Archives par mot-clé : publics

Le procès du parricide de Leyr, ou comment parler de la presse ancienne

L’ouverture de Limédia kiosque a permis de re-questionner la médiation et la valorisation d’un fonds de presse ancienne.
Pour l’inauguration officielle du site, en mars 2019, nous avons proposé au public de revivre un fait divers qui a défrayé la chronique à la fin du XIXe siècle : le parricide de Leyr.

 

Le meurtre de Leyr, par son atrocité et ses multiples rebondissements, a alimenté les conversations et occupé les esprits lorrains de la fin du XIXe siècle. Il a constitué un véritable feuilleton dans la presse quotidienne locale et a marqué durablement l’histoire du village de Leyr. C’est pour ces raisons que le choix des bibliothécaires s’est porté sur ce fait divers pour une « reconstitution » spectacle originale.

Véritable travail de collaboration, la reconstitution du procès a non seulement mobilisé l’équipe de bibliothécaires mais aussi plusieurs types d’acteurs : étudiants en droit, comédiens, et spectateurs !

Les étudiants en droit, membres de l’association AJEP, jouent le rôle de la Cour : Achille premier assesseur, Hugo, président de la Cour et Yacer 2e assesseur.

La « reconstitution » de la cour d’assises par les étudiants en droit de l’université de Lorraine

C’est une association d’étudiants en droit de Nancy, l’AJEP, Association Juridique Economique et Politique, dont la vocation est d’organiser chaque année des concours de plaidoirie, qui a travaillé à la reconstitution de la cour d’assises.  L’objectif n’était pas de faire une reconstitution historique et exacte du procès, tel qu’il a eu lieu en 1898, mais d’évoquer l’ambiance des procès de l’époque en respectant, autant que possible, le fonctionnement judiciaire de la fin du XIXe siècle. Ainsi nous retrouvons pour ce procès : une cour constituée d’un président et deux assesseurs, un jury de 6 personnes (spectateurs tirés au sort), un procureur et deux avocats.
Quelques libertés ont été prises par rapport au fonctionnement judiciaire de l’époque des faits : le jury, constitué de 6 personnes (et non pas 12), avait la charge d’établir la culpabilité de l’accusé mais aussi de définir la peine, alors que cette tâche incombait alors à la cour.

Le groupe d’étudiants s’est appuyé sur un travail documentaire d’archives de presse et de témoignages réalisé par les bibliothécaires pour construire le déroulé du procès : protagonistes, témoins invités à la barre, rebondissements et réception du procès.

Chaque étudiant avait un rôle : président du jury et assesseurs, avocats de la défense, procureur. Nous le verrons plus loin, les rôles des témoins et accusés étaient tenus par des acteurs d’une compagnie de théâtre amateur. L’équipe d’étudiants avait donc écrit une bonne partie de son intervention tout en laissant une place non négligeable à l’improvisation.

Maxime, étudiant en droit et président de l’AJEP, incarne le procureur avec beaucoup de conviction.

Voici un extrait du réquisitoire du procureur :

« Monsieur le Président, messieurs les assesseurs, mesdames messieurs les jurés, nous avons essayé tout au long de ce procès de découvrir la vérité quant aux faits qui se sont produits entre la nuit du 20 février, soir du meurtre et celle du 23 février, soir où le fils Ancion se débarrasse du corps en le découpant en 6 parties puis en le jetant dans l’étang de Quercigny.

Mais comme vous avez pu le remarquer, les incohérences des témoignages , les oublis du fils Ancion, l’absence regrettable de Madame Ancion sont autant d’obstacles qui nous éloignent de la vérité vraie. Aussi il incombe au ministère public de démêler le vrai du faux, de combler les trous de cette histoire sordide et ainsi se rapprocher de cette vérité vraie. Cependant, ne rêvez pas, si nous pourrons nous en approcher, jamais nous ne l’atteindrons, emportée en partie dans la tombe de la mère Ancion et pour l’autre dans le silence du fils.

