Archives par mot-clé : weisbuch

Claude Weisbuch : les estampes de jeunesse

Les Bibliothèques de Nancy viennent d’acquérir un ensemble de gravures de l’artiste lorrain Claude Weisbuch (1927-2014). Un lot de 79 estampes très rares, datant de sa période nancéienne, et avant 1961, année de sa consécration critique. Une acquisition qui a nécessité le montage d’un projet de financement exceptionnel, un mécénat participatif, car le montant de l’acquisition dépassait l’ordinaire budgétaire de la bibliothèque. Une opération qui a eu un grand succès et que nous avons relatée dans plusieurs articles d’Epitomé. Cette acquisition s’inscrit dans un projet global qui concerne les graveurs lorrains contemporains, qui a été mené par les Bibliothèques de Nancy sur les années 2017 à 2019.

Claude Weisbuch dans son atelier en train de graver une plaque de cuivre à la pointe-sèche (droits réservés)

Le projet «Graveurs lorrains contemporains»

La Bibliothèque Stanislas conserve une collection remarquable de livres illustrés et d’œuvres gravées permettant de retracer toute l’histoire de la gravure, en particulier l’histoire de la gravure en Lorraine. Terre de graveurs, la Lorraine a vu naître de grands talents tels Jacques de Bellange (1575-1616), Jacques Callot (1592-1635), Sébastien Leclerc (1637-1714), Victor Prouvé (1858-1943) ou encore Étienne Cournault (1891-1948). La Bibliothèque Stanislas conserve les chefs-d’œuvres de ces maîtres et a à cœur de valoriser cette collection de gravures. La bibliothèque a toujours entretenu des liens privilégiés avec les artistes lorrains contemporains, d’une part en organisant des expositions mettant en valeur leurs travaux1, d’autre part en continuant d’acquérir leurs œuvres2. Le projet « graveurs lorrains contemporains », qui s’est déroulé sur plusieurs années, a pour objectif de compléter les collections, documenter et valoriser les œuvres de ces artistes. En 2017, trois graveurs ont été à l’honneur : Jacques Hallez (né en 1923), Roland Grunberg (né en 1933) et Claude Weisbuch.

Pour Jacques Hallez et Roland Grünberg, une acquisition de plusieurs œuvres est venue compléter les collections déjà présentes dans les institutions lorraines. Des séances d’interview filmées et enregistrées ont déjà été réalisées et seront disponibles à terme sur le site de la bibliothèque numérique du Sillon Lorrain3 : Limediagaleries. Les droits d’utilisation, pour la reproduction et la mise en ligne des œuvres, ont été négociés directement auprès des artistes. Ainsi, la création graphique contemporaine lorraine pourra être accessible au plus grand nombre, dès le départ, faisant connaître le talent de ces artistes. L’artiste Michel Jamar (1911-1997), dont le fonds d’atelier est entré à la bibliothèque en 2012, fait aussi partie de ce programme. Ce travail se poursuivra pendant plusieurs années.

La récolte, lithographie, 1953, M-FG-ES-00318 (droits réservés)

En 2018, les œuvres de jeunesse de Claude Weisbuch sont entrées dans les collections grâce à la réussite du mécénat participatif. D’autres acquisitions et donations sont venues enrichir les collections. Parmi les ensembles les plus importants : des gravures de Jean-François Chevalier, d’Elisabeth Poydenot d’Oro et des dessins de Jean-Charles Taillandier. En 2019, ce sont des œuvres du graveur Henri Lalevée et de Jacques Linard qui ont intégré les collections.

Claude Weisbuch

Né à Thionville en 1927, Claude Weisbuch a passé son enfance à Nancy. Né d’une mère lorraine et d’un père ingénieur d’origine roumaine, il grandit dans ce climat lourd et pesant des années 1930 où la crise économique, la montée des dictatures et du racisme annoncent un avenir incertain. Devant les menaces qui pèsent sur la communauté israélite, son père prend la décision de quitter Nancy pour passer en zone dite « libre ». Une période d’angoisse et de peur que l’artiste exprimera plus tard dans certaines de ses œuvres. Exilé à Roanne le temps de l’occupation allemande, Claude Weisbuch rencontre un professeur de français dont la personnalité va le marquer profondément, Georges Hacquard (1918-2014). Homme d’une vaste culture et d’une passion incroyable, capable de fédérer les énergies et d’attiser les jeunes intelligences, il lui transmet le goût de la culture et développe sa curiosité.

L’exode, lithographie, 1953, M-FG-ES-00336 (droits réservés)

Claude Weisbuch revient à Nancy en 1945, après la Libération, et s’inscrit à l’École des Beaux-Arts. Il suit avec assiduité les cours de dessin et de composition décorative de Camille Hilaire (1916-2004), nommé en 1947, et ceux d’André Vahl (1913-1983), professeur de gravure. Son amitié avec le peintre Camille Hilaire va durer quasiment un demi-siècle. Il lui enseigne les bases du dessin et l’encourage à trouver sa propre expression personnelle.

André Vahl, digne élève et successeur de Victor Prouvé, va également avoir une influence décisive sur Claude Weisbuch. André Vahl dirige l’un des ateliers les plus actifs et des mieux fréquentés, qui fournit en professeurs de gravure la plupart des grandes écoles d’art françaises. Il en est d’ailleurs ainsi pour Claude Weisbuch qui devient en 1953, à l’âge de 26 ans, professeur de gravure à l’École des Beaux-Arts de Saint-Étienne. A l’École des Beaux-Arts de Nancy, il rencontre certains grands artistes qui continuent à venir travailler de temps en temps. Ainsi, il a observé Étienne Cournault, qui donnait avec plaisir de nombreux conseils aux étudiants curieux4.

