Archives par mot-clé : Limedia

Le procès du parricide de Leyr, ou comment parler de la presse ancienne.

L’ouverture de Limédia kiosque a permis de re-questionner la médiation et la valorisation d’un fonds de presse ancienne.
Pour l’inauguration officielle du site, en mars 2019, nous avons proposé au public de revivre un fait divers qui a défrayé la chronique à la fin du XIXe siècle : le parricide de Leyr.

 

Le meurtre de Leyr, par son atrocité et ses multiples rebondissements, a alimenté les conversations et occupé les esprits lorrains de la fin du XIXe siècle. Il a constitué un véritable feuilleton dans la presse quotidienne locale et a marqué durablement l’histoire du village de Leyr. C’est pour ces raisons que le choix des bibliothécaires s’est porté sur ce fait divers pour une “reconstitution” spectacle originale.

Véritable travail de collaboration, la reconstitution du procès a non seulement mobilisé l’équipe de bibliothécaires mais aussi plusieurs types d’acteurs : étudiants en droit, comédiens, et spectateurs !

Les étudiants en droit, membres de l’association AJEP, jouent le rôle de la Cour : Achille premier assesseur, Hugo, président de la Cour et Yacer 2e assesseur.

La “reconstitution” de la cour d’assises par les étudiants en droit de l’université de Lorraine

C’est une association d’étudiants en droit de Nancy, l’AJEP, Association Juridique Economique et Politique, dont la vocation est d’organiser chaque année des concours de plaidoirie, qui a travaillé à la reconstitution de la cour d’assises.  L’objectif n’était pas de faire une reconstitution historique et exacte du procès, tel qu’il a eu lieu en 1898, mais d’évoquer l’ambiance des procès de l’époque en respectant, autant que possible, le fonctionnement judiciaire de la fin du XIXe siècle. Ainsi nous retrouvons pour ce procès : une cour constituée d’un président et deux assesseurs, un jury de 6 personnes (spectateurs tirés au sort), un procureur et deux avocats.
Quelques libertés ont été prises par rapport au fonctionnement judiciaire de l’époque des faits : le jury, constitué de 6 personnes (et non pas 12), avait la charge d’établir la culpabilité de l’accusé mais aussi de définir la peine, alors que cette tâche incombait alors à la cour.

Le groupe d’étudiants s’est appuyé sur un travail documentaire d’archives de presse et de témoignages réalisé par les bibliothécaires pour construire le déroulé du procès : protagonistes, témoins invités à la barre, rebondissements et réception du procès.

Chaque étudiant avait un rôle : président du jury et assesseurs, avocats de la défense, procureur. Nous le verrons plus loin, les rôles des témoins et accusés étaient tenus par des acteurs d’une compagnie de théâtre amateur. L’équipe d’étudiants avait donc écrit une bonne partie de son intervention tout en laissant une place non négligeable à l’improvisation.

Maxime, étudiant en droit et président de l’AJEP, incarne le procureur avec beaucoup de conviction.

Voici un extrait du réquisitoire du procureur :

Monsieur le Président, messieurs les assesseurs, mesdames messieurs les jurés, nous avons essayé tout au long de ce procès de découvrir la vérité quant aux faits qui se sont produits entre la nuit du 20 février, soir du meurtre et celle du 23 février, soir où le fils Ancion se débarrasse du corps en le découpant en 6 parties puis en le jetant dans l’étang de Quercigny.

Mais comme vous avez pu le remarquer, les incohérences des témoignages , les oublis du fils Ancion, l’absence regrettable de Madame Ancion sont autant d’obstacles qui nous éloignent de la vérité vraie. Aussi il incombe au ministère public de démêler le vrai du faux, de combler les trous de cette histoire sordide et ainsi se rapprocher de cette vérité vraie. Cependant, ne rêvez pas, si nous pourrons nous en approcher, jamais nous ne l’atteindrons, emportée en partie dans la tombe de la mère Ancion et pour l’autre dans le silence du fils.

La défense essaiera de vous faire douter, elle dressera du fils Ancion un portrait bienveillant, celui d’un jeune homme au passé difficile, celui d’un jeune homme sympathique, gentil et inoffensif et pourtant tant effrayé par son père.