La défense essaiera de vous faire douter, elle dressera du fils Ancion un portrait bienveillant, celui d’un jeune homme au passé difficile, celui d’un jeune homme sympathique, gentil et inoffensif et pourtant tant effrayé par son père… »

Noémie et Valentin, étudiants en droit, eux aussi membres de l’association AJEP, interprètent les avocats de la défense. Les dessins de Catherine Créhange sont projetés simultanément.

Voici un extrait de la plaidoirie de la défense :

« Notre client se tient devant vous pour avoir tué son père, l’avoir découpé en morceaux, et jeté dans un étang. Il se tient devant vous pour avoir donné la mort à son père, alors que son père était sur le point d’attenter à sa vie. Il se tient devant vous, seul, pour des faits d’assassinat, alors que sa mère a contribué de manière certaine à la mort de la victime. Il se tient devant vous, pour avoir prémédité cet assassinat, alors qu’aucun élément concret ne prouve qu’il ait planifié de tuer son père.

Nous allons reprendre la chronologie pour vous démontrer que notre client n’a pas pu préméditer cet acte, et qu’il a en réalité plutôt réalisé sous l’emprise de sa mère… »

Et comment imaginer un procès sans croquis d’audience ? Nous avons invité l’illustratrice et dessinatrice de presse Catherine  Créhange  à réaliser les dessins judiciaires, projetés en direct pendant le spectacle.

Catherine Créhange en dessinatrice judiciaire pour l’occasion.

L’approche de la compagnie de théâtre d’improvisation

Comme il était impossible de reconstituer le procès de manière exacte avec les documents que nous avions à disposition, nous avons choisi un parti pris décalé, en travaillant avec la compagnie de théâtre d’improvisation nancéienne Crache-Texte. Quatre comédiens se sont donc répartis les rôles des différents protagonistes du procès : l’accusé, Charles Ancion, qui est interprété, dans toute sa réserve, par Axel Goefper. L’ensemble des témoins, trois hommes et une femme, sont interprétés par un seul comédien, François Barthelemy, introduisant un caractère comique à la situation.

Les témoins, interprétés par François Barthelemy, de la Compagnie Crache-Texte : des personnages hauts en couleurs défilent à la barre, sous le regard de Tom, étudiant en droit et membre de l’AJEP, qui joue le rôle du greffier.

Enfin, la compagnie a proposé, pour rendre la reconstitution plus théâtrale, d’incarner aussi le père assassiné et la mère suicidée (interprétés par Yann Berriet et Magalie Beck). Ces derniers ont utilisé judicieusement la disposition de la salle de lecture et se sont installés sur une galerie surplombant l’espace où se trouvait la cour et le jury. Participant de manière extérieure au procès de leur fils, ils étaient ignorés des autres protagonistes, tels deux fantômes dont seul le public pouvait suivre les remarques.

Magalie Beck et Yann Berriet  interprètent les fantômes du père assassiné et de la mère suicidée.

La compagnie de théâtre a travaillé en amont de la représentation avec le déroulé fourni par les étudiants en droit, ainsi que les documents disponibles sur l’affaire du parricide. Tous ces éléments ont servi de cadre à leur improvisation.

La participation du public

Le dernier participant à ce procès, et non le moindre, était le public. D’emblée nous avons décidé qu’il serait intéressant d’impliquer les spectateurs dans cette reconstitution. Nous leur avons dévolu 5 rôles différents, par tirage au sort, à l’entrée de la salle.

Les jurés

Au nombre de 6, ils ont passé l’ensemble de la soirée derrière la cour, sur « l’espace scénique ». Comme pour un procès réel, leur rôle était de décider du sort de l’accusé, jugeant à partir des témoignages, plaidoirie et réquisitoire. L’issue du procès aurait pu être complètement différente de celle du procès d’origine !

Le jury, composé de 6 personnes, tirés au sort dans le public.
Les gendarmes

Au nombre de 6 également, coiffés d’un képi, ils assuraient « la sécurité » de l’accusé et des témoins appelés à la barre.