Hommage à Étienne Cournault, pointe-sèche (acquisition 2014), G-FG-ES-00119 (droits réservés)

Bercé dans la tradition de la gravure lorraine et celle des grands maîtres, Claude Weisbuch n’a de cesse d’explorer leur univers et de rendre hommage à ceux qui ont donné au cuivre toutes ses lettres de noblesse.


Premiers succès lorrains

Dès ses premières œuvres, on remarque que Claude Weisbuch s’intéresse à la figure humaine. Cette fascination l’occupera toute sa vie.

Il débute ses premières expositions à Nancy en 1951 où il présente des gravures au Club des Arts, puis en 1952, à la Librairie des Arts de Roger Mossovic. Il y présente essentiellement des dessins et des estampes. La lithographie est très présente dans ses travaux à travers des œuvres telles L’Exode ou L’Émeute, mais aussi de nombreux nus. Bien qu’il se soit éloigné de Nancy après sa nomination aux Beaux-Arts de Saint-Étienne en 1953, il est présent dans les grandes expositions consacrées aux peintres-graveurs lorrains, par la Société Lorraine des Amis des Arts, au musée des Beaux-Arts de Nancy. En 1956, il présente à l’exposition, une peinture, deux dessins et trois pointes sèches dont l’une intitulée Hommage à Victor Guillaume5. Victor Guillaume (1880-1942) faisait l’admiration de nombreux artistes lorrains car il figure parmi les novateurs et avant-gardistes. Son talent, son amour pour la Lorraine et ses paysans ont séduit Claude Weisbuch qui lui offre, par la gravure, son premier hommage.

Cette même année, il participe à un très bel ouvrage de bibliophilie édité par la Libraire des Arts et préfacé par Pierre Marot. Intitulé Paysages lorrains6, il rassemble dix estampes réalisées par des artistes lorrains. Denis Rouart, alors conservateur au musée de Nancy, dira d’ailleurs de cette estampe : « Dans sa scène des travaux des champs, il campe des paysannes dans un style expressionniste puissant qui dépasse la peine des glaneuses pour atteindre le drame de la condition humaine »7 ».

Claude Weisbuch participe encore aux expositions lorraines en 1959. D’abord au musée des Beaux-Arts de Nancy, lors de la grande rétrospective sur la gravure en Lorraine du XVIe au XXe siècle8, puis à la Librairie des Arts. Parmi les œuvres exposées on retrouve certaines thématiques qui lui sont chères comme Don Quichotte mais aussi les glaneuses.

Glaneuse, pointe sèche, M-FG-ES-00364 (droits réservés)

Du 10 au 31 octobre 1959, il présente à la Librairie des Arts un ensemble de peintures et de gravures revenant sur ses thèmes de prédilection.


Consécrations parisiennes

Le dessin occupe une part importante de son travail. On le dit déjà capable de dessiner avec une intensité d’expression rare. En 1956, il obtient le Grand Prix National de Dessin mais c’est surtout en 1957 que l’artiste va connaître son premier grand succès à Paris. Grâce aux recommandations de Camille Hilaire, il obtient la possibilité d’exposer à la galerie Saint-Placide à Paris. Une galerie importante, exposant sur deux niveaux, qui accueille en général deux artistes en même temps. Les œuvres de Claude Weisbuch sont exposées en même temps que celles du peintre Isis Kischka (1908-1973), qui n’est autre que le fondateur du Salon des Peintres Témoins de leur Temps9. Un peintre à succès et très influent qui a fait venir à la galerie nombre de grands artistes et collectionneurs. L’exposition de Claude Weisbuch est un succès et toutes ses œuvres sont vendues, dont certaines à de grands artistes comme Foujita (1886-1968). Une reconnaissance de ses pairs, des amateurs mais aussi des critiques qui ne tarissent pas d’éloges sur son travail.

La consécration arrive en 1961, avec le prestigieux Prix de la Critique10. À partir de cette date, la carrière de l’artiste connaît un succès considérable. Il participe à de nombreux projets et à des expositions dans le monde entier : Londres, Tokyo, Munich, Toronto.

La peinture prend une place plus importante dans son œuvre à partir des années 196011, mais elle garde cette particularité de l’importance du trait et de la ligne. Le dessin et la gravure sont toujours ses compagnons de route, et il choisit, dès 1966, l’illustration de grandes œuvres littéraires.

Le dormeur du val, lithographie, 1952, M-FG-ES-00319 (droits réservés)

