Archives par mot-clé : numérisation

SARA, formaliser le service à distance aux usagers dans une bibliothèque patrimoniale

Service d’Aide à la Recherche et de Reproduction A la demande, SARA est né(e) fin mai 2020 pour pallier sur le plan patrimonial la fermeture des services culturels. Le dispositif s’est imposé depuis comme une solution enviable pour traiter les courriers scientifiques, la prise de rendez-vous et la gestion des demandes de reproduction.

Un service de substitution

Le service a été lancé fin mai 2020 au moment où le personnel de la bibliothèque a eu l’autorisation de retourner travailler pour partie dans les locaux, mais où l’établissement était encore fermé au public. Il avait alors pour objectif de pallier directement l’impossibilité des usagers des services patrimoniaux de se rendre à la bibliothèque pour effectuer des vérifications bibliographiques, rechercher des renseignements factuels ou procéder à des reproductions – qui en temps normal sont autorisées avec matériel personnel ou scanner en libre-accès de la salle de consultation patrimoniale.

Le personnel de la bibliothèque se relayait donc chaque jour pour réaliser ces opérations à la place des usagers. Ceux-ci n’étaient pas forcément des usagers ordinaires des services, mais aussi des chercheurs et étudiants démunis par la fermeture de tous les services patrimoniaux et des bibliothèques universitaires et la difficulté d’y mettre en place ce genre de service d’urgence1.

Reproduction pour une demande Sara
Reproduction sur le scanner de la salle patrimoniale pour une demande d’un usager via Sara

Conçu dans l’urgence et l’indisponibilité du service municipal de développement informatique, requis sur des missions plus urgentes comme l’organisation de la distribution des masques à la population, le dispositif reposait à l’origine sur 4 formulaires Framaforms (service de Framasoft) imbriqués dans un site internet saranancy.fr (propulsé par Wix). Ces formulaires, réalisés avec le conseil d’une chercheuse experte dans les services offerts par les établissements patrimoniaux, permettaient de catégoriser rapidement le type de demande et donc le traitement qui serait appliqué. Ainsi, pour une demande de vérification, ou une question factuelle, une simple réponse textuelle, voire une photo réalisée au smartphone de la page concernée. Au contraire, pour une demande de reproduction d’ouvrage délicat ou à des fins d’édition, l’entrée dans le circuit interne de numérisation. « Posez une question » permettait de recueillir toutes les demandes disparates ainsi que celles des usagers réfractaires à l’usage des autres formulaires, avec un temps de traitement légèrement allongé puisque l’absence de critères sur ce formulaire (une simple boîte de dialogue) oblige à une lecture attentive de la demande avant de la catégoriser puis de la mettre dans le bon circuit de traitement.

Le lancement du service, simultané à l’ouverture du service Kraft d’emprunt à emporter pour la lecture publique, a bénéficié de la communication sur la réouverture des services des bibliothèques municipales : panneau sur les grilles de la bibliothèque, articles dans la presse locale, vidéo diffusée sur les réseaux sociaux.

En juin, 40 demandes ont été reçues et traitées. La réouverture proprement dite de l’établissement, et de la salle patrimoniale, fin juin 2020, a fait diminuer ce nombre alors que le nombre de rendez-vous s’envolait en flèche malgré la jauge réduite et des mois d’été. Dès qu’ils ont pu se déplacer, les chercheuses et chercheurs ont préféré fréquenter la salle avec assiduité et solliciter de très nombreuses communications « de rattrapage ». Plus de 400 rendez-vous ont ainsi été comptabilisés entre septembre, date de l’adjonction d’un formulaire idoine au site Sara, et décembre 2020 (fermeture complète au mois de novembre).

Un service qui s’impose

Les avantages de SARA sont rapidement apparus pour résoudre, de manière sans doute définitive, la défaillance du service dans le traçage du courrier scientifique, connue de tous et pointée également par l’audit Marianne. 2020 devait d’ailleurs être consacrée à la mise au point d’une procédure permettant de rassembler, tracer et comptabiliser les différentes sollicitations qui parviennent par différents canaux : courriels adressés à l’adresse générique de la bibliothèque, interpellations ou commandes en salle, occasionnellement du courrier papier, mais surtout des demandes directement formulées auprès d’une dizaine de membres de l’équipe, sur leur adresse professionnelle, créant la situation ambiguë de se sentir tenu-e à répondre personnellement à une sollicitation perçue à la fois comme valorisante (reconnaissance de l’expertise d’un agent) et chronophage (sentiment d’être au service quasi-exclusif de quelques-uns).

Ainsi, dès juillet, nous avons pris la décision d’éduquer les usagers en introduisant leurs demandes directes dans SARA en les informant de son existence, et de la recommandation forte de passer désormais par ce service pour un traitement rapide et garanti de leur demande2. La crise sanitaire a donc accéléré la réflexion et permis de trouver, sous la pression des événements, une solution simple et pérennisable.

C’est pourquoi, à l’automne 2020, la nécessité de continuer, quelle que soit la situation, à utiliser et faire utiliser SARA s’est imposée à l’équipe. La solution pérenne consistait à rejoindre le bouquet des démarches municipales dématérialisées, fondée sur le logiciel libre Publik. Avec l’aide du service qualité de la Ville de Nancy, nous avons travaillé à répercuter les formulaires Framaforms dans ce logiciel, en créant un processus de traitement applicable à la fois aux commandes de numérisation, aux questions et à la prise de rendez-vous. La transition s’est effectuée début janvier 2021, transparente pour les usagers (pas de changement d’URL) mais de très loin plus facile à utiliser pour les professionnels. Dans Publik, chaque agent dispose d’un compte personnel qui lui permet d’attribuer (ou de s’attribuer) une demande, de voir à tout moment où en est le traitement de l’ensemble des demandes, de dialoguer avec l’usager et aussi en interne, et enfin de clôturer proprement un dossier. Le logiciel permet aussi la tenue automatique de statistiques.
Le seul reproche que nous lui faisons, c’est que, conçu pour traiter en masse des demandes très basiques d’acte d’état civil ou de réservation de gymnase, il nous prive désormais des petits messages de remerciement des usagers qui sont si valorisants.

Accès à Sara Nancy par le catalogue Co libris
Le service Sara est accessible depuis le site de Nancy mais aussi depuis le catalogue Co libris

Fonctionnement

Le fonctionnement, testé avec les Framaforms, a été répliqué avec succès dans Publik, ce qui a conforté le choix de notre procédure.
SARA est relevé au minimum deux fois par jour ouvré, en début de matinée et en début d’après-midi, par l’agent de permanence en salle patrimoniale. Cet agent traite tout ce qu’il peut pendant sa permanence, en acceptant, rejetant ou déléguant les demandes. S’il manque de temps, il informe son successeur qu’il reste des dossiers à traiter.
SARA compte trois circuits :