Charles Ancion est interprété par Axel Goefper de la compagnie théâtrale Crache-Texte, et les deux gendarmes qui l’accompagnent ont été tirés au sort dans le public.
Les journalistes

Une dizaine de spectateurs-journalistes étaient présents au-devant de la scène, pour rendre compte du déroulement du procès, coachés par une véritable journaliste de l’Est Républicain, Lysiane Ganousse.

Dans la salle, le public participe à cette reconstitution : gendarmes, journalistes, bourgeois ou paysans, chacun son rôle.
Les villageois et les bourgeois

Les autres spectateurs, la majorité, étaient installés indifféremment dans la salle et répartis en deux catégories : villageois et bourgeois.
Les spectateurs étaient invités à s’exprimer, en fonction de leur rôle, sur le procès se déroulant sous leurs yeux. Nous avons utilisé pour cela le stratagème des chauffeurs de salle, et confiés à deux bibliothécaires des grands panneaux sur lesquels étaient inscrits des interjections : Haaaaaaa, Diantre, Quelle horreur ! , chuuut, à mort ! Bravo !

Les bibliothécaires présents et déguisés dans la salle avaient pour mission d’animer la salle.

À l’issue du réquisitoire et de la plaidoirie, le jury se retire pour délibérer. Le public a également la possibilité de donner son avis sur le dénouement du procès en direct via une application de sondage.

Les bibliothécaires ont fait vivre cette soirée en jouant leur rôle jusqu’au bout.

Bilan

Cette expérience partenariale, inédite et pleine d’humour en dépit d’un sujet difficile, a permis aux participants (acteurs et spectateurs) de mieux comprendre le déroulement d’un procès mais aussi l’influence de la presse sur l’opinion publique. Chacun a pu faire des parallèles avec des affaires récentes où le scandale médiatique le dispute à l’horreur des faits. Une forme d’éducation aux médias et à l’information en utilisant le patrimoine local.

La bibliothèque publique pendant la Première Guerre mondiale (1)

De 1914 à 1918, la Bibliothèque publique de Nancy accueille le public dans un environnement secoué par les bombardements et soumis à d’importantes difficultés d’approvisionnement. Dans ce premier billet, nous verrons comment la bibliothèque a réussi à rester ouverte malgré l’adversité. Un deuxième billet s’intéressera aux conditions d’acquisition et de conservation des collections pendant cette période troublée.

Étudier le fonctionnement de la bibliothèque municipale de Nancy pendant le premier conflit mondial revient à interroger la faculté d’adaptation d’un établissement culturel à vocation éducative très nette face à d’importantes difficultés d’approvisionnement, à l’insécurité menaçant régulièrement l’intégrité du bâtiment et des personnes, et à l’absence d’une majeure partie de son personnel et de son public.

Les sources utilisées dans cet article ont été puisées dans les archives de l’établissement. En premier lieu, il s’agit des rapports annuels rédigés par le conservateur de la bibliothèque, sur le fondement d’un formulaire imposé par le Ministère de l’Instruction publique. La série ne connaît pas d’interruption pendant le conflit, et elle a été archivée avec les brouillons, de sorte qu’il est aisé de suivre l’évolution de l’activité de la bibliothèque municipale de 1914 à 1920, 1914 et 1919 étant qualifiées a posteriori d’ « années normales ». En second lieu, les registres de délibérations du comité d’inspection et d’achats de livres témoignent d’une grande régularité dans la tenue des réunions et la rédaction des comptes-rendus, confiés au secrétaire annuel, à défaut au conservateur. Les statistiques proviennent de ces rapports et des registres d’entrées de livres, mis à disposition du public.

Registre d'inspection
Registre du fonds Cabasse, donné en 1914.

En revanche, la bibliothèque n’apparaît pratiquement pas dans la presse quotidienne locale, et pas du tout dans un ouvrage publié immédiatement après-guerre relatant la vie locale pendant le conflit, celui d’Armand Vogt1.