Noémie et Valentin, étudiants en droit, eux aussi membres de l’association AJEP, interprètent les avocats de la défense. Les dessins de Catherine Créhange sont projetés simultanément.

Voici un extrait de la plaidoirie de la défense :

Notre client se tient devant vous pour avoir tué son père, l’avoir découpé en morceaux, et jeté dans un étang. Il se tient devant vous pour avoir donné la mort à son père, alors que son père était sur le point d’attenter à sa vie. Il se tient devant vous, seul, pour des faits d’assassinat, alors que sa mère a contribué de manière certaine à la mort de la victime. Il se tient devant vous, pour avoir prémédité cet assassinat, alors qu’aucun élément concret ne prouve qu’il ait planifié de tuer son père.

Nous allons reprendre la chronologie pour vous démontrer que notre client n’a pas pu préméditer cet acte, et qu’il a en réalité plutôt réalisé sous l’emprise de sa mère.

Et comment imaginer un procès sans croquis d’audience ? Nous avons invité l’illustratrice et dessinatrice de presse Catherine  Créhange  qui a réalisé les dessins judiciaires, projetés en direct pendant le spectacle.

Catherine Créhange en dessinatrice judiciaire pour l’occasion.

L’approche de la compagnie de théâtre d’improvisation

Comme il était impossible de reconstituer le procès de manière exacte avec les documents que nous avions à disposition, nous avons choisi un parti pris décalé, en travaillant avec la compagnie de théâtre d’improvisation nancéienne Crache-Texte. Quatre comédiens se sont donc répartis les rôles des différents protagonistes du procès : l’accusé, Charles Ancion, qui est interprété, dans toute sa réserve, par Axel Goefper. L’ensemble des témoins, trois hommes et une femme, sont interprétés par un seul comédien, François Barthelemy, introduisant un caractère comique à la situation.

Les témoins, interprétés par François Barthelemy, de la Compagnie Crache-Texte : des personnages hauts en couleurs défilent à la barre, sous le regard de Tom, étudiant en droit et membre de l’AJEP, qui joue le rôle du greffier.

Enfin, la compagnie a proposé, pour rendre la reconstitution plus théâtrale, d’incarner aussi le père assassiné et la mère suicidée (interprétés par Yann Berriet et Magalie Beck). Ces derniers ont utilisé judicieusement la disposition de la salle de lecture et se sont installés sur une galerie surplombant l’espace où se trouvait la cour et le jury. Participant de manière extérieure au procès de leur fils, ils étaient ignorés des autres protagonistes, tels deux fantômes dont seul le public pouvait suivre les remarques.

Magalie Beck et Yann Berriet  interprètent les fantômes du père assassiné et de la mère suicidée.

La compagnie de théâtre a travaillé en amont de la représentation avec le déroulé fourni par les étudiants en droit, ainsi que les documents disponibles sur l’affaire du parricide. Tous ces éléments ont servi de cadre à leur improvisation.

La participation du public

Le dernier participant à ce procès, et non le moindre, était le public. D’emblée nous avons décidé qu’il serait intéressant d’impliquer les spectateurs dans cette reconstitution. Nous leur avons dévolu 5 rôles différents, par tirage au sort, à l’entrée de la salle.

Les jurés

Au nombre de 6, ils ont passé l’ensemble de la soirée derrière la cour, sur “l’espace scénique”. Comme pour un procès réel, leur rôle était de décider du sort de l’accusé, jugeant à partir des témoignages, plaidoirie et réquisitoire. L’issue du procès aurait pu être complètement différente de celle du procès d’origine !

Le jury, composé de 6 personnes, tirés au sort dans le public.
Les gendarmes

Au nombre de 6 également, coiffés d’un képi, ils assuraient “la sécurité” de l’accusé et des témoins appelés à la barre.

Charles Ancion est interprété par Axel Goefper de la compagnie théâtrale Crache-Texte, et les deux gendarmes qui l’accompagnent ont été tirés au sort dans le public.
Les journalistes

Une dizaine de spectateurs-journalistes étaient présents au-devant de la scène, pour rendre compte du déroulement du procès, coachés par une véritable journaliste de l’Est Républicain, Lysiane Ganousse.