Livres illustrés

Le premier ouvrage qu’il illustre n’est autre que le célèbre Chevalier de la Charrette, de Chrétien de Troyes, traduit de l’ancien français par Jean Frappier12. Il l’illustre de vingt-deux pointes sèches dont la virtuosité séduit le réalisateur Jean Rollin. Dans le commentaire des illustrations accompagnant l’ouvrage, Jean Rollin explique : « D’un trait tourbillonnant, le graveur projette sur le cuivre des volumes qui engendrent des êtres instinctifs et brutaux uniquement soucieux de réduire l’ennemi à merci. Ses mises en page s’équilibrent suivant une composition où tous les effets convergent pour donner à l’œuvre un brio saisissant […] Dans toutes ces gravures l’expression est portée à son point culminant d’intensité plastique et de chaleur humaine […] De Weisbuch au trait déchiqueté et dont la création s’inscrit dans le sillage de Claus Sluter, Ligier Richier, Francis Gruber, il n’y avait aucune concession à attendre. Conscient du raffinement sauvage de l’époque qui inspire son propos, il burine des personnages d’une naïveté déconcertante, animés par des sentiments simples mais énergiques. Et si la fertilité de son art leur ajoute quelque chose de grand, c’est qu’un chef-d’œuvre finit toujours par avoir l’illustrateur qu’il mérite ». Il continuera à illustrer d’autres grands auteurs comme Érasme, avec l’Éloge de la Folie en 196713, puis Machiavel en 1972 avec Le Prince14, mais encore bien d’autres auteurs tout au long de sa carrière. Un exercice qui lui plaît beaucoup car se confronter à ces textes « oblige à la réflexion ». Sensible à la beauté des grands textes littéraires, Claude Weisbuch use de sa culture et de son talent pour donner à l’œuvre une force supplémentaire à travers l’illustration. Un exercice qui demande une grande maîtrise afin d’appréhender à la fois l’esprit de l’ouvrage, les nuances de la pensée de l’écrivain tout en proposant sa propre interprétation.

Pour la plupart de ces gravures, il utilise la pointe sèche, technique la plus proche du dessin, permettant à l’artiste de travailler rapidement, sans hésitation, et d’apposer sa pensée sur la plaque de cuivre.

De l’admiration aux hommages

Dès son adolescence, Claude Weisbuch s’intéresse à certains artistes et hommes de lettres. Curieux de littérature, de théâtre, de musique, d’art et de bien d’autres domaines encore, il explore leur univers et, tout au long de sa carrière, rendra de nombreux hommages à ces hommes qui ont illuminé le monde des arts.

Jacques Callot, son compatriote lorrain, accompagne son œuvre durant toute sa vie. Passionné par l’artiste au point d’en collectionner les œuvres, il réalise, dès les années 1960, plusieurs séries rendant hommage au talent du graveur lorrain. En 1976, lors du Festival Mondial du Théâtre de Nancy, il expose à la galerie des Arts et Lettres un ensemble d’œuvres faisant écho aux personnages de la Commedia dell’Arte de Jacques Callot, eux-mêmes présentés au même moment au Musée des Beaux-Arts de Nancy. Le thème du festival cette année là étant le théâtre comique populaire, Claude Weisbuch a pu généreusement exprimer son intérêt pour l’œuvre de Callot et la Commedia dell’Arte.

Claude Weisbuch participe également à la grande rétrospective Callot de 1992. Un événement majeur pour la ville de Nancy, qui célèbre alors le 400e anniversaire de la naissance de Jacques Callot. Parmi les nombreuses manifestations, c’est l’exposition des œuvres de Claude Weisbuch qui a l’honneur d’ouvrir les festivités. Dans le catalogue de l’exposition, André Rossinot, maire de la ville, exprime toute son admiration pour son travail : « Après avoir accueilli la toute première exposition d’Art Nouveau de l’École de Nancy, les Galeries Poirel, aujourd’hui rénovées, vont abriter du 27 avril au 24 mai, 160 gravures inédites de Claude Weisbuch. Ce retour à Nancy de l’enfant prodige, chargé de la magie des nombreux succès que lui a valu son savoir-faire loin de sa Lorraine natale, constitue à lui seul un grand événement. Comme Jacques Callot, Claude Weisbuch fait partie de ces grands graveurs dont l’œuvre continue d’être diffusée internationalement […] La série d’estampes « sur Callot », que nous propose Claude Weisbuch, est sans doute la plus originale des façons de célébrer le 400e anniversaire de la naissance de Jacques Callot. C’est l’hommage d’un grand contemporain à celui qui a su révolutionner, au XVIIe siècle, l’art et les techniques de la gravure. Il était donc naturel que cette exposition soit la première inscrite à l’affiche du programme de l’année Callot. Nous ne pouvions pas mieux débuter15».

Hommage à Jacques Callot, pointe sèche, 2012 (Bibliothèques de Nancy, acquisition 2012) (droits réservés)

D’autres artistes suscitent son admiration tels Honoré Daumier (1808-1879), Tiepolo (1696-1770), Théodore Géricault (1791-1824), Eugène Delacroix (1798-1863), Gustave Courbet (1819-1877) et surtout Rembrandt (1606-1669) vont marquer une partie de son œuvre. En 1973, il organise une exposition Hommage à Rembrandt très remarquée.

Mouvements

Qualifié par de nombreux critiques comme l’artiste du mouvement, Claude Weisbuch a réalisé de nombreuses œuvres montrant la décomposition du mouvement de la figure humaine. Les violonistes, les chevaux, les danseurs et autres artistes se voient ainsi animés par un trait vif et dynamique.

Dès ses débuts, ses recherches plastiques témoignent de la volonté de traduire le mouvement. La pointe sèche, qui offre une souplesse technique proche du dessin, permet à l’artiste de donner du dynamisme à son travail. Le mouvement du trait est traduit avec toute la vigueur du geste de l’artiste. Il utilise également la lithographie, technique où la pierre remplace la feuille, qui lui permet de multiplier son dessin mais aussi de pousser cette technique jusqu’à ses limites graphiques. Certaines œuvres, graphiques ou picturales, témoignent de ce travail sur la décomposition du mouvement. La gravure intitulée Il bouge sans arrêt, exprime les préoccupations de l’artiste sur la difficulté de saisir le modèle vivant. Un mouvement du modèle qui se traduit, dans cette estampe, par le déplacement et la superposition des lignes. Dans ses peintures, l’huile sur toile nommée Il se lève, révèle également ses recherches sur la décomposition du mouvement, comme l’avaient fait au début du siècle Marcel Duchamp et Umberto Boccioni.