Le fonctionnement de la bibliothèque publique pendant la guerre


Les moyens


Le personnel

La bibliothèque est dirigée par Justin Favier, une personnalité du monde intellectuel local, depuis 31 ans. Il y est fidèlement secondé par Casimir Pèlerin, conservateur adjoint2. Favier a coordonné la réalisation et la publication des deux catalogues de référence des collections patrimoniales, le Catalogue du Fonds lorrain (1898, avec le concours des frères Pèlerin et des commis Hacquard et Lapointe, toujours en fonction en 1914) et le volume du Catalogue général des manuscrits concernant la Bibliothèque municipale de Nancy (1886) et son premier supplément (1904).

Lorsque l’ordre de mobilisation générale est donné, le 2 août 1914, trois des huit membres du personnel sont immédiatement mobilisés : Casimir Pèlerin, capitaine de réserve au 69e régiment d’infanterie, Arthur Bilmayer, troisième commis, lieutenant de réserve au même régiment, et Camille Mouze, appariteur, adjudant maréchal ferrant au 8e régiment d’artillerie. Les cinq autres, dont le conservateur Justin Favier atteint par la limite d’âge, et Arthur Pèlerin, bibliothécaire en second, en mauvaise santé, restent fidèles à leur poste le plus longtemps possible pendant la durée du conflit.

Mobilisation générale (source BMI Épinal)

Arthur Bilmayer, après une glorieuse blessure et la promotion au grade de capitaine, est mort au combat en Artois le 13 mai 1915. Lapointe, deuxième commis, avait perdu son fils, engagé volontaire à 19 ans, quelques jours plus tôt. A cette occasion se manifeste une compassion sincère de la part du comité d’inspection, qui s’associe à la douleur du père, et à celle de la veuve et la fille du commis3.

En mars 1917, après une assez longue interruption pour cause de maladie, le bibliothécaire en second Arthur Pèlerin, qui remplaçait son frère Casimir, mobilisé, en qualité d’adjoint du conservateur, demande à être mis à la retraite, ce qui lui est immédiatement accordé4. Bilmayer n’étant pas remplacé, les deux autres mobilisés encore sous les drapeaux, l’effectif est alors réduit de 50 %.

De nouveaux agents arrivent vers la fin du conflit : un commis, réformé de guerre, au printemps 1917, puis début 1918 un autre commis et un appariteur, ainsi qu’un jeune chartiste, Maurice Rousset, tout juste démobilisé5. Rousset part au mois d’octobre ; il est remplacé par Fernand Thirion. René Thiéry vient compléter le nombre des commmis et la fille de l’appariteur Ernest Sonntag entre dans l’effectif en qualité de concierge. En sa toute fin de carrière, Favier retrouve son adjoint et futur successeur Casimir Pèlerin et une équipe nouvelle, qui réclame semble-t-il quelques ajustements, mais apte et désireuse de se mettre au service des lecteurs.


Le budget

Le budget annuel de la bibliothèque, incluant les dépenses de personnel, s’élève à 38 240 Fr. en 1914. Il est par la suite relativement maintenu mais les nécessités économiques et les difficultés d’approvisionnement, tant en livres qu’en abonnements et en reliure, pèsent lourdement en 1917 et 1918. Les dépenses autres que le personnel se répartissent entre acquisitions de livres (30 %), abonnements (22 %), reliure (19 %) et autres frais (29 %).

Le budget 1918, réduit à 25 000 fr. n’est pas consommé entièrement. Le maire de Nancy a en effet réclamé de n’exécuter que les opérations budgétaires indispensables, et les bibliothécaires n’y voient guère d’inconvénient sur le moment. La paix retrouvée, ils ne manquent pas de réclamer un rattrapage des efforts consentis, en formulant pour 1919 une demande d’autorisation de dépenses à hauteur de 37 289, 99 Fr. (ce montant prévoit la rémunération en année incomplète d’un troisième commis et d’un second appariteur)6.


Le bâtiment

La Bibliothèque connaît quelques dommages, mais a été bien préservée par rapport aux maisons de la rue Gambetta, au lycée, situé juste derrière, et surtout à la Bibliothèque universitaire, incendiée le 1er novembre 1918, selon le constat dressé à la fin du conflit7.