  1. le circuit « rendez-vous », composé de 6 places patrimoine + 2 places INA en temps normal, reposant sur une simple demande / acceptation. La salle patrimoniale peut accueillir plus d’usagers, ce qui nous permet d’accueillir également au débotté de nouveaux venus non informés des conditions d’accès, ou des habitués qui n’ont pas encore pris l’habitude de prendre rendez-vous. Le rendez-vous peut être pris également en salle d’une fois sur l’autre par exemple. Il se fait à la demi-journée.
  2. le circuit « vérification / question », qui regroupe à la fois des demandes très factuelles et faciles de chercheurs privés de déplacement à la recherche d’une référence, d’une mention, résolues par une vérification effectuée par le bibliothécaire à leur place ou une photo au smartphone, mais aussi les questions plus complexes qui peuvent être déléguées à nos spécialistes de collections. L’agent de permanence estime donc sa capacité à répondre dans un temps raisonnable à la demande, et se l’attribue, ou la transmet au collègue qui lui paraît le plus à même de la traiter dans ce même temps raisonnable.
  3. le circuit « numérisation / reproduction », qui n’est pas traité par la permanence en salle mais aboutit directement à la cellule numérisation. Elle instruit les demandes de son côté, et répond par le moyen approprié : l’envoi d’une image existante, une photo smartphone, un scan réalisé sur le matériel de la salle patrimoniale, des prises de vues au dos numérique… avec donc un temps de traitement différencié. La cellule numérisation est aussi particulièrement attentive à rappeler, dans les réponses, les conditions d’utilisation des reproductions : elles sont gratuites, éditées sous Licence Ouverte / Open Licence pour les documents du domaine public, limitées pour les documents sous droits d’auteur, et dans le cas d’une commande pour édition, soumises à la remise d’un ou deux exemplaires justificatifs pour enrichir les collections de la bibliothèque.

Les usagers reçoivent notification de la prise en compte de leur demande, puis, sous 7 jours, la réponse est apportée, ou, si la question est complexe, au moins de premières pistes ou une estimation du délai de traitement pour les numérisations. Ce fonctionnement nous oblige aussi à nous astreindre à rédiger des réponses « suffisantes », c’est-à-dire pas forcément exhaustives ni enrichies. Le logiciel utilisé permet aussi, avant d’apporter la réponse définitive, de nouer un dialogue avec l’usager, pour lui demander des précisions, afin d’apporter la réponse la plus adaptée. Une question un peu sèche (« Bonjour, qu’avez-vous comme documentation sur la place Stanislas ? ») doit en effet recevoir une réponse différente selon qu’elle émane de touristes, d’élèves de CE2, d’historiens de l’architecture classique, d’architectes du patrimoine ou de photographes.

Dans le cas de SARA, l’urgence a été bonne conseillère et a accéléré la réflexion entamée sur le courrier scientifique et la piètre tenue de nos statistiques hors « séances de travail en salle patrimoniale » et « prises de vues réalisées ». La procédure a été gardée aussi simple que possible, tant pour l’usager (qui dépose une demande via un formulaire) que pour l’agent (qui ouvre désormais une simple interface de traitement de dossier). Le soutien du service Qualité de la Ville, en mode projet sur quelques semaines pour la pérennisation du service, nous a aussi permis d’en débusquer les écueils, et de mesurer le potentiel de complexification du service que nous aurions pu mettre en œuvre et dont nous souhaitons nous garder le plus possible. Pour les habitués qui passaient par courriel, la transition vers le formulaire est acceptable. Ceux qui procèdent par interpellation en salle apprécient, notamment pour les commandes d’images, le suivi assuré (nous effectuons la saisie SARA devant eux si besoin). Il y a moins de risque d’oubli d’un courriel / d’une demande orale lorsque la sollicitation figure dans SARA. L’équipe apprécie également d’avoir à la fois vue sur toutes les demandes en cours, pour faciliter le renseignement intermédiaire au demandeur, et la relative universalisation de l’échange : celles qui avaient trop de demandes, parfois très anodines en plus, en traitent moins, et ceux qui en avaient rarement aiment y répondre dans le cadre leur permanence (Car en tout bibliothécaire se cache un détective).

  1. Dès le 11 mai 2020, les recommandations pour le déconfinement publiées par les associations professionnelles de bibliothécaires en coordination avec le Ministère de la Culture conseillaient le recours à la fourniture de document à distance en temps de fermeture des salles patrimoniales. []
  2. C’est-à-dire non soumis aux aléas de l’absence soudaine de leur correspondante habituelle, par exemple. []

Les cafés numériques

Depuis 2013, les Bibliothèques de Nancy développent de nouveaux espaces  et bibliothèques numériques. Les bibliothécaires doivent relever plusieurs défis : inventer de nouveaux services, accomplir leurs missions avec de nouveaux outils, se familiariser avec certaines technologies. Comment se former et se mettre en capacité de ces transformations ? Pour tenter d’y répondre, un outil de formation interne a été mis en place : les cafés numériques. Retour sur 4 ans d’expérimentation.

Projet  et cafés numériques : une naissance conjointe

Labellisées Bibliothèque numérique de référence avec les autres bibliothèques du Sillon Lorrain en juillet 2013, les Bibliothèques de Nancy lancent  un vaste programme de développement numérique de leurs services. Objectifs : aménager des espaces à la Bibliothèque Stanislas et à la Médiathèque Manufacture,  créer de nouveaux services, proposer des actions culturelles en lien avec les technologies, mettre en ligne des bibliothèques numériques. Un grand plan de formation est lancé pour l’ensemble des équipes. Parmi ce dispositif, une proposition émerge et est mise en oeuvre au printemps 2014 : organiser  en interne des temps d’échanges réguliers pour se former aux outils numériques à partir de cas pratiques et concrets. Les cafés numériques sont nés.

 

Un concept…

Les premiers cafés numériques sont organisés selon le format suivant  : chaque jeudi, autour d’un café (et quelques sucreries…), les agents volontaires peuvent participer à cet atelier qui dure environ 45 minutes. La séance est animée par un ou plusieurs collègues en charge des projets numériques.  Il y a un café numérique sur chaque site.  Au début les sujets évoqués concernent surtout des aspects pratiques  : régler des problèmes informatiques, brancher des matériels, utiliser des outils en ligne . Un partage de veille sur des projets innovants en bibliothèque est effectué. A la Bibliothèque Stanislas, le besoin exprimé se concentre rapidement sur des outils professionnels. Il est ainsi proposé d’acquérir une expertise sur les catalogues, les bibliothèques numériques patrimoniales, l’environnement de travail, etc.

Café Numérique spécial Zotero.

…différentes formes.

Après un an d’expérience, les formats sont affinés pour répondre aux besoins exprimés par les bibliothécaires. A la Médiathèque Manufacture, le café numérique est doublé. Dorénavant il y a un « café expresso » de 45 minutes selon les modalités précédemment décrites, et un « café allongé » d’une heure et demie, organisé une fois par mois. Ce deuxième format est animé conjointement par un-e bibliothécaire et un-e animateur-ice multimédia de l’établissement public numérique alors présent dans les locaux de la médiathèque.1 On y aborde des sujets tels que l’utilisation d’Office, les logiciels libres, la gestion des tablettes, la lecture numérique, les objets connectés… Certains cafés numériques allongés spécifiques sont aussi dédiés aux jeux vidéo. A la Bibliothèque Stanislas, le format est moins régulier mais plus ciblé : les thématiques concrètes sont proposées en avance aux collègues. Les séances y ont aussi pris la forme d’un accompagnement plus personnalisé, et plus pratique . Par exemple  il s’agit d’apprendre à personnaliser son interface de travail en choisissant  ses navigateurs, en gérant autrement ses dossiers,  en installant ses plugins. Tout cela par rapport aux besoins spécifiques des bibliothécaires spécialisés dans la médiation du patrimoine.