Des gens qui courent, 1er état, pointe sèche, P-FG-ES-06816 (droits réservés)

Les estampes de jeunesse

L’ensemble des œuvres acquises par la bibliothèque en 2018 concerne la période nancéienne de l’artiste, juste avant qu’il soit récompensé par le prix de la Critique de 1961 et donc juste avant qu’il soit célèbre. Il se compose de 79 estampes réalisées entre 1948 et 1959. Ces tirages, à très peu d’exemplaires, voire à tirage unique, témoignent d’une période de recherche plastique et technique de l’artiste.

Les deux lithographies, Le Coq d’Alicanthe et la tête de cheval (sans titre), datées de 1948, montrent une recherche esthétique intéressante de l’artiste : décomposition du motif en formes géométriques sur un plan simple où la perspective est absente. La mention de « 7e état », sur la tête de cheval, indique les nombreuses modifications faites, à travers des états successifs, pour aboutir au résultat escompté.

Sans titre [Tête de cheval], 7e état, lithographie, M-FG-ES-00332 (droits réservés)

Parmi les œuvres des années 1950, on trouve plusieurs lithographies aux motifs géométrisés mais traités à la manière de l’art cinétique. Le Cheval de Cirque, La Vague ou le Cheval des Milles douleurs sont présentés de profil, avec une architecture intérieure composée de lignes qui s’entrecroisent, colorées en noir et blanc, tel un damier en mouvement.

La figure humaine apparaît dans les estampes à partir de 1949 à travers les Toréadors noirs, L’Équilibriste, La Famille du clown ou encore les Pantomimes extraordinaires. Des œuvres réalisées dans des techniques différentes et des esthétismes très variables. Ainsi, on retrouve l’influence de la gravure d’Étienne Cournault dans au moins trois gravures de ce lot, notamment Clown ou Chevaux au bord de la mer. L’eau-forte et l’aquatinte sont très présentes, travaillées différemment, ce qui témoigne de l’expérimentation des techniques par l’artiste. L’eau-forte et l’aquatinte disparaîtront progressivement de l’œuvre de Claude Weisbuch au profit de la lithographie et surtout de la pointe sèche, techniques qui correspondent mieux à ce grand dessinateur.

Le lot d’estampes proposées à l’acquisition contient également toute une série d’œuvres, réalisées des années 1950 à 1954, s’apparentant au courant « misérabiliste » de cette période. Après la guerre, on voit apparaître en France deux courants artistiques qui s’opposent : l’abstraction et le réalisme figuratif. Ce dernier, appelé aussi réalisme social ou misérabilisme, tend à remettre la figure humaine au centre des préoccupations artistiques. Des artistes comme Francis Gruber (1912-1948)16, Bernard Buffet (1928-1999) ou Alberto Giacometti (1901-1966) en deviennent les grands représentants. Claude Weisbuch, inspiré par ce courant, va produire une grande quantité de paysannes et de paysans lorrains, marqués par le poids du labeur ou l’horreur de l’histoire. A travers des compositions épurées, mais très graphiques, un dessin anguleux, sans ombre, ni profondeur, il fait naître des personnages d’un expressionnisme puissant. Le crayon lithographique de Claude Weisbuch emprunte ici ce trait particulier, que l’on retrouve dans les compositions de Bernard Buffet et les dessins d’Alberto Giacometti.

Portrait d’homme, 3/18, lithographie, M-FG-ES-00328 (droits réservés)

Les œuvres des années 1955 à 1959 font la part belle à la pointe sèche et révèlent progressivement le style de l’artiste. Un trait fort et affirmé, une composition épurée mais puissante et une recherche incessante du mouvement de la figure. Ainsi, on retrouve la pureté et le velouté de la technique de la pointe sèche à travers Les Glaneuses ou Semeur. Des œuvres expressives comme Le portrait de Mme B. ou Le Nuage rappellent également l’influence de l’œuvre de Francis Bacon. La Peur du Noir, œuvre acquise par la Bibliothèque en 2014, en est un exemple parfait17.

Le travail sur le mouvement s’exprime à travers les œuvres comme Les Gens qui courent, Le Vent, Semeur ou Faucheur.

Le vent, pointe sèche, 1957, M-FG-ES-00351 (droits réservés)

L’ensemble de ces estampes témoignent des influences multiples dans l’œuvre de Claude Weisbuch. Imprégné de tous les courants artistiques qui ont constitué l’École de Paris, il trouve un style qui lui est propre dans les nuances du cubisme, du futurisme, ou du misérabilisme. L’histoire et les traditions lorraines occupent une place de choix dans ses œuvres : on y sent tout l’amour du maître pour sa terre natale.

