Archives par mot-clé : médiation numérique

Les cafés numériques

Depuis 2013, les Bibliothèques de Nancy développent de nouveaux espaces  et bibliothèques numériques. Les bibliothécaires doivent relever plusieurs défis : inventer de nouveaux services, accomplir leurs missions avec de nouveaux outils, se familiariser avec certaines technologies. Comment se former et se mettre en capacité de ces transformations ? Pour tenter d’y répondre, un outil de formation interne a été mis en place : les cafés numériques. Retour sur 4 ans d’expérimentation.

Projet  et cafés numériques : une naissance conjointe

Labellisées Bibliothèque numérique de référence avec les autres bibliothèques du Sillon Lorrain en juillet 2013, les Bibliothèques de Nancy lancent  un vaste programme de développement numérique de leurs services. Objectifs : aménager des espaces à la Bibliothèque Stanislas et à la Médiathèque Manufacture,  créer de nouveaux services, proposer des actions culturelles en lien avec les technologies, mettre en ligne des bibliothèques numériques. Un grand plan de formation est lancé pour l’ensemble des équipes. Parmi ce dispositif, une proposition émerge et est mise en oeuvre au printemps 2014 : organiser  en interne des temps d’échanges réguliers pour se former aux outils numériques à partir de cas pratiques et concrets. Les cafés numériques sont nés.

 

Un concept…

Les premiers cafés numériques sont organisés selon le format suivant  : chaque jeudi, autour d’un café (et quelques sucreries…), les agents volontaires peuvent participer à cet atelier qui dure environ 45 minutes. La séance est animée par un ou plusieurs collègues en charge des projets numériques.  Il y a un café numérique sur chaque site.  Au début les sujets évoqués concernent surtout des aspects pratiques  : régler des problèmes informatiques, brancher des matériels, utiliser des outils en ligne . Un partage de veille sur des projets innovants en bibliothèque est effectué. A la Bibliothèque Stanislas, le besoin exprimé se concentre rapidement sur des outils professionnels. Il est ainsi proposé d’acquérir une expertise sur les catalogues, les bibliothèques numériques patrimoniales, l’environnement de travail, etc.

Café Numérique spécial Zotero.

…différentes formes.

Après un an d’expérience, les formats sont affinés pour répondre aux besoins exprimés par les bibliothécaires. A la Médiathèque Manufacture, le café numérique est doublé. Dorénavant il y a un « café expresso » de 45 minutes selon les modalités précédemment décrites, et un « café allongé » d’une heure et demie, organisé une fois par mois. Ce deuxième format est animé conjointement par un-e bibliothécaire et un-e animateur-ice multimédia de l’établissement public numérique alors présent dans les locaux de la médiathèque.1 On y aborde des sujets tels que l’utilisation d’Office, les logiciels libres, la gestion des tablettes, la lecture numérique, les objets connectés… Certains cafés numériques allongés spécifiques sont aussi dédiés aux jeux vidéo. A la Bibliothèque Stanislas, le format est moins régulier mais plus ciblé : les thématiques concrètes sont proposées en avance aux collègues. Les séances y ont aussi pris la forme d’un accompagnement plus personnalisé, et plus pratique . Par exemple  il s’agit d’apprendre à personnaliser son interface de travail en choisissant  ses navigateurs, en gérant autrement ses dossiers,  en installant ses plugins. Tout cela par rapport aux besoins spécifiques des bibliothécaires spécialisés dans la médiation du patrimoine.

Café Numérique : démo de Limedia Mosaique

Bilan positif : une montée en compétences collective au rythme de chacun

Au lancement des cafés numériques, il a été choisi de ne pas procéder à une évaluation des compétences par le biais d’un référentiel ou certificat. Cela afin de pas créer de pression et conserver à ces moments leur caractère non obligatoire et conviviaux.  Après plusieurs mois puis années d’expérimentation, comment évaluer les cafés numériques ?

Tout d’abord, au nombre d’idées et projets qui en est sorti. Les cafés numériques, en proposant des moments d’échange, de convivialité et d’entraide entre collègues permettent de susciter des envies et projets grâce à la réflexion collective . Plusieurs collègues ont, à partir d’outils présentés lors du café numérique,  inventé et imaginé des services ou actions culturelles et se sont appropriés des outils qu’ils connaissaient peu. Citons par exemple l’utilisation de tablettes pour des accueils de classe, des heures du conte numérique, des animations jeunesse ; ou la mise en place d’une chasse au trésor numérique dans la médiathèque, l’alimentation d’une bibliobox, la création d’une frise numérique pour la valorisation des collections emploi-formation, l’utilisation d’outils de présentations en ligne. ..

