ex-libris avait rejoint nos collections et une partie avait fait l’objet d’une exposition cette même année.
En 2012, Xavier Jamar, son fils, a souhaité compléter la donation par le fonds d’atelier de son père. Ce fonds volumineux se compose de dessins, estampes, matrices, lettres, mais s’accompagne également de ses outils et machines, telle la presse en taille-douce exposée à l’entrée de la bibliothèque. Grâce à ce don, la bibliothèque possède aujourd’hui une collection remarquable, représentative de l’œuvre de ce graveur et illustrateur lorrain.

 

 

 

Jamar au travail
Jamar au travail

L’enregistrement administratif du don.

Pour officialiser le don du fonds d’atelier, M. Xavier Jamar, seul enfant de l’artiste, ainsi que sa mère Anne Jamar, l’épouse de l’artiste, seuls héritiers, ont présenté au Maire de Nancy par courrier leur souhait de faire don de l’œuvre de Michel Jamar à la bibliothèque. Suite à cette demande, une convention de don a été établie afin d’en définir les modalités.

La réception du fonds d’atelier.

2013-05-28_BM_Fonds-Jamar_013
Le remontage de la presse à la bibliothèque

Le 28 mai 2013, un camion de déménagement est arrivé à la bibliothèque pour livrer l’ensemble des œuvres et objets. Ce sont au total 60 lots qui ont été recensés, comprenant une vingtaine de cartons, six cantines et la presse en taille-douce. Cette dernière, démontée depuis plusieurs années, a été réassemblée le jour même par l’équipe de la bibliothèque suivant les consignes de Xavier Jamar et placée à l’entrée de la bibliothèque.
L’ensemble des lots a été conservé à plusieurs endroits de la bibliothèque en attendant les séances de tri avec Christine et Xavier Jamar.

La sélection des œuvres.

B543956101_inventaire_jamar-002
Une séance de tri avec Christine et Xavier Jamar

Il avait été décidé avec M. Jamar, pour une question de place et pour un côté plus pratique, que la sélection des œuvres se ferait à la bibliothèque. Lors de séances de travail, une fois par semaine, pendant trois mois environ, Xavier Jamar, son épouse Christine et moi-même avons sélectionné les œuvres qui entreraient dans les collections de la bibliothèque.

Ce tri a été fait de manière à avoir une exhaustivité la plus complète. Ainsi, l’ensemble des matrices et des dessins ont intégré les collections, à l’exception de quelques œuvres que son fils souhaitait conserver. Les médailles, réalisées par l’artiste, ont également été sélectionnées. Tous les éléments du fonds sont complémentaires ; dessins préparatoires, dessins, matrices et estampes se répondent sur des sujets ou des motifs identiques.

Séances de tri !

La volumétrie du fonds est telle (plus de 5300 dessins, 450 matrices, plus de 1000 estampes et 1 mètres linéaire d’archives) qu’il a fallu faire plusieurs séances de tri pour rassembler les estampes identiques. En plusieurs séances, par format, toutes les épreuves du même sujet ont été rassemblées, de façon à ne conserver que deux exemplaires de chaque. Lorsqu’un tirage était particulier (premier état, épreuve d’artiste, épreuve d’état, etc.) il a été conservé, en plus des deux exemplaires.

Une séance de tri en salle Stanislas

 

Dépoussiérage, conditionnement.

Les matrices ont été traitées en premier. Catalogage complet, dépoussiérage et conditionnement ont été effectués sur ces objets. Pour le conditionnement, il n’est pas le même selon le matériau de la matrice. Les bois et les linogravures ont été conditionnés dans des pochettes à rabat, en papier permanent, et les matrices en cuivre et en métal sur des plaques de carton permanent recouvertes de plastazote.

Conditionnement des plaque de cuivre
Conditionnement des matrices de cuivre

Pour les dessins et estampes, seules les œuvres se trouvant sur des montages abîmés ou contaminés ont été démontées, dépoussiérées et isolées.
Le dépoussiérage et le conditionnement se fera au fur et à mesure de la cotation des œuvres.

Prochaines étapes.

Les estampes et les dessins devront être dépoussiérés, puis cotés et catalogués. Ils seront ensuite rangés dans des pochettes et boites de conservation.
Pour valoriser cette donation, une première présentation aura lieu le samedi 26 avril prochain, dans le cadre des conférences « Une heure avec », à 10h30.
Nous envisagerons par la suite une cérémonie officielle de réception du don, en présence des élus de la Ville de Nancy.