  1. Parmi les expositions importantes, il faut citer celle de 1994, Les graveurs lorrains et l’art du Livre, où figuraient les œuvres de nombreux graveurs lorrains anciens et contemporains, dont Claude Weisbuch, et l’exposition intitulée Six graveurs à Nancy organisée en 2002. Il y a également eu quelques expositions monographiques, notamment celles consacrées à Jacques Hallez en 2007,  Roland Grünberg en 2004, Jean-Charles Taillandier en 2005 et Jean-François Chevalier en 1996. []
  2. Voir le catalogue Achats et Dons, quinze années d’enrichissement des collections de la bibliothèque 1993-2008, Nancy, 2009. []
  3. Une bibliothèque numérique de référence mettant en ligne les collections numérisées de quatre grandes bibliothèques du Sillon Lorrain : Nancy, Metz, Épinal et Thionville. []
  4. Je tiens à remercier Jacques Hallez et Henri Claude, qui m’ont beaucoup parlé de l’ambiance qu’il y avait à l’atelier de gravure de l’École des Beaux-Arts à cette époque, des liens entre les anciens élèves et les jeunes apprentis. []
  5. Peintres et graveurs lorrains, Société Lorraine des Amis des Arts, Nancy, 1956. []
  6. Paysages Lorrains : 10 gravures originales, présentées par Pierre Marot, 1956, Librairie des Arts, Nancy. []
  7. Rouart (Denis), Paysages lorrains, dans le Pays Lorrain, Nancy, 1957, p.29-30. []
  8. La Gravure sur cuivre en Lorraine du XVIe au XXe siècle, Société Lorraine des Amis des Arts, 1959. []
  9. Salon des peintres témoins de leur temps est une exposition d’art annuelle (mars-avril-mai) fondée par Isis Kischka en 1951 et se tenant au musée Galliera sur un thème particulier renouvelé chaque année. []
  10. Le Prix de la Critique est une récompense instaurée par la Galerie Saint-Placide à partir de 1942. Ce prix a contribué à la notoriété de cette galerie. []
  11. Exposition à la Galerie Hervé à Paris, en 1960, d’une trentaine de toiles rassemblées sous le titre Les Pantomimes extraordinaires ou Parade du mensonge []
  12. Chrétien De Troyes, Le Chevalier de la Charrette, traduit du vieux français par Jean Frappier, illustré de pointes-sèches par Claude Weisbuch, précédé d’un fascicule comprenant une présentation par Mr. Paul Imbs et un commentaire de l’illustration de Claude Weisbuch par Mr. Jean Rollin et remerciement de Jean Frappier, Beaux Livres Grands Amis, Paris, 1966. []
  13. Érasme, Éloge de la Folie, traduit par André Berry, lithographies de Claude Weisbuch., Bièvres, Paris, 1987. []
  14. Machiavel, Le Prince, illustré de 24 pointes sèches de Claude Weisbuch, Fogola, Turin, 1972. []
  15. Weisbuch, Exposition du 27 avril au 24 mai, Galeries Poirel, Nancy, 1992. Voir également Weisbuch, l’œuvre gravé autour d’un hommage à Jacques Callot, Galerie Visions Nouvelles, Nancy, 1992. []
  16. Claude Weisbuch avait beaucoup d’admiration pour Francis Gruber (1912-1948). Né à Nancy, fils du maître verrier Jacques Gruber, il fut l’un des grands représentant du « misérabilisme ». Mort prématurément à l’âge de 36 ans, il sera à l’honneur de l’exposition des graveurs lorrains de 1956 au Musée des Beaux-Arts, à laquelle participe Claude Weisbuch. []
  17. En 2014, année du décès de Claude Weisbuch, la Bibliothèque Stanislas a fait l’acquisition de huit œuvres de l’artiste dont La Peur du Noir. []

A la découverte de la musique à Nancy au premier vingtième siècle : le don Louis Thirion et le fonds Gaston Stoltz

Le 22 septembre 2018, Louis-Claude Thirion remettait à la Ville de Nancy les archives de son père, le compositeur et professeur de musique Louis Thirion (1879-1966). Cet événement s’inscrivait dans le cadre du concert hommage à Claude Weisbuch proposé par l’Ensemble Stanislas qui a joué pour l’occasion l’adagio du Quatuor à cordes op. 10 de Louis Thirion.

Louis Thirion et la musique en Lorraine au début du xxe siècle

Louis Thirion vers 1910 (Louis-Claude Thirion [CC BY-SA 4.0]).
Louis Thirion est né en 1879 à Baccarat dans une famille de musiciens. Il poursuit des études au Conservatoire de Nancy sous la direction de Guy Ropartz (1864-1955). A l’âge de vingt ans, il est nommé professeur d’orgue et de piano dans ce même Conservatoire où il effectue toute sa carrière. Jeune compositeur avant-gardiste, il apprécie la musique de Debussy et de Chabrier. Ses compositions sont primées et jouées à Paris avant la Première guerre mondiale : Prix de la Société des compositeurs pour des œuvres pour piano (1906 et 1909), prix Cressant pour sa 1re symphonie (1909)1, dirigée par le Messin Gabriel Pierné (1863-1936), à la tête des Concerts Colonne, en 1911.

Louis Thirion figure au programme du festival de musique lorraine de Lunéville en 1902, organisé par René d’Avril (1875-1966) et Guy Ropartz, aux côtés de Gustave Charpentier et Gabriel Pierné 2. Il est encensé par le professeur d’histoire de la musique et journaliste dans les colonnes de La Lorraine artiste, tant pour ses interprétations au piano que pour ses propres compositions 3. L’historien et folkloriste Charles Sadoul (1872-1930) fait appel à lui pour noter des chants populaires lorrains publiés dans Le Pays lorrain 4.

