Archives par mot-clé : weisbuch

A la découverte de la musique à Nancy au premier vingtième siècle : le don Louis Thirion et le fonds Gaston Stoltz

Le 22 septembre 2018, Louis-Claude Thirion remettait à la Ville de Nancy les archives de son père, le compositeur et professeur de musique Louis Thirion (1879-1966). Cet événement s’inscrivait dans le cadre du concert hommage à Claude Weisbuch proposé par l’Ensemble Stanislas qui a joué pour l’occasion l’adagio du Quatuor à cordes op. 10 de Louis Thirion.

Louis Thirion et la musique en Lorraine au début du xxe siècle

Louis Thirion vers 1910 (Louis-Claude Thirion [CC BY-SA 4.0]).
Louis Thirion est né en 1879 à Baccarat dans une famille de musiciens. Il poursuit des études au Conservatoire de Nancy sous la direction de Guy Ropartz (1864-1955). A l’âge de vingt ans, il est nommé professeur d’orgue et de piano dans ce même Conservatoire où il effectue toute sa carrière. Jeune compositeur avant-gardiste, il apprécie la musique de Debussy et de Chabrier. Ses compositions sont primées et jouées à Paris avant la Première guerre mondiale : Prix de la Société des compositeurs pour des œuvres pour piano (1906 et 1909), prix Cressant pour sa 1re symphonie (1909)1, dirigée par le Messin Gabriel Pierné (1863-1936), à la tête des Concerts Colonne, en 1911.

Louis Thirion figure au programme du festival de musique lorraine de Lunéville en 1902, organisé par René d’Avril (1875-1966) et Guy Ropartz, aux côtés de Gustave Charpentier et Gabriel Pierné 2. Il est encensé par le professeur d’histoire de la musique et journaliste dans les colonnes de La Lorraine artiste, tant pour ses interprétations au piano que pour ses propres compositions 3. L’historien et folkloriste Charles Sadoul (1872-1930) fait appel à lui pour noter des chants populaires lorrains publiés dans Le Pays lorrain 4.

Sa carrière de compositeur s’arrête brutalement lorsque l’armée allemande incendie sa maison de Baccarat en 1914, avec toutes ses partitions à l’intérieur sauf deux, qui se trouvaient alors dans un coffre bancaire. Il figure parmi les jeunes musiciens cités pendant le conflit, avec mention de sa deuxième symphonie tout juste achevée en 1914 5.

A la sortie de la guerre, veuf avec de jeunes enfants, la nécessité de trouver une position stable à partir de ses compétences musicales l’incite à se tourner vers l’enseignement au conservatoire de Nancy plutôt qu’une carrière incertaine de compositeur. Par deux fois directeur intérimaire du Conservatoire, en 1919 et 1944-1945, il lui est préféré à chaque fois un autre candidat pour le poste de titulaire.

Dans les années 1920-1930, il est toujours joué à Paris, notamment aux Concerts Colonne, et entretient des relations courtoises avec des personnalités de renom dans le monde de la musique, tels les Lorrains Gabriel Pierné, Florent Schmitt (1870-1958) et Alfred Bachelet (1864-19446), mais aussi Paul Dukas (1865-1935) et Vincent d’Indy (1851-1931) qui le recommandent pour des directions de conservatoire.

A la fin de sa vie, il continue de s’intéresser à la musique moderne, particulièrement celle de Stravinski qu’il admire depuis longtemps 7.

Contenu du don

Le don de son fils cadet Louis-Claude Thirion peut être divisé en deux ensembles 8.

Le premier lot se compose des partitions d’orchestre manuscrites des deux symphonies de Louis Thirion. La copie de la Première symphonie, en mi bémol, op. 12, est dédiée à Paul Dukas et à « Michou », Micheline Moris, pianiste, seconde épouse du compositeur et mère de Louis-Claude Thirion. Elle est élégamment reliée en maroquin rouge et porte la date de 1934. La copie de la Deuxième symphonie, en si mineur, op. 17, est peut-être plus émouvante par sa dédicace « À la mémoire de Pierre B., tué le 14 octobre 1915 à l’épine de Védegrange » (bien que la partition ait été terminée avant guerre) 9.

Le second lot est formé par la correspondance musicale du compositeur. Elle peut être distribuée en plusieurs ensembles :

  • une correspondance soutenue et amicale avec Florent Schmitt, Guy Ropartz et Gustave Samazeuilh (1877-1967) ;
  • des lettres de recommandation pour la direction du Conservatoire de Nancy en 1919, de Paul Dukas, Vincent d’Indy, Florent Schmitt et André Gédalge (ms. Thirion 6) ;
  • une correspondance d’artiste, liée notamment à la reprise de la première symphonie par les Concerts Colonne en 1920 (ms. Thirion 7), mais aussi avec les musiciens et chanteurs amenés à jouer les œuvres de Louis Thirion 10.