Ensuite, à l’autonomie gagnée par chacun-e dans ses missions quotidiennes, et  sur des postes de service public  situés à présent dans des salles de lecture et de vie, repensées et intégrant des technologies.

Enfin, dans l’élargissement des équipes en charge de services et d’actions culturelles numériques. A la Bibliothèque Stanislas, plusieurs collègues animent aujourd’hui des ateliers numériques du patrimoine. A la Médiathèque Manufacture, l’équipe jeux-vidéo est une équipe élargie, qui s’est formée progressivement.

Café numérique jeux vidéos : les bibliothécaires s’initient au casque de réalité virtuelle

Les écueils à éviter et défis à relever

Au début, la principale difficulté tient à l’hétérogénéité des profils et compétences des uns et des autres. Comment aborder au café numérique des sujets qui contentent tout le monde, sans ennuyer certains ou en décourager d’autres ? Il faut trouver un subtil équilibre. En même temps, la diversité des profils permet d’échanger et de partager dans un cadre plus décontracté et moins intimidant que dans une formation séparant clairement sachant et formés.

Il y a aussi des problèmes très pratiques : pas toujours facile à la Bibliothèque Stanislas de se dégager du temps de façon régulière. Cela a nécessité une adaptation du format avec des ateliers internes plus cadrés avec une thématique choisie et des inscriptions plutôt qu’un horaire fixe où vient qui veut sur des sujets surprises.

Comment rendre compte de ces cafés numériques ? Après le compte-rendu hebdomadaire sous forme de document écrit, l’option du blog a été retenue, avec intégration du flux RSS dans l’intranet des Bibliothèques. Il  faut tenir le rythme pour  mettre à jour cette base de connaissances !

Visuel du blog Café Numérique : les différentes rubriques.

L’organisation au sein du service et du projet

Le dispositif nécessite de dégager du temps d’organisation aux 3 assistant-es de l’équipe numérique qui ont organisé ces séances. Temps de préparation des échanges, de compte-rendus. Temps de coordination aussi pour susciter l’intervention d’autres collègues afin qu’ils-elles partagent leurs compétences.  Pour les animateurs-ices c’est également un positionnement fin au sein de l’établissement : à la fois bibliothécaires formateurs et expert-es, leur mission est d’expliquer à tous que leur expertise sur la technique et les outils est aussi au service de l’expertise culturelle possédée par l’ensemble des agents, eux compris.  Ou l’art d’être reconnu-e comme expert-e numérique tout en devant inclure les autres membres de l’équipe dans une dynamique collective et non excluante autour du numérique.

L’existence des cafés numériques ne dispense pas complètement d’un accompagnement au fil de l’eau et parfois personnalisé entre collègues sur des problèmes informatiques ou questions pratiques. Ce temps d’accompagnement hors café numérique est à prendre en compte aussi.

Les cafés numériques participent à la philosophie globale du projet. Les missions des bibliothécaires ne changent pas sur le fond mais seulement la façon de les exercer et c’est aux  bibliothécaires, experts culturels, de se former aux outils pour inventer de nouvelles façons d’accomplir les missions. Tout le monde est donc concerné et moteur de ces évolutions.2

Café numérique consacré au Dépôt Légal du Web.

Et aujourd’hui, en 2018 ?

Les services numériques sont en place et il faut continuer de les faire vivre et évoluer. La logique d’organisation apprenante se poursuit et avec elle les cafés numériques. A la Médiathèque Manufacture les rendez vous « allongés » se sont espacés car ils ne sont quasiment plus nécessaires. Les cafés numériques expresso du jeudi matin  sont un rendez-vous de démonstration pratique de nouveaux outils ou dispositifs numériques. C’est un espace de communication interne sur la programmation et les services. Le jeu vidéo a été introduit de manière plus régulière pour des démonstrations et des dispositifs comme le casque de réalité virtuelle.  A la Bibliothèque Stanislas le rythme des cafés numériques s’est ralenti mais des formations internes ad hoc sont organisées sur des sujets spécifiques, par exemple sur l’écriture et la contribution web en vue de la sortie des bibliothèques numériques patrimoniales.