« Dans la nuit du 16 au 17 juin 1917, un obus, tombé rue Gambetta devant la chapelle du Lycée, a brisé les vitres d’une quarantaine de nos fenêtres ; et quelques éclats ont légèrement éraflé les dos de quatre ou cinq volumes)8.

Le 12 août [1918], une bombe incendiaire est tombée sur la maison no 34 de la rue Gambetta, à 12 mètres de la Bibliothèque qui a couru le plus grand danger pendant tout le temps qu’a duré le feu. Nous en avons été quittes pour des dégâts, sérieux, il est vrai, mais qui n’atteignirent pas nos collections. Nos fenêtres de la rue de la Visitation ont été en grande partie démolies ; nos salles situées de ce côté ont été remplies de gravats et de décombres projetés par l’explosion et notre toiture a été tellement endommagée qu’il a fallu remettre à neuf plus de la moitié du toit de l’aile gauche.

Huit jours après, une torpille éventrait celui des bâtiments du Lycée qui est le plus rapproché de nous et par son explosion, faisait voler en éclats une grande partie de nos vitres sur la rue Gambetta et la place Dombasle. »9.

Image extraite de Nancy sous les obus, images de guerre (cote 80 329 (36))


L’accueil du public

L’établissement est largement ouvert dans l’année ; il ne compte que dix jours de fermeture à Pâques, à compter du samedi saint, et 3 jours fin septembre. L’année commence le 1er octobre : les séances quotidiennes s’étendent alors de 9 h à 22 h jusqu’au 31 juillet, avec une moyenne de 400 lecteurs par jour, ce qui est considérable pour une bibliothèque d’étude. Pendant l’été, la bibliothèque n’est ouverte que le matin, de 9 h à midi. Les statistiques de prêt et de fréquentation montrent que le rythme ordinaire de la bibliothèque est très saisonnier : au bourdonnement des mois d’hiver succède un courant plus apaisé, puis une décrue franche pendant l’été. En 1913, on avait compté 96 308 lecteurs annuels.

La première mesure prise pendant la conflit est la réduction des horaires d’ouverture en saison haute, introduisant une pause méridienne et une fermeture à six heures du soir, essentiellement pour compenser le départ des trois agents mobilisés. La fréquentation des derniers mois de 1914 se ressent à la fois de la désaffection du public, dans une ville cernée dès les premiers jours d’août par l’armée allemande, et sous le coup de bombardements, et de cette diminution du service. Le flux journalier de lecteurs tombe à 13 jusqu’au 1er octobre, remonte à 114 ensuite, soit le quart de la fréquentation habituelle.

Maintenir la bibliothèque ouverte aux lecteurs est une mission cruciale. Mais les usagers sont loin de fréquenter assidûment les locaux. Les étudiants et lycéens qui n’ont pas été mobilisés sont rentrés chez leurs parents, ou ont été évacués, tout comme les enseignants. Les représentants de professions libérales (avocats, médecins), les magistrats, fonctionnaires et savants constituant le reste du public sont eux aussi requis à d’autres tâches.

Le règlement intérieur s’adapte aux circonstances. Le prêt à domicile est ouvert à titre exceptionnel aux élèves (féminines) de l’École normale d’institutrices de la Meuse, transférée à Nancy pour la durée du conflit10. Début 1919, l’emprunt est ouvert aux étudiants : « en raison de la destruction d’une partie de la Bibliothèque universitaire et sur la demande des professeurs de la Faculté des lettres, demande présentée et appuyée par M. Souriau11, le Comité décide de faire bénéficier les étudiants de cette Faculté du prêt des livres, sous réserve que celui-ci ne se fera qu’au vu de bulletins spéciaux revêtus de la signature d’un professeur. »12

En 1917, six semaines de fermeture sont déplorées en raison, non pas des bombardements, mais d’une panne du calorifère, la température intérieure étant descendue à 10° en janvier et février131. La pénurie de matières premières aidant, la bibliothèque ferme à 4 h de l’après-midi à partir du mois d’octobre, afin d’économiser éclairage et combustible. L’étiage de fréquentation se situe en 1918, où moins de 10 000 lecteurs ont franchi les portes de la bibliothèque, soit 10 % d’une année d’avant-guerre.