Café Numérique : démo de Limedia Mosaique

Bilan positif : une montée en compétences collective au rythme de chacun

Au lancement des cafés numériques, il a été choisi de ne pas procéder à une évaluation des compétences par le biais d’un référentiel ou certificat. Cela afin de pas créer de pression et conserver à ces moments leur caractère non obligatoire et conviviaux.  Après plusieurs mois puis années d’expérimentation, comment évaluer les cafés numériques ?

Tout d’abord, au nombre d’idées et projets qui en est sorti. Les cafés numériques, en proposant des moments d’échange, de convivialité et d’entraide entre collègues permettent de susciter des envies et projets grâce à la réflexion collective . Plusieurs collègues ont, à partir d’outils présentés lors du café numérique,  inventé et imaginé des services ou actions culturelles et se sont appropriés des outils qu’ils connaissaient peu. Citons par exemple l’utilisation de tablettes pour des accueils de classe, des heures du conte numérique, des animations jeunesse ; ou la mise en place d’une chasse au trésor numérique dans la médiathèque, l’alimentation d’une bibliobox, la création d’une frise numérique pour la valorisation des collections emploi-formation, l’utilisation d’outils de présentations en ligne. ..

Ensuite, à l’autonomie gagnée par chacun-e dans ses missions quotidiennes, et  sur des postes de service public  situés à présent dans des salles de lecture et de vie, repensées et intégrant des technologies.

Enfin, dans l’élargissement des équipes en charge de services et d’actions culturelles numériques. A la Bibliothèque Stanislas, plusieurs collègues animent aujourd’hui des ateliers numériques du patrimoine. A la Médiathèque Manufacture, l’équipe jeux-vidéo est une équipe élargie, qui s’est formée progressivement.

Café numérique jeux vidéos : les bibliothécaires s’initient au casque de réalité virtuelle

Les écueils à éviter et défis à relever

Au début, la principale difficulté tient à l’hétérogénéité des profils et compétences des uns et des autres. Comment aborder au café numérique des sujets qui contentent tout le monde, sans ennuyer certains ou en décourager d’autres ? Il faut trouver un subtil équilibre. En même temps, la diversité des profils permet d’échanger et de partager dans un cadre plus décontracté et moins intimidant que dans une formation séparant clairement sachant et formés.

Il y a aussi des problèmes très pratiques : pas toujours facile à la Bibliothèque Stanislas de se dégager du temps de façon régulière. Cela a nécessité une adaptation du format avec des ateliers internes plus cadrés avec une thématique choisie et des inscriptions plutôt qu’un horaire fixe où vient qui veut sur des sujets surprises.

Comment rendre compte de ces cafés numériques ? Après le compte-rendu hebdomadaire sous forme de document écrit, l’option du blog a été retenue, avec intégration du flux RSS dans l’intranet des Bibliothèques. Il  faut tenir le rythme pour  mettre à jour cette base de connaissances !

Visuel du blog Café Numérique : les différentes rubriques.

L’organisation au sein du service et du projet

Le dispositif nécessite de dégager du temps d’organisation aux 3 assistant-es de l’équipe numérique qui ont organisé ces séances. Temps de préparation des échanges, de compte-rendus. Temps de coordination aussi pour susciter l’intervention d’autres collègues afin qu’ils-elles partagent leurs compétences.  Pour les animateurs-ices c’est également un positionnement fin au sein de l’établissement : à la fois bibliothécaires formateurs et expert-es, leur mission est d’expliquer à tous que leur expertise sur la technique et les outils est aussi au service de l’expertise culturelle possédée par l’ensemble des agents, eux compris.  Ou l’art d’être reconnu-e comme expert-e numérique tout en devant inclure les autres membres de l’équipe dans une dynamique collective et non excluante autour du numérique.

L’existence des cafés numériques ne dispense pas complètement d’un accompagnement au fil de l’eau et parfois personnalisé entre collègues sur des problèmes informatiques ou questions pratiques. Ce temps d’accompagnement hors café numérique est à prendre en compte aussi.

Les cafés numériques participent à la philosophie globale du projet. Les missions des bibliothécaires ne changent pas sur le fond mais seulement la façon de les exercer et c’est aux  bibliothécaires, experts culturels, de se former aux outils pour inventer de nouvelles façons d’accomplir les missions. Tout le monde est donc concerné et moteur de ces évolutions.2

Café numérique consacré au Dépôt Légal du Web.

Et aujourd’hui, en 2018 ?

Les services numériques sont en place et il faut continuer de les faire vivre et évoluer. La logique d’organisation apprenante se poursuit et avec elle les cafés numériques. A la Médiathèque Manufacture les rendez vous « allongés » se sont espacés car ils ne sont quasiment plus nécessaires. Les cafés numériques expresso du jeudi matin  sont un rendez-vous de démonstration pratique de nouveaux outils ou dispositifs numériques. C’est un espace de communication interne sur la programmation et les services. Le jeu vidéo a été introduit de manière plus régulière pour des démonstrations et des dispositifs comme le casque de réalité virtuelle.  A la Bibliothèque Stanislas le rythme des cafés numériques s’est ralenti mais des formations internes ad hoc sont organisées sur des sujets spécifiques, par exemple sur l’écriture et la contribution web en vue de la sortie des bibliothèques numériques patrimoniales.

 

Cécile Bielli, Cindy Hopfner, Malik Diallo

  1. la Cyber-base du Grand Nancy,  fermée en mars 2016 []
  2. Voir Diallo, Malik et Haquet, Claire. « Du passé ne faisons pas table rase ». Revue de l’Enssib [en ligne], 2016, n° 4 <http://bbf.enssib.fr/revue-enssib/consulter/revue-2016-04-014>. ISSN 2268-5790. []

Le fonds Nancy sur Gallica : phase de contrôle

Il y a quelques mois, nous déposions sur le site de la BnF de Bussy-Saint-Georges 10 caisses contenant quelque 200 livres  du fonds Nancy.

 

Dans le cadre du programme de dématérialisation des collections des bibliothèques partenaires 2014-2017, ces livres sont aujourd’hui numérisés, et en ligne sur Gallica.
Mais la fin de cette étape amorce pour nous le démarrage de la phase de contrôle.

Pointage et contrôle de l’état des documents

Les documents qui nous reviennent à la fin de cette prestation doivent être consciencieusement déballés et pointés. Des milliers de livres provenant de nombreux établissements se côtoient sur les chaînes de numérisation de la BnF sans jamais se mélanger… du moins en théorie. Il nous appartient donc de vérifier s’ils sont tous revenus. Les livres ont conservé leur emballage de papier bulle afin de ne subir aucune dégradation durant le transport.

Chaque livre contient sa fiche descriptive, qui comporte les indications sur l’état dans lequel le livre à été confié. A-t’il été endommagé lors des manipulations pour les prises de vue ? Si oui, ces dégradations étaient elles inévitables, ou résultent elles d’une mauvaise manipulation du document ? Il nous faut en juger, en gardant à l’esprit que chaque document appelle une analyse spécifique. Par exemple, un livre dont le dos était rigide et durci verra forcément son degré d’ouverture contraint lors de la prise de vue. Les dégâts qui ont pu être occasionnés alors sont inévitables et ne résultent en aucun cas d’une erreur de la part de nos collègues des chaînes de numérisation.

Contrôles croisés

Tandis que nos collègues de la Bnf travaillent à verser quotidiennement les livres numérisés dans Gallica, nous avançons sur plusieurs étapes en même temps.