 

Cécile Bielli, Cindy Hopfner, Malik Diallo

  1. la Cyber-base du Grand Nancy,  fermée en mars 2016 []
  2. Voir Diallo, Malik et Haquet, Claire. « Du passé ne faisons pas table rase ». Revue de l’Enssib [en ligne], 2016, n° 4 <http://bbf.enssib.fr/revue-enssib/consulter/revue-2016-04-014>. ISSN 2268-5790. []

Bibliothèque Nancy Renaissance (2013)

La BmN a participé au grand événement « Renaissance Nancy 2013 » autrement qu’en organisant une  exposition de ses trésors. Un peu déstabilisant au départ, ce parti pris s’est révélé particulièrement fécond car il a obligé les bibliothécaires à imaginer d’autres formes d’étude et de valorisation des collections du xvie siècle.

Les réalisations

Le site internet "Bibliothèque Renaissance à Nancy"
Le site internet « Bibliothèque Renaissance à Nancy »
  1. un site internet, Bibliothèque Nancy Renaissance, rassemblant à la fois des contenus destinés à un large public (une exposition virtuelle, des jeux) et des contenus scientifiques : une base de documents numérisés (1080 items à ce jour, tous sous Licence Ouverte), un inventaire scientifique des estampes lorraines du xvie siècle et une carte des imprimeurs lorrains.
  2. des ressources bibliographiques, sur un compte Zotero, et sous forme de livret pour présenter certains des ouvrages numérisés pour l’occasion.
  3. des contributions importantes aux différentes expositions organisées par les musées de Nancy et de Lorraine : expositions d’histoire au Musée lorrain, scientifiques au Muséum-Aquarium, au Jardin botanique et au Musée de l’Histoire du Fer de Nancy, artistiques aux musées de Toul et de Bar-le-Duc. Au total, près d’une centaine d’œuvres de nos collections ont été montrées au public.
  4. des contributions à la valorisation de l’événement sur internet et les réseaux sociaux : réalisation de reportages pour la page Facebook et le compte Flickr consacrés à l’événement, demande d’archivage du site événementiel auprès du service du Dépôt légal du Web à la BnF, la dissémination sur notre compte Flickr ou Pinterest de quelques pièces remarquables.
  5. un programme culturel varié destiné aux usagers du réseau des bibliothèques : concert, ateliers pour enfants, conférences, rencontres, présentations d’œuvres patrimoniales en quartier…
  6. à l’interne, un travail important sur les collections elles-mêmes : exploration du fonds par des statistiques, catalogage et conditionnement des œuvres (estampes, manuscrits et imprimés) manipulées, numérisées et/ou prêtées, conception et production du site internet, accueil et encadrement de stagiaires.

Le bilan

De nombreux points positifs

"L'annonce faite aux bergers", Livre de prières de la famille Des Fours (vers 1525), BmN ms. 1874. - Licence ouverte
« L’annonce faite aux bergers », Livre de prières de la famille Des Fours (vers 1525), BmN ms. 1874. – Licence ouverte

Cette année consacrée au xvie siècle a permis sur le plan scientifique de renforcer la connaissance du fonds du xvie siècle, au-delà des œuvres emblématiques, notamment dans le fonds iconographique (recherche et inventaire des estampes du xvie siècle dans les recueils factices disséminés dans les collections d’imprimés), ainsi que de nouer des collaborations avec des institutions de la région et des chercheurs locaux.

La gestion du fonds patrimonial s’est également améliorée grâce à cet événement : la quantité de documents numérisés et/ou prêtés en peu de temps a obligé à la mise en place de circuits de traitement (repérage/constat d’état/catalogage/conditionnement/départs/contrôle/retours) beaucoup plus formalisés. Par là même, davantage d’agents du service ont été impliqués, tant pour les tâches bibliothéconomiques que pour les relations avec les emprunteurs, prestataires et différents publics rencontrés.

Quelques regrets

Un certain manque d’anticipation a empêché de traiter l’intégralité de la collection des imprimés du xvie siècle (3 000 ouvrages) et de finaliser le catalogue des manuscrits des xvexvie siècles.

Certains emprunteurs ont semblé ne pas tenir compte l’existence de délais de traitement des œuvres écrites ou graphiques préalablement à un prêt, pourtant comparables à celles d’œuvres muséales, ainsi que du fait qu’elles n’étaient pas seules sur l’événement, et ont tardé à formuler leurs demandes, imposé des changements de dernière minute difficiles à satisfaire compte tenu du nombre d’œuvres traitées simultanément.

Enfin, l’offre culturelle proposée par le réseau des bibliothèques était de grande qualité, mais a dû être concentrée en peu de temps (l’événement Renaissance Nancy 2013 a duré de mai à juillet 2013) et a donc pâti du foisonnement de l’offre locale et régionale sur le même sujet.