Dans la salle, le public participe à cette reconstitution : gendarmes, journalistes, bourgeois ou paysans, chacun son rôle.
Les villageois et les bourgeois

Les autres spectateurs, la majorité, étaient installés indifféremment dans la salle et répartis en deux catégories : villageois et bourgeois.
Les spectateurs étaient invités à s’exprimer, en fonction de leur rôle, sur le procès se déroulant sous leurs yeux. Nous avons utilisé pour cela le stratagème des chauffeurs de salle, et confiés à deux bibliothécaires des grands panneaux sur lesquels étaient inscrits des interjections : Haaaaaaa, Diantre, Quelle horreur ! , chuuut, à mort ! Bravo !

Les bibliothécaires présents et déguisés dans la salle avaient pour mission d’animer la salle.

À l’issue du réquisitoire et de la plaidoirie, le jury se retire pour délibérer. Le public a également la possibilité de donner son avis sur le dénouement du procès en direct via une application de sondage.

Les bibliothécaires ont fait vivre cette soirée en jouant leur rôle jusqu’au bout.

Bilan

Cette expérience partenariale, inédite et pleine d’humour en dépit d’un sujet difficile, a permis aux participants (acteurs et spectateurs) de mieux comprendre le déroulement d’un procès mais aussi l’influence de la presse sur l’opinion publique. Chacun a pu faire des parallèles avec des affaires récentes où le scandale médiatique le dispute à l’horreur des faits. Une forme d’éducation aux médias et à l’information en utilisant le patrimoine local.

Le parricide de Leyr : une websérie à partir des archives de presse

Après la mise en ligne des collections de presse numérisées sur le Kiosque Lorrain1, remplacé aujourd’hui par Limédia Kiosque, les bibliothèques réfléchissent à de nouvelles idées de valorisation de ce corpus. Il s’agit avant tout de rendre la presse ancienne attractive pour le grand public. C’est ainsi qu’est née l’idée de réaliser une websérie.

La presse ancienne en ligne sur Limédia Kiosque

En 2014, les Bibliothèques de Nancy mettent en ligne leurs collections de presse numérisées sur le Kiosque Lorrain. Ce site a vocation à offrir les archives de la presse quotidienne régionale numérisées à la recherche, mais aussi de la rendre accessible et intelligible par le grand public.

La presse ancienne, écrite dans un style différent de celle d’aujourd’hui, et très peu illustrée, est parfois difficile à appréhender. Quelle valeur ajoutée peuvent apporter les bibliothèques pour faciliter l’accès à ce contenu ?

Une de l'Est Républicain de 1898
Exemple de une d’un journal ancien : l’Est Républicain du 27 mars 1898

Nous décidons donc de réfléchir à différents modes d’accès aux collections de presse. La découverte de cette masse d’archives passe par les thèmes, mis en avant par le biais de petites expositions, qui trouvent leur illustration dans les images de la presse de l’époque ou encore par la sélection d’articles intéressants.

Nous sélectionnons des articles évoquant par exemple les faits significatifs d’une époque, (couvre-feu des Nancéiens en temps de guerre), qui traitent de problématiques du quotidien (prix du pain), des événements locaux majeurs (exposition internationale de l’Est de la France), des petites annonces, des publicités, ou encore, des affaires judiciaires ayant défrayé la chronique.

Un nouveau produit culturel

Les Bibliothèques de Nancy se sont essayées à l’invention de différents produits culturels pour promouvoir le patrimoine auprès du grand public : jeux, gifs animés, expositions virtuelles, cahiers de coloriage …

Mais cette fois, nous décidons de réaliser un outil de médiation diffusable en ligne qui témoignerait d’une réappropriation possible de ce corpus de presse.

C’est alors qu’émerge l’idée de créer une websérie, autour d’un événement relaté dans les journaux d’époque. Nous voulons la rendre attrayante, et imaginons un remake lorrain de l’émission de télévision « Faites entrer l’Accusé ».

Illustration du périodique "L'Assiette au beurre", 755 403, Bibliothèques de Nancy
Troupe de gendarmes, illustration extraite du périodique “L’Assiette au beurre”, 1901-1902, cote 755 403, Bibliothèques de Nancy

Choix du corpus

Notre choix se penche sur un fait divers « à sensation ». Un drame local qui a eu un retentissement particulier dans la presse quotidienne régionale de l’époque répondait à ces critères : le parricide de Leyr.