Sur Gallica

  • vérifier, pour chacun des titres, si le document est bien en
    ligne ;
  • vérifier également les informations bibliographiques : le titre correspond-il ? L’année d’édition ? L’auteur ?
  • dans le cas de recueils, bien que reliés ensemble, et numérisés en un seul tenant, contrôler que chaque titre fait bien l’objet d’un document à part entière ;
  • s’assurer que les liens fonctionnent, que le renvoi vers la notice bibliographique du  catalogue de la BnF correspond au titre numérisé ;
  • vérifier les pages dépliées, qui ont été numérisées ouvertes, cartes et autres gravures qui dénotent du corpus ;
  • tester enfin l’OCR en faisant des requêtes en plein texte pour s’assurer que l’outil a été bien paramétré et fonctionne correctement.
Notice détaillée d'un livre sur Gallica
Notice détaillée d’un livre sur Gallica

La Bnf met à la disposition de ses prestataires un tableau de suivi des anomalies, qui permettra à chaque acteur de signaler tout problème, selon une méthode bien définie. Ce tableau servira de base d’échanges pour renvoyer en numérisation des documents posant problème, ou  permettre au service de catalogage de reprendre certaines notices bibliographiques.

Les livres réintègrent progressivement nos magasins

Après ces quelques mois d’absence, les livres retrouvent peu à peu leur place dans nos magasins. Ils peuvent à nouveau être communiqués. A nous à présent de trouver une façon d’exploiter ces contenus numériques et de les diffuser auprès du public.

Sur notre catalogue

Les livres étant désormais accessibles en ligne, il convient de le signaler aux usagers susceptibles de les demander par l’intermédiaire de notre catalogue. Le lien pérenne du document sur Gallica est donc inséré dans la notice bibliographique de chacun d’entre eux. La plus-value apportée à l’usager est immédiate, et supplée parfois à la demande de communication du document.

Notice d'un ouvrage disponible sur Gallica.
Notice dans notre catalogue d’un ouvrage disponible sur Gallica.

 

Visibilité in-situ

La médiation numérique autour de nos fonds numérisés va pouvoir s’appuyer sur des outils différents.
Nous pouvons accompagner les usagers dans leurs recherches en les guidant sur Gallica. Nous avons également mis à disposition du public une tablette connectée sur l’application Gallica, qui permet une lecture particulièrement confortable. Nous organisons également des ateliers pratiques pour initier nos usagers à la navigation sur Gallica et tout particulièrement à la recherche de nos livres numérisés.

Pour retrouver nos livres sur Gallica : … cliquez ici, ou :

  • rendez vous dans la recherche avancée ;

  • sélectionnez « Bibliothèques de Nancy » dans la liste déroulante des bibliothèques partenaires ;

  • cochez aussi la case « en mode texte » pour cibler les documents qui vous offriront la recherche OCR.

 

Application Gallica sur tablette en accès libre
Application Gallica sur tablette en accès libre

Les Bibliothèques de Nancy se sont portées candidates à la prochaine campagne de numérisation, qui débutera à l’horizon 2017. Nous avons déjà commencé la sélection des documents qui cette fois porteront sur la Meurthe-et-Moselle.

À suivre sur Gallica…

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Découvrir le Canada à la bibliothèque de Nancy

Depuis plusieurs années, la bibliothèque accueille des étudiants dans le cadre de leur stage universitaire. Former les générations futures à la conservation et la valorisation du patrimoine est une mission indispensable pour que le patrimoine reste vivant. En 2016, plusieurs étudiants sont venus observer et participer aux missions quotidiennes des agents du patrimoine.

 

Carte des possessions Francoises et Angloises dans le Canada et Partie de la Louisiane, gravée par Chambon, 1756
Carte des possessions Francoises et Angloises dans le Canada et Partie de la Louisiane, gravée par Chambon, 1756

Lucie Creusat, étudiante en première année du Master patrimoine à l’Université de Lorraine, a choisi de s’intéresser au Canada. Pour son stage, la bibliothèque lui a proposé de traiter des collections en rapport avec son sujet de Master : le Codex Canadensis.

Le Codex Canadensis

Le Codex Canadensis est un manuscrit attribué au père Louis Nicolas (1634-168?), un missionnaire jésuite parti convertir les « sauvages » au Canada en 1664. Riche de près de 180 dessins réalisés entre 1664 et 1675, le manuscrit est actuellement conservé au musée Gilcrease à Tulsa (Oklahoma, États-Unis). Le codex représente la faune et la flore ainsi que les peuples autochtones canadiens. Chaque dessin est accompagné d’une notice descriptive.
À son retour en France, Louis Nicolas entreprend son ouvrage Histoire naturelle des Indes Occidentales, dont le manuscrit est conservé à la Bibliothèque Nationale de France.  Celui-ci ne sera, malheureusement, jamais publié.

Les collections géographiques de la bibliothèque

Riche de plus de 500 000 documents, la bibliothèque Stanislas possède de nombreux ouvrages relatifs à la représentation du monde, aux grandes découvertes, aux voyages des explorateurs. L’histoire de la découverte du continent Américain est d’ailleurs liée à l’histoire lorraine  au travers notamment des publications réalisées  par le Gymnase Vosgien. Cette école ecclésiastique, fondée en 1490 par le chanoine Vautrin (ou Gauthier) Lud, publie et diffuse de nombreux travaux scientifiques. C’est à Saint-Dié, en 1507, que le Gymnase vosgien fait paraître la Cosmographiae introductio, et c’est dans cet ouvrage que le collectif de savants va nommer pour la première fois le nouveau continent découvert par Americo Vespucci : America.

Première mention de nom Amérique dans la Cosmographie de Waldseemüller
Première mention de nom Amérique dans la Cosmographie de Waldseemüller

D’autres ouvrages de la bibliothèque viennent compléter ces découvertes ; les nombreux atlas mais aussi les récits d’explorateurs nous replongent dans ces mondes nouveaux que l’on tentait alors d’explorer.

Sélection canadienne

Pour ce stage d’une durée de 21 jours, nous avons sélectionné un ensemble de documents : cartes géologiques, cartes géographiques, cartes ferroviaires et récits d’explorateurs. L’objectif, au terme du stage, était d’avoir mené à bien les missions premières d’un agent du patrimoine : conserver, étudier, diffuser. Lucie a donc dans un premier temps classé, dépoussiéré et conditionné les documents. Puis elle a effectué des recherches pour pouvoir cataloguer des œuvres. Enfin, nous lui avons demandé de nous faire découvrir la « Nouvelle-France », à travers une sélection de quelques œuvres remarquables conservées à la bibliothèque. Voici sa sélection.

Carte du Canada et de la Louisiane qui forment la Nouvelle France et des colonies Angloises ou sont représentez les Pays contestez. Dressée par Nolin, 1756
Carte du Canada et de la Louisiane qui forment la Nouvelle France et des colonies Angloises ou sont représentez les Pays contestez. Dressée par Nolin, 1756

Cartes géologiques

La bibliothèque Stanislas possède un ensemble de 107 cartes géologiques du Canada conçues par la Geological Survey of Canada au cours du xixe siècle. Cette institution est une organisation scientifique fondée en 1842 dont le but est d’assurer l’essor de l’industrie canadienne des minéraux en établissant les principales bases géologiques du pays.
Chaque carte de cet ensemble est estampillée du cachet de la Société des Sciences de Nancy qui en a fait don à la bibliothèque. Cette société, qui existe depuis 1828 et qui a été renommée Académie Lorraine des Sciences en 2001, a régulièrement versé des documents à la bibliothèque de Nancy.
Ces cartes présentent un grand intérêt pour la connaissance géologique du territoire canadien entre 1959 et 1964.