Registre de fréquentation de la bibliothèque
Registre de fréquentation de la bibliothèque

Le véritable relèvement a lieu en 1919. La rentrée universitaire, soit le retour des professeurs et étudiants, donne un véritable élan à la fréquentation. Les horaires d’avant-guerre sont rétablis le 15 mai, lorsque l’équipe est au complet.


Les activités internes

L’avis du Ministère de l’Instruction publique à la lecture du rapport 1913 témoigne de préoccupations d’améliorations bibliothéconomiques et matérielles, en passant à la numérotation continue des nouvelles acquisitions, ce qui impliquerait l’abandon des séries thématiques héritées du xixe siècle, et en aménageant un nouveau magasin dans « les salles qui se trouvent au premier et au deuxième étage d’une des ailes du bâtiment. »14.

Pendant le conflit, désespérés devant leur salle de lecture vide et glaciale, les quelques employés de la bibliothèque trouvent à s’occuper dans des tâches catalographiques. Celles-ci cependant ne peuvent être que simples, les cadres intermédiaires manquant à l’appel. C’est pourquoi le temps est rempli par la transcription intégrale des prénoms sur les fiches auteurs pour réduire les homonymies15.

Article Est Républicain mars 1917
Coupures de presse dans le registre de fréquentation de la Bibliothèque, mars 1917.

Une salle de lecture ouverte aux usagers n’est rien sans la mise à disposition de documents. La suite de cet article montrera comment les bibliothécaires se sont employés à enrichir et sauvegarder les collections, courantes et patrimoniales, entre 1914 et 1918.

  1. Armand Vogt, Nancy pendant la guerre, 1914-1918, d’après les documents officiels, Nancy, Grandville, 1921, vi-385 p. Cote 50 749. []
  2. Casimir Pélerin (1867-1928). Entré commis à la bibliothèque en 1891. Il obtient en 1905 le certificat d’aptitude aux fonctions de bibliothécaire municipal. Il est le père de Jean Lionel-Pèlerin (1901-1954), maire de Nancy (1947-1953) et sénateur de Meurthe-et-Moselle. []
  3. Registre du comité d’inspection et d’achat des livres (dorénavant reg. comité), séance du 3.06.1915 (p. 192). []
  4. Reg. comité, 1.03.1917. []
  5. Maurice Rousset (1884-1931), alors conservateur des archives, de la bibliothèque et du musée de Lunéville. Il quitte la bibliothèque municipale de Nancy au bout de six mois pour aller diriger les archives départementales de la Corrèze (1919-1922) puis celles de la Meuse. Sur sa brève carrière, voir Henri Courteault, « Maurice Rousset », dans Bibliothèque de l’École des Chartes, no 92, 1931, p. 437-438. []
  6. Rapports annuels au Ministre de l’Instruction publique 1916, 1917 et 1918. []
  7. Voir le bilan dressé par Émile Badel, Les bombardements de Nancy : ville ouverte 1914-1918 : églises & monuments meurtris : les victimes, les dégâts, Nancy, Crépin-Leblond, 1919, 102 p. Cote 4 057. []
  8. Voir aussi reg. comité, 5.07.1917. []
  9. Rapport annuel au ministre de l’Instruction publique, 1918. []
  10. Reg. comité, 6.10.1915. []
  11. Paul Souriau (1852-1926), professeur de philosophie à la faculté des lettres de Nancy et adjoint au maire chargé de la bibliothèque. []
  12. Reg. comité, 6.03.1919. []
  13. Rapport au ministre de l’Instruction publique, 1917. []
  14. Reg. comité, 4.06.1914. []
  15. Rapport au ministre de l’Instruction publique, 1917. []