Cette histoire offre tous les éléments indispensables à une série à succès : un meurtre macabre, une histoire familiale sordide, une enquête pleine de rebondissements, le tout planté dans un décor typique de nos campagnes lorraines.

«1898. Leyr, un petit village de Meurthe-et-Moselle, est le théâtre d’une macabre découverte. Un paquet contenant des restes humains en morceaux, est repêché dans le lac. En l’absence de tête, l’identification de la victime est impossible… Menez l’enquête, dans une websérie en 10 épisodes ! »

Au-delà de l’enquête, c’est le traitement de l’affaire dans les journaux de l’époque qui rend cet événement singulier et intéressant à utiliser. En effet, des titres vendeurs et des articles évoquant tout à fait la presse à sensation d’aujourd’hui étaient publiés dans les principaux quotidiens d’information régionaux de l’époque, notamment dans l’Est Républicain, qui entend bien rapporter à ses lecteurs tous les rebondissements de cette affaire.

Article concernant le parricide de Leyr extrait de l’Est Républicain du 27 mars 1898

On y révèle tous les détails de l’enquête, les noms des suspects, leur adresse, mais surtout, on parle déjà de parricide, alors même qu’aucun suspect n’est encore interpellé. Les rumeurs des villageois et les réactions parfois très virulentes des témoins influencent l’enquête, ainsi que les récits des journalistes.

Représentation d'un jury, illustration extraite de "l'Assiette au Beurre"
Représentation d’un jury, illustration extraite de “l’Assiette au Beurre” 1901-1904, cote 755 403, Bibliothèques de Nancy

Un travail collectif

Une fois le sujet choisi, nous proposons le projet à nos partenaires du Sillon lorrain. Le site Limédia Kiosque ayant vocation à accueillir les collections de presse numérisées des bibliothèques de Nancy, Metz, Épinal et Thionville, nous souhaitons réaliser cette websérie tous ensemble, afin que tous puissent par la suite s’en servir comme outil de diffusion des collections, comme objet de communication et comme exemple de réappropriation possible des collections patrimoniales par le public.

Chacun se chargera d’une partie : constitution du dossier documentaire et iconographique, prise de vue, réalisation d’un prompteur, montage, fabrication des pages de crédits, sélection de musique libres de droits.

La réalisation

Réécriture

Le dossier documentaire est finalisé. Il contient notamment tous les articles de journaux ayant trait à l’affaire, mais aussi toutes les monographies qui ont été écrites autour de ce meurtre23, ainsi que les pièces juridiques en notre possession. Nous proposons de fournir la sélection documentaire à un journaliste, qui saura construire une narration passionnante autour de ces informations documentaires.

Illustration

Vue de Leyr, carte postale, Bibliothèques de Nancy
Vue de Leyr, carte postale, cote P-FG-CP-00194, Bibliothèques de Nancy

La Bibliothèque Stanislas conserve des documents iconographiques qui peuvent nous servir à illustrer le déroulé de l’intrigue. Nous manquons toutefois d’images documentaires. En revanche, les images d’illustrations ne manquent pas. Nous trouvons des images colorées et qui peuvent représenter l’ambiance de l’époque notamment dans le Bulletin de la société géographique lorraine, ainsi que dans la fameuse revue l’Assiette au beurre, dont les volumes reliés cachent des reproductions de dessins caricaturaux et colorés. Cela semble parfait pour égayer un peu le sujet et insérer une pointe d’humour. En effet, la websérie n’est pas une enquête policière, elle doit être vue au second degré, et a pour vocation de divertir avant tout.

Illustration extraite de "l'Assiette au Beurre"
Illustration extraite de “l’Assiette au Beurre” 1901-1904, cote 755 403 , Bibliothèques de Nancy

Narration

Il nous faut maintenant un narrateur ! Nous prenons contact avec Jérôme Prod’Homme, qui est journaliste pour la radio locale France Bleu Sud Lorraine. Nous le savons intéressé par l’histoire régionale, il sait plaire au public et parler face à la caméra. Il se prête volontiers au jeu !