Le traitement rapide du fonds, afin d’honorer le donateur, a rencontré l’initiative du Ministère de la Culture de combler le retard de signalement des fonds d’archives en bibliothèque. Dans la région Grand-Est, c’est l’agence Interbibly qui est chargée du projet. L’archiviste missionnée pour aider Nancy dans cette entreprise a donc logiquement commencé par le catalogage de ce fonds arrivé quelques jours avant elle, lui assurant une publication dès le mois de décembre 2018.

Le travail de signalement à réaliser a été l’occasion de cartographier les fonds d’archives non traités, ce qui a fait sortir deux fonds liés à la musique : les notes du docteur Rémy, un membre de l’Académie de Stanislas dans les années 1950-1960 « pour servir à l’histoire de la musique en Lorraine », et surtout le fonds Gaston Stoltz.

Gaston Stoltz et la vie musicale à Nancy entre les deux guerres mondiales

Gaston Stoltz (1890-1977), collègue de Louis Thirion au Conservatoire de Nancy pendant toute sa carrière et comme lui compositeur, a tout de suite suscité l’intérêt. Stoltz et Thirion ont même, à plusieurs reprises, joué ensemble au sein du Quatuor Jamar, dirigé par le violoniste Georges Jamar1 Travailler sur Gaston Stoltz après Thirion permettait de continuer le travail documentaire réalisé sur Louis Thirion.

Gaston Stoltz est né à Nancy d’une famille alsacienne optante. Son père, Guillaume Stoltz, est altiste, professeur de musique au lycée, et fondateur d’un orchestre. Il suit donc tout naturellement les traces familiales. Premier prix de trombone et d’alto au Conservatoire de Paris, il revient à Nancy en 1911. Pendant la guerre, il est blessé au Léomont. En 1918, il se voit offrir la suite de son père retraité au lycée et au conservatoire où il va enseigner l’alto et la musique de chambre. Il fonde l’orchestre et la chorale du lycée avec l’aide de plusieurs professeurs et de musiciens amateurs anciens élèves de son père. Un premier concert est donné salle Poirel fin 1919.

Gaston Stoltz donne l’image d’un pédagogue et chef d’orchestre infatigable. Entre les deux guerres, il enchaîne jurys du Conservatoire, représentations publiques de l’orchestre du lycée, concerts de la chorale Alsace-Lorraine et concerts populaires à la Pépinière. Le grand prix de l’enseignement lui est décerné à la fin des années 1940. Il dirige même en 1949 à Lyon le grand concert des orchestres et chœurs de l’enseignement public 11.

Son œuvre de compositeur est plus discrète, mais c’est la plus présente dans les archives transmises à la Bibliothèque Stanislas.

En effet, la différence entre le fonds Thirion et le fonds Stoltz est grande, car le fonds Stoltz se compose exclusivement de partitions, pour l’immense majorité manuscrites. Elles se répartissent en trois catégories :

  • les œuvres composées par Gaston Stoltz, notamment pour alto ;
  • les œuvres rassemblées, recopiées ou adaptées pour être jouées et chantées par les ensembles dont Gaston Stoltz était le chef ;
  • enfin quelques partitions relatives à l’enseignement de la musique : exercices notamment.

Le plan de classement adopté est sommaire pour l’instant : compositions de Stoltz, subdivisées entre musique pour orchestre, musique pour orchestre de chambre, pour alto, pour autres instruments (trombone et piano principalement), musique pour enfants, musique de circonstance (carnavals, mariage d’amis) ; et œuvres d’autres compositeurs. En l’absence de datation sur les œuvres, un classement alphabétique à l’intérieur des divisions a été adopté. De même, il n’a pas été possible de rechercher de manière suffisamment fine les conditions de représentation de chacune des partitions présentes (avec l’orchestre du lycée, le chœur Alsace-Lorraine, etc.)

La donation du fonds Louis Thirion a permis de jeter un éclairage intéressant sur une période méconnue de l’histoire musicale de Nancy, où l’enseignement de la musique en lycée et au Conservatoire était très suivi et très considéré, et où les concerts amateurs et semi-professionnels faisaient l’objet de sérieuses recensions dans la presse locale. On y voit l’émergence des retransmissions radio, l’évolution du goût, mais aussi les relations entre les différents acteurs locaux de la musique de l’entre-deux-guerres : René d’Avril, le journaliste vulgarisateur ; Alfred Bachelet, le directeur du Conservatoire et compositeur admiré, nettement au-dessus de tous ; et les artistes et instigateurs de la musique enseignée et représentée que sont Thirion et Stoltz. Ce matériau est désormais rassemblé à la Bibliothèque Stanislas pour une étude approfondie, par un historien de la culture ou de la musique, de la vie musicale à Nancy entre 1900 et 1960.