 

Les cartes géographiques, maritimes et ferroviaires

Map of the Eastern Lines, Canadian Pacific Railway. 1896
Map of the Eastern Lines, Canadian Pacific Railway. 1896

Les cartes concernant le Canada ont été extraites de la collection des cartes géographiques de la bibliothèque afin d’être étudiées. Ce lot comprend des cartes datant du milieu du xviiie siècle jusqu’au xixe. Dix huit sont des cartes ferroviaires et maritimes, en anglais, datant approximativement de 1896. Elles donnent des informations sur les horaires et tarifs pour les transport des personnes.

Partie orientale de la Nouvelle France ou du Canada. Par M. Bellin, Ingénieur du Roy et de la Marine
Partie orientale de la Nouvelle France ou du Canada. Par M. Bellin, Ingénieur du Roy et de la Marine. 1755

Douze cartes géographiques présentent le continent américain, en particulier le territoire de la Nouvelle-France jusqu’alors inconnu et en cours d’exploration. Elles s’avèrent utiles aux navigateurs pour identifier les lieux où il est possible d’accoster ou de pêcher. On y voit également l’embouchure du fleuve Saint-Laurent qui est un endroit stratégique pour entrer au Canada par voie fluviale.
La lecture de ces cartes donne aussi des informations sur les limites des territoires étrangers, les forts, les noms des peuples amérindiens et leur localisation, mais aussi les rivières et les fleuves où il est possible de naviguer.

Deux cartes présentent un intérêt particulier :

Carte d’Amérique divisée en ses principaux Etats avec les Nouvelles Découvertes faites au Nord et dans la Mer du Sud / par les célèbres Navigateurs assujeties aux dernières Observations Astronomiques
Carte d’Amérique divisée en ses principaux Etats avec les Nouvelles Découvertes faites au Nord et dans la Mer du Sud / par les célèbres Navigateurs assujeties aux dernières Observations Astronomiques
  • La première est la Carte d’Amérique divisée en ses principaux États avec les Nouvelles Découvertes faites au Nord et dans le Sud par les célèbres Navigateurs assujeties aux dernières Observations Astronomiques, réalisée par Jean-Baptiste Nolin (1686-1762) et publiée en 1820.
    Elle représente l’ensemble du territoire américain, avec des reliefs et des parties colorées qui délimitent les territoires. Un encart en bas de la carte présente la partie arctique du Nord de l’Amérique.
    Sur la carte générale on observe les différentes voies empruntées par les navigateurs depuis Magellan (1480-1521) jusqu’à James Cook (1728-1779) et Clarke en 1778-1779.
    Le cartographe mentionne des zones qui restent encore inconnues. Les contours apparaissent mais les terres sont inexplorées.
"Carte d'Amérique Dressée pour l'instruction par Guil. Delisle et Phil. Buache, premiers géographes de l'Académie des Sciences. Nouvellement Revue, Augmentée et Assujetie aux Nles Observations Astronomiques de Mrs. de l’Academie des Sciences."
Carte d’Amérique Dressée pour l’instruction par Guil. Delisle et Phil. Buache, premiers géographes de l’Académie des Sciences.
Nouvellement Revue, Augmentée et Assujetie aux Nles Observations Astronomiques de Mrs. de l’Academie des Sciences.
  • La deuxième est une carte datant de 1808, intitulée Carte d’Amérique Dressée pour l’instruction par Guil. Delisle et Phil. Buache, premiers géographes de l’Académie des Sciences, qui représente le continent américain et une partie de l’Europe et de l’Afrique . Comme sur la carte précédente, un encart souligne la description des côtes de l’Alaska par le capitaine Cook.
    Cette carte présente les différents peuples d’Amérique, mais aussi les forts, les lacs, les rivières et les zones de relief.
    L’une de ses particularités est qu’elle présente le « Premier Méridien, fixé à l’Isle de Fer par la Déclaration du roi Louis xiii ». Le roi a rendu obligatoire en 1634 l’utilisation de ce méridien . Depuis le xvie siècle les grandes puissances européennes choisissent leur propre méridien : le Portugal choisit une île des Açores, l’Espagne prend Tolède, etc. Louis xii, conscient du problème que cela pose, décide de réunir les plus grands cartographes et géographes d’Europe pour qu’ils s’accordent sur un premier méridien. Il va alors imposer aux géographes français l’utilisation du méridien de l’île de Fer comme premier méridien et, peu à peu, les géographes européens vont accepter cette décision.
    En 1792, le méridien de l’île de Fer est abandonné au profit du méridien de Paris, qui lui même est supplanté en 1884 par le méridien de Greenwich, adopté au niveau international. Cependant la France va garder, jusqu’en 1911, le méridien de Paris pour ses propres cartes géographiques du territoire.

Récits d’explorateurs

Depuis toujours les hommes ont cherché à découvrir de nouveaux territoires. En Lorraine, on retiendra le nom de Jacques Marquette (1637-1675), prêtre et missionnaire jésuite de Lorraine, qui partira en mission en Amérique. Son nom reste associé à l’exploration de la vallée du Mississippi.

La bibliothèque Stanislas possède un nombre important de récits de voyages d’explorateurs du Nouveau-Monde (mais aussi d’autres terres). Ceux de Samuel de Champlain (vers 1570-1635), Pierre-François-Xavier de Charlevoix (1682-1761), Dière de Dièreville (vers 1670-après 1711) et celui de Louis Hennepin (1626-1705) Voyage ou nouvelle découverte d’un très grand pays dans l’Amérique entre le nouveau Mexique et la mer glaciale. Dans son ouvrage, publié en 1704, ce prêtre et missionnaire franciscain décrit les terres intérieures de l’Amérique du Nord et ses conditions de voyages, que ce soit par voies navigables ou à pied, mais aussi les diverses rencontres imprévues ou organisées qui ont lieu avec les «sauvages». Hennepin les décrit souvent comme des personnes accueillantes qui leur donnent beaucoup de nourriture au cours de son exploration avec ses hommes. Mais l’auteur explique aussi que se sont des «barbares» car il assiste à des scènes de mutilation ou de cannibalisme. Si les rencontres semblent parfois prendre une mauvaise tournure, souvent les choses s’arrangent quand il leur présente un calumet qui est le symbole de la paix pour les Amérindiens. L’analyse de cet ouvrage révèle de nombreuses similitudes avec le Codex Canadensis : la description des mœurs, de certaines plantes comme le blé d’Inde (maïs) et d’animaux.

Le travail effectué pendant ce stage a permis de traiter et de valoriser des collections peu exploitées jusqu’alors à la bibliothèque Stanislas. Ainsi, nous redécouvrons aujourd’hui une partie de l’histoire du Canada.

Astrid Mallick et Lucie Creusat.

Découvrez aussi nos cartes sur Flickr.

Nicolas Durival et son Journal

La célébration du 250e anniversaire du rattachement de la Lorraine à la France en 2016 est l’occasion pour la Bibliothèque de mettre à l’honneur les collections en rapport avec le roi Stanislas, et singulièrement le Journal de Nicolas Durival (1713-1795), conseiller du roi et lieutenant général de police de Nancy de 1760 à 1769. Ce manuscrit fait l’objet pour les années 1765-1766 d’une édition électronique augmentée d’index, de notes historiques, de cartes et d’images consultable sur www.journaldedurival.fr depuis le 18 juin 2016. Ce premier article revient sur la personne de Nicolas Durival, d’autres seront prochainement consacrés au projet d’édition électronique.