Nous réalisons également un teaser pour lancer l’opération sur les réseaux sociaux.

Mise en ligne

Nous décidons de laisser toutes les bibliothèques partenaires publier la websérie sur leurs propres réseaux. Chacune choisit ainsi son média de prédilection : facebook, youtube, etc… Les Bibliothèques de Nancy postent la vidéo sur leur chaîne Youtube, qui héberge déjà les vidéos de différentes actions culturelles.

Teaser de la websérie, raconté par Jérôme Prod’homme.

Le premier chapitre est mis en ligne le 22 mars 2019.
Les épisodes suivants sont mis en ligne tous les mardis et les vendredis à 17h pendant 5 semaines. Accompagnée d’un résumé personnalisable par les partenaires, la publication est ensuite relayée sur les réseaux sociaux de chaque bibliothèque.

Premier bilan

À ce jour, le chapitre 1 a été vu plus de 5000 fois via notre Facebook, plus de 800 fois sur notre compte Twitter, plus de 130 fois sur notre chaîne Youtube, et relayé 80 fois . Mais surtout, nous avons réussi à créer un produit culturel à part entière, qui demeurera accessible et pourra être réutilisé plus tard.

La création de cette websérie est aussi un exemple de réappropriation possible des archives de presse. Elle nous a également servi de support à une soirée exceptionnelle, où nous avons rejoué, à la Bibliothèque Stanislas, la reconstitution du procès en assises du parricide de Leyr avec la participation du public (à découvrir prochainement sur Épitomé).

La réalisation de ce produit a été une aventure enrichissante, qui nous a permis de tester avec succès de nouveaux circuits de médiation et de valorisation des collections patrimoniales.

  1. Consulter la capture du site en 2014 sur Web.Archive.org []
  2. Mangeot, Albert, Quelques affaires retentissantes : Une tragédie au village : le parricide de Leyr, Nancy : Société d’impressions typographiques, 1928. Cote : 80 304 (27) []
  3. Volot, Frédérique, Les grandes affaires criminelles de Meurthe-et-Moselle, Sayat : De Borée, 2009. Cote : 10 674 []

Devenir contributeur

Le lancement de Limédia Galeries, la bibliothèque numérique patrimoniale du Sillon lorrain, appelle de nouvelles missions pour les bibliothécaires de Nancy, puisque le site propose un accès éditorialisé aux collections. Il a donc fallu intégrer cette nouvelle pratique aux profils, se former pour la mener à bien et organiser ce travail de publication. Car derrière les expositions, les billets de blog et les albums, se cache toute une équipe de contributeurs.

L’éditorialisation des collections, nouveau défi pour les bibliothécaires

Si le rôle des bibliothèques publiques a toujours été la démocratisation du savoir, l’enjeu pour elles se situe aujourd’hui au- delà de l’acquisition et de la classification de l’information : il se situe dans sa diffusion. L’éditorialisation joue un rôle de publication et d’accessibilité à l’information : elle donne du sens au document.

L’éditorialisation de contenu se pratique depuis longtemps dans les bibliothèques, notamment à travers des sélections, des coups de cœur, des bibliographies, qui sont une valorisation d’une collection ou d’un corpus. Avec le web comme interface de médiation, les fonctions traditionnelles d’aide à la recherche de documents ou d’informations glissent vers l’organisation des informations et l’interprétation des résultats. L’enrichissement des métadonnées est déterminant dans ce processus. A ces pratiques purement bibliothéconomiques s’ajoutent des pratiques documentaires de médiation, puisque les bibliothécaires créent maintenant du contenu. Ils deviennent « les journalistes de leurs collections » (Dujol, 2011).

C’est donc bien aux bibliothécaires que revient le soin d’éditorialiser leurs collections patrimoniales.

Limedia Galeries : mettre en ligne les collections patrimoniales du Sillon Lorrain et les rendre accessibles

Les milliers de documents disponibles sur Limedia sont aisément accessibles aux chercheurs, qui manient avec aisance recherche avancée, facettes et filtres de résultats. Le véritable enjeu est de rendre cette base de données accessible à un public non spécialiste, moins familier de ces outils.  