Sa carrière de compositeur s’arrête brutalement lorsque l’armée allemande incendie sa maison de Baccarat en 1914, avec toutes ses partitions à l’intérieur sauf deux, qui se trouvaient alors dans un coffre bancaire. Il figure parmi les jeunes musiciens cités pendant le conflit, avec mention de sa deuxième symphonie tout juste achevée en 1914 5.

A la sortie de la guerre, veuf avec de jeunes enfants, la nécessité de trouver une position stable à partir de ses compétences musicales l’incite à se tourner vers l’enseignement au conservatoire de Nancy plutôt qu’une carrière incertaine de compositeur. Par deux fois directeur intérimaire du Conservatoire, en 1919 et 1944-1945, il lui est préféré à chaque fois un autre candidat pour le poste de titulaire.

Dans les années 1920-1930, il est toujours joué à Paris, notamment aux Concerts Colonne, et entretient des relations courtoises avec des personnalités de renom dans le monde de la musique, tels les Lorrains Gabriel Pierné, Florent Schmitt (1870-1958) et Alfred Bachelet (1864-19446), mais aussi Paul Dukas (1865-1935) et Vincent d’Indy (1851-1931) qui le recommandent pour des directions de conservatoire.

A la fin de sa vie, il continue de s’intéresser à la musique moderne, particulièrement celle de Stravinski qu’il admire depuis longtemps 7.

Contenu du don

Le don de son fils cadet Louis-Claude Thirion peut être divisé en deux ensembles 8.

Le premier lot se compose des partitions d’orchestre manuscrites des deux symphonies de Louis Thirion. La copie de la Première symphonie, en mi bémol, op. 12, est dédiée à Paul Dukas et à « Michou », Micheline Moris, pianiste, seconde épouse du compositeur et mère de Louis-Claude Thirion. Elle est élégamment reliée en maroquin rouge et porte la date de 1934. La copie de la Deuxième symphonie, en si mineur, op. 17, est peut-être plus émouvante par sa dédicace « À la mémoire de Pierre B., tué le 14 octobre 1915 à l’épine de Védegrange » (bien que la partition ait été terminée avant guerre) 9.

Le second lot est formé par la correspondance musicale du compositeur. Elle peut être distribuée en plusieurs ensembles :

  • une correspondance soutenue et amicale avec Florent Schmitt, Guy Ropartz et Gustave Samazeuilh (1877-1967) ;
  • des lettres de recommandation pour la direction du Conservatoire de Nancy en 1919, de Paul Dukas, Vincent d’Indy, Florent Schmitt et André Gédalge (ms. Thirion 6) ;
  • une correspondance d’artiste, liée notamment à la reprise de la Première symphonie par les Concerts Colonne en 1920 (ms. Thirion 7), mais aussi avec les musiciens et chanteurs amenés à jouer les œuvres de Louis Thirion 10.

Le traitement rapide du fonds, afin d’honorer le donateur, a rencontré l’initiative du Ministère de la Culture de combler le retard de signalement des fonds d’archives en bibliothèque. Dans la région Grand-Est, c’est l’agence Interbibly qui est chargée du projet. L’archiviste missionnée pour aider Nancy dans cette entreprise a donc logiquement commencé par le catalogage de ce fonds arrivé quelques jours avant elle, lui assurant une publication dès le mois de décembre 2018.

Le travail de signalement à réaliser a été l’occasion de cartographier les fonds d’archives non traités, ce qui a fait sortir deux fonds liés à la musique : les notes du docteur Rémy, un membre de l’Académie de Stanislas dans les années 1950-1960 « pour servir à l’histoire de la musique en Lorraine », et surtout le fonds Gaston Stoltz.

Gaston Stoltz et la vie musicale à Nancy entre les deux guerres mondiales

Gaston Stoltz (1890-1977), collègue de Louis Thirion au Conservatoire de Nancy pendant toute sa carrière et comme lui compositeur, a tout de suite suscité l’intérêt. Stoltz et Thirion ont même, à plusieurs reprises, joué ensemble au sein du Quatuor Jamar, dirigé par le violoniste Georges Jamar1 Travailler sur Gaston Stoltz après Thirion permettait de continuer le travail documentaire réalisé sur Louis Thirion.

Gaston Stoltz est né à Nancy d’une famille alsacienne optante. Son père, Guillaume Stoltz, est altiste, professeur de musique au lycée, et fondateur d’un orchestre. Il suit donc tout naturellement les traces familiales. Premier prix de trombone et d’alto au Conservatoire de Paris, il revient à Nancy en 1911. Pendant la guerre, il est blessé au Léomont. En 1918, il se voit offrir la suite de son père retraité au lycée et au Conservatoire où il va enseigner l’alto et la musique de chambre. Il fonde l’orchestre et la chorale du lycée avec l’aide de plusieurs professeurs et de musiciens amateurs anciens élèves de son père. Un premier concert est donné salle Poirel fin 1919.

Gaston Stoltz donne l’image d’un pédagogue et chef d’orchestre infatigable. Entre les deux guerres, il enchaîne jurys du Conservatoire, représentations publiques de l’orchestre du lycée, concerts de la chorale Alsace-Lorraine et concerts populaires à la Pépinière. Le grand prix de l’enseignement lui est décerné à la fin des années 1940. Il dirige même en 1949 à Lyon le grand concert des orchestres et chœurs de l’enseignement public 11.

Son œuvre de compositeur est plus discrète, mais c’est la plus présente dans les archives transmises à la Bibliothèque Stanislas.