Pour les bibliothécaires, la donation et le classement qui s’en sont suivis ont donné une motivation supplémentaire à la redécouverte des fonds d’archives non traités qui, d’amas de papiers vaguement listés et conservés dans des boîtes anonymes, émergent doucement avec leur singularité et les passionnants champs d’investigation nouveaux et inattendus à proposer au public et aux chercheurs. C’est bien cette curiosité et cette envie de transmission qui font tout le sel du métier de bibliothécaire patrimonial.

A écouter :

  • Louis Thirion, Symphonie no 2 en si mineur op. 17 (1913). Enregistré par l’orchestre de l’ORTF dirigé par Eugène Bigot.

    • Hommage à Gaston Stoltz : concert du 7 mars 2004, salle Poirel à Nancy. CD disponible à la médiathèque Manufacture cote 3 A HOM.

  1. « Feuilleton musical », La Critique indépendante : théâtres, concerts, arts, littérature : organe de la défense des intérêts et des droits du public, 1 déc. 1911 p. 2.
  2. Francfort Didier, « De l’histoire des frontières culturelles à à l’histoire culturelle des frontières et à l’histoire des cultures frontalières. pour une rupture de perspectives et de nouvelles approches », Eurolimes, 2010, vol. 9, p. 109‑129.
  3. Voir par exemple les chroniques musicales dans les numéros de La Lorraine artiste des 1er février 1902, 15 mars 1903 (où Thirion est qualifié de « génie » aux côtés de Vincent d’Indy), 10 mars 1904.
  4. « Les parlers et la littérature populaire de la Lorraine » dans Bibliographie lorraine, Nancy, Faculté des lettres de l’Université (coll. « Annales de l’Est »), 1933, vol.X., p. 308.
  5. « Louis Thirion », La Musique pendant la guerre : revue musicale mensuelle, 28 décembre 1916, p. 179.
  6. Celui-ci Lorrain d’adoption, directeur du Conservatoire de Nancy de 1919 à 1944.
  7. « Nécrologie », Le Pays lorrain, 1966, vol. 47, p. 137.
  8. Auxquels s’ajoutent les Œuvres complètes de Joris-Karl Huysmans, Paris : éd. Crès et Cie, 1930, 18 vol. tirage limité no 15/1500.
  9. Les deux symphonies portent les cotes ms. Thirion 1 et 2 dans le fonds Louis Thirion.
  10. voir l’inventaire complet du fonds Louis Thirion.
  11. Strauss René, « La vie et l’oeuvre de Gaston Stoltz (1890-1976), compositeur et chef d’orchestre », Le Pays lorrain, 1979, p. 221‑224.
  1. Père du graveur Michel Jamar. Le Nancy artistique est un petit milieu. []

Une acquisition exceptionnelle d’œuvres de Claude Weisbuch

Les Bibliothèques de Nancy souhaitent acquérir un ensemble de gravures de l’artiste lorrain Claude Weisbuch. Un lot de 79 estampes très rares, datant de sa période nancéienne, et avant 1961, année de sa consécration critique. Cette opportunité nécessite le montage d’un projet de financement exceptionnel, car le montant de l’acquisition dépasse les possibilités budgétaires de la bibliothèque. Cette acquisition s’inscrit dans un projet global qui concerne les graveurs lorrains contemporains, mené par les Bibliothèques de Nancy sur les années 2017 à 2019.

 

Le projet « Graveurs lorrains contemporains ».

 

La bibliothèque Stanislas conserve une collection remarquable de livres illustrés et d’œuvres gravées permettant de retracer toute l’histoire de la gravure, en particulier l’histoire de la gravure en Lorraine. Terre de graveurs, la Lorraine a vu naître de grands talents tels Jacques de Bellange, Jacques Callot, Sébastien Leclerc, Victor Prouvé ou encore Etienne Cournault. La bibliothèque Stanislas conserve les chefs d’œuvres de ces maîtres et, a à cœur de valoriser cette collection de gravure. Depuis toujours, la bibliothèque entretient des liens privilégiés avec les artistes lorrains contemporains. D’une part en organisant des expositions mettant en valeur leurs travaux, mais aussi en continuant d’acquérir leurs œuvres. Le projet « graveurs lorrains contemporains », qui se déroule sur plusieurs années, a pour objectif de compléter les collections, documenter et valoriser les œuvres de ces artistes. En 2017-2018 trois graveurs sont à l’honneur : Jacques Hallez, Roland Grunberg et Claude Weisbuch.