 

 

Gérer un fonds iconographique en bibliothèque

Dans la plupart des bibliothèques, la gestion des fonds iconographiques pose problème. Comment gérer ces documents particuliers en termes de catalogage, de conservation et de communication ? Sur ces points, toutes les bibliothèques ont des pratiques et des méthodes différentes. Certaines ne font que peu de distinction entre le fonds d’ouvrages et ce fonds particulier, d’autres le considèrent comme un fonds précieux et appliquent les règles en conséquence. La bibliothèque de Nancy s’est penchée sur cette question à partir de septembre 2011 lors de la réorganisation du fonds iconographique.

Le fonds de la bibliothèque Stanislas

En septembre 2011, le nombre de documents iconographiques était estimé à environ 30 000 pièces. Composé de dessins, d’estampes, de photographies, de cartes postales, d’affiches et de cartes géographiques, il était conservé en différents endroits de la bibliothèque, dont une partie principale en magasin, au milieu des rayonnages de livres. Ce fonds a été conservé selon le classement presque originel du xixe siècle, commun à de nombreuses collections d’art graphique, c’est-à-dire selon un classement thématique (portraits, artistes, localités, etc.). Un classement qui offre l’avantage de pouvoir chercher directement dans les collections, par ordre alphabétique, mais qui reste peu pertinent pour la conservation et pour la recherche lorsque l’œuvre d’un artiste se trouve rangée dans un classement iconographique.

Documents non conditionnés
Documents non conditionnés
Ce fonds iconographique avait été coté et répertorié de manière très succincte. Les lecteurs utilisaient de volumineux répertoires issus de fichiers textes pour faire leurs recherches et demander les documents. La communication se faisait en salle de lecture, au milieu d’autres lecteurs, avec un nombre non limité de documents iconographiques consultables à la fois.

Changement de programme

En septembre 2011, la bibliothèque a entrepris de réorganiser ce fonds afin se conformer aux normes de catalogage et de conservation en vigueur. Un état des lieux a été dressé, mettant en évidence les faiblesses de l’actuel classement, et des propositions ont été faites pour améliorer quatre points importants : catalogage, conservation, classement, communication.

Parallèlement, il est apparu que les collections iconographiques n’avaient pas toutes été prises en compte dans les estimations. En effet, de très nombreux recueils factices d’estampes se trouvent catalogués et conservés comme des livres. Ces recueils représentent une part importante de ce fonds en termes de quantité mais aussi de qualité. Un travail de recensement de l’intégralité du fonds a été entrepris.

Les fonds graphiques dans les autres institutions

D’autres institutions culturelles conservent ce type de fonds. Musées et archives ont des pratiques différentes ; les musées adoptent des normes de conservation préventive plus rigoureuses et un catalogage souvent plus poussé, les archives adoptent un traitement de type archivistique. Après avoir étudié ces différentes pratiques, la bibliothèque Stanislas a tenté de trouver un juste milieu qui réponde à ses besoins et ses exigences en termes de conservation, de catalogage et de communication.

La réorganisation du fonds

Le conditionnement était inadapté : des boîtes souvent trop grandes par rapport à la taille des documents qui bougent et s’abîment à l’intérieur, une perte de place évidente dans des locaux déjà restreints en espace, des boîtes à moitié remplies et des documents parfois trop grands ou repliés dans des boîtes trop petites.

Documents mal conditionnés (boite et pochettes trop petites)
Documents mal conditionnés (boite et pochettes trop petites).

Un reconditionnement en quatre formats a été adopté, dans des boîtes de conservation et meuble à plan. Les documents sont reconditionnés en pochettes de papier permanent ou pochettes polyester qui seront au format de la boîte et non du document. Un dépoussiérage des œuvres, des boîtes et des espaces de stockage est effectué systématiquement.

Gommage d'un document
Gommage d’un document avant sa numérisation et son reconditionnement.

La manipulation et la communication étaient également un gros problème pour la conservation des documents. Le manque d’espace et le manque de sensibilisation du personnel et des lecteurs à la fragilité de ces œuvres engendrait un risque à chaque communication. Des actions d’aménagement et de formation ont été menées : un plan de travail adéquat a été installé (en attendant le déménagement prochain vers la nouvelle réserve) et des formations à la manipulation de ces documents ont été organisées et suivies par tout le personnel. La communication des documents se fait désormais dans une salle réservée à la consultation des fonds patrimoniaux, selon des consignes précises. Les œuvres numérisées ne sont plus communiquées.