En effet, la différence entre le fonds Thirion et le fonds Stoltz est grande, car le fonds Stoltz se compose exclusivement de partitions, pour l’immense majorité manuscrites. Elles se répartissent en trois catégories :

  • les œuvres composées par Gaston Stoltz, notamment pour alto ;
  • les œuvres rassemblées, recopiées ou adaptées pour être jouées et chantées par les ensembles dont Gaston Stoltz était le chef ;
  • enfin quelques partitions relatives à l’enseignement de la musique : exercices notamment.

Le plan de classement adopté est sommaire pour l’instant : compositions de Stoltz, subdivisées entre musique pour orchestre, musique pour orchestre de chambre, pour alto, pour autres instruments (trombone et piano principalement), musique pour enfants, musique de circonstance (carnavals, mariage d’amis) ; et œuvres d’autres compositeurs. En l’absence de datation sur les œuvres, un classement alphabétique à l’intérieur des divisions a été adopté. De même, il n’a pas été possible de rechercher de manière suffisamment fine les conditions de représentation de chacune des partitions présentes (avec l’orchestre du lycée, le chœur Alsace-Lorraine, etc.)

La donation du fonds Louis Thirion a permis de jeter un éclairage intéressant sur une période méconnue de l’histoire musicale de Nancy, où l’enseignement de la musique en lycée et au Conservatoire était très suivi et très considéré, et où les concerts amateurs et semi-professionnels faisaient l’objet de sérieuses recensions dans la presse locale. On y voit l’émergence des retransmissions radio, l’évolution du goût, mais aussi les relations entre les différents acteurs locaux de la musique de l’entre-deux-guerres : René d’Avril, le journaliste vulgarisateur ; Alfred Bachelet, le directeur du Conservatoire et compositeur admiré, nettement au-dessus de tous ; et les artistes et instigateurs de la musique enseignée et représentée que sont Thirion et Stoltz. Ce matériau est désormais rassemblé à la Bibliothèque Stanislas pour une étude approfondie, par un historien de la culture ou de la musique, de la vie musicale à Nancy entre 1900 et 1960.

Pour les bibliothécaires, la donation et le classement qui se sont ensuivis ont donné une motivation supplémentaire à la redécouverte des fonds d’archives non traités qui, d’amas de papiers vaguement listés et conservés dans des boîtes anonymes, émergent doucement avec leur singularité et les passionnants champs d’investigation nouveaux et inattendus à proposer au public et aux chercheurs. C’est bien cette curiosité et cette envie de transmission qui font tout le sel du métier de bibliothécaire patrimonial.

A écouter :

  • Louis Thirion, Symphonie no 2 en si mineur op. 17 (1913). Enregistré par l’orchestre de l’ORTF dirigé par Eugène Bigot.

    • Hommage à Gaston Stoltz : concert du 7 mars 2004, salle Poirel à Nancy. CD disponible à la Médiathèque Manufacture cote 3 A HOM.

  1. « Feuilleton musical », La Critique indépendante : théâtres, concerts, arts, littérature : organe de la défense des intérêts et des droits du public, 1 déc. 1911 p. 2.
  2. Francfort Didier, « De l’histoire des frontières culturelles à à l’histoire culturelle des frontières et à l’histoire des cultures frontalières. pour une rupture de perspectives et de nouvelles approches », Eurolimes, 2010, vol. 9, p. 109‑129.
  3. Voir par exemple les chroniques musicales dans les numéros de La Lorraine artiste des 1er février 1902, 15 mars 1903 (où Thirion est qualifié de « génie » aux côtés de Vincent d’Indy), 10 mars 1904.
  4. « Les parlers et la littérature populaire de la Lorraine » dans Bibliographie lorraine, Nancy, Faculté des lettres de l’Université (coll. « Annales de l’Est »), 1933, vol.X., p. 308.
  5. « Louis Thirion », La Musique pendant la guerre : revue musicale mensuelle, 28 décembre 1916, p. 179.
  6. Celui-ci Lorrain d’adoption, directeur du Conservatoire de Nancy de 1919 à 1944.
  7. « Nécrologie », Le Pays lorrain, 1966, vol. 47, p. 137.
  8. Auxquels s’ajoutent les Œuvres complètes de Joris-Karl Huysmans, Paris : éd. Crès et Cie, 1930, 18 vol. tirage limité no 15/1500.
  9. Les deux symphonies portent les cotes ms. Thirion 1 et 2 dans le fonds Louis Thirion.
  10. voir l’inventaire complet du fonds Louis Thirion.
  11. Strauss René, « La vie et l’oeuvre de Gaston Stoltz (1890-1976), compositeur et chef d’orchestre », Le Pays lorrain, 1979, p. 221‑224.
  1. Père du graveur Michel Jamar. Le Nancy artistique est un petit milieu. []

Une acquisition exceptionnelle d’œuvres de Claude Weisbuch

Les Bibliothèques de Nancy souhaitent acquérir un ensemble de gravures de l’artiste lorrain Claude Weisbuch. Un lot de 79 estampes très rares, datant de sa période nancéienne, et avant 1961, année de sa consécration critique. Cette opportunité nécessite le montage d’un projet de financement exceptionnel, car le montant de l’acquisition dépasse les possibilités budgétaires de la bibliothèque. Cette acquisition s’inscrit dans un projet global qui concerne les graveurs lorrains contemporains, mené par les Bibliothèques de Nancy sur les années 2017 à 2019.

 

Le projet « Graveurs lorrains contemporains ».