Les grandes glaneuses de Sion, lithographie

Pour Jacques Hallez et Roland Grunberg une acquisition de plusieurs œuvres, permettant de compléter les collections déjà présentes dans les institutions lorraines, est en cours. Des séances d’interview filmées et enregistrées ont déjà été réalisées et seront disponibles sur le futur site de la bibliothèque numérique du Sillon Lorrain. Les droits d’utilisation, pour la reproduction et la mise en ligne des œuvres, ont été négociés directement auprès des artistes. Ainsi, la création graphique contemporaine lorraine pourra être accessible au plus grand nombre, faisant ainsi connaître le talent de ces artistes. L’artiste Michel Jamar, dont le fonds d’atelier est entré à la bibliothèque en 2012, fait aussi parti de ce programme, mais pour la partie documentaire, mise en ligne des collections et valorisation. Un travail qui se poursuivra pendant plusieurs années pour cet artiste.

 

Claude Weisbuch

 

Né à Thionville en 1927, Claude Weisbuch a passé son enfance à Nancy. Formé à l’Ecole des Beaux-Arts de Nancy par Camille Hilaire et André Vahl, il montre rapidement son intérêt et sa maîtrise des techniques de la gravure. Récompensé en 1956 par le Grand Prix National du Dessin et en 1961 par le Prix de la Critique, il s’inscrit rapidement parmi les grands artistes contemporains, exposant ses œuvres dans le monde entier. Si de son œuvre on retient surtout les musiciens ou les acteurs de Kabuki, ses œuvres de jeunesse offrent une vision totalement différente de son travail. Des œuvres réalisées entre 1948 et 1959 qui témoignent des influences artistiques de son temps, de son attachement à sa Lorraine natale et de ses recherches plastiques et techniques.

Femmes de Nomeny, lithographie, 8/15

L’opportunité d’acquérir ce lot d’œuvres rares nécessite le montage d’un projet de financement exceptionnel, car le montant de l’acquisition dépasse l’ordinaire budgétaire de la bibliothèque. Une partie de l’acquisition peut être financée par les aides publiques mais elles ne seront pas suffisantes et les mécènes doivent être sollicités. C’est avec l’aide de la Fondation Lotharingie que la bibliothèque tente d’acquérir les œuvres de Claude Weisbuch. Elle a accepté de soutenir ce projet, de le présenter sur son site, de recueillir les dons et fournir les documents nécessaires pour la déduction fiscale.

La glaneuse, pointe-sèche, 2ème état, 1957

Les particuliers et entreprises peuvent participer à l’enrichissement des collections de la bibliothèque en faisant un don financier pour cette opération. Ce don, déductible des impôts, est récompensé par de nombreuses contreparties. Les artistes lorrains contemporains se sont mobilisés autour de ce projet, ont créé et offert des œuvres pour les contreparties.

Des événements à ne pas manquer

 

Tout au long de l’année, des événements se succèderont pour venir enrichir ce projet. Le 6 avril 2018, un dîner de gala aura lieu à la Bibliothèque Stanislas. Appelé “Dîner des mécènes” il permet à chacun de participer à ce projet tout en se faisant plaisir. Une occasion unique de venir dîner dans la prestigieuse salle de lecture du XVIIIe siècle, classée au patrimoine mondial de l’Unesco. Pour un don de 150 euros minimum, vous pourrez bénéficier d’un repas pour une personne (coût réel du don après déduction fiscale de 66 % : 51 euros). Seulement 160 places seront disponibles pour ce repas.

Une vente aux enchères d’oeuvres d’art aura lieu à la fin du repas. L’intégralité des sommes perçues pour le repas et le vente des oeuvres ira à l’acquisition des 79 estampes de Claude Weisbuch.

Vous êtes gourmands ? Et bien vous pourrez également nous aider dans notre projet d’acquisition en vous faisant plaisir. Les pâtissiers de Moselle et ceux de Meurthe-et-Moselle ont accepté de réaliser et vendre un gâteau individuel nommé “Les Glaneuses”. Sur le prix de vente, 1 euro est reversé au projet Weisbuch. Une pâtisserie qui sera disponible toute l’année dès le mois de mars.

Pour participer à cette acquisition d’estampes de Claudes Weisbuch, faites un don par Internet sur le site de la Fondation du Patrimoine : https://www.fondation-patrimoine.org/52983 ou par courrier en renvoyant le bulletin de souscription à la Fondation Lotharingie.