Portrait de Nicolas Durival
Dominique Collin, portrait de Nicolas Durival. © Musée Lorrain, Nancy / Photo M. Bourguet

L’homme

Nicolas Luton Durival est le fils aîné de Jacques Luton, originaire de Normandie, fils d’un ancien valet de la Maison de Louis xiv et lui-même valet de garde-robe du duc Léopold. Avec son épouse Marie Anne Humblot, il a plusieurs enfants dont trois fils ont une carrière dans l’administration lorraine et française : Nicolas, Jean-Baptiste et Claude. Retraité à Saint-Aubin-sur-Aire (Meuse), Jacques Luton en devient le maire en 1729. Toujours en fonction en 1737, il fait partie de ceux qui viennent accueillir le nouveau duc, Stanislas Leszczynski, à son arrivée. En 1760, Jacques Luton est anobli, pour lui et ses descendants, et prend le nom de Durival.

Nicolas naît le 12 novembre 1713 à Commercy. Il apprend le rudiment avec le curé de Saint-Aubin : ses aptitudes l’autorisent à envisager une bonne carrière dans l’administration.

Il ne fonde pas de famille, mais son journal montre une grande proximité avec ses jeunes frères Jean-Baptiste et Claude1. Propriétaire d’une ferme à Heillecourt, où il passe volontiers du temps, c’est là qu’il se retire, sans beaucoup de moyens financiers, à l’issue de sa carrière civile en 1769. Privé de sa pension municipale en 1791 afin qu’il en porte la demande « auprès de la patrie » (soit le département de la Meurthe), il ne recouvre une somme de 3 000 livres, à peine suffisante pour le faire vivre, que peu de temps avant sa mort le 21 décembre 1795. Justin Favier y voit l’œuvre de l’abbé Grégoire, éminent conventionnel de la région2.

Une carrière au service du roi Stanislas

Nicolas Durival commence sa carrière comme secrétaire au service du chancelier français Antoine-Martin Chaumont de La Galaizière (1697-1783) dès l’arrivée de celui-ci en Lorraine en 1737. Il reste par la suite proche de la famille du chancelier et de son fils l’intendant de Lorraine, dont il suit avec intérêt les déplacements. En 1751, il devient greffier en chef du Conseil d’État et des Finances du roi de Pologne, ce qui l’introduit dans l’entourage de Stanislas. Il cumule dès lors cette fonction avec d’autres charges : économe séquestre3 des bénéfices de Lorraine et Barrois (1754-1760), subdélégué de l’intendance de Lorraine4.

En 1760, il résigne ces charges au profit de la lieutenance générale de police de la ville de Nancy, cet office lui prenant tout son temps. L’achat en est très coûteux : 12 500 livres de Lorraine, auxquelles s’ajoutent 450 livres, 9 sous et 6 deniers de frais divers. Cette fonction va bien au-delà du maintien de l’ordre. Il intervient tout autant dans l’urbanisme municipal : adduction d’eau, pavage et éclairage des rues, travaux, transfert des cimetières hors de la ville…, que dans les fondations charitables – notamment pour les filles repenties -, dans les approvisionnements, l’ordonnancement des nombreuses processions et cérémonies, et tout ce qui, en règle générale, concourt à la paix civile. À ce titre, il participe tout à fait régulièrement aux réunions du conseil municipal et a de nombreuses relations tant avec la Cour souveraine qu’avec celle, plus mondaine, de Lunéville.
Il tient aussi des statistiques précises des naissances, mariages et décès de la ville.

C’est en 1769 qu’il demande à être relevé de ses fonctions ; il semblerait que l’administration française lui paraisse à ce moment intenable, à moins que l’âge et la fatigue ne commencent à se faire sentir. L’intendance lui octroie alors une pension de 1 000 livres, des « lettres de vétérance » et le titre de lieutenant de police honoraire, de sorte qu’il exerce encore à titre de conseil dans les années suivantes.

Durival historien

Page de titre, Durival, Mémoire sur la Lorraine et le Barrois
Page de titre, Durival, Mémoire sur la Lorraine et le Barrois

Le Mémoire sur la Lorraine et le Barrois

Selon les historiens, s’appuyant sur les échanges entre Durival et Dom Calmet, Nicolas Durival considère, en bon administrateur de son temps, qu’il est impossible de gouverner sans la statistique, la géographie, et la connaissance de l’histoire de sa province. C’est pourquoi il fait publier à titre anonyme dès 1748 une Table alphabétique des villes, bourgs etc. de la Lorraine et du Barrois (182 p.), qui connaît deux rééditions et enrichissements en 1749 et 1766. Les pages sont divisées en deux colonnes : le toponyme et la juridiction dont la localité relève. Les mises à jour tiennent compte de l’actualisation des limites des bailliages.

Son Mémoire sur la Lorraine et le Barrois, de plus grande ampleur (604 p.), paraît en 1753 chez Henri Thomas à Nancy. Il est aussitôt salué par le Journal de Trévoux, et l’abbé géographe Jean-Joseph Expilly (1719-1793) entame avec Durival des échanges épistolaires visant à mieux intégrer la géographie et l’histoire de la Lorraine à celles de la France. Il se divise en trois parties :

  • une introduction générale sur la géographie, les habitants, les monnaies, les divisions administratives, les rivières et ruisseaux…
  • une étude de chaque ville, quartier et principaux monuments, divisée par bailliage
  • une table alphabétique actualisée comprenant des renseignements historiques et archéologiques
Page de titre, Durival, Introduction à la description de la Lor
Page de titre, Durival, Introduction à la description de la Lor

La Description de la Lorraine et du Barrois

Cet ouvrage est publié en 4 volumes chez Leclerc à Nancy entre 1779 et 1783, le quatrième volume composé d’ajouts et d’annexes étant mis gracieusement à disposition des possesseurs des trois premiers chez le libraire Leseure.

Dans l’avertissement, Durival fait remonter la genèse de son projet à 1760 et se place dans la droite ligne des géographes et historiens des siècles précédents, rendant notamment hommage à Thierry Alix et à Mercator.

Le tome I est paru précédemment en 1774 sous une forme abrégée.
Il comprend une histoire des duchés depuis le xe siècle, allant jusqu’à la fin du règne de Stanislas (l’introduction du Mémoire se terminait à la fin du règne de Léopold), une géographie extrêmement complète et une carte dépliante. Durival y mentionne les rivières, lacs et autres eaux courantes et stagnantes, les plantes cultivées, les vignes, des statistiques de température, les ressources naturelles (bois, pêche, fossiles, mines), les habitants et leur notoriété, les revenus, les poids et mesures en vigueur, ainsi que les renseignements administratifs (militaire, postes, juridictions, foires et marchés) attendus de ce type de publication.

Le tome II développe considérablement la description des bailliages. Il consacre ainsi 52 pages à la ville de Nancy, passant en revue les paroisses, les faubourgs, les fontaines comme les hommes illustres et les ressources naturelles.

Le tome III est une table alphabétique des toponymes avec des données administratives, historiques, météorologiques ou archéologiques notables.