 

La bibliothèque Stanislas conserve une collection remarquable de livres illustrés et d’œuvres gravées permettant de retracer toute l’histoire de la gravure, en particulier l’histoire de la gravure en Lorraine. Terre de graveurs, la Lorraine a vu naître de grands talents tels Jacques de Bellange, Jacques Callot, Sébastien Leclerc, Victor Prouvé ou encore Etienne Cournault. La bibliothèque Stanislas conserve les chefs d’œuvres de ces maîtres et, a à cœur de valoriser cette collection de gravure. Depuis toujours, la bibliothèque entretient des liens privilégiés avec les artistes lorrains contemporains. D’une part en organisant des expositions mettant en valeur leurs travaux, mais aussi en continuant d’acquérir leurs œuvres. Le projet « graveurs lorrains contemporains », qui se déroule sur plusieurs années, a pour objectif de compléter les collections, documenter et valoriser les œuvres de ces artistes. En 2017-2018 trois graveurs sont à l’honneur : Jacques Hallez, Roland Grunberg et Claude Weisbuch.

Les grandes glaneuses de Sion, lithographie

Pour Jacques Hallez et Roland Grunberg une acquisition de plusieurs œuvres, permettant de compléter les collections déjà présentes dans les institutions lorraines, est en cours. Des séances d’interview filmées et enregistrées ont déjà été réalisées et seront disponibles sur le futur site de la bibliothèque numérique du Sillon Lorrain. Les droits d’utilisation, pour la reproduction et la mise en ligne des œuvres, ont été négociés directement auprès des artistes. Ainsi, la création graphique contemporaine lorraine pourra être accessible au plus grand nombre, faisant ainsi connaître le talent de ces artistes. L’artiste Michel Jamar, dont le fonds d’atelier est entré à la bibliothèque en 2012, fait aussi parti de ce programme, mais pour la partie documentaire, mise en ligne des collections et valorisation. Un travail qui se poursuivra pendant plusieurs années pour cet artiste.

 

Claude Weisbuch

 

Né à Thionville en 1927, Claude Weisbuch a passé son enfance à Nancy. Formé à l’Ecole des Beaux-Arts de Nancy par Camille Hilaire et André Vahl, il montre rapidement son intérêt et sa maîtrise des techniques de la gravure. Récompensé en 1956 par le Grand Prix National du Dessin et en 1961 par le Prix de la Critique, il s’inscrit rapidement parmi les grands artistes contemporains, exposant ses œuvres dans le monde entier. Si de son œuvre on retient surtout les musiciens ou les acteurs de Kabuki, ses œuvres de jeunesse offrent une vision totalement différente de son travail. Des œuvres réalisées entre 1948 et 1959 qui témoignent des influences artistiques de son temps, de son attachement à sa Lorraine natale et de ses recherches plastiques et techniques.

Femmes de Nomeny, lithographie, 8/15

L’opportunité d’acquérir ce lot d’œuvres rares nécessite le montage d’un projet de financement exceptionnel, car le montant de l’acquisition dépasse l’ordinaire budgétaire de la bibliothèque. Une partie de l’acquisition peut être financée par les aides publiques mais elles ne seront pas suffisantes et les mécènes doivent être sollicités. C’est avec l’aide de la Fondation Lotharingie que la bibliothèque tente d’acquérir les œuvres de Claude Weisbuch. Elle a accepté de soutenir ce projet, de le présenter sur son site, de recueillir les dons et fournir les documents nécessaires pour la déduction fiscale.

La glaneuse, pointe-sèche, 2ème état, 1957

Les particuliers et entreprises peuvent participer à l’enrichissement des collections de la bibliothèque en faisant un don financier pour cette opération. Ce don, déductible des impôts, est récompensé par de nombreuses contreparties. Les artistes lorrains contemporains se sont mobilisés autour de ce projet, ont créé et offert des œuvres pour les contreparties.

Des événements à ne pas manquer

 

Tout au long de l’année, des événements se succèderont pour venir enrichir ce projet. Le 6 avril 2018, un dîner de gala aura lieu à la Bibliothèque Stanislas. Appelé « Dîner des mécènes » il permet à chacun de participer à ce projet tout en se faisant plaisir. Une occasion unique de venir dîner dans la prestigieuse salle de lecture du XVIIIe siècle, classée au patrimoine mondial de l’Unesco. Pour un don de 150 euros minimum, vous pourrez bénéficier d’un repas pour une personne (coût réel du don après déduction fiscale de 66 % : 51 euros). Seulement 160 places seront disponibles pour ce repas.

Une vente aux enchères d’oeuvres d’art aura lieu à la fin du repas. L’intégralité des sommes perçues pour le repas et le vente des oeuvres ira à l’acquisition des 79 estampes de Claude Weisbuch.

Vous êtes gourmands ? Et bien vous pourrez également nous aider dans notre projet d’acquisition en vous faisant plaisir. Les pâtissiers de Moselle et ceux de Meurthe-et-Moselle ont accepté de réaliser et vendre un gâteau individuel nommé « Les Glaneuses ». Sur le prix de vente, 1 euro est reversé au projet Weisbuch. Une pâtisserie qui sera disponible toute l’année dès le mois de mars.

Pour participer à cette acquisition d’estampes de Claudes Weisbuch, faites un don par Internet sur le site de la Fondation du Patrimoine : https://www.fondation-patrimoine.org/52983 ou par courrier en renvoyant le bulletin de souscription à la Fondation Lotharingie.