Une interface éditoriale

Nous avons choisi de privilégier l’accès aux documents par le thème et par l’image. Nous proposons donc à l’internaute d’explorer les collections à travers des expositions, des albums, des cartes, des billets de blog. 

Chaque module éditorial peut servir une façon de parler des collections. Le contributeur choisit d’aborder un thème ou un document par l’image, par un détail, ou en livrant une explication plus dense ou plus scientifique.

Construire un site dans son intégralité s’est révélé fastidieux dans le suivi de projet, mais a permis de créer des modules éditoriaux sur mesure. Ainsi, nous avons opéré directement des choix de formats et gabarits en fonction de l’usage que nous souhaitions en faire.

L’accès aux sélections de documents se fait par le thème et par l’image.

Limédia galeries propose ainsi :

  • un module Expositions, qui se construit sur une grille d’alternance Texte Image classique, mais dont la continuité peut être interrompue par le mélange d’autres modules indépendants. Cela permet une lecture non plus linéaire, mais de butinage sur les sujets qui intéressent le lecteur.
  • un module Images, qui contient des albums d’images, proposant des descriptions simples et courtes pour le plaisir des yeux.
  • un module Cartes, qui positionne des contenus patrimoniaux sur un fond cartographique : le dénominateur commun du corpus sélectionné sera l’itinéraire, le déplacement dans l’espace.
  • un module Histoires, pouvant accueillir un texte dense sans que la lecture en soit laborieuse.
  • un module Blog, pour aborder les collections patrimoniales sur un ton léger et décalé.

Les bibliothécaires parlent de leurs collections

Les plus indiqués pour parler des collections patrimoniales qu’ils ont indexées, cataloguées, numérisées sont les bibliothécaires eux-mêmes, et c’est par ce prisme-là que nous leur demandons de transcrire leur travail, d’exprimer ce qu’ils font naturellement dans leurs tâches quotidiennes, de parler des documents qu’ils traitent. Loin de faire l’unanimité, cette proposition soulève un débat de la part des futurs contributeurs : il est question de légitimité académique, de (mé)connaissance scientifique des fonds, de maîtrise de la langue, de l’outil informatique, du vocabulaire, de l’expression…

Autant de points d’inquiétude qu’il convient de lever un à un.

Tous contributeurs !

La question de la légitimité est la plus vive parmi ceux qui n’appartiennent pas aux équipes du patrimoine « je ne me sens pas légitime pour parler des collections patrimoniales ». Aussi faut-il convaincre les contributeurs qu’ils connaissent les fonds et les documents et sont capables d’en parler au public. Il s’agit en fait de transposer à l’écrit, ce qu’ils font déjà tous les jours, en renseignant un usager en salle, lui conseillant de consulter ce document plutôt qu’un autre.

La connaissance scientifique des fonds n’est pas la même pour tous. Qu’à cela ne tienne : chacun pourra trouver une façon de parler des documents à hauteur de ses connaissances. Il faut pour cela donner un outil éditorial capable de s’adapter au propos : la description détaillée et pointue pourra faire l’objet d’une exposition ; l’histoire que raconte un contributeur lorsqu’il ancre un document dans son contexte historique entrera dans un autre format. Car chaque type d’éditorialisation trouve son public : il y a autant de diversité dans les équipes des bibliothèques que dans les internautes.

La question de l’exercice de la rédaction, trouve aussi sa solution dans les différents modules éditoriaux puisque l’écriture web nous permet plusieurs niveaux de langage qui ne sont pas envisageables quand on écrit pour le papier.

Le choix des bibliothécaires qui font partie de l’équipe de contributeurs pour Limedia ne reposait donc que sur un seul critère : leur motivation. Et chaque membre de l’équipe avait manifestement envie de partager ses connaissances, et de faire partie de ce grand projet.

Les moyens mis en oeuvre

Le Mooc “Ecrire pour le web” mis en ligne par Rue 89.

Les formations

Nous avons donc commencé, deux ans avant la date prévue de lancement du site, à préparer les équipes. Il a fallu former les contributeurs aux notions essentielles.

La première étape était l’acculturation aux outils numériques. Il s’agissait d’intégrer le numérique dans les pratiques professionnelles de chacun. Nous nous sommes employés à le réaliser à travers des temps donnés en interne, pendant les cafés numériques, qui relevaient plus de l’échange convivial que de la formation stricte. L’intérêt étant que chacun pouvait aussitôt transposer les outils sur son environnement de travail.