L’académicien

Durival est reçu le 15 avril 1760 à l’Académie royale des Sciences, lettres et arts de Nancy sur demande pressante du fondateur de celle-ci, le roi Stanislas. Sur l’insistance du roi, il en devient le sous-directeur deux ans plus tard. Son Journal le montre assidu aux séances ordinaires, soucieux de rendre compte des débats et de l’usage de la bibliothèque associée.

Il ne se jugeait pas digne d’être un académicien, se présentant comme un administrateur autodidacte plutôt qu’un érudit. Cependant, ses échanges avec des personnalités scientifiques de l’époque (Dom Calmet, Expilly) montre qu’il est tenu par eux en haute estime et qu’il a toutes les capacités intellectuelles pour argumenter et apporter avec méthode des réponses à des questions d’histoire, de géographie et d’économie.

Il présente régulièrement devant l’Académie royale des mémoires et rapports témoignant de son activité scientifique :

  • 1763 : un mémoire sur la clôture des héritages (biens immobiliers), le vain pâturage et le parcours (circulation du bétail) en Lorraine
  • 1765 : une bibliographie des ouvrages imprimés et manuscrits sur la province de Lorraine, conduite à la demande de l’intendant pour abonder la Bibliothèque historique de la France du père Lelong
  • 1779 : l’Académie le charge de terminer les travaux du père Leslie sur l’histoire du duché de Lorraine. Il ne semble pas cependant que cette demande ait été suivie d’effet car, les papiers du père Leslie lui étant réclamés quelques années plus tard par Mory d’Elvange, Durival assure qu’il ne les a jamais eus en sa possession.
  • 1790 : Sonnini5 commence à publier, dans le Journal du département de la Meurthe, diverses études d’économie rurale, portant principalement sur la construction et l’entretien des routes lorraines, présentées devant l’Académie. Un deuxième recueil sera publié, toujours par Sonnini, dans la Bibliothèque économique de 1809.
Les 14 volumes du Journal de Durival
Les 14 volumes du Journal de Durival

Le Journal

Tenu de 1737 au 18 décembre 1795, soit 3 jours avant la mort de son rédacteur, le Journal de Nicolas Durival n’est pas tant un écrit intime qu’un outil de suivi des événements urbains et politiques sous le règne de Stanislas, et de préparation des différentes publications projetées par l’auteur.

Il se compose de 14 volumes in-quarto, écrits à la main. Ceux-ci sont truffés parfois de copies de lettres et de billets, voire d’originaux, mais aussi de billets imprimés, de programmes, prospectus, invitations, ou coupures de presse. Il n’a certainement pas été tenu au jour le jour, du moins au début où les notations sont très sommaires. Il est possible par exemple que la relation de l’agonie et de la mort de Stanislas a pu être reconstruite quelque temps (quelques jours ?) après l’événement à partir de notes ou d’un brouillon de journal qui n’a pas été conservé, ou en tous cas reprise par la suite pour y ajouter des mentions d’horaire précis.

Journal de Durival, 1er janvier 1765
Journal de Durival, 1er janvier 1765

Des lacunes existent pour les années 1767-1771, 1781 et 1788-1791, soit que Durival n’ait pas tenu de relation de ces périodes, soit qu’elle ait été perdue. De 1792 à 1795, il se borne à effectuer des notations météorologiques quasi-quotidiennes sans se préoccuper vraiment de noter les événements en cours.

Durival et la bibliothèque de Nancy

De son vivant, et sans doute à cause de ses fonctions à l’Académie royale, Durival avait fait don à la bibliothèque de plusieurs ouvrages dont Justin Favier avait pu retrouver la trace grâce à un ex-libris manuscrit portant « ex dono D[omi]ni Durival aedil[is] praes[idio]« , quand un ex-libris gravé sur cuivre par Jean-Charles François (1717-1769) est attesté6. Or, après la mort sans héritier de son frère Jean-Baptiste, la bibliothèque et les papiers de Durival ont été vendus au poids sur la place du Marché à Nancy, de sorte que nombre de ses livres se sont perdus.
C’est peut-être à l’issue de cette vente que le Journal est entré à la bibliothèque de Nancy au xixe siècle, par le biais du célèbre collectionneur lotharingiste Beaupré.

Page d'accueil du Journal de Durival en ligne
Page d’accueil du Journal de Durival en ligne

Lire le Journal (années 1765-1766) dans son intégralité.

Les œuvres de Durival dans les Bibliothèques de Nancy.

  1. Les notices Wikipédia de la famille Durival sont mises à jour dans le cadre du projet. []
  2. Justin Favier, « Notice sur Nicolas Durival », dans Mémoires de la Société d’archéologie lorraine, 1880, p. 5-36. []
  3. chargé d’administrer les biens ecclésiastiques qui n’ont pas d’attributaire []
  4. substitut de La Galaizière []
  5. Charles-Nicolas-Sigisbert Sonnini de Manoncourt (1751-1812), naturaliste lorrain secrétaire de Buffon et explorateur en Guyane. []
  6. Base des ex-libris de l’AFCEL, D1884. []

Numériser la presse : le contrôle

La dernière campagne de numérisation de la presse quotidienne régionale ancienne portait sur l’Est républicain pour la période 1919 à 1945. Retour sur les opérations de contrôle mises en œuvre avant le versement en ligne1.

Continuer la lecture de Numériser la presse : le contrôle

  1. le tout est désormais en ligne sur le Kiosque lorrain []

Numériser la presse : la mise en ligne sur le Kiosque lorrain

La fin des opérations de contrôle des fichiers livrés par le prestataire de numérisation signe le début de la préparation de la mise en ligne (lire billet précédent).

 

Page d'accueil du Kiosque Lorrain
Page d’accueil du Kiosque Lorrain

La préparation des fichiers

Le Kiosque lorrain repose sur des fichiers image au format jpeg et des fichiers XML/ALTO1 (pour le mode texte et le moteur de recherche).

Pour la presse nous avons fait le choix de numériser en jpg non compressé, la numérisation est réalisée en 300 dpi, désormais en couleur. Le format tiff est trop lourd en terme d’archivage, c’est la principale raison de notre choix. Nous nous orientons probablement vers une alternative déjà pratiquée par la BNF, le choix du jpg 2000 (ratio poids qualité plus intéressant).

Quoi qu’il en soit, les formats livrés ne sont pas destinés à la mise en ligne, les fichiers doivent être réduits en taille et optimisés pour assurer une bonne qualité de lecture pour un poids moindre afin de ne pas surcharger le serveur pour garantir des temps de réponse satisfaisants.

Préparation du fichier de chargement

Pour éviter les erreurs sur des fichiers de tableurs très longs, on ne part pas du fichier de récolement que l’on a transmis au prestataire. D’autant que celui-ci a été retourné avec des corrections ou des indications qui correspondent aux problèmes rencontrés au cours de la numérisation (pages signalées dans le fichier mais en fait manquantes, pages oubliées dans le comptage etc.).

Les fichiers pdf, dont on demande également la génération au prestataire, ne sont pas utilisés directement pour la visualisation dans le Kiosque (ils sont proposés pour le téléchargement), ils servent de base au travail de préparation du versement. En effet dans le Kiosque un item correspond à un fascicule de presse (donc à un pdf). On utilise Exiftool pour extraire les métadonnées des fichiers pdf ainsi que le nombre de pages les composant et la racine de leur nom de fichier. Ces informations sont extraites sous forme de fichier csv. Celui-ci sera alors retravaillé pour devenir le fichier source du chargement en masse des fascicules :

  • ajout des métadonnées Dublin Core complémentaires ;
  • concaténation et transformation de certains champs pour les rendre compatibles au format DC ;
  • ajout éventuel de métadonnées.