Le classement du fonds se fait désormais par format, par fonds et par typologie de document. Les albums d’estampes et recueils factices sont intégrés au fond iconographique. L’ensemble des documents est recoté selon le schéma suivant : lettre du format-intitulé du fonds-typologie d’objet-numéro d’ordre (à 5 chiffres) (ex : P-FG-ES-00001, correspondant à « 1re estampe du fonds général petit format »).

A gauche le nouveau stockage, boites de conservation au format, à droite, une partie du fonds qui reste à reconditionner
A gauche le nouveau stockage, boites de conservation au format, à droite, une partie du fonds qui reste à reconditionner.

Le catalogage ne se fait plus dans un fichier texte mais dans un tableur. Les champs renseignés sont plus nombreux et plus précis, incluant des données de gestion, administratives et de conservation. Utilisant la norme AFNOR pour le catalogage de l’image fixe mais aussi certains champs renseignés pour l’art graphique par les musées, la bibliothèque s’est créé sa propre charte de catalogage. Celle-ci répond aux différents niveaux de recherche, et permet une meilleure gestion des collections. Une partie de ces données sont extraites et publiées en format Dublin Core pour intégrer nos sites web et à terme la bibliothèque numérique (Bibliothèque Renaissance à Nancy, Prosper Morey, itinéraire d’un architecte, ces deux expositions virtuelles sont néanmoins appuyées sur une base de donnée en dublin core contenant la totalité des fonds numérisés dans ces corpus).
On a brisé le classement thématique au profit d’un classement par format et technique, ce qui a pu apparaître comme une perte de lisibilité pour l’équipe et les usagers habitués, mais au final offre une meilleure lisibilité  pour la conservation. La distinction entre documents précieux et imprimés de reproduction est plus claire. Par un catalogage plus précis, la restitution de la thématique via les champs d’indexation et la construction d’instruments de recherche raisonnés permettent de rassembler intellectuellement des œuvres matériellement dispersées, comme œuvres des Jacques Callot rangées sous la thématique « Localité Nancy » par exemple.

Des collections redécouvertes

Parallèlement à ce travail sur le catalogage et la conservation, depuis septembre 2011, un repérage systématique des collections iconographiques a été entamé. Chaque volume de la bibliothèque a été contrôlé pour vérifier qu’il ne s’agissait pas d’un album ou recueil factice d’œuvres. Ce travail n’est pas encore terminé, mais on dénombre déjà plus de 200 recueils factices ou albums, donc certains contiennent parfois plus de 300 pièces. Les collections iconographiques (hors cartes postales) sont estimées aujourd’hui à plus de 50 000 œuvres et probablement bien plus dans les mois à venir. Parmi ces recueils, la bibliothèque redécouvre de véritables chefs d’œuvres oubliés, voire jamais repérés.

Page d'un recueil factice d'estampes (contient des documents du XVIe au XIXe siècle)
Page d’un recueil factice d’estampes (contient des documents du XVIe au XIXe siècle).

 

Une collection qui s’enrichit et se partage

Depuis plus de 20 ans, la bibliothèque poursuit une politique d’acquisition active avec des achats et dons d’artistes contemporains. Dernier exemple en date, en 2013, la bibliothèque a reçu le don du fonds d’atelier de Michel Jamar, graveur lorrain du xxe siècle. Composé de matrices, d’estampes et de dessins, il est accompagné de la d’une presse en taille-douce ainsi que des outils du graveur. Représentant l’intégralité de son œuvre graphique, la collection comprend près de 2 000 documents et objets (inventaire en cours).
Depuis 2009, la bibliothèque fait numériser ses collections patrimoniales. Un partie du fonds iconographique est désormais disponible en ligne ou sur les postes informatiques de la bibliothèque. Ce sont surtout les fonds les plus fragiles, les plus communiqués et les grands formats. Ainsi les œuvres concernant Nancy, celles de Prosper Morey, de Grandville et les graveurs lorrains du xvie siècle sont consultables en version numérique.
Le pôle iconographique est aujourd’hui composé de deux personnes à temps plein : un responsable et un magasinier référent. Ce chantier occupera cette équipe encore plusieurs années étant donné l’ampleur de la tâche. Parallèlement, dans le cadre de sa politique de valorisation patrimoniale, la bibliothèque souhaite mettre en avant cette collection et proposer des expositions, articles mais aussi des catalogues raisonnés pour les gravures lorraines. Les échanges avec d’autres institutions possédant des collections iconographiques (au plan local – avec le Musée des Beaux-arts de Nancy ou le Musée Lorrain – comme national) se multiplient afin de mieux appréhender les pratiques de chacun, améliorer la gestion et la valorisation des collections. Amis bibliothécaires, n’hésitez pas à nous contacter pour partager vos expériences !