Puis nous avons sensibilisé les contributeurs aux différents sites existants, et à ce que nos collègues faisaient déjà : le blog de Gallica, le blog gourmand de Dijon, les autres bibliothèques numériques que nous apprécions1, … et nous avons ainsi exploré les différents tons utilisés.

Nous avons aussi formé les contributeurs aux grands principes de l’écriture web, veillant à mettre à leur disposition des documents de référence, des modèles, des gabarits plutôt strictes pour commencer. Certains ont aussi suivi des Mooc2, et chacun pouvait ainsi se former à son rythme.

Bac à Sable !

La formation reste très théorique tant que les sites sont en construction, et il n’est pas aisé de demander aux novices de se projeter dans un outil qu’il ne connaissent pas encore. Afin d’aider chacun pour sa formation, nous avons ouvert un blog privé, qui permettait aux contributeurs de voir directement le résultat de leur travail.

Ils ont ainsi pu tester la prise en main d’un CMS de type WordPress, et se familiariser avec cet outil. Le recours au CMS dans la plupart des sites a l’inconvénient de standardiser les productions éditoriales : ils pouvaient ainsi s’entraîner à gérer les contraintes en terme notamment de mise en page.

Nous avons aussi pu nous entraîner à réexploiter des ressources déjà existantes, pour les adapter aux contraintes du web : anciennes expositions, supports d’animations …

Les ateliers contribution

Présentation aux collègues des calendriers de publications.

Nous avons choisi de banaliser une après-midi par semaine, dédiée à la contribution et aux formations. Installés dans notre salle de formation, l’Atelier numérique, nous nous rendons ainsi disponibles aux questions, et nous échangeons ensemble.

Certains contributeurs, déjà accoutumés à écrire pour nos différents sites peuvent aider les autres, en donnant des conseils : par exemple ce qu’il convient de regarder lorsque l’on décrit un document iconographique.

La mise en place de ces « Ateliers Contribution » permet de ménager une parenthèse éditoriale dans les tâches quotidiennes, le service public, tout en affirmant la priorité donnée en équipe au projet Limédia. Cela a également permis de créer une dynamique d’entraide et de collaboration dans l’équipe de contributeurs.


Premiers bilans

A l’ouverture du site, si l’heure n’est pas encore aux bilans, nous pouvons d’ors et déjà  constater de réels changements chez les contributeurs. Tous les retours que nous observons sont très positifs.

L’aisance avec laquelle certains réussissent aujourd’hui à écrire sur n’importe quel document témoigne de la confiance qu’ils ont réussi à acquérir.

Nous avons également vu se dessiner des personnalités dans l’écriture, des styles particuliers qui trahissent une « patte » de l’auteur et qui sont une plus-value pour l’éditorialisation en direction du grand public.

A force d’écrire des billets, les contributeurs ne s’arrêtent plus à la première lecture du document. Ils choisissent même parfois d’ignorer le sujet central d’un document iconographique, pour s’attacher à un détail du papier, à un détail en arrière plan, et nous livrent une lecture à chaque fois différente.

Les bibliothécaires parlent des documents avec une émotion et une implication personnelle, et donnent vie à la plus sombre des cartes postales de guerre.

Contextualiser un document, c’est lui donner du sens, et c’est en lui donnant un point de vue qu’on l’enrichit.

Sources :

Arnaud Laborderie, « Éditorialisation des bibliothèques numériques : le cas des Essentiels de Gallica », dans
Documents et dispositifs informationnels à l’ère post-numérique [coll., CIDE 18],  Montpellier, Europia, 2015.

Xavier Delengaigne, Thomas Joubert, Ecrire pour le web : Vers une écriture multimédia , Territorial Éditions, 2013.


http://www.sens-public.org/article1184.html

  1. https://bibandclic.wordpress.com/, http://11km-patrimoine.grand-troyes.fr/, https://www.armarium-hautsdefrance.fr/, http://balises.bpi.fr/a-la-une []
  2. Apprenez à contribuer sur Wikipedia, Écrire pour le Web []