Les contraintes du plugin Omeka Newspaper

Le plugin développé pour Omeka2 pour le chargement et la mise en ligne de la presse nous impose actuellement un certain nombre de contraintes.

  • nécessité de déclarer le ratio de réduction dans le fichier de chargement : pour que la fonction de surlignage fonctionne, il faut que la position de chaque mot renseigné dans le fichier alto soit recalculée en fonction de la nouvelle taille en pixel de l’image qui sera uploadée sur le Kiosque.
  • nécessité d’un nommage des fichiers rigoureux. Le plugin part du nom de fichier du pdf pour déterminer le chargement des jpg et des alto, ces trois types de fichiers doivent impérativement avoir la même structure pour que l’import fonctionne.
  • les métadonnées : le mapping est basé sur un fichier csv qui va contenir tous les éléments nécessaires d’une part au chargement des différents fichiers, d’autre part à la création de l’item et à sa notice en Dublin Core.

Le chargement sur la base

 

Interface de l'upload des fichiers dans le Kiosque
Interface de l’upload des fichiers dans le Kiosque

Une fois le chargement lancé, le plugin génère un fichier de log qui va contenir les erreurs rencontrées. Elles peuvent être de deux types :

  • les erreurs fatales : le chargement s’interrompt si les champs ne sont pas ceux attendus (format Dublin Core et deux champs techniques, un pour le ratio de réduction, l’autre pour le nombre de vues attendues) ;
  • les erreurs mineures : le chargement continue mais un message d’erreur signale le problème rencontré et indique soit que l’item est incomplet (nombre de pages attendu différent du nombre de jpg présent sur le serveur de chargement) : fichier alto considéré comme vide (ce n’est pas forcément une erreur si l’ocr n’a rien détecté, comme cela peut être le cas sur une page restaurée avec du papier japon opaque par exemple), fichier non chargé pour un problème de nommage.
Interfacede l'historique des imports
Interface de l’historique des imports

Ces logs vont permettre de revenir au cas par cas sur les problèmes rencontrés.

La publication

Une fois les contenus chargés et les corrections effectuées, les fascicules peuvent être rendus publics. Commence alors la phase d’éditorialisation : sélection des contenus en page d’accueil, rédaction de dossiers…


Orientation bibliographique :

  1. Voir article précédent pour en savoir plus sur le format ALTO []
  2. Développé par la société liverdunoise Moobee et disponible sur github. []

Numériser la presse : les coulisses

Depuis 2009 la bibliothèque de Nancy réalise une campagne de numérisation par an. En 2013 a commencé le long chantier de numérisation de la presse quotidienne régionale lorraine (PQR), avec dans la foulée la réalisation du Kiosque Lorrain1. La campagne 2014 va bientôt porter à 120 000 le nombre de vues disponibles en ligne. Retour sur ces prestations.

Continuer la lecture de Numériser la presse : les coulisses

  1. Voir à ce sujet ce Billet sur le Kiosque lorrain []

Bibliothèque Nancy Renaissance (2013)

La BmN a participé au grand événement « Renaissance Nancy 2013 » autrement qu’en organisant une  exposition de ses trésors. Un peu déstabilisant au départ, ce parti pris s’est révélé particulièrement fécond car il a obligé les bibliothécaires à imaginer d’autres formes d’étude et de valorisation des collections du xvie siècle.

Les réalisations

Le site internet "Bibliothèque Renaissance à Nancy"
Le site internet « Bibliothèque Renaissance à Nancy »
  1. un site internet, Bibliothèque Nancy Renaissance, rassemblant à la fois des contenus destinés à un large public (une exposition virtuelle, des jeux) et des contenus scientifiques : une base de documents numérisés (1080 items à ce jour, tous sous Licence Ouverte), un inventaire scientifique des estampes lorraines du xvie siècle et une carte des imprimeurs lorrains.
  2. des ressources bibliographiques, sur un compte Zotero, et sous forme de livret pour présenter certains des ouvrages numérisés pour l’occasion.
  3. des contributions importantes aux différentes expositions organisées par les musées de Nancy et de Lorraine : expositions d’histoire au Musée lorrain, scientifiques au Muséum-Aquarium, au Jardin botanique et au Musée de l’Histoire du Fer de Nancy, artistiques aux musées de Toul et de Bar-le-Duc. Au total, près d’une centaine d’œuvres de nos collections ont été montrées au public.
  4. des contributions à la valorisation de l’événement sur internet et les réseaux sociaux : réalisation de reportages pour la page Facebook et le compte Flickr consacrés à l’événement, demande d’archivage du site événementiel auprès du service du Dépôt légal du Web à la BnF, la dissémination sur notre compte Flickr ou Pinterest de quelques pièces remarquables.
  5. un programme culturel varié destiné aux usagers du réseau des bibliothèques : concert, ateliers pour enfants, conférences, rencontres, présentations d’œuvres patrimoniales en quartier…
  6. à l’interne, un travail important sur les collections elles-mêmes : exploration du fonds par des statistiques, catalogage et conditionnement des œuvres (estampes, manuscrits et imprimés) manipulées, numérisées et/ou prêtées, conception et production du site internet, accueil et encadrement de stagiaires.

Le bilan

De nombreux points positifs

"L'annonce faite aux bergers", Livre de prières de la famille Des Fours (vers 1525), BmN ms. 1874. - Licence ouverte
« L’annonce faite aux bergers », Livre de prières de la famille Des Fours (vers 1525), BmN ms. 1874. – Licence ouverte

Cette année consacrée au xvie siècle a permis sur le plan scientifique de renforcer la connaissance du fonds du xvie siècle, au-delà des œuvres emblématiques, notamment dans le fonds iconographique (recherche et inventaire des estampes du xvie siècle dans les recueils factices disséminés dans les collections d’imprimés), ainsi que de nouer des collaborations avec des institutions de la région et des chercheurs locaux.

La gestion du fonds patrimonial s’est également améliorée grâce à cet événement : la quantité de documents numérisés et/ou prêtés en peu de temps a obligé à la mise en place de circuits de traitement (repérage/constat d’état/catalogage/conditionnement/départs/contrôle/retours) beaucoup plus formalisés. Par là même, davantage d’agents du service ont été impliqués, tant pour les tâches bibliothéconomiques que pour les relations avec les emprunteurs, prestataires et différents publics rencontrés.

Quelques regrets

Un certain manque d’anticipation a empêché de traiter l’intégralité de la collection des imprimés du xvie siècle (3 000 ouvrages) et de finaliser le catalogue des manuscrits des xvexvie siècles.

Certains emprunteurs ont semblé ne pas tenir compte l’existence de délais de traitement des œuvres écrites ou graphiques préalablement à un prêt, pourtant comparables à celles d’œuvres muséales, ainsi que du fait qu’elles n’étaient pas seules sur l’événement, et ont tardé à formuler leurs demandes, imposé des changements de dernière minute difficiles à satisfaire compte tenu du nombre d’œuvres traitées simultanément.

Enfin, l’offre culturelle proposée par le réseau des bibliothèques était de grande qualité, mais a dû être concentrée en peu de temps (l’événement Renaissance Nancy 2013 a duré de mai à juillet 2013) et a donc pâti du foisonnement de l’offre locale et régionale sur